Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 janvier 2007

Big Brother est strasbourgeois. Et Fabienne Keller est sa vestale

medium_keller_fabienne04061f.jpgFabienne Keller, maire UMP de Strasbourg se pique d’aller au peuple comme les marquises du 19ème siècle allaient aux pauvres.

Des réunions d’appartement sont organisées régulièrement pour « prendre le pouls de la population ». Une réunion devait être organisées dans le quartier de Neudorf, mardi 9 janvier. Réunion brutalement annulée en raison de la présence annoncée de Robert Vix, très actif dans les associations du quartier, mais ancien candidat d’Alsace d’Abord aux cantonales de 2004 et suppléant de Chantal Spieler aux législatives de 1997.

Explication : « Une personne qui est allée prendre l’étiquette Alsace d’Abord fait partie de ces gens qui ne jouent pas sur les bons côtés des gens » commente la directrice de cabinet du Maire.

Admirons la puissance stylistique de la phrase et sa profondeur. Le bon côté des gens ? De face, de profil ? Profil gauche, profil droit ? Mais bien sûr, on à compris, le bon côté, c’est le côté gauche, ce qui rejoint le propos du compère de Fabienne Keller, Robert Grossmann, qui déclarait récemment être « culturellement de gauche », ce qu’au demeurant nous savions déjà.

Les strasbourgeois ont compris qu’à l’heure où les voitures flambent, faisant de Strasbourg une capitale de l’insécurité, le Maire UMP a désigné l’adversaire principal. Pas les bandes qui ravagent les quartiers, pas les voyous qui terrorisent les strasbourgeois et se conduisent en maîtres des territoires occupés. Pas l’islamisme qui se répand comme une traînée de poudre.

Non, pour Madame Keller, l’ennemi principal, ce sont les défenseurs de nos identités alsacienne, française et européenne.

Dont acte, et rendez-vous en 2008 aux élections municipales.

J’oserai ajouter que ni Marcel Rudloff, ancien maire UDF de Strasbourg que je combattais pourtant durement, ni Roland Riess, maire socialiste de Strasbourg, n’auraient, j’en suis persuadé, exprimé un tel mépris pour la démocratie et une telle arrogance totalitaire.

Robert Spieler

www.robert-spieler.net

PS : lisez sur http://alsace.novopress.info l’excellente réaction d’un strasbourgeois en colère.

14:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : politique, droite, droite nationale, fn, front national, ump, keller | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.