Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 février 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

2986.jpgChronique de Robert Spieler

publié dans Rivarol

(n°2986 du 11 février 2011) :

 

Des chroniques sans que nous n’évoquions Bernard-Henri Lévy, ce ne sont pas des chroniques. Lundi soir, l’académie des Gérard, composée de vingt journalistes, a remis ses prix parodiques « au pire du cinéma français »,  « les plus gros navets du septième art tricolore ». Curieusement, les nominés étaient absents et n’ont pu recevoir leur beau parpaing doré de dix kilos, destiné à décorer leur appartement.

 

Madame BHL obtient un prix

 

Arielle Dombasle, épouse de BHL, n’était donc pas présente pour recevoir pour la cinquième fois, un record difficile à battre, le « Gérard de l’actrice dont le mari s’est tellement couvert de ridicule que ses réseaux ne lui permettent plus le moindre rôle, pas même un tapin dans un film de Lagaff ». Et les organisateurs de préciser que son film récompense aussi « l’actrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari, ou plutôt de son ex-mari ». Ont aussi été décernés les trophées du « désespoir masculin et féminin », du « film où l’on t’explique que le racisme, c’est pas bien », de « l’acteur qu’on croyait mort depuis 1985, et qui en fait tourne encore » et du « film qui ose enfin dire la vérité sur les femmes ». Bon, promis, ce dernier film, on ira le voir…

 

A propos des « usagers de la circoncision »

 

Valérie Boyer, la secrétaire nationale de l’ UMP chargée de la santé, par ailleurs député, a posé une question écrite importante au ministre de la santé. Vu ses fonctions, elle traduit évidemment la position officielle du parti de Nicolas Sarkozy. Elle souhaite que la « circoncision rituelle » des enfants musulmans soit prise en charge par l’assurance maladie. Pas un mot pour évoquer celle des enfants juifs. Le groin hideux de l’antisémitisme pointerait-il son mufle? Pas d’affolement… Valérie Boyer propose la création d’un « groupe de réflexion » qui s’attellerait à ce projet et qui intègrerait les « associations d’usagers de la circoncision ».

 

Sacrée Valérie Boyer ! Les « usagers de la circoncision », on aura tout entendu. Quel humour !

 

Ces penseurs de gauche sont vraiment impayables…

 

Profonde réflexion aux Etats généraux du renouveau à Grenoble, où, selon Libération, « plus de soixante responsables, militants  intellectuels et experts ont rivalisé d’inventivité pour donner à la campagne présidentielle un fonds de réflexions et de propositions nouvelles ». Vingt mille « citoyens » ont suivi ces débats passionnants. Parmi les intervenants, l’excellent Mélenchon, grand humaniste devant l’Eternel, qui assène : « On m’objecte qu’avec mon programme, je vais faire partir les riches à l’étranger et on me demande ce que je leur dis… Et bien, je leur dis au revoir ! » Mélenchon n’a pas tort. Ces salauds de riches n’ont qu’à partir à l’étranger, afin que nous restions entre nous, les pauvres. Vincent Peillon, hiérarque socialiste qui fêta l’an dernier la bar-mitzva de son fils, évoque la haute figure du père du socialisme français, Jean Jaurès, qui fut toute sa vie guidé, selon lui, par l’obsession de « dire la vérité ». Vincent Peillon a-t-il lu l’article d’Aldric Sète, consacré aux persécutions posthumes de Céline, paru dans le dernier numéro de Rivarol, qui citait les propos violemment antisémites de Jaurès ? Sans doute pas… Le philosophe Michel Serres, quant à lui, fait salle comble pour asséner ces puissants propos : « confondre identité et appartenance, ça c’est le racisme ». Horreur, je viens de découvrir que je suis raciste… La langue française reflète, dit-il pour s’en féliciter, l’accélération des changements en cours : « De Richelieu à aujourd’hui, 4000 mots environ changeaient entre deux éditions du dictionnaire, tous les vingt ans. Aujourd’hui, c’est 35000 ». Il est vrai, qu’entre temps, la France a subi l’invasion américaine et africaine…

 

Concluons par l’essayiste Alain Finkielkraut, membre du comité d’honneur de la Licra, et qui a découvert récemment la menace que représente l’islam en France, après avoir œuvré aux côtés de son officine à détruire les capacités d’auto défense des Français. Que dit-il ? « Un concert, c’est toujours mieux unplugged, mais personne ne songerait à militer pour une école unplugged ». Pour ne pas paraître comme des idiots, faites comme moi, faites semblant d’avoir compris…

 

A propos de Finkielkraut, une petite vidéo amusante qui se ballade sur internet. Finkielkraut est interviewé par une télévision. Il marche le long d’un canal. Une personne qui longe le canal sur l’autre rive hurle : « Jette toi dans le canal, Finkiel ! ». Finkiel interroge la journaliste : « Mais est-ce qu’il m’a reconnu ? Vous pensez ? Mais il m’a appelé par mon nom ? Il a dit quoi ? Sioniste ? (sic…) »… Non, non, répond la journaliste : « Il a juste dit : jette toi dans le canal ». Et Finkielkraut laisse l’individu s’éloigner de quelques centaines de mètres, et il assène: « Normalement je devrais juste aller lui casser la figure ». Ah ce Finkiel ! Quel héroïsme !

 

La lâcheté de l’Union Européenne

 

Le 31 octobre 2010, un attentat revendiqué par la branche irakienne d’Al-Qaïda a fait 46 morts dans la cathédrale syriaque catholique de Bagdad. Le 31 décembre, l’attentat contre une église copte d’Alexandrie fait 21 morts. Partout les chrétiens sont en butte aux persécutions en terre d’islam. Certains Européens ont tout de même fini par s’en émouvoir, notamment, une fois n’est pas coutume, la France qui a réclamé, par la voix du chef de sa diplomatie, Michèle Alliot-Marie, une réponse concertée des 27 au drame des chrétiens d’Orient. D’autres pays, tels la Hongrie, l’Italie et la Pologne se sont associés à cette demande. Les ambassadeurs des 27 pays de l’UE se sont entendus en amont d’une réunion des ministres des Affaires étrangères à Bruxelles sur un texte condamnant « fermement » la « violence récente et les actes de terrorisme visant des lieux de cultes et de pèlerinage ». Lesquels ? Où ? Quand ? Comment ? Quelles étaient les populations visées ? On n’en saura pas plus, les Britanniques et certains pays nordiques ayant refusé que fût mentionnée une communauté spécifique, en l’occurrence les Chrétiens, en arguant qu’il ne fallait pas faire de cette affaire un « choc des civilisations ». Peut-on aller plus loin dans le registre de la veulerie ? La déclaration a fini par être renvoyée aux calendes grecques, les 27 ambassadeurs ayant pour mission de la reformuler. Pendant ce temps, des Chrétiens meurent. Mais ceci n’est qu’un détail…

 

Appel au meurtre et métissage…

 

Le groupe de rap Bougnoul Smala,… comme son nom l’indique va bien, merci. Ses disques sont, ou étaient encore récemment distribués dans les grandes surfaces musicales. Sachant que le lecteur de Rivarol est un fervent de poésie, je lui offre quelques extraits de chansons du groupe : « Quand le macro prend le micro, c’est pour niquer la France. Guerre raciale, guerre fatale, œil pour œil, dent pour dent,(…), par tous les moyens il faut leur niquer leurs mères. Gouers (Français)… flippe pour ta femme, tes enfants, ta race…on s’est installé ici, c’est vous qu’on va mettre dehors ». Vous avez aimé ? Eh bien vous adorerez la suite : « Ecorché comme un porc, tout flic mérite la chaise électrique… Nique un keuf (un flic), sa meuf (sa femme), etc…

 

Et certains prétendent que ce sont des branches de l’arbre France ?

 

Au fait, Bougnoul Smala va être content. Les mariages mixtes représentent aujourd’hui 27% des mariages. Plus de la moitié de ces mariages unissent un Français et une personne originaire du Maghreb ou d’Afrique francophone. Commentaire du journal Le Monde : « Leur forte représentation s’explique du fait que ces populations sont plus attachées au mariage que les Français de souche (ben voyons…) et parce que le mariage permet souvent l’obtention de précieux papiers (ah bon ?) ». Un sondage démontre que ces mariages mixtes sont mieux acceptés par la société. Il y a 25 ans la moitié des Français voyait d’un mauvais œil l’union de leurs enfants avec une personne d’origine arabe. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 27% à en repousser l’idée, 21% pour un Africain et 14% pour un asiatique. Le matraquage permanent des medias, de l’éducation nationale, des lobbys cosmopolites mortifères, avec la complicité d’une classe politique collaborationniste, d’une justice tyrannique, mais aussi l’absence d’un mouvement de résistance nationale puissant, dont les cadres et militants seraient idéologiquement formés et déterminés, explique cette honteuse dégradation de la substance même de nos peuples et de leurs capacités de résistance. Mais après tout, ne désespérons pas. Il suffit de quelques dizaines de milliers de combattants résolus, insensibles au découragement, pour conduire la nécessaire Reconquista.

 

La trahison des syndicats 

 

On avait déjà noté que, pour accroître leur représentativité, les syndicats tels la CGT et la FSU ne reculaient devant rien, soutenant notamment les « sans-papiers », c'est-à-dire les clandestins, exigeant des tapis de prières dans les entreprises et des aménagements d’horaires lors du ramadan. Mais le calendrier 2011 (enfin, 1432-1433 de l’hégire musulmane, comme il est précisé), réalisé par FO métaux du Val de Seine, est un véritable monument. Ce calendrier, agrémenté de trois photos de mosquées, présente dans une toute petite colonne les principaux jours fériés français, mais surtout les évènements musulmans, écrits en arabe. En fait, ce calendrier est bien plus qu’un calendrier, mais aussi le répertoire des horaires de prière (musulmanes, pas chrétiennes, faut-il le préciser)  dans la région parisienne. Mais ce n’est pas tout. Ce « calendrier » rappelle ce qu’est l’islam, les devoirs du croyant, le mode d’emploi des ablutions rituelles, les piliers de la prière, etc… Il donne aussi des informations d’une extrême importance : pour que le ramadan soit valide, il faut « la cessation de l’écoulement du sang menstruel » de la femme. Celle-ci  « doit être accompagnée du mahram » durant le pèlerinage obligatoire. Le mahram ? Son frère, son père, un homme avec qui elle ne peut avoir de rapports sexuels. Et, pour conclure, cette exhortation : « Ce calendrier contient des versets coraniques et des haddiths du Prophète. Prière de ne pas jeter ses feuilles et de les brûler ».

 

Pas de problème, comptez sur nous, camarades, on s’en occupe…

 

Et maintenant, même dans les hôpitaux…

 

Il fut un temps où l’on apprenait au personnel soignant à soigner des malades. On leur apprend aujourd’hui à soigner des musulmans. Les élèves infirmiers de l’hôpital Emile-Roux de Limeil-Brévannes (Val de Marne) ont, en effet, des cours pour réussir à concilier la pratique religieuse des patients et les soins. Cours obligatoires, comme il se doit, qui se tiennent à la mosquée de Créteil. Parmi les questions posées : « Il parait qu’un non musulman ne peut pas toucher un Coran écrit en arabe. Comment fait-on si un patient hospitalisé le laisse tomber du lit ? ». Réponse : « Vous pouvez le ramasser avec une couverture, il faut que quelque chose fasse barrière ». Et puis « Si un patient ne peut entrer en contact avec l’eau, pour des raisons médicales, comment peut-il faire ses ablutions avant la prière ? ». Pas de soucis… « Ne soyez pas étonnés si vous voyez une pierre dans sa chambre, il peut en effet passer cette pierre pour se purifier s’il ne peut pas utiliser l’eau ». Et le reste à l’avenant…

 

Nationalistes ou nationaux ?

 

Beaucoup de nos amis usent indifféremment de ces deux qualificatifs. Et pourtant… La commémoration du 6 février 1934, où les nationalistes furent mitraillés par la police, place de la Concorde, nous permet de rappeler que les « nationaux » furent les grands cocus de l’Histoire. Tandis que les militants nationalistes se battaient, manquant d’abattre le Régime, le colonel de La Roque retenait prudemment ses « nationaux », les empêchant de se joindre à la rébellion du Peuple. En 1958, les nationaux misèrent sur De Gaulle, quand les nationalistes, à l’image de Pierre Sidos et de Rivarol, avaient, eux, compris que l’homme de Londres les trahirait. Dominique Venner lui aussi avait compris. Son opuscule Pour une critique positive, écrit en prison, est une critique définitive des « nationaux ». En 1965, ce furent les nationaux qui poussèrent Jean Louis Tixier-Vignancour, que beaucoup imaginaient présent au second tour de l’élection présidentielle, à abandonner une thématique trop radicale pour une sorte de national-libéralisme. On connaît le résultat. Guère plus de 5% des suffrages. Jean Lecanuet était certes plus crédible que Tixier-Vignancour dans le registre du libéralisme. Et puis, l’épisode Charles Millon, personnage totalement évanescent, sans colonne vertébrale, sans conviction, sans courage, entouré de francs-maçons et de has been de la politique. Une fois de plus, les « nationaux » furent les dindons de la farce. Et pour finir, Sarkozy qui rallia les suffrages de nombreux nationaux, éblouis par sa promesse de passer les banlieues au kärcher. Tous cocus, et pas contents…

 

Bref, soyons des nationalistes, pas des … « nationaux » !

 

Hommage à Robert Brasillach

 

Fusillé le 6 février 1945, après que De Gaulle lui ait refusé sa grâce, Robert Brasillach rendait, quelques heures avant d’être assassiné, cet ultime hommage aux morts du 6 février 1934, dans ce poème intitulé  Aux morts de février : Les derniers coups de feu continuent de briller / Dans le jour indistinct où sont tombés les nôtres. / Sur onze ans de retard, serai-je donc des vôtres ? / Je pense à vous ce soir, ô morts de Février.

 

Ses tous derniers mots griffonnés furent : « On dit que ni la mort ni le soleil ne se regardent en face. J’ai essayé pourtant. Je n’ai rien d’un stoïcien, et c’est dur de s’arracher à ceux qu’on aime. Mais j’ai essayé pourtant de ne pas laisser à ceux qui me voyaient ou pensaient à moi une image indigne ». Nous ne l’oublierons jamais. Robert Brasillach marche aujourd’hui en esprit dans nos rangs…

 

Retrouvez la prochaine chronique de Robert Spieler

dans Rivarol de vendredi prochain.

Abonnez-vous à Rivarol : cliquez ici

22:24 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.