Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 mai 2007

LE MEPRIS DU FN POUR LES ALSACIENS

En 2007 comme en 2002, le recueil des 500 parrainages d’élus permettant à un candidat de concourir à l’élection présidentielle a une nouvelle fois révélé la difficulté, pour les « petits » candidats qui ne disposent pas de réseaux ni d’implantation  locale, à les recueillir.

Le candidat du FN en particulier a dû attendre les quinze derniers jours pour franchir la barre fatidique des 500 précieux paraphes.

Estimant qu’il ne serait ni juste, ni démocratique qu’un candidat recueillant régulièrement les suffrages de plusieurs millions de Français soit empêché de se présenter par manque de signatures, Christian Chaton, Conseiller général du Haut-Rhin (Alsace d’Abord), a ainsi accordé son parrainage à Jean-Marie Le Pen après avoir été sollicité par le représentant régional du FN.

Ce parrainage n’a pas été du goût de Mme Marine Le Pen, vice-présidente du FN, et de Mr Louis Aliot son secrétaire général, qui l’ont rejeté avec dédain au motif qu’il émanait d’un élu régionaliste et ne l’ont pas présenté au Conseil Constitutionnel.

Ce geste de mépris à l’égard d’un élu local n’est pas à vrai dire une surprise de la part d’un parti qui a toujours manifesté sa condescendance envers ceux que son président appelle dédaigneusement « les petits élus », tout juste bons à ses yeux à s’occuper des problèmes de chiens écrasés et de tri des ordures.

Il n’est pas non plus à vrai dire une surprise de la part de Marine Le Pen et de Louis Aliot qui durant la campagne présidentielle ont mis sur un même pied l’attachement aux identités régionales et les divers communautarismes immigrés, et déclamé leur hostilité au bilinguisme.

Cette hostilité à l’identité régionale alsacienne a été, à n’en pas douter, un  des facteurs qui ont contribué à rétrograder en Alsace Jean-Marie Le Pen de la première à la quatrième place, avec une perte de plus de 10 points entre 2002 et 2007.

L’épisode, certes symbolique, du rejet du parrainage de l’élu régionaliste Christian Chaton devrait également inciter les Alsaciens le plus attachés à leur identité à se détourner les 10 et 17 juin prochains du vote FN.

Christian Chaton

Conseiller Général du Val d’Argent

Conseiller Municipal de Sainte Marie aux Mines

www.christian-chaton.com 

www.alsacedabord.org

19:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : le pen, fn, strasbourg, alsace, politique, france, 2007 | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.