Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 novembre 2009

Suisse : A BAS LA DEMOCRATIE !

liberation301109.png

 

Par Robert Spieler

Délégué général de la NDP

 

La victoire massive (57,5%) au référendum populaire de ceux qui, en Suisse, refusent l’érection de nouveaux minarets suscite émotion, indignation, honte et questionnement chez les tenants de la Collaboration.

 

L’article de Serge Enderlin, correspondant à Genève de Libération (du lundi 30 novembre), est, à ce titre, un petit chef d’œuvre. Voilà l’introduction : « La Suisse est-elle trop démocratique ? En permettant à ses citoyens de s’exprimer dans les urnes, sur un thème aussi brûlant que la place de l’Islam en Europe, elle leur donne la possibilité de dire tout haut ce que la pudeur interdit ailleurs ».

 

Notons le terme : « la pudeur »…

 

Ce n’est pas "la pudeur", coco, qui interdit ailleurs qu’en Suisse de dire tout haut ce que la grande majorité des Européens pense tout bas. Ce sont les lois liberticides, la tyrannie des lobbys, le matraquage des médias, la collaboration des élites, l’interdiction en France et en Allemagne notamment de solliciter l’opinion du peuple par l’organisation de référendum d’initiative populaire.

 

Les lobbys ont peur du peuple et de la démocratie et ils ont bien raison d’en avoir peur. Le peuple vote mal ? Il suffit de changer de peuple ! Kouchner, qui souhaite faire revoter les Suisses, et le Système s’y emploient…

 

Mais la résistance européenne s’organise. Le jour de la Libération approche.

10:53 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

dimanche, 29 novembre 2009

57 % des Suisses contre les minarets… Merci Guillaume Tell !

N5SWHBCACOPTIICAERW5ZLCA0B6JWSCADHH850CAFSXD0UCARENFK3CA7XJJ16CAQK1EVCCAKBG8CDCA26O4W6CAC6HOK4CAMOFD3TCAE75MOWCAPSZ27WCA3D1QIWCA08PP0TCAUG5VDWCAAALG8W.jpgUn communiqué de Robert Spieler,

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

Le référendum d’initiative populaire, provoqué par l’UDC suisse, vient de donner un résultat époustouflant. Contre la totalité des partis politiques de gauche comme de droite, contre les « autorités morales » (religieuses, intellectuelles, économiques, médiatiques et philosophiques…) collaborationnistes, contre les manips de sondages qui ne prévoyaient guère que 35 % en faveur de la votation, 57 % des Suisses ont dit clairement NON à l’invasion.

 

Il s’agit d’une véritable révolte populaire rendue possible et visible grâce à la tenue d’un référendum d’initiative populaire.

 

La chape de plomb non démocratique qui pèse sur la France (refus du référendum populaire, modes de scrutins trafiqués, dictature des lobbys, lavage des cerveaux du peuple par l’enseignement et les médias, etc…) ne permet pas aujourd’hui l’expression de la volonté de notre peuple.

 

La récente pose de la coupole de la grande mosquée de Strasbourg, dont le financement est assuré en grande partie par les collectivités locales de gauche et de droite, la promesse par le sénateur maire socialiste de construire un minaret, sont les signes d’une islamisation galopante de la France et de l’Europe.

 

Mais, partout sur notre continent, de Marseille à Anvers, de Strasbourg à Cologne, les forces de résistance s’organisent. Ce que l’Histoire peut faire, l’Histoire peut le défaire.

 

La Suisse vient de nous montrer le chemin de la Libération. Merci Guillaume Tell.

18:13 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

samedi, 28 novembre 2009

INTIMIDATIONS ORDINAIRES...

IMG_0142.jpgpar Anne Kling

La France licratisée

 

Voici le récit de deux intimidations ordinaires, qui ne feront pas la une des journaux, mais qui révèlent mieux que des discours l’incroyable arrogance de certains « juifistes absolutistes » dans la France d’aujourd’hui.

 

Les deux se sont passées à Strasbourg.

 

Mes livres sont en vente sur Internet et chez certains distributeurs et librairies de notre mouvance. Mais aussi à Strasbourg, dans un important point presse/librairie du centre ville, qui les a acceptés dans ses rayonnages, au même titre que des revues et livres de gauche. Ce qui déplaît apparemment à certains grands démocrates. Qui ne ratent pourtant pas une occasion de proclamer à tout va leur amour de la liberté d’expression. A condition bien sûr que ladite expression leur agrée.

 

Il y a quelque temps, Freddy Raphaël, une sommité juive locale, par ailleurs professeur de sociologie à l'Université Marc Bloch de Strasbourg, se rend dans le magasin et, devant les clients présents, crée un mini incident, clamant haut et fort que ces livres - les miens - ne correspondent pas à la réalité. Et il s’en va. L’acte II va se dérouler environ une heure plus tard. Cette fois, c’est un couple, dont la femme, s’en prenant également à mes livres fait cette fois plus clairement dans la menace : « Vous savez que le contenu de ces livres est antisémite et que vous risquez d’avoir des ennuis ? ».

 

Nous savons fort bien ce qui se passe dans ces cas-là : neuf fois sur dix, le « menacé » s’aplatit comme une crêpe sans demander son reste, et le tour est joué. Pas dans ce cas. « Au Pacha », on est d’une autre trempe et mes livres sont toujours là. Je vous conseille d’ailleurs, si vous êtes dans le coin, d’y aller, afin de les encourager. A côté de l'intimidation ordinaire, il faut installer la résistance ordinaire.

 

Freddy Raphaël est un habitué de ce type d’intimidation. Il a obtenu l'an dernier du maire de la ville l'effacement immédiat d'une citation de Céline des murs de la médiathèque (voir archives du blog - 14 octobre 2008). S’il considère que mes livres ne correspondent pas à la réalité, qu’on en débatte publiquement. J’en serai ravie. Et ça aura quand même plus de panache que ce type de comportement minable.

 

Je n’avais pas l’intention de raconter un jour la seconde « intimidation ordinaire », mais elle va dans le même sens, et vous allez rigoler. Je vous la raconte donc.

 

Ca se passe pendant la campagne des régionales 2004 où je suis candidate. Nous tenons une réunion publique un certain soir dans mon quartier et je demande à mon mari de placarder l’annonce de la réunion dans son laboratoire, qui a pignon sur rue. Il n’est pas très chaud, n’aimant guère le mélange des genres, mais bon, pour me faire plaisir, il accepte.

 

J’installe donc mon affiche et pars. A mon retour, passant devant le labo, que vois-je ? Rien, l’affiche a disparu. Folle de rage, j’entre et vais aux nouvelles. Tout le monde ignore ce qu’est devenue l’affiche et a l’air sincère. Dans les allées et venues, personne n’a rien remarqué. Je remets derechef une nouvelle affiche.

 

Le lendemain, c’est mon mari qui me racontera la suite de l’histoire et le pot aux roses. Il se trouvait le matin dans l’entrée du labo lorsque surgit un quidam accompagné d’un petit garçon. Le quidam s’apprête – pour la seconde fois - le plus tranquillement du monde  à arracher l’affiche, quand mon mari s’interpose. Alors, le quidam se tourne vers le gamin et lui dit : « Tu vois, mon fils, tu vois, ça, c’est un nazi ! » Un nazi ! A mon mari, qui est juif !!!

 

Mon mari lui a rétorqué : « Et vous, monsieur, vous êtes un imbécile et je vous prie de sortir de mon laboratoire. » Ce que l’autre a fait en fulminant et en marmottant des imprécations.

 

Renseignements pris, c’était un juif du quartier, à qui mon affiche ne plaisait pas et qui apparemment, trouvait tout à fait normal d'entrer afin de l’arracher. Hallucinant. De connerie et d’arrogance.

 

18:45 | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 19 novembre 2009

Discours devant la tour AREVA

Mardi dernier, à 8 h 00, une trentaine de militants de la résistance nationalistes et identitaires, appartenant au MNR, à la Nouvelle Droite Populaire et au Parti de la France, a occupé le parvis de la Tour AREVA au cœur du quartier de La Défense.

 

Il s'agissait, pour les défenseurs de la cause du peuple français de dénoncer les propos racistes anti-blancs et sexistes d'Anne Lauvergeon, encore présidente du géant nucléaire français. Des milliers de tracts ont été distribués aux salariés du groupe, dont certains ignoraient la vraie nature de leur dirigeante.

 

Annick Martin, Secrétaire générale du MNR, et Robert Spieler, Délégué général de la NDP, ont prit la parole afin de dénoncer l'attitude scandaleuse d'Anne Lauvergeon et d'affirmer leur solidarité avec les salariés d'AREVA. Ils ont exigé la démission immédiate d'Anne Lauvergeon et annoncé leur intention de saisir la Halde.

17:32 | Lien permanent | Tags : areva, synthèse nationale, mnr, martin, pdf | |  Facebook

mardi, 17 novembre 2009

A propos de l'organisation territoriale de la France...

Les projets de Sarkozy suscitent la fureur des maires et des élus.

Les bonnes et mauvaises raisons.

 

Sarkozy a engagé une réforme de la taxe professionnelle, une réforme territoriale et l’introduction pour l’élection de conseillers territoriaux fusionnés (ex régionaux et généraux) un mode de scrutin mixte, uninominal et proportionnel. Fureur des élus locaux de gauche et de droite, pour de bonnes et aussi de mauvaises raisons.

 

De mauvaises raisons pour de bonnes réformes.

 

Cette réforme, qui vise en fait à fusionner à terme les conseils généraux et régionaux, ramenant le nombre de conseillers de 6000 à 3000 est bonne. Je l’avais déjà suggérée il y a dix ans. La coexistence de conseils généraux (structure administrative absurde qui date de la Révolution), et régionaux n’a pas de sens : perte de temps, d’énergie, doublons (sur le plan des subventions à la culture  notamment), frais superflus de fonctionnement (pourquoi deux Palais, quand un suffit ?), frais de personnel inutiles, etc…

 

La réforme prévoit l’obligation pour les communes d’adhérer à une intercommunalité et la création de métropoles pour les villes de plus de 450.000 habitants. Excellent. La France a dix fois plus de communes que l’Allemagne, pour un dynamisme inférieur. Il est vrai que chaque coquelet de village français souhaite conserver son statut de coquelet…

 

De bonnes raisons pour de mauvaises réformes.

 

J’avais proposé en 1998 l’élection d’un Conseil Régional fusionné avec le Conseil général avec un mode de scrutin démocratique, représentant à la fois les territoires et les sensibilités politiques : 50% d’élus au scrutin majoritaire dans des cantons redécoupés, 50% d’élus au scrutin régional, à la proportionnelle, permettant la représentation de toutes les sensibilités politiques. Sarkozy propose misérablement l’élection de 20% de conseillers à la proportionnelle, avec un mode de scrutin tronqué, assurant les sensibilités minoritaires de n’avoir quasiment aucun élu : un évident déni de démocratie, visant à instaurer, au forceps, le bipartisme et à éjecter tous ceux qui ne pensent pas juste.

 

La réforme de la taxe professionnelle, « taxe imbécile » comme la qualifiait très justement Mitterrand, qui ne l’avait pourtant pas abolie, pose un problème majeur. 6 à 8 milliards d’euros disparaitront des caisses des collectivités, remplacées par de hasardeuses dotations de l’Etat. Les collectivités perdront le peu d’autonomie et de liberté dont elles disposent. La taxe professionnelle doit être abolie. Mais il faut que les collectivités disposent d’une fiscalité propre, une partie de la TVA pouvant leur être reversée. La réforme, telle qu’elle est envisagée vide de son sens le concept, pourtant très timide et insuffisant, de « décentralisation » au profit d’un jacobinisme dont la France sera l’ultime dinosaure en Europe.

20:02 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

"Débat" sur l'identité : la réponse de Robert Spieler...

797812441.JPGMon identité ? Européenne !

 

par Robert Spieler

 

Nicolas Sarkozy a souhaité lancer un débat sur l’identité française. Et bien, soit. Je m’exprime ici à titre personnel et n’engage pas mes amis de la Nouvelle Droite Populaire qui peuvent avoir une vision différente de la mienne.

 

Mon identité est avant tout européenne. L’identité européenne est ethnique, culturelle et aussi religieuse, c'est-à-dire chrétienne. L’apport du christianisme européen fut considérable et enrichit les racines gréco-romaines, celtes, germaniques, nordiques de notre civilisation. Mais la dimension religieuse, pour importante qu’elle soit, ne me paraît pas la plus essentielle. L’Europe serait elle peuplée, demain, par 250 millions d’Africains chrétiens, elle ne serait plus européenne, qu’on le veuille ou non. Certains développent des fantasmes de conversion des populations musulmanes en vue de leur intégration. Ils oublient que le Coran punit de mort les apostats et que Charles de Foucault lui-même déclara, avant d’être assassiné dans son ermitage du Sahara, que durant toutes ces longues années, il n’avait pu convertir le moindre musulman.

 

La culture me semble être le plus puissant identificateur de ce qu’est notre identité.

 

J’aime la littérature française, Voltaire, Baudelaire, les naturalistes tel Maupassant, mais aussi les écrivains du XXème siècle, Céline, Gide, Drieu La Rochelle, Rebatet, et aussi Michel Déon et Jacques Laurent ainsi que des auteurs de bandes dessinées que je recommande tout particulièrement, Comès et le fantastique des terroirs et Tardi dont la description de la guerre de 14/18 est proprement effrayante.

 

Mais j’aime autant les grands écrivains européens et par-dessus tout Stefan Zweig, auteur autrichien qui mit fin à ses jours en 1942 au Brésil, où il avait fui le nazisme. Son autobiographie, « Le monde d’hier. Souvenirs d’un Européen », qu’il rédigea peu de temps avant sa mort, est un hymne à la culture européenne, qu’il considérait comme perdue. Et puis, d’Annunzio et sa conquête de Fiume, Malaparte qui débuta fasciste pour finir communiste, le grec Kazantzakis (Zorba le grec), Nietzsche, la poésie allemande, Oscar Wilde, Tourgeniev, Cioran, Hugo Pratt et son héros Corto Maltese, l’écrivain régionaliste suisse Ramuz et puis l’écrivain norvégien, prix Nobel de littérature, Knut Hamsun, un des plus grands. Etonnant personnage, qui resta fidèle jusqu’à la fin au national-socialisme, écrivant un éloge d’Hitler, une semaine après le suicide de ce dernier, ce qui valut à Hamsun quelques années d’internement en asile psychiatrique. Et puis Ernst Von Salomon (Les réprouvés) et Ernst Jünger qui, davantage que la guerre, glorifia l’héroïsme de ceux qui la firent. J’ajouterai aussi H.P. Lovecraft, le plus grand des écrivains de la littérature fantastique. Il était américain, mais toutes ses racines, sa pensée étaient européennes et il exécrait l’Amérique décadente dans laquelle il vivait dans les années 1930.

 

Oserai-je le dire, au risque de choquer certains de mes lecteurs ? Je préfère certaines pages de Romain Rolland, grand ami de Zweig, écrivain de gauche et partisan de la paix européenne qui tenta d’agir pour l’arrêt de la boucherie européenne en 1916, plutôt que certains écrits du magnifique écrivain qu’est Maurice Barrès, que son bellicisme cocardier fit surnommer « le rossignol qui chante dans les cimetières ».

 

Je suis partout chez moi en  Europe.

 

La peinture vénitienne et italienne du Caravage, du Titien ou de Botticelli, la peinture flamande de Bosch et Breughel, allemande de Dürer, Holbein, de Caspar David Friedrich  et du romantisme allemand, des expressionnistes Otto Dix et Grosz, peintres effrayants de la monstruosité de la guerre de 14/18 et de la dégénérescence bourgeoise de l’Allemagne d’après 1918, autrichienne de Klimt, espagnole de Goya, belge d’Ensor, suisse de Hodler, norvégienne de Munch, les symbolistes français, les préraphaélites anglais , les Français Ingres, Delacroix, La Tour, Toulouse-Lautrec et Tamara de Lempicka, les symbolistes français et européens, les préraphaélites anglais, tous font partie de notre patrimoine européen.

 

Et puis la musique. Il y a certes Fauré et Gounod, Lully et Berlioz en France, mais aussi les lieder de Schubert et Brahms, Beethoven, Wagner en Allemagne, Rossini et Verdi en Italie, Grieg en Norvège, et tant d’autres.

 

Et enfin, la sculpture européenne : Aux côtés de Rodin et de Camille Claudel, il y a Praxitèle, Michel-Ange, Le Bernin et Arno Breker. Et Paul Belmondo, un des plus grands sculpteurs français. Rendons hommage à son fils Jean-Paul qui, par piété filiale, a financé un musée dédié à son père.

 

L’humanisme européen enraciné transcende les divergences politiques et les appartenances nationales. Oui, je me sens partout chez moi en Europe et me sens avant tout européen.

 

Des guerres imbéciles menèrent l’Europe à sa ruine. La faute à qui, à quoi ? A la Révolution française qui déchaîna les passions meurtrières ? Ou, plus simplement, à la vanité, à l’arrogance, à la folle folie de puissance et de conquête, à l’ubris, cette fureur incontrôlée que dénonçaient déjà les anciens grecs, et qui mène au désastre ?

 

L’origine de tous nos malheurs européens se situe, comme l’a très justement écrit l’historien François-Georges Dreyfus dans la Nouvelle Revue d’Histoire, en 1870. Le déclenchement de cette guerre eut des conséquences incalculables. Une guerre absurde, voulue par l’entourage de Napoléon III, et notamment par l’impératrice, une écervelée follement ambitieuse, et par un état-major d’une insigne médiocrité. La France n’avait tout simplement pas les moyens techniques et militaires de gagner cette guerre. La conséquence de 1870 fut 1914 ?  La conséquence de 1914 fut 1918, et puis 1940, et puis 1945, et puis…, et puis…

 

Mais le désespoir est une sottise. Rien n’est jamais perdu là où existent l’esprit et la volonté de résistance européenne.

 

Nous avons derrière nous 30 siècles de gloire et de souffrance. Notre civilisation est la plus belle que le monde ait jamais connue. Et puis, nous avons, marchant en esprit dans nos rangs, ces dizaines de millions de combattants européens, morts dans toutes ces guerres civiles européennes, qui aujourd’hui, unis, nous accompagnent sur le dur chemin de la Reconquista.

00:27 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 16 novembre 2009

Erdogan a raison ! Vive le niqab, vive la burqa, vive le voile islamique !

Photo 093.jpgCommuniqué de Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire :

En France, « il n’y a pas de place pour la burqa », vient d’affirmer Nicolas Sarkozy. Selon les zélotes de l’« intégration », la loi 2004 interdisant le port du foulard islamique à l’école aurait eu deux effets (voir l’interview de Samir Amghar dans Libération du 14 novembre) : l’un, réaffirmer le principe de laïcité à l’école, l’autre, pervers, disent ils, de radicaliser une population « en voie d’intégration » (interdit de rire).

 

Le premier ministre turc, Erdogan, prenant la parole devant 30 000 Turcs d’Allemagne, à Cologne, avait incité les Turcs à « refuser de s’intégrer ». « Erdogan a raison ». Ce sont les propos que j’ai tenus à Cologne, le 7 novembre, lors de la manifestation contre la pose de la première pierre de la mosquée cathédrale de Cologne, comme je l’ai dit, le lendemain à Villepreux, lors du congrès constitutif du Parti de la France, et comme je l’ai répété le 11 novembre lors de mon intervention à la journée de Synthèse nationale.

 

Oui, Erdogan a raison. Les Turcs doivent rester turcs, les Turcs doivent parler la langue turque et pratiquer leur religion, afin que demain les Turcs d’Europe retournent en Turquie.

 

Certains, y compris dans nos milieux, disent que c’est impossible : ils sont là, beaucoup ont la nationalité française, etc… Et alors ? Dans quelle Bible ont-ils lu que c’était impossible ? Dans le Monde, dans Libération, dans le Figaro ? Oublient ils que des centaines de milliers de pieds-noirs furent forcés de quitter leur terre il y a près de cinquante ans, ayant le choix entre "la valise et le cercueil "?

 

Ce que l’Histoire peut faire, l’Histoire peut le défaire !

03:11 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

Intervention de Robert Spieler à la XIVème table ronde de Terre et peuple le 5 octobre à Villepreux.

Intervention de Robert Spieler à la XIVème table ronde de Terre et peuple le dimanche 5 octobre à Villepreux (Yvelines).

03:09 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

vendredi, 13 novembre 2009

Intervention de Robert Spieler au Congrès du Parti de la France...


Dimanche 8 novembre, à Villepreux (Yvelines), Robert Spieler était invité par Carl Lang à prendre la parole au 1er congrès national du Parti de la France

20:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : pdf, ndp, robert spieler, politique, carl lang | |  Facebook

lundi, 09 novembre 2009

Cologne (Allemagne), samedi dernier : Manifestation contre la pose de la première pierre de la gigantesque mosquée...

Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, était présent. Il nous raconte :

Une gigantesque mosquée destinée à accueillir 2 000 personnes, avec des minarets de 55 m,  va voir le jour à Cologne. Nos amis de Pro-Köln enchaînent depuis deux ans les manifestations pour protester contre ce projet financé par l’Etat turc. Je me suis rendu à plusieurs reprises à Cologne pour exprimer, aux côtés de nos amis du Vlaams Belang, du FPOe autrichien, de la Lega Nord, de Plataforma Catalunya, mais aussi de mouvements tchèques et espagnols le soutien de la Nouvelle Droite Populaire aux résistants allemands.

Samedi 7 novembre, nous étions présents, avec François Ferrier, conseiller régional NDP et Annick Martin, secrétaire générale du MNR.

La manifestation démarrait à 11h. Plusieurs centaines de policiers protégeaient efficacement notre démonstration qui avait lieu à 300m du chantier de la mosquée. Une efficacité policière qui tranchait avec les manifestations précédentes où les autorités se montrèrent scandaleusement complaisantes avec une extrême-gauche dont nous eûmes à subir de violentes attaques… L’explication est simple : Pro-Köln avait déposé plainte contre les autorités pour n’avoir pas voulu protéger nos manifestations ni autoriser la tenue d’un rassemblement devant la cathédrale de Cologne. Pro-Köln vient de gagner son procès, et les autorités se trouvèrent dans l’obligation de respecter la loi !

Du côté turc

Une immense tente sur le site de la mosquée. 500 Turcs, dont une importante délégation de 60 membres venue de Turquie. Des ministres turcs, dont le ministre des affaires religieuses, et bien sûr des ministres allemands du Land de Nord-Rhein-Westfallen et une kyrielle de députés socialistes et démocrates chrétiens. A noter un évènement invraisemblable : On nous demanda le silence pendant 10 minutes afin qu’une bénédiction chrétienne pût avoir lieu sur l’emplacement de la mosquée, avant le début des cérémonies. Il y a décidément des chrétiens qui ne vendent pas, mais offrent la corde destinée à les pendre…

Du côté de l’extrême-gauche

Quelques dizaines de manifestants, guère plus.

Du côté de la Résistance

Hilde de Lobel pour le Vlaams Belang, Annick Martin pour le MNR, François Ferrier, conseiller régional NDP de Lorraine, et moi-même étions présents aux côtés de nos camarades allemands. Annick Martin évoqua notamment l’absolue incompatibilité du Coran avec les valeurs européennes. François Ferrier brossa le sombre tableau de la situation en France et conclut en disant qu’il ne faisait aucune différence entre islam et islamisme.

Les dirigeants (et élus) de la Résistance allemande prirent la parole : Markus Beisicht, leader d’un mouvement qui compte déjà 50 élus dans le Land, Markus Wiener, secrétaire général, et plusieurs autres, tous admirables de courage et de détermination. A noter que Markus Beisicht vit sous une protection policière permanente, jour et nuit, face aux menaces dont il est l’objet.

Mon discours : Erdogan a raison !

J’ai évoqué dans mon discours les propos que le premier ministre turc, Erdogan, avait tenus à Cologne en 2008, devant 30 000 Turcs installés en Allemagne. Il disait : « Les Turcs ne doivent pas se laisser assimiler ». J’ai répliqué : « Erdogan a raison. Les Turcs doivent rester turcs, doivent s’exprimer en langue turque, afin de retourner demain en Turquie ! ». J’ai aussi affirmé que ce que l’Histoire pouvait faire, l’Histoire pouvait le défaire et que ce qui était construit pouvait être « déconstruit » (aufgebaut/abgebaut), suscitant de chaleureux applaudissements.

Tous les intervenants insistèrent sur la nécessité de rassembler toutes les forces de la Résistance européenne dans le combat pour la survie de notre civilisation.

La Reconquista est en marche !

01:55 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : allemagne, cologne, pro köln, robert spieler, ndp, alsace, strasbourg | |  Facebook