Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 02 janvier 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

2980.jpgArticle de Robert Spieler publié dans Rivarol

(n°2980 - 24 décembre 2010)

 

Dans les boudoirs de la République.

 

L’histoire de la République est riche d’épisodes croustillants qui permirent aux chansonniers et aux pamphlétaires de faire des gorges chaudes sur les petites aventures vécues par des représentants du pouvoir qui, à défaut de laisser leur trace dans l’Histoire de France, se signalèrent par des comportements quelque peu originaux. On se souvient de Félix Faure, président de la République, qui avait demandé à sa maîtresse, Marguerite Steinheil, une demi-mondaine, de le rejoindre dans le « salon bleu » de l’Elysée. Las, il devait décéder dans ses bras d’une hémorragie cérébrale, le 18 février 1899. Le dialogue entre le planton et le prêtre, accouru au plus vite, est passé à la postérité : « Le Président a-t-il encore sa connaissance ?... Non, monsieur l’Abbé, elle est sortie par l’escalier de service ». Les circonstances de la mort de Félix Faure devaient valoir à sa maîtresse le surnom de « la pompe funèbre ».

 

Le député-maire UMP de Freyming-Merlebach, en Moselle, Pierre Lang, dont personne n’avait jamais entendu parler en dehors de sa circonscription, a trouvé le moyen de susciter à ses dépens une hilarité générale. Trompé par son épouse qui batifolait avec un médecin spécialisé dans la chirurgie maxillo-faciale, il n’a rien trouvé de mieux pour se venger de son infortune que de porter plainte auprès de la très sérieuse chambre disciplinaire du Conseil régional de l’ordre des médecins, siégeant à Nancy, accusant le médecin d’avoir dérogé au code de déontologie et d’avoir agi au mépris du serment d’Hippocrate. Le député-maire demande que son rival soit sanctionné et qu’il…quitte la région, arguant que cette affaire lui cause un « préjudice considérable » et que cela « sème le trouble dans toute la région » ! Cette affaire aura du moins permis de découvrir combien la République se préoccupe des intérêts du Peuple. On apprend que le député avait été chargé, en 2009, par Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’Ecologie, d’une importante étude qui nous concerne tous, sur la notion d’ « espèce nuisible ». Il lui était demandé « d’analyser l’ensemble des situations dans lesquelles (les espèces nuisibles) peuvent causer des nuisances, notamment en terme de risques sanitaires, d’atteintes des infrastructures ou de présence indésirable de certaines espèces en milieu urbain, de réfléchir aux solutions existantes et de définir des actions appropriées ». On ignore les conclusions de cette étude des plus intéressantes…

 

Du côté des collabos.

 

- Le coordonnateur du groupe Europe Ecologie / Les Verts de Grigny, dans l’Essonne, Christian Le Bras s’était mis en tête d’adresser ses meilleurs vœux pour la nouvelle année à ses concitoyens. Mais comment faire pour éviter toute apparence, si ténue soit-elle, de discrimination ? Car le calendrier utilisé en France reste encore, provisoirement peut être, le calendrier chrétien. Après un intense remue-méninge, notre écolo-bobo trouve la solution. L’affiche présentant ses vœux évoque l’année 2011, mais aussi l’année 1432 de l’Hégire. Il s’attendait évidemment à un concert de remerciements et de louanges de la part de ses concitoyens musulmans. Problème : il avait zappé une séquence du film… Le site musulman Al-Kanz le lui rappelle sobrement : « Il n’est pas d’usage en islam de souhaiter la bonne année qui ne revêt aucun caractère particulier, ni festif, ni autre ». Damned ! Encore raté !

 

- Les sectateurs de la laïcité figurent parmi les pires collabos de l’islamisation de notre terre. Leur haine du christianisme les entraîne vers les comportements les plus délirants, vers un absurde digne de Kafka ou d’Alfred Jarry. Exécrant les valeurs de la religion honnie, ils n’ont de cesse de détruire ses symboles, en dignes successeurs des massacreurs et des destructeurs de 1792. Ce faisant, ils affaiblissent avec volupté les capacités de résistance du Peuple, en brisant ses repères et ses références, ouvrant grandes les portes de l’invasion musulmane. Ils seront bien entendu les premiers à subir le sort qui attend les athées, particulièrement haïs par l’Islam, qui ne leur offrira même pas un statut de dhimmi promis aux chrétiens et aux juifs.

 

- C’est à Montiers, petit village de 450 âmes situé au cœur de la Picardie, que la bêtise et le fanatisme viennent de frapper. Le nouveau maire décide de dresser une crèche de Noël sur la place du village. Fureur de l’ancien maire, un certain Claude Debay, animateur de la fédération de l’Oise de la Libre Pensée, qui exige que la crèche soit expulsée de l’espace public au nom de la laïcité et de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Il porte l’affaire devant le tribunal administratif d’Amiens, et obtient satisfaction. Mais le nouveau maire, soutenu par la majorité de ses administrés n’entend pas obtempérer et a décidé de résister.

 

Christian Vanneste, un député qui faillit être héroïque

 

Christian Vanneste est député UMP du Nord ; Il fait parti de ces députés, peu nombreux au demeurant, qui s’autorisent de temps en temps une toute petite insolence à l’encontre du pouvoir ou des lobbys, avant de se replier prudemment. On se souvient de la polémique suscitée par ses déclarations que d’aucuns qualifièrent d’homophobes. Il a récemment fait preuve, l’espace d’un instant, d’un certain courage en s’exprimant en faveur d’une « droite large » regroupant le centre, l’UMP et le FN. A condition, précisait-il prudemment « que le FN change et renonce à certaines positions ». Las, cela ne suffisait pas. Les caniches dressés de l’UMP se sont derechef mis à japper d’indignation, avant même que les lobbys n’aient pris la peine de se mettre à couiner.  La Franco-Sénégalaise Rama Yade a annoncé qu’une procédure d’exclusion était en cours, Jean-François Copé exprimant son « désaccord total » et Yves Jego évoquant « un débat nauséabond ». Mais 32% des sympathisants de l’UMP et 62% des électeurs du FN approuvent Christian Vanneste. L’aspect positif de cette affaire est qu’elle confirme aux naïfs l’impossibilité d’une entente entre le camp de la résistance et celui de la collaboration. Rama Yade, Copé et Jego ont raison de le souligner. Il n’y a en effet rien de commun entre les combattants du camp national et identitaire et les collabos craintifs et soumis aux lobbys antinationaux qui peuplent les allées du pouvoir. Il serait tout à fait catastrophique pour nos peuples que des dirigeants de la Résistance se laissent entraîner, comme le fit honteusement Fini en Italie, sur la voie de la collaboration et de la trahison.

 

Dès lors, la mise au point de nos adversaires est tout à fait salutaire. Mais que 62% des électeurs du FN  soient prêts à une telle alliance est consternant et démontre la grande faiblesse de la formation idéologique de notre camp.

 

Christian Vanneste vient de refaire parler de lui. Il avait été annoncé aux Assises internationales sur l’islamisation, auxquelles devrait participer Oskar Freysinger, initiateur du référendum suisse contre les minarets, qui se tiennent le 18 décembre à Paris.  Ces Assises ont pour objet de « Défendre la laïcité, défendre les valeurs de notre civilisation » et sont bien sûr accusées de véhiculer un message islamophobe. Les organisateurs sont principalement des organisations laïques, dont Riposte Laïque, mais aussi le Bloc Identitaire que j’évoquerai plus loin. Courageux mais loin d’être téméraire, notre député matamore vient d’écrire aux organisateurs en demandant piteusement que son nom soit retiré, se croyant obligé d’en rajouter dans la servilité : « J’entretiens d’excellents rapports avec les musulmans de ma circonscription » et rappelant  qu’il avait voté contre la loi interdisant le voile à l’école en 2004. On se demande quelle mouche a piqué les organisateurs pour envisager d’inviter un oiseau pareil.

 

Quelques vérités autour de Riposte laïque.

 

Riposte Laïque avait fait quelque bruit autour de l’ « apéro saucisson et pinard » qui devait avoir lieu dans le quartier de la Goutte d’or à Paris, mi-juin, avant d’être interdit par la Préfecture. Le rapprochement de Riposte laïque, organisation notoirement de gauche, et du Bloc Identitaire, issu de l’extrême droite la plus radicale, a pu susciter quelque étonnement. Quelles sont les vraies motivations de ces officines ?

 

Riposte laïque considère que l’Islam est le problème prioritaire et affirme que la « République » se doit d’intégrer les immigrés non-européens, dès lors qu’ils pratiquent les valeurs de ladite République, l’amour de la France et… le refus du « projet fédéraliste européen ». Si Riposte laïque s’en prend, souvent violemment, à l’Islam, c’est uniquement parce que l’Islam est une religion totalitaire, antiféministe, anti-laïque et antisémite. Elle ne lui oppose jamais, loin s’en faut, la défense de notre identité et de nos traditions françaises et européennes.

 

Pour en juger, il est intéressant de se rendre sur son site (qui ne manque jamais une occasion, soit dit en passant, d’égratigner le mouvement national) afin de mieux comprendre les objectifs de cette officine, créée en 2007 par Pierre Cassen, un ancien trotskiste membre de l’UFAL (Union des familles laïques), et dont  bon nombre de dirigeants appartiennent au Grand Orient.

 

L’obsession anti-islamique de Riposte laïque apparait immédiatement. Mais celle-ci repose essentiellement sur des critères antireligieux. L’Islam, constamment comparé au fascisme (la rhétorique de gauche ne les lâche pas), y est traité au même titre que le christianisme.

 

Paradoxalement, la défense d’Israël est une constante chez Riposte laïque, alors que l’on peut considérer que cela ne devrait pas être le problème prioritaire pour une organisation qui lutte pour la laïcité en France.

 

Florilège :

- « Ils (les juifs) sont les seuls occupants légitimes du pays, flanqués de quelques malheureux descendants d’Africains victimes de la traite négrière orientale », ce qui est déjà assez hallucinant (lundi 6 juillet 2009, sur le site Riposte laïque). 

- « Nous sommes tous israéliens » (lundi 7 juin 2010) 

- Dans un article daté du lundi 14 juin dernier il est évoqué « le lynchage systématique au couteau et à la barre de fer des premiers soldats de Tsahal, descendus un par un et sans armes (sic !) d’un hélicoptère sur le pont du navire humanitaire »…

 

Parmi les liens du site, figure (on se demande pourquoi ?) le Bnaï Brith Paris.

 

L’influence franc-maçonne est prégnante. Ainsi, un certain Roland Ferbère écrit sur le site : « Je suis franc-maçon, et je viendrai avec mon cordon de grand-maître du Grand Orient de France à l’apéritif géant de la rue Myrta ». Il explique : « Je suis fils et petit-fils de francs-maçons du Grand Orient, je les ai entendus raconter leur lutte inlassable contre le totalitarisme de l’Eglise catholique… ». Le « totalitarisme » de l’Eglise catholique, il fallait oser….

 

Quant à Radu Stoenescu, philosophe du groupe qui n’hésite pas à comparer le discours haineux de SOS Racisme à celui de ce qu’il appelle « l’extrême droite raciste » (belle gymnastique d’esprit…), il explique le plus sérieusement du monde que les passions autour de l’apéritif « saucisson et pinard » du mois de juin dernier auraient pu être évitées si le pouvoir politique avait procédé à l’égard des musulmans et de l’Islam de « la même manière que Napoléon avait procédé avec les juifs et le judaïsme », c'est-à-dire en développant l’idée d’un Islam laïc en France… Ce qui est évidemment absurde pour ceux qui connaissent cette religion totalitaire.

 

Le Bloc Identitaire, en recherche de respectabilité.

 

Le Bloc Identitaire fut créé par Fabrice Robert sur les ruines d’Unité Radicale, mouvement dissous après qu’un de ses membres ait tiré à la carabine sur Jacques Chirac. Depuis, ce groupe n’en finit pas de courir après une hypothétique respectabilité, ne reculant devant aucune reptation, aucun reniement. Extraits de leur prose : « Que cela soit clair une fois pour toutes : non, nous ne sommes pas d’extrême droite. L’extrême droite rassemble aujourd’hui des gens qui se projettent dans un passé heureusement révolu ou qui rêvent d’un futur fantasmé ». Ou encore : « Nous osons nous revendiquer du Général De Gaulle », et puis : « Nous n’en voulons pas à la terre entière. Nous ne croyons pas que la cause de nos maux se trouverait dans certains lobbys qui gouverneraient le monde ». Et pour enfoncer le clou, une bonne petite dénonciation, douce à entendre aux oreilles attentives des lobbys : « Nous rompons définitivement avec l’antisémitisme du Front national et le nationalisme ». On peut certes formuler des critiques à l’encontre du FN, mais celle-ci, qui confortera l’opinion de ses adversaires, est particulièrement fausse et vile.

 

Ce curieux conglomérat composé de trotskistes et de nationalistes repentis, de laïcards et de féministes, de francs-maçons tant du Grand Orient que de la Grande Loge Nationale de France, prétend incarner la résistance à l’islamisation de la France, alors qu’ils n’ont cessé d’œuvrer à la destruction de l’identité spirituelle et ethnique de la France et de l’Europe.

 

Il y a lieu de se poser quelques questions…

 

Tintin au Congo persécuté.

 

Bienvenu Mbutu Mondondo, 42 ans, Congolais mais résidant en Belgique, va-t-il obtenir, après trois ans de procédure, l’interdiction en Belgique de l’album d’Hergé, Tintin au Congo ? Une étape décisive devait être franchie lundi 13 décembre au tribunal de première instance de Bruxelles. L’accusateur ne doute de rien. Cette bande dessinée est « clairement raciste », dit-il. Patrick Lozès, président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), soutient bien entendu M. Mbutu Mondondo dans sa plainte.

 

Ce n’est pas la première avanie que subit l’œuvre d’Hergé. Il fallut attendre 1973 pour voir reparaître Tintin chez les soviets, dans une collection « archives », comprenant deux autres albums dans un même volume. La pression communiste et l’autocensure de l’éditeur Casterman avaient empêché cette réédition. Accusé d’être antisémite, car il met en scène un banquier juif caricatural dans L’Etoile mystérieuse, il modifiera le nom du banquier, après guerre, afin de gommer ces fâcheuses réminiscences. Dans Coke en stock, des noirs libérés par le capitaine Haddock de la cale d’un navire transportant une cargaison d’esclaves destinés à l’Arabie expriment leur joie en « petit nègre ». Réécrit dans les années 1970 : ils s’expriment désormais dans un langage plus académique. Dans Le Crabe aux pinces d’or, le malheureux Haddock est fouetté par un gros noir, fort peu amène. La scène est redessinée par Hergé qui transforme la brute noire en salaud blanc.

 

On pourrait multiplier les exemples, dans l’œuvre d’Hergé, d’une volonté d’établir une vision plus correcte qui ne choquerait plus les âmes sensibilisées au fil des années par la pression des lobbys antiracistes. Il est vrai qu’Hergé avait subi quelques avanies au lendemain de la seconde guerre mondiale. Léon Degrelle, qui côtoya Hergé au début de sa carrière de dessinateur n’affirma-t-il pas dans un de ses ouvrages, Tintin, mon copain, qu’Hergé s’était inspiré de sa personne pour imaginer le personnage de Tintin ? Mais Léon Degrelle n’était-il pas surnommé « Modeste Ier » par ses hommes de la Division Wallonie ?

 

Abonnez-vous à Rivarol : cliquez ici

 

Le prochain numéro de Rivarol sera dans les kiosques vendredi 7 janvier.

 

16:45 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.