Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 novembre 2006

Le pape en faveur de l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne

Le pape en faveur de l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne : une volte-face et un coup de poignard dans le dos de l’Europe

 

medium_images.8.jpg« Le Saint-Siège voit positivement et encourage la voie du dialogue, du rapprochement et de l’intégration européenne [de la Turquie] sur la base de valeurs et de principes communs ».

Le pape désavoue ainsi le cardinal Ratzinger qui considérait il y a deux ans que l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne serait « une erreur » puisque « par  son histoire et sa culture, elle n’appartient pas à l’Europe ».

 

Des « valeurs et des principes communs » : on croit rêver… Le pape est pourtant plus que quiconque informé de la réalité de ce qu’est l’islam. Il rappelait récemment, suscitant le scandale, que la violence était intrinsèque à cette religion. Il sait évidemment que le Coran, apporté sur terre par l’archange Gabriel, est la parole d’Allah, non interprétable, et que les sourates les plus modérées y figurant au début sont dites abrogées par les sourates « abrogeantes » qui suivent, caractérisées par leur violence à l’encontre des juifs, des chrétiens et des athées. Il sait que le Coran réduit la femme à une sous-humanité et que la conversion est interdite sous peine de mort. Charles de Foucault, dont Fabienne Keller et Robert Grossmann viennent d’inaugurer une statue à Strasbourg, à l’initiative de Catholiques proches de la Tradition , raconte lui-même peu de temps avant d’être assassiné dans son ermitage dans le Sahara qu’il n’a jamais pu convertir le moindre musulman. Le pape n’ignore pas davantage les spoliations dont les chrétiens sont victimes aujourd’hui en Turquie. Même Libération, journal de gauche peu soupçonnable de complaisance à l’égard du christianisme, rappelait dans son édition de lundi que jour après jour, des séminaires, des églises, des biens chrétiens sont spoliés par le gouvernement turc en vertu d’une loi ad hoc et que les chrétiens sont de facto considérés comme des citoyens de seconde zone.

 

Le premier ministre turc Erdogan, chef d’un gouvernement que les naïfs occidentaux présentent comme « islamique modéré » (aimable plaisanterie : il n’existe pas d’islam « modéré ») vient de déclarer après avoir accueilli Benoît XVI : « Le message le plus important que le pape a délivré est à l’adresse de l’islam : il a réitéré qu’il considérait l’islam comme pacifique et affectueux ».

 

J’invite le pape à solliciter l’avis des chrétiens en Indonésie, en Arabie saoudite, en Irak, au Soudan, en Algérie, en Egypte, etc, quant à la dimension « pacifique et affectueuse » de l’islam.

 

Je rappelle aussi que l’infaillibilité du pape ne concerne que les questions théologiques. Et que si « Paris vaut bien une messe », une visite à Istanbul ne vaut pas un reniement.

 

medium_images2.jpgA quoi Lépante (en 1571) aurait-il servi, à quoi aurait servi le sacrifice de dizaines de milliers d’Européens sous les murs de Vienne en 1683, si le pape ouvre aujourd’hui toutes grandes les portes de l’Europe à la Turquie et à l’islam ?

Pour notre part : « non possumus ». Jamais nous n’accepterons que l’Europe ne soit plus européenne.

 

Robert Spieler

20:00 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : turquie, strasbourg, alsace, benoit, pape, entrée, europée | |  Facebook

samedi, 25 novembre 2006

Et si le Pen n’avait pas ses signatures ? Ce serait, « une révolte, Sire, non, une Révolution… » (propos d’un ministre de Louis XVI s’adressant au Roi)

medium_images.7.jpgLa situation de Le Pen est très difficile, et il ne semble pas qu’il s’agisse d’une manipulation médiatique. Il peine à trouver ses 500 signatures, ce qui n’est pas étonnant quand, dans le même temps, Villiers et Laguiller ont les mêmes difficultés.

La pression du système est en effet terrible. Le conformisme est une obligation. Le politiquement correct, la norme. Les maires, signataires potentiels, se retrouvent à un an du renouvèlement de leurs mandats. Nul besoin de pressions officielles. La pression que l’intérêt, l’ambition, la peur, ou la lâcheté exercent sur eux est plus puissante que tout.

Nous vivons en réalité dans un Etat totalitaire soft. Il est vrai qu’on n’y massacre pas les opposants, on se contente de les empêcher de s’exprimer et de les condamner à la mort politique : amendes, persécutions, peines d’inéligibilité.

On modifie les modes de scrutin au gré des intérêts de la Nomenklatura  : une République bananière doublée d’une tyrannie qui se prétend démocrate et se veut donner des leçons à ses opposants et au monde entier.

De plus, une tyrannie cynique. Certains naïfs ont cru que les récentes déclarations d’Accoyer (Président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale), proche de Sarkozy, estimant qu’il serait anormal que Le Pen ne puisse se présenter, faute de signatures, assuraient sa candidature.

Nous sommes en réalité dans le domaine de la manipulation et du double langage.

En réalité, Sarkozy a compris que la colère des électeurs de Le Pen serait terrible à son encontre s’il apparaissait responsable d’une éventuelle non-candidature de Le Pen.

Un nombre significatif d’électeurs se vengerait en votant sans état d’âme pour Ségolène Royal, afin de faire chuter le « salaud intégral », pour reprendre l’expression de Sartre. D’où la volonté de Sarkozy de ne surtout pas apparaitre comme ayant la moindre responsabilité dans cette situation. Il envoie Accoyer en mission de propagande, mais transmet dans le même temps les consignes interdisant aux maires proches de l’UMP de signer pour d’autres candidats que lui. CQFD…

Son intérêt est évidemment que Le Pen ne puisse être candidat, sans toutefois en porter la responsabilité, dans l’espoir de récupérer une partie de son électorat et de se retrouver en position avantageuse pour le deuxième tour.

On peut aussi considérer que les chiraquiens ont tout intérêt à ce que Le Pen soit candidat, histoire de plomber sévèrement « le traître ». Mais il est sans doute plus facile et plus efficace pour eux, experts en manipulations et maîtres es médias, de faire croire que c’est par la volonté de Sarkozy que Le Pen n’a pu avoir ses signatures.

Revenons à Le Pen. Je ne partage pas toutes ses analyses, et notamment son « nationalisme intégral ». Que pèse la France seule sur les plans militaire, diplomatique, et économique ? Mon espérance est l’Europe de la puissance, pas certes celle de Bruxelles. Je souhaite une Europe respectueuse des Nations, des Peuples et des Régions. Surtout pas une Europe « jacobine » dont la capitale serait Bruxelles.

Mais je considère qu’il serait inouï, scandaleux, mais digne des méthodes anti-démocratiques du système, que Le Pen ne puisse être candidat.

J’exprimerai le moment venu mon choix pour l’élection présidentielle. Je choisirai en tous cas le candidat le plus rebelle au système et j’en expliquerai les raisons.

En attendant, j’invite tous ceux qui disposent d’un parrainage d’élu à permettre à Jean-Marie Le Pen, qui fut présent au deuxième tour de la précédente élection présidentielle, d’être candidat à l’élection de 2007.

Si tel n’était pas le cas, le peuple n’aurait que le choix entre la révolte et la révolution.

Robert Spieler

01:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : spieler, alsace, france, droite nationale, le pen, fn, strasbourg | |  Facebook

jeudi, 23 novembre 2006

Strasbourg dépassée par Nancy, qu’en pensent Fabienne Keller et Robert Grossmann ?

medium_images.6.jpgVoilà une excellente analyse écrite par notre ami, le Général Alain Voelckel, ancien conseiller régional et conseiller municipal Alsace d’Abord de Bischwiller. J’ai pensé qu’il était intéressant de la faire partager par les lecteurs de mon blog.


Dans "Le Nouvel Observateur" ( on prend son bien où on le trouve), semaine du 16 au 22 novembre, un "palmarès" des villes françaises.( "aires urbaines" au sens de l'INSEE, englobant donc les "cités")
Parmi les villes de l'Est, Nancy surclasse largement Strasbourg dans tous les domaines : économie, emploi, culture, qualité de la vie, examinés à travers d'indicateurs chiffrés. Appréciation d'ensemble : "Bassin d'emploi dynamique, constitué de P.M.E. diversifiées, qualité de la vie préservée, population étudiante très nombreuse, animation culturelle foisonnante».

 Nous dédierons cette dernière remarque à l'"agitateur culturel" Grossmann; au demeurant deux indicateurs sont particulièrement accablants pour la gestion municipale strasbourgeoise:sécurité, nombre de crimes et délits pour 1000 habitants ( 2005): N. :81, S.:106 et circulation :embouteillages en 2005 (heure/km) : N.:996, S.: 1223. S'ajoutent, entre autres, pour Nancy, ses 10 écoles d'ingénieurs, ses laboratoires de recherche, son projet de nouveau centre de congrès.


A regarder de plus près, deux chiffres paraissent contredire le dynamisme de Nancy: S.: 1151 créations d'entreprises, N.: 383 (2005), d’une part, croissance démographique en % 1990 à 1999: S.:0,81, N.: 0,11.d'autre part. Mais les créations d'entreprises portent vraisemblablement surtout sur des petits commerces (friperies et friteries, épiceries et kebbaberies etc..) à main d'oeuvre familiale, largement inculte et minimement acculturée et ne compensent pas la disparition de grandes entreprises consommatrices de main d'oeuvre qualifiée et de technologies poussées; il est significatif, de ce point de vue, que le taux de chômage soit plus élevé à Strasbourg qu'à Nancy. Quant à la croissance démographique, elle traduit, essentiellement, le poids de l'immigration. Et ceci explique largement tout cela.

Tout porte ainsi à penser que Nancy va prendre à Strasbourg la carte de la proximité nouvelle de Paris (TGV) et de la proximité géographique des "Länder" les plus riches. Strasbourg "capitale de l'Europe" .....

A noter, en passant, à propos de Strasbourg, ce que l'hebdomadaire germanopratin de M. Daniel appelle "l'aura de l'ENA", référence suprême et suprême référence, qui lui fait évoquer  " nos jeunes énarques tout ébaudis devant les ondulations fessières des donzelles perchées sur le zinc " du " mythique Bar des Aviateurs".Certains de nos camarades n'ont heureusement pas attendu l'ENA pour apprécier lesdites ondulations.

13:50 | Lien permanent | Tags : nancy, strasbourg, lorraine, alsace, spieler, keller, grossmann | |  Facebook

mercredi, 22 novembre 2006

Epouvantable épreuve pour Philippe de Villiers.

medium_villiers.jpgEpouvantable épreuve pour Philippe de Villiers.
Mais jusqu’où le système ira-t-il
?

Son fils cadet accuse son frère aîné de l’avoir violé quinze ans plus tôt.
A quelques mois des présidentielles…
Le cadet accusateur s’était déjà singularisé, semble-t-il, par des comportements de mythomane.
Je ne voterai certes pas pour Philippe de Villiers (je doute de sa volonté de rompre avec le système, mais peut-être le fera-t-il vraiment après ces épreuves…) et qui doit sa présidence du Conseil Général de Vendée à l’UMP.
Mais, franchement, on peut se poser des questions… que de manipulations dans cette cinquième république agonisante.

- L’affaire Marckovic où de pseudos photos de partouzes impliquant Claude Pompidou furent diffusées pour créer le scandale et empêcher Georges Pompidou de prétendre à devenir Président de la République.
- L’affaire du juge Burgaud, où des dizaines de personnes furent accusées de pédophilie par une mythomane, relayée par un juge totalement incompétent.
- L’affaire Allègre où l’ancien maire de Toulouse, Dominique Baudis, fut la victime des pires accusations mensongères.
- Pour en revenir à une manipulation bien plus lointaine, rappelons nous l’affaire de l’assassinat du fils de Léon Daudet, il y a 75 ans. Il fut assassiné dans des conditions très obscures, et il est probable que les polices du système y jouèrent un rôle.
- Pensons aussi à Jean-Edern Hallier, dont Mitterrand disait qu’il était le plus grand écrivain de l’époque jusqu’à ce qu’il ose livrer les secrets du Régime (la fille de Mitterrand, etc…). Il fut persécuté de façon invraisemblable. A l’époque, je considérais qu’Hallier délirait, racontait n’importe quoi. La suite a démontré que j’avais tort. A signaler la parution d’un récent livre, aux éditions du Rocher, qui raconte ces étonnants épisodes.
- Je pourrais citer bien d’autres exemples…

J’ai eu de multiples occasions, dans mon métier ou dans ma vie politique de rencontrer des mythomanes et des manipulateurs. Je dois dire que les mythomanes sont assez fascinants. Il est totalement impossible de leur faire reconnaître leurs mensonges. S’ils sont coincés, ils changent de sujet ou réagissent de façon agressive.

Moi qui suis un sceptique absolu et que les théories complotistes ont toujours fait rigoler, j’en viens cependant à me dire que le système est prêt à tout pour défendre ses privilèges.


Robert Spieler

11:50 Publié dans France | Lien permanent | Tags : philippe, de, villiers, mpf, alsace, strasbourg, politique | |  Facebook

samedi, 18 novembre 2006

Pour une Alsace bilingue au coeur de l'Europe

medium_ManifJA1.jpgUne cinquantaine de militants d’Alsace d’Abord et de Strasbourg d’Abord, emmenés par Robert Spieler, ont pris part à la manifestation en faveur de l’enseignement bilingue, ce samedi à Strasbourg.

Drapeaux rouges et blancs au vent, ils ont marqué leur volonté forte de descendre dans la rue chaque fois que l’identité alsacienne est menacée.

Générant la colère de l’extrême gauche et la sympathie de bon nombre de parents de l’enseignement bilingue présents, la délégation identitaire et régionaliste s’est félicité de l’accueil des seconds tout en rappelant aux premiers, que leur idéologie a été complice des hussards noirs de la République, sabreurs de l’identité régionale.

17:05 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : jeune, alsace, politique, robert, spieler, d'abord, bilinguisme | |  Facebook

jeudi, 09 novembre 2006

SYNTHESE NATIONALE EST EN VENTE A STRASBOURG...


medium_Sans_titre.jpgLa  revue Synthèse nationale est en vente chez le marchand de journaux de l'Avenue de la Marseillaise (situé juste en face de la Poste principale de la capitale alsacienne). Vous pourrez y décourir l'ensemble des collaborations qui font de cette revue un élèment utile à l'action militante.

 ...

Entretien exclusif avec Robert Spieler - Président de Strasbourg d'Abord

-Qui sont d’après vous les collabos ?

 

Les collabos sont tous ceux qui de diverses façons : politique, culturelle, judiciaire, pédagogique, soutiennent un système politique visant à décérébrer nos peuples, et à détruire nos identités. Cela recouvre une large palette de «  compétences ». Ce système dispose de ses intellectuels, ses combattants, ses soutiers, ses fanatiques, ses idiots utiles et surtout de puissants relais dans le monde politique, culturel, associatif, judiciaire et médiatique.  ( la suite dans le premier numéro de Synthèse Nationale ...)


 

21:05 Publié dans Livre | Lien permanent | Tags : Synthèse, Nationale, droite nationale, strasbourg, alsace | |  Facebook