Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 mai 2007

Législatives : un Etat-Sarkozy et l’effondrement du FN...

Les résultats des législatives ne font guère de doute. Le triomphe de Sarkozy à la Présidentielle, son habileté à constituer un gouvernement (car c’est bien lui qui l’a constitué et non le Premier Ministre, comme le prévoit pourtant la Constitution), qui a déstabilisé le PS et les centristes, rendent probable une tonitruante victoire de l’UMP aux législatives, d’autant que les tendances de la Présidentielle sont toujours amplifiées au scrutin qui suit.

Cette victoire donnera tous les pouvoirs à Nicolas Sarkozy et, dans un système verrouillé, sans contre-pouvoirs, il est probable que la contestation à l’encontre de l’Etat-Sarkozy s’exprimera tôt ou tard dans la rue.

Quant à François Bayrou, qui a échoué dans son entreprise, le voici abandonné par la plupart de ses amis et confronté à la réalité de la nature humaine quand celle-ci entend tintinnabuler l’or, le pouvoir et les prébendes.

Ne peuvent résister à Mammon que ceux qui disposent d’une foi sans faille et d’une vision idéologique d’airain. Je pense (j’espère) que la plupart des lecteurs de nos blogs font partie des combattants que l’adversité renforce dans leurs convictions et que la victoire ne rend ni arrogants ni prétentieux.

Quant aux socialistes, englués dans leurs divisions, ils peuvent craindre de ne disposer que d’un groupe croupion au sein l’Assemblée Nationale.

Le FN est dans une situation dramatique dont il est probable qu’il ne se relèvera pas. J’ai déjà eu l’occasion d’analyser dans de précédents articles parus sur mon blog les raisons programmées de l’échec de Jean-Marie Le Pen. Je n’y reviendrai pas.

Mais la conférence de presse de Le Pen et Aliot, relayée par Le Monde du 31 mai, laisse pantois.

Ils annoncent – à 10 jours des législatives – que la moitié des Secrétaires Départementaux seront virés pour incompétence. Même si le talent ne caractérise sans doute pas certains responsables (mais à qui la faute ?), admettons qu’il existe des moyens plus pertinents pour mobiliser les troupes. Sont menacés aussi ceux qui « ont jeté des peaux de banane » sous les pas de Marine Le Pen lors des dernières élections régionales d’Ile-de-France. Décidément…

Les associations de Bernard Antony, les « cathos-tradis », et le MNR de Mégret, sont traités de groupuscules dont le FN doit se défaire. Mégret, qui a joué le jeu, cyniquement ou pas, peu importe, de l’Union Patriotique et qui a apporté des signatures à Le Pen (dont plusieurs ne furent volontairement pas déposées au Conseil Constitutionnel, idem pour celle de Christian Chaton, Conseiller Général d’Alsace d’Abord), appréciera…

Connaissant Bernard Antony, j’imagine son état d’esprit, et les consignes de vote qu’il diffusera dans ses réseaux d’influence qui ne sont certainement pas groupusculaires.

Carl Lang, qui lui, défend l’idée d’un « congrès d’Epinay » de la droite nationale et identitaire, a vu Le Pen le renvoyer élégamment dans ses cordes en taxant cette idée de « connerie ».

Mais l’attaque la plus étrange d’Aliot vise ceux qui « se cachent derrière le drapeau du FN pour combattre le « lobby juif » ». Aliot souhaite s’en « débarrasser ». Diantre ! Des noms !

Bref, de pitoyables agressions publiques, non pas à l’encontre de l’adversaire, mais à destination des militants, des responsables de leur propre parti.

Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre.

L’effondrement prévisible du FN aux législatives aura pour conséquences une crise financière insurmontable et un « remake » de « règlements de compte à OK coral ».

Le Pen, Marine Le Pen et Aliot finiront par laisser le FN au niveau de ce qu’il fut dans les années 70.

Un cycle se clôt. Un nouveau cycle commence.

 

Robert Spieler

19:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : robert spieler, identitaire, régionalisme, alsace, strasbourg, politique, ump | |  Facebook

vendredi, 25 mai 2007

Bruxelles plutôt que Strasbourg : Premier faux pas strasbourgeois de Nicolas Sarkozy !

5acfd9ff2acd9832fde79400b12f4691.jpgLes voix UMP en Alsace, l’arrivée prochaine du TGV et surtout la défense de Strasbourg en qualité de capitale européenne auraient du suffire à faire que la première rencontre entre le Président de la République Française et le Président de la Commission Européenne se déroule à Strasbourg.

Il n’en a rien été et pire, alors même que la position strasbourgeoise faisait l’objet d’attaques sur les bords de l’Ill, Monsieur Barroso a dû quitter Strasbourg pour se rendre à Bruxelles et y rencontrer, là-bas, le Président de la République Nicolas Sarkozy.

Parmi les opposants, le libéral Watson n’a donc pas eu d’efforts à faire pour déclarer : "puisque M. Sarkozy trouve plus pratique d'aller à Bruxelles qu'à Strasbourg, dites-lui que c'est exactement la même chose pour nous", selon des propos qui nous ont été rapportés. Voilà en effet ce qui s’appelle « donner des bâtons pour se faire battre ».

 

Ce choix de Nicolas Sarkozy est regrettable pour la Ville de Strasbourg et ceux, commerçants, restaurateurs, artisans, hôteliers, chefs d’entreprise s’impliquent au quotidien pour en faire une véritable capitale.

Il s’agit aussi d’un camouflet à l’encontre de Fabienne Keller, de Robert Grossmann et des candidats UMP aux législatives dans les 3 circonscriptions de Strasbourg qui se gardent bien d’ailleurs de réagir.

Alsace d’Abord, mouvement régionaliste et européen, condamne bien entendu ce premier rendez-vous manqué qui rappelle simplement à ceux qui l’ont oublié que : « Paris se moque de nous » !

Alsace d’Abord

17:45 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : sarkozy, ump, alsace d'abord, robert spieler, politique, législatives, 2007 | |  Facebook

dimanche, 20 mai 2007

Kouchner, l’homme de l’Amérique, d’Israël et de la Turquie.

medium_CORCATRFYFVCAM3PHNKCA98YCHECA172LHACAFXVF2QCAFYAD2HCA1WRW9CCA51DZCECAQBPM6HCAVVJIYQCAXR6VQHCA0ZE41ZCAMSRW6ECA70YYQLCAZMV4JGCAN0PIT6CAM28OFDCAIXK7FWCAZDV6PP.jpgLisez l’article d’Anne Kling paru sur son site http://france-licratisée.hautetfort.com à propos de la composition du nouveau gouvernement. Bernard Kouchner, ministre des Affaires Etrangères ! C’est l’alignement assuré sur les Etats-Unis et sur Israël !

D’ici à ce qu’il déclenche une troisième guerre mondiale pour raisons humanitaires ! Mais, après tout, les peuples ont les leaders qu’ils méritent...

Connaissant  la turquophilie, voire la turquolâtrie de Bernard Kouchner, à la botte de la diplomatie américaine qui souhaite, et même exige l’intégration de la Turquie dans l’U.E., il y a lieu de s’inquiéter.

Robert Spieler

22:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : kouchner, ump, sarkozy, robert spieler, identitaire, politique, gouvernement | |  Facebook

samedi, 19 mai 2007

Lisez Rivarol et Le choc du mois

medium_ZYYCAJ7P92NCANBTVWNCAWFE40SCAL2VQR7CAAGIVGGCAQIGMVWCAXV5GUKCAU809COCAT0GSW4CAI6UT6TCASGIRSCCA96VSPCCARM8ULUCAM6TTSJCAO0HBOECAN0LBJ8CAZP30IMCABGV7UFCAAJG7GZ.jpgRivarol (www.rivarol.com), « hebdomadaire de l’opposition nationale et européenne » est un journal tout à fait remarquable : lisez les éditoriaux de Camille Galic, excellents d’intelligence et de pertinence. Quant à Chard, qui par ses dessins illustre la réalité politique de notre décadence, elle est avec Konk la plus grande.

De plus, on trouve dans Rivarol des informations totalement absentes dans les autres médias. Je citerai deux extraits de la dernière chronique de Claude Lorne (Rivarol du 18/05/07) :

-  Evêque tabassé : la routine ?  Black out aussi sur ce qui s’est passé le 3 mai au soir à Tournai, c’est à dire à notre porte. Or ce n’est tout de même pas tous les jours qu’un prélat, travaillant sur ses dossiers, est agressé, menacé de mort, blessé à l’oeil, piétiné et dévalisé en plein évêché. Et que, non contents de faire main basse sur l’argent, les malfrats embarquent anneau d’améthyste et croix pectorales avant d’enfermer leur victime, Monseigneur Harpigny en l’occurrence, dans un réduit où le malheureux ne fut découvert, sanguinolent et en état de choc, que le lendemain par le personnel de l’évêché. Monseigneur Harpigny a du renoncer provisoirement à ses activités. Dont la principale : la grande conférence qu’il devait donner le 7 mai au séminaire de Tournai dans le cadre, on vous le donne en mille, « d’un cycle de trois exposés » destinés à mieux éclairer l’Islam pour les catholiques ».

- Pas de «  seconde mère patrie »  pour les goys.  Nicolas Sarkozy avait déclaré en 2004 : « Dois-je vous rappeler l’attachement viscéral de chaque juif à Israêl comme seconde mère Patrie ? Il n’y a rien d’outrageant à cela. Chaque juif porte en lui une angoisse connue par toutes les générations antérieures. Mais il sait que si un jour il ne se sent pas en sécurité dans son pays, il y aura toujours un lieu qui l’accueillera. Et ce lieu c’est Israêl. » Mais où pourront aller les chrétiens de France le jour où ils ne se sentiront plus en sécurité dans leur propre pays, bien que le terrible M. Sarkozy, le Terminator des cités, dispose désormais de tous les pouvoirs ? »

medium_UBYCAK0HJQECAOGAJQ5CAOIUR17CA2OSLT3CA1DXYQECAV82I0OCAJ1SE72CANK969JCAUKBFPOCAN7S360CA6UIE6RCARS58HZCAKPKHICCA32XPMZCAZRQSCDCAEPWJL1CA6I0LBSCAOPUC7VCAEX71LQ.jpgJe vous recommande aussi vivement la lecture du mensuel Le choc du mois (www.lechocdumois.fr)  qui vient de consacrer un excellent numéro aux « régionalismes et identités nationales ». Le numéro du Choc à paraître a pour thème : « quel avenir pour la droite nationale ? » Jean-Marie Molitor et Bruno Larebière ont réussi avec talent à offrir à notre famille d’idée le mensuel qui lui manquait.

Merci à Rivarol et au Choc du mois.

Robert Spieler

17:45 | Lien permanent | Tags : presse, rivarol, le choc du mois, politique, alsace d'abord | |  Facebook

mardi, 15 mai 2007

A propos de Marine Le Pen et Louis Aliot : La déloyauté, le mépris et l’arrogance

Malgré les divergences concernant l’Europe et les pouvoirs des régions, j’avais lancé un appel aux maires alsaciens, au nom de la démocratie la plus élémentaire, afin que Jean-Marie Le Pen puisse obtenir ses 500 signatures lui permettant d’être candidat.

Christian Chaton, Conseiller Général d’Alsace d’Abord, lui avait apporté sa signature.

En remerciements, nous eûmes droit aux insultes de Marine Le Pen, qui s’en prit violemment à l’enseignement des langues régionales et au régionalisme, « des menaces pour la République ».

Louis Aliot, quant à lui, compara le « communautarisme musulman » au « communautarisme » alsacien.

Quelle élégance…

Mais le summum de l’arrogance fut atteint quand Marine Le Pen et Louis Aliot décidèrent (lorsqu’ils furent certains que Le Pen avait ses 500 signatures) de rejeter le parrainage de Christian Chaton et de ne pas le déposer au Conseil Constitutionnel (vérification faite directement auprès du Conseil Constitutionnel).

On m’a confirmé que certaines signatures apportées par Mégret furent elles aussi « évacuées » afin de minorer l’apport de celui-ci à la campagne de Le Pen.

La preuve est faite que l’ « Union Patriotique », qui aurait pu susciter un élan et une dynamique, était une imposture.

J’ai de la peine pour les militants et sympathisants sincères du Front National qui sont représentés par des dirigeants indignes d’eux et de cet enjeu majeur qu’est la survie de notre peuple.

J’exprimerai prochainement sur mon blog et dans la presse ma position pour les élections législatives.

 

 

Robert Spieler

Président d'Alsace d'Abord

21:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : robert spieler, alsace d'abord, strasbourg, politique, france, 2007, fn | |  Facebook

LE MEPRIS DU FN POUR LES ALSACIENS

En 2007 comme en 2002, le recueil des 500 parrainages d’élus permettant à un candidat de concourir à l’élection présidentielle a une nouvelle fois révélé la difficulté, pour les « petits » candidats qui ne disposent pas de réseaux ni d’implantation  locale, à les recueillir.

Le candidat du FN en particulier a dû attendre les quinze derniers jours pour franchir la barre fatidique des 500 précieux paraphes.

Estimant qu’il ne serait ni juste, ni démocratique qu’un candidat recueillant régulièrement les suffrages de plusieurs millions de Français soit empêché de se présenter par manque de signatures, Christian Chaton, Conseiller général du Haut-Rhin (Alsace d’Abord), a ainsi accordé son parrainage à Jean-Marie Le Pen après avoir été sollicité par le représentant régional du FN.

Ce parrainage n’a pas été du goût de Mme Marine Le Pen, vice-présidente du FN, et de Mr Louis Aliot son secrétaire général, qui l’ont rejeté avec dédain au motif qu’il émanait d’un élu régionaliste et ne l’ont pas présenté au Conseil Constitutionnel.

Ce geste de mépris à l’égard d’un élu local n’est pas à vrai dire une surprise de la part d’un parti qui a toujours manifesté sa condescendance envers ceux que son président appelle dédaigneusement « les petits élus », tout juste bons à ses yeux à s’occuper des problèmes de chiens écrasés et de tri des ordures.

Il n’est pas non plus à vrai dire une surprise de la part de Marine Le Pen et de Louis Aliot qui durant la campagne présidentielle ont mis sur un même pied l’attachement aux identités régionales et les divers communautarismes immigrés, et déclamé leur hostilité au bilinguisme.

Cette hostilité à l’identité régionale alsacienne a été, à n’en pas douter, un  des facteurs qui ont contribué à rétrograder en Alsace Jean-Marie Le Pen de la première à la quatrième place, avec une perte de plus de 10 points entre 2002 et 2007.

L’épisode, certes symbolique, du rejet du parrainage de l’élu régionaliste Christian Chaton devrait également inciter les Alsaciens le plus attachés à leur identité à se détourner les 10 et 17 juin prochains du vote FN.

Christian Chaton

Conseiller Général du Val d’Argent

Conseiller Municipal de Sainte Marie aux Mines

www.christian-chaton.com 

www.alsacedabord.org

19:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : le pen, fn, strasbourg, alsace, politique, france, 2007 | |  Facebook

samedi, 12 mai 2007

Vidéo du 8 mai 2007

.

Discours de Général Voelckel, Général, Commandeur de la Légion d’Honneur et conseiller municipal de Bischwiller.

Suivi du chant « O Strassburg ».

medium_4.jpg

14:20 Publié dans Vidéos | Lien permanent | Tags : alsace, elsass, 1945, robert spieler, politique, strasbourg, 2007 | |  Facebook

vendredi, 11 mai 2007

Sarkozy ment, Sarkozy se repent...

medium_V7WCA16E11FCA2EX70UCAQTKRGOCAOUQ32UCA14FCHCCA2FR3FCCAD5P9AZCA4J97EJCA3HXCFZCA01KEQ5CA8YJZSRCAQJ7AYWCADR7Z8ZCAHVQ80ZCA7TD1U7CAPKHEX6CA4PQDPWCA5RPK0PCAWA037M.jpgParmi les multiples promesses solennelles exprimées avec un talent certain par Nicolas Sarkozy durant cette campagne présidentielle, figurait cette affirmation : « Je veux en finir avec la repentance, qui est une forme de haine de soi ».

Fort bien dit. Le problème est que Sarkozy fait partie de ces matamores prêts à tout pour être élus, et tout aussi prompts à renier leurs promesses une fois élus. Après tout, comme le disait son ex mentor Charles Pasqua, « les promesses n’engagent que ceux qui y croient ».

Sa présence, le 10 mai, à la journée de commémoration de l’esclavage, instituée par Jacques Chirac (« une reconnaissance de la part d’ombre de notre histoire » dixit Chirac) est significative.

On attend toujours la repentance des arabes qui firent de l’esclavage une industrie : des millions d’esclaves européens et africains en quelques siècles. Ont-ils fait repentance ? Non, pas davantage que les Algériens pour les milliers d’Européens massacrés et les dizaines de milliers de harkis égorgés.

La repentance est à sens unique.

J’attends avec impatience la confirmation par Sarkozy de sa volonté de rompre les négociations quant à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne.

On peut toujours rêver...

Robert Spieler

00:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : sarkozy, repentance, politique, esclavage, droite, identitaire, ump | |  Facebook

mercredi, 09 mai 2007

Sarkozy chez les milliardaires

medium_0FOCAPBBJNOCAP6LPP0CAVJFZHRCAHV498NCA71IZW0CAQW04B9CAMSLZWPCASI466FCAQBJ9NXCA81MU04CADKLYX6CACF101OCARE89R0CAG0BL2XCAZZEG91CA5C4S6LCAO1W3HUCAISEGJLCAQY2QU9.jpgOn savait que Sarkozy était l’ami du Medef, de tout ce que la France compte de milliardaires dans les domaines économique et médiatique. Tous les faisans ont croisé sa route. Il les embrasse, il obtient leur soutien. Bernard Tapie l’aime et le fait savoir.

On peut juger un homme à l’aune de ses fréquentations et de son goût. Nicolas Sarkozy est l’ami d’Enrico Macias, d’Arthur et de Faudel et ne boit pas de vin. Le malheureux...

Nicolas Sarkozy a besoin de repos, ce que l’on peut comprendre, et décide de se retirer du monde pour quelques jours. On a dit qu’il rejoindrait un lieu de spiritualité afin de méditer.

En fait de monastère, c’est sur le luxueux yacht de son ami Bolloré qu’il est parti méditer. Invité, bien entendu.

Un yacht loué 193.000 € par semaine, soit 16 ans de salaire d’une caissière ou d’un ouvrier.

L’ami des dirigeants du Cac 40 et du show business défenseur du peuple ? Défense de rigoler

Robert Spieler

 

09:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : sarkozy, politique, ump, présidentielle, droite, france | |  Facebook

mardi, 08 mai 2007

Strasbourg, 8 mai :

medium_PICT0037.JPGJeune Alsace et Alsace d’Abord rendent hommage aux combattants alsaciens et européens morts dans ces guerres absurdes qui ont ruiné notre civilisation.

Une commémoration a eu lieu en présence d’une centaine de militants, dont la moitié de jeunes, sous une pluie battante devant le magnifique et émouvant monument aux morts de Strasbourg, représentant une mère alsacienne tenant dans ses bras ses deux fils qui se donnent la main, tombés l’un sous l’uniforme français, l’autre sous l’uniforme allemand.

medium_PICT0044.JPG

Un hymne à la réconciliation européenne.

Aux côtés d’une rangée de militants tenant les drapeaux Rot un Wiss (rouge et blanc) de l’Alsace identitaire, le secrétaire général départemental de l'UNC (Union nationale des combattants), le Général Voelckel, Commandeur de la Légion d’Honneur et Robert Spieler, Président d’Alsace d’Abord, prenaient la parole.

Le Général Voelckel devait rappeler le sort des malgré-nous, ces soldats alsaciens obligés de combattre sur le front de l’Est et qui, prisonniers des soviétiques, moururent massivement dans les camps de concentration comme Tambov, sans que le gouvernement français de De Gaulle n’ose intervenir fermement pour leur libération, par crainte de déplaire à ses alliés soviétiques. Le Général Voelckel devait ensuite poser la question de fond : « mais qu’a fait l’Europe de sa liberté ? » Inféodée aux Etats-Unis, faible et soumise aux lobbies mondialistes, que pèse aujourd’hui cette Europe des nains de Bruxelles ?

medium_general.2.JPG

Robert Spieler rappelait les raisons de cette guerre abominable et décrivait la responsabilité de Clémenceau dans le déroulement de la première guerre mondiale et de ses conséquences. Le refus de Clémenceau de conclure une paix séparée en 1916 avec l’Autriche-Hongrie, entraîna quelques centaines de milliers de morts supplémentaires. La haine de Clémenceau à l’encontre de l’Empire avec pour conséquence son démembrement, ainsi que les conditions humiliantes du traité de Versailles, préparèrent l’arrivée au pouvoir d’Hitler.

medium_C10.jpg

Mais Robert Spieler devait aussi analyser les conséquences de l’après-guerre : 40.000 alsaciens déportés au Struthof, à Metz Queuleu et même en Bretagne sur la foi de dénonciations, la plupart fausses. Il n’y eut en définitive que 8.000 condamnations. Des familles honorables furent brisées, réduites à la misère. L’enseignement de l’allemand fut strictement interdit. A la germanisation fanatique des années 40-45, succéda une francisation tout aussi fanatique. On envisagea même la déportation hors d’Alsace de villages entiers qui avaient exprimé une sympathie trop marquée pour une Alsace allemande. Dans les trams strasbourgeois fleurissaient des affiches « Il est chic de parler français » et les petits alsaciens qui parlaient leur langue dans les cours d’école se retrouvaient humiliés avec un bonnet d’âne.

Les conseils généraux finirent par réagir et obtinrent en 1947 la possibilité d’un enseignement de deux heures d’allemand par semaine, à condition que les maîtres fussent d’accord. 50% d’entre eux refusèrent, alors que 85% des parents le souhaitaient.

Les drapeaux Rot un Wiss qui fleurissaient en Alsace depuis le XVIII ème siècle et qui illustrent les dessins de Hansi disparurent. Le magnifique chant « O Strassburg, o Strassburg, du wunderschöne Stadt » disparut lui aussi. Personne n’osait plus arborer ce drapeau, chanter cet hymne que des autonomistes pro allemands avaient chanté.
Mais le drapeau tricolore ne fut-il pas arboré par le régime de Pétain et par la milice ? Et la Marseillaise chantée par les collaborateurs de l’ordre nouveau ? Ni le drapeau tricolore ni la Marseillaise n’avaient pour autant disparu au lendemain de la guerre.

Nous avons décidé de réhabiliter notre héritage culturel. Dorian chanta « O Strassburg » devant une haie de drapeaux Rot un Wiss, puis nous déposâmes une gerbe de roses rouges et blanches au pied du monument aux morts.

Hommage à tous nos morts. Hommage à nos libertés.

Vive l’Alsace.

Robert Spieler

21:30 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : commémoration, politique, alsace, 2007, spieler | |  Facebook