Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 mai 2006

Ni immigration subie, ni immigration choisie ! L’Alsace doit rester alsacienne, la France française et l’Europe européenne !

medium_immigration.jpgGourevitch, dans son essai « La France Africaine », démontre que d’ici quarante ans, la majorité des naissances dans nos maternités seront allogènes, c'est-à-dire non européennes.
Un chiffre effrayant, qui démontre qu’il n’est nul besoin de gigantesques flottilles de bateaux remplis d’immigrés pour envahir l’Europe , comme l’imaginait Jean Raspail, dans son livre prémonitoire,« Le Camp des Saints », paru il y a près de trente ans,. Lisez ce livre, et lisez celui de Gourevitch. Soit vous irez vous réfugier au Canada ou en Australie, soit vous rejoindrez le camp des résistants, ce que j’espère.

L’immigration « choisie » est le dernier avatar de ceux qui, depuis 40 ans oeuvrent consciemment ou inconsciemment à la destruction de la France et de l’Europe.

L’immigration dite « subie » fut en réalité une immigration voulue :

Voulue par un certain patronat qui voyait là dans les années 70 la possibilité d’obtenir une main d’œuvre à faible coût, docile et peu sensible aux sirènes des syndicats.
Quand le Japon faisait le choix de l’automatisation et de la robotisation, pour éviter l’afflux massif d’une immigration dont il ne voulait pas, des entreprises françaises choisissaient d’importer de nouveaux esclaves générateurs de profits immédiats, tout en laissant l’ardoise aux générations suivantes.
Avec la complicité de gouvernements peuplés d’énarques, de banquiers et de hauts fonctionnaires dont les cousins et les clones colonisaient les grandes entreprises.
Je ne peux en vouloir à des immigrés attirés par ce qu’ils considèrent être un Eldorado. Si nous étions à leur place, sans doute ferions nous pareil.

J’en veux à cette classe politique de gauche ou de droite qui a ouvert les frontières de la France et de l’Europe, transformant la substance même de nos peuples.
Le regroupement familial, décidé par Chirac, Premier Ministre de Giscard en 76, fut une ignominie.
Une immigration de travail, même contestable, se transformait en immigration de peuplement.
Paul Valery expliquait la décadence de Rome par ces mots : «Un jour, Rome ne fut plus dans Rome », faisant référence à l’octroi de la nationalité romaine aux barbares, c’est-à-dire à ceux qui n’étaient pas Romains.
Le simple fait de prendre la peine de naître sur le sol de France donne droit à la nationalité française (un français né en Papouasie ne sera évidemment jamais papouasien). De gauche et de droite, ils en sont fiers (la France, la République, les Droits de l’Homme, l’Humanisme, etc.…, etc.… ». Seuls les mouvements identitaires, tels le Front National, Alsace d’Abord, les Identitaires, et quelques autres s’y opposent. Vous avez dit décadence ?
Quant au droit de vote des immigrés non européens que défend la gauche… et bientôt une certaine droite terrorisée par les lobbys, par le politiquement correct…
Une immigration choisie ? C’est le dernier gadget de Sarkozy. Sans doute, considère-t-il comme une suprême habileté de donner à un électorat abruti par la propagande des médias la possibilité de « choisir » plutôt que de « subir » l’immigration.

Sarkozy est en réalité un ennemi acharné de notre identité, comme j’ai pu le démontrer dans un texte précédent.
Quel besoin d’une immigration « choisie » quand la France compte près de dix millions de chômeurs ? Cette immigration « choisie » se rajoutera à l’immigration « subie », se multipliera par la grâce du regroupement familial.
Certes, certaines professions peinent à trouver des compétences Mais la faute à qui, si ce n’est à une Education Nationale qui forme des psychologues là ou nous avons besoin d’ingénieurs des Travaux Publics, et qui forme des sociologues là ou nous avons besoin d’informaticiens.
Qu’on réforme l’Education Nationale, qu’on forme des compétences dont la France a besoin et non pas des chômeurs de niveau Bac plus 8. Qu’on redonne à l’apprentissage dès l’âge de 16 ans la possibilité de former de vraies compétences, et qu’on cesse de fixer pour objectif d’accorder à 90% des jeunes un diplôme qui se transforme en chiffon de papier.

Et enfin, quel mépris à l’encontre du Tiers-Monde… Leur pomper leurs informaticiens, leurs médecins, leurs infirmières… Leur piquer leurs élites, dont ils ont tant besoin…

Je vous le dis tel que je le pense : ceux qui font çà sont de méprisables cyniques Des cyniques vis-à-vis de leur Peuple. Des cyniques vis-à-vis du Tiers-Monde.






08:00 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.