Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 septembre 2011

Hommage à François-Georges Dreyfus : un homme courageux...

francois%20georges%20dreyfus.jpg

Par Robert Spieler

Délégué général de la NDP

 

Issu d’une famille juive, il est né le 13 septembre 1928 à Paris et vient de décéder le 24 septembre 2011. Il se convertit au protestantisme dans les années 1950. Historien, agrégé d’histoire et professeur d’histoire et de Sciences politiques à l’université de Strasbourg, il fut directeur de l’Institut politique (c’est là où je fis sa connaissance), du Centre d’études germaniques, de l’Institut des Hautes études germaniques, et enfin professeur émérite à la Sorbonne depuis 1990.

 

Auteur de nombreux ouvrages sur l’Allemagne contemporaine et sur la France du XXème siècle, il fut aussi un défenseur de l’orthodoxie luthérienne. Gaulliste depuis son adhésion au RPF en 1947, maurassien, il animait une émission sur Radio Courtoisie.

 

Il fut l’auteur d’ouvrages controversés : Une Histoire de Vichy où il souligne la réalité importante des forces de résistance à l’occupant dans l’entourage du maréchal Pétain ; une Histoire de la Résistance, parue en 1996, qui fut accusée par l’historien britannique Julian T. Jackson d’être une « apologie de Vichy ».

 

Sur le plan politique, il fut secrétaire départemental du Bas-Rhin de l’UNR gaulliste à partir de 1961, puis de l’UDR de 1965 à 1975 et devint adjoint au maire de Strasbourg, chargé des affaires culturelles. Il fut longtemps membre du Club de l’Horloge, alors proche de la Nouvelle Droite, et se rapprocha, ces dernières années du mouvement royaliste.

 

François-Georges Dreyfus était un homme courageux. Après les élections de 1997, il regretta publiquement « que l’on ait diabolisé l’extrême droite » et reprocha à Jacques Chirac son discours de juillet 1995, où il reconnaissait le rôle du régime de Vichy dans la rafle du Vélodrome d’hiver.

 

J’ai bien connu et beaucoup apprécié FGD. J’avais créé en 1981, en Alsace, après la victoire de la gauche, un club d’opposition, Forum d’Alsace qui allait devenir le club le plus important dans la région. François-Georges Dreyfus participa activement à l’organisation des multiples conférences et dîners-débats que nous organisâmes : Philippe Malaud, Alain Griotteray, Serge Dassault, le professeur Debray-Ritzen, Julien Freund, et beaucoup d’autres dont Raymond Barre, dont le comportement fut stupéfiant et odieux. Mais ceci est une histoire que je vous raconterai une autre fois. C’est grâce à FGD que je pus trouver ces multiples invités (une trentaine de personnalités nationales et régionales).

 

J’ai revu récemment, avec joie, François-Georges Dreyfus. Nous avions organisé, avec Serge Ayoub, une conférence passionnante, au Local, avec FGD, sur le thème « la révolution conservatrice ». François-Georges chez Serge Ayoub ! Cela qualifie sa liberté d’esprit et son mépris absolu du politiquement correct. Il avait d’ailleurs donné son accord pour une interview dans la revue Synthèse nationale sur le thème de la Révolution conservatrice.

 

Nous ne l’oublierons pas.

 

Pour voir, ou revoir, la conférence donnée au Local, le 10 décembre 2010, par François-Georges Dreyfus cliquez ici

16:24 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 26 septembre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 001.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3014 du 23 septembre 2011)

 

Le « comique » Jamel Debbouze, qui vit dans les beaux quartiers parisiens, se la joue Bernard-Henri Lévy. Sauf que ce n’est pas en Libye, en Egypte ou en Tunisie qu’il prétend intervenir, mais en France.

 

Jamel Debbouze appelle à la révolution dans les banlieues

 

Il vient de lancer un message incendiaire à destination des banlieues et des enfants d’immigrés qui vont, dit-il, « s’énerver » et suivre les modèles tunisiens, libyens et égyptiens : « Au même titre que l’Egypte, que la Tunisie, ou encore l’Allemagne de l’Est, ils vont s’énerver, ils vont vouloir regagner leur liberté », a-t-il déclaré sur RTL. Jamel Debbouze fait partie de ces people qui, prétextant leur célébrité, prétendent penser et donner leur avis sur tous les sujets, y compris ceux qu’ils ignorent. Les plateaux de télévision abondent de ces crétins arrogants et ignares, d’autant plus arrogants qu’ils sont ignares. Et puis, les imbéciles ne savent jamais qu’ils le sont. C’est leur seule circonstance atténuante. En attendant, notre comique appelle les banlieues à se soulever. C’est, après tout, son droit. Comme c’est le nôtre de lui retirer la nationalité française et de le mettre, courtoisement, dans le premier avion à destination de son pays d’origine, le Maroc, où nous attendrons avec curiosité la réaction du pouvoir lorsque Jamel s’autorisera à appeler au soulèvement des banlieues de Casablanca ou de Rabat…

 

Interdiction de la manifestation anti-islamisation en Lorraine : trop drôle…

 

L’interdiction de la manifestation est évidemment un scandale, mais vous lirez dans mon article les raisons de mon hilarité. Rappelons les faits. La Nouvelle Droite Populaire, dont je suis le délégué général, avait décidé d’organiser, le 11 septembre, à Forbach en Lorraine, une manifestation en l’honneur de Charles V, duc de Lorraine qui contribua, aux côtés du roi Sobiewski de Pologne à écraser les Turcs, les 11 et 12 septembre 1683, devant les murs de Vienne, libérant ainsi l’Europe d’une menace mortelle. La manifestation avait été autorisée, sans problème, dans un premier temps par la préfecture. Mais les hordes se mirent à couiner. Le maire socialiste de Forbach, les sénateurs socialistes de Moselle, la CGT, la CFDT, les anarchistes, SOS racisme, des organisations gauchistes allemandes, Couleurs gaies (les homosexuels s’en sont mêlés aussi, on se demande pourquoi) ainsi qu’une myriade d’organisations de gauche et d’extrême-gauche demandèrent, non, pardon, exigèrent l’interdiction de la manifestation. Claude Guéant, ministre de l’intérieur obtempéra et demanda au Préfet de l’interdire.  L’extrême-gauche avait, quant à elle, appelé à une contre-manifestation, qui, elle, ne fut pas interdite. Scandaleux. Mais lisez ce qui se passa… L’extrême-gauche avait choisi de manifester dans un quartier de Forbach à forte concentration d’immigrés. Histoire de leur démontrer leur sympathie, de leur exprimer leur soutien contre l’hydre raciste, fasciste et nazie. Tout ça partait d’un bon cœur. Las, les allogènes, dérangés sans doute dans leurs petits trafics et ne tolérant pas que l’on pénètre sur leur territoire se mirent à caillasser violemment les manifestants venus leur témoigner leur amour. Ceux-ci n’eurent d’autre alternative que de prendre les jambes à leur cou. Il y a quand même des moments où l’on rigole dans le combat politique.

 

Trêve de plaisanterie. Un recours pour excès de pouvoir sera déposé auprès du tribunal administratif dans l’objectif de faire annuler cette décision illégale. La Constitution du 11 octobre 1958 stipule, en effet, dans son préambule, « la libre communication des pensées et des opinions et le droit de manifestation. » Bon, certes… pour ce qui est de la libre communication des pensées et des opinions, nous savons à quoi nous en tenir…

 

Benoit Hamon s’en prend aux Blancs

 

Le porte-parole du PS se lâche sur BFM TV : « La question de la diversification des élites, elle est pour moi le point central. Le problème de la France est qu’elle se ressemble à elle-même (notez sa belle maîtrise de la langue) ou se reproduit éternellement, qu’elle est blanche (nous y voilà !), âgée dans les fonctions de responsabilité, et mâle : un homme blanc et de soixante ans, voilà qui dirige la France depuis des années et des années. » Sans doute, pour Benoit Hamon, le Président idéal pour la France serait socialiste, transsexuel, noir et âgé de 25 ans…

 

Libye, Egypte, Tunisie. : L’insupportable bêtise de nos dirigeants…

 

C’est parti, comme nous l’avions prévu. Les islamistes vont prendre le pouvoir dans ces trois pays. Le président du Conseil national de transition de Libye, Moustapha Abdeljalil, vient d’annoncer la couleur, lors de son premier discours tenu à Tripoli. L’islam sera la première source de législation. Ancien ministre de la justice de Kadhafi, il avait confirmé, par deux fois, la condamnation à mort des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien, accusés de façon délirante d’avoir inoculé le virus du sida à des centaines d’enfants libyens. Voilà où Sarkozy et Bernard-Henri Lévy nous ont menés. Un Etat islamiste de plus aux portes de l’Europe. Quant à l’Egypte « libérée » de la dictature de Moubarak, merci, tout va bien. Les frères musulmans, qui sont les grands vainqueurs de la « Révolution », ont proposé à Recep Erdogan, leader islamiste de Turquie, la création « d’un califat islamique en commun avec la Turquie ». Il serait intéressant de savoir ce qu’Israël pense des petites initiatives géopolitiques de Bernard-Henri Lévy et de Sarkozy. La restauration d’un empire ottoman islamiste à ses portes, pas sûr que ce soit bon pour eux…

 

Juif ou pas juif ?

 

Apple vient de commercialiser une application, sous le nom de « Juif ou pas juif ? », pour le tarif modique de 0,79 euro, qui vous permet, sur votre iPhone, d’identifier « des personnalités juives regroupées dans des catégories variées comme le cinéma, la musique, le business, les prix Nobel, les journalistes, les politiciens, les scientifiques… » 3501 personnalités y sont recensées. Chaque profil présente sa nationalité, sa profession, mais aussi sa filiation. S’ensuit pour chacun un classement par médailles selon son degré de judaïté. Elle est d’or si la mère est juive, d’argent s’il s’agit du père, de bronze si seuls les grands-parents le sont. Quant aux pauvres convertis, ils n’ont droit qu’à une médaille en chocolat. Cette initiative a suscité les couinements que l’on imagine. Le CRIF, l’Union des étudiants juifs de France, SOS racisme et la Licra exigent son retrait immédiat et leur décision de porter plainte contre le géant informatique américain. Le rabbin Haïm Korsia s’indigne : « Cela me rappelle La France juive de Drumont, qui fut un best-seller antisémite. » Stéphane Thirion, directeur d’Apple France, s’est immédiatement couché d’importance, déclarant son intention « de tout faire pour que l’application soit retirée ». Il s’est par ailleurs engagé à ce que des représentants d’Apple rencontrent les associations qui exigent que la marque à la pomme se dote rapidement d’une charte éthique pour éviter que de telles dérives se reproduisent.

 

Ah, au fait, l’auteur de l’application « Juif ou pas juif » ne s’appelle pas Jérôme Bourbon, mais Johann Lévy…

 

Mel Gibson crucifié

 

Mel Gibson avait été violemment attaqué pour les paroles « antisémites » qui figurent dans son film La Passion du Christ. En effet, la phrase tirée de l’Evangile « Que son sang (le sang du Christ) retombe sur nous et nos enfants » était prononcée dans le film, certes en araméen et sans être sous-titrée. Pas suffisant ! Houlà, pas suffisant pour le lobby. D’autant  qu’en 2006, arrêté en état d’ivresse à Malibu, il avait invectivé le policier qui le contrôlait en déclarant : « Les juifs sont responsables de toutes les guerres du monde. » Face au tollé, la star avait fini par présenter ses excuses. Pas suffisant du tout… Et voici que Mel Gibson vient de se mettre en tête de réaliser un film (histoire peut-être de se racheter ?) sur un héros juif, Judas Maccabée, qui prit la direction de la révolte des maccabées contre l’empire séleucide au deuxième siècle avant Jésus-Christ.  Mais il n’a pas le droit ! « Et pourquoi ne pas demander à un suprématiste blanc d’interpréter Martin Luther King ? C’est tout simplement une insulte pour les juifs » déclare le rabbin Marvin Hier, fondateur du Centre Simon Wiesenthal. Abraham Foxman, directeur national de la Ligue anti-diffamation explique sobrement : « Judas Maccabée mérite mieux ». Sans commentaires…

 

Théorie du « gender » et schizophrénie

 

David Reimer, né le 22 août 1965, était un garçon canadien en bonne santé. Il eut à subir une circoncision mal réalisée qui lui valut l’ablation du pénis. Poussant la logique « gender » (le terme n’était guère utilisé à l’époque) jusqu’au bout, son entourage, pensant bien faire, l’éleva comme une fille. C’est ce que l’on appelle une réassignation sexuelle. Avant l’adolescence de David, le psychologue John Money parlait d’une réassignation réussie et y voyait la preuve que l’identité sexuelle est essentiellement due à l’éducation. Déguisé en fille jusqu’à l’âge de quinze ans, David, devenu Brenda, voulut alors reprendre son identité masculine. Plus tard, il publia sa biographie dans laquelle il décourageait vivement de telles pratiques médicales. Il se suicida à l’âge de 38 ans.

 

A Worcester, en Grande-Bretagne, un petit garçon de 10 ans reprendra l’école habillé en fille. Sa mère, qui est sans doute une dingue de haute volée, explique que « dans son esprit, elle est une fille, mais elle a un corps de garçon. » La mère explique que son fils devait mentir auprès de ses camarades quant aux cadeaux qui lui étaient offerts à Noël, ne faisant pas état des poupées Barbie qu’on lui offrait. Sa dingue de mère explique : « Certaines personnes ont besoin de lunettes, d’autres d’un fauteuil roulant, ma fille a besoin de s’habiller en fille parce qu’elle est une fille. » Le directeur de l’établissement scolaire, au lieu d’appeler d’urgence les infirmiers psychiatriques, a décidé de convoquer une réunion afin d’expliquer la situation aux autres enfants, promettant d’assurer à l’enfant « tout le soutien dont il a besoin. » Il y a vraiment des baffes qui se perdent…

 

Un prêtre bénit les téléphones portables

 

On connaissait déjà les bénédictions de chiens, de chats, de motos ou de tracteurs, mais la modernité exige que l’on aille plus loin. Voici venu le temps d’une nouvelle célébration religieuse consistant cette fois à bénir les portables. Le père Gil Florini, curé-doyen de Nice officiera le 1er octobre à l’église Saint-Pierre-d’Arène, juste derrière le palace Negresco, à proximité de la promenade des Anglais. Le prêtre explique sa démarche en usant d’arguments d’une grande profondeur spirituelle: « Ca se fait dans d’autres pays » (Canada, Angleterre) ; « Les mobiles sont utiles, sauvent des vies, et il se dit même qu’ils ont aidé de récentes révolutions ». La cérémonie promet d’être joyeuse. « Il y aura un groupe gospel, une homélie explicative et un apéro après » déclare-t-il. Demandons à ce brave prêtre s’il accepterait de bénir les soupes de cochon…

 

Le Pen claque le bec à Cohn Bendit

 

Ca s’est passé il y a quelques jours au Parlement européen. Le très excité Cohn Bendit s’en prend à Jean-Marie Le Pen quant à ses déclarations suite à la tuerie de Norvège. « Quand un député français de ce parlement ose dire que le problème qui a eu lieu en Norvège, c’était pas le massacre, mais c’était la naïveté du gouvernement norvégien qui accepte la société multiculturelle, il faut que ce parlement dise que M. Le Pen est une honte pour ce parlement. »

 

Le Pen lui réplique : « J’ai porté un jugement politique sur la politique norvégienne. J’ai été mis en cause par le pédophile Cohn Bendit et j’ai le droit de répondre, le droit de rappeler qu’il a été mis en cause ici pour avoir hébergé un terroriste de la Fraction Armée Rouge. » Le président de la séance interrompt Le Pen qui fulmine : « Monsieur, vous ne me laissez pas la parole, on se croirait chez les bolcheviks, ici ! » Rappelons à nos lecteurs les propos tenus, il y a trente ans, par Cohn Bendit dans une émission télévisée de Bernard Pivot : « La sexualité d’un gosse, c’est quelque chose de fantastique. J’ai travaillé avec des petits qui avaient entre 4 et 6 ans. Vous savez quand une petite fille de 5 ans commence à vous déshabiller, c’est fantastique. » Pédophile !

 

C’est Arno Klarsfeld qui va gérer l’immigration.

 

L’avocat franco-israélien, proche de Nicolas Sarkozy (il fut aussi très, très proche de Carla Bruni), a quelques titres de gloire. Pas nombreux, à vrai dire. Celui d’avoir débarqué en rollers au procès Papon et de s’être engagé, en 2002, chez les garde-frontières israéliens. Ce farouche patriote israélien défend une politique nationaliste en Israël et se définit comme un antiraciste fanatique en France. Sarkozy lui avait confié, par le passé, des missions variées : Sur la loi, l’histoire et le devoir de mémoire ; sur la délinquance des mineurs ; ou encore une médiation auprès des clandestins (pardon, des sans-papiers) parents d’enfants scolarisés. Aujourd’hui, il vient d’être nommé par Sarkozy, président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Nul doute qu’il saura défendre les intérêts de la France d’abord…

 

2764111645.jpgChaque vendredi, retrouvez la chronique de la France asservie et résistante de Robert Spieler dans Rivarol...

 

3,50 €, chez votre marchand de journaux.

 

Vous pouvez aussi vous abonner : cliquez ici

16:35 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

mardi, 20 septembre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 001.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3013 du 17 septembre 2011)

 

Devinez… Qui vient de déclarer : « Barack Obama est plus à droite que moi » ; ou encore : « Si j’étais socialiste, j’aurais voté Montebourg » ; « Nous sommes des Républicains, nous respectons et même nous défendons les principes de la République française » ; Qui se déclare « très gaullienne », arguant, entre autres du fait imparable que, comme le Général, elle ne maîtrise pas la langue anglaise ? Devinez… C’est Marine Le Pen, qui déclare, dans un même élan : « Je réfute cette étiquette (d’extrême droite) parce que le Front national n’est pas un parti d’extrême droite. Le Front national est un parti qui respecte la démocratie. » Reconnaissons que la démonstration de Marine Le Pen est imparable et dénote d’une puissante qualité de pensée. En attendant, ces petites fariboles ne l’empêchent pas de chuter dans les sondages.

 

Barack Obama, plus à droite que Marine Le Pen

 

Moins 6% pour Marine Le Pen dans le dernier sondage du Figaro Magazine. On peut évidemment gloser sur la fiabilité des sondages, sauf que celui-ci semble particulièrement fiable quant à sa réalisation : plus de 1000 personnes interrogées, en face à face et non par téléphone ou, pire, par internet. Sarkozy semble profiter du décrochage de Marine Le Pen. Il progresse de cinq points. Analysons les raisons de la chute de MLP. Elle est en fait victime de son manque de conscience idéologique. Ses prises de position hasardeuses et controversées déconcertent la frange la plus évoluée de son électorat, ainsi que (et cela n’est pas contradictoire), les électeurs les plus conscients du danger que représente l’invasion ethnique que subissent la France et l’Europe. Elle mêle des considérations radicales (la sortie de l’euro et le retour au franc) à des propos lénifiants qu’un Mélenchon ou qu’une Martine Aubry ne renieraient pas (la République, la République, etc…). Pour ce qui concerne le retour au franc, qu’on le regrette ou pas, cette proposition n’est pas sérieuse et a coûté cher à Jean-Marie Le Pen qui, miraculeusement présent au second tour de l’élection présidentielle, en fit sa mesure prioritaire. Elle n’est pas sérieuse car, malheureusement, sa mise en application coûterait horriblement cher à la France et reviendrait à diviser sa richesse par deux. Cela ne remet évidemment pas en cause la nécessaire critique de cette Europe des nains de Bruxelles, dont nous ne voulons pas. Ceux qui ne disposent pas d’une colonne vertébrale idéologique, d’une formation et d’une conscience politique approfondie, sont facilement les jouets de « conseillers », souvent médiocres, et sensibles à « l’air du temps ». C’est le cas de Marine Le Pen. La recherche d’une supposée respectabilité est une absurdité. Ceux qui s’intéressent à l’éthologie savent que le fauve est d’autant plus menaçant quand il sent la peur chez son adversaire. Dès lors, vouloir s’excuser, se renier, refuser des qualificatifs (extrême droite…) imposés par l’adversaire est absurde.

 

En attendant, une bonne nouvelle pour le camp nationaliste. Marine Le Pen vient de renforcer puissamment son équipe en y intégrant l’avocat libournais Valéry Le Douguet, militant de l’UMP jusqu’en 2010. Me Douguet est un ancien attaché parlementaire d’Yvon Briant, élu député du FN en 1986, qui avait trahi la cause nationale en rejoignant le CNI, dont il avait pris la présidence. Mon ex-collègue était un homme intelligent, ancien nageur de combat, proche des services de renseignement et disposant curieusement de gros moyens, décédé dans les années 90 en Corse, dans un accident d’avion. Il n’en était pas moins un renégat qui cherchait à capter des députés FN au profit du RPR, et de réduire notre groupe parlementaire à moins de 30 élus, ce qui eût induit sa disparition. Un jour, alors que nous étions assis côte à côte sur les bancs de l’Assemblée, il m’approcha, me proposant de quitter le groupe, en échange, bien sûr, de multiples avantages. Je lui répondis, désignant du doigt nos collègues communistes : « Tu vois, j’ai beaucoup plus d’estime pour eux que pour toi. » Nos relations s’arrêtèrent là…

 

Mais revenons à Valéry Douguet. Ce dernier qui fut chargé de mission à la direction générale du cabinet du maire de Paris à l’époque de Jacques Chirac, et qui est aujourd’hui en charge du volet « justice » du projet  de Marine Le Pen, se présente, pas du tout gêné, comme un membre influent du Grand Orient de France. Il compte des amis dans les réseaux francs-maçons, affirme-t-il, et notamment « autour de Jean-Louis Borloo »

 

Ah que voilà une belle recrue pour Marine Le Pen !

 

Une bonne nouvelle pour les mouvements nationalistes en Europe…

 

Patrik Brinkman vient d’annoncer son retrait de la vie politique. Cet étrange personnage, milliardaire germano-suédois, que nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer dans Rivarol, était (il vient de se retirer) tête de la liste « Pro-Berlin » aux prochaines élections de Berlin. Curieux et très suspect personnage… Il tenta, sans succès, de prendre la direction du parti nationaliste NPD avant de se rabattre vers le mouvement « Pro-Deutschland ». Faisant miroiter aux uns et aux autres de pharamineuses perspectives de contributions financières, il sut acquérir une certaine influence, dont beaucoup d’entre nous n’étaient pas dupes. C’est lui qui intrigua pour entraîner les mouvements nationalistes européens à se rendre en pèlerinage en Israël. J’ai consacré un article dans Rivarol à cette dérive. Les dirigeants de divers mouvements nationalistes y rencontrèrent les plus extrémistes des élus sionistes, dont un député rabbin qui proposait d’enfermer les homosexuels dans des camps et de les traiter comme des drogués. C’est Brinkman qui, lors d’une manifestation contre la grande mosquée de Cologne, invita des représentants ultra extrémistes, rabbin et dirigeant des colons, à défiler à Cologne, avec des drapeaux israéliens. C’est la raison pour laquelle j’avais refusé de me rendre à cette manifestation. Pas question pour moi de défiler sous des drapeaux israéliens.

 

En attendant, le NPD nationaliste vient de remporter un brillant succès dans le land de Mecklembourg-Poméranie : Près de 6% des suffrages et 6 députés. Gino Leonhard, le responsable du parti libéral FDP, avait déclaré, peu avant le scrutin : « Ce serait une honte pour notre parti d’arriver derrière la NPD ». Résultat du FDP: 2,7% des suffrages, soit une chute de 7%. Quelle honte, en effet !

 

Avortement et maladie mentale

 

Le British Journal of Psichiatry affirme que les femmes qui subissent un avortement courent un risque près de deux fois plus élevé que la normale de souffrir de troubles psychiatriques, et qu’un cas de maladie mentale sur dix résulte directement d’un avortement. Cette étude, parue dans un journal des plus « corrects », porte la signature de l’universitaire américaine Priscilla Coleman. Il ne s’agit pas d’un sondage, mais du résultat d’une enquête qui a porté sur un échantillon considérable de 877.000 femmes dont 163.831 avaient subi un avortement. L’avortement est une épouvantable épreuve. Beaucoup de mes lecteurs se situeront sur un plan moral ou religieux pour s’opposer à l’avortement. Mais tuer un enfant dans le ventre de sa mère, c’est aussi tuer, peut-être, celui qui pourrait demain être notre chef de peuple, celui qui pourrait sauver la France et l’Europe.

 

« Un climat idéologique scandaleux, anti-France, anti-Blanc »

 

Ce sont les propos tenus par André Gérin, député du Parti Communiste qui insiste : « Non, l’immigration n’est pas une chance pour la France. » C’est un « dogme », un « mensonge ». « Et la France, complète-t-il, n’est pas non plus une chance pour les immigrés. » André Guérin s’était déjà signalé en juin par des prises de position hostiles au voile islamique. Dans son esprit, l’immigration profite surtout au grand capital et « sert de variable d’ajustement et permet l’accélération du processus de dérèglementation du droit du travail et la généralisation de la précarité ». « Quand les entreprises ne peuvent pas délocaliser, elles font appel à l’immigration », affirme-t-il. Enfonçant le clou, il désigne « les mafias qui s’épanouissent dans un terreau de prédilection : les traficants de drogue, le communautarisme et l’intégrisme » et s’en prend à « des gourous intégristes » qui « entretiennent un climat idéologique dangereux, anti-France, anti-Blanc avec comme projet politique la soumission de la France aboutissant à un grave et inacceptable recul de civilisation. » Et André Gérin de conclure : « Demain, ça va nous péter à la gueule. » Voici un communiste qui a davantage de lucidité et de courage que la plupart des élus UMP, voire que certains représentants du camp national qui se laissent aller à divaguer vers de fumeuses considérations…

 

« Vous êtes une prostituée qui vend la pureté de la race »

 

Ce sont les propos tenus par Oscar Temaru, s’adressant à une élue, devant l’Assemblée de la Polynésie française, qu’il préside. Temaru n’en est pas à son coup d’essai…  « Les métropolitains sont des déchets. Les non purs maohis sont la pire des pollutions, contre laquelle il faut lutter. » En 1997, il avait déclaré à un journal néo-zélandais, parlant des citoyens français d’origine métropolitaine, et des Européens en général : « Ces gens sont pires que des virus. Ils prennent nos emplois, ils achètent nos terres, ils prennent nos femmes… » Ah que voilà un modéré, comme on les aime au Parti socialiste. Car Temaru est le président du parti indépendantiste polynésien, le Tavini Huira’atira, partenaire et allié du PS…Son parti bénéficie d’une aide financière du PS, depuis 2004, et est même chargé par les socialistes d’organiser les « primaires citoyennes » dans sa zone d’influence. Il n’est quand même pas compliqué de claquer le bec à ces donneurs de leçons que sont Martine Aubry, Harlem Désir et autres socialistes. Pourquoi leurs adversaires ne le font-ils pas ?

 

Des parents changent le sexe de leur enfant

 

Ca se passe évidemment aux Etats-Unis, dans l’Ohio. Influencés par les absurdes théories du « gender », des parents américains ont fait opérer leur garçon de dix ans pour en faire une fille. Rapidement intéressé par les mêmes jeux que sa sœur, Jack a fini par déclarer  à ses parents, à 9 ans, qu’il était une fille. Ses parents, John et Jennifer, se sont résolus à l’évidence : Jack était transsexuel. Pour que le gamin se sente bien dans sa peau, ils ont accédé à sa demande en le faisant opérer. Et c’est ainsi que Jack est devenu Jackie. Cette histoire qui paraît invraisemblable semble tout à fait authentique. Jusqu’où ira la chute ?

 

Bonne fête aux amis juifs de Rivarol !

 

Le site contre-info.com nous l’apprend. A l’occasion de la fête du Nouvel An juif, « Roch Hachana 5772 », qui commence le 29 septembre, des catholiques organisent une journée pour « sensibiliser les chrétiens à l’Alliance conclue par Dieu avec le peuple juif et à l’importance de tisser des liens personnels de connaissance et d’estime mutuelle. » Cette initiative est conjointement organisée par le Service national français de l’Eglise catholique pour les Relations avec le judaïsme, et la Commission Chrétiens et Juifs de la Fédération Protestante de France. Le Père Jean-Claude Bardin, responsable de ce service pour le diocèse de Paris rappelle que « la carte de vœux est un moyen simple et très apprécié par nos amis juifs. Chaque chrétien est invité à envoyer aux personnes juives qu’elle connaît une carte de vœux afin de lui exprimer son amitié ou sa sympathie ». En cette période douloureuse pour 170 acteurs du très important secteur diamantaire anversois, poursuivis par le fisc pour avoir dissimulé plus d’un milliard de dollars en Suisse, exprimons leur notre affection en leur envoyant une petite carte de vœux que Chard pourrait dessiner.

 

Français, taisez-vous !

 

On sait que la station Sud Radio s’est attirée la fureur du « Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme » à la suite de propos au demeurant anodins d’un auditeur évoquant l’intervention supposée du lobby juif dans la défense de Strauss-Kahn. Couinements, glapissements, hurlements, indignations. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, présidé par Rachid Ahrab, s’émeut. Et l’animateur Eric Mazet se retrouve mis à pied. Débat dans le milieu du prêt à penser médiatique concernant le danger de laisser le micro ouvert aux auditeurs. Alain Weill, président du groupe RMC, BFM TV, a trouvé la solution. Il prône la « sélection des auditeurs », déclarant « Il faut trouver des bons auditeurs. Il faut faire attention dans le libre-antenne de ne pas avoir des sujets qui provoquent les auditeurs, des catégories d’auditeurs qui peuvent tenir des propos inacceptables à l’antenne et il y a des débats qu’il ne faut pas organiser (…) parce que le retour de manivelle est très fort et violent. » Le temps est loin où Georges Marchais répliquait à un journaliste du système : « Elkabbach, taisez-vous ! ». Aujourd’hui, ce sont eux qui nous disent : « Français, fermez-la ! »

00:00 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

mardi, 13 septembre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 012.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3012 du 9 septembre 2011)

 

70 milliards. C’est ce que coûte, d’après les travaux d’Yves-Marie Laulan, évoqués dans la revue Monde et vie (www.monde-vie.com), l’immigration à la France. Yves-Marie Laulan est démographe, économiste et géopoliticien, ex-président du Comité économique de l’OTAN et fondateur de l’Institut de Géopolitique des Populations. Il évalue la population immigrée et issue de l’immigration (autrement dit les étrangers et les premières et deuxièmes générations nées sur le sol français) à un chiffre situé entre 7 et 8 millions de personnes, soit plus du dixième de la population française. Cette population est originaire, pour l’essentiel, d’Afrique noire et du Maghreb, les ressortissants des pays de l’Est ne représentant pas plus de 20 à 30.000 personnes.

 

Coût de l’immigration : 70 milliards d’euros par an

 

Laulan relève que si nous avons le taux de fécondité le plus élevé d’Europe, soit 1,81 enfant par famille, la réalité est que sur 830.000 naissances recensées en France en 2006, 165.000 venaient de la population issue de l’immigration. Le taux réel de la population française blanche est de 1,6 ; celui des Maghrébines 2,7 et celui des Africaines 4,2. Michèle Tribalat avait déjà démontré dans une étude publiée il y a 3 ans, que dans 30 ans plus de 50% des jeunes de moins de vingt ans habitant en Ile-de-France seront originaires d’Afrique, du Maghreb ou de Turquie.

 

Quant au coût de l’immigration, tout est fait par l’administration française pour dissimuler les chiffres. Yves-Maries Laulan et son équipe se sont attelés à ce travail de romain, décortiquant toutes sortes de documents, tirés du budget de l’Etat, de la Sécurité sociale, des directions ministérielles. D’après ses conclusions, le coût véritable de l’immigration en France, entre l’école, les transports, le logement, la sécurité sociale, les aides sociales, atteint 70 à 80 milliards d’euros, soit l’équivalent du déficit budgétaire. De plus, ce chiffre augmente de 10% par an. Il existe cependant des immigrés qui travaillent et dont le comportement est correct. Ils représentent 10% de la population immigrée et dégagent une contribution positive que l’on peut évaluer à 10 milliards d’euros. Le solde négatif de l’immigration est donc compris dans une fourchette de 60 à 70 milliards d’euros par an… Conclusion d’Yves-Marie Laulan : « C’est ainsi que l’on tue un pays. » Ses propos renvoient à ceux d’Enoch Powell, que nous évoquions il y a une semaine dans Rivarol, qui se disait consterné « de voir une Nation dresser son propre bûcher funéraire. »

 

Les femmes de l’UDC veulent l’expulsion des criminels étrangers et disent non à l’U.E.

 

Dans le cadre du congrès de l’UDC à Zürich, plus de deux cent candidates du mouvement nationaliste suisse, qui est le premier parti de la Confédération, ont signé le « Contrat avec le peuple », qui s’articule en trois points : Fin de l’immigration de colonisation, expulsion des criminels étrangers et refus de l’Union européenne. Concernant ce dernier point, l’UDC diffuse actuellement un spot télévisé des plus efficaces et assez étonnant. On voit un plan d’eau auprès duquel bronzent trois ravissantes beautés. Arrive un Adonis qui se déshabille, sous l’œil très intéressé des jeunes femmes. Celui-ci étend sa serviette de bain sur le sable. Y figurent les étoiles du drapeau européen. Les trois belles se détournent l’une après l’autre avec une moue de dégoût… Et le slogan final : « Il est temps de défendre de vraies valeurs. Les femmes suisses votent UDC… »

 

Pour diminuer le niveau du chômage, il suffit de  faire moins d’enfants

 

Frédéric Lefebvre, qui fut le porte-parole du gouvernement, avant de sévir au secrétariat d’Etat chargé du commerce et de l’artisanat a été repéré depuis longtemps par tous les observateurs comme n’ayant pas inventé le fil à couper le beurre. Ce génie cosmoplanétaire, digne de rivaliser avec le Père Ubu d’Alfred Jarry, vient d’avoir une illumination. Il a compris pourquoi le taux de chômage en France était supérieur à celui de l’Allemagne et à celui de la plupart des pays européens. Voici ses récentes déclarations : « Pourquoi est-ce que c’est si difficile pour la France de faire baisser le chômage ? Il faut dire la réalité. Parce qu’on a un taux de natalité beaucoup plus important que beaucoup d’autres pays. Parce qu’on a beaucoup de Français qui entrent sur le marché du travail. Parce que l’Allemagne, qui a un taux de natalité qui s’est effondré, a beaucoup moins d’Allemandes et d’Allemands qui entrent sur le marché du travail. » Comme si le nombre de bébés qui naissent actuellement influait sur les statistiques du chômage… Il fallait s’appeler Frédéric Lefebvre pour oser une telle énormité.

 

Deutschland über alles, über alles in der Welt

 

Sacrées en Hongrie, il y a deux semaines, championnes du monde de canoë-kayak, les Allemandes Anne Knorr et Deborah Niche eurent droit à l’hymne national allemand, sur le podium. Katastrophe ! Elles purent entendre le premier couplet de l’hymne allemand, et non le troisième qui constitue depuis 1949 l’hymne officiel. Rappelons que le Chant des Allemands fut écrit par August von Fallersleben en 184l, les paroles étant mises sur une musique de Haydn.  Fallersleben, proche des idées libérales, voulait exprimer son désir d’une Allemagne forte et unie à une époque où se côtoyaient de multiples royaumes et principautés. La première strophe débute par ces vers : « Allemagne, Allemagne avant tout, avant toute chose au monde. » Avant tout, et non au-dessus de tout, avec un sens de priorité et non de primauté et de supériorité… Les trois couplets ne devinrent l’hymne national allemand qu’en 1922, sous la République de Weimar. Le deuxième couplet commence par : « Femmes et foi allemande / Vin et chant des Allemands / Doivent garder dans le monde / Leur belle et vieille harmonie ». Quant au troisième couplet, les paroles sont « Unité et Droit et Liberté / Pour la patrie allemande ». C’est à ce troisième couplet que fut réduit, en 1949, l’hymne national allemand, les deux premiers n’étant au demeurant nullement interdits. Pas interdits, certes, mais il est plus que mal vu, dans l’ambiance de terreur  politiquement correcte que subit l’Allemagne dite démocratique de chanter le premier couplet. Seuls l’osent les courageux résistants nationalistes…

 

Une analyse socioprofessionnelle des députés

 

Seuls 18 d’entre eux, sur 577  peuvent être considérés comme étant, ou ayant été, des industriels ou des chefs d’entreprise. 189 députés sont fonctionnaires ou cadres dans des entreprises publiques. Les avocats sont au nombre de 39, les cadres du privé 32, les médecins 37. Une très grande majorité des députés vit de l’Etat ou exerce un métier protégé qui n’est pas exposé à la compétition mondiale. Dès lors, on comprend mieux …

 

Les sinécures de la République

 

De droite ou de gauche, ils en profitent tous. De façon éhontée. Commençons par le Conseil économique et social, de 233 membres, qui ne sert rigoureusement à rien. L’Elysée peut y nommer 40 amis tous les cinq ans au titre de « personnalités qualifiées ». Parmi les heureux impétrants de la dernière fournée figure Hervé Marseille, récompensé pour avoir laissé sa place à Jean Sarkozy au conseil d’administration de l’Epad. La chanteuse réaliste Georgette Lemaire, qui fut la rivale (bien plus talentueuse) de Mireille Mathieu, sans en atteindre toutefois le succès, et en qui beaucoup voyaient le digne successeur d’Edith Piaf, fut nommée en 1989, sur l’intercession de François Mitterrand, au CSA, alors qu’elle était en pleine perdition. On pourrait multiplier les exemples. Tous perçoivent une indemnité de 3800 euros brut par mois.

 

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel est beaucoup plus juteux : 10.000 euros net par mois. L’ex-journaliste de LCI, Christine Kelly, s’était autorisée à écrire une hagiographie de François Fillon. Ah que voilà une bonne idée qui méritait d’être récompensée. Et hop, la voici nommée pour 6 ans au CSA !

 

Le Conseil économique et financier n’est pas mal non plus. Dominique Tibéri, le fils de son père, en sait quelque chose. A en croire les mauvaises langues, François Fillon, qui rêve de conquérir la mairie de Paris aux prochaines municipales, aurait ainsi voulu se ménager le soutien de Jean Tibéri, l’ancien maire de Paris. Bien qu’une commission d’aptitude eût émis un avis défavorable, Dominique Tibéri y fut nommé : 8000 euros net d’argent de poche par mois…

 

Le Conseil d’Etat est aussi une planque en or. L’ex-avocat et conseiller de Matignon, Arno Klarsfeld, dont le seul titre de gloire est d’avoir fait le zouave en rollers au procès Papon et d’avoir fait courageusement son service militaire en Israël, y a été nommé en octobre 2010. Pas vraiment connu pour être un bourreau de travail, il n’a pas changé ses habitudes. Il n’y vient que par intermittence et perçoit, tranquille, 7500 euros net par mois pour son assiduité.

 

Quant aux ministres qui quittent leurs fonctions, ils ont droit à des compensations. Roger Karoutchi, par exemple, s’est vu offrir le poste d’ambassadeur auprès de l’OCDE. Il se croit obligé de préciser : « Ne croyez pas que je me tourne les pouces toute la journée ! Je prends mon job très au sérieux. » Quel humour !

 

Michel Drucker délesté de 40.000 euros par son nègre

 

La romancière camerounaise, par ailleurs activiste déchaînée en faveur des « minorités visibles dans le paysage audiovisuel français » (car, vous le savez peut-être, il est des minorités invisibles que la loi interdit d’évoquer), Calixthe Belaya vient d’obtenir en appel la condamnation de l’animateur de télévision à lui verser 40.000 euros. Ce dernier avait demandé à celle qui fut sa compagne de rédiger un livre d’entretiens entre Régis Debray et lui-même, où Calixthe tenait la plume de Michel Drucker. Bref, elle avait un rôle de nègre, selon le terme utilisé dans le monde de l’édition. De nègre, car je ne crois pas que l’on parle de nègresse dans ce domaine. L’ouvrage, pour lequel Drucker avait promis 200.000 euros à sa compagne ne vit jamais le jour, mais Calixthe Belaya avait eu le temps de rendre sa copie et de se séparer de notre animateur pour des raisons que j’aimerais vous raconter, mais que je ne connais, hélas, pas.

 

Calixthe est une teigneuse, qui ne recule devant rien. Ses romans sont truffés d’ « emprunts » à d’autres écrivains, identifiés notamment par Pierre Assouline, de la revue Lire. Le site du magazine Télérama de juillet 2008 la qualifie de « récidiviste de la kleptomanie littéraire ». Pas gênée, elle réplique en se déclarant victime de « persécutions » et de la « haine raciale » de « journalistes de gauche ». Rien de moins… Par ailleurs, elle n’avait pas manqué d’apporter son soutien à Laurent Gbagbo et au colonel Kadhafi quand ce dernier vint en France faire ses singeries sous sa tente plantée en plein gazon des palais de la République, et vient de lui réitérer son soutien récemment… Reconnaissons-lui une certaine originalité.

 

Mais revenons à Michel Drucker. Le malheureux vient donc d’être condamné. Il avait tenté de se défendre en arguant que « la collaboration » était spontanée et qu’il n’existait aucun contrat.

 

Las, le tribunal a jugé que « la relation de concubinage qu’elle entretenait à l’époque avec Michel Drucker la plaçait dans l’impossibilité morale d’exiger de lui qu’il formalise par un contrat écrit son engagement. » 40.000 euros à payer. Pauvre homme…

 

En avant vers la reconquête nationale et européenne !

 

Il y a une semaine, s’est tenue l’université d’été du MNR, dans une manade près des Baux de Provence. En présence de Bruno Mégret, venu saluer ses amis, de Carl Lang, président du PDF, d’Annick Martin, vice-présidente du MNR, de Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale et de moi-même, délégué général de la Nouvelle Droite Populaire. Carl Lang a rappelé notre objectif commun : doter la France d’une Droite nationale rénovée, nationale et européenne, forte de ses convictions et de ses valeurs. Sans concessions au système. J’ai pour ma part répondu à ceux qui croient aux calembredaines de la respectabilité et qui pensent que la qualité d’un(e) candidat(e) se mesure à l’aune de sa médiatisation. J’ai évoqué ces éternels cocus de l’Histoire, les « nationaux ». Cocus avec de La Rocque, qui avait interdit à ses troupes de participer à la manifestation du 6 février 1934 ; cocus avec De Gaulle qui, croyaient-ils, défendrait l’Algérie française ; cocus avec Sarkozy qui leur promettait de nettoyer les banlieues au kärcher. Et demain, cocus avec qui ? Devinez ! Cocus et pas contents en plus, on se demande pourquoi…

 

Mais la résistance s’organise. Pas question d’être des valets consentants, les esclaves ravis du système. Le 13 septembre, lors d’une conférence de presse, celui qui sera le candidat qui défendra à l’élection présidentielle le combat pour la reconquête nationale et européenne se présentera. Dix jours plus tard, les mouvements qui composent la résistance nationale annonceront la création d’une fédération nationale, nationaliste et identitaire, dont le nom sera dévoilé prochainement, qui sera présente, en 2012, lors des élections législatives… Déterminés, et pour reprendre la formule de José-Antonio Primo de Rivera, fondateur de la Phalange espagnole et fusillé par les Rouges : « L’avenir appartient à une minorité insensible au découragement. »

 

Chaque vendredi, retrouvez les chroniques de Robert Spieler dans l'hebdomadaire de l'opposition nationale et européenne Rivarol. Chez votre marchand de journaux, 3,50 €.

09:19 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 12 septembre 2011

Les 11, 12 et 13 novembre, rendez-vous à Paris :

SN 5 JNI 11 11 2011.jpg

Vendredi 11 novembre, de 11 h à 18 h, à Paris : 

5ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale

nouvelledroitepopulaireislam.jpg

Samedi 12 novembre, de 14 h à 18 h, à Paris :

5ème Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire

Table_ronde_2011_800x600.jpg

Dimanche 13 novembre ; de 10 h à 18 h, à Villepreux (78) :

16ème Table ronde de Terre et peuple

12:07 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

vendredi, 09 septembre 2011

Interdiction de la manifestation NDP de Forbach...

Réaction de Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire :

La Nouvelle Droite Populaire, dont je suis le délégué général, avait décidé d’organiser une manifestation à Forbach (Moselle), dimanche 11 septembre, pour commémorer le souvenir de ceux qui sont morts, il y a dix ans, dans les attaques terroristes visant les twin towers à New York. Cette manifestation avait aussi comme objectif de rendre hommage à Charles V, duc de Lorraine qui contribua, le 11 septembre 1683, à repousser les Turcs qui menaçaient Vienne. Cette manifestation signifiait aussi notre refus de voir l’islamisation de l’Europe.

Dans un premier temps, elle fut autorisée par les autorités, avant que les hordes ne se missent à couiner d’importance. Le maire socialiste de Forbach, les sénateurs socialistes de Moselle, la CFDT, la CGT, la FSU, l’UNSA et de multiples organisations de gauche demandèrent, non, pardon, exigèrent l’interdiction de la manifestation. Devinez ce qui se passa ?  Le ministère de l’Intérieur se coucha et vient d’interdire la manifestation au motif de risques quant à l’ordre public. Voilà où nous en sommes aujourd’hui en France… Mais peu importe.

Le combat pour la libération de la France et de l’Europe ne fait que commencer. Sans haine ni violence, nous disons à ceux qui occupent indûment notre terre : la France doit rester française et l’Europe, européenne. Nous ne voulons pas d’une Lorraine turque, d’une France algérienne, ni d’une Europe africaine. Demain, vous devrez repartir…

18:25 | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 07 septembre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

2924130059.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3011 du 2 septembre 2011)

 

L’historien anglais David Starkey a déclenché un scandale en déclarant récemment sur la chaine BBC 2, au cours d’un débat sur les émeutes, que « les Blancs étaient devenus noirs ». Voici ses propos : « Une culture particulièrement violente et destructrice de gangsters nihilistes est devenue à la mode, et Noirs et Blancs, garçons et filles, opèrent ensemble dans ce langage. Ce langage est faux, c’est un patois jamaïcain qui a envahi l’Angleterre, et c’est pourquoi beaucoup d’entre nous ont littéralement ce sentiment d’être dans un pays étranger. »

 

Enoch Powell avait raison

 

David Starkey a aggravé son cas  en déclarant qu’il avait relu le discours prophétique d’Enoch Powell sur les « rivières de sang » et qu’Enoch Powell avait eu raison. Rappelons qu’Enoch Powell était en 1968 une figure majeure du parti conservateur, le plus brillant de tous, respecté pour son intégrité, et probable premier ministre après les élections législatives. Le gouvernement travailliste s’apprêtait à faire voter des lois contre la discrimination raciale. Enoch Powell prononce le 20 avril 1968, sans en informer son parti, un discours qui fera date et qui conduira à son exclusion de la vie politique. Une fois de plus l’adage qui dit que le mot conservateur commence bien mal se vérifiait… Enoch Powell déclarait : « Dans ce pays, dans 15 à 20 ans, les noirs domineront les blancs. J’ai l’impression de regarder une nation dresser son propre bucher funéraire. Quand les Dieux veulent détruire un peuple, ils commencent par le rendre fou, dit le dicton, et assurément nous devons être fous, fous à lier, en tant que nation, pour permettre chaque année l’arrivée de 50.000 personnes à charge qui seront à l’origine du futur accroissement de la population d’origine immigrée. » Et Enoch Powell de conclure : « Je contemple l’avenir et je suis rempli d’effroi. Comme les Romains, je vois confusément ‘le Tibre écumant de sang’. »  Commentaire de David Starkey : « Sa prophétie était absolument correcte en un sens. Le Tibre n’était pas rouge de sang mais du reflet des flammes qui entouraient Tottenham et Clapham (deux quartiers de Londres qui furent incendiés par les bandes allogènes). » Des rivières de sang… Résistance et Reconquête !

 

Malte : l’invasion

 

Notre ami Yves Darchicourt nous le rappelle sur son blog : Durant le grand siège de 1565, Malte avait résisté pendant 4 mois aux Turcs, sous l’impulsion du Grand Maître Jean Parisot de la Valette. 9000 habitants et 313 chevaliers se sont sacrifiés pour défendre leur civilisation et leur foi face à l’ennemi qui y perdit 12.000 combattants. La venue de renforts conduits par Don Garcia de Tolède sauva l’île qui demeura ainsi européenne et chrétienne.

 

Malte est à nouveau menacée et n’a cette fois ci aucun renfort à espérer. Depuis mars, ce sont quelques 1500 clandestins africains qui ont profité de la guerre en Libye pour venir envahir Malte et exiger le droit d’asile qui leur ouvre les portes de l’Europe. Depuis 10 ans, ce sont plus de 15.000 « migrants », essentiellement africains qui ont pénétré sur le territoire du plus petit Etat (409.000 habitants) de l’Union Européenne. Pas de renforts à attendre de l’Europe. Pire, un de ces crétins de compétition, pompeusement titré « Commissaire européen aux Droits de l’Homme » vient de s’insurger contre les centres de rétention maltais où les clandestins attendent d’obtenir le statut de réfugiés, avant d’envahir l’Europe.

 

L’OTAN bombarde l’huile d’olive

 

Pour abattre Kadhafi, tous les moyens ont été courageusement utilisés par les bombardiers de l’OTAN. C’est Mgr Martinelli, Vicaire apostolique de Tripoli qui le raconte : « Voici deux semaines, des avions de l’OTAN ont frappé un dépôt alimentaire aux environs immédiats de Tripoli, dépôt qui contenait de l’huile, des pâtes, de la sauce tomate. Un fleuve d’huile se répandait hors du dépôt détruit. » Et Mgr Martinelli se s’insurger : « Mais à quel titre peut-on bombarder un centre alimentaire » A quel titre ? Mais en 1998, les Américains avaient bien bombardé une usine pharmaceutique au Soudan, en prétendant que c’était une usine fabriquant des armes de destruction massive, et les Anglais n’avaient pas hésité à exterminer la population de Dresde, ville hôpital, avec des bombes au phosphore en 1945. Ces gens là, Monseigneur, ne reculent devant rien. Et puis, comme le relève le blog Daoudal hebdo, allez savoir ce que Kadhafi était capable de mijoter avec des pâtes à la sauce tomate, qui plus est arrosées d’huile d’olive… Ceci dit, Mgr Martinelli et les Chrétiens libyens ont de quoi être inquiets. Le nouveau gouverneur militaire de Tripoli, Abdelhakim Belhaj est un jihadiste de longue date, proche d’Al-Qaeda, qui fut l’  « émir » du Groupe ultra-radical islamique combattant libyen (GIC), qui possédait deux camps d’entrainement secrets en Afghanistan. La CIA l’avait pisté, traqué et finalement capturé en Malaisie, en 2003.Il fut transféré dans une prison secrète de la CIA, à Bangkok, avant d’être livré aux services secrets libyens. Comme par hasard, ce sont les anciens du GIC qui occupent aujourd’hui les postes militaires de premier plan : Belhaj à Tripoli, Ismaël as-Salabi à Benghazi, Abdelhakim al-Assadi à Derna. L’avenir est sombre pour les Chrétiens libyens, qui savent ce qui s’est passé pour leur communauté en Irak « libéré ». Mais Sarkozy, Juppé, Kouchner et Bernard-Henri Lévy sont contents…

 

Complètement fous, ces Allemands…

 

Nous avons notre lot de fous furieux maniaques et obsessionnels en France, mais ce n’est rien en comparaison de l’Allemagne. Udo Voigt est le chef du parti nationaliste NPD qui se présente à de prochaines élections à Berlin. Une affiche du NPD le montre, assis sur une puissante moto (il est un motocycliste passionné), avec comme slogan « Gas geben », qui signifie « plein gaz » en direction du parlement berlinois. Il n’en a pas fallu plus pour que la classe politico-médiatique allemande s’étrangle d’indignation en y voyant une référence « inhumaine à la Shoah ». Il fallait oser pratiquer un tel délire. Et bien, ils ont osé…

 

Du côté des rabbins fous

 

Un grand moment de dinguerie, visible sur internet en allant à la rencontre du Rabbin Mordechaï Friedman qui présente une série sur le judaïsme sur une chaine de télévision américaine. Mordechaï vitupère, crache, glaviote, expectore, hurle, vomit sa haine du Pape :

 

Voici le texte de son dégueulis : « Comment peut-on oser rencontrer l’Antéchrist ! Ce Pape, il est l’Antéchrist ! Son nom est Ratzinger.(Mordechaï hurle, le regard haineux) R.A.T. sont les premières lettres de son nom avant qu’il ne le change en Benedictus (Benoît). Rictus et hurlements redoublés de Mordechaï : il répète le nom Benedictus en insistant sur la sifflante finale, qui comporte, comme chacun le sait, deux S. Et puis, il crache par terre. Il redouble de hurlements : « L’escroc, l’escroc, l’escroc ! Ce pape antisémite ! Honte, honte, honte à vous et vos lapins de pupitre (le lapin, comme le cochon est considéré comme impur par la religion juive) ! Et il poursuit, dans un état d’exaltation totale : « Vous devez faire ce que vous avez à faire ! C’est votre responsabilité ! Qu’ils paient ! Qu’ils tombent raides  mortst ! » Si ce n’est pas un appel au meurtre, cela y ressemble furieusement…

 

Football et antisémitisme

 

Jean-Michel Larqué est l’ancien capitaine des Verts, à l’époque glorieuse de Saint-Etienne. Il est aujourd’hui commentateur du « Larqué Foot » sur RMC et s’est autorisé, le 12 août à paraphraser une réflexion du manager sportif du club anglais Arsenal, l’alsacien Arsène Wenger, qui disait qu’ « il y avait une chose très importante pour le ‘board’ (la direction) d’Arsenal, qui était plutôt de confession juive, c’était l’argent ». Devinez ce qui se passa ? Les hordes se mirent à couiner. Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) a annoncé sa décision de porter plainte contre Jean-Michel Larqué « notamment pour incitation à la discrimination, à la haine et à la violence racistes. » Rien de moins. Chez ces gens là, on ne connaît pas les nuances. Le crime atroce reproché à Larqué ? Avoir « clairement associé la confession juive des dirigeants du club de foot d’Arsenal à leur âpreté aux gains d’argent » déclare le MRAP qui fait appel, tant qu’à faire, aux six millions en relevant que « ce vieux cliché antisémite, qui a conduit au pire à une autre époque, a été la motivation principale de celui qui a séquestré et assassiné le jeune Ilan Halimi. » L’argument des six millions n’était sans doute pas suffisant aux yeux du MRAP. Il leur en fallait un de plus…

 

Les binationaux et les non-diplômés inéligibles

 

En France ? Non, en Algérie, où les conditions d’éligibilité aux élections législatives et locales seront modifiées. L’article 82 de l’avant-projet de révision de la loi électorale stipule que les candidats doivent « être de nationalité algérienne exclusive, d’origine ou acquise depuis vingt ans au moins ». Il est aussi exigé des candidats à la députation d’être « en possession d’un diplôme d’études universitaires (art. 92) ». Autant la première proposition est excellente et mérite d’être reprise en France, autant la seconde parait contestable. Quand on voit le nombre d’abrutis diplômés qui siègent à l’Assemblée Nationale…

 

Grande soirée du Ramadan à la mairie de Paris

 

Le mercredi 24 août a eu lieu dans les salons de l’Hôtel de Ville, à Paris, une grande « soirée du Ramadan » organisée par le maire, Bertrand Delanoë. Au programme : accueil en musique, Malouf tunisien, Abir Nasraoui, Djerba international (ne me demandez pas ce que c’est, je n’en sais rien), jazz, funk, groove. Un Iftar léger a été proposé (l’Iftar est le repas de rupture du Ramadan ; il est temps que les lecteurs de Rivarol apprennent à comprendre le français contemporain). Jacques Myard, député de la frange prétendue droitière de l’UMP, qui explique avec fierté faire le sale boulot pour le compte de Nicolas Sarkozy, s’est déclaré scandalisé. Il argue du fait que cette invitation lancée en application explicite d’un rite religieux est totalement contraire au principe de laïcité qui impose, dit-il, « que la pratique religieuse s’exerce dans la sphère privée de chaque citoyen. » Il s’indigne (ces gens là adorent s’indigner) et estime que cette initiative ne peut que heurter tous les républicains (ça aussi, c’est un mot magique qu’ils aiment à la folie). Jacques Myard est co-président du groupe d’études sur la laïcité à l’Assemblée Nationale (trois points…) et fait partie de l’UMP dont les élus financent allègrement la construction de mosquées, comme à Strasbourg ou à Marseille, ou se précipitent aux cérémonies juives ou musulmanes. Tartuffes !

 

En attendant, les déclarations « républicaines », l’affirmation de n’avoir aucun lien avec l’extrême-droite, le fait de jurer, la main sur le cœur qu’ils ne sont pas populistes (houlà ! voila un mot qui ne sent pas bon) n’a servi à rien. La haute autorité morale qu’est Harlem Désir, qui remplace, le temps de la campagne électorale, Martine Aubry à la tête du PS, vient d’exiger la dissolution du groupe « Droite populaire », l’accusant de faire « souffler un vent mauvais sur la démocratie. » Reconnaissons-le. Il est tout de même amusant d’observer, avec la loupe du passionné d’entomologie, ces insectes s’agiter…

 

Le désastre démographique européen

 

L’étude de l’Ined parue récemment le démontre : chaque année, il nait plus d’enfants au Nigéria qu’en Europe. L’Afrique a le taux de fécondité le plus élevé au monde. 7 enfants par femme au Niger, alors que le taux de fécondité est de 1,6 en Europe. Le Nigéria compte aujourd’hui 162 millions d’habitants. Selon les projections, il en comptera 433 millions en 2050. Les projections indiquent que l’Inde et la Chine compteront respectivement 1,7 et 1,3 milliards d’habitants. Enoch Powell avait décidément raison. L’Europe est en train de construire son propre bûcher funéraire.

 

Charlie Hebdo vire-t-il à l’extrême droite ?

 

L’hebdomadaire satirique d’extrême gauche n’y va pas de main morte dans un article intitulé « Les escrocs du halal » où il exige « l’interdiction totale de l’abattage rituel » et « la dissolution de tous les organismes de certification du halal. » Rappelant les conclusions d’un reportage qu’avait diffusé Canal+ le 31 juillet, cet article dénonce les arnaques autour du marché du halal. On trouve ainsi des traces de porc dans les saucisses Knaki halal, de la gélatine de porc dans certains bonbons certifiés et des millions de poulets ne seraient pas abattus selon le rite musulman parce qu’un tel abattage coûterait trop cher et ferait chuter les rendements. Les braves poulets de batterie ne seraient pas sacrifiés à la main et au couteau, mais électrocutés avant d’être saignés. Charlie Hebdo s’insurge du fait que des surplus de la viande issue d’animaux tués de façon rituelle sont écoulés dans les rayons des magasins comme de la viande ordinaire. Commentaire de l’hebdomadaire : « L’athée est capable de manger halal ou casher sans se rouler par terre en criant au blasphème puisque ces clowneries n’ont aucun sens pour lui. En revanche, le citoyen a le droit de savoir s’il contribue, en achetant tel produit, au financement des organismes certificateurs qui eux-mêmes financent les cultes. » Bien dit…

01:52 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook