Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 avril 2007

Le cimetière catholique et protestant de Bischwiller profané. Un détail...

medium_images.9.jpg30 stèles profanées dans le cimetière chrétien de Bischwiller (Bas Rhin). La réaction des autorités et des journaux est à la mesure de l'"insignifiance" de l'évènement. "La piste du vandalisme est privilégiée" déclare la presse sur un ton laconique.

Que n'aurait-on dit si le cimetière juif tout proche qui n'a subi aucun dégat ou un cimetière musulman avaient été visés ?

On aurait bien évidemment assisté à l'habituel cortège des pleureuses, la mobilisation massive des autorités morales, l'inévitable cérémonie expiatoire rassemblant élus, prêtres, pasteurs, rabbins et imams.

Mais un cimetière chrétien... Un détail !...

Robert Spieler

23:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : politique, alsace, france, Strasbourg, droite, Jean-Marie Le Pen | |  Facebook

Alsace d’Abord condamne la profanation du cimetière de Bischwiller

medium_s_bischwiller.gifLe Mouvement « Alsace d’abord » et ses élus municipaux à Bischwiller expriment leur consternation et leur émotion après la dévastation du cimetière chrétien dont la mise en sécurité s’impose d’urgence.

Ces agissements sont malheureusement révélateurs de l’état d’une société où s’effondrent le respect le plus élémentaire dû aux morts et les valeurs morales les plus fondamentales.

«  Alsace d’abord » attend des autorités officielles qu’elles expriment la même indignation que celle qu’elles manifestent à l’occasion de la profanation de tombes d’autres confessions. 

Il en appelle, de la part des candidats à l’élection présidentielles, à un dépassement des enjeux électoralistes et à une prise de conscience, si tardive soit-elle.

 

Alain Voelckel et Michèle Leiser

Conseillers Municipaux de Bischwiller

www.alsacedabord.org

17:25 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : alsace, strasbourg, bischwiller, spieler, voelckel, 2007 | |  Facebook

jeudi, 26 avril 2007

Robert Spieler : quel vote pour le second tour ?

medium_69NCA8D0XSACAFLK0P1CAI0FHZZCAISTK5BCASKLH1BCA5D2SL8CATV1PL3CA1DO0INCATXIGVGCA6IEBH2CA6O2A7YCAEGQYW0CA40OL76CA6QL8S7CA1JT4H6CASN2SJPCA6EBFO6CAA3X2MHCACFZUTI.3.jpgNicolas Sarkozy ou Ségolène Royal ?

Ou aucun des deux ?

Sarkozy, dont les gesticulations « droitières » ne me font pas oublier qu’il est à l’origine de la suppression de la double peine, permettant à des délinquants, violeurs ou meurtriers étrangers de ne pas être expulsés de France une fois leur peine accomplie.

Sarkozy, qui fut à l’origine du Conseil Français du Culte Musulman, donnant ainsi une tribune aux extrémistes islamistes de l’UOIF.

Sarkozy, qui s’exprima il y a quelques mois en faveur du vote des étrangers non européens aux élections locales, position qu’il s’abstint soigneusement d’évoquer durant la campagne électorale.

Sarkozy, qui fut comme Tony Blair surnommé « le petit caniche de Bush » lors de son récent voyage aux Etats-Unis, et qui souhaite mettre la politique étrangère de la France et de l’Europe à la remorque de celle des Etats-Unis.

Sarkozy, qui nage comme un poisson dans l’eau du grand capital et qui n’a de cesse de complaire au MEDEF où son frère occupe au demeurant d’importantes responsabilités.

Sarkozy est-il de près ou de loin proche de nos idées identitaires ? Non, définitivement non.

Quant à Ségolène Royal, il est inutile, je crois, que je développe auprès des lecteurs de mon blog les raisons de ne pas voter pour elle, même si je comprends la position de certains cyniques qui, dans notre camp, préfèrent le choléra à la peste.

Je n’ai jamais considéré que, dans un système truqué, le vote était un devoir civique. Je ferai partie des millions d’abstentionnistes qui exprimeront par là leur refus de collaborer à l’affaiblissement de notre peuple.

Allez absolument lire sur le site d'Anne Kling  les excellents articles de Jacques Marlaud et de Konk. Ils disent tout. A ne pas rater !

Robert Spieler

22:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : politique élection présidentielle, fn, ump, ps, sarkosy, royal, élections | |  Facebook

mercredi, 25 avril 2007

Election présidentielle : les raisons de l’échec programmé de Le Pen...

medium_thumb_aarobertspieler.jpg

Député du Front National de 1986 à 1988, j’avais décidé de quitter ce parti en 1989 pour créer le mouvement régionaliste Alsace d’Abord. Je l’ai quitté car j’étais en désaccord avec une dérive (déjà) jacobine et aussi parce que je n’acceptais pas le mode de fonctionnement de ce mouvement.

J’ai bien connu Jean-Marie Le Pen. Formidable orateur, courageux et doué souvent d’intuitions fulgurantes, doté d’un charisme exceptionnel, il sut rassembler, avec à ses côtés Jean-Pierre Stirbois, en 1984, toutes les forces nationales et identitaires. Ses défauts sont à la hauteur de ses qualités : Jugeant les hommes à l’aune de leur servilité à son égard, écartant ceux qui ont l’audace d’exprimer des désaccords, pratiquant le népotisme et le clanisme, incapable de prendre de la hauteur quand les circonstances l’exigeaient, il refusa de construire un parti structuré et rassembleur, doté d’un vrai centre de formation de cadres, organisé sur le terrain, condition sine qua non d’une implantation durable.

Je lui conserve, malgré tout, mon respect. Mais j’exprime aussi mes regrets quant au rôle historique qu’il aurait pu jouer et qu’il n’a pas su jouer. J’ai, depuis 1989, observé un devoir de réserve. Par respect pour des amis qui sont restés au FN, et aussi parce que je ne fais pas partie de ceux qui « crachent dans la soupe » et qui croient se faire pardonner par l’adversaire en insultant ceux qu’ils ont soutenu hier.

 Les cinq raisons de l’échec de Le Pen :

Je vous propose mon analyse de la chute programmée du Front National et de Le Pen.

Marine Le Pen, Louis Aliot (Secrétaire général) et un petit clan, dont Alain Soral qui se définit comme marxiste, avait pris le contrôle de la campagne présidentielle de Le Pen. Ils portent une responsabilité majeure dans cet effondrement. Certes, Sarkozy a mené une excellente campagne, certes il a su faire un hold-up sur certains thèmes du Front National que Le Pen abandonnait au même moment... Certes…

 1- L’absurde positionnement « républicain »…

Je n’évoque évidemment pas la République comme mode d’organisation institutionnelle, que peu de citoyens contestent, mais la République issue de la Révolution et qui fut responsable notamment du génocide vendéen. Lancer sa campagne présidentielle à Valmy, c’était pour le moins rendre hommage à une Révolution massacreuse qui fut à l’origine des Etats-Nations et de toutes les guerres civiles européennes qsui ensanglantèrent les XIXème et XXème siècle, entraînant des dizaines de millions de morts et l’affaiblissement peut-être définitif de l’Europe.

Rendre hommage à Clemenceau, que j’ai qualifié dans un récent article sur mon blog, de « géniteur d’Hitler », était une faute. Clemenceau, en refusant en 1916, les offres de paix de l’Autriche-Hongrie, mena au massacre plusieurs centaines de milliers d’Européens avec les conséquences désastreuses que l’on connaît. Le Pen, prenant à son compte ces symboles, tant de la gauche que de la droite dite « républicaine », il ne fallait pas s’étonner que les électeurs appliquent l’adage qu’il affectionne et préfèrent l’original à la copie.

Quitte à voter « républicain », un quart des électeurs du FN ont voté Sarkozy.

 2 - Chercher les voix chez les immigrés : une stratégie suicidaire…

L’erreur majeure de le Pen fut de tenter d’aller chercher ses voix dans les banlieues. Pas auprès des « petits blancs » qui lui ont toujours apporté massivement leurs suffrages. Non ! Il préféra s’adresser aux « jeunes » et aux personnes « issues de l’immigration » auxquelles il lança un appel sur la dalle d’Argenteuil, les qualifiant de « branche de l’arbre France ».

Quant à l’affiche avec la beurette, voilà encore un bel exemple d’erreur de communication. Croire que les jeunes issus de l’immigration se précipiteraient dans les bras de Le Pen procédait  d’une suicidaire illusion. Les électeurs du FN et les identitaires veulent une Alsace alsacienne, une France française et une Europe européenne. Ils ne veulent pas d’une Alsace turque, d’une France algérienne ni d’une Europe africaine. C’est même le fondement de leur combat et de leur engagement, le plus grand dénominateur commun de toutes les sensibilités identitaires, fussent-elles nationalistes, régionalistes, européennes, chrétiennes, royalistes, etc…

Il était suicidaire de prendre ainsi son électorat à contre-pied, et de nombreux électeurs ont préféré voter Sarkozy, interdit de séjour à Argenteuil pour cause de propos « kärchérisateurs » que Le Pen qui recueillait sans sourciller les youyous des femmes maghrébines.

A ceux qui, au bureau politique du FN réuni au lendemain du premier tour, formulaient quelques critiques quant à la stratégie menée, Farid Smahi, proche de Marine Le Pen,  rétorqua « Vous êtes des fascistes, vous êtes des racistes »… Cherchez l’erreur…

 3 - Marine, l’adversaire du régionalisme…

La troisième erreur majeure de Le Pen fut de tolérer que sa fille Marine tienne des propos insultants à l’encontre de ceux qui défendent des identités régionales. « Le bilinguisme, un danger pour l’unité de la République ! » et son secrétaire général, Louis Alliot, qui n’hésita pas à comparer le « communautarisme musulman » au « communautarisme » alsacien. Les alsaciens ont apprécié : le FN s’effondre de 10 points.

On n’insulte pas impunément une identité enracinée, d’autant que, comme je l’ai démontré dans un article paru dans la revue Synthèse Nationale « Europe, Etats, Nations, quel avenir ? » (N°3, printemps 2007) à consulter sur mon blog, il n’y a pas contradiction entre l’attachement à sa Petite Patrie, à la nation France et à l’espérance d’une Europe de la puissance.

 4 - L’insincérité de l’Union Patriotique…

La quatrième raison de cet échec réside dans le bluff que fut l’appel à l’Union Patriotique. L’idée était au demeurant excellente : rassembler toutes les forces nationales et identitaires en pratiquant le pardon des offenses, même si les offenses étaient partagées. Ce qui n’était, dans l’esprit de ses auteurs, qu’un piège destiné à Philippe de Villiers, recueillit un vrai écho.

Bruno Mégret, entre autres, y répondit favorablement. Etait-il sincère, était-il cynique et voyait-il là un moyen de revenir dans le « jeu politique », peu importe. Des associations, des responsables et des militants s’enthousiasmèrent pour une démarche qui aurait pu donner une vraie dynamique à Le Pen. Celle-ci fut torpillée par Marine Le Pen et Louis Alliot. Mégret fut une nouvelle fois humilié et interdit d’assister à la convention présidentielle de Lille.

Diviser pour mieux régner et mieux perdre…

 5 - Le FN paye des années d’incurie.

La cinquième raison de cet échec réside dans l’état lamentable du FN. Une partie des meilleurs cadres et des meilleurs militants a quitté le mouvement au fil des années, écoeurée par le népotisme, le fonctionnement non démocratique du mouvement, poussée vers la sortie à force de vexations. Le FN ressemble aujourd’hui davantage à une boutique familiale qu’à un parti organisé : une boutique où règne Marine Le Pen et un petit clan qui ne tolère pas la moindre contestation. J’ai déjà eu l’occasion de l’exprimer. Il est impossible pour une femme ou un homme de qualité et de caractère, refusant la soumission, d’accepter sur la durée ce type de fonctionnement qui ressemble plus à celui d’une cour orientale qu’à celui d’un parti moderne, démocratique et conquérant.

 Ils ont tout cassé. Et bien, il nous faudra tout reconstruire. Partisans de l’idée nationale, régionalistes, militants de l’Europe de la puissance, nous devons faire front ensemble pour la victoire de nos idées et que vive notre civilisation.

Espérance et Résistance.

Robert Spieler

Président d’Alsace d’abord

00:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : politique, présidentielle, droite, france, Jean-Marie Le Pen, alsace | |  Facebook

lundi, 23 avril 2007

Les raisons de l’effondrement du Front National et les raisons d’espérer pour l’Alsace

medium_fn67.jpgLes raisons de l’effondrement du Front National et les raisons d’espérer pour l’Alsace :
Les résultats de l'élections présidentielle n’étonnent pas le mouvement régionaliste Alsace d’Abord.

L’Alsace, réitérant son particularisme électoral des dernières élections régionales s’ancre clairement à droite. L’effondrement du score du Front National, plus qu’ailleurs en France, sanctionne, par contre, une ligne politique anti-régionaliste, anti-européenne et jacobine.

Les Alsaciens n’ont pas apprécié les propos de Marine Le Pen disant que le bilinguisme constituait un danger pour l’unité de la République, alors que dans le même temps Jean-Marie Le Pen courtisait les voix des « jeunes » des banlieues sur la dalle d’Argenteuil.

Au sortir de cette élection, la nécessité de bâtir une alternative politique au système parisien est plus que jamais une évidence. Cette alternative doit se cristalliser autour de l’enracinement de cadres locaux, de candidats de terrain et d’un programme identitaire et régionaliste que seul le mouvement Alsace d’Abord peut incarner.

Les élections locales réserveront donc bien d’autres surprises. Il est temps que les Alsaciens comprennent que leurs intérêts ne seront défendus que par eux-mêmes.

Robert Spieler

samedi, 14 avril 2007

UN ARTICLE DE ROBERT SPIELER DANS LA REVUE "SYNTHESE NATIONALE"...

medium_Synthese_nationale_-_logo.JPGDans la dernière livraison de SYNTHESE NATIONALE, la revue politique et culturelle nationale et identitaire, est publié un article de Robert Spieler consacré aux notions d'Etats, de Nations et d'Europe.

Vous pourrez prendre connaissance de cet article en cliquant sur le lien suivant :

SN_Supplement_au_n_3_Robert_Spieler_Etats_Nations_Europe.pdf 

Pour en savoir plus, nous ne pouvons que vous conseiller de lire ce numéro que vous pouvez vous procurer au Pacha (10, avenue de la Marseillaise à Strasbourg  - En face la Poste centrale) ou en le commandant directement sur le site de Synthèse nationale :

www.synthesenationale.com

03:05 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : politique, insécurité, Jean-Marie Le Pen, paris, france, alsace, présidentielle | |  Facebook

jeudi, 12 avril 2007

Démocratie

A propos de l’élection présidentielle : un poème signifiant de D.H. Lawrence (l’auteur de l’amant de Lady Chatterley).  

Démocratie

Je suis démocrate dans la mesure où j’aime dans l’homme la liberté solaire.

Je suis aristocrate dans la mesure où je hais l’étroit esprit de possession.
J’adore le soleil en tous les hommes

Lorsque je le vois briller sur un front

Clair et sans peur, si petit soit-il.

Mais lorsque je vois ces ternes hommes qui arrivent à la puissance,

Si laids, pareils à des cadavres, absolument privés de soleil

Et qui se dandinent machinalement

Comme de gros esclaves victorieux,

Alors je suis plus que radical

J’ai envie d’amener la guillotine.

Et lorsque je vois des êtres

Pâles, vils, semblables à des insectes

Machinalement affairés

Qui vivent comme des poux sur une maigre pitance

Et ne regardent jamais plus haut,

Alors je voudrais, comme Tibère, que la foule n’eût qu’une tête

Pour que je pusse la trancher.

Lorsque les êtres sont totalement dépourvus de soleil

Ils ne devraient pas exister.

01:04 | Lien permanent | Tags : présidentielle, politique | |  Facebook

mercredi, 11 avril 2007

Synthese Nationale n°3 est arrivé...

medium_Synthese_logo.3.JPG

medium_final_photosynthese_3.jpg

Présidentielle, législatives :

L'IMMIGRATION ET LA MONDIALISATION

AU CENTRE DU DEBAT...

Plus que jamais :

DEFENDONS NOTRE IDENTITE !

Synthèse nationale n°3, printemps 2007, 120 pages, 12 Euros.

Au sommaire : 

- Défendons notre identité ! l'éditorial de Roland Hélie,

-  L'identité nationale au coeur du débat, par Maurice Bernard,

- Europe, Etats, nations... Quel avenir ? par Robert Spieler, président d'Alsace d'abord,

- L'Europe et l'oeuvre destructrice de la gauche caviar, par Franck Creyelmans, Sénateur de Malines (Flandre),

- La repentance, une religion républicaine, par Chantal Spieler,

- Vladimir Poutine ou le grand retour de la Russie, par Karl Hauffen,

- Ernesto Che Guevara, la fin du mythe, par Didier Lecerf, historien,

- La LICRA décortiquée, par Anne Kling,

- Une rencontre avec le groupe Hôtel Stella, par Christophe Langeot,

- Il y a un an, Jean Mabire nous quittait, par Philippe Randa

Une tribune libre de l'écrivain Anne Yelen et les chroniques de Philippe Randa et d'Alban d'Arguin...

Cliquez ici pour vous abonner.

Retrouvez Synthèse Nationale à Strasbourg au Pacha, hall de presse, 10, Avenue de la Marseillaise (en face l'entrée de la Poste principale).


 

09:55 Publié dans Livre | Lien permanent | Tags : politique, insécurité, Jean-Marie Le Pen, paris, france, alsace, présidentielle | |  Facebook

lundi, 09 avril 2007

L'Alsace dit non à la Turquie

06:01 Publié dans Vidéos | Lien permanent | Tags : alsace, spieler, présidentielle, 2007, politique, ump, ps | |  Facebook

dimanche, 01 avril 2007

Députés alsaciens : zéro pointé.

Chaque année, la très sérieuse association « Contribuables associés » qui se bat pour diminuer la pression fiscale insensée que subit la France, passe au crible les 577 députés de la nation et les note.

Cette note est établie en prenant en considération le soutien que ces députés apportent à des propositions de loi ou d’amendements visant à dégraisser le mammouth Bercy.

Sont prises en compte aussi leur présence à des Rendez-vous Parlementaires visant à proposer des mesures destinées à réduire les prélèvements fiscaux et à identifier les gaspillages.

Parmi les critères de notation retenus cette année, figurent notamment les propositions de Jean-Michel Fourgous, député des Yvelines visant, l’une à créer un office d’audit parlementaire, l’autre à contrôler la dépense publique. Autre critère, la proposition de Michel Hunault, député de Loire-Atlantique, qui réclame le retour à l’équilibre budgétaire : « une ardente obligation ».

Les notes des députés alsaciens sont particulièrement brillantes : jugez-en.
Yves Bur : 0, Alain Ferry: 0, Antoine Herth : 1, Armand Jung : 0, Frédéric Reiss : 0, Marc Reymann : 1, André Schneider : 0, Jean-Louis Christ : 0, Jean-Luc Reitzer : 0, Michel Sordi : 0, Jean Uberschlag : 0.

Seuls Arlette Grosskost, Francis Hillmeyer, Emile Blessig et Gilbert Meyer ne figurent pas parmi les cancres.

Et on s’étonne qu’avec cette brillante représentation de l’Alsace à Paris, nous soyons la seule région à devoir payer cher un, TGV qui s’arrête en Lorraine…

Robert Spieler

Source :  revue « le cri du contribuable », 15 mars 2007

22:30 | Lien permanent | Tags : politique, alsace, ump, ps, jean-marie le pen | |  Facebook