Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 15 avril 2006

La Halde : La preuve de son incompétence et de l’amateurisme de son Président, M. Louis Schweitzer

La Halde : La preuve de son incompétence et de l’amateurisme de son Président, M. Louis Schweitzer !
Jeudi  13  Avril se tenait à Mulhouse, à l’initiative des « Conférences Erasme », une réunion en présence du Président de la Halde ( Haute Autorité pour la lutte contre les discriminations ) Louis Schweitzer, celui-là même qui a saisi la justice au sujet des distributions de soupe au porc à Strasbourg.
Le thème de la conférence : « La Halde et son rôle dans la lutte contre les discriminations »
Une trentaine de militants de Solidarité Alsacienne, d’Alsace d’Abord, du Front National , du FNJ et de Jeune Alsace s’étaient invités à cette conférence. A leur tête, Chantal Spieler, Présidente de Solidarité Alsacienne, Patrick Binder, Président du groupe FN au Conseil Régional d’ Alsace, Pascal Baum, responsable FNJ 67 et Robert Spieler, Président de Strasbourg d’Abord.
Ils n’ont pas été déçus…
Des questions (écrites) nombreuses des militants nationaux et identitaires sont posées  à Schweitzer par les journalistes qui ont du reconnaître l’importance de la résistance. « Vous avez encore du travail, M. Schweitzer… », lance un des animateurs.
Questions sur l’attitude de la Halde face au racisme anti-blanc, sur les persécutions contre la soupe au cochon à Strasbourg, sur le droit pour un chef d’entreprise d’exiger la maîtrise de la langue alsacienne lorsqu’il recrute.


 

Réponse de Schweitzer sur ce dernier point, s’adressant au rédacteur en chef du journal l’Alsace qui l’interrogeait : « si vous recrutez pour votre équipe, la maîtrise de l’alsacien ne semble pas nécessaire. Il m’étonnerait que l’on parle alsacien chez vous ». Rires dans la salle. Réponse du journaliste : « euh ! euh ! Beaucoup parlent l’alsacien dans l’équipe ». Un ange passe…
Arrive la réponse de Schweitzer sur la saisie par la Halde du Procureur de la République contre la soupe au cochon de Strasbourg. (Rappelons que Madame Trautmann, ex-ministre, ex-maire socialiste de Strasbourg, avait demandé à Schweitzer de saisir la justice sur cette affaire. Ce qu’il s’est empressé de faire). Schweitzer répond que dans les affaires de discrimination, la Halde entend les deux parties avant de se prononcer.
Etonnement de Chantal Spieler qui lui rétorque : « Pourquoi ne m’avez-vous pas entendue ? »

Réponse grandiose de Schweitzer : « parce que la discrimination était constituée puisque vous refusez à ceux qui ne mangent pas de soupe au cochon, de leur offrir du café et du gâteau ».
Tollé dans nos rangs : « c’est faux ! Mensonge ! » Car, bien entendu, c’est totalement faux. Chantal se lève et s’écrie : « je suis la Présidente de Solidarité Alsacienne. Ce que vous venez de dire est pure invention ! » Remous dans la salle…
Chantal Spieler, entourée de tous les militants avait décidé de s’expliquer avec Monsieur Schweitzer à la sortie de la conférence. Pendant que celui-ci partait à longues enjambées, Chantal l’accompagnait en lui expliquant que les membres de Solidarité Alsacienne ne sont pas de dangereux délinquants et qu’il aurait dû se renseigner avant d’affirmer de telles énormités en public.
Réponse de Schweitzer : « j’en prends acte, j’en prends acte… » Et cette chute qui ne s’invente pas : « Si j’ai dit cela et si j’ai pris cette décision, c’est parce qu’on m’avait dit que vous priviez de dessert ceux qui ne mangeaient pas votre soupe » (!)
« On » ! « On m’avait dit » ! Et tout est dit !
lu et vu sur Solidarité Alsacienne

 

16:59 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 13 avril 2006

Nicolas Sarkozy, un adversaire ?

Nicolas Sarkozy, un adversaire ?
Non, un ennemi de l’identité alsacienne, française et européenne !


medium_non.jpgSarkozy use volontiers d’un langage pugnace : « nettoyer la cité au kärcher », « tolérance zéro » envers les « racailles ». Ce langage émerveille des gens dits de « droite » qui ont cru trouver en lui leur sauveur, un de plus. Les mêmes avaient cru en Chirac avec le même enthousiasme. Auparavant, ils avaient cru en le Général Boulanger (oui, enfin, pas eux, leurs arrières grands parents…). C’est d’ailleurs la caractéristique des gens d’une certaine « droite » : une assez exceptionnelle propension à être cocus et à en redemander.

J’aurai l’occasion dans un prochain texte de dire ce que je pense de cette « droite » et les raisons pour lesquelles je ne me reconnais définitivement pas dans cette « droite » là..

Mais revenons à Sarkozy.

Sarkozy : inefficacité, laxisme, double langage & trahison

Depuis quatre ans, Sarkozy a en charge les problèmes de l’immigration comme ministre de l’Intérieur. Jamais la situation n’a été aussi dramatique dans les banlieues, comme l’ont démontré les émeutes ethniques que nous avons subies. Sur la question de l’immigration, Sarkozy tient en permanence un double langage.
L’excellente revue « La Voix des Français » (www.vdfr.com) récapitule « les sept péchés capitaux de Sarkozy sur l’immigration ».

1. Relance de l’immigration
L’immigration, officiellement arrêtée depuis 1974 a été encouragée par l’arrivée de Sarkozy au ministère de l’intérieur en 2002. Il s’est empressé de proclamer que la France avait besoin d’immigration, en condamnant la politique de l’«immigration zéro ». Puis il proposa des « quotas » d’immigrés. Aujourd’hui, il prône une « immigration choisie », c'est-à-dire toujours plus d’immigrés.

2. Complaisance à l’égard de l’immigration illégale
Sarkozy qualifie, comme la gauche et l’extrême gauche, les immigrés illégaux, c'est-à-dire les clandestins de « sans-papiers ». Il a multiplié les circulaires aux préfets, leur demandant d’être de plus en plus complaisants. Il a fermé Sangatte ,accordant un titre de séjour en France à tous les illégaux. Récemment, il a pris « la décision lourde d’arrêter les expulsions des illégaux durant l’année scolaire ».

3. Islamisation de la France
Il crée le « Conseil Français du Culte Musulman », cherchant ainsi à institutionnaliser un « islam français » et reconnaissant officiellement une organisation proche des fondamentalistes, les «Frères musulmans » ; l’U.O.I.F..

4. Droit du sang exécré
Le droit du sang, c’est le principe de filiation, que la plupart des pays au monde pratiquent. Un enfant né de parents français en Algérie, en Cote d’ Ivoire ou en Chine ne sera jamais algérien, ivoirien ou chinois, et c’est tout à fait normal. Il suffit de prendre la peine de naitre sur le sol français pour bénéficier de la nationalité française et de ses droits (les devoirs, c’est une autre affaire).C’est l’absurde « droit du sol », meurtrier pour la survie de notre peuple.
Pourquoi Sarkozy, Chirac et toute cette bande qui a mis la France sous sa domination haïssent ils autant ce qu’est notre identité alsacienne, française et européenne, transmise par nos parents, nos grands-parents, et toutes les générations qui nous ont précédées ? Pourquoi ? Devinez…

5. Fin des expulsions des délinquants étrangers à l’issue de leur peine
Ce que la gauche n’avait pas osé faire, Sarkozy l’a fait. Satisfaisant ainsi une revendication de l’extrême-gauche, Sarkozy a empêché l’expulsion hors de France des criminels et délinquants étrangers à l’issue de leur peine de prison en faisant voter une loi qui leur attribue un droit de séjour perpétuel en France, sous prétexte de leur épargner une prétendue « double peine ».

6. Promotion du droit de vote des immigrés extra-européens
Dès 2001, Sarkozy s’est prononcé pour le droit de vote des immigrés non européens.

7. Défense de la discrimination positive
On donne ainsi des droits dont les alsaciens et français seraient privés.


Bref, Sarkozy est un imposteur. Je reprends volontiers la conclusion de François d’Orgeville que je remercie pour son dossier paru dans La Voix des Français :

SARKOZY L’IMPOSTEUR DEVRAIT MEDITER CETTE REFLEXION D’ ABRAHAM LINCOLN :
« ON NE PEUT PAS MENTIR A TOUT LE MONDE TOUT LE TEMPS »

10:12 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

dimanche, 02 avril 2006

Biographie politique et parcours engagé

Quelques dates

1981 : Fondateur et secrétaire général de FORUM D’ALSACE, Club d’opposition le plus important d’Alsace : organise des conférences et des dîners-débats avec, comme invités, Raymond Barre, Alain Griotteray, Pierre Debray-Ritzen, Philippe Malaud, Serge Dassault, le Recteur Magnin, Daniel Hoeffel, François-Georges Dreyfus, etc…

1984 : Création d’ALSACE RENOUVEAU, association à vocation politique. Candidat aux élections cantonales de 1985 (canton de la Gare à Strasbourg : 8% des voix)

1985 : Rejoint le FRONT NATIONAL avec l’équipe d’ALSACE RENOUVEAU.

1986 : Elu député et conseiller régional du FN.

1989 : Tête de liste de STRASBOURG D’ABORD aux élections municipales de Strasbourg.
Elu conseiller municipal et conseiller C.U.S.
Démissionne du FN pour créer le mouvement régionaliste ALSACE D’ABORD.

1992 : Elu conseiller régional (2 élus d’ALSACE D’ABORD aux élections régionales avec 6% des voix)

1995 : Réélu conseiller municipal de Strasbourg.

1998 : Réélu conseiller régional (3 élus d’ALSACE D’ABORD au conseil régional.

2001 : 9,3 % des voix aux élections municipales de Strasbourg
Vice-président de l’association de rassemblement de toutes les sensibilités identitaires DEFENDONS NOTRE IDENTITE.

2004 : Mène la liste ALSACE D’ABORD aux élections régionales : 9,4% des voix. La modification du mode de scrutin (la barre est portée de 5 à 10% par le gouvernement Raffarin), ne permet pas d’avoir d’ élus.

2006 : Démissionne de la présidence d’Alsace d’Abord tout en restant membre du mouvement, afin de recouvrer une totale liberté d’action et d’initiatives.

21:30 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook