Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 08 juin 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

3002.jpgChronique publiée par Robert Spieler

dans Rivarol n°3002 (3 juin 2011)

 

J’avais évoqué, la semaine dernière dans Rivarol, la puissante réflexion de Marine Le Pen qui estimait que l’islam n’était pas incompatible avec la démocratie, ce qui dénote d’une totale inculture quant à la réalité de cette religion totalitaire. La voici qui déclare à la télévision : « Tous ceux qui sont racistes, antisémites ou xénophobes, se trompent s’ils viennent au Front national. Ils se trompent de mouvement. Nous défendons les nationaux, ceux qui ont la citoyenneté française. Nous ne tenons compte ni des races, ni des origines, ni des religions. » Quel humanisme, digne des propos que l’on peut entendre au Grand Orient ! Offrons à la réflexion de Marine Le Pen la lecture de cette lettre du Bienheureux Charles de Foucauld à l’écrivain René Bazin, au sujet de l’islam et des musulmans.


 Lettre du Bienheureux Charles de Foucauld... à méditer par Marine Le Pen

 

"Si nous n'avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu'ils deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens. 
 
Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D'une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s'y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l'un, celui du medhi, il n'y en a pas : tout musulman, (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu'à l'approche du jugement dernier le medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l'islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans.

Dans cette foi, le musulman regarde l'islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants; s'il est soumis à une nation non musulmane, c'est une épreuve passagère ; sa foi l'assure qu'il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l'engage à subir avec calme son épreuve; "l'oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s'il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération", disent-ils ;

ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu'aux Allemands, parce qu'ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d'honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles mais, d'une façon générale, sauf exception, tant qu'ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du medhi, en lequel ils soumettront la France" . Charles de Foucauld avait aussi noté que, durant toute sa présence dans son ermitage saharien, il n’avait pas réussi à convertir le moindre musulman…

 

BHL étrillé par la presse américaine

 

Bernard-Henri Lévy se fait sulfater d’importance par la presse américaine, après avoir exprimé son soutien à Strauss-Kahn, et critiqué la juge américaine. Ainsi, Maureen Dowd, éditorialiste pour le New York Times, feint de prendre le parti de BHL, pour mieux le ridiculiser : « Elle l’a vraiment cherché. C’est le rêve que fait toute jeune veuve qui travaille dur, en craignant Dieu, en se brisant le dos pour faire de basses besognes dans un hôtel pour élever sa fille adolescente, (…) elle rêve de voir un fou, un vieux satyre ridé qui surgit tout nu de la salle de bain, se jette sur elle et l’entraîne dans la chambre, à la manière d’un homme des cavernes. »

BHL est décrit par Matt Welch, rédacteur en chef du magazine Reason, comme « le milliardaire narcissique à la chemise déboutonnée » et quelques uns s’amusent à rappeler le rôle de BHL dans la guerre que mène la France en Lybie. Ainsi, Tom Scocca ironise : « Si BHL avait défendu la cause libyenne comme il défend la cause DSK, les marines seraient en train de défendre le régime Khadafi. »

 

Il n’y a pas que la presse américaine qui s’en donne à cœur joie. Dans une chronique parue dans Libération, l’écrivain scandaleux et de gauche, Christine Angot, s’en donne à cœur joie : « DSK vient de prouver qu’il est de gauche. Qu’il pouvait se retrouver du jour au lendemain du côté des faibles, des petits, des humiliés, des menottés. (…) Les premiers jours, je refusais de voir qu’il y a bien un salopard dans cette histoire. Un vulgaire, un riche, un gras, un bien nourri. (…) La grenouille qui a voulu se faire aussi grosse qu’un bœuf a explosé. » Et elle conclut : « Cette société aime les séducteurs, les violeurs, les charismatiques. Les élections sont des affaires sexuelles. Marine Le Pen plait à 20% d’entre nous, et en fascine 80%. Une femme-mec, phallique, ça nous plait. » Ah bon ?

 

La fortune des Strauss- Kahn

 

Anne Rosenberg, dite Sinclair, du nom de son père dans la Résistance, est l’héritière d’un des principaux galeristes de la première moitié du vingtième siècle, Paul Rosenberg. Ce dernier avait accumulé une fortune considérable, sous forme de tableaux, qui par la grâce de Laurent Fabius, héritier d’un riche antiquaire, fut exonérée de l’impôt sur la fortune. Le couple Strauss-Kahn paie d’autant moins d’impôts que l’essentiel de sa fortune, la partie immobilière, se trouve au Maroc, où ils disposent d’un somptueux et gigantesque riad, les revenus personnels de DSK, en tant que patron du FMI, étant quant à eux exemptés d’impôts. Le couple était logé par le FMI dans une magnifique maison de Washington, servi (chauffeurs, domestiques, secrétaires, gardes du corps), nourri, véhiculé et blanchi. DSK gagnait en outre plus de 500.000 dollars par an, plus tous les frais remboursés. Ajoutons à tout cela un petit pied-à-terre parisien de 200 m2, place des Vosges. Parmi les récentes ventes de tableaux réalisées par Anne Sinclair figurent « Les nymphéas » de Claude Monet, adjugées plus de 20 millions de dollars, et « L’odalisque, harmonie bleue » de Matisse, pour 33,6 millions de dollars. Il reste encore 160 œuvres du même acabit…  Ce n’est plus la gauche caviar, c’est la gauche diamants…

 

Si vous voulez rigoler, allez sur le site Synthèse nationale, et écoutez, en date du samedi 21 mai, la parodie de la chanson de Sœur Sourire « Dominique, nique, nique ». Hilarant !

 

Lars von Trier viré du festival de Cannes à cause d’Hitler

 

Lars von Trier est un des plus grands réalisateurs du cinéma contemporain. Il présentait au festival de Cannes son film, Melancholia, dont les critiques disent que c’est un chef d’œuvre. Peut-être était-il dans un état de légère ébriété, comme le fut le couturier John Galliano, il y a deux mois, qui déclara « J’adore Hitler », avant d’être viré de Dior. Lars von Trier, connu, il est vrai pour être un sacré provocateur, déclara devant les caméras : « Je comprends Hitler. Je pense qu’il a fait de mauvaises choses, mais je peux l’imaginer assis dans son bunker à la fin. Je suis avec les Juifs bien sûr, mais pas trop, parce qu’Israël fait vraiment chier. » Conscient d’être allé peut-être un tout petit peu trop loin, il aggrave son cas en faisant de l’humour, en déclarant : « Ok, c’est bon, je suis un nazi. » Le président du festival, Gilles Jacob, a immédiatement convoqué un conseil d’administration extraordinaire qui a déclaré Lars von Trier persona non grata au Festival de Cannes, avec effet immédiat. Quant à Arte, qui participe à la production de la plupart de ses films, elle a annoncé courageusement qu’elle arrêtait de financer Lars von Trier…

 

 A votre avis, que se serait-il passé si Lars von Trier avait déclaré : « Je comprends Staline », ou « Je comprends Mao-Tsé-toung », ou « Je comprends Fidel Castro » ? Que se serait-il passé s’il avait affirmé « Ok, c’est bon, je suis un communiste » ?  Et bien, rien…

 

Terrifiant sondage : Les Européens ont déjà oublié la shoah

 

L’European Jewish Congress vient de faire réaliser une enquête auprès de 3.233 Européens. Les résultats en sont terrifiants. « Six millions de Juifs, dont 1,5 millions d’enfants, furent industriellement exterminés par les nazis et leurs bourreaux volontaires, mais 60 ans après, on constate chez les Européens, un inquiétant manque de connaissance de l’Holocauste », déclare le site philosemitismeblog, qui relève que « 2/3 des personnes interrogées âgées de moins de 45 ans ne savent pas que 6 millions de Juifs ont péri dans l’Holocauste. »

 

Commentaire d’Anne Kling sur son site France-Licratisée : « Que va faire le CRIF devant une nouvelle aussi terrifiante ? Alerter une fois de plus les pouvoirs publics ? Se débrouiller pour que les voyages à Auschwitz soient rendus obligatoires pour tous les lycéens ? Renforcer l’enseignement de la shoah dès l’école maternelle ? Rien n’y fera de toute façon. Au contraire. Les Européens en ont tout simplement ras le bol d’entendre parler de la shoah, c’est aussi simple que ça. (…) Entendre sans fin le même disque rayé, c’est lassant à la longue. »

 

La fin du monde, c’est encore raté

 

Il y a chez les Américains, et particulièrement chez les évangélistes, une belle brochette de cinglés. Le pasteur Harold Camping dirige un réseau radiophonique, Family radio, de 140 stations aux Etats-Unis. D’après ses obscurs calculs basés sur des passages bibliques, Jésus devait revenir sur terre avec vacarme et fracas ce 21 mai. Plusieurs centaines de ses fidèles avaient tout abandonné dans l’attente de l’Apocalypse. Raté. Le pasteur se dit « sidéré » de s’être trompé dans ses calculs. « Le week-end a été difficile, je cherche des réponses dans la prière », déclare-t-il au San Francisco Chronicle. Un membre du conseil d’administration soupire : « Je ne sais pas où l’on s’est trompé ». Le pasteur Camping n’en était pas à son coup d’essai. Il avait déjà commis la même prévision en 1994… Visiblement la comptabilité évangéliste n’est pas une science exacte…

 

Immigration et délinquance

 

Quelques chiffres dans divers pays européens. Commençons par l’Allemagne : la chancelière Merkel a déclaré « Près de la moitié des actes violents des moins de 21 ans sont commis par des personnes issues de l’immigration. Nous ne pouvons pas nous taire. » En Norvège, selon les statistiques de la police « 100% des viols qui ont donné lieu à une plainte en 2008 à Oslo l’ont été par des immigrés non-occidentaux, en majorité kurdes et africains. Ces viols s’accompagnent d’une violence très importante ». En Suisse, plus de 60% des détenus sont des étrangers, en grande majorité musulmans (statistiques fédérales suisses). En Espagne, 70% des détenus sont musulmans. En Italie, selon le syndicat autonome de la police pénitencière « nous avons aujourd’hui plus de 55.000 détenus parmi lesquels plus de 20.000 étrangers ». Et en France ? « 60 à 70% des détenus sont de religion musulmane ».  La source de cette information ? Le Washington Post. Vous ne vous attendiez tout de même pas que cela fût le Figaro ?

 

Sami Naceri dans ses œuvres

 

Le héros de la série de téléfilms Taxi, connu pour ses frasques violentes et répétées, avait été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à seize mois de prison ferme pour avoir agressé à l’arme blanche en janvier 2009 un ami de son ancienne compagne. Sa peine fut bien entendu aménagée, ce qui lui évita une nouvelle détention. Présent au festival de Cannes, il en est à son troisième esclandre. Lundi 16 mai, il avait été placé en garde à vue après qu’il eut insulté des policiers, mais rapidement remis en liberté. Le même jour, il eut une vive altercation avec le personnel de l’hôtel Martinez et fut expulsé par le personnel de sécurité de l’établissement. Le lundi 23 mai, un groupe de jeunes gens, tombant nez à nez avec l’acteur sur la Croisette, lui ont demandé de poser pour une photo. Celui-ci a préféré baisser son pantalon et montrer son derrière en proférant des insultes. Et hop, une nouvelle garde à vue au commissariat de Cannes, suivie, bien sûr, d’une nouvelle libération.

 

Bien entendu, Sami Naceri n’a pas été déclaré persona non grata, comme ce fut le cas pour Lars von Trier, par le président du festival, Gilles Jacob.

11:02 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.