Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 avril 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

1801546589.jpgChronique de Robert Spieler

Publiée dans le n°2996 (22 avril 2011) de Rivarol

Eddie Aït est le maire PRG de Carrières-sous-Poissy. Il a choisi, d’organiser, il y a quelques jours, la traditionnelle chasse aux œufs de Pâques. Dans toutes les villes de France, cette chasse, qui plait aux enfants, se déroule pourtant le jour ou le lendemain de Pâques. Pas à Carrières-sous-Poissy. Le jeune maire s’explique : « Je ne voulais pas associer cet évènement au fait religieux. J’ai donc décidé de dissocier les deux dates. De toute façon, je ne suis pas certain que les gens viennent à la chasse aux œufs pour des motifs religieux. Il s’agit d’abord d’une distraction pour les enfants ». L’opération avait été annoncée en ville depuis plusieurs jours. Sur les affiches ne figure aucune référence à Pâques. Seulement la « chasse aux œufs ». Suivant la même logique, Eddie Aït a décidé de supprimer le poisson du vendredi à la cantine, devançant « de possibles réflexions de la part des parents d’élèves athées ou musulmans ». Nous y voila…

Pas de Pâques à Carrières-sous-Poissy

Qui est Eddie Aït ? Conseiller régional d’Île-de-France depuis 2004, secrétaire national et membre du bureau national du Parti radical de gauche (un antre de francs-maçons), il est aussi vice-président des Elus locaux contre le sida. Ca va ? Besoin d’un dessin ? Notre ami Eddie a fait son coming-out, en 2009 sur le site gay E.Illico.com, en déclarant : « Nombreux sont les élus homosexuels qui n’assument pas d’apparaître comme des défenseurs ‘d’intérêts particuliers’. Pourtant, la mobilisation sociale des homosexuels contre les discriminations les touchant s’inscrit uniquement dans une logique universaliste et républicaine. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de ne pas dissimuler mon homosexualité et d’agir pour l’égalité réelle ». Chacun sait, en effet, que les homosexuels sont, comme les juifs, persécutés dans notre pays, stigmatisés (j’adore ce mot qu’ils adorent), et interdits d’antenne à la télévision. En plus d’être homosexuel, Eddie Aït a une autre qualité : il est d’origine maghrébine. Le premier maire d’origine maghrébine dans une ville de plus de 10.000 habitants. Gageons que le poisson du vendredi ne sera pas remplacé par du porc dans les cantines scolaires…

A Strasbourg, un maire collabo

A des parents d’élèves qui lui demandaient pourquoi on servait à leurs enfants des menus « halal » dans les cantines scolaires de Strasbourg et pas de repas avec du poisson le vendredi, Roland Ries, maire de Strasbourg, a eu cette réponse qui mérite de passer à la postérité : « Nous servons de la viande halal par respect pour la diversité, mais pas de poisson par respect pour la laïcité ». Peut-on imaginer une réflexion plus collaborationniste et plus débile ?

Uriner sur le Coran ou sur le Christ, c’est pas pareil

Le parquet de Strasbourg a requis trois mois de prison avec sursis et 1.000 euros d’amende à l’encontre d’un homme de 30 ans, poursuivi pour provocation à la discrimination, après avoir brûlé un exemplaire du Coran, uriné sur le livre, et diffusé les images sur internet. Raphaël Nisand, ancien dirigeant de la Licra alsacienne, maire socialiste de Schiltigheim, mène l’offensive. On apprend que c’est lui l’avocat de la Grande Mosquée de Strasbourg, qui s’est portée partie civile aux côtés de la Licra. Le procureur adjoint Gilles Delorme a fustigé cet acte provocateur « à double détente », avec ces puissants propos : « Il incite à la haine des musulmans… Et en urinant sur le Coran, c’est une incitation à la haine des musulmans contre les non-musulmans » Nous attendons avec impatience les poursuites contre des maghrébins agresseurs de blancs, au prétexte que ces agressions incitent à la haine des allogènes… Mais on risque d’attendre longtemps… Ceci dit, il est émouvant de constater qu’à Strasbourg, juifs et musulmans se retrouvent côte à côte…

En attendant, l’exposition à Avignon du Christ plongé dans l’urine, le Piss-Christ, que nous avons évoqué il y a une semaine, se porte bien. Elle bénéficie du soutien des autorités, de gauche et de droite, dont Marie-Josée Roig, député-maire UMP d’Avignon, et il n’est évidemment pas question que cet acte provocateur soit poursuivi en justice. Mais un jour viendra, où tous ces traîtres à nos valeurs devront rendre des comptes.

Il n’y a pas d’agressions anticatholiques en France

L’information, connue de tous nos lecteurs, quant aux profanations de lieux de culte ou de cimetières chrétiens qui représentent l’immense majorité des profanations en France se révèle fausse. Un pur fantasme. Une illusion. En tout cas si l’on en croit le rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme qui estime qu’en 2010, 886 faits à caractère raciste et xénophobe ont été dénombrés, dont 165 actes violents. La communauté maghrébine serait la cible privilégiée. 13 mosquées ou lieux de prière musulmans ont subi des actions violentes en 2010, contre six en 2009. Le rapport n’évoque absolument pas les agressions anticatholiques. Rappelons les chiffres que la Commission des droits de l’Homme veut ignorer : en 2007, 92,1% des lieux de culte profanés étaient des lieux de culte chrétiens. En 2008, 94,4%. En 2009, 95,6%. Sans commentaire…

Marine Le Pen cire les pompes à Israël

En attendant de se rendre prochainement, espère-t-elle, en Israël, Marine Le Pen prépare le terrain. Et répond aux questions d’une radio israélienne. « Ceux qui font la promotion (au sein du FN) d’une idéologie nauséabonde seront exclus ». Nauséabond : voila encore un de ces mots magiques qu’ « ils » adorent utiliser. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais à titre personnel, j’aime me sentir nauséabond. Les journalistes posent ensuite à Marine Le Pen la question des « brebis galeuses » du FN. Et citent Christian Bouchet, à la réputation quelque peu sulfureuse. Ce dernier fut tête de liste dans le département Loire-Atlantique aux élections régionales, avant d’être rétrogradé suite à diverses pressions internes au FN. Mais Marine Le Pen ne le connaît pas. Enfin, presque pas. « Je l’ai croisé deux fois dans ma vie », déclare-t-elle. Deux fois, en quarante trois ans, ce n’est pas beaucoup, reconnaissons-le. Elle enchaine, l’air grave, pour déclarer que « l’inquiétude et la suspicion (des juifs à l’encontre du FN) devraient cesser ». Et là, les amis, arrive cette phrase extraordinaire, qui m’a toujours fascinée : « J’ai un certain nombre d’amis juifs ». Grandiose ! Sans vouloir tomber dans le freudisme de pacotille, ce qui est au demeurant un pléonasme, l’expérience m’a montré que ceux qui prononçaient cette phrase qui se veut profonde étaient pour la plupart des antisémites planqués et honteux. Allez, continuons : « Les juifs ne devraient pas avoir peur du FN, bien au contraire ». « Bien au contraire »… Et arrive la conclusion, digne de l’Antique. A propos de son père : « Même quand il m’arrive d’être en désaccord avec lui, ma culture, mon éducation fait que tous ceux qui me demandent de condamner mon père, eh bien ils trouveront porte close ». Très, très bien… Et Marine Le Pen de rajouter que ce comportement est « conforme à la culture juive, dans laquelle on ne porte pas de jugement sur ses parents ». Eh bien, dites donc… elle s’y connaît en culture juive…

Houellebecq compare la France à l’Union soviétique

L’écrivain Michel Houellebecq, interrogé par Guysen TV, un media israélien, dénonce violemment la dictature du politiquement correct en France. Il déclare au sujet des collabos de l’islam : « Il faut bien dire qu’il y a des gens à nature collaborationniste, dont les écologistes représentent le cas le plus flagrant ». Et il affirme : « Il faut juste arrêter de penser qu’il y a une presse libre. La presse dit la même chose, avec une uniformité parfaite. Il y a un point de vue apparent, unanime. Tout le monde sait dans un sens que ça ne correspond pas au point de vue de la population et ça finit par être admis. Je ne sais pas si on est en Union soviétique de la grande époque ; on saurait que la Pravda est une anti-phrase. La Pravda, ça veut dire la Vérité. L’erreur est de croire qu’il y a une démocratie, qu’il y a une liberté d’opinion. C’est faux, il n’y a aucune liberté d’opinion en France. » Merci nous sommes bien placés pour le savoir…

Une information rigoureusement sans intérêt politique, mais cependant amusante

L’année 2011 est un peu particulière. Nous aurons 4 dates inaccoutumées : 1/1/11, 1/11/11, 11/1/11, 11/11/11. Mais ce n’est pas tout. Prenez les deux ultimes chiffres de l’année de votre naissance et l’âge que vous aurez cette année, et la somme, du moins pour ceux qui pratiquent notre calendrier, sera 111… A noter que le mois d’octobre aura 5 dimanche, 5 lundi et 5 samedi. Cela n’arrive qu’une fois tous les …823 ans ! Amusant, n’est-ce pas ?

Rachida Dati, Nadine Moreno, Frédéric Lefebvre, Hervé Mariton : tous nuls, tous rigolos…

Rachida Dati avait déjà suscité l’hilarité en confondant « fellation » et « inflation ». La voici qui récidive en évoquant le « gode » de la nationalité… En voila une chaude… Nadine Morano, ministre chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle, fonctionne aussi dans le genre pétroleuse. On l’avait vu récemment sur une vidéo, dansant de façon endiablée, dans un registre très frotti frotta, avec de jeunes militants de l’UMP. Elle avait visiblement abusé de la consommation de substances qui, sans être illicites, peuvent avoir des effets collatéraux gênants. Le lendemain, Nadine Morano était filmée, à l’Assemblée Nationale, assise sur son banc de ministre, dans un état semi comateux… La dernière saillie de Nadine mérite d’être racontée. Un  journaliste de Canal+ lui pose, mardi 12 avril, la question : « Renault, tous coupables, sauf Carlos Ghosn ? ». Réponse de l’oiselle, qui visiblement ne s’était pas encore remise de la soirée précédente : « J’aime Renaud sur certaines chansons. Celle-là, je ne peux pas vous dire, je ne l’ai pas entendue. » Confondre le chanteur Renaud et la marque automobile, il fallait le faire. Quant à la syntaxe hasardeuse, elle est, après tout en phase avec celle de Sarkozy. Mais, avec Frédéric Lefebvre, nous touchons au grandiose.  Question inculture, il est imbattable. L’ancien porte-parole de l’UMP et actuel secrétaire d’Etat au commerce, au tourisme, etc…, avait déjà une sauvage réputation d’incompétence et d’arrogance. Accumulant les bévues et les vulgarités, il est en passe, comme le relève Julien Jauffret dans Le Choc du mois, de devenir le symbole du nouvel homme politique de l’ère Sarkozy. Interrogé par un journaliste sur le titre du livre qui l’a le plus marqué jusqu’à présent, il répond, content de lui, « Sans doute Zadig et Voltaire ». Zadig et Voltaire… Une marque de vêtements et de maroquinerie. Rien à voir avec le conte philosophique de Voltaire, dont le titre est Zadig ou la Destinée. La même question est posée à Hervé Mariton, député de la Drôme. Il réfléchit très sérieusement, avant de répondre : Belle du Seigneur, d’Albert Cohen. C’est aussi, parait-il, le livre préféré de Sarkozy. Quel fayot, ce Mariton, qui se croit obligé de rajouter un commentaire digne d’une critique littéraire parue dans Pif Gadget : « Un livre très épais mais très chaleureux ». Quelle profondeur d’analyse ! Et, mis en verve, il se croit obligé d’étaler son immense culture en rajoutant qu’il aime aussi lire Un cœur simple de Gustave Flaubert, qu’il définit comme « un petit ouvrage très simple (à sa portée et surtout pas trop long), très clair (il l’a compris, sans qu’il n’y ait d’illustrations), très net (c’est quoi, un livre net ?), très efficace (et un livre efficace, c’est quoi ?). » Mariton se révèle surtout très nul…Le journaliste, qui avait repéré l’oiseau, le questionne : quel livre êtes vous en train de lire en ce moment ? Un silence… Mariton réfléchit et répond : « Bonne question… (silence)… je n’ai pas de livre en ce moment, ouvert, honte à moi ». Il a du moins le mérite de la franchise… Mais revenons à Frédéric Lefebvre qui déclare : « J’en lis un en ce moment qui est passionnant, qui est le livre de l’intégrale des chansons de Gainsbourg ». Remarquez qu’il aurait pu répondre qu’il relisait les textes des chansons de Carla Bruni…

19:31 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.