Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 février 2010

Listes « NON AUX MINARETS » : la Résistance s’organise sur le front de l’est...

logos_union.jpgPar Robert Spieler

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

Annick Martin en Lorraine, Christophe Devillers en Franche-Comté, mèneront les listes de rassemblement de la résistance régionale, nationale et européenne dans ces régions. La Nouvelle Droite Populaire, le MNR et le Parti de la France présentent des listes aux élections régionales sous le sigle « Non aux minarets ! », faisant de ces élections un référendum pour la libération de notre peuple.

 

En Basse et Haute Normandie, en Picardie et dans la région Centre, les listes pilotées par Carl Lang bénéficient de la présence active de la Nouvelle Droite Populaire et du MNR.

 

Je peux témoigner de la formidable dynamique qui se met en place, notamment en Lorraine et en Franche-Comté, que je suis plus particulièrement. Grâce à la qualité des équipes et à la détermination idéologique absolue des animateurs de ces listes (Annick Martin, Catherine Davion et François Ferrier en Lorraine, Christophe Devillers, Gérard Cretin, Yvan Lajeanne et Paul-Arnaud Croissant en Franche-Comté), et aussi à l’esprit de camaraderie combattante qui les unit.

 

Le dépôt des listes « Non aux minarets ! » suscite le scandale. Emoi chez les représentants des « diversités », couinements des lobbies, pressions des adversaires (y compris des nationaux) pour que les Préfets refusent d’enregistrer nos listes… Le Préfet de Franche-Comté a décidé de valider notre liste en usant d’un argument certes étrange : comme une liste « antisioniste » avec Dieudonné à sa tête avait pu se présenter en Ile de France aux élections européennes, il n’y avait pas de raison de rejeter une liste anti minarets. Pourquoi pas …

 

Je dois dire que je n’ai pas retrouvé un tel enthousiasme militant depuis les années 85-86 où l’émergence du FN, dont je fus député, enthousiasmait nos équipes.

 

Nos adversaires vont beaucoup souffrir car nous allons réussir notre pari : constituer tous ensemble une force de rassemblement, de résistance et de renouveau, dans le respect de nos différences, autour du socle idéologique non négociable qu’est la défense intransigeante de nos identités.

 

Nos camarades européens nous soutiennent. Une première réunion avec des élus du Vlaams Belang flamand, des allemands de Pro-Köln et d’autres formations européennes aura lieu vendredi 5 mars à Metz.

 

La résistance nationale et européenne s’organise.

23:27 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.