Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 juin 2008

Israël, ce n’est pas l’Europe, pas davantage que la Turquie ou l’Algérie...

La lettre de Françis Wurtz, député européen communiste, ancien secrétaire de Georges Marchais, révèle des faits consternants qui n’exigent pas beaucoup de commentaires. Une fois n’est pas coutume, je me range totalement aux côtés de son analyse. Mais, « jusqu’où ira la chute ? »

RS

LA LETTRE DE FRANCIS WURTZ

Objet : Réunion secrète entre l'Union européenne et Israel : Lettre de
Francis Wurtz à José Barroso.

Francis Wurtz, Président du groupe GUE/GNL au Parlement européen

Jeudi 12 juin 2008

Monsieur le Président,

Permettez-moi de m'adresser à vous au sujet d'un fait relaté dans différents organes de presse européens et qui appelle, à l'évidence, une clarification urgente.

Il apparaît que des négociations secrètes sont en cours depuis un an entre l'Union européenne et les dirigeants de l'Etat d'Israël. Non pas, hélas, pour tenter de débloquer le processus de paix avec les Palestiniens - à cet égard, on ne peut que vivement déplorer l'impunité dont bénéficient les autorités israéliennes, malgré les violations lourdes et permanentes du droit international dont ils se rendent coupables -, mais pour examiner une demande proprement inimaginable de la part de Tel Aviv : celle de conquérir les droits d'un quasi-Etat membre del'Union européenne !

Selon certaines sources, il semblerait qu'Israël ne demande rien de moins que sa participation à tous les niveaux aux réunions de l'UE sur les questions de sécurité et de dialogue stratégique ; aux délibérations du Conseil sur le Maghreb et le Mashrek comme sur les activités de l'UE au sein de l'ONU ! Tel Aviv demanderait en outre à pouvoir participer aux Conseils traitant de thèmes comme l'économie, les finances, l'énergie, l'environnement, les transports, les medias, la jeunesse, l'enseignement supérieur ; ou encore à voir constituer une structure parlementaire conjointe Union européenne - Israël.

J'ajoute que l'on apprend que la demande israélienne en question date du 5 mars de l'année dernière ; qu'un « groupe de réflexion » s'est réuni sur le sujet le 4 juin 2007 ; qu'une seconde réunion s'est tenue le 9 octobre dernier pour préparer une Déclaration du Conseil. Et tout cela sans que la moindre information n'en ait été donnée à la représentation parlementaire de l'Union !

Or, le 16 juin prochain, le Conseil d'Association Union européenne-Israël doit se réunir pour examiner officiellement ce dossier.

Etant donné le contexte international dans lequel cet examen intervient - je viens de le rappeler - il paraitrait totalement inconcevable qu'une suite favorable puisse être réservée à la demande israélienne. Aussi une information autorisée au sujet de cette affaire extrêmement sensible me semble-t-elle indispensable.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma considération très distinguée.

 

11:17 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.