Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 février 2007

Jean-Marie Le Pen désavoue-t-il Marine Le Pen ?

Marine Le Pen a tenu récemment des propos particulièrement agressifs à l’encontre des identités régionales (voir ici), expliquant que le bilinguisme et les panneaux bilingues constituaient une grave menace pour l’unité de la République (sic…).

Ces propos ont suscité l’indignation jusque dans les rangs du Front National, dont certains militants et responsables sont favorables à un régionalisme qui n’a évidemment rien à voir avec le séparatisme.

En Alsace, Patrick Binder, Président du groupe FN ne manque pas, au Conseil Régional de défendre le bilinguisme et la culture régionale, même s’il se retrouve en contradiction avec certains de ses collègues attachés à un nationalisme intégral et jacobin.

Jean-Marie Le Pen vient de déclarer à la presse régionale que «  le FN ne méconnaissait pas les spécificités culturelles du pays, dont celles de l’Alsace », expliquant défendre les traditions régionales sans vouloir « en faire plus » et considérant que le bilinguisme est « légitime ».

Il s’agit là d’une position certes plus acceptable que celle de Marine Le Pen.

Mais que signifie « sans en faire plus » ?

Jean-Marie Le Pen, élu Président de la République, est il prêt à ratifier la charte des langues minoritaires que la plupart des pays européens ont ratifiée et qui se heurte en France à l’opposition des jacobins de gauche et de droite ?

Est-il prêt à soutenir le projet de fusion des départements alsaciens avec le Conseil Régional afin de créer une Grande Assemblée Régionale regroupant les compétences de la Région et des départements ?

Est-il prêt à un transfert de compétences et de moyens de Paris vers l’Alsace et vers les autres régions dans les domaines de l’enseignement, de l’environnement et du développement économique ?

Ce sont les questions que je lui pose dans un courrier que j’enverrai par ailleurs à tous les candidats à l’élection présidentielle et dont je rendrai publiques les réponses.

Nul doute que les Alsaciens seront particulièrement attentifs à leurs réactions.

 

Robert Spieler

10:35 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : robert spieler, alsace d'abord, le pen, fn, régionalisme, strasbourg | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.