Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 21 septembre 2006

Non à l’islam, religion d’Etat.

Sarkozy, le « petit caniche » de l’islam

Non à une faculté de théologie musulmane d’Etat à Strasbourg !

 

Non à l’islam, religion d’Etat.

 

Appel à la création d’un collectif de résistance.

 

 

La commission de réflexion juridique sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics, mise en place par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur et des cultes, a rendu son rapport.

 

Elle préconise un « toilettage » de la loi de 1905 portant séparation des Eglises et de l’Etat. Dans son rapport, elle préconise le financement public des lieux de culte (entendez par là des mosquées) et la création d’une faculté de théologie musulmane à Strasbourg.

 

Il faut savoir que la loi du « petit père Combes » n’a jamais été mise en application en Alsace ni en Moselle. Parce que l’Alsace et la Moselle étaient allemandes. Au lendemain de 1918, les socialistes et les radicaux tentèrent bien sûr de mettre cette loi en application, entraînant un soulèvement populaire qui les fit reculer et qui fut le terreau d’un autonomisme alsacien très puissant.

 

Le statut concordataire concernant les religions catholique, juives, et les Eglises protestantes, luthérienne et calviniste ne fut pas abrogé.

 

Ce statut prévoit notamment que les prêtres, pasteurs et rabbins sont salariés par l’Etat. Il existe un enseignement religieux obligatoire à l’école primaire et secondaire (sauf pour ceux qui choisissent l’enseignement de la « morale »). Ce statut prévoit aussi des facultés de théologie d’Etat financées par celui-ci. Il existe aujourd’hui à Strasbourg des facultés de théologie d’Etat, catholique et protestante, cas unique en France.

La « commission Sarkozy » évoque la possibilité d’intégrer progressivement l’islam parmi les cultes reconnus en Alsace et de mettre en place « des cours d’enseignement religieux musulman au sein des établissements (publics) d’enseignement secondaire ». Pour atteindre cet objectif, elle propose la mise en place « d’une formation diplômante en  théologie de professeurs de religion » (l’islam, bien sûr), c’est à dire d’une faculté de théologie musulmane à Strasbourg, financée par l’Etat.

La création d’une telle faculté, qui plus est à Strasbourg, capitale de l’Europe (quel symbole !), entraînerait immanquablement, à terme, l’élargissement du statut concordataire à l’islam. L’islam deviendrait, à l’égal des religions catholique, protestante et juive, une religion d’Etat.

Les « idiots utiles » dont parlait Lénine ouvriraient ainsi grandes les portes de la France et de l’Europe à une religion dont le livre sacré, le Coran, parole intangible et non interprétable d’Allah prône de tuer juifs, chrétiens et athées et ravale les femmes au rang de demi créatures.

 

Ceci, nous ne l’accepterons pas. Sarkozy vient de révéler son véritable visage : celui d’un destructeur de nos identités.

J’appelle à la résistance.

J’ai décidé de contribuer à créer le collectif  « Non à l’élargissement du statut concordataire à l’islam, non à l’islamisation de l’Europe ». J’appelle tous ceux qui sont déterminés à ce que l’Alsace reste alsacienne, la France française et l’Europe européenne, à rejoindre ce collectif.

 

Robert Spieler

 

 

http://www.robert-spieler.net   

21:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : islam, alsace, droite nationale, strasbourg, benoit XVI | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.