Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 20 mai 2011

Mais jusqu’où sombrera le Front national ?

pancarte_nonmosquees.jpgPar Robert Spieler

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

Les récents propos de Marine Le Pen et de son père sont consternants. A propos de Geert Wilders, leader anti-islamiste hollandais, elle déclare : « Wilders est dans un combat contre la religion. Pour lui, l’islam est incompatible avec la démocratie, mais je ne le crois pas. Je crois que la charia est incompatible, pas l’islam. Je crois qu’une immense majorité de musulmans sont favorables à la démocratie. » Et elle ajoute : « Je suis beaucoup moins radicale que Wilders  » Et puis, cette phrase stupéfiante, qui dénote d’une totale inculture quant à la réalité de ce qu’est l’islam : « Je ne crois pas que l’islam soit incompatible avec la démocratie. » Mais comment peut-on proférer de telles absurdités ? Faut-il lui rappeler que le Coran est censé être la parole d’Allah, et à ce titre, non interprétable, contrairement à la Bible. Qu’il contient des versets ultra-violents à l’encontre des chrétiens, des juifs et des athées. Qu’il considère que les femmes sont des sous-hommes. Que la conversion est interdite, sous peine de mort. Que les premières sourates, dites mecquoises, modérées (écrites quand la victoire de Mahomet était loin d’être assurée), et auxquelles se réfèrent les imbéciles collabos, sont annulées, selon les théologiens musulmans, par les suivantes, d’une extrême violence. Que le Coran autorise, exige le mensonge et la dissimulation quand le musulman est en position de faiblesse (la Takia), mais exige aussi la plus extrême violence quand il est en position de force : « La main que tu ne peux couper, baise la ».

 

On le sait. Jean-Marie Le Pen s’est toujours montré d’une grande complaisance à l’égard de l’islam qui est pourtant bien plus qu’une spiritualité. Il s’agit d’une religion totalitaire qui englobe aussi le champ du politique et de la vie personnelle. Jean-Marie Le Pen, en nostalgique des colonies, de l’Empire, en homme de la quatrième République, n’a jamais eu une véritable conscience ethnique. Il ne s’agit pas, et il ne s’agissait évidemment pas de tomber dans un racisme imbécile. Mais il s’agissait, il s’agit de préserver une France française et une Europe européenne. Une France et une Europe blanches, pour parler crûment.

 

Jean-Marie Le Pen et sa fille considèrent que « les immigrés sont des branches de l’arbre France » (cf la déclaration de JMLP sur la dalle d’Argenteuil). Le Pen est cohérent avec ce que furent toujours ses idées. Ne déclarait-il pas en 1958, à la tribune de l’Assemblée nationale : « Il ne faut pas dire que l’Algérie a besoin de la France ; il faut dire que la France a besoin de l’Algérie. La France a besoin d’une jeunesse vigoureuse etc. » Cette « jeunesse vigoureuse » occupe aujourd’hui notre terre…

 

On sait que le FN, comme le MNR, avaient introduit un recours contre la construction de la grande mosquée de Marseille. Mais Stéphane Durbec, conseiller régional FN d’origine antillaise de PACA, ne l’entend pas ainsi. Il rencontre récemment Omar Djellil, leader d’une association musulmane. Ils se promènent ensemble sur le marché arabe de Marseille. Et visitent ensemble la mosquée de la Porte d’Aix. Stéphane Durbec est émerveillé. Omar Djellil résume ainsi sa démarche : « Notre mission en tant que musulmans, c’est de montrer ce qu’est l’islam, ce qu’elle (sic…) apporte comme richesse à ce pays. Qu’il ne faut pas la (sic…) voir comme un ennemi de la nation française, mais comme un allié naturel parce que je dirai toujours : la libération, la défense et la reconstruction de la France, c’étaient les musulmans et les immigrés ».  Quel mensonge, relayé par le film Indigènes, qui a suscité l’indignation des associations de Pieds-noirs qui ont, eux, versé massivement leur sang…

 

Stéphane Boccaletti, Secrétaire national pour les Fédérations du FN, clarifie les positions du FN sur le projet de la grande mosquée de Marseille. Pas question de retirer le recours. Pas pour longtemps… Jean-Marie Le Pen, qui vient de rencontrer Omar Djellil, en compagnie de Stéphane Durbec, déclare : « Je n’écarte pas la possibilité pour le Front national de faire un geste pour la communauté musulmane de Marseille » et de lever les recours posés par le FN marseillais ». Et il rajoute : « J’envisage de demander son retrait (du recours) lors du prochain bureau départemental ». Il persiste et signe : « Il serait de bon temps d’évoluer sur cette question. », affirmant penser « aux combattants de l’armée d’Afrique, dont les descendants vivent dans la région ». Quelle incroyable stupidité ! Quelle honte ! Quelle trahison ! En attendant, Stéphane Durbec et Omar Djellil ont créé ensemble une association visant à rapprocher le FN de la communauté musulmane de Marseille. Elle porte le beau nom de « Alliance Républicaine Ethique ». Trois points…

 

Décidément, Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen ne représentent plus nos idées. Ils nous ont trahis.

 

Reconstruisons ensemble le camp nationaliste. 

00:09 | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.