Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 juin 2011

Belle réussite pour la réunion de Synthèse nationale lundi soir à Paris : 350 personnes dans la salle...

Photo 029.jpg

Le grand amphi du Centre de conférence de Paris République, rue de la Fontaine au Roi, était bondé hier soir pour la première réunion publique pour l'union de la Droite nationale organisée par Synthèse nationale.

Photo 017.jpg

Ce fut d'abord Martine Lehideux, militante de la première heure du Front national, ancienne Vice présidente de celui-ci et aujourd'hui au Parti de la France, qui ouvrit la réunion. Martine est une combattante remarquable, c'est un honneur pour Synthèse nationale de l'avoir parmi nous à cette réunion.

Photo 024.jpg

Puis ce fut Jérôme Bourbon, le talentueux éditorialiste de Rivarol. Décapant comme à son habitude, il dressa un bilan sans concession de la situation politique actuelle. Il apporta le soutien total de l'hebdomadaire de l'opposition nationale et européenne à la nouvelle confédération en gestation.

Photo 026.jpg

Pierre Vial, toujours aussi passionnant, historien, militant, il n'hésite pas à s'exclamer : "Oui, je suis d'extrême droite" suscitant un tonnerre d'applaudissement dans la salle.

Photo 034.jpg

Annick Martin, Vice présidente du MNR, insista avec justesse sur la nécessité de donner une dimension européenne au combat que nous menons. Nous ne sommes plus en 1911 et la France seule ne pèse plus très lourd en 2011... 

Photo 037.jpg

Fidèle à son habitude, Robert Spieler n'y alla pas par quatre chemins. Rappelant que la rue de la Fontaine au Roi fut, en 1871, le théâtre des derniers combats de La Commune de Paris, qui vit le soulèvement du peuple de Paris contre l'ignoble trahison versaillaise, le Délégué général de la NDP n'hésita pas à nous comparer à la dernière barricade qui résiste encore, et malgré les trahisons lepénistes, à l'abandon de notre identité nationale et européenne.

Photo 044.jpg

Dernier intervenant avant que Roland Hélie conclue cette belle réunion, Carl Lang, Président du Parti de la France, présenta les bases de la confédération qui regroupe déjà le PdF, le MNR, la NDP et qui naîtra officiellement en septembre prochain. Cette confédération, dans laquelle chacune des formations adhérentes gardera son identité et sa spécificité, sera la seule à représenter lors de la prochaine présidentielle et des législatives qui suivront, et bien au-delà d'ailleurs, la Droite nationale, nationaliste et identitaire. Cette confédération "ne perdra pas son temps à rechercher une quelconque respectabilité, et cela pour la simple et unique raison que nous sommes tous des gens respectables". 

Photo 050.jpg

Tout au long de la soirée les stands ne désemplirent pas et de nombreux nouveaux abonnements à notre revue ainsi qu'à Rivarol ou encore à Terre et peuple furent enregistrés.

De nombreuses personnalités de notre famille politique nous ont fait l'amitié de venir assister à cette réunion. Citons la présence dans l'assistance d'une délégation de camarades du Front comtois, menée par son Président Gaëtan Perret, de Serge Ayoub, dirigeant du mouvement Troisième voie, d’Edouard Klein, responsable du GUD, venu avec plusieurs militants de ce sympathique syndicat étudiant, du Professeur Jean Haudry, ancien doyen de la faculté de lettres de Lyon, d'Odile Bonnivard, Présidente de Solidarité des Français,  de Pierre Descaves, ancien député de l'Oise, des écrivains Patrick Gofman, Hervé Ryssen, Eric Miné et Franck Abed, de Thomas Joly, Secrétaire général du PdF, et de bien d'autres...

La réunion s'est terminée vers 22 h 00 et chacun est rentré avec la conviction que beaucoup de choses sont en train de bouger et que la vraie Droite nationale n'a certainement pas encore dit son dernier mot...

 

13:54 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

vendredi, 24 juin 2011

Lundi 27 juin, à 19 h 00, réunion de Synthèse nationale à Paris...

droite_natnale_blogs.jpg

 

Lundi 27 juin 2011

 

19 h 00 / 21 h 30 

 

Grande réunion publique

 

RASSEMBLONS

 

LA DROITE NATIONALE !

 

Centre de Conférences

8 bis, rue de la Fontaine au Roi - 75011 Paris

(métro République ou Goncourt)

 

Annick Martin (Vice présidente du MNR),

Martine Lehideux (Vice présidente du PdF)

Pierre Vial (Président de Terre et peuple),

Jérôme Bourbon (directeur de Rivarol),

Robert Spieler (Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire),

Carl Lang (Président du Parti de la France),

Roland Hélie (Directeur de Synthèse nationale)

 

et des responsables des mouvements nationalistes…

 

VENEZ NOMBREUX !

 
Participation : 10 €
 
Tract à diffuser autour de vous : cliquez ici

20:10 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 037.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3004 du 17 juin 2011)

 

C’était l’émission à ne pas rater. Ce soir ou jamais, le 31 mai, sur France 3. Le thème abordé : les affaires de sexe et de pédophilie qui éclaboussent la classe politique. Ahurissant. On a beau être vacciné, pratiquer le cynisme le plus absolu, la vue de la pourriture sur pied est révoltante.

 

La pourriture sur pied

 

Sur le plateau il y avait notamment la cinéaste italienne Cristina Comencini (remarquable d’ironie et de sens de la réplique) et un affreux personnage, Me Thierry Lévy, avocat gauchiste, régulièrement invité à la télévision. Une boule de haine, qui se prétend « avocat des victimes et pour les droits de l’homme », qui parlait, il y a quelques semaines d’interdire Dieudonné.

 

Me Thierry Lévy éructe : « la tolérance est en train de disparaître totalement. » Et s’adressant à Cristina Comencini ; « Que faites vous sans cesse, si ce n’est de brandir le bâton de la morale ?  Le sexe avec les enfants, ce sujet, on ne peut plus l’aborder aujourd’hui. Il y a une espèce de chape de plomb qui tombe, qui tombe de boucles blondes (sic…) sur l’ensemble de la société, qui vient interdire les comportements un peu différents, un peu anormaux. (Goûtez l’expression : un peu différents, un peu anormaux). La pédophilie est un sujet qui est maintenant totalement interdit. Vous ne pouvez plus dire un mot sur ce sujet sans être diabolisé ». Commencini réplique : « Moi, je pense qu’il faut en parler. » Sans se rendre compte de la contradiction avec ses propos précédents, Lévy, agressif, tendance fureur, limite immaitrisable, crache : « Ah bon, et comment en parler alors ? En disant quoi ? En disant que tous ceux qui sont attirés par des enfants sont des criminels ? Qu’il faut les mettre en prison ad vitam aeternam ? »

 

Je ne sais pas pourquoi, mais cette séquence me fait immanquablement penser au Juif Süss, ce personnage qui fut pendu par le peuple de la principauté du Würtemberg, pour avoir souillé des femmes et pillé les caisses de l’Etat. Un film de propagande allemand, qui obtint le Lion d’or à la Mostra de Venise, en 1940. Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire du cinéma, le film est disponible à la librairie Primatice et …la vidéo de l’émission sur internet.

 

Frédéric Mitterrand et la « solution Maghreb »

 

Pas bon, pour Frédéric Mitterrand, ce qui se passe pour Dominique, nique, nique Strauss Kahn. Pas bon que les projecteurs se braquent sur les mœurs des dirigeants politiques. Pas bon que l’omerta complice qui les unissait soit levée. Pas bon du tout…

 

Certains mauvais esprits se sont évidemment empressés de lire ou relire le livre que Frédéric Mitterrand avait commis en 2005, La mauvaise vie, où il exprimait son amour pour la Tunisie. Enfin, pour les jeunes, et surtout très jeunes Tunisiens. « L’échange paraît facile… On sert de femme de remplacement et de livret de caisse d’épargne ; les beaux gosses arrivent comme au sport et pour financer l’électroménager de leur futur mariage… »  Il raconte, dans une scène déchirante, comment il emmène vivre avec lui à Paris un garçonnet tunisien, l’arrachant à une mère évidemment consentante mais éplorée. Pour l’éducation de ce fils « adoptif », le ministre se démène sans compter et se prive même de vie mondaine. L’enfant, turbulent, lui mène la vie dure, ce qui entraîne cette réflexion de Frédéric Mitterrand : « Je me demandais parfois si je serais capable de me donner autant de mal pour une petite fille. Les garçons touchaient évidemment à quelque chose de plus intime et de plus ambigu. » Bon, ça va, on avait compris… 

 

Pendez les haut et court !

 

Le capitaine Paul Barril, subordonné du commandant Prouteau, créateur de la cellule anti-terroriste de l’Elysée, initiée par François Mitterrand, l’a raconté en audience publique le 29 avril 1997 : « Je me rappelle qu’on nous avait alerté pour stopper l’enquête sur le réseau pédophile « Coral » à cause des personnalités mises en cause. » Ce réseau Coral impliquait plus de 340 personnalités du monde politique, artistique, judiciaire et journalistique qui auraient abusé d’enfants handicapés et autistes. Parmi les personnalités citées, figurent des noms que le lecteur de Rivarol connaît bien… Notre formidable ami, Roger Holeindre, avait conclu un de ses discours, il y a 25 ans, par cette chute : « Je veux que tous les J...L… (il citait le nom) soient pendus haut et court ! » Et il mettait le système au défi de le poursuivre en justice ou de l’arrêter… Vous pouvez écouter son discours sur le site Altermedia, en date du 1 juin…

 

Marine Le Pen et les binationaux : la poudre aux yeux  et la prosternation devant le politiquement correct.

 

D’après Marine Le Pen, la double nationalité « porte atteinte à cette cohésion républicaine dont la France a plus que jamais besoin » et qu’elle est un « frein à l’assimilation des Français issus de l’immigration. »

 

La France serait ainsi totalement assimilée à la République, et l’assimilation des immigrés, souhaitable, sinon nécessaire… Informons  pour son bien  Marine Le Pen, qui l’ignore apparemment, un, que la France n’est pas née de la République, qu’elle n’est pas apparue ex-nihilo avec la Révolution, deux, que l’assimilation des peuples immigrés n’a posé aucun problème majeur et s’est même révélé enrichissante tant qu’il s’agissait d’une immigration ethniquement européenne, et qu’il n’en va évidemment pas de même avec des populations allogènes, qui ne sauraient constituer des « branches de l’arbre France ». Comme l’écrit notre ami Yves Darchicourt sur son blog, « Le problème des binationaux n’est que l’arbre qui cache la forêt de l’immigration extra-européenne et qui permet de pérorer dans le politiquement correct. Il est impératif de juguler et d’inverser cette invasion allogène. Tout le reste n’est que poudre électoraliste aux yeux !»

 

Un procès de Nuremberg à la mairie du 16ème

 

On se souvient de Richard Goldstone, ce juge sud-africain qui avait présidé une mission d’enquête diligentée par las Nations unies au lendemain de l’offensive militaire sur Gaza, en décembre 2008 et janvier 2009. Ses conclusions furent accablantes, tant pour Israël que pour le Hamas, évoquant des actes « assimilables à des crimes de guerre, et peut-être, dans certaines circonstances, à des crimes contre l’humanité. » Plus de 1400 morts du côté palestinien, dont une immense majorité de civils, ce qui ne représente, reconnaissons-le, rien par rapport aux 13 victimes, dont 4 civils, du côté israélien… Goldstone, fils d’un émigré juif lituanien, et qui revendique pourtant son sionisme, fut violemment attaqué en Israël et partout dans le monde : un traître, un juif honteux… l’ostracisme l’a frappé jusque dans sa famille, qui n’a pas souhaité qu’il assiste à la bar-mitsvah de son petit-fils, et il fut l’objet de violentes pressions. Il se rétracta, avant de se raviser, cinq jours plus tard. Le chroniqueur, courageux ou inconscient, du New York Times, Roger Cohen, proposa, avec l’humour grinçant qui le caractérise, l’invention d’un nouveau verbe : « To Goldstone », qu’il proposa de traduire par : « se rétracter pour d’étranges raisons, sous la pression d’Israël, du Congrès américain et de plusieurs groupes juifs dans le monde. »

 

Nous avons assisté, le 31 mai, à une incroyable pantalonnade. A Paris, dans la mairie du 16ème arrondissement mise à disposition de l’association France-Israël et de son président, Gilles-William Goldnadel, par le maire Claude Goasguen, ancien d’Occident, et qui a sans doute tant de choses à se faire pardonner…Le « procès » du juge Goldstone » s’ouvre. Me Charles Meyer, initiateur de ce « procès », et vice-président de France-Israël, préside la Cour, en robe rouge et perruque bouclée anglo-saxonne. Goldnadel est sensé assurer la défense. L’avocat général est Michel Gurfinkiel ancien journaliste très israélo-conservateur de Valeurs Actuelles. Les chefs d’inculpation sont impitoyables : « ce rapport va, dans le monde, justifier des actions anti-israéliennes, antisémites, et plus encore, antidémocratiques. » Parmi les « grands témoins », Jean-Jacques Curiel, Conseiller de Paris, évoque « la nazification des sionistes ». Eh bien ! Michel Gurfinkiel, l’avocat général, dit que ce rapport évoque pour lui « 1984 » de George Orwell, une société totalitaire dont on ne peut s’évader. Il évoque même la destruction de Sodome ! Et le reste à l’avenant… Maître Goldnadel, qui joue le rôle de l’avocat de Goldstone, propose des circonstances atténuantes. Comme dans les procès de Moscou où les avocats des prévenus proposaient, par humanisme, qu’ils fussent fusillés plutôt que pendus. Il propose, comme pénitence, que le juge Goldstone fasse 100 lignes : « Je ne mettrai plus en avant ma judaïté pour nuire à Israël ». Et l’avocat de fustiger les « judéo-médiocres », en France comme en Israël, et de conclure que « la défaite d’Israël serait la défaite de l’humanité. » Fermez le ban …

 

Ah, au fait, selon Marcel Amsellem, président du Crif Rhône-Alpes, à Vaulx-en Velin, « on voit un exode de la population juive, souvent agressée. Il y a quinze ans, 250 familles juives vivaient à Vaulx-en-Velin, et elles sont aujourd’hui 35. C’est un échec du vivre ensemble. » Et en décembre, c’était la LICRA qui le relevait dans la Tribune de Lyon. Les familles juives qui vivent dans la ville subissent régulièrement insultes et jets de pierre. D’après Patrick Kahn, chercheur à la Licra, « on retrouve la même chose dans certains endroits du 93. »

La faute à qui ?

 

Fabius condamné pour abus de confiance

 

Fabius avait englouti 90.000 euros, tranquille, qui lui avaient été remis pour monter une affaire. Il est sous le coup de deux plaintes pour escroquerie, plaintes émanant d’un investisseur et de son associé dans un projet de cartes à puce devant sécuriser les paiements à distance. Finalement, ça se termine plutôt bien pour lui. Il vient d’être condamné pour abus de confiance à 15.000 euros d’amende, dont 10.000 avec sursis. Faites le calcul : 90.000 moins 5000, reste un petit bénéfice de 85.000. Et de plus, les juges ont estimé qu’il n’était pas nécessaire d’inscrire cette modique condamnation dans son casier judiciaire.

 

Au fait, qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, nous évoquons Thomas Fabius, 29 ans, qui comparaissait il y a quelques jours devant le tribunal de Grande Instance de Paris. Thomas est le fils de Laurent et de Françoise Castro. Mais ceci n’est qu’un détail…

 

L’Afrique n’est plus le (seul) berceau de l’homme

 

C’est Bernard Lugan, qui dirige l’excellente revue l’Afrique Réelle (voir son blog) qui nous en informe : Déclarant à la revue Science et Avenir que « L’Afrique n’est pas le seul berceau de l’Homme moderne », le grand paléontologue Yves Coppens fait voler en éclats le postulat de l’exclusivité des origines africaines de l’humanité, évacuant ainsi plusieurs dizaines d’années de « bourrage de crâne » pseudo-scientifique. Pour ces idéologues, les Homo sapiens seraient sortis d’Afrique sous leur forme moderne entre moins 100.000 ans et moins 60.000 ans, et auraient partout remplacé les populations antérieures. Nous serions ainsi tous des Africains. Et bien, c’est faux… En fait, l’Homme moderne, qu’il soit asiatique, européen ou africain est issu de souches locales d’hominisation ayant évolué in situ. Comme le relève Bernard Lugan, ce dossier constitue une étape essentielle dans la libération des esprits. La théorie de « l’Eve africaine » peut donc être définitivement rangée dans le rayon des idéologies défuntes, quelque part entre la « lutte des classes » et le mythe de la « colonisation-pillage. »

 

Grandeur de la culture européenne

 

Jean-François Mattéi, professeur à l’université de Nice Antipolis, vient de publier Le procès de l’Europe. Grandeur et misère de la culture européenne (PUF).  Interrogé par Le Point qui lui demande : « Pourquoi défendez-vous une sorte de suprématie de la culture européenne ? », il répond : « La volonté de transgresser les frontières, d’aller voir plus loin l’inconnu, cette curiosité insatiable de l’autre est une attitude typiquement européenne. Toutes les autres cultures ont été des idiosyncrasies qui se sont perçues sous un angle particulier, alors que la culture européenne a instauré une culture de l’universel. »

 

  

Chaque vendredi, retrouvez La chronique de la France asservie et résistante de Robert Spieler dans l'hebdomadaire RIVAROL (en vente chez votre marchand de journaux). 

20:06 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

vendredi, 17 juin 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 051.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3003 du 10 juin 2011)

 

Le rapport de mission en Afghanistan du père Benoit Jullien de Pommerol, aumônier du 2éme régiment étranger de parachutistes, que nous avions évoqué dans Rivarol, et qui démontrait la honteuse soumission des chefs de l’armée française à l’islam, a suscité de vives réactions au sein de l’état-major. A telle enseigne, que les députés de la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée ont décidé d’auditionner le padre. Celui-ci s’était adressé directement au ministre de la défense. Bien entendu, il ne fut ni écouté ni entendu. Il s’adresse, via Valeurs Actuelles, au ministre. « Ce que je dénonce dans ce rapport n’est en fait que le prolongement de ce qui se passait il y a vingt ans, lors de la guerre du Golfe. Déjà la soumission à l’islam y était flagrante. »

 

La honteuse soumission de l’armée française à l’islam

 

Et le père Jullien de Pommerol de raconter son expérience en Arabie Saoudite : « Cela commence au port de Yanbu, lorsque les soldats français débarquent des bâtiments de la Marine nationale. La police religieuse saoudienne les attend au bac de la passerelle, vérifiant, en écartant les cols de treillis, que les militaires ne portent pas de croix autour du cou ; et si c’est le cas, la croix est retirée, mise dans une enveloppe et retournée en France. Des consignes incroyables avaient été données à nos soldats : ne pas transporter de porc,  ou d’alcool dans ses bagages, ne pas s’en faire envoyer dans des colis, la prévôté ayant même la mission sur place de le vérifier en ouvrant des colis au hasard, confisquant et détruisant les victuailles interdites par l’islam ; et puis, interdiction d’arborer des croix rouges sur les véhicules sanitaires… » Le père de Pommerol poursuit sa charge : est-il acceptable que les forces françaises offrent aux afghans des tapis de prière à la gloire de l’Arabie Saoudite et qu’elles offrent une mosquée au village de Landakhel, construite avec l’argent des contribuables français ? Est-il acceptable que les militaires femmes soient obligés de se couvrir la tête au nom de l’islam  et qu’un général décide que tous les soldats français de sa zone mangeraient hallal ? Un général, une de ces ganaches étoilées qui n’honorent pas la France, lui répond, approuvé par la chef d’état-major de l’armée de terre : « Demander à des sous-officiers féminins de se couvrir la tête pour éviter d’éventuelles convoitises ou regards déplacés peut se révéler judicieux. »  Commentaire que nous partageons, du padre : « Je ne peux m’empêcher de penser que ce général est gravement décalé… »

 

A Séméac, fini le porc à la cantine

 

Depuis les dernières vacances de février, le porc a été retiré des menus du restaurant scolaire de Séméac. La décision a été prise en catimini par Madame le maire. Parce qu’il y a 6 enfants musulmans, 80 enfants ne mangent plus de porc, comme plat principal. Geneviève Isson s’en explique : un problème de personnel qui n’a plus le temps de cuisiner des plats de substitution. Elle se défend avec ce merveilleux argument que nos lecteurs apprécieront : « Au centre Albert Camus, nous recevons aussi bien des gens de l’extrême gauche que la loge maçonnique. Nous ne sommes pas dans des luttes idéologiques. » Voila en effet un argument imparable… En attendant, les enfants qui ont des problèmes d’allergie sont obligés, eux, d’apporter leurs repas.

 

A Massy, la résistance s’organise

 

Me Jean-Paul Parfu, avocat au barreau des Hauts-de-Seine, ne veut  pas de mosquée à Massy (Essonne). Le projet, soi disant culturel, représente un modeste espace cultuel de 570 m2, de quoi réunir 1100 musulmans, avec un tout petit minaret de 25 m, et bien entendu, pour agrémenter l’ensemble, une école coranique et des commerces hallal, évidemment. Le maire, Vincent Delahaye, radical tendance Borloo a attribué, entre autres fantaisies que dénonce Me Parfu, le permis de construire à une association n’ayant même pas d’adresse et que le terrain a été vendu à un prix défiant toute concurrence : 32 euros le mètre carré ! En dehors des arguments juridiques, nombreux, présentés par Me Parfu dans son recours, on y trouve des considérations politiques et religieuses qui surprendront sans doute les magistrats républicains. En acceptant que soit édifié un lieu de culte pour les musulmans, le maire a enfreint le « principe de réciprocité », l’Algérie comme le Maroc n’acceptant pas l’ouverture de lieux de culte chrétiens. Le maire enfreint aussi son devoir de veiller à la tranquillité, la sécurité et la salubrité publique des habitants de Massy, dans la mesure où l’islam, partout et en tous temps, a toujours semé le trouble et la perturbation, et que c’est folie de se montrer tolérant avec une religion qui ne l’est pas…

 

 

BHL, « un intellectuel faussaire »

 

Pascal Boniface avait eu quelques soucis en 2001 lorsqu’il regretta, dans une note interne au Parti socialiste, dont il était membre, que l’on applique pas les principes universels au conflit israélo-palestinien, précisant qu’on ne pouvait mettre sur le même plan l’occupé et l’occupant. Il reçut, comme il se doit, une violente réplique de l’ambassadeur d’Israël en France, Elie Barnavi, et fit l’objet bien entendu d’une campagne l’accusant d’antisémitisme. Il répondit dans un livre qui n’arrangea pas franchement son cas : Est-il permis de critiquer Israël ?

 

Il récidive avec son nouveau livre Les intellectuels faussaires , en s’en prenant cette fois notamment à Bernard-Henri Lévy, qu’il qualifie de « seigneur et maître des faussaires ». Tout le monde, déclare-t-il sur RMC le 30 mai, sait qu’il baratine en permanence. Il s’est inventé de fausses missions. Il s’est emparé du cas de Daniel Pearl (Daniel Pearl était le directeur du Wall Street Journal pour l’Asie du sud. Capturé par Al Quaida, il fut décapité. BHL s’empara évidemment du sujet, et écrivit un livre hautement fantaisiste, Qui a tué Daniel Pearl). La veuve de Daniel Pearl dira de BHL : « C’est un homme dont l’ego a détruit l’intelligence ».  Boniface poursuit sa charge : « Les journalistes n’osent pas le critiquer. C’est toujours cirage de pompes… Il est vrai que BHL est président du conseil de surveillance d’ARTE et du Monde, très ami avec Arnaud Lagardère, éditorialiste au Point… » Pour Pascal Boniface, BHL est le « Ben Ali du monde médiatique ». Etonnez vous si Boniface, qui déclare « Je dénonce ceux qui utilisent le mensonge comme arme de combat » a eu 14 refus d’éditeurs avant de pouvoir faire publier son livre ! Et rappelons nous ce que disait, il y a trente ans, Raymond Aron, a propos de l’ « œuvre » de BHL : « Ses bouquins n’étaient ni faits, ni à faire »… BHL, ou l’imposture en chemise déboutonnée…

 

Glucksmann ose…

 

L’ex « nouveau philosophe », de gauche comme il se doit, s’en prend à ceux qui soutiennent Dominique Strauss-Kahn avec des arguments souvent misérables et honteux. Rappelons nous les propos de Jean-François Kahn, qui évoquait un simple « troussage de domestique », qui lui valurent d’être mis derechef à la porte de Marianne. Glucksmann se souvient : « Ma mère a été femme de ménage. Elle savait combien c’était difficile d’être domestique chez les riches. » Et Glucksmann, évoquant les soutiens dont dispose Strauss-Kahn, de se lâcher, en parlant d’ « une solidarité apparemment naturelle, mais en fait religieuse. » Religieuse… le tabou est transgressé…

 

Au fait, allez sur Fdesouche, en date du 28 mai. Vous y verrez une petite vidéo montrant trois rabbins venir livrer des victuailles, au domicile à New York de DSK, histoire qu’il ne manque de rien, Trop mignon…

 

Une blague racontée par Jean Glavany

 

Jean Glavany a été ministre socialiste et connaissait évidemment bien les petits travers de Dominique Strauss-Kahn. Cette blague a d’autant plus de sel qu’il l’ a racontée à la télé, il y a deux ans, lorsque cela chauffait déjà pour le matricule de DSK, suite à l’ affair , comme disent les Anglais, avec une de ses collaboratrices du FMI.

 

« DSK arrive un matin au FMI, et un bout de culotte de femme dépasse de son col. Ca fait un scandale terrible. Voila qu’il recommence… Et à un moment, un de ses collaborateurs lui dit : « Monsieur le directeur général, ça ne va pas ». « Quoi ? », réplique DSK. « Mais là, ce que vous avez là… » Et Dominique, nique, nique, de répliquer : « Ne vous inquiétez pas, c’est un patch ; j’essaie d’arrêter… »

 

Des partouzes avec des petits garçons

 

L’Express l’évoquait déjà en 2005. Un « blanc », document non signé des Renseignements généraux, faisait allusion à une affaire de pédophilie, survenue en 1988 dans le sud-est de la France, et évoquait, avec moult détails scabreux, le couple Lang (Jack, pas Carl…). L’Express évoquait une autre affaire datant de 2002, où Jack Lang aurait été arrêté au Maroc, dans une affaire de mœurs, suivie d’une exfiltration discrète organisée par l’Elysée. Luc Ferry, philosophe et ex-ministre, met les pieds dans le plat sur Europe 1, sans toutefois citer nommément cet « ancien ministre », qui, selon ses termes « s’est fait poisser à Marrakech, au Maroc, dans une partouze avec des petits garçons. » L’affaire, dit-il, lui a été racontée par les plus hautes autorités de l’Etat, en particulier le premier ministre.

 

Jean Galtier-Boissière, le formidable fondateur du Crapouillot, avait écrit un livre dont le titre était De la tradition de trahison chez les maréchaux. Nous attendons celui qui portera le doux titre De la tradition de la pédophilie chez les ministres de la Culture.

 

Non, non, n’insistez pas. Il n’est pas question que je suggère à Frédéric Mitterrand de l’écrire…

 

Paris by right

 

Lancé à l’initiative d’Emmanuel Ratier, Parisbyright.com est le nouveau « Pariscope » de la mouvance populiste, nationale, nationaliste, souverainiste, identitaire, orléaniste, légitimiste, etc… La totale ! C’est un calendrier interactif qui vous permet de savoir, de manière à la fois visuelle et détaillée, tous les évènements qui se déroulent un soir, une semaine ou un mois à Paris et en Ile-de-France, de manière à pouvoir programmer à l’avance vos soirées. Les principales conférences, réunions, dîners, expositions, signatures de livres, seront présentées, jour après jour. Et ceci, comme le précise Emmanuel Ratier, dans un esprit d’ouverture et non de censure ou d’exclusive au profit de tel ou tel groupe ou mouvement. Voila une belle initiative. Bravo !

 

Les Blancs sont racistes, pas les Noirs et les Arabes…

 

Houria Bouteldja est cette militante franco-algérienne, porte-parole du Parti des Indigènes de la République, qui considère que l’interdiction du port du voile est une pratique « néocoloniale ». C’est elle qui a inventé le beau néologisme de souchiens pour désigner les Français. Invitée à un colloque sur le thème : « Foucault et la colonialité du pouvoir » (vous voyez le genre de diarrhée verbale), elle s’est autorisée les propos suivants : « Un groupe en bas de la hiérarchie raciale a comme tout la monde beaucoup de préjugés. Je peux vous dire que les Maghrébins, par exemple, en ont des tonnes sur tout le monde et même sur eux-mêmes. Sauf que leurs préjugés sont sans conséquence sur le plan du système, car les Indigènes de la République ne sont pas une communauté de pouvoir. Leurs préjugés sur les Blancs par exemple ne sont pas soutenus par des structures institutionnelles, de l’Etat, des médias, des politiques (NDLA : Et la Halde, et le CRIF, et la Licra, et le MRAP, et la Ligue des Droits de l’Homme ?) (…) En revanche, les préjugés des Blancs ont forcément une force implacable, car ils sont adossés au pouvoir de l’Etat. » Et là, on en vient au grandiose ! « Ces préjugés sont par conséquent du racisme car seules des personnes dans une situation de domination peuvent être racistes. (…) Un Noir ou un Arabe qui dit « sale blanc » exprime au pire un sentiment d’intolérance ou de haine en réaction aux humiliations qu’il subit, un Blanc qui dit « sale noir » ou « sale Arabe » exprime forcément un sentiment raciste . » Il fallait oser ! Et bien, Houria Bouteldja a osé …

11:59 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

mardi, 14 juin 2011

Lundi 27 juin, pour l'union de la droite nationale, VENEZ NOMBREUX !

droite_natnale_blogs.jpg

09:47 | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 08 juin 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

3002.jpgChronique publiée par Robert Spieler

dans Rivarol n°3002 (3 juin 2011)

 

J’avais évoqué, la semaine dernière dans Rivarol, la puissante réflexion de Marine Le Pen qui estimait que l’islam n’était pas incompatible avec la démocratie, ce qui dénote d’une totale inculture quant à la réalité de cette religion totalitaire. La voici qui déclare à la télévision : « Tous ceux qui sont racistes, antisémites ou xénophobes, se trompent s’ils viennent au Front national. Ils se trompent de mouvement. Nous défendons les nationaux, ceux qui ont la citoyenneté française. Nous ne tenons compte ni des races, ni des origines, ni des religions. » Quel humanisme, digne des propos que l’on peut entendre au Grand Orient ! Offrons à la réflexion de Marine Le Pen la lecture de cette lettre du Bienheureux Charles de Foucauld à l’écrivain René Bazin, au sujet de l’islam et des musulmans.


 Lettre du Bienheureux Charles de Foucauld... à méditer par Marine Le Pen

 

"Si nous n'avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu'ils deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens. 
 
Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D'une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s'y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l'un, celui du medhi, il n'y en a pas : tout musulman, (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu'à l'approche du jugement dernier le medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l'islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans.

Dans cette foi, le musulman regarde l'islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants; s'il est soumis à une nation non musulmane, c'est une épreuve passagère ; sa foi l'assure qu'il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l'engage à subir avec calme son épreuve; "l'oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s'il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération", disent-ils ;

ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu'aux Allemands, parce qu'ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d'honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles mais, d'une façon générale, sauf exception, tant qu'ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du medhi, en lequel ils soumettront la France" . Charles de Foucauld avait aussi noté que, durant toute sa présence dans son ermitage saharien, il n’avait pas réussi à convertir le moindre musulman…

 

BHL étrillé par la presse américaine

 

Bernard-Henri Lévy se fait sulfater d’importance par la presse américaine, après avoir exprimé son soutien à Strauss-Kahn, et critiqué la juge américaine. Ainsi, Maureen Dowd, éditorialiste pour le New York Times, feint de prendre le parti de BHL, pour mieux le ridiculiser : « Elle l’a vraiment cherché. C’est le rêve que fait toute jeune veuve qui travaille dur, en craignant Dieu, en se brisant le dos pour faire de basses besognes dans un hôtel pour élever sa fille adolescente, (…) elle rêve de voir un fou, un vieux satyre ridé qui surgit tout nu de la salle de bain, se jette sur elle et l’entraîne dans la chambre, à la manière d’un homme des cavernes. »

BHL est décrit par Matt Welch, rédacteur en chef du magazine Reason, comme « le milliardaire narcissique à la chemise déboutonnée » et quelques uns s’amusent à rappeler le rôle de BHL dans la guerre que mène la France en Lybie. Ainsi, Tom Scocca ironise : « Si BHL avait défendu la cause libyenne comme il défend la cause DSK, les marines seraient en train de défendre le régime Khadafi. »

 

Il n’y a pas que la presse américaine qui s’en donne à cœur joie. Dans une chronique parue dans Libération, l’écrivain scandaleux et de gauche, Christine Angot, s’en donne à cœur joie : « DSK vient de prouver qu’il est de gauche. Qu’il pouvait se retrouver du jour au lendemain du côté des faibles, des petits, des humiliés, des menottés. (…) Les premiers jours, je refusais de voir qu’il y a bien un salopard dans cette histoire. Un vulgaire, un riche, un gras, un bien nourri. (…) La grenouille qui a voulu se faire aussi grosse qu’un bœuf a explosé. » Et elle conclut : « Cette société aime les séducteurs, les violeurs, les charismatiques. Les élections sont des affaires sexuelles. Marine Le Pen plait à 20% d’entre nous, et en fascine 80%. Une femme-mec, phallique, ça nous plait. » Ah bon ?

 

La fortune des Strauss- Kahn

 

Anne Rosenberg, dite Sinclair, du nom de son père dans la Résistance, est l’héritière d’un des principaux galeristes de la première moitié du vingtième siècle, Paul Rosenberg. Ce dernier avait accumulé une fortune considérable, sous forme de tableaux, qui par la grâce de Laurent Fabius, héritier d’un riche antiquaire, fut exonérée de l’impôt sur la fortune. Le couple Strauss-Kahn paie d’autant moins d’impôts que l’essentiel de sa fortune, la partie immobilière, se trouve au Maroc, où ils disposent d’un somptueux et gigantesque riad, les revenus personnels de DSK, en tant que patron du FMI, étant quant à eux exemptés d’impôts. Le couple était logé par le FMI dans une magnifique maison de Washington, servi (chauffeurs, domestiques, secrétaires, gardes du corps), nourri, véhiculé et blanchi. DSK gagnait en outre plus de 500.000 dollars par an, plus tous les frais remboursés. Ajoutons à tout cela un petit pied-à-terre parisien de 200 m2, place des Vosges. Parmi les récentes ventes de tableaux réalisées par Anne Sinclair figurent « Les nymphéas » de Claude Monet, adjugées plus de 20 millions de dollars, et « L’odalisque, harmonie bleue » de Matisse, pour 33,6 millions de dollars. Il reste encore 160 œuvres du même acabit…  Ce n’est plus la gauche caviar, c’est la gauche diamants…

 

Si vous voulez rigoler, allez sur le site Synthèse nationale, et écoutez, en date du samedi 21 mai, la parodie de la chanson de Sœur Sourire « Dominique, nique, nique ». Hilarant !

 

Lars von Trier viré du festival de Cannes à cause d’Hitler

 

Lars von Trier est un des plus grands réalisateurs du cinéma contemporain. Il présentait au festival de Cannes son film, Melancholia, dont les critiques disent que c’est un chef d’œuvre. Peut-être était-il dans un état de légère ébriété, comme le fut le couturier John Galliano, il y a deux mois, qui déclara « J’adore Hitler », avant d’être viré de Dior. Lars von Trier, connu, il est vrai pour être un sacré provocateur, déclara devant les caméras : « Je comprends Hitler. Je pense qu’il a fait de mauvaises choses, mais je peux l’imaginer assis dans son bunker à la fin. Je suis avec les Juifs bien sûr, mais pas trop, parce qu’Israël fait vraiment chier. » Conscient d’être allé peut-être un tout petit peu trop loin, il aggrave son cas en faisant de l’humour, en déclarant : « Ok, c’est bon, je suis un nazi. » Le président du festival, Gilles Jacob, a immédiatement convoqué un conseil d’administration extraordinaire qui a déclaré Lars von Trier persona non grata au Festival de Cannes, avec effet immédiat. Quant à Arte, qui participe à la production de la plupart de ses films, elle a annoncé courageusement qu’elle arrêtait de financer Lars von Trier…

 

 A votre avis, que se serait-il passé si Lars von Trier avait déclaré : « Je comprends Staline », ou « Je comprends Mao-Tsé-toung », ou « Je comprends Fidel Castro » ? Que se serait-il passé s’il avait affirmé « Ok, c’est bon, je suis un communiste » ?  Et bien, rien…

 

Terrifiant sondage : Les Européens ont déjà oublié la shoah

 

L’European Jewish Congress vient de faire réaliser une enquête auprès de 3.233 Européens. Les résultats en sont terrifiants. « Six millions de Juifs, dont 1,5 millions d’enfants, furent industriellement exterminés par les nazis et leurs bourreaux volontaires, mais 60 ans après, on constate chez les Européens, un inquiétant manque de connaissance de l’Holocauste », déclare le site philosemitismeblog, qui relève que « 2/3 des personnes interrogées âgées de moins de 45 ans ne savent pas que 6 millions de Juifs ont péri dans l’Holocauste. »

 

Commentaire d’Anne Kling sur son site France-Licratisée : « Que va faire le CRIF devant une nouvelle aussi terrifiante ? Alerter une fois de plus les pouvoirs publics ? Se débrouiller pour que les voyages à Auschwitz soient rendus obligatoires pour tous les lycéens ? Renforcer l’enseignement de la shoah dès l’école maternelle ? Rien n’y fera de toute façon. Au contraire. Les Européens en ont tout simplement ras le bol d’entendre parler de la shoah, c’est aussi simple que ça. (…) Entendre sans fin le même disque rayé, c’est lassant à la longue. »

 

La fin du monde, c’est encore raté

 

Il y a chez les Américains, et particulièrement chez les évangélistes, une belle brochette de cinglés. Le pasteur Harold Camping dirige un réseau radiophonique, Family radio, de 140 stations aux Etats-Unis. D’après ses obscurs calculs basés sur des passages bibliques, Jésus devait revenir sur terre avec vacarme et fracas ce 21 mai. Plusieurs centaines de ses fidèles avaient tout abandonné dans l’attente de l’Apocalypse. Raté. Le pasteur se dit « sidéré » de s’être trompé dans ses calculs. « Le week-end a été difficile, je cherche des réponses dans la prière », déclare-t-il au San Francisco Chronicle. Un membre du conseil d’administration soupire : « Je ne sais pas où l’on s’est trompé ». Le pasteur Camping n’en était pas à son coup d’essai. Il avait déjà commis la même prévision en 1994… Visiblement la comptabilité évangéliste n’est pas une science exacte…

 

Immigration et délinquance

 

Quelques chiffres dans divers pays européens. Commençons par l’Allemagne : la chancelière Merkel a déclaré « Près de la moitié des actes violents des moins de 21 ans sont commis par des personnes issues de l’immigration. Nous ne pouvons pas nous taire. » En Norvège, selon les statistiques de la police « 100% des viols qui ont donné lieu à une plainte en 2008 à Oslo l’ont été par des immigrés non-occidentaux, en majorité kurdes et africains. Ces viols s’accompagnent d’une violence très importante ». En Suisse, plus de 60% des détenus sont des étrangers, en grande majorité musulmans (statistiques fédérales suisses). En Espagne, 70% des détenus sont musulmans. En Italie, selon le syndicat autonome de la police pénitencière « nous avons aujourd’hui plus de 55.000 détenus parmi lesquels plus de 20.000 étrangers ». Et en France ? « 60 à 70% des détenus sont de religion musulmane ».  La source de cette information ? Le Washington Post. Vous ne vous attendiez tout de même pas que cela fût le Figaro ?

 

Sami Naceri dans ses œuvres

 

Le héros de la série de téléfilms Taxi, connu pour ses frasques violentes et répétées, avait été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à seize mois de prison ferme pour avoir agressé à l’arme blanche en janvier 2009 un ami de son ancienne compagne. Sa peine fut bien entendu aménagée, ce qui lui évita une nouvelle détention. Présent au festival de Cannes, il en est à son troisième esclandre. Lundi 16 mai, il avait été placé en garde à vue après qu’il eut insulté des policiers, mais rapidement remis en liberté. Le même jour, il eut une vive altercation avec le personnel de l’hôtel Martinez et fut expulsé par le personnel de sécurité de l’établissement. Le lundi 23 mai, un groupe de jeunes gens, tombant nez à nez avec l’acteur sur la Croisette, lui ont demandé de poser pour une photo. Celui-ci a préféré baisser son pantalon et montrer son derrière en proférant des insultes. Et hop, une nouvelle garde à vue au commissariat de Cannes, suivie, bien sûr, d’une nouvelle libération.

 

Bien entendu, Sami Naceri n’a pas été déclaré persona non grata, comme ce fut le cas pour Lars von Trier, par le président du festival, Gilles Jacob.

11:02 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook