Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 octobre 2011

Robert Spieler prendra la parole vendredi 11 novembre à Paris lors de la 5ème Journée de Synthèse nationale...

Robert Spieler.jpg

En savoir plus, cliquez ici

19:09 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 26 octobre 2011

Charles Mauras est de retour...

4e0d2946bafc44e656cf2886c0b75bb2_XL-232x300.jpgCharles Maurras est de retour grâce aux Cahiers de l’Herne !

 

Par Robert Spieler

Article publié dans Rivarol

n°3018 du 21 octobre 2011

 

C’est en quelque sorte une renaissance de l’œuvre et de la personnalité de Charles Maurras. Non pas qu’il ait jamais disparu de la mémoire française, mais seule une minorité de fidèles le lisaient encore. Une minorité qui s’intéressait essentiellement à sa pensée politique, ignorant par ailleurs le grand écrivain et poète qu’il fut, et la prodigieuse richesse de sa pensée. La parution dans la prestigieuse collection des Cahiers de l’Herne d’un volume ( 392 pages, 39 euros), consacré à Maurras est un évènement. Qui est Charles Maurras ? Les contributions réunies ont en commun de se situer dans une perspective a posteriori, qui permet d’embrasser un Maurras accompli. On y retrouve des autoportraits d’âges différents, et des portraits brossés par des contemporains amis ou adversaires qui le connurent de près ou de loin. On y trouve aussi des analyses de son œuvre littéraire, mal connue, de sa relation avec la philosophie, la « religion » de la politique dans laquelle il était entré, la place de Maurras dans l’essor de la connaissance géopolitique, sa pensée fédéraliste, sa relation avec la foi, avec les Princes de la maison de France, son antisémitisme d’Etat, sa relation avec les femmes et l’amour, son procès où il arbora la Francisque et puis, la mort.

 

Je vous propose d’apprécier quelques pépites de ce remarquable gisement.

 

Maurice Barrès évoque Maurras :

 

« Je tiens Charles Maurras pour un des premiers hommes d’Etat de ce temps.(…) Parmi ses adversaires même, un grand nombre d’esprits ont été éveillés par un rayon sorti de son œuvre. Quelle poésie profonde dans la destinée de ce jeune Charles Maurras, tel que je le vois il y a trente années et plus, au début d’une amitié qui est un des plaisirs et des honneurs de ma vie ! Quoi de plus noble que cette puissante influence qui s’est formée dans la solitude ! Mais c’est surtout avec le temps que l’on mesurera la hauteur du bel arbre, quand les broussailles à perte de vue auront péri. »  Mais Barrès ne sera jamais maurassien. Il lançait souvent à Maurras, de l’aveu même de ce dernier : « Si j’étais aussi bon dialecticien que vous, je prouverais le contraire de vous. »

 

Jusqu’au bout, Barrès en restera à cet avis qu’il avait donné pour l’Enquête sur la monarchie et que Maurras lui-même devait qualifier plus tard de « poignant » : « Peut-être avez-vous raison, mais vous n’avez pas avec vous les puissances du sentiment. »

 

Et puis Robert Brasillach, dans Notre avant-guerre

 

« Les vivants et les morts de notre avant-guerre, c’est lui qui les domine : nous aurons eu la chance de l’approcher, de rencontrer dans notre jeunesse ce regard aux yeux gris, cette pensée juste et dure, et cette brûlante passion pour son pays et pour la jeunesse de son pays. […]

 

[…] Cet homme magnifique, ce prince de la vie, je devais le voir aussi en des lieux plus surprenants. Pour avoir écrit qu’il faudrait tuer, s’ils arrivaient à leurs fins, les parlementaires coupables de vouloir la guerre avec l’Italie, le ministère Blum avait fait mettre Charles Maurras à la prison de la Santé. Il y resta huit mois, écrivant chaque jour dans L’Action française, sous le pseudonyme de Pellisson, continuant à analyser le monde et la France. »

 

Léon Daudet, qui fut son compagnon de combat

 

« Du jour où je rencontrai Maurras, où je reçus le choc de son esprit – le plus puissant, le plus complet que j’aie rencontré ici-bas – il m’apparut que cette réalisation [le gouvernement héréditaire] ne devait être qu’une question de temps. […] Il est de taille moyenne, mince, alerte, avec un visage ferme et décidé, où brille l’immatérielle flamme de deux yeux fascinants, inoubliables.

 

Maurras se tient droit comme un glaive, et il est, en effet, trempé d’acier. Il ignore la déconvenue, le recul, ou le temps d’arrêt. Sans cesse il avance vers son but, du même pas décidé, entraînant son monde derrière lui.

 

Maurras est un foyer embrasé, inextinguible, qui émet mille et dix mille fois plus qu’il ne reçoit. »

 

Lucien Rebatet dans les Décombres

 

Lucien Rebatet avait quitté Maurras et l’Action Française qu’il surnommait l’Inaction Française. Il se montre, à son habitude, fort sarcastique : « Maurras s’enfermait avec des visiteurs variés. C’étaient avant tout, comme on l’affirmait dans les journaux à échos de la gauche, des escouades de douairières qui possédaient un véritable abonnement à ces séances, des marquises de répertoire comme on n’imaginait plus qu’il pût en exister encore, ou de ces vieilles timbrées, emplumées et peintes comme des aras, qui rôderont toujours autour des littérateurs académisables. […]

 

Maurras, harcelé par les besognes d’un parti et d’un quotidien, commençant ses journées avec un retard invraisemblable, perdait ainsi deux heures et parfois plus .

 

Il n’était pas rare qu’une sommité de l’industrie ou de la presse, un étranger éminent poireautât à ses côtés, dans l’attente d’une audience qu’il sollicitait depuis huit jours. »

 

« Maurras avait habité pendant de nombreuses années rue de Verneuil, jusqu’à ce que le déluge des livres et des papiers eût envahi même son lit. Il avait mis ce capharnaüm sous verrous et émigré rue de Bourgogne. Sa porte y était consignée à tout visiteur. Quelques messagers, pour qui il fallait cependant qu’elle s’entr’ouvrit, rapportaient des descriptions effarantes. On se frayait accès jusqu’au Maître entre des tranchées de bouquins et de dossiers entassés du parquet au plafond, on piétinait une litière de papiers. La découverte d’un document parmi ces stratifications relevait de la géologie.

 

Personne n’aura davantage célébré l’action, et eu devant elle une attitude plus floue, faite à la fois de dédain et d’embarras. »

 

Georges Valois qui quitta lui aussi Maurras pour créer le Faisceau, le premier parti fasciste en France, avait écrit, avant leur rupture : « Vous admirez Maurras. Que vous soyez homme de gauche, ou de droite, ou du centre, si vous n’êtes pas complètement aveuglé par l’esprit de parti, si vous jouissez de quelque liberté intellectuelle, vous reconnaissez que Maurras est au tout premier rang des Lettres françaises et vous devez admettre qu’il est au même rang dans l’ordre de la pensée philosophique et politique. Mais je vous demande de voir plus haut ou plus loin : Maurras est un chef ; et je suis bien tenté d’écrire : un chef militaire. Il y a deux puissances de commandement : l’une qui courbe les volontés, l’autre qui les élève, les associe et les entraîne. C’est celle-ci que possède Maurras.

 

Maurras et l’antisémitisme d’Etat

 

Maurras n’était pas un antisémite de peau et considérait que les théories de Gobineau ou de Montandon étaient des inepties. Maurras s’interrogea sur la place que les Juifs occupent dans la nation française. Trois grandes vérités se dégagent à ses yeux :

a. Le peuple juif est un peuple distinct et qui se distingue, qui ne peut ni ne veut s’assimiler.

b. De par sa tradition religieuse il est étranger au monde de la civilisation à laquelle

appartient la nation française.

c. La contribution des Juifs à l’oeuvre de la création de la nation française est quasi nulle et leur influence intellectuelle est entièrement négative. Les juifs ne sauraient être être des citoyens comme les autres. Ils sont un « état dans l’État » de même que les Protestants, les « Métèques » et les Francs-Maçons avec lesquels ils se « confédèrent » contre les intérêts nationaux des Français. Il convient dès lors d’en prendre acte et d’agir en conséquence.

 

En somme, il s’agit de faire l’exact contraire de ce que réalisa la Révolution : ne rien leur accorder comme citoyens mais tout leur accorder comme peuple.

 

Charles Maurras et la poésie

 

T.S. Eliot, qui est un grand poète anglais, considère que Charles Maurras est un poète majeur du 20éme siècle. Voilà le témoignage de Joachim Gasquet : « La première fois que j’entendis Maurras réciter des vers, il avait vingt ans. Beau comme Apollon, sous sa flottante chevelure, avec ses yeux dominateurs, il m’apparut dans l’ombre aiguë d’un olivier de notre pays, entre deux cyprès, devant son étang. J’eus l’impression que la lumière chantait. J’ai vu peindre Cézanne, sculpter Rodin, j’ai vu Saint-Saëns à l’orgue, mais cette minute radieuse de ma jeunesse est au-dessus de ma mémoire comme mes poèmes au-dessus de ma vie. La poésie me fut révélée ce jour-là. Dans tout vers qui élève en moi son murmure, il y a un écho de cette voix du soleil sur les lèvres en fleurs de Maurras. Il est l’initiateur… » Joseph Kessel, qui composa plus tard le Chant des Partisans avec son neveu Maurice Druon, rencontra Maurras à Martigues, cette ville qu’il aimait tant. Maurras lui parla des pêcheurs de Martigues : « Ce sont des gens robustes et fiers, pleins de traditions, de bonté, une belle race. Connaissez-vous leur ancienne prière, qui les peignait tout vifs. Non ? Alors écoutez :

Notre Père, donnez-nous du poisson

Assez

Pour en manger,

En donner,

En vendre,

Et nous en laisser voler.

M. Maurras s’arrête quelques secondes, puis, les yeux mi-clos, répète – mais en provençal – les paroles, et il me semble voir sur le vaste étang latin les hommes de bois brun jeter leurs filets avec cette supplication humble et magnifique. » Maurras aimait passionnément la Provence et parlait magnifiquement de Frédéric Mistral, qui fut son père spirituel. Il déclara : « Je ne sais pas parler de Mistral. Je l’aime. »

 

Maurras et l’amour

 

Maurras, que l’on peut imaginer comme un moine soldat, aimait les femmes, aimait l’amour. C’est Gustave Thibon qui le relève « L’amour – cet amour qui affecte l’esprit plus que la chair et qui est la source des hautes jouissances qui se moquent du tombeau, comme disait son ami Mistral – lui inspirent des vers qui comptent parmi les plus beaux de notre langue »

 

Mon malheur est venu d’avoir aimé votre âme

Plus que tous vos parfums, plus que votre beauté

Comme vous en doutiez dure argile de femme

Sachez que votre esclave est dans ma volonté

Tout mon coeur n’aspira qu’à votre essence pure

Je reconnais en vous l’ordre de mon destin

Et le cri du désir de toute ma nature

Tout ce qui n’est pas vous est vain.

 

Il écrira à un de ses amours : « Non seulement je t’aime comme la volupté faite chair, faite femme et faite mon amie, mais je t’aime aussi comme un paysage et comme un ciel. Tu me représentes la nature dans sa force féconde et violente, dans son silence magnifique et dans sa paix trompeuse. C’est pourquoi je ne puis sortir de ta pensée, et je ne puis penser à toi sans trouble, et je ne puis sentir de trouble sans le rapporter à toi. Voilà mon état, pauvre amour »

 

Une relation passionnelle laissa Maurras dans un désespoir total, au bord du suicide. Il avait écrit dans un article du Figaro : « Le suicide sévit surtout chez les êtres supérieurs ou du moins chez ceux qui exigent beaucoup de la vie par la force de leurs passions », rajoutant « qu’on se tue également par la force de l’âme. »

 

Gustave Thibon avait rendu visite à Charles Maurras, emprisonné, après 1945. « Pédéraste, pédéraste, je n’entends plus parler que de ça », déclara Maurras, ajoutant : « Mais dites-moi, pourtant de mon temps c’était si bon la femme. »

 

Maurras et la mort

 

Maurras écrira dans la préface de Sans la muraille de cyprès : « Tout homme est une ébauche qui s’achève à mesure que se tient plus proche de lui cette Mère de la Beauté et de la Vérité : la mort. Elle seule la finira. La beauté véritable est au terme des choses. » Et puis, lisez ce poème magnifique, un des derniers qu’il ait écrit : La prière de la fin. Car, Seigneur, je ne sais pas qui vous êtes. J’ignore / Quel est cet artisan du vivre et du mourir, / Au cœur appelé mien quelles ondes sonores / Ont dit ou contredit son éternel désir / Comment croire, Seigneur, pour une âme qui traîne / Son obscur appétit des lumières du jour ? / Seigneur, endormez-la dans votre paix certaine / Entre les bras de l’espérance et de l’Amour.

 

Maurras avait eu à subir un procès, en 1945, où il fut condamné à la réclusion à perpétuité, pour intelligence avec l’ennemi. Mauriac, qui n’était pas de ses amis eut ce commentaire : « La seule forme d’intelligence qu’il n’ait jamais eue, c’est l’intelligence avec l’ennemi. » Un journaliste avait décrit ainsi Maurras, faisant face au tribunal : « Dans son vieux manteau beige, il a plutôt l’air d’un oiseau déplumé, mais sous son lorgnon de vieux professeur d’internat, il a le regard de braise d’une de ces solides bêtes de Camargue élevées pour le combat. »

 

Ces Cahiers de l’Herne sont pour nous tous une bonne nouvelle : Charles Maurras est de retour.

 

Présentation :

Stéphane Giocanti et Axel Tisserand, Maurras, Les Cahiers de l’Herne, 21 x 27,5 cm, 396 pages, avec iconographie, 39,00 €, Éditions de l’Herne, 22, rue Mazarine 75006 Paris Tél. 01 46 33 03 00 ; lherne@lherne.com

02:11 Publié dans Livre | Lien permanent | |  Facebook

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 001.jpgChronique de Robert Spieler

Rivarol n°2018 du 21 octobre 2011

 

«  Un Etat palestinien est-il encore possible ? » C’était la question que posait la récente émission de France 2, « Un œil sur la planète » qui a entraîné un intense lobbying de la part du lobby qui n’existe pas.

 

France 2, sous l’œil vigilant du CRIF

 

Quoi ? Présenter Israël affamant, tuant les habitants de la bande de Gaza ? Mais c’est interdit… Cette émission « a entraîné au sein de la communauté juive une intense émotion et une stupéfaction écœurée », a déclaré le président du CRIF, Richard Prasquier, dans une lettre ouverte à Rémy Pflimlin, le patron de France Télévision. Du coup celui-ci se retrouve dans l’obligation de rencontrer prochainement l’ambassadeur d’Israël qui a jugé que l’émission était « un travail de propagande pur et simple », et les représentants de la communauté juive en France. Il devra se justifier, et on lui demandera probablement de se coucher. Les accusations sont en effet gravissimes : Prasquier évoque une « image caricaturale et unilatérale », et des méthodes « distordant les causalités, en ridiculisant l’adversaire, sans éviter les insinuations à la limite des théories conspirationistes antisémites. » Et bien, dites donc : France 2 assimilé à Drumont et à Céline…En attendant, un groupe de pression a été créé sur Facebook, « Boycott France Télévisions », exigeant que la chaîne « revienne sur cette émission et présente des excuses. »

 

Le rédacteur en chef de l’émission, Patrick Boitet réplique en disant : « Nous avons fait notre travail de journalistes avec rigueur », racontant avoir reçu 800 courriels en une semaine, « où nous sommes traités de petits nazillons. » Pas possible ! Je croyais que cette insulte nous était réservée… Le présentateur de l’émission, Etienne Leenhardt, aurait, quant à lui, été physiquement menacé. Quant au correspondant à Jérusalem, Charles Enderlin, il vient d’écrire un article sur son blog, dont le titre est « Bonjour les censeurs » où il estime que « cela s’appelle de la censure et c’est une atteinte intolérable au droit d’informer. »

Si même les journalistes finissent par comprendre où nous en sommes…

 

Un pittoresque conseiller de Marine Le Pen

 

Marine Le Pen a présenté jeudi 6 octobre l’organigramme officiel de sa campagne. Parmi les 43 conseillers, figure Michel Thooris, syndicaliste policier, en charge des problèmes de sécurité. Agé de 31 ans, il fut encarté au SNPT (de gauche), puis à Action Police CFTC. Proche de l’extrême-droite israélienne, M. Thooris a pris à plusieurs reprises la défense de la Ligue de Défense Juive (LDJ), estimant que « La LDJ et le Betar accomplissent une mission de service public en défendant les personnes et les biens. » En 2007, il s’était présenté aux élections législatives à Paris, sous l’étiquette bizarroïde « Parti Anarchiste Révolutionnaire ».

 

Michel Thooris avait été au centre de la rumeur, selon Le Monde, quant à un voyage de Marine Le Pen en Israël. Il entretiendrait des relations étroites avec le parti israélien d’extrême droite Israël Beitenou. En voilà un drôle d’oiseau…

 

Mais qui sont donc les pères de Zohra Dati ?

 

Zohra Dati est la fille de Rachida, ancien ministre de la Justice. Les lecteurs de Rivarol, passionnés, comme moi, par la vie des people, se posent la question : mais qui est donc le père ? Problème pas vraiment facile à résoudre. D’autant plus qu’ils sont deux à revendiquer la paternité et à exiger un droit de visite à l’enfant. L’un s’appelle Alfredo Stranieri, 54 ans, l’autre, Germain Gaiffe, 43 ans. Ils sont tous les deux détenus à la centrale de Poissy (Yvelines) et avaient envoyé une « déclaration de paternité » à Rachida, qui n’apprécie que modérément la plaisanterie. Le procureur de la République de Versailles a estimé que les courriers incriminés « pouvaient paraître polis, mais n’avaient qu’un sens : être injurieux, outrageants, moqueurs » et a requis des peines de six mois de prison pour « outrage sur dépositaire de l’autorité publique. » Le plus drôle est que Dieudonné se retrouve mêlé à l’affaire. Un des détenus lui avait demandé d’être le parrain de sa « fille », ce que notre humoriste avait accepté, quelque peu légèrement. Il s’est lui aussi constitué partie civile. Mais comment Dieudonné s’est-il retrouvé embarqué dans cette affaire ? On apprend que sa propre fille a pour parrain Carlos qui a pour codétenu Germain Gaiffe. Quel provocateur, ce Dieudonné !

 

« Je vous laisserai crever ! »

 

« Si un jour vous prenez une balle, je vous laisserai crever. » C’est ce qu’a déclaré aux policiers un étudiant en troisième année de médecine à Lyon. Contrôlé, le jeune homme de 24 ans, crache sur la voiture des policiers, disant : « Vous m’êtes inférieurs, je nique votre honneur. Bande de mangeurs de porc de mes c…, je vais devenir médecin, si un jour vous prenez une balle, je vous laisserai crever en vous regardant sur la table d’opération. » Dans la cellule de dégrisement, il urine, invective la police, la France, les harkis, en concluant : « Je ne risque rien, je suis Français. »

 

Pour une fois le Tribunal ne s’est pas laissé faire : Six mois d’emprisonnement, dont trois avec sursis, 4000 euros d’amende, trois ans d’interdiction de droits civiques, civils et de famille. Bon, certes, nous, nous l’aurions mis dans le premier bateau en direction de l’Algérie, après lui avoir retiré la nationalité française…

 

L’Amérique dégénérée et arrogante

 

Ca se passe évidemment aux Etats-Unis. Bridget Wismer, 33 ans, avait donné naissance à son troisième fils, le 31 août dernier. Mais la jeune femme avait décidé de vendre le bébé pour 15.000 dollars à John Gavaghan (54 ans) et son petit ami. La dégénérée avait indiqué qu’avec cet argent, elle emmènerait ses deux grands fils à Disneyland. Elle a quand même fini par être arrêtée, ainsi que le futur pseudo père de l’enfant, qui a été placé dans une famille d’accueil.

 

En attendant, le candidat à l’investiture républicaine Mitt Romney a déclaré devant les cadets de l’école militaire de Charleston : « L’Amérique doit diriger le monde », précisant : « Ce doit être un siècle américain. Dieu n’a pas créé ce pays pour être une nation de suiveurs. L’Amérique n’est pas destinée à être sur un pied d’égalité avec plusieurs puissances mondiales d’importance comparable. L’Amérique doit guider le monde, ou quelqu’un d’autre le fera. »

 

Et devinez ce que les Vrais Européens rétorquent à l’Amérique ? M…. !

 

Le Père Daniel Ange fusille l’idéologie du gender

 

Excellent texte du Père Daniel Ange, auteur de près de 50 ouvrages, de théologie spirituelle et d’évangélisation des jeunes. Lisez-le sur le site Salon Beige. Voilà quelques-uns de ses propos : « Pauvres fans du gender ! Soyez logiques, allez jusqu’au bout de vos thèses. Pendant que vous y êtes, supprimez aussi les admirables différences complémentaires des grandes races humaines. Naître asiatique ou Africain noir : intolérable, discrimination imposée par la nature. Proposez aux petits Camerounais de devenir blancs, à la petite Chinoise de devenir noire. Hormones, chirurgie faciale et ça y est. Enfin libre de choisir ma race, ma physionomie. » Et le Père Daniel Ange de poursuivre : « Soyez logiques : supprimez les odieuses différences chez animaux et végétaux (…) Faut-il dire la coq et le poule ? Et à qui l’enfant doit-il dire « maman » ou « papa » ? Puisqu’il n’y a plus de différence, il faut inventer un mot bivalent : Ma-pa ? Pa-man ? » «  N’importe quoi. », conclut-il. N’importe quoi, en effet…

 

« Lévy d’Arabie »

 

La revue Afrique Asie vient de faire paraître une interview de Roland Dumas et de Jacques Vergès, réalisée par Gilles Munier, à l’occasion de la parution d’un pamphlet cosigné par les deux compères qui ne manquent pas de courage. Son titre : « Sarkozy sous BHL ». Roland Dumas, qui surnomme BHL, Lévy d’Arabie, n’y va pas de main morte. Il déclare : « C’est sans doute la première fois qu’un intellectuel aussi médiocre que M. Bernard-Henry Lévy joue un rôle aussi important dans la République… Il n’est rien dans la République. Il s’impose, il virevolte, il joue les mouches du coche. » Et Jacques Vergès de s’en prendre au Président de la République : « M. Sarkozy est irresponsable, il est capable désormais de toutes les folies à moins que le peuple français ne lui passe une camisole de force auparavant. »

 

En tant qu’ancien ministre des Affaires étrangères, Roland Dumas est évidemment bien informé. Il déclare : « Les menaces contre la Syrie sont précises. Les menaces contre l’Iran existent. On a l’impression que tout est fait pour embraser le Proche-Orient. A quoi cela correspond-il ? On peut se le demander. » Roland Dumas, qui est tout sauf un imbécile, connaît la réponse aussi bien que nous…

 

La résistance s’organise. La répression s’amplifie.

 

Malgré les appels à l’interdiction de la manifestation solidariste de Lille, dont celui de Martine Aubry, un millier de manifestants se sont réunis, samedi 8 octobre, à l’appel du mouvement flamand Opstaan, de la Maison flamande, de Troisième voie et des Nationalistes autonomes. La Nouvelle Droite Populaire, le Front comtois et le mouvement wallon Nation avaient aussi appelé à la mobilisation. Tous ont défilé, sans incidents, derrière une grande banderole sur laquelle était inscrit « Pour un Front populaire solidariste ». Il s’agissait pour les nationalistes de montrer leur volonté de défendre les emplois des travailleurs français et européens face à la politique mondialiste voulue par les partis du Système à la botte de l’hyper-classe apatride. Une énorme réussite. Mais le Système tente de bâillonner les résistants par tous les moyens, même légaux, pour reprendre la formule de Charles Maurras.

 

C’est ainsi que la journée de Terre et Peuple du 13 novembre, organisée par Pierre Vial, vient d’être annulée. Le propriétaire du domaine de Villepreux, qui accueillait pourtant sans problème depuis des années les manifestations nationalistes, au-delà des différences de sensibilités, vient d’annoncer à Pierre Vial qu’il était obligé de lui retirer la réservation du domaine. Motif : des pressions beaucoup trop lourdes, auxquelles il ne pouvait pas résister.

 

J’ai vécu la même situation à Strasbourg, il y a quelques années. Tous les mouvements de la droite nationale, sans exception, se réunissaient dans les salles de l’hôtel P., à proximité de la gare. Excellemment accueillis par le patron qui exprimait ouvertement sa sympathie pour notre cause. Les manifestations régulières de l’extrême-gauche devant son hôtel, lors des réunions, l’amusaient. Jusqu’au jour où, malheureux, navré, furieux, il me refusa sa salle, déclarant qu’il ne pourrait plus accueillir les nationalistes. Son plus gros client, un organisme de formation de la haute administration, qui lui assurait 30% de son chiffre d’affaires, lui avait mis le couteau sous la gorge. Perdre 30% de son CA, c’était la mort de son entreprise… Il fut obligé de plier…

 

Mayotte en situation insurrectionnelle

 

Nous avions évoqué dans Rivarol cette monstrueuse inanité qu’est la départementalisation de Mayotte. Le peuple français, qui va payer l’addition, n’avait évidemment pas été consulté par référendum. Mayotte vit aujourd’hui un véritable climat insurrectionnel. La manne des avantages sociaux promis à l’île tardant quelque peu à se déverser, nos nouveaux compatriotes ont entrepris de détruire méthodiquement les équipements modernes du nouveau département « français ». Voilà ce que dit Bernard Lugan sur son blog L’Afrique réelle : « Ce Lampedusa d’outre-mer ne produit rien et l’immense majorité de sa population est au chômage ou vit des prestations généreusement versées par la France ; à 60% ses habitants ne parlent que le swahili ou le malgache, les musulmans polygames y sont majoritaires et sur 200.000 habitants, l’on compte au moins 60.000 immigrés clandestins. Quant à la maternité de Mamoudzou (la plus grande de France) elle met au monde chaque année 7000 jeunes compatriotes, dont 80% nés de mères immigrées originaires de toute l’Afrique orientale et jusqu’à la cuvette du Congo. » La bêtise des dirigeants politiques est décidément criminelle…

01:57 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 17 octobre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 010.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3017 - 14 octobre 2011)

 

Manuel Valls, député de l’Essonne et candidat aux primaires socialistes, vient d’évoquer sur Radio Judaïca, radio juive de Strasbourg, son « lien éternel avec la communauté juive et Israël », insistant sur le fait que sa femme était juive. Il s’est, par la même occasion, déclaré hostile à la demande palestinienne d’adhésion à l’ONU.

 

Son argument ? « Imposer un dispositif, qui braque Israël et empêche le dialogue et donc la construction d’un processus de paix, je ne pense pas que ce soit une bonne position. Les conditions pour un Etat palestinien ne sont pas réunies. » Manuel Valls se comporte décidément comme un perroquet d’Israël. C’est après tout son droit, comme c’est le devoir des Français d’en être informés. Il ne me viendrait jamais à l’esprit de déclarer, au prétexte que mon épouse est proche de la Tradition, un lien éternel avec la Communauté catholique et le Vatican. Décidément, il y a un problème quelque part…

 

 Manuel Valls et le Parti de l’étranger

 

Bon, ne nous énervons pas. Cela me donne l’occasion de vous raconter l’épisode le plus drôle de ma vie politique. Et ça se passait à… Radio Judaïca, à Strasbourg, en 1993. Le directeur de Radio Judaïca, avec lequel j’entretenais des relations courtoises, liées à l’épisode des clubs d’opposition dans les années 1981, et qui était le patron du Club 89, proche du RPR, m’avait invité à débattre dans le cadre d’élections cantonales, où j’étais candidat pour « Alsace d’Abord ». J’arrive, un dimanche, accompagné de mon épouse et d’un ami, à l’entrée du centre communautaire de l’imposante synagogue de Strasbourg, qui était le siège de la radio. L’accueil fut des plus frais, puisqu’on nous fit patienter cinq minutes dans le sas de sécurité, tant il paraissait invraisemblable au service de sécurité que le diable fût invité à la synagogue.

 

Dès le début de l’émission, un journaliste particulièrement agressif, me somma de condamner les « dérapages » de Le Pen et le « racisme » du FN, que j’avais quitté quatre ans auparavant, ce que je refusais bien entendu de faire. A un moment, je sentis une vive fébrilité dans le studio. Le téléphone n’arrêtait pas de sonner. Le journaliste m’annonça que ma présence créait le scandale parmi les auditeurs…

 

Il crut trouver la botte secrète pour me terrasser. Il me posa la question suivante : « Que pensez-vous de la récente décision de François Mitterrand de faire du 16 juillet la date commémorative des persécutions racistes et antisémites et de la rafle du Vel d’Hiv ? »  Je lui répliquai : « C’est une décision courageuse, venant d’un Président qui a été décoré de la francisque par le maréchal Pétain, et qui a été proche du mouvement d’extrême-droite, la Cagoule. » Vous ne pouvez pas imaginer leur fureur !

 

A la fin de l’émission, nous nous dirigeâmes vers la sortie, dans un climat, disons, un peu lourd. L’ambassadeur d’Israël en France me succédait au micro, et les services de sécurité étaient omni présents. Je vous promets que je ne vous raconte pas d’histoire… Ils avaient pissé de rage sur la belle voiture de mon ami, garée devant la synagogue.

 

« Peut-on parler librement des Juifs en France ? »

 

C’était le thème d’un débat sur Radio Courtoisie, entre Henry de Lesquen et Jean-Yves Le Gallou, président de l’excellent blog Polemia. Henry de Lesquen est le président du Club de l’Horloge et le patron de Radio Courtoisie. Le contenu de l’émission « Peut-on parler librement des juifs ? », qu’il vous faut absolument écouter (sur le blog Synthèse nationale notamment - cliquez ici) est d’autant plus stupéfiant. Lesquen fait montre d’une liberté de pensée remarquable. Je ne citerai qu’un de ses propos : « La mémoire française est davantage à Verdun qu’à Auschwitz. »

 

Il y a des Juifs, ou des Juifs convertis qui nous montrent l’exemple. C’est le cas du professeur François-Georges Dreyfus, historien spécialiste de la France et de l’Allemagne contemporaines, professeur à la Sorbonne et gaulliste maurassien, homme d’un grand courage, qui vient de décéder. Il regretta publiquement « que l’on ait diabolisé l’extrême-droite » et reprocha à Jacques Chirac son discours de juillet 1995, où il reconnaissait le rôle de Vichy dans la rafle du Vel d’Hiv…

 

Même les singes ne sont pas aussi dégénérés

 

En Californie, deux lesbiennes juives, « père » et « mère » d’un enfant adopté, blanc et de souche chrétienne, ont décidé de transformer, par un traitement hormonal le petit Thomas, âgé de huit ans en une fille, prénommée Tammy (voyez les photos sur le site contre info). On rappellera, en passant, que la moitié des « transgenres » a fait une tentative de suicide avant l’âge de vingt ans. On lira avec intérêt cet article paru dans Courrier international où des chercheurs ont constaté que même les singes et les macaques rejettent les idéologies du gender. C’est dans le choix des jouets que la différenciation des sexes est la plus marquée, constate Lise Eliot. Les garçons poussent des voitures, les filles, des poussettes. Les partisans de la théorie du gender expliquent que ces comportements sont culturels, dus à l’éducation. L’expérience a été réalisée avec des primates qui n’avaient jamais vu ces jouets et en ignoraient évidemment les connotations. Conclusion : Les primates mâles se sont mis à tourner autour des jouets de garçons, et les femelles se sont intéressées aux poupées…

 

Finalement, Astérix n’est pas nazi, mais Tintin est raciste

 

Michel Serres s’est excusé après avoir semé l’émoi en déclarant sur France Info qu’Astérix était violent, drogué et hostile à la culture. Il vient de reconnaître que les termes nazi et fasciste qu’il avait utilisés pour qualifier le contenu des albums de Goscinny étaient « un peu trop forts et avaient sans doute dépassé sa pensée. »

 

Quant à Tintin, son procès vient de commencer devant le tribunal de première instance de Bruxelles. Mbutu Mondondo Bienvenu, un Congolais habitant Bruxelles, assisté de son avocat Ahmed L’Hedim, et soutenu par le CRAN (conseil représentatif des associations noires de France) demande, ni plus, ni moins, l’interdiction de la BD d’Hergé « Tintin au Congo » au motif qu’elle serait discriminante à l’égard des noirs… Ces arrogants occupants de notre terre commencent sérieusement à nous les chauffer…

 

Il refuse la Légion d’honneur

 

Jean-Pierre Versini-Campinchi est un avocat de gauche, défenseur de Jean-Christophe Mitterrand (surnommé Papamadit dans ses petites affaires africaines), fils de l’ancien président. Versini vient de décliner la Légion d’honneur auprès de son bâtonnier. « Il estime n’avoir pas rendu à la collectivité des avocats, et encore moins à la Nation un service qui pourrait justifier cette décoration », indique un de ses collègues. A l’heure où le plus médiocre des histrions est décoré de ce qui fut une décoration destinée à honorer les héros, cette attitude mérite d’être saluée, chapeau bas.

 

Dans le même registre, j’avais une collègue, Yveline M., au Conseil régional d’Alsace, élue sur une liste écologiste, puis réélue sur la liste socialiste. Corinne Lepage était alors ministre de l’Environnement dans le gouvernement d’Alain Juppé, en 1995. Elle disposait, en tant que ministre, de deux breloques à remettre, à sa discrétion, tous les ans. Elle porta son choix sur Yveline, qui pourtant n’était pas de son bord. Yveline me raconta qu’elle était tellement gênée de l’incongruité de ce choix, tant elle estimait ne pas en être digne, qu’elle refusa la remise de la Légion d’honneur, en grande pompe, en Alsace, et demanda que la cérémonie se déroulât, en catimini, au ministère de l’Ecologie.

 

Mais, à côté de ceux qui sont lucides, il y a aussi ceux qui rêvent de la rosette. C’est ainsi qu’un député centriste alsacien majeur, qui fut élu pendant quatre législatures, qui fut premier adjoint au maire de Colmar, quémanda pendant des années sa Légion d’honneur, qui, normalement aurait dû lui être attribuée sans aucun problème. Or, elle lui fut refusée. Pourquoi ? C’est à un inspecteur des Renseignements généraux que fut dévolue la pénible mission de lui annoncer la mauvaise nouvelle. C’était impossible. La police connaissait l’existence d’une photo, qui n’a jamais été rendue publique, de notre député, alors chef de la Jeunesse hitlérienne de Colmar, qui défilait, en 1943, sous les drapeaux à croix gammées. Il en pleura de dépit, paraît-il…

 

Bernard Antony s’énerve

 

L’Agrif, pilotée par Bernard Antony, a fort justement intenté un procès à Madame Houria Bouteldja qui avait traité les Français d’ethnie européenne de « sous-chiens » et dont elle propose la rééducation. Dans un communiqué, le Bloc Identitaire ose cette formule : « Nous la ferons condamner ». « Nous » ? Bernard Antony est fou de rage. C’est l’Agrif, et l’Agrif seule qui a entamé cette procédure. Personne d’autre n’a à s’y référer. On apprend dans le communiqué furibard de Bernard Antony que « L’identité française ne se définit pas par une appartenance raciale, mais par la langue, l’histoire et la religion chrétienne universelle qui l’ont façonnée. » Bernard Antony n’est pas raciste, voilà une bonne nouvelle, qui nous rassure…

 

En attendant, on nage quand même en plein confusionnisme. Jean-Baptiste Santamaria est ce prof de philo, qui fut délégué à la formation du « Bloc identitaire », et scandaleusement viré de l’Education nationale. Il précise sa « pensée politique » dans Minute. « Je serais plutôt occidentaliste (les Etats-Unis et Israël sont pour moi membres à part entière des tribus européennes et en partagent l’imaginaire ». Et il poursuit dans le registre grandiose : « Mon souhait serait qu’advienne une structure rassemblant l’intelligence doctrinale du Parti de l’Innocence de Renaud Camus, le dynamisme du Bloc Identitaire, la démocratie interne des blocs prolétariens et de ses héritiers antitotalitaires (Riposte laïque). Tout cela sur l’assise électorale du Front national et de la Droite populaire réunis. » Quel salmigondis !

 

Christian Vanneste s’énerve aussi

 

Christian Vanneste est ce député UMP du Nord, plutôt conservateur, ce qui n’est pas forcément une qualité en soi, le mot, comme chacun le sait, commençant bien mal. La preuve : il soutient Sarkozy…Il s’en prend, dans une lettre à Jean-François Coppé, au Président des Jeunes UMP Benjamin Lancar qui a fait récemment des déclarations audacieuses dans la revue homosexuelle Têtu, reprises sur le site porno gay Gays TTBM . Pour les nombreux lecteurs de Rivarol passionnés par l’univers gay, l’acronyme TTBM signifie « Très très bien monté ». Lancar vient de récidiver dans le Petit Journal de Canal+. Il se déclare favorable « à l’ouverture du mariage et de l’adoption pour les couples homosexuels, partisan de l’ouverture à la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes, à la gestation pour autrui encadrée pour les couples d’hommes. » Le président des Jeunes UMP poursuit  en déclarant que « Vanneste n’a plus sa place chez nous » et souligne que « le mariage homo ne ferait pas perdre une voix à droite. » Vanneste, quant à lui, exige que Lancar soit viré de ses responsabilités. Gageons qu’il ne le sera pas…

 

La langue française et le wording

 

Les lecteurs de Rivarol ont parfois un petit retard par rapport à la modernité, notamment pour ce qui concerne le langage. Il convient donc de les éclairer sur le sujet. Le jargon d’entreprise contamine de plus en plus notre langue. Wording ? C’est choisir des mots qui en imposent : ainsi, « blacklister » est préférable à « exclure », « confusant » à « incompréhensible », « force de proposition » à « initiative », « retour » à « réponse » et « itératif » à « répétitif ». « J’embolise » signifie que je ralentis, que je surcharge. Un des sommets du crétinisme pompeux est cette merveille : « En tout état de cause ». Où est l’état, où est la cause, on n’en sait rien, mais ça pose son cuistre, comme « toutes choses égales par ailleurs », qui donne une violente envie d’en fusiller tous les mots. Et puis, « pérenne dans le temps », un chef d’œuvre dans son genre. Et « timer », c'est-à-dire séquencer, planifier. Qu’avez-vous timé, camarades, pour prendre le pouvoir ? Ca, ça a de la gueule. « J’intuite » (je pressens, je devine) qu’on n’est pas sorti de l’auberge avec des oiseaux pareils. Tout ceci est très « déceptif » (décevant). Il est temps « d’urbaniser » (d’organiser, de débordéliser) notre réflexion et de « piloter » (plus prestigieux que diriger) notre « scope » (champs d’action), « asap » (as soon as possible, aussi vite que possible) et de façon « proactive » (active, c’est pas assez beau, ça fait plouc) afin de jeter ces cuistres ridicules dans les chiottes de la langue française. Ca, ce n’est pas du wording !

 

Lisez Le blog de Robert Spieler cliquez ici

23:00 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

vendredi, 14 octobre 2011

Ahurissant confusionnisme du Bloc Identitaire...

Identite.jpgPar Robert Spieler*

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

Des “schnapsidées”… Vous ignorez sans doute la signification de ce mot. Tous les Alsaciens de langue germanique connaissent cependant cette expression. Elle réfère à l’état de divagation qu’entraîne une consommation abusive de schnaps, cet alcool de fruits, très fort, dont je vous recommande la consommation (modérée). Le schnaps à base de mirabelle, de cerise ou de baie de houx est un délice. Mais, passons, nous ne sommes pas dans une rubrique gastronomique…

Dimanche 9 octobre, ont eu lieu les primaires socialistes. Soit. C’était le problème des socialistes, ce n’était pas le nôtre. Mais le Bloc Identitaire, qui a la prétention de faire la politique autrement, avait appelé ses militants… à se déplacer et à voter Montebourg. Les anciens d’Unité Radicale au secours d’un des candidats socialistes! On aura tout vu…

L’argument du Bloc Identitaire, repris sur le blog de Jeune Alsace est puissant: «Dimanche 9 octobre, vous aurez la possibilité dans la plupart des mairies de voter à l’occasion des primaires du Parti Socialiste. Face à la monotonie des candidats qui sortent de la même école que les élus de l’UMP, et donc (sic) les convictions sont aussi nombrilistes que leurs camarades de classe (re-sic), se dresse un personnage intéressant que nous aimerions suivre (re-re-sic) : Il s’agit d’Arnaud Montebourg.» Et le bloc Identitaire de poursuivre: «Nous appelons toutes les personnes majeures qui ont la possibilité d’aller voter de donner une voix (à Arnaud Montebourg) pour une alternative à ce monde dégénéré.» Et puis, après, ces puissantes paroles… «Voter Montebourg, c’est dépasser les clivages politiques afin de mieux servir notre cause. Voter Montebourg, c’est voter pour vous!» Atchoum ! Rompez les rangs ! Les «personnes majeures» en question avaient pour seule obligation de signer, avant de voter, un engagement quant à leur adhésion aux valeurs du socialisme cosmopolite, mais ceci n’est qu’un petit détail… Le site “identitaire” précise par ailleurs: «Le vote coûte un euro, mais ça ne va pas vous tuer.»

Philippe Vardon, responsable de la section niçoise du Bloc Identitaire, s’était déjà rendu, il y a deux semaines, à la réunion de soutien à Montebourg, organisée par David Nakache et ses amis socialistes niçois. Après avoir aussi été présent à celle du Front national, avec Marine LePen. Les Identitaires de Bourgogne, quant à eux, se sont aussi rendus à la permanence parlementaire d’Arnaud Montebourg à Louhans (Saône-et-Loire) pour l’inviter à faire un effort vers plus d’engagement vers la démondialisation, qui est un de ses thèmes de prédilection. Très bien, sauf qu’Arnaud Montebourg partage avec ses camarades socialistes et communistes l’idée de la «régularisation des personnes actuellement présentes sans droit de séjour» (ça s’appelle des clandestins) sur le territoire national, certes au cas par cas, en contrepartie de conditions individualisées d’intégration. «Cela permettrait de régulariser le travail au noir, de faciliter la mixité sociale…» explique-t-il dans un entretien à L’Express, insistant sur la nécessité d’avoir des «critères généreux». Montebourg souhaite également donner la possibilité aux employeurs de demander la régularisation de leurs travailleurs sans papiers. Il compte donner le droit de vote aux élections locales aux étrangers installés depuis longtemps et reconnaître ainsi «leur pleine participation à la vie locale.» Il milite aussi, comme ses camarades du PS pour un «contrat d’accueil et d’intégration» des immigrés.

Montebourg, «une alternative à ce monde dégénéré», déclare le Bloc Identitaire On aura tout vu, tout entendu…

Bon, d’accord, si j’étais socialiste, j’aurais peut-être voté Montebourg, le plus opposé à la mondialisation. Mais je ne suis pas partisan du socialisme cosmopolite et immigrationniste, et refuse la colonisation de notre terre. Si je faisais partie de la sensibilité de la gauche plus radicale, je n’hésiterais pas: ce serait Mélenchon. Il me plait bien, Mélenchon. Il a une grande qualité, comme Georges Marchais: il est méchant. Méchant avec les journalistes, méchant avec ses adversaires, et même avec ses amis. Mais Mélenchon est, comme ils le sont tous, de gauche et de droite, prêt à accepter la colonisation de notre terre. Non possumus.

Ici est notre sol, ici est notre terre, ici est notre sang. Quand tous trahiront, nous, nous resterons fidèles.

* Article publié dans Rivarol de cette semaine (cliquez ici)

Site de la NDP cliquez là

02:40 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 10 octobre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 001.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3016 du 7 octobre 2011)

 

Une bonne nouvelle dans le monde footbalistique, comme ils disent dans leur affreux jargon : Franck Ribéry vient d’avoir un fils. Le joueur du Bayern Munich, qui joue à nouveau en équipe de France après en avoir été viré pour avoir été un des caïds qui avaient mené la révolte lors de la coupe du monde de football, en Afrique du Sud, fait l’objet d’un livre qui paraît cette semaine La face cachée de Franck Ribéry , qui promet des révélations explosives.

 

Bilal Yusuf Mohammed et son fils Seif el Islam

 

Bilal Yusuf Mohammed, c’est le nom islamique de Franck Ribéry, qui s’est converti il y a cinq ans après avoir épousé sa femme, Wahiba, d’origine marocaine. Il a deux enfants, des filles, qui portent les doux noms de Hiziya et Shahinez. Le garçon qui vient de naître a été prénommé Seif el Islam, qui signifie « Le glaive de l’islam » en arabe. Un des fils de Mouammar Kadhafi porte le même prénom. Imaginons le scandale si une star du football européen décidait de prénommer son fils « le glaive du christianisme » !

 

Toujours est-il que le livre des journalistes Gilles Verdez et Matthieu Suc promet d’apporter des informations croustillantes, avec « des révélations sur ses mauvaises fréquentations (dans le style gangsta rap), ses coups fourrés, et des témoignages exclusifs de personnes impliquées dans ses affaires de mœurs ». Début 2009, son ancien agent, Bruno Heiderscheid, avait expliqué : « Ribéry se plaît à tromper les gens, en exhibant sa foi musulmane, en priant publiquement avant chaque match devant les caméras de télévision alors qu’il mène une véritable double-vie en fréquentant régulièrement des filles dans des relations extraconjugales. » Un an plus tard éclatait le scandale Zahia, une prostituée mineure qu’il fréquentait assidument. A cette occasion, Franck Ribéry fut même soupçonné de proxénétisme. Voilà le genre de personnage que d’aucuns se plaisent à présenter comme une idole des stades…

 

Des députés « français » chantent la Hatikvah, à Paris

 

La Hatikvah, c’est l’hymne national israélien. A l’occasion de la nouvelle année 5772 (2011), s’est tenu le 20 septembre, à Paris «  le rassemblement des « amis d’Israël pour la paix ». Il s’agissait d’un meeting de soutien de la classe politique française à Israël. Claude Goasgen, avec une centaine de parlementaires, avait adressé quelques jours auparavant, une lettre à Nicolas Sarkozy, lui demandant d’empêcher la proclamation unilatérale d’un Etat palestinien. Claude Goasgen, député UMP et président du groupe d’amitié France-Israël prit la parole lors du meeting, ainsi que l’inénarrable Eric Raoult, le très énervé socialiste Jean-Marie Le Guen, et la pétroleuse « catholique » Christine Boutin. Nos lecteurs se souviennent de cette anecdote que j’avais racontée dans Rivarol. Eric Raoult quitte précipitamment une réunion de l’UMP. Le secrétaire général, Xavier Bertrand, lui dit : « Mais tu t’en vas ? C’est important. On va parler des retraites. » Et Eric Raoult de répliquer. « Je vais à un meeting de soutien à Israël. Israël, c’est plus important que les retraites. » Pas étonnant qu’Eric Raoult chantait, à la fin de la réunion, aux côtés de ses collègues de gauche et de droite, l’hymne israélien… Mais où était pendant ce temps Claude Guéant ministre de l’Intérieur, qui a aussi en charge les cultes ? Pas d’affolement…

 

Il était à la réception organisée le même jour à la Grande Synagogue de la Victoire, à l’invitation du président du Consistoire central, de Gilles Bernheim, grand Rabbin de France, et de Daniel Messas, grand Rabbin de Paris…

 

En conclusion, je vous invite à aller lire l’excellent communiqué de Carl Lang, paru notamment sur les sites du Parti de la France et sur Synthèse nationale, consacré à la question palestinienne. Voici un extrait : « La négation permanente par Israël des droits historiques du peuple palestinien n’a servi que le camp de tous les fanatiques en exacerbant les frustrations et les haines, en favorisant le terrorisme (…) En conséquence, il appartient aux nations du monde de mettre enfin un terme à la persécution historique dont est victime, depuis trop longtemps et de manière insupportable, le peuple palestinien.

 

Il est temps, au même titre que l’ONU a reconnu l’existence de l’Etat d’Israël, qu’elle reconnaisse enfin l’existence d’un Etat palestinien créé sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale. »

 

Où avorter et comment repérer si votre fils est homosexuel

 

Nous avions déjà évoqué une application permettant d’identifier sur votre téléphone portable les personnalités juives et celles qui ne le sont pas. La Ville de Paris va lancer une application permettant aux collégiens d’accéder avec leur portable à une batterie d’informations sur la sexualité. Elle permettra d’afficher sur l’écran la liste des 22 (bientôt 26) centres de planification familiale à Paris. Grâce à la géo localisation, chaque utilisatrice saura en temps réel quel est le plus court chemin pour aller avorter !

Les homosexuels ne sont pas oubliés. L’application « Mon fils est-il gay » permet aux parents inquiets de connaître la réponse. Elle comporte vingt questions toutes plus fines les unes que les autres : « Votre fils aime-t-il bien s’habiller ? Aime-t-il bien le foot ? S’est-il déjà battu ? » A l’issue du questionnaire, deux réponses possibles : « Vous n’avez pas de souci à vous faire. Votre fils n’est pas gay » ou « Inutile de vous voiler la face. Votre fils est gay. Acceptez-le. Sachez que ce n’est pas un choix de sa part. » Curieusement, les associations homosexuelles n’apprécient pas du tout la plaisanterie…

 

Au tribunal pour une blague

 

Il paraît que les tribunaux sont débordés et ne trouvent pas le temps de juger les criminels. Enfin, certains criminels sont cependant prioritaires. C’est ainsi qu’un jeune homme antillais de 16 ans s’était amusé à déposer dans la boîte à lettres d’un Laotien un papier sur lequel il avait écrit à la main : « Connaissez-vous la blague du tsunami et du pastis ? Plus il y a d’eau, moins il y a de jaune… » Le destinataire du courrier, qui apparemment ne goûte pas ce type d’humour, a porté plainte, et les policiers, probablement désœuvrés, ont trouvé le temps pour mener une enquête approfondie, et remonter jusqu’au plaisantin. Et hop ! Convoqué le 14 octobre au Tribunal pour « injure non publique à caractère racial »…

 

Laurence Parisot renvoyée dans les cordes

 

Laurence Parisot, la présidente du Medef vient de dénoncer les idées et le programme de Marine Le Pen, qu’elle considère comme un « danger » pour la France. Tout ceci est développé dans un livre intitulé Un piège bleu marine. « C’est un danger par les idées qu’elle répand, par la haine qu’elle propage, par son projet économique », déclare-t-elle. Et puis, la représentante du grand capital cosmopolite va à l’essentiel et dit tout : « Il y a quelque chose qui est extrêmement choquant, c’est qu’elle n’a jamais condamné les propos de son père, y compris les pires propos antisémites ou racistes de son père. » Ah, nous y voilà ! Mais de quoi se mêle-t-elle ?

 

En attendant, Jean-François Roubeaud, Président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprise (CGPME), une des composantes du Medef, lui cloue le bec : « Non, écoutez, moi, je suis là pour défendre les entreprises et j’ai un vieux proverbe que me donnait mon grand-père, il y a très longtemps déjà ‘à chacun son métier et les vaches seront bien gardées’. Moi, je m’occupe des chefs d’entreprise et des TPE (très petites entreprises) et des PME, je ne m’occupe de rien d’autre. » Bravo !

 

L’Allemagne occupée

 

On savait que la situation ethnique de l’Allemagne était catastrophique. La faute à une invasion continue et à une dramatique dénatalité. Les chiffres qui viennent d’être publiés par l’Institut fédéral statistique de Wiesbaden, sur la base du recensement de 2010, sont accablants. Dans les villes allemandes de plus de 500.000 habitants (il y en a quatorze), 46% des enfants et des jeunes appartiennent à des familles issues de l’immigration, en majorité turques. Par familles issues de l’immigration, on entend qu’au moins un des parents possède une nationalité étrangère ou a obtenu la citoyenneté allemande par naturalisation, définition qui inclut donc les mariages mixtes. Mais une bonne partie des immigrés de deuxième ou troisième génération ne sont pas pris en compte. Autrement dit, la situation est encore plus critique que celle que les chiffres révèlent. Dans les villes de taille plus réduite, les chiffres sont un peu plus faibles (36,5% dans celles de 50 à 100.000 habitants, par exemple). Les campagnes sont quelque peu préservées, si l’on peut dire : 13% dans les bourgs de moins de 5000 habitants. Dans l’ensemble de l’Allemagne, près d’un enfant sur trois est issu de l’immigration… Voilà où les collabos ont amené l’Allemagne. A quand un procès de Nuremberg pour les juger ?

 

L’Allemagne persécutée

 

Le HNG (« Organisation d’aide aux prisonniers politiques nationaux et leurs familles ») est une association caritative allemande créée en 1979, qui compte 600 membres, d’après les autorités. Le ministère de l’Intérieur allemand vient de l’interdire, déclarant qu’elle constituait une « menace pour la société allemande et œuvrait contre la Constitution ». La police politique allemande accuse le HNG de chercher à renforcer les prisonniers dans leurs convictions et de les inciter à poursuivre la lutte. Le ministre de l’Intérieur, Hans-Peter Friedrich, vient de déclarer : « Il n’est plus acceptable que des extrémistes de droite emprisonnés soient renforcés dans leur attitude agressive contre l’ordre libre et démocratique. » Les domiciles des cadres de l’association ont, quant à eux, été perquisitionnés. L’Allemagne, une démocratie ?  Mais vous plaisantez !

 

Sondage IPSOS : Tous les Européens inquiets de l’immigration

 

L’institut IPSOS a publié récemment un sondage, dont le titre est « Vision globale sur l’immigration » et mené auprès d’un échantillon représentatif de citoyens de neuf pays européens. A la question : « Pensez-vous qu’il y a trop d’immigrants dans votre pays ? », 72% des Belges, 71% des Anglais, 67% des Italiens et des Espagnols, mais seuls 53% des Allemands et 52% des Français ont répondu oui. Quant aux Polonais, ils sont 29%. Il est vrai qu’ils n’ont quasiment pas d’immigration. Les immigrés sont donc vécus comme une mauvaise nouvelle par 56% des Européens. A la question : « L’immigration a-t-elle un impact positif ou négatif sur votre pays ? », le négatif l’emporte largement : 72% des Belges, 64% des Anglais, 54% des Allemands et des Français. Quant à la question si les immigrants « font de votre pays un lieu plus intéressant à vivre », seuls 18% des Espagnols et des Italiens, mais 28% des Français, 33% des Anglais et 35% des Allemands répondent oui. Pour la grande majorité, l’immigration n’est décidément pas une chance. Sur le plan économique, seuls 23% des Allemands et 24% des Français pensent que l’immigration est un apport pour l’économie.

 

Au fait, avez-vous entendu parler de ce sondage dans la presse ?

 

L’histoire du Mali, avant celle de France…

 

Lisez sur le blog de Bernard Lugan cette remise en cause de la réforme Darcos qui prévoit que l’histoire de l’Afrique remplacera désormais en grande partie, l’histoire de France. Les ravages commencent désormais dès la classe de 5ème qui a subi des amputations ubuesques de son programme d’histoire : amputations rendues nécessaires afin de dégager des plages horaires destinées à l’étude des civilisations non-européennes, africaines ou asiatiques. L’étude de l’histoire de l’Afrique, et surtout du Mali, relègue Louis XIV en fin de programme. Nos élèves sauront tout du Monomotapa et rien du Grand Siècle. Ils n’apprendront plus si Napoléon avait vécu avant ou après Louis XIV, écrit Lugan. Ils ne sauront pas qui est Philippe Le Bel, mais n’ignoreront rien de son contemporain, Abu Bakr, empereur du Mali, dont l’existence n’est historiquement même pas certaine… On enseigne en Afrique que ce souverain serait parti, à la tête de 2000, voire 3000 pirogues pour conquérir les Amériques. On enseignera sans doute aux enfants français qu’il a posé le pied sur le sol des Amériques avant Christophe Colomb. Peu importe l’absurdité de cette hypothèse puisque les Africains ne connaissaient même pas l’existence de l’archipel du Cap-Vert, situé à 500 kilomètres de l’Afrique, alors que les Amériques sont à 7 000 km.

 

Bernard Lugan explique fort bien les raisons de cette réforme aberrante : « Les docteurs Folamour du pédagogisme (…) sont d’abord des militants dont le but est de casser tous les enracinements européens considérés par eux comme susceptibles de déclencher des réactions identitaires. »

 

Un prof  pour quatorze élèves

 

Ce sont les chiffres officiels : 852.907 professeurs, en France, face à 12 millions d’élèves, soit un ratio d’un prof pour 14 élèves. Or chacun sait que les classes comptent plutôt 30 élèves que 14. La raison, dénoncée par l’association SOS Education ? Une gestion catastrophique des effectifs, des emplois du temps, des options, et surtout, c’est par milliers que les enseignants bénéficient de décharges pour faire du syndicalisme. Et puis, 126.915 administratifs, non enseignants, qui sont dans des bureaux et ne voient jamais d’élèves… Un immense gâchis.

 

Les conséquences ? 30% des élèves qui sortent de l’école ne savent même pas lire les panneaux routiers ou une notice de médicaments. Quand vous donnez une dictée du Certificat d’études de 1975 à des bacheliers d’aujourd’hui, 50% obtiennent zéro ou une note négative. L’association SOS Education n’aborde cependant pas une des raisons majeures de cette situation : la présence massive dans nos écoles d’enfants issus d’une immigration inassimilable…

 

3016.jpgChaque vendredi, retrouvez la chronique de Robert Spieler dans Rivarol...

Chez votre marchand de journaux : 3,50 €

Ou en vous abonnant : cliquez ici

17:05 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

vendredi, 07 octobre 2011

Le n°24 de la revue Synthèse nationale est sorti...

Couv SN 24 (1).jpg

Synthèse nationale n°24 (septembre octobre 2011) :

Vers l'union de la Droite nationale... l'éditorial de Roland Hélie

Un grand entretien avec Carl Lang, candidat à l'élection présidentielle.

Marc Noé : Tordre le cou au politiquement correct...

L'actualité vue par Patrick Parment...

Marc Rousset : Le tribunal de l'histoire ne reconnait que les vainqueurs...

Gérard Pince : Le coût de l'immigration en provenance du Tiers Monde...

Arnaud Raffard de Brienne : La désinformation autour du recrutement dans la Fonction publique...

Jean-Claude Rolinat : Nous avons changé parce que le monde a bougé...

Lionel Baland : un entretien avec Gabor Vona, le président du Jobbik (Parti nationaliste hongrois).

Francis Bergeron : Maurice Bardèche, chroniqueur de l'Europe désintégrée d'après guerre...

Deux entretiens exhumés : Maurice Bardèche et Antonio de Oliveira Salazar...

Les pages du Marquis... par Jean-Paul Chayrigues de Olmetta

Des articles de Philippe Randa, Robert Spieler, Yves Darchicourt, Pieter Kerstens...

Un article sur Oswald Spengler et un hommage à François-Georges Dreyfus...

Numéro 24 : 128 pages, 12,00 €

Abonnez-vous à la revue

Synthèse nationale :

cliquez ici

Abonnement (6 numéros) : 50,00 € (soutien 100,00 €)

Chèque à l'ordre de Synthèse nationale

Synthèse nationale

116, rue de Charenton 75012 Paris (correspondance seulement)

08:49 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 03 octobre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 011.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3015 du 30 septembre 2011)

 

Cela fait longtemps, beaucoup trop longtemps que nous n’avions pas évoqué notre ami Bernard-Henri Lévy, ci-devant vice-ministre des Affaires étrangères et grand donneur de leçons devant l’Eternel.

 

BHL expulsé de la tribune

 

BHL était, bien entendu, du voyage à Tripoli aux côtés de Nicolas Sarkozy et du premier ministre britannique, David Cameron. Normal, puisqu’il avait libéré, quasiment à lui tout seul, la Libye de la dictature kadhafiste. Sarkozy et Cameron prononcèrent un discours applaudi frénétiquement par une immense foule de … 1 500 personnes. Là se situe une scène hilarante que je vous invite à découvrir sur le site Altermedia qui reprend les images du Petit journal de Canal+. Tandis que les chefs d’Etat saluent la foule, aux côtés du président du Comité de résistance libyen, qui voit-on se glisser subrepticement, histoire d’être sur la photo, derrière les trois hommes ? BHL ! Qui se fait expulser manu militari par le service d’ordre. Mais ce n’est pas fini. Doté d’une incroyable houtspa (culot monstre en hébreu), revoici notre ami qui resurgit deux minutes plus tard sur la tribune, planqué cette fois ci derrière des lunettes de soleil, histoire de passe inaperçu. Et le voilà viré à nouveau par la sécurité ! Trop marrant !

 

« Astérix est l’éloge du fascisme et du nazisme »

 

C’est ce que déclare le philosophe, historien des sciences et homme de lettre Michel Serres. Il relève tout d’abord que, dans les albums d’Astérix, tous les problèmes se règlent à coups de poing. Serres commet cette puissante réflexion : « Le recours à la force pure, c’est quelque chose qui me paraît fasciste. » Mais il ne s’arrête pas là : « Cette force pure est le résultat de la potion magique. Tout le monde la connaît, et notamment les sportifs. Ca s’appelle la drogue ! » Quant au barde qui se retrouve bâillonné et attaché à un arbre lors du repas festif qui conclut chaque album d’Astérix, « cette image évoque irrésistiblement la parole de Goering ‘Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver’ »

 

Pour Michel Serres, « Astérix, c’est l’éloge du fascisme, du nazisme. Mettez ces albums entre toutes les mains, vous formerez des adeptes de la force pure, de la drogue et des ennemis de la culture. »  Le père d’Astérix, René Goscinny, dont les parents étaient des juifs polonais et ukrainiens, doit s’en retourner dans sa tombe ! D’autant que certains ont reconnu dans l’humour présent dans ces albums, un humour typiquement juif. Bon, ceci dit, je ne suis pas sûr que Michel Serres, adepte des paradoxes et de la provocation, croie un seul mot de ses délires. Et puis, il lui sera beaucoup pardonné pour ces formules des plus pertinentes : « Ils (les Romains) nous ont imposé leur langue, comme les vainqueurs et les collabos de la guerre économique nous ont imposé l’anglais. » Et puis, goûtez cette réflexion : « Il y a plus de mots anglais sur les murs de Paris qu’il y avait de mots allemands sous l’Occupation. » En effet…

 

En attendant, je préfère l’humour cynique, noir et trash de Reiser et de Vuillemin, qui sont, eux, de vrais génies de la bande dessinée… D’extrême gauche tous les deux, certes. Mais lisez ce chef d’œuvre de Vuillemin « Hitler=SS », paru il y a trente ans et dont la vente aux mineurs fut interdite dans les kiosques, et vous m’en direz des nouvelles. A mourir de rire !

 

Ramadan et violences

 

Femmes et enfants battus au sein du foyer durant le Ramadan : +120% ; Rixes et disputes causant des blessures : +400% ; Voies de fait, agressions : +320% ; Vols de voitures, escroqueries, faux et usage de faux : +180% ; Rendements dans les entreprises : -62% ; nombre de sinistres : +410% ; Nombre de blessés : +214% ; nombre de décès : +80%. Ces chiffres ne sont pas le fait d’islamophobes rabiques, mais résultent d’une enquête menée par l’Institut algérien Abassa, dans 24 régions administratives d’Algérie, auprès d’un échantillon représentatif de 3004 individus. L’objectif de cet institut était d’identifier et de quantifier les principales conduites sociales individuelles et collectives durant le mois du Ramadan. On voit les résultats… Depuis, l’Institut Abassa a été démantelé par les autorités algériennes. On se demande pourquoi…

 

Retirer les fresques du temps des colonies ?

 

Une fresque surplombe la place de la Contrescarpe, au bout de la rue Mouffetard, à Paris (Vème). Elle représente une femme de la haute société se faisant servir à table par celui qui est visiblement son domestique, un Noir, au sourire béat. Le tout est surmonté d’un écriteau : « Au nègre joyeux ». L’enseigne représenterait le jeune Zamor, serviteur de la comtesse du Barry, affranchi après que celle-ci fut guillotinée par les révolutionnaires. Une autre enseigne « Au planteur », rue des Petits-Carreaux, représente des maîtres blancs, servis par leurs esclaves. Le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) pose cette grave question : « Ces enseignes, dans lesquelles esclaves noirs et maîtres blancs sont exhibés en pleine rue, ont-elles encore leur place ? » Et Claudine Tisserand, vice-présidente du CRAN de répondre : « Personnellement, je suis pour les enlever toutes. » Seul petit problème ; le « Nègre joyeux » et le « Planteur » sont tous deux inscrits au registre des Monuments historiques…Mais qu’à cela ne tienne…

 

Un homme va accoucher en Israël

 

Ca se passe en Israël, et nulle part ailleurs…. Ayant subi une opération de changement de sexe aux Etats-Unis, elle a aujourd’hui tous les attributs d’un homme, sa pilosité et sa masse musculaire. Mais il (elle) a gardé son sexe de femme  et ses organes reproducteurs féminins. Marié à une femme (une vraie), et travailleur social (il donne des conseils d’éducation sexuelle à des adolescents), il est très connu pour son combat en faveur des homosexuels. Il (elle) attend aujourd’hui un enfant. Allez voir sur le site contre-info.com la photo de ce barbu au ventre proéminent, qui accouchera en novembre. Répugnant…

 

Mohamed devient Kevin

 

Marine Le Pen, interrogée sur France 2 il y a quelques mois, recommandait que pour s’intégrer « tous les immigrés devaient donner des prénoms français du calendrier » à leurs enfants. Voilà une bonne idée reprise au vol par une mère de famille de Marseille qui a demandé à la justice de débaptiser ses deux enfants d’une dizaine d’années, Mohamed et Fatima, expliquant : « Je ne voudrais pas qu’il devienne ouvrier, ou que ma fille devienne femme de ménage, comme moi. » Chacun sait, en effet  l’importance du prénom dans l’évolution professionnelle. Tous les Nicolas ou Jacques finissent présidents de la République. Quant aux Jérôme, ils doivent se contenter de diriger des hebdomadaires, tel Rivarol.

 

Toujours est-il que Fatima se prénomme désormais Nadia, et Mohamed, Kevin. Le pauvre Kevin n’a pas vraiment tiré le gros lot. Une étude parue l’an dernier démontre, en effet, que porter un prénom anglo-saxon pouvait être bien plus nuisible pour sa carrière professionnelle que de porter un prénom à consonance étrangère. Les chercheurs affirmaient que des prénoms tels Kevin, Dylan, Brandon, Cindy étaient assimilés aux jeux vidéos, aux séries télévisées bas de gamme, et à des personnes peu cultivées. Pas sûr que Kevin trouve plus facilement du travail que Mohamed…

 

De Gaulle, « méchant, venimeux, égocentrique »

 

Ce sont les qualificatifs auxquels De Gaulle a droit dans une interview de Jackie Kennedy, rendue publique plus de quarante ans après sa réalisation. Elle traite Martin Luther King d’  « imposteur », d’homme « bidon ». Quant à Indira Gandhi, elle est habillée pour l’hiver : « une cruche, amère, arriviste et affreuse ». Reconnaissons que la méchanceté naturelle de De Gaulle lui apportait des éclairs de lucidité. C’est ainsi, qu’après avoir rencontré Jackie Kennedy, il eut ce commentaire ; « Elle finira, après la mort de John Kennedy, sur le yacht d’un marchand d’armes. »

 

L’assassin de Yann Piat converti à l’islam radical

 

Yann Piat avait été députée du Front national et nous siégions ensemble à l’Assemblée nationale. Une combattante, courageuse et déterminée. Après la dissolution de l’Assemblée en 1988 et le retour au scrutin majoritaire, elle fut la seule à retrouver son siège. Le Pen ne prit même pas la peine de décrocher son téléphone pour féliciter celle qui était aussi sa filleule. Très proche du docteur Bachelot, qui avait aussi été député, et qui avait pris ses distances avec Le Pen, elle finit par être exclue du FN. La première d’une longue série… Elle fut assassinée par des maffieux dont elle avait dénoncé les projets. Parmi eux, Marco Di Caro, condamné à vingt ans de réclusion. Libéré, il est à nouveau jugé par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône pour un vol avec armes. On apprend à cette occasion que Di Caro s’est converti à l’islamisme radical en prison…

 

C’est impossible, c’est incroyable…

 

Cela parait impossible, c’est impossible,  c’est incroyable, cela remet en cause la théorie de la relativité restreinte d’Albert Einstein, que tous les physiciens et tous les élèves de terminale S partagent et qui démontre qu’il est impossible, pour une particule, de dépasser la vitesse de la lumière, soit près de 300 millions de mètres par seconde. Et pourtant, une expérience réalisée entre le CERN, en Suisse, et le Gran Sasso, en Italie (là où Mussolini, prisonnier suite au coup d’Etat, fut délivré par les commandos de Skorzeny) semble démontrer l’impossible : des particules ont dépassé la vitesse de la lumière. Pierre Fayet, un théoricien de haut vol déclare : « Cette observation défie l’entendement ». Les physiciens ont tout vérifié. Ils ont lancé un appel au secours à leurs collègues du monde entier. « Aidez nous à confirmer ou à infirmer cette incroyable expérience. » La confirmation de ces données signifierait, sur un plan certes purement théorique, la possibilité de remonter dans le temps. Vertigineux !

 

La Ligue de Défense Juive en route vers Israël

 

En cette semaine cruciale pour l’Etat palestinien, la Ligue de Défense Juive, connue pour ses violences et interdite d’ailleurs en Israël, a décidé d’aller provoquer les Palestiniens depuis des colonies juives. Interrogé par Rue 89, le porte-parole du Quai d’Orsay prétend « ne pas connaître la LDJ ». Menteur ! Sur son site, la LDJ revendique la dimension belliqueuse de son projet : « Ce voyage est réservé aux militants ayant une expérience militaire : le but de cette expédition est de prêter main-forte à nos frères face aux agressions des occupants palestiniens et donc de renforcer les dispositifs de sécurité des villes juives de Judée et Samarie. » La mission était composée de cinq groupes de onze personnes chacun, qui avaient pris « position » dans cinq colonies différentes de Cisjordanie. Tous les frais des participants avaient été pris en charge par des donateurs français que le groupe a refusé de nommer…

 

Fondée à New-York en 1968 par le rabbin américain Meir Kahane, assassiné par un islamiste en 1990, la Ligue de Défense Juive est interdite en Israël depuis 1994 en vertu des lois antiterroristes, après le massacre d’Hébron, perpétré par un membre de la Ligue, dont le bilan fut modestement de 29 morts. Le Shin Bet (la sécurité intérieure israélienne) révèle que ces extrémistes ciblent désormais les militants pacifistes israéliens et des Palestiniens, ou incendient des mosquées. Et, bien entendu, ils incitent les idiots utiles à faire de même en Europe. En attendant, des militants de la LDJ contribuaient à assurer la sécurité de la réunion anti-islamisation organisée, il y a quelques mois, par Riposte Laïque et le Bloc Identitaire. Cherchez l’erreur…

 

Philippe Pétain, hors de l’Histoire

 

On se souvient que son portrait avait été retiré d’une galerie regroupant tous les chefs d’Etat de la France, dans la petite mairie de Gonneville-sur-mer (Calvados). A la demande du préfet de Basse-Normandie qui avait saisi le Tribunal administratif. Et à l’exigence des associations couineuses… L’Association de Défense de la Mémoire du Maréchal Pétain (ADMP) avait déposé un recours. Recours qui vient bien entendu d’être rejeté. Jacques Tremolet de Villers, avocat de l’association, réplique : « Aujourd’hui, dans cette galerie de portraits, il y a un vide. Ce vide fait dire qu’un tribunal, un préfet, révisent l’histoire, qu’une période d’Histoire de quatre ans n’a jamais existé. » On connaît les méthodes bolcheviques qui consistaient à effacer a posteriori les images des traîtres supposés sur les photos officielles. Trotski en fut un des exemples célèbres. Près de soixante ans plus tard, ces fous furieux continuent leurs délires. Mais de quoi ont-ils peur ? De la vérité ? Quoi qu’il en soit, après tout tant mieux. Comme le disait Nietzsche, « ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort. »

 

Chaque vendredi, retrouvez la chronique de Robert Spieler dans Rivarol (en vente chez votre marchand de journaux, 3,50 €)

 

Le blog de Robert Spieler : cliquez ici

 
 

00:20 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Soutien de la Nouvelle Droite Populaire à la manifestation solidariste de Lille, samedi 8 octobre.

276894_258242744208697_627849761_n.jpgUn communiqué de la Nouvelle Droite Populaire :

La Nouvelle Droite Populaire apporte ses encouragements et son soutien à la manifestation solidariste de Lille, du samedi 8 octobre, organisée par Troisième Voie, les Nationalistes autonomes, OPSTAAN, Nation et le Front Comtois.

Martine Aubry, les socialistes et l’extrême gauche ne supportent évidemment pas que nous défendions « nos emplois, notre avenir, notre pays » et font tout pour tenter d’interdire cette manifestation. Ils croient avoir le monopole sur la question sociale. Quand on voit où ils ont mené la France, il conviendrait qu’ils fassent preuve d’un peu de retenue et de discrétion.

En attendant, les nationalistes occupent le terrain social. C’est très bien. Là est légitimement leur place.

00:20 Publié dans NDP Communiqués | Lien permanent | |  Facebook