Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 mai 2007

A propos de Marine Le Pen et Louis Aliot : La déloyauté, le mépris et l’arrogance

Malgré les divergences concernant l’Europe et les pouvoirs des régions, j’avais lancé un appel aux maires alsaciens, au nom de la démocratie la plus élémentaire, afin que Jean-Marie Le Pen puisse obtenir ses 500 signatures lui permettant d’être candidat.

Christian Chaton, Conseiller Général d’Alsace d’Abord, lui avait apporté sa signature.

En remerciements, nous eûmes droit aux insultes de Marine Le Pen, qui s’en prit violemment à l’enseignement des langues régionales et au régionalisme, « des menaces pour la République ».

Louis Aliot, quant à lui, compara le « communautarisme musulman » au « communautarisme » alsacien.

Quelle élégance…

Mais le summum de l’arrogance fut atteint quand Marine Le Pen et Louis Aliot décidèrent (lorsqu’ils furent certains que Le Pen avait ses 500 signatures) de rejeter le parrainage de Christian Chaton et de ne pas le déposer au Conseil Constitutionnel (vérification faite directement auprès du Conseil Constitutionnel).

On m’a confirmé que certaines signatures apportées par Mégret furent elles aussi « évacuées » afin de minorer l’apport de celui-ci à la campagne de Le Pen.

La preuve est faite que l’ « Union Patriotique », qui aurait pu susciter un élan et une dynamique, était une imposture.

J’ai de la peine pour les militants et sympathisants sincères du Front National qui sont représentés par des dirigeants indignes d’eux et de cet enjeu majeur qu’est la survie de notre peuple.

J’exprimerai prochainement sur mon blog et dans la presse ma position pour les élections législatives.

 

 

Robert Spieler

Président d'Alsace d'Abord

21:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : robert spieler, alsace d'abord, strasbourg, politique, france, 2007, fn | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.