Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 décembre 2006

BON NOEL AUX COMBATTANTS IDENTITAIRES...

medium_thumb_Brasillach.2.jpgBon Noël avec l’espérance de victoire à ceux qui partagent nos combats pour l’Alsace, la France et l’Europe. Espoir de renaissance. Courage, résistance et volonté.

Je vous propose ce magnifique poème de Robert Brasillach « Noël en taule » (poèmes de Fresnes).

Robert Brasillach, qui avait eu le tort de croire au « fascisme immense et rouge » fut condamné à mort, bien qu’il n’eut pas la moindre goutte de sang sur les mains, et fusillé le 6 février 1945. De Gaulle refusa sa grâce, malgré l’intervention de François Mauriac, Paul Valéry, Jean Anouilh, Jean-Louis Barrault, Albert Camus, Marcel Aymé, Colette etc…

Je pense en ce soir de Noël à Robert Brasillach, mais aussi à Michel Lajoye, condamné pour une bêtise de jeunesse qui ne fit ni mort ni dégât. Il est en prison depuis 19 ans et l’on vient, à la demande de la LICRA, de lui refuser sa libération.

Joyeux Noël à tous ! Un jour viendra…

Robert Spieler
www.robert-spieler.net


Noël en taule

Qu’importe aux enfants du hasard,
Le verrou qu’on tire sur eux :
Noël n’est pas pour les veinards,
Noël est pour les malchanceux.
Voici la nuit : il n’est pas tard,
Mais la cloche tinte pour eux.

Noël derrière les barreaux,
Noël sans arbre et sans bonhomme,
Noël sans feu et sans cadeau,
C’est celui des lieux où nous sommes,
Où d’autres ont joué leur peau,
Sur la paille dormi leur somme.

Je t’adopte, Noël d’ici,
Bon Noël des mauvaises passes :
Tu es le Noël des proscrits,
De ceux qui rient dans les disgrâces,
Des pauvres bougres qu’on trahit,
Et des enfants de bonne race.

Nous savons qu’au dehors, ce soir,
Les amis et les cœurs fidèles,
Les enfants ouvrant dans le noir,
Malgré le sommeil, leurs prunelles,
Evoquent l’heure du revoir
Et tendent leurs mains fraternelles.

Et pour revoir, gens du dehors,
Le vrai Noël de nos enfances,
Il suffit de fermer encor
Nos yeux sur l’ombre de l’absence,
Pour dissiper le mauvais sort
Et faire flamber l’espérance.

Robert Brasillach, Noël 1944

10:35 Publié dans Livre | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.