Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 31 mai 2006

Exigeons la repentance de l’Algérie et du Maroc !

Un million d’esclaves blancs enlevés par les barbaresques en trois siècles.
Exigeons la repentance de l’Algérie et du Maroc !

medium_slaves.jpgUn livre passionnant de Giles Milton « Captifs en Barbarie : l’histoire extraordinaire des esclaves européens en terre d’islam » (éditions Noir sur Blanc) nous informe de l’horreur qu’a
été l’esclavage de plus d’un million d’européens en Barbarie, c'est-à-dire dans l’actuelle Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Lybie sur une période de trois siècles. Il est stupéfiant d’apprendre que même des Américains enlevés sur des bateaux de commerce figuraient parmi les esclaves et que les barbaresques poussaient l’audace jusqu’à razzier les côtes du sud de l’Angleterre et même de l’Islande !

Les conditions de vie des esclaves (bien pires que celles des esclaves noirs en Amérique) étaient abominables et peu eurent la chance de pouvoir être rachetés.
La plus forte concentration d’esclaves blancs avait toujours été à Alger, où il n’y avait jamais eu moins de vingt-cinq mille captifs entre 1550 et 1730, et parfois deux fois plus. Pendant la même période, environ sept mille cinq cent hommes, femmes et enfants étaient détenus à Tunis et à Tripoli .Entre cinq et vingt-cinq mille captifs étaient retenus à Meknès, au Maroc. Chaque année, entre trois et cinq mille esclaves blancs arrivaient en Barbarie.
C’est Sir Edward Pellew, descendant d’un des rares esclaves ayant réussi à s’évader, et dont le témoignage enrichit le livre, qui mit la Barbarie à la raison. En Août 1816, une imposante flotte de guerre anglaise écrasa Alger sous ses boulets (cinquante mille en une journée). Les captifs d’Alger furent libérés, suivis par ceux retenus en Barbarie.

Il est temps d’exiger de l’arrogant Bouteflika une repentance et de demander aux autorités l’instauration d’une journée de commémoration de l’esclavage des européens en Barbarie. Cela calmera peut-être les ardeurs de ceux qui ne voient l’Histoire qu’à l’aune de leurs intérêts et de leur fanatisme idéologique.

Mais peut-on espérer le moindre acte de courage de la part d’un Chirac qui n’en finit pas de se prosterner devant les lobbies anti-européens, ou d’un Douste-Blazy qui a tendance à confondre Taïwan et la Thaïlande, la Croatie et le Kosovo et qui croit que l’Allemagne a occupé l’Angleterre durant la seconde Guerre Mondiale ? Il est peu probable qu’il n’ait jamais entendu parler de l’esclavage des européens en Barbarie.

21:20 Publié dans Livre | Lien permanent | Tags : algérie, maroc, esclavage, repentence, politique, sarkozy, ump | |  Facebook

dimanche, 14 mai 2006

Coût de l’immigration pour les Français : 50 milliards d’euros par an.

50 milliards d’euros. Ce chiffre représente 84% du déficit global de l’Etat. C’est le coût de l’immigration selon les calculs de Gérard Pince, ancien expert financier auprès de grands organismes internationaux comme la Banque mondiale et le FMI.

Cette analyse dont je vous recommande la lecture a paru dans la revue « La Voix des Français » (www.vdfr95.com) dirigée par Henry de Lesquen.


 On y apprend que plus de 30.000 familles polygames vivent sur notre terre.
La revue s’est amusée (si l’on peut dire…) à calculer ce que perçoit, sans travailler ni cotiser, un Rmiste africain ayant une femme légitime ayant six enfants et une concubine en ayant six aussi. En comptant les allocations familiales, Jeunes Enfants, Logement, RMI , Aide Parent isolé, etc… ,cette « famille » perçoit 7856,16 euros par mois, sans que personne ne travaille ni ne cotise.

L’immigration, « une chance pour la France » ?  Non, une calamité.

Source : www.robert-spieler.net

Précisions : L'article de Gérard Pince a été publié originellement dans les numéros 760 et 761 de MONDE et VIE. Rendons à César ce qui est à César !

22:10 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 10 mai 2006

La lâcheté de la classe politique face aux insultes de Bouteflika.

Le Président algérien Bouteflika vient une fois de plus de dépasser les limites de la décence. Après avoir été soigné au Val-de-Grâce  nonobstant ses insultes répétées en toute impunité à l’encontre de la France, accusée de façon récurrente de racisme, de colonialisme, d’exploitation éhontée du Peuple algérien, celui-ci réitère son exigence : la France doit demander pardon. Pardon pour la colonisation de l’Algérie, pardon pour son exploitation.
Aucun responsable politique n’a manifesté son indignation. Il est vrai que Chirac rêve de signer un traité d’amitié avec l’Algérie, qui serait sans doute le couronnement de sa présidence…
J’ai toujours pensé que la colonisation avait été une grave erreur.
Prétendre apporter la civilisation aux « races inférieures », comme l’exprimait Léon Blum à la tribune de l’Assemblée Nationale procède d’une insupportable arrogance. Oui, la colonisation fut à l’origine une idée de « gauche », soucieuse de diffuser les Lumières et les Droits de l’Homme à l’humanité entière avec ce que cela implique de mépris pour les autres cultures et les autres civilisations. Nous voyons aujourd’hui les conséquences sur notre terre.
L’Algérie n’est certes pas restée française, mais la France elle, est en passe de devenir algérienne ou africaine.
La France a-t-elle exploité l’Algérie ? Non, ce fut l’inverse.
Un récent travail universitaire analysé par Bernard Lugan dans l’excellente « Nouvelle Revue d’Histoire » le détaille. En 1959, toutes dépenses confondues, l’Algérie engloutissait 20% du budget de l’Etat Français, soit davantage que les budgets additionnés de l’Education Nationale, des Travaux Publics, des Transports, de la Reconstruction et du Logement, de l’Industrie et du Commerce !
Grâce au dévouement du corps médical, la population doublait tous les 25 ans, alors que depuis 1935, l’Algérie n’était plus en mesure de nourrir sa population. Les Français payaient pour les Algériens, fussent ils encore Français…
Comme le relève Bernard Lugan : « Quels intérêts la France avait-elle à défendre en Algérie pour s’y ruiner avec une telle obstination ? Economiquement aucun ! »
Même si l’abandon de l’Algérie fut mené de façon de façon honteusement cynique par De Gaulle, abandonnant les pieds noirs après leur avoir juré « Je vous ai compris », abandonnant de façon ignominieuse les Harkis au couteau des bouchers, il avait raison quand il disait à Peyrefitte « Je ne veux pas que Colombey-Les-Deux Eglises devienne Colombey-Les-Deux-Mosquées. »
Comment De Gaulle aurait il répliqué à l’arrogance  du nain d’Alger ? Rêvons un peu… Comme Charles X …?
 

10:20 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 04 mai 2006

L’avenir du siège du Parlement Européen à Strasbourg compromis ? : la faute à qui ?

Tout le monde sait l’agacement, voire l’hostilité d’un nombre important de députés européens à l’encontre de Strasbourg.

medium_images.4.jpgCes derniers dénoncent le « cirque » que représente chaque mois le déménagement de Bruxelles à Strasbourg de milliers de fonctionnaires, de parlementaires européens et de tonnes de documents.
Cette fois ci, le conflit se situe à un autre niveau. Le Parlement Européen accuse tout bonnement la Ville de Strasbourg d’avoir pompé indûment 29 millions d’euros sur la vente de deux bâtiments. Fureur du Président du Parlement, Josep Borrel qui a même « appelé à l’aide » Dominique de Villepin afin « d’assurer une pleine transparence » Le secrétaire général a même menacé de ne pas régler les loyers. Ambiance…
Parmi les députés en pointe, le député allemand Markus Ferber évoque un « scandale immobilier » Il va même jusqu’à parler de « corruption » pour ce qui concerne une autre affaire, la vente par la Ville du nouvel hémicycle au Parlement, à la fin 2003. Et pourtant Markus Ferber figurait parmi les pro Strasbourg…

La faute à qui ?

Strasbourg est dans la ligne de mire de députés excédés par les difficultés d’accès à Strasbourg. Songeons qu’un député grec va passer sa journée dans les taxis et les avions pour rejoindre Strasbourg. Ni TGV aujourd’hui, (mais bientôt un TGV Paris Strasbourg dont la grande vitesse s’arrêtera en … Lorraine, malgré les 300 Mions d’ euros payés par l’Alsace), des lignes aériennes étiques…On peut comprendre certains agacements…Sans compter que la vie nocturne de Strasbourg n’a sans doute pas le charme de Bruxelles…
Mais la faute incombe aussi à l’inénarrable tandem Keller/Grossmann (Maire et co Maire) qui, par son arrogance a réussi non seulement à s’aliéner une partie de ses élus, la grande majorité de ses fonctionnaires, un nombre croissant de Strasbourgeois, et maintenant même le Parlement Européen.

L’avenir du Parlement européen à Strasbourg est compromis.

Mais, pas de problème, Fabienne Keller est confiante. Elle tient, dit-t-elle, Matignon,le Ministère de l’Intérieur et le Quai d’Orsay informés des négociations avec le Parlement.
Et elle rajoute, au sujet de notre Ministre des Affaires Etrangères, Douste-Blazy : « Un négociateur redoutable ! » Douste-Blazy, le « Con dorcet » ou le « Mickey d’Orsay », comme on le surnomme dans la diplomatie, « un négociateur redoutable » ! (voir texte ci-dessous).

Avec de pareils soutiens, l’avenir du Parlement Européen à Strasbourg semble bien compromis…

Merci Keller, merci Grossmann.

PS : Et merci Trautmann et Ries qui furent les maires socialistes de Strasbourg et qui eux aussi ont leur part de responsabilité dans cette affaire.


10:55 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 03 mai 2006

Ni immigration subie, ni immigration choisie ! L’Alsace doit rester alsacienne, la France française et l’Europe européenne !

medium_immigration.jpgGourevitch, dans son essai « La France Africaine », démontre que d’ici quarante ans, la majorité des naissances dans nos maternités seront allogènes, c'est-à-dire non européennes.
Un chiffre effrayant, qui démontre qu’il n’est nul besoin de gigantesques flottilles de bateaux remplis d’immigrés pour envahir l’Europe , comme l’imaginait Jean Raspail, dans son livre prémonitoire,« Le Camp des Saints », paru il y a près de trente ans,. Lisez ce livre, et lisez celui de Gourevitch. Soit vous irez vous réfugier au Canada ou en Australie, soit vous rejoindrez le camp des résistants, ce que j’espère.

L’immigration « choisie » est le dernier avatar de ceux qui, depuis 40 ans oeuvrent consciemment ou inconsciemment à la destruction de la France et de l’Europe.

L’immigration dite « subie » fut en réalité une immigration voulue :

Voulue par un certain patronat qui voyait là dans les années 70 la possibilité d’obtenir une main d’œuvre à faible coût, docile et peu sensible aux sirènes des syndicats.
Quand le Japon faisait le choix de l’automatisation et de la robotisation, pour éviter l’afflux massif d’une immigration dont il ne voulait pas, des entreprises françaises choisissaient d’importer de nouveaux esclaves générateurs de profits immédiats, tout en laissant l’ardoise aux générations suivantes.
Avec la complicité de gouvernements peuplés d’énarques, de banquiers et de hauts fonctionnaires dont les cousins et les clones colonisaient les grandes entreprises.
Je ne peux en vouloir à des immigrés attirés par ce qu’ils considèrent être un Eldorado. Si nous étions à leur place, sans doute ferions nous pareil.

J’en veux à cette classe politique de gauche ou de droite qui a ouvert les frontières de la France et de l’Europe, transformant la substance même de nos peuples.
Le regroupement familial, décidé par Chirac, Premier Ministre de Giscard en 76, fut une ignominie.
Une immigration de travail, même contestable, se transformait en immigration de peuplement.
Paul Valery expliquait la décadence de Rome par ces mots : «Un jour, Rome ne fut plus dans Rome », faisant référence à l’octroi de la nationalité romaine aux barbares, c’est-à-dire à ceux qui n’étaient pas Romains.
Le simple fait de prendre la peine de naître sur le sol de France donne droit à la nationalité française (un français né en Papouasie ne sera évidemment jamais papouasien). De gauche et de droite, ils en sont fiers (la France, la République, les Droits de l’Homme, l’Humanisme, etc.…, etc.… ». Seuls les mouvements identitaires, tels le Front National, Alsace d’Abord, les Identitaires, et quelques autres s’y opposent. Vous avez dit décadence ?
Quant au droit de vote des immigrés non européens que défend la gauche… et bientôt une certaine droite terrorisée par les lobbys, par le politiquement correct…
Une immigration choisie ? C’est le dernier gadget de Sarkozy. Sans doute, considère-t-il comme une suprême habileté de donner à un électorat abruti par la propagande des médias la possibilité de « choisir » plutôt que de « subir » l’immigration.

Sarkozy est en réalité un ennemi acharné de notre identité, comme j’ai pu le démontrer dans un texte précédent.
Quel besoin d’une immigration « choisie » quand la France compte près de dix millions de chômeurs ? Cette immigration « choisie » se rajoutera à l’immigration « subie », se multipliera par la grâce du regroupement familial.
Certes, certaines professions peinent à trouver des compétences Mais la faute à qui, si ce n’est à une Education Nationale qui forme des psychologues là ou nous avons besoin d’ingénieurs des Travaux Publics, et qui forme des sociologues là ou nous avons besoin d’informaticiens.
Qu’on réforme l’Education Nationale, qu’on forme des compétences dont la France a besoin et non pas des chômeurs de niveau Bac plus 8. Qu’on redonne à l’apprentissage dès l’âge de 16 ans la possibilité de former de vraies compétences, et qu’on cesse de fixer pour objectif d’accorder à 90% des jeunes un diplôme qui se transforme en chiffon de papier.

Et enfin, quel mépris à l’encontre du Tiers-Monde… Leur pomper leurs informaticiens, leurs médecins, leurs infirmières… Leur piquer leurs élites, dont ils ont tant besoin…

Je vous le dis tel que je le pense : ceux qui font çà sont de méprisables cyniques Des cyniques vis-à-vis de leur Peuple. Des cyniques vis-à-vis du Tiers-Monde.






08:00 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 01 mai 2006

Douste-Blazy, un Mickey emblématique du Régime.

medium_mickey.jpgParmi tous les Mickeys qui peuplent une Chiraquie à l’agonie, il en est un qui vaut son pesant de cacahouètes.
Douste Blazy, ministre des Affaires Etrangères de la France est un incroyable concentré d’amateurisme, d’incompétence et de bêtise. Mais qu’il est drôle !

Il confond Taïwan et la Thaïlande, la Croatie et le Kosovo ( dixit Le Monde). Il ne parle pas anglais, ce qui est quelque peu fâcheux dans le monde de la diplomatie.


Il y a quelques temps, Condoleezza Rice a fait appeler son cabinet. C’était un vendredi, et Douste était en déplacement dans sa circonscription de Toulouse. Sans traducteur, ni conseiller diplomatique. Qu’à cela ne tienne : « Rappelez Lundi », fut la réponse du Quai d’ Orsay, à la stupeur de Washington.
A lire le « Monde » ,il se serait montré tellement flou, tellement filandreux lors du débriefing qui a suivi un dîner important à l’ ONU, que les diplomates ont du réclamer un compte rendu… à son collègue britannique.
D’autres anecdotes circulent sur le personnage. Il parait qu’il ignorait que les Antilles fussent françaises.
Mieux encore : en visite à Jérusalem dans le Musée Yad Vashem sur la Shoah, il a marqué un temps d’arrêt devant la carte d’Europe qui présente chaque pays en deux colonnes figurant l’importance des communautés juives , avant et après la seconde guerre mondiale.
Etonnement de Douste : « Il n’y a pas eu de juifs tués en Angleterre ? » Réponse gênée du conservateur « Mais, Monsieur le Ministre, l’Angleterre n a pas été occupée par les nazis »
Et Douste qui n’en démord pas « Mais il n’y a pas eu de juifs expulsés d’Angleterre ? »
Ne nous étonnons pas si son surnom dans le monde policé de la diplomatie est : « Le Condorcet » et le « Mickey d’Orsay ».

Une bonne nouvelle, cependant.
Contrairement à ce que d’aucuns ont pu affirmer quant à ses mœurs (mais cela ne nous regarde pas…), il a démontré dans la nuit du 31 Décembre dernier que les actions viriles ne lui faisaient pas peur. Une violente scène de ménage avec sa compagne , la réalisatrice de télé Dominique Cantien (c’est une femme) devait faire près de 40.000 euros de dégâts dans la luxueuse suite de la Mamounia à Marrakech.
Le problème, c’est qu’elle a pris le dessus et que notre Mickey d’ Orsay s’est retrouvé en très petite tenue dans le couloir de l’hôtel, avant de se réfugier dans la chambre d’un de ses gardes du corps.
J’imagine les tranches de rigolade que les diplomates américains, chinois ou papouasiens doivent se payer quand ils rencontrent l’oiseau (déplumé).
On disait de Gérald Ford, ancien Président des Etats-Unis qu’il ne savait pas marcher et mâcher un chewing-gum en même temps.
Douste-Blazy, lui, ne sait pas réfléchir et penser en même temps. Il est à l’image du système.

Ce Régime s’effondrera, non seulement dans le scandale, mais dans un gigantesque éclat de rire.

Robert Spieler

09:31 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook