Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 juillet 2008

Quel pays pourri !

images.jpgC'est le cri du coeur de Val, le directeur de Charlie Hebdo, et ancien compère de Font qui constituèrent il y a vingt ans un couple d'humoristes, avant que Font ne fût condamné à plusieurs années de prison pour pédophilie (pas pour des assauts sexuels à l'encontre de Val, soyons précis).

Le pays pourri, c'est la France. Certes pas pour les raisons que nous savons, certes pas... Val émotionne dans le registre de l'indignation, car Libération envisage de faire un portrait de Siné. Siné a commis en effet un acte impardonnable, qui lui a valu d'être viré de Charlie Hebdo pour antisémitisme.

Résumons : Voilà ce que Siné a écrit : "Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l'UMP,..., vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d'épouser sa fiancée, juive et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit".

Pas de quoi fouetter un chat. Mais, chez ces gens là... Un journaliste du Nouvel Obs contacte Val pour exprimer son émotion (ces gens là émotionnent beaucoup), suivi de l'avocat de Charlie Hebdo, qui lui fait part de menaces de plainte pour antisémitisme de "diverses" associations.

Horreur et terreur! Siné et Charlie Hebdo ont copieusement insulté le Pape, les cathos, l'Armée, la Patrie, mais là, attention. Même si le propos peut paraître parfaitement banal, il ne l'est absolument pas aux yeux des fêlés de l'anti-anti-sémitisme! Le diable se cache dans les détails (Le Pen en sait quelque chose). Hurlements de Val, qui vire Siné derechef, après avoir exigé un mot d'excuses. Réponse de Siné : "Mes couilles". Siné, qui est un grand humaniste explique qu'il "emmerde les cons".

Devant le tollé suscité par cette affaire (des centaines de pétitionnaires de gauche et d'extrême-gauche pour soutenir Siné), Val se la joue plaintif et dénonciateur. "J'ai simplement voulu réparer une injustice" , "Regardez les dessins de Siné où il dessinait des enfants juifs"... Quand je vous disais que chez ces gens là... Qui aurait pu imaginer que Siné finirait viré, comme Konk ?

Bref, vive Siné, vive Konk, vive Vuillemin, vive Reiser (qui sont les plus grands) et mort aux cons !

Robert Spieler

00:26 Publié dans France | Lien permanent | Tags : charlie hebdo, presse, siné, libération, politique, synthèse nationale | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.