Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 avril 2008

Eurodistrict : Roland Ries rejoint les propositions de Robert Spieler

J'ai, en 1989, été un des tout premiers à développer, lors de la campagne des municipales l'idée d'un District européen regroupant la Communauté Urbaine de Strasbourg et la région allemande voisine de l'Ortenau, l'objectif étant de donner à Strasbourg une véritable dimension européenne : un District bénéficiant d'une large autonomie et disposant de compétences élargies sur les plans de l'urbanisme, du développement économique et culturel et de la politique de l'environnement; un District disposant de compétences tant financières que politiques, propres.

J'ai tenté de développer cette thématique lors de la récente campagne des municipales de Strasbourg, sans relai ni succès, il est vrai, les media qui décident de ce qu'il convient d'aborder ayant fait de la pollution et du logement seuls le centre de la campagne, problèmes certes importants, mais...

Je reconnais que seul Roland Ries, aujourd'hui maire socialiste de Strasbourg, a abordé ce sujet, rejoignant totalement mes analyses.

Aujourd'hui, dans un article paru dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, il annonce sa détermination à réaliser ce projet, le comparant dans la forme, à ce qu'est le Washington DC, un Etat américain disposant d'une large autonomie.

Je le félicite de cette initiative que je soutiendrai bien sûr totalement.

Pour ce qui est de ma remarque en introduction : j'ai pensé pendant longtemps que nous avions été les premiers à proposer le District.

Et bien non... Mon ancien collègue socialiste au Conseil Régional, Jean-Louis Hoffet, m'a récemment confié que son père, Frédéric Hoffet, auteur de "Psychanalyse de l'Alsace" (ouvrage majeur, qui, me dit-il, va être réédité prochainement), était "l'inventeur" du projet dans les années 50. Cela déchaîna la fureur des "Hourra Patrioten" et de tous les nostalgiques alsaciens des guerres civiles européennes.

J'imagine que Robert Grossmann, dans son berceau, en frétillait déjà de rage.


Robert Spieler

15:27 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : strasbourg, alsace, robert spieler, synthèse nationale, politique, france, presse | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.