Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 janvier 2010

La grippe grippée...

Bachelot-grippe-gestes_pics_809.jpg

par Robert Spieler

Roselyne Bachelot vient d'annoncer qu'elle a décidé de résilier les commandes de la moitié des vaccins prévus pour lutter héroïquement contre la grippe A (une résiliation des contrats signés avec les laboratoires pharmaceutiques est en réalité parfaitement impossible). 88 millions de doses de vaccin sur un total de 94 millions sont toujours inutilisées ainsi qu'un milliard (oui, un milliard) de masques  achetés à la demande de la  ministre de la Santé.

Cette gigantesque imposture prend fin. Finis les plans d'alerte, les masques, les centres de vaccination vides ou trop pleins, en fonction des émois des media. Un fiasco gouvernemental, une honte pour la presse. Comme le relève très justement  Daniel  Schneidermann dans Libération du 11 janvier, cette campagne avortée est aussi un fiasco de la presse, qui à aucun moment ne s'est placée en travers du triomphalisme du grand plan de vaccination élaboré dans le secret des ministères. La presse aime ce qui est  mutant, menaçant, né dans des porcheries (au Mexique, c'est mieux qu'en Bretagne), et puis ces foules filmées avec des masques, et des écoles fermées, en attendant des images de cadavres d'enfants alignés, et puis ces « grippes parties » au cours desquelles des adolescents se contaminaient volontairement, afin d'être plus tard immunisés. Le « Monde »  faisait récemment ses grands titres de ces « grippe parties » comme il le faisait il y a trente ans de la « libération » de Phnom Penh par les Khmers rouges. Problème : c'était totalement faux, tout à fait bidon. Le journaliste du «Monde », Paul Benkimoun, qui a fantasmé sur ces « grippes parties » est toujours journaliste, merci pour lui, et théorise aujourd'hui sur l'échec de la campagne de vaccination.

C'est par le quotidien communiste « l'Humanité », le seul à aborder le sujet, que l'on a appris cette semaine que le Conseil de l'Europe lançait une enquête sur l'influence des laboratoires pharmaceutiques dans les comités d'experts de l'Organisation Mondiale de la Santé, à l'origine de la psychose mondiale.

La création d'une commission parlementaire a été exigée par les députés d'opposition pour comprendre comment on en est arrivé à cette gigantesque gabegie. On peut leur expliquer...

A « panem et circenses », au « pain et aux jeux » de la Rome antique succède aujourd'hui le cirque politico-médiatique où les gladiateurs se sont mués en clowns et les hétaïres en Bachelot liposucées.

Quelle décadence !

10:51 Publié dans France | Lien permanent | Tags : grippe, h1n1, bachelot | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.