Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 juin 2007

Deuxième tour des législatives : de Charybde en Scylla.

ac2c805721775603ebecf4e3bc8ce04c.jpgLe deuxième tour des législatives a certes tempéré la vague bleue,  permettant au PS d’avoir un groupe bien plus important que prévu. L’incroyable couac de la TVA sociale, assumée par certains ministres, désavouée par d’autres, a sans doute joué un rôle important dans ce rééquilibrage. Notons la quasi disparition du parti de François Bayrou qui doit méditer amèrement, lui, le littéraire, sur la permanence de la trahison dans l’histoire, et surtout dans l’histoire politique.
Je ne peux qu’avoir quelque commisération pour lui, qui devrait pourtant savoir que la Roche Tarpéienne est proche du Capitole.

Le fait que le PC obtienne 18 députés après le résultat calamiteux de Marie-Georges Buffet aux présidentielles, nous interpelle quant au fonctionnement de cette pseudo démocratie.
Aujourd’hui, Sarkozy dirige tout : il est Président de la République, il a une majorité totale à l’Assemblée Nationale et au Sénat, ainsi qu’au Conseil Constitutionnel.
Dirige t-il aussi le Medef  ou est-il piloté par celui-ci ? Ceci est une autre question...
On peut craindre que, sans contre-pouvoir institutionnel, la révolte s’exprime dans la rue dans les prochains mois.

Les branches de l’arbre France prennent racine.

La constitution du nouveau gouvernement est un modèle de melting-pot : les centristes repentis, l’UMP, les ex-socialistes (ah, le traître ex-socialiste Besson... Même la très sérieuse revue « l ‘Histoire » l’a placé parmi les traîtres majeurs en titrant sa dernière livraison par « de Judas à Besson »). Sans oublier Jean-Marie Bockel, maire socialiste de Mulhouse qui obtient le secrétariat d’Etat de la Francophonie et de la Coopération.

Reconnaissons cependant que Sarkozy a lancé un signal positif à Jean-Marie Le Pen : Le Pen affirmait, sur la dalle d’Argenteuil, que « les immigrés sont une branche de l’arbre France ».
A défaut d’avoir des ministres FN, Le Pen pourra se satisfaire d’avoir été entendu :

- Fadéla Améra (Présidente de « Ni putes ni soumises ») est secrétaitre d’Etat à la Ville.
- Rachida Dati est Garde des Sceaux.
- Rama Yadé est secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères et aux droits de l’Homme.

Un Léon Daudet ferait un livre de toutes ces aventures improbables. J’entends son énorme rire pour dénoncer les nains qui nous gouvernent. Un Céline éructerait d’importance pour dénoncer tous ces clowns. Mais, il nous faudrait surtout un Rebatet pour écrire à nouveau « les décombres ». Hélas nous n’en sommes pas là...
Mais comme le disait Maurras : « Le désespoir en politique est une sottise absolue »


Robert Spieler

00:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : robert spieler, politique, france, legislatives, sarkozy, 2007, jean-marie le pen | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.