Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 15 avril 2006

La Halde : La preuve de son incompétence et de l’amateurisme de son Président, M. Louis Schweitzer

La Halde : La preuve de son incompétence et de l’amateurisme de son Président, M. Louis Schweitzer !
Jeudi  13  Avril se tenait à Mulhouse, à l’initiative des « Conférences Erasme », une réunion en présence du Président de la Halde ( Haute Autorité pour la lutte contre les discriminations ) Louis Schweitzer, celui-là même qui a saisi la justice au sujet des distributions de soupe au porc à Strasbourg.
Le thème de la conférence : « La Halde et son rôle dans la lutte contre les discriminations »
Une trentaine de militants de Solidarité Alsacienne, d’Alsace d’Abord, du Front National , du FNJ et de Jeune Alsace s’étaient invités à cette conférence. A leur tête, Chantal Spieler, Présidente de Solidarité Alsacienne, Patrick Binder, Président du groupe FN au Conseil Régional d’ Alsace, Pascal Baum, responsable FNJ 67 et Robert Spieler, Président de Strasbourg d’Abord.
Ils n’ont pas été déçus…
Des questions (écrites) nombreuses des militants nationaux et identitaires sont posées  à Schweitzer par les journalistes qui ont du reconnaître l’importance de la résistance. « Vous avez encore du travail, M. Schweitzer… », lance un des animateurs.
Questions sur l’attitude de la Halde face au racisme anti-blanc, sur les persécutions contre la soupe au cochon à Strasbourg, sur le droit pour un chef d’entreprise d’exiger la maîtrise de la langue alsacienne lorsqu’il recrute.


 

Réponse de Schweitzer sur ce dernier point, s’adressant au rédacteur en chef du journal l’Alsace qui l’interrogeait : « si vous recrutez pour votre équipe, la maîtrise de l’alsacien ne semble pas nécessaire. Il m’étonnerait que l’on parle alsacien chez vous ». Rires dans la salle. Réponse du journaliste : « euh ! euh ! Beaucoup parlent l’alsacien dans l’équipe ». Un ange passe…
Arrive la réponse de Schweitzer sur la saisie par la Halde du Procureur de la République contre la soupe au cochon de Strasbourg. (Rappelons que Madame Trautmann, ex-ministre, ex-maire socialiste de Strasbourg, avait demandé à Schweitzer de saisir la justice sur cette affaire. Ce qu’il s’est empressé de faire). Schweitzer répond que dans les affaires de discrimination, la Halde entend les deux parties avant de se prononcer.
Etonnement de Chantal Spieler qui lui rétorque : « Pourquoi ne m’avez-vous pas entendue ? »

Réponse grandiose de Schweitzer : « parce que la discrimination était constituée puisque vous refusez à ceux qui ne mangent pas de soupe au cochon, de leur offrir du café et du gâteau ».
Tollé dans nos rangs : « c’est faux ! Mensonge ! » Car, bien entendu, c’est totalement faux. Chantal se lève et s’écrie : « je suis la Présidente de Solidarité Alsacienne. Ce que vous venez de dire est pure invention ! » Remous dans la salle…
Chantal Spieler, entourée de tous les militants avait décidé de s’expliquer avec Monsieur Schweitzer à la sortie de la conférence. Pendant que celui-ci partait à longues enjambées, Chantal l’accompagnait en lui expliquant que les membres de Solidarité Alsacienne ne sont pas de dangereux délinquants et qu’il aurait dû se renseigner avant d’affirmer de telles énormités en public.
Réponse de Schweitzer : « j’en prends acte, j’en prends acte… » Et cette chute qui ne s’invente pas : « Si j’ai dit cela et si j’ai pris cette décision, c’est parce qu’on m’avait dit que vous priviez de dessert ceux qui ne mangeaient pas votre soupe » (!)
« On » ! « On m’avait dit » ! Et tout est dit !
lu et vu sur Solidarité Alsacienne

 

16:59 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.