Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 juin 2006

Liberté pour Michel Lajoye !

Liberté pour Michel Lajoye !
Assez des persécutions d’un Système devenu fou.

Michel Lajoye, probablement manipulé par des barbouzes de la Sécurité Militaire commit un plastiquage, évidemment condamnable, d’un café arabe hébergeant des clandestins en 1987 : peu de dégâts, aucun blessé, même léger.
En pleine hystérie « carpentrassienne », il fut condamné à la réclusion perpétuelle, avec peine de sûreté de 18 ans.
Incarcéré depuis le 12 décembre 1987, sa peine de sûreté est expirée. Rien n’empêcherait sa libération, d’autant qu’il dispose d’une promesse de travail et d’un logement.

Seulement, voila : Michel Lajoye ne s’appelle pas Pierre Bodein, gitan, violeur, tortionnaire et meurtrier de deux fillettes dont Jeanne-Marie, et une jeune femme, fille d’un ancien élu identitaire alsacien.

Bodein fut libéré rapidement (ce qui lui permit de recommencer) après une condamnation pour un assassinat commis quelques années plus tôt, par le même juge qui condamna en première instance Christian Chaton, conseiller général d’Alsace d’Abord pour avoir dit la vérité quant à l’immigration et l’insécurité. (Christian Chaton fut cependant relaxé en appel) . Ce même juge avait libéré quelques années avant un violeur de fillette qui s’empressa de recommencer (les parents de la victime et sa sœur militent aujourd’hui à nos côtés).

Seulement, voila : Michel Lajoye , même s’il ne réitérerait évidemment pas cet acte imbécile qu’il convient de mettre sur le compte de sa jeunesse et des provocateurs qui l’entouraient, n’a pas fait repentance quant à ses idées. Il continue à défendre une France française et une Europe européenne.
Il est abonné à RIVAROL, hebdomadaire de l’Opposition Nationale et Européenne (www.rivarol.com) dont je vous recommande la lecture. Un souffle de liberté et un formidable talent d’écriture (Camille-Marie Galic, et Chard, la meilleure caricaturiste de la presse française).

Mme Céline Deshayes, présidente du tribunal de l’Application des peines de Troyes vient de refuser sa libération.
« Il adopte un discours pour le moins méprisant à l’égard de certaines populations » et, souligne-t-elle, « persistance d’espaces peu appréhensibles voire souterrains dans ses convictions et choix de vie » (Pourvu que je ne me retrouve pas un jour entre les mains de cette mante religieuse humaniste !)
Si bien qu’on ne saurait envisager une libération avant « une psychothérapie où le détenu devra notamment travailler en profondeur sur sa problématique identitaire »

En d’autres termes, exigence d’une lobotomisation, digne des méthodes de Staline, de Pol Pot et d’Enver Hoxha.
J’oubliais un détail : Michel Lajoye ne pourra pas déposer de nouvelle demande de libération avant deux ans.
Un autre détail : La magistrate avait pris soin de consulter, avant de se prononcer, la Ligue des Droits de l’Homme et la LICRA. La LDH acquiesça à la libération conditionnelle, ce qui est tout à son honneur.
La LICRA y mit un veto définitif.

CQFD…

Robert Spieler
http://www.robert-spieler.net

16:25 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.