Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 décembre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

2924130059.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

N°3025, du 9 décembre 2011

 

Très intéressante émission de France 3, mercredi 30 novembre, à 20h 35 (vous la retrouverez sur internet). Son titre : « Le diable de la République ». Elle raconte de façon fort objective l’histoire du Front national. Beaucoup croient, y compris au FN, que c’est Jean-Marie Le Pen qui a fondé son mouvement. Rien de plus faux. Ce sont les dirigeants d’Ordre Nouveau, dont son chef charismatique Alain Robert (qui finira mal : conseiller général du RPR), François Brigneau et Roland Gaucher qui eurent l’idée de créer un Front national qui permettrait de fédérer les énergies nationalistes et d’élargir le socle d’Ordre Nouveau, qui restait une organisation regroupant essentiellement des jeunes. Mais il fallait trouver une « potiche » présentable qui acceptât d’en assurer la présidence. Et on alla chercher Le Pen qui ne représentait plus rien, politiquement, mais qui avait une certaine notoriété, liée au poujadisme et à la campagne présidentielle de Tixier Vignancour. La composante des amis de Le Pen ne pesait pas lourd au FN, alors qu’Ordre Nouveau dominait totalement la nouvelle organisation. Catastrophe : suite à un gigantesque meeting d’Ordre Nouveau, le 21 juin 1973, à la Mutualité, destiné à montrer la force de cette composante au sein du FN, de violents affrontements eurent lieu avec la Ligue communiste dirigée par Alain Krivine, entraînant la dissolution des deux organisations. Le Pen en profita pour prendre la main, entraînant le d épart de la plupart des fidèles d’O.N., dont votre serviteur, qui créèrent le Parti des Forces Nouvelles (PFN), qui fut durant près de 10 ans le rival (bien plus dynamique) du FN.

 

L’histoire du Front national

 

On connaît la suite de l’aventure. On pourra voir des interviews de François Brigneau, Carl Lang, Bruno Mégret, Pierre Vial et bien d’autres. Relevons cette perle, signée Michel Rocard : « Hitler fut un élu du suffrage universel. » Des propos similaires valurent à Le Pen d’être traîné devant les tribunaux et condamné. Le Pen déclare : « Depuis de nombreuses années, je vois qu’on nous affublés de la tunique du diable. » Roger Holeindre lui réplique : « Je ne veux pas être dédiabolisé ». On reverra avec grand intérêt un extrait du discours de Le Pen sur la dalle d’Argenteuil, où il déclarait, s’adressant aux « Jeunes » : « Si certains veulent vous karchériser pour vous exclure, nous voulons, nous, vous exclure de ces ghettos de banlieue, où les politiciens vous ont parqués pour vous traiter de racaille par la suite. » Cris de quelques « Jeunes » présents : « Cochon ! » Commentaire des plus pertinents du journaliste présentant l’émission : « Déboussolés par la stratégie de Nicolas Sarkozy et par les divagations de Le Pen, qui s’égare dans la conquête du vote arabe des cités, que Sarkozy voulait karchériser, les électeurs votent Sarkozy. Le Pen est battu sur son propre terrain… »

 

Relevons ce propos de Roger Holeindre : « Je pense que Jean-Marie Le Pen a favorisé sa fille parce qu’elle s’appelle Le Pen, c’est tout » ; et puis Carl Lang : « Dans sa psychologie, le FN, c’est lui. On n’est plus dans le domaine du Front national, on est dans le domaine du Front familial ». Et puis, pour la bonne bouche, cette phrase d’une grande profondeur de Marine Le Pen : « Que nous soyons homosexuels, juifs, musulmans, noirs, blancs, nous sommes tous français. » Amen.

 

FN : les dérives continuent

 

L’avocat franc-maçon Gilbert Collard est le président du comité de soutien de Marine Le Pen à l’election présidentielle. Lisez ses propos, tenus il y a quelques jours sur France 2. Il déclare que l’on pouvait rejoindre Marine Le Pen « sans épouser les idées du Front national ». « J’ai pour rôle d’amener le maximum d’hommes et de femmes à Marine, pas forcément au Front, parce qu’on peut rejoindre Marine Le Pen sans pour autant épouser les idées du Front national. » Il prend pour exemple la peine de mort : « Je suis contre, je suis tout à fait opposé (…), donc je me sens plus à l’aise au comité qu’au parti. » Selon Gilbert Collard, « il n’y a pas d’incompatibilité entre le fait de rejoindre Marine et le fait de défendre les Droits de l’Homme. » Et Jean-Marie Le Pen, dans tout ce salmigondis ? « Il est comme mon père, Jean-Marie Le Pen (…) parfois on se querelle avec beaucoup de respect, parce que je vois en lui l’image d’un père avec lequel je ne me suis jamais entendu. » Et ses petites phrases ? « Je l’ai toujours dit, je ne suis jamais arrivé à comprendre… Ces petites phrases, moi je les condamne », a-t-il conclu. Si vous voulez mieux faire connaissance de Gilbert Collard, rendez vous sur son site gilbertcollard-leblog.com. Dans la rubrique « les liens », pas de renvoi vers le site de Marine Le Pen, mais un renvoi vers le parti radical de Jean-Louis Borloo… A votre avis, ce cirque va-t-il encore durer longtemps avant que Jean-Marie Le Pen ne commence à s’énerver ?

 

Marine Le Pen a du souci à se faire

 

Malgré sa médiatisation, le fait est, relevé par tous les observateurs, que sa campagne ne décolle pas. Son discours et la présentation de son programme, lors de la récente convention organisée par Marine Le Pen, où son père brillait par son absence, ont semé la consternation chez un grand nombre de participants. C’était, à les écouter, « nul ». La recherche de signatures se révèle plus que difficile. La faute, bien sûr, au fait que les maires qui signeront verront leurs noms étalés sur la place publique. La faute aussi à l’affaiblissement considérable du mouvement, suite au départ de nombre de ses meilleurs cadres et à une démobilisation générale. La faute aux purges successives qui ont fini par purger le potentiel de signatures et de relais locaux. Sans véritables relais locaux talentueux, comment faire ? C’est l’énergie et le talent d’organisateur de Carl Lang qui avaient sauvés Le Pen lors des précédentes Présidentielles. Carl Lang est parti et sera le candidat de l’Union de la Droite Nationale. Plus rien à espérer non plus de l’UMP qui avait apporté un nombre conséquent de signatures, notamment corses, à Le Pen. Cette fois-ci, Sarkozy n’a aucun intérêt à une candidature de MLP. Son absence, qui serait au demeurant scandaleuse, apporterait à Sarkozy, au premier tour, de précieux pourcentages qui lui permettraient de creuser le fossé avec le résultat de François Hollande, créant ainsi la possibilité d’une dynamique victorieuse au second tour. Sarkozy sait que les sondages concernant Marine Le Pen, en baisse au demeurant, sont probablement surévalués. La faute, non pas vraiment à des manipulations volontaires, mais aux fameux « redressements » qu’effectuent les instituts de sondage par rapport aux données brutes. Les électeurs du FN, comme ceux du PC, « mentent » en effet aux sondeurs et ne livrent pas tous leurs intentions de vote. Les sondeurs le savent évidemment et « redressent » les résultats bruts en fonction d’élections précédentes. JMLP ayant été bien plus diabolisé que sa fille, il est fort à parier que les redressements effectués en fonction des élections précédentes surévaluent le résultat de Marine Le Pen.

 

Par ailleurs, il n’est pas exclu que des remous sérieux se produisent dans les prochaines semaines au sein du FN et de l’équipe de MLP. Plusieurs cadres de la campagne présidentielle, dont Paul-Marie Coûteaux, qui avait été présenté comme une prise de choix, viennent déjà de se retirer du dispositif. D’autres vont suivre.

 

La remontée de Nicolas Sarkozy, que l’on donnait pour mort il y a deux mois, risque d’être redoutable pour Marine Le Pen. Dès lors que celui-ci apparaîtra comme pouvant l’emporter sur François Hollande, le cauchemar du vote utile se profilera. Le vote utile est un tsunami contre lequel ni le talent, ni la détermination, ni l’argent ne peuvent rien. La probabilité est donc grande que le résultat de Marine Le Pen, au premier tour de l’élection présidentielle, soit inférieur à 15%, ce qui apparaîtrait comme une défaite majeure, avec les conséquences que l’on imagine au sein du Front national. Nous aurons droit à un remake du film « Règlements de comptes à Ok Corral », avec une différence cependant : les acteurs seront tous français et le tournage sera réalisé à Nanterre, au siège du FN, avec probablement quelques prises de vue à Montretout, au domicile de JMLP.…

 

Arno Klarsfeld commence à s’inquiéter

 

Le président franco-israélien en rollers de l’Office français de l’immigration et de l’intégration, grand ami de Nicolas Sarkozy et surtout de Carla Bruni, commence sérieusement à s’inquiéter. Lui qui fut un pourfendeur émérite du racisme, enfin surtout de l’antisémitisme, et favorable à l’intégration des allogènes découvre qu’ « une vague fondamentaliste touche la France » car « une grande partie des Tunisiens de France a voté pour des listes fondamentalistes » lors des dernières élections tunisiennes. Du coup, il se déclare « hostile au droit de vote des étrangers », relevant très justement que le vote des étrangers non-communautaires est reconnu dans beaucoup moins de pays européens que la presse française et les socialistes ne veulent bien le dire. Cette possibilité n’est offerte que dans des petits pays, tels l’Irlande, les pays baltes ou scandinaves où n’existe pas une immigration aussi importante qu’en France. Au Royaume-Uni, seuls les membres du Commonwealth peuvent voter. En Allemagne ou en Italie, les non-communautaires ne le peuvent pas. L’ancien soldat de Tsahal, interrogé par le site Atlantico, relève que le vote islamiste de Tunisiens installés depuis de nombreuses années en France est la preuve que leur intégration n’a pas été une réussite. Rappelons que le même déclarait récemment au sujet du voile islamique : « C’est peut-être un signe de tradition. Moi, je trouve çà charmant et très joli. »

 

Soit. J’aimerais poser quelques questions à Arno Klarsfeld. A qui la faute ? Qu’il lise les livres d’Anne Kling, consacrés au CRIF et à la Licra, deux officines qui ont puissamment contribué à l’invasion de la France. Cela ne l’empêche pas, tous les ans de se rendre au dîner du CRIF. Deuxième question : qui a puissamment contribué au renversement du régime laïc de Ben Ali, pour le remplacer par un régime où les islamistes occupent une position majeure. Qui a installé les islamistes aux commandes de la Lybie. Qui, sinon Sarkozy ?

 

Mais n’attendons pas d’Arno Klarsfeld qu’il critique Sarkozy. Il déclare, ému : « J’ai une grande affection pour Nicolas Sarkozy. Je crois qu’il m’aime bien car il sait que je suis rationnel, gentil et raisonnable. » Quelle argument !

 

« Islamiste modéré », un mot vide de sens

 

Andrea Massari, chercheur à la Fondation Polemia (voir l’excellent site Polemia), a consacré un article fort intéressant à la novlangue actuellement pratiquée par les médias. Parmi ces mots : « Islamiste modéré » : une aberration pour qui connaît la réalité de l’islam et les préceptes du Coran. « Modérés » ou non, les islamistes ont tous, sans exception, pour objectif de rapprocher le droit de la charia, de minorer les femmes et de marginaliser, sinon d’éliminer les minorités chrétiennes.

 

Autre terme très à la mode dans l’hyper classe politico-médiatique : le « populisme » qui ne saurait être qu’extrémiste. Les médias de la superclasse mondiale ne cherchent pas à éclairer l’opinion. Ils cherchent à la formater. Cee ne sont pas des médias d’information, mais des médias de manipulation qui appliquent les commandements du discours dominant. Mais je n’apprends rien de neuf aux lecteurs de Rivarol…

 

DSK et Anne Sinclair s’installent-ils en Israël ?

 

Selon le site JSSNews qui est le premier média israélien francophone en termes d’audience, « depuis plusieurs jours les rumeurs de l’installation de Dominique Strauss-Kahn et d’Anne Sinclair en Israël se propagent. Certains le voyaient déjà à la tête de la Banque d’Israël. » Leur récent séjour en Israël chez leur ami Jean Frydmann, présenté comme un voyage de détente, aurait comme but de préparer l’installation définitive du couple en Israël. Il va nous manquer…

18:41 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.