Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 mars 2007

Enorme succès du 8ème congrès d’Alsace d’Abord

Samedi 17 mars a eu lieu le 8ème congrès d’Alsace d’Abord.

Après une période de flottement en terme d’organisation, nous avons décidé de réorganiser le mouvement afin de nous faire franchir une nouvelle étape dans notre développement.

L’année 2006 nous a permis de renforcer considérablement nos équipes de jeunes, qui aujourd’hui sont particulièrement nombreuses et dynamiques.

medium_2007_0318dimanche0003.JPG

Près de 200 congressistes étaient présents, dont la moitié de jeunes : un grand succès.

 

Jacques Cordonnier proposa l’élection d’un Conseil d’Administration renforcé qui passe de 3 à 14 membres, permettant ainsi la représentation de toutes les sensibilités du mouvement et une meilleure couverture géographique de l’Alsace.

Les congressistes ont réélu président Robert Spieler à l’unanimité, ainsi que Christian Chaton vice-président, Jacques Cordonnier secrétaire général, Michel Schwartz trésorier.

 

medium_Jacques_Cordonnier.jpgDes prises de parole de haute tenue de Jacques Cordonnier, développant l’échec des élites alsaciennes, de Christian Chaton, insistant sur l’importance de l’implantation locale et la préparation des prochaines échéances électorales, de Chantal Spieler (Solidarité Alsacienne) qui développa la nécessite de l’engagement social, de Roland Vernizeau qui exigea plus de pouvoirs pour les régions, et enfin d’Agnès Harnist, qui exprima avec passion et talent la nécessite du bilinguisme, un atout pour l’Alsace.

 

De nombreuses délégations amies de France et d’Europe étaient présentes ou nous avaient envoyé des messages de sympathie.

Nos formidables amis du Vlaams Belang, avec Frank Creyelman, sénateur, et Hilde de Lobel, députée, nous apportèrent le soutien de ce parti frère. Philippe Claeys, député du Vlaams Belang au Parlement Européen, nous fit parvenir un message d’encouragement.

D’autres amis du FPOE autrichien, du Südtiroler Volkspartei et de la Lega Nord firent de même.

medium_rolandtribune2.jpgRoland Hélie, directeur de la revue Synthèse Nationale, et grand ami d’Alsace d’Abord, expliqua que pour l’immense majorité des militants nationaux de France le danger n’était pas le bilinguisme et les langues régionales, comme semble le croire Marine Le Pen, mais l’immigration extra-européenne massive.

Fabrice Robert, au nom du Bloc Identitaire, développa avec brio la solidarité nécessaire de tous les identitaires et exposa les méthodes d’action nouvelles expérimentées avec grand succès par les identitaires depuis plusieurs années. Nous avons aussi reçu la visite de Philippe Vardon, candidat identitaire aux législatives pour Nissa Rebella, et des JI Lorraine.

medium_Fabrice_Robert_Hilde_de_Lobel_et_Frank_Creyelman.jpg

     Fabrice Robert, Hilde de Lobel et Frank Creyelman

Xavier Guillemot, Président de l’Idée Bretonne, nous transmit un message de Yann Fouéré, vieux combattant de l’identité bretonne et européenne, auteur du célèbre ouvrage « L’Europe aux 100 drapeaux ».

Enfin, Pierre Vial, président de Terre et Peuple, nous envoya lui aussi un message particulièrement chaleureux. Sans oublier ceux de Jean-Yves Le Gallou (directeur de Polemia), Jean-Claude Rollinat (journaliste à Présent et premier-ajoint au Maire de Jaulnes), et de Catherine Gravlic, journaliste à Monde et Vie.

 

medium_robert_congres.JPGRobert Spieler conclua le congrès. Il insista sur la nécessite de sauver nos provinces et notre Europe de l’invasion immigrée, en insistant sur le fait que le taux de natalité catastrophique de l’Europe conduit immanquablement à sa disparition : le taux de natalité français, dont certains se gargarisent, est dû non à la renaissance française, mais aux naissances maliennes et africaines sur notre terre. Seule une politique nataliste vigoureuse et incitative privilégiant les européens de souche pourra nous sauver du désastre.

Nous sommes le dos au mur. Et que représente la France seule sur le plan militaire et diplomatique. Nous voulons la Grande Europe, « pas celle des nains de Bruxelles, bien entendu », nous voulons la création d’une zone économique incluant la Russie, protégeant ses frontières et empêchant des pays tels la Chine ou bien les fonds de pension américains de tuer nos emplois.

 

L’échéance présidentielle amena Robert Spieler à exprimer le refus d’Alsace d’Abord de soutenir officiellement un candidat : aucun ne défend nos idées régionalistes et européennes.

Jean-Marie Le Pen a le mérite d’être le candidat le plus opposé au système, celui dont les positions sur l’immigration sont les plus proches de nôtres. Nous regrettons cependant son jacobinisme et son refus de voir reconnaître le rôle des régions. Et nous sommes particulièrement scandalisés par les propos de sa fille Marine expliquant que les plaques bilingues à l’entrée de nos villages et le bilinguisme « constituent un danger pour l’unité de la République »…

Quant à François Bayrou, dont certains positions sur les régions rejoignent les nôtres, comment ne pas oublier qu’il fut un élément moteur du système depuis 15 ans et qu’il vient de se déclarer favorable au droit de vote des immigrés non-européens aux élections locales.

Sarkozy, enfin, peut être considéré comme l’adversaire principal. Il pratique avec talent le double langage et le triple mensonge : n’oublions pas que c’est lui qui a fait modifier le mode de scrutin des régionales, empêchant Alsace d’Abord d’être présent au Conseil Régional, malgré une progression de 50% des suffrages nous amenant à frôler la barre des 10%. N’oublions pas que c’est lui qui a supprimé la double peine, empêchant un criminel étranger d’être expulsé après avoir purgé sa peine. « Je pourrais multiplier les exemples », continua Robert Spieler. « Nous ne voulons pas d’un état Sarkozy qui durera 10 ou 20 ans ».

A chacun de réfléchir et de choisir en conscience.

 

 

En conclusion, Robert Spieler lança un appel à toutes les forces identitaires (associations, mouvements, personnalités, etc) pour constituer une Fédération des Identitaires et des Régionalistes organisée en réseau et ayant vocation à peser sur l’avenir de la France.

Pour conclure la soirée, un dîner avec 70 militants nous permit de confirmer cette amitié et cette convivialité qui font notre force.

Des chants de nos provinces européennes furent entonnés, et notamment O Strassburg, O Strassburg, du wunderschöne Stadt (voir la vidéo), qui fut « La Marseillaise » alsacienne avant d’être « oubliée », ainsi que le drapeau Rot un Wiss, au lendemain de la dernière guerre.

C’était magnifique !

Le lendemain, Christian Chaton, conseiller général de Sainte-Marie-aux-Mines, nous organisa une visite des mines d’argent, avant que nous ne clôturions ce week-end par un déjeuner dans une ferme auberge de son canton.

 

Un congrès inoubliable et un succès formidable !

Robert Spieler

16:15 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : alsace d'abord, alsace, strasbourg, 2007, spieler, politique, droite nationale | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.