Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 04 mai 2006

L’avenir du siège du Parlement Européen à Strasbourg compromis ? : la faute à qui ?

Tout le monde sait l’agacement, voire l’hostilité d’un nombre important de députés européens à l’encontre de Strasbourg.

medium_images.4.jpgCes derniers dénoncent le « cirque » que représente chaque mois le déménagement de Bruxelles à Strasbourg de milliers de fonctionnaires, de parlementaires européens et de tonnes de documents.
Cette fois ci, le conflit se situe à un autre niveau. Le Parlement Européen accuse tout bonnement la Ville de Strasbourg d’avoir pompé indûment 29 millions d’euros sur la vente de deux bâtiments. Fureur du Président du Parlement, Josep Borrel qui a même « appelé à l’aide » Dominique de Villepin afin « d’assurer une pleine transparence » Le secrétaire général a même menacé de ne pas régler les loyers. Ambiance…
Parmi les députés en pointe, le député allemand Markus Ferber évoque un « scandale immobilier » Il va même jusqu’à parler de « corruption » pour ce qui concerne une autre affaire, la vente par la Ville du nouvel hémicycle au Parlement, à la fin 2003. Et pourtant Markus Ferber figurait parmi les pro Strasbourg…

La faute à qui ?

Strasbourg est dans la ligne de mire de députés excédés par les difficultés d’accès à Strasbourg. Songeons qu’un député grec va passer sa journée dans les taxis et les avions pour rejoindre Strasbourg. Ni TGV aujourd’hui, (mais bientôt un TGV Paris Strasbourg dont la grande vitesse s’arrêtera en … Lorraine, malgré les 300 Mions d’ euros payés par l’Alsace), des lignes aériennes étiques…On peut comprendre certains agacements…Sans compter que la vie nocturne de Strasbourg n’a sans doute pas le charme de Bruxelles…
Mais la faute incombe aussi à l’inénarrable tandem Keller/Grossmann (Maire et co Maire) qui, par son arrogance a réussi non seulement à s’aliéner une partie de ses élus, la grande majorité de ses fonctionnaires, un nombre croissant de Strasbourgeois, et maintenant même le Parlement Européen.

L’avenir du Parlement européen à Strasbourg est compromis.

Mais, pas de problème, Fabienne Keller est confiante. Elle tient, dit-t-elle, Matignon,le Ministère de l’Intérieur et le Quai d’Orsay informés des négociations avec le Parlement.
Et elle rajoute, au sujet de notre Ministre des Affaires Etrangères, Douste-Blazy : « Un négociateur redoutable ! » Douste-Blazy, le « Con dorcet » ou le « Mickey d’Orsay », comme on le surnomme dans la diplomatie, « un négociateur redoutable » ! (voir texte ci-dessous).

Avec de pareils soutiens, l’avenir du Parlement Européen à Strasbourg semble bien compromis…

Merci Keller, merci Grossmann.

PS : Et merci Trautmann et Ries qui furent les maires socialistes de Strasbourg et qui eux aussi ont leur part de responsabilité dans cette affaire.


10:55 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.