Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 septembre 2010

Comment reconnaître les idiots utiles du Système ?

722525777_2.jpgPar Robert Spieler

Ancien député

Délégué général de la Nouvelle Droite populaire

 

Je n’évoque pas dans cet article ceux qui, d’évidence, font partie du Système, qu’ils soient de droite ou de gauche. On les reconnaît aisément à leurs positions « républicaines » assumées, et leur inféodation aux lobbys. Analysons plutôt comment identifier ceux qui, fussent ils proches de notre camp, se comportent comme les « idiots utiles » qu’évoquait Lénine, du Système. Ecoutons leurs propos et répliquons-leur.

 

« L’islam modéré est acceptable, mais l’islam radical n’a pas sa place en France »

 

Pauvres naïfs ! Comme s’il pouvait exister un islam modéré ! L’islam est une religion totalitaire qui entend contrôler la sphère privée et la sphère publique. L’islam est une vision du monde, une « Weltanschaung », conquérante et intolérante. L’islam interdit les conversions et voue aux gémonies chrétiens, juifs et surtout les athées. Le Coran, dont l’interprétation est punie de peine de mort, prône la takkia, c'est-à-dire la dissimulation tant que les musulmans sont en position de faiblesse (« la main que tu ne peux couper, baise la »), mais exige d’être impitoyable lorsque ceux-ci sont en position de force.

 

« L’islam doit s’intégrer dans la République et en respecter les valeurs »

 

Pour les raisons susmentionnées, l’islam n’est en aucun cas soluble dans la « République », terme au demeurant magique qui recouvre les pires turpitudes du Système. Ceux qui sautillent comme des cabris en se référant à la « République » oublient que cette « République » est tout sauf démocratique et républicaine : une pesante dictature d’une nomenklatura qui se reproduit par clonage, persécutant les rebelles, manipulant à son avantage les modes de scrutins, imposant au forceps sa morale alors qu’elle-même est d’un amoralisme abyssal. Une république, certes, mais une république bananière…

 

 Prétendre que cette « République » est soumise à l’influence des lobbys est erroné. Ce sont les lobbys qui constituent l’ossature même du Système et de ses pseudopodes : justice, media, enseignement. Comme dans le roman de Georges Orwell, « 1984 », qui s’inspirait de la terreur stalinienne, le vocabulaire lui-même est manipulé, la pensée dissidente traquée. Une pesante propagande prend en charge les enfants dès l’école maternelle et les accompagne toute leur vie. Orwell imagine un « ministère de la vérité » et une « police de la pensée » au service de Big Brother. Cette police de la pensée existe aujourd’hui en France. Elle a pour nom : HALDE, LICRA, CRIF, MRAP, etc.

Les résistants doivent, pour survivre, comme sous les pires régimes totalitaires, apprendre la dissimulation, les langages codés. Bon, soyons positifs : voici au moins un point de commun avec l’islam…

Quant à leur « République »… Et bien, elle mérite d’être guillotinée.

 

« Il faut interdire le port de la burqa et du voile islamique »

 

S’indigner du port de la burqa ou du voile, exiger leur interdiction, quel héroïsme ! Mais le problème, ce n’est pas un morceau de tissu, c’est ce qu’il recouvre !

 

« L’immigration pose un problème majeur car elle est majoritairement musulmane ».

 

Sous entendu : si l’immigration africaine et maghrébine était chrétienne, ou si les musulmans installés en France se convertissaient, elle pourrait être acceptable. Cette assertion est absurde. Le Père Charles de Foucault reconnaissait lui-même qu’en dix ans, dans son ermitage du Sahara, il n’avait pu convertir le moindre musulman. Et puis… Sept millions d’Africains, fussent-ils chrétiens, implantés sur notre terre, représenteraient la même menace pour la substance de notre peuple, que sept millions d’Africains musulmans.

 

« Beaucoup d’entre eux ont la nationalité française. Il faut évidemment qu’ils respectent nos lois, mais on ne peut tout de même pas les renvoyer »

 

Ah bon ? Dans quelle Bible cette affirmation figure-t-elle ? En 1962, un million de pieds noirs durent quitter en l’espace de quelques jours leur terre sans que quiconque s’en émeuve. Quant à l’argument de la nationalité française… Celle-ci  fut accordée aux immigrés contre la volonté du peuple. Le peuple décidera le moment venu de ceux qui méritent la conserver et de ceux qui devront quitter notre terre.

 

« La volonté de libérer la France de l’invasion musulmane implique bien entendu le soutien de la France aux Etats-Unis et à Israël. Le devoir de la France est d’être aux côtés de ses alliés en Afghanistan et il serait légitime que tout soit fait, y compris des frappes nucléaires, pour empêcher l’Iran d’acquérir la bombe atomique. Quand au conflit israélo-palestinien, il faut soutenir Israël, qui est aux avant-postes de l’Occident ».

 

Que je sache, les Iraniens, les Palestiniens et même les Talibans ne portent aucune responsabilité dans l’invasion que subit la France. Vouloir régler le problème de l’immigration « arabe » en France par procuration, en se réjouissant des coups meurtriers portés à des musulmans à 5000 km de Paris, ne me paraît pas être d’une extrême pertinence.

 

La France et l’Europe n’ont pas à se laisser entraîner dans des conflits qui ne les concernent pas. Nous n’avons pas à nous engager dans des guerres pour les intérêts géostratégiques et pétroliers américains, de même que nous n’avons pas à confondre la nécessaire défense de l’Europe européenne et celle d’un « Occident » qui fait de nous rien d’autre que les supplétifs de l’impérialisme américain.

 

Quand on songe aux bombardements américains sur la Serbie chrétienne, au profit du Kossovo musulman, dans le but évident d’affaiblir l’Europe, il est consternant de constater que certains continuent à voir dans l’Amérique le rempart du « monde libre ».

 

La guerre de libération doit être menée en France et en Europe, non en Afghanistan, en Palestine, en Irak ou en Iran.

 

« L’efficacité implique la recherche de respectabilité. Il faut rompre avec l’image d’extrême droite, et rechercher l’estime, si ce n’est la sympathie des medias, des adversaires politiques, voire de certains lobbys »

 

Pour paraphraser Churchill : « Ils avaient le choix entre la guerre et le déshonneur. Ils ont choisi le déshonneur. Ils auront et la guerre, et le déshonneur ». Il est bien sûr plus confortable d’être aimé que haï, d’être estimé que vilipendé, de côtoyer les ors des Palais de la République plutôt que les travées des Palais de Justice. Sauf que… ça ne marche jamais. Le Système est très fort pour manipuler les naïfs, leur donner l’illusion de pouvoir être récupérés, de faire miroiter d’éblouissantes perspectives de réinsertion. Le Système peut même trouver son intérêt à pousser untel sous les projecteurs médiatiques. Tant que cela sera son intérêt. Et puis, un jour… il siffle la fin de partie. Facho un jour, facho toujours !

 

 

Article publié dans le n°19 de la revue Synthèse nationale

02:25 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.