Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 décembre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

2924130059.jpgLa chronique de Robert Spieler

Publiée dans Rivarol

(n°3027, du 22 décembre 2011)

 

Cinq mille personnes ont participéle 11 décembre, à Paris, à la manifestation de Civitas, menée par son secrétaire général, Alain Escada, contre la christianophobie, pour protester contre les spectacles blasphématoires subventionnés par l’Etat, et demander réparation.

 

Mais que viennent faire les chiites, aux côtés des catholiques ?

 

Une délégation musulmane chiite était présente, menée par Yahia Gouasmi, président du centre Zahra. Penchons nous sur cette curieuse présence. Installé dans la banlieue de Dunkerque, le centre Zahra France est une association musulmane chiite fondée en 2005. Son objectif affirmé est de faire « connaître le message de l’islam. » Il y aurait entre 800.000 et un million de chiites en France, et le centre Zahra prétend être l’organisation la plus active, dont « la vocation première est de faire connaître le message de paix et d’amour de l’islam à travers le regard du prophète et de sa famille. » Elle prétend assurer « l’unité nationale ( ? ) des chiites de France et l’ordonnance du convenable ainsi que l’interdiction du blâmable » L’ordonnance du convenable et l’interdiction du blâmable… Ca va, vous avez compris ? Mais Yiaha Gouasmi a d’autres cordes à son arc. Il est aussi président du Parti Anti-Sioniste et fut présent aux côtés de Dieudonné, lors des élections européennes en région Ile-de-France. Une journée fut consacrée, en juillet 2008, à un étonnant « Appel à l’initiation stratégique amicale entre judaïsme et islam contre sionisme. » Etaient présents : Dieudonné, mais aussi Mohamed Latrèche, le président du Parti des Musulmans de France. Un mois plus tard, on y croisait Kémi Séba, un extrémiste noir dont le mouvement, la Tribu Ka, avait été dissous pour « incitation à la haine raciale » et « antisémitisme. » Kémi Séba s’est depuis converti à l’islam et s’est installé en Afrique. Il dirige le Mouvement des Damnés de l’Impérialisme (MDI) et se singularise par ses provocations et ses déclarations de sympathie pour le Hezbollah. On aura aussi noté, il y a un an, l’étonnante présence d’un rabbin antisioniste. Quant à Jean-Marie Le Pen, il avait aussi fait son petit tour à l’occasion du 30ème anniversaire de la Révolution islamique iranienne. Il est d’ailleurs plus que probable que l’Iran finance le centre Zahra.

 

Un curieux personnage, Yiaha Gouasmi. Le leader du Parti Anti Sioniste entend « éradiquer toutes les formes de sionisme dans la Nation », « libérer l’Etat, le gouvernement et les médias de la mainmise sioniste » et « redonner le pouvoir à la France et aux Français. » Tout un programme. Mais je repose la question : que viennent faire des islamistes aux côtés des catholiques proches de la Tradition? Ce n’est évidemment pas la faute, on l’espère en tout cas, de Civitas si ces curieux oiseaux s’étaient glissés dans la manifestation…

 

Christine Boutin, elle nous manquait…

 

Christine Boutin me manquait terriblement depuis la semaine dernière. Mais, Dieu merci, la revoilà. A propos de la manifestation de Civitas. La présidente du très archi-groupusculaire Parti Chrétien Démocrate vient de déclarer sur France Inter : « Il ne faut pas laisser simplement les minorités intégristes s’exprimer sur le sujet. Les catholiques ne sont pas des extrémistes, des intégristes. Nous sommes une religion de l’amour et de la paix » (exactement ce que déclare au sujet de l’islam le leader chiite Gouasmi). Interrogée sur les manifestations anti-blasphèmes, notre pétroleuse tendance catholique déclare : « Je ne les soutiens pas, je les condamne. »

 

Mais cette pauvre Christine Boutin est folle de rage. Pas contre les blasphémateurs, non, non. Contre l’Elysée et l’UMP qui bloquent, parait-il ses parrainages. Car pour ceux qui l’ignoraient, elle est candidate à l’élection présidentielle. Enfin, elle aimerait l’être car elle a des choses à dire. Mais, déclare-t-elle, elle va se battre : « Je suis en guerre. Je ne pouvais pas imaginer qu’en France on pouvait kidnapper la démocratie. La démocratie cadenassée en France, jamais je ne l’accepterais. » Il était temps que la pauvre chérie se rende compte que nous vivions, en France dans une démocratie totalitaire. En attendant, elle menace : « Je vais débloquer une bombe atomique. » Une bombe atomique… Le journaliste lui demande : « Quelle bombe atomique, où, quand, comment ? » Christine Boutin, les yeux hallucinés, écarquillés de fureur, répond : « Une bombe atomique ». Les amis, on n’a pas fini de rire avec uneoiselle pareille. Comme promis, je vous tiens au courant, d’heure en heure, de ses émotions…

 

Elie Semoun et Dieudonné, c’est reparti

 

Elie Semoun et Dieudonné avaient fonctionné en duo pendant quelques années, avant qu’ils ne se fâchent à mort. Il est vrai que l’humour antisioniste de Dieudonné n’était pas pour plaire à Semoun. Les voici repartis dans le registre de la confrontation artistique. Elie Semoun projette de tourner une comédie sur le Front National. Il s’explique : « J’ai envie de parler de ce sujet. Un juif interprétant un militant de ce parti, à la base, je trouve ça drôle. J’ai écrit le scénario et j’espère tourner le film cet été. » Commentaire amusant d’Axel sur Fdesouche « En tant que grand amateur de pot-au-feu, j’apprécie qu’il nous mijote un gros navet. » Quant à Dieudonné, il s’apprête à sortir prochainement un film (disponible par abonnement sur son site), sobrement intitulé « L’antisémite ». Que le plus drôle gagne…

 

La descente aux enfers de Villepin

 

L’ancien premier Ministre, Dominique de Villepin, a annoncé sa décision d’être candidat à l’élection présidentielle. Une folie, qui s’explique sans doute, notamment, par sa rage d’avoir été menacé par Sarkozy d’être « pendu à un croc de boucher », dans l’affaire Clearstream. La ministre Nadine Morano n’a pas tort quand elle affirme : « Dominique de Villepin est un homme seul, sans moyens financiers, sans mouvement politique », l’encourageant à renoncer à sa candidature. Quant au ministre de l’Education nationale, Luc Châtel, il surnomme cruellement « République solitaire » le mouvement présidé par Villepin, « République solidaire ». Il est pathétique de constater comment un homme qui fut puissant, entouré, admiré, a été lâché par presque tous ses anciens amis. On mesure aussi, là, la terrible puissance du Système, capable d’offrir prébendes, honneurs, titres, ministères à ceux qu’il veut acheter.

 

La plupart de ses soutiens parlementaires ont abandonné Villepin, pour rejoindre Sarkozy. Son ex-directeur de cabinet, Bruno Le Maire, est entré au gouvernement. Georges Tronc l’a lâché en mars 2010 pour devenir secrétaire d’Etat à la fonction publique (depuis, il a eu quelques soucis liés à des harcèlements sexuels). Hervé Mariton a pris, lui aussi,ses distances. Et puis, la porte-parole et cheville ouvrière du mouvement, Marie-Anne Montchamp, n’a su résister à la tentation d’entrer en novembre 2010 au gouvernement, à un poste des plus inexistants : secrétaire d’Etat aux solidarités. Le nouveau porte-parole de République solidaire, Daniel Guarrigue, démissionne à son tour de ses fonctions et du mouvement, quelques temps plus tard. Puis c’est le tour de Chantal Bockel, sa dernière porte-parole de quitter République solidaire, peu de temps après le député Jacques Le Guen. Une descente aux enfers… Rien ne dit, au demeurant, que Dominique de Villepin obtiendra ses 500 parrainages. Sic transit gloria mundi… (ainsi passe la gloire du monde)

 

Les pseudo préfets se goinfrent d’importance

 

Des dizaines de hauts fonctionnaires ont le titre de préfet alors qu’ils ne le sont pas. Ils touchent, en plus de leurs divers émoluments une confortable retraite de préfet de 4000 euros par mois. Parmi ceux-ci, citons les députés et anciens ministres de François Mitterrand, Michel Vauzelle, 66 ans et Michel Delebarre. Ils avaient été nommés de manière discrétionnaire, par le président Mitterrand. J’ai bien connu, à Strasbourg, J.C. P., qui fut adjoint au maire socialiste de Catherine Trautmann, avant de s’opposer violemment à elle. Il me raconta avoir demandé à Michel Rocard, dont il était le chef de cabinet, la veille où le premier ministre quittait ses fonctions, de le nommer préfet. Rocard accepta. Il n’exerça évidemment jamais cette fonction mais se retrouve aujourd’hui être un retraité heureux…

 

Delebarre, quant à lui, perçoit une pension mensuelle de pseudo-préfet de 4000 euros bruts, plus 15.124 euros d’élu, sans compter une indemnité forfaitaire de frais de mandat de député de 6000 euros nets. Une fois retraité, Delebarre aura un modeste pactole de 12.000 euros mensuels. De quoi vivre honnêtement. Rappelons que selon l’Insee, le montant brut des pensions en France s’élevait, en 2009, à 1.196 euros par mois… Au fait, pour votre information… Michel Delebarre a abandonné son mandat de député en septembre 2011. Pour se faire élire sénateur … et la goinfrerie continue…

 

Mazel Tov ! Aliot en Israël

 

C’est le site israélien francophone JSSNews qui nous le révèle. On commence à en savoir un petit peu plus sur les objectifs du voyage de Louis Aliot, secrétaire général du FN et compagnon de Marine Le Pen, en Israël. Il était, en fait, accompagné d’un personnage quelque peu bizarre, Michel Thooris, jeune juif de 31 ans, que nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer dans Rivarol. Il fut membre du Syndicat National des Policiers en Tenue, puis membre d’Action Police CFTC, développant un discours plutôt radical, puisqu’il avait appelé, lors des émeutes en 2005, à une intervention immédiate de l’armée dans les banlieues. En 2007, il s’était présenté aux élections législatives de Paris sous l’étiquette des plus bizarres du Parti Anarchiste Révolutionnaire. Il s’est, par le passé, vanté de connaître le Vice-ministre des Affaires Etrangères Dany Ayalon et a affirmé être prochedu parti nationaliste israélien (entendez en langage politiquement correct, d’extrême-droite) Yisrael Beitenu d’Avigdor Liebermann, celui auprès de qui le premier ministre Netanyahu passe pour un modéré. Il affirme être « Juif selon la halacha », c'est-à-dire la loi juive, tout en n’étant pas pratiquant. Il a un lien commun avec Louis Aliot : Sa famille serait originaire de Tlemcen en Algérie, tout comme le grand-père d’Aliot, lui aussi juif de Tlemcen. Aliot n’est cependant pas de confession juive.

 

Revenons aux objectifs de ce voyage. Selon des informations révélées par des membres de la Ligue de défense juive en France, dont Thooris est très proche, l’objectif était de présenter Thooris comme candidat de la 8ème circonscription des Français de l’étranger, celle où Israël représente le plus grand nombre de votants. Cette circonscription comprend les électeurs français résidant en Israël, bien sûr, mais aussi au Vatican, en Italie, à Chypre, en Grèce, en Turquie, à Saint-Marin et à Malte. L’information a été confirmée par le porte-parole du Front national, Alain Vizier.

 

Du coup, les autres candidats juifs dans cette circonscription se déchaînent. Edward Amiach a déclaré : « Sans le maquillage de ‘jeune dame’ de Marine Le Pen, le FN est le même que sous l’ère Jean-Marie. On y retrouve d’ailleurs toujours les mêmes Chatillon, Gollnisch et Aliot, des vrais antisémites notoires (mais où est-il allé chercher cela ?). C’est un vrai danger pour les Juifs. » Quant à Gil Taïeb, il lance un vibrant appel (les appels sont toujours vibrants ; je ne sais pas si vous l’avez remarqué) : « Pas une voix juive ne doit aller aux extrémistes bruns ni aux anti-sionistes verts. » C’est vraiment trop injuste… Mais que faut-il que Marine Le Penfasse encore pour devenir persona grata en Israël ? Je l’ai dit dans une récente chronique. Il faut qu’elle tue le père, qu’elle expulse du mouvement les quelques nationalistes qui y restent. Qu’elle se couche, encore et encore, et encore davantage. Et cela ne suffira pas. Alors, n’est-il pas grand temps d’arrêter ces reptations ?

 

Les nationalistes français et européens ont-ils à quémander à Israël le droit de défendre leur identité française et européenne ? Non, mais, on rêve !

 

Signatures de Marine Le Pen : encore des soucis

 

Le courageux maire de Sardan, dans le Gard, avait annoncé son intention de donner son parrainage à Marine Le Pen. Il avait même poussé l’audace jusqu’à écrire à ses 250 administrés pour les en informer. Conséquence : le conseil municipal vient de démissionner en bloc. Ce dernier ne lui reproche pas tant sa signature, du moins l’affirment-ils, que sa « gestion totalitaire et autoritaire » de la commune. Les conseillers municipaux ont saisi le Ministère de l’Intérieur, lui demandant de destituer le maire, Philippe Chagnolleau et d’organiser de nouvelles élections. Quand je vous le disais… Marine le Pen a du souci à se faire…

 

Le prochain numéro de Rivarol sortira

le vendredi 6 janvier 2012...

10:49 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 22 décembre 2011

Avez-vous pensé à vous abonner à Synthèse nationale ?

sn2012nb1.jpg

BULLETIN D'ABONNEMENT CLIQUEZ ICI

00:34 Publié dans Livre | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 19 décembre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 001.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

n°3026 du 16 décembre 2011

 

On se souvient de ce retraité de 71 ans, blogueur à ses heures et alsacien de surcroît, qui avait posté en juillet sur son blog un texte intitulé « La Martine de Lille ». Il n’y allait pas de main morte. Francis Neri imputait à Martine Aubry d’être alcoolique, homosexuelle et proche des milieux islamistes. Quant à son mari, Jean-Louis Brochen, il était présenté comme un avocat « défenseur des provocateurs salafistes et communautaristes. » Rien de moins…

 

Martine Aubry et l’alcoolisme

 

Le couple avait assigné le retraité strasbourgeois pour diffamation et atteinte à la vie privée, réclamant chacun 500 euros de dommages et intérêts et la suppression du texte litigieux. On s’attendait à ce que le blogueur fût lourdement condamné. Pas du tout. Le jugement de la 17ème chambre civile du tribunal est assez stupéfiant. Il rappelle que les passages incriminés imputaient notamment à Martine Aubry des « problèmes d’alcoolisme » et d’avoir effectué trois cures de désintoxication. Et il précise : « Ces faits sont précis, mais le défendeur (notre retraité) soutient à juste titre qu’ils ne portent pas atteinte à l’honneur ou à la considération. » Le tribunal se sent obligé de préciser que « l’alcoolisme se définit comme un abus de boissons alcooliques (c’était important de le préciser pour ceux qui l’ignoraient) déterminant un ensemble de troubles. Cet état est considéré comme une maladie et évoqué comme tel dans l’article… » Par conséquent, le tribunal a jugé que ces propos « relatifs à un état pathologique ne sont pas diffamatoires. » En revanche, « l’évocation par insinuation de l’homosexualité réelle (sic) ou supposée, de Martine Aubry, porte atteinte à sa vie privée », a jugé le tribunal, accordant sur ce point un euro de dommages et intérêts à la maire de Lille. Quant à son mari, la 17ème chambre du TGI de Paris, il a été débouté. Motif : « Les propos du blogueur n’étaient pas diffamatoires à l’encontre de Jean-Louis Brochen, mais ‘l’expression d’un jugement de valeur’. » Eh bien, dites donc…

 

Les francs-maçons s’entretuent

 

Le 3 décembre, se tenait la Tenue Annuelle Solennelle de la Grande Loge Nationale de France (GLNF), à Levallois-Perret. C’est au cri de « Démission ! », « Voyou ! » qu’a été accueilli le Grand Maître très contesté, l’avocat François Stifani. Allez sur youtube regarder cette vidéo amusante où Stifani pleurniche lors de son intervention : « Pourquoi autant de violence ? Pourquoi autant de calomnies ? Je n’ai jamais voulu, mes Frères, penser que j’étais dans le vrai, et les autres dans le faux. » « Si, si ! », réplique l’assistance. Et le Grand Maître de poursuivre : « Pourquoi toutes ces attaques ? J’ai sûrement commis des erreurs. » « Oui, oui », réplique la salle, et l’on entend fuser les mots d’oiseau et « Menteur ! » Les leaders de la contestation évoquent « une crise sans précédent, qui tient essentiellement à la personnalité de François Stifani, à la démesure de son ego, ses comportements despotiques, son ambition de vouloir jouer un rôle dans la politique française… »

 

Les délégations africaines (on sait que les Africains sont friands de singeries en tablier), encadrées par les CRS, furent accueillies par des cris : « Les valises, les valises ! » Les présidents africains Sassou N’Guesso et Ali Bongo avaient prudemment boudé la cérémonie.

 

Mais pourquoi tant de haine ? Beaucoup de dignitaires et de Grands Maîtres provinciaux lui reprochent un mode de gouvernance trop personnel, bref, de se comporter en tyranneau, et aussi l’opacité des comptes et des décisions. Certains ne sont pas loin de le soupçonner d’ « avoir tapé dans la caisse ». Autre motif de fureur : Stifani n’avait rien trouvé de plus intelligent que de déclarer qu’il mettait les 43.000 membres de son obédience à la disposition de Nicolas Sarkozy, en vue de sa réélection… On a beau faire partie d’une obédience connue pour son affairisme, on n’en a pas moins des convictions. Alain Juillet, ancien numéro 2 de la DGSE, et principal opposant de Stifani nous explique sans rire : « La franc-maçonnerie repose sur la fraternité. » En attendant, un administrateur judiciaire a été nommé par la cour d’appel de Paris pour gérer les affaires de l’organisation, après la démission de son conseil d’administration… Qu’est-ce qu’ils sont drôles, ces clowns en tablier !

 

Il est méprisable de mépriser le Peuple

 

Dominique Martin est le responsable des parrainages d’élus dans le cadre de la campagne présidentielle de Marine Le Pen. L’hebdomadaire Minute nous révèle que Marine Le Pen approche les 400 promesses de signatures (Carl Lang en est, à ce compte, à près de 1000…). Il déclare qu’il est le seul à connaître le vrai chiffre : « Même Marine ne sait pas les chiffres exacts et nous refusons par principe de communiquer sur ce sujet… ! » Je ne connais pas Dominique Martin, mais j’aimerais bien le connaître. Ca m’a l’air d’être un grand spécialiste de la communication et de la propagande. Dans le registre pataphysicien : Alfred Jarry et le roi Ubu… Il développe auprès des militants du FN sa théorie de la propagande dans un enregistrement hilarant, si l’on peut dire, à écouter sur le blog La Flamme. Cela date de 2007, où il est candidat à une élection. Il met les moyens : un cd (en chanson) à sa gloire et surtout, un sublime commentaire. Son antienne : il faut faire démagogique. Ecoutons ce génie de la com : « Y a un mois, moi, j’ai fait le repas des anciens, c’est 600 personnes à Cluses. Deux heures de temps. ‘Et comment ça va René ?, Et comment va Marcel ?’ » Commentaire de Dominique Martin : « Et bien démago, puisque j’y suis allé avec trois de mes quatre enfants. Ca, ca le fait, ils aiment. » Et puis… « La semaine d’après, je suis allé à la paëlla des Portugais. Ca vote aussi. Mais je ne suis pas passé par l’entrée là, j’ai été encore plus démago. Parce que les Portugais ils font tout à la main, roulé sous les aisselles. Je suis passé par l’arrière, dans les cuisines, voir les petites mains. Et rentré dans la salle. Ding-dong, vous sonnez, et la porte s’ouvre, c’est : « Là, là, viens voir qui c’est qui est là, c’est Monsieur Martin. » Ne dites pas que c’est pas beau ça, que c’est pas profond ? Mais ne partez pas tout de suite : une finale grandiose ! Il explique qu’il convient de faire les sonnettes ; mais attention, pas n’importe comment ! Voici la recette du chef : « A la porte maximum une minute trente. Et pareil, démago à mort. Comme elle est jolie cette petite fille, et ce petit chat, comment il s’appelle ? » Il est mignon, Dominique Martin, mais à mon avis, avec un tel oiseau, Marine Le Pen a du souci à se faire…

 

Bougrab accusée de « haute trahison »

 

Dans une interview au Parisien, Jeannette Bougrab, secrétaire d’Etat à la Jeunesse, s’inquiétait du succès électoral des partis islamistes dans les pays arabes. S’exprimant à titre personnel, en tant que « femme d’origine arabe », elle a déclaré que la notion d’ « islamisme modéré » défendu par le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, était une absurdité (certes, ce n’est pas le terme exact qu’elle a utilisé, mais cela y ressemble, en langage diplomatique). Elle a notamment évoqué le sort des femmes en terre d’islam. Du coup, Jean-Paul Faugère, le directeur de cabinet de François Fillon, s’est fendu d’un coup de fil rageur, lui reprochant de remettre en cause la politique étrangère de la France (copilotée, comme chacun le sait, par B.H. Lévy), allant jusqu’à l’accuser de « haute trahison ».

 

En attendant, 76% des Français pensent que « l’islam progresse trop en France », et 66% pensent qu’il y a « trop d’immigrés en France ». Ils ne sont plus que 14% à penser que l’Etat devrait aider à financer la construction des mosquées. Et 79% pensent qu’ « il y a trop d’assistanat et que beaucoup de gens abusent des aides sociales. » Etonnant, n’est-ce pas ?

 

Mais, pas d’inquiétude. Les collabos (vous savez, ceux qui se feront égorger les premiers quand les hordes déferleront) fonctionnent à plein régime. La Cour administrative de Nancy vient de condamner la commune de Saint-Ruffine, en Moselle, pour nuisances sonores. Un couple qui habite l’ancien presbytère, à côté de l’église avait poursuivi la commune pour faire taire les cloches entre 20h et 8h. La commune a été condamnée à lui verser 1.500 euros de dommages et intérêts. Certes, 250 familles, sur 270 avaient signé la pétition pour le maintien des cloches. Mais la démocratie totalitaire, c’est çà… Remarque de bon sens d’un habitant de Saint-Ruffine : « Si l’on achète près d’une voie ferrée, va-t-on demander aux trains d’arrêter de passer ? » Et l’on pourrait rajouter : Si l’on achète un gite à la campagne, va-t-on interdire aux vaches de meugler, aux moutons debêler, auxoiseaux de pépier,aux hiboux de hululer,aux cigales de striduler et aux crétins de crétiner ?

 

Mais ce n’est pas fini, pour ce qui concerne la course au prix Nobel de la connerie. Après de nombreuses années de présence dans la galerie marchande du Chesnay (78), le santonnier d’Aubagne « les 2 Provençales » a reçu une lettre de la zone commerciale Parly 2 lui disant : « Le Centre ne souhaite pas renouveler le décor de la crèche panoramique ainsi que votre stand de santons. » Nous avons appelé les responsables de Parly 2 pour avoir une explication. Réponse : « Cela ne correspond pas à l’image du Centre Commercial ». Ils veulent s’enrichir sur l’image de Noël, sans en accepter la signification, tant est grande la crainte de déplaire aux musulmans ? Ils veulent avoir le beurre et l’argent du beurre ?, Eh bien, qu’ils aillent au diable. Nous irons acheter nos cadeaux, là où trôneront les symboles de ce qui est un des socles de l’identité européenne.

 

Christine Boutin, une pauvre chérie

 

Christine Boutin, présidente du fantomatique Parti Chrétien-Démocrate, fait partie de ma ménagerie dans lesquels j’ai enfermé les personnages les plus improbables, les plus bizarres et les plus cinglés. J’ai promis à mes lecteurs de les tenir informés, d’heure en heure, de ses émois. Je tiens à tenir parole. Lors du Grand Journal de Canal+ du 24 novembre, Christine Boutin s’est déclarée favorable au droit de vote des étrangers, expliquant : « Ces personnes sont là depuis très longtemps, paient des impôts, participent à la richesse du pays. (Mais où est-elle allée chercher ça ?) Je trouve que la situation actuelle n’est pas normale. »Elle se pose cependant courageusement la question : « Est-ce le moment de la traiter ? », pour répondre qu’il y a des sujets plus urgents, liés à la crise. Ce n’est pas du courage, c’est de l’héroïsme… Christine Boutin, qui a l’ambition de se présenter à l’élection présidentielle, encore qu’elle rame considérablement pour engranger les signatures, a la prétention d’être une grande stratège, doublée d’une analyste politique de très grande envergure. Elle l’affirme sans ambiguïté dans Valeurs actuelles : « Ce n’est pas à Sarkozy que je vais voler des voix, c’est à Marine Le Pen. » Elle est cependant sévère avec la droite version UMP : « L’UMP met tout en œuvre pour étouffer ma candidature. Cette semaine, Jean-François Copé a réuni les cadres du parti pour leur indiquer qu’il fallait parrainer exclusivement le candidat de l’UMP. Je ne pouvais pas imaginer qu’un parti républicain et démocrate puisse avoir de telles pratiques ; je trouve cela scandaleux. L’UMP refuse l’expression diverse. Ce parti cadenasse la démocratie. » Pauvre chérie ! Se faire traiter ainsi, elle qui apporte un rayon de soleil dans ce monde de brutes qu’est la politique. Elle se plaint amèrement. Elle n’a que 150 signatures, alors qu’en 2002, elle en avait 700 et déclare que « c’est inquiétant ». Alors, va-elle s’en prendre à l’UMP et à Sarkozy ? Mais pas du tout ! Elle explique : « Je porte des propositions concrètes, et après le premier tour, je discuterai avec le candidat de la droite républicaine qui sera présent au second tour en toute transparence. » Après avoir déclaré au sujet de Sarkozy et du mariage homosexuel : « Il n’a pas d’exigences anthropologiques suffisamment importantes pour pouvoir résister aux lobbies qui l’entourent. Nicolas Sarkozy pense à sa personne, pas à ses idées. Il raisonne en parts de marché. Il acceptera de légaliser le mariage homosexuel s’il croit que c’est une part de marché. » Mais que ne ferait pas Christine Boutin pour obtenir un tout petit poste de sous-ministre ?

 

Chaque vendredi, achetez Rivarol chez votre marchand de journaux : 3,50 €

 

Le blog de Robert Spieler cliquez là

17:48 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Mercredi 14 décembre, réunion de la Nouvelle Droite Populaire à Paris avec Carl Lang...

SDC11980.JPG

Robert Spieler, Carl Lang, Roland Hélie et Philippe Graff.

Par Synthèse nationale

Mercredi 14 décembre, la dynamique délégation francilienne de la Nouvelle Droite Populaire, animée par Philippe Graff, organisait une réunion dans le salon d'un grand Hôtel parisien du quartier de l'Opéra. L'invité d'honneur de cette belle soirée n'était autre que le candidat de la Droite nationale à la présidentielle Carl Lang.

Dès 19 h 30, le salon était presque plein et les nationalistes continuaient à arriver. Après les chaleureux remerciements de Philippe Graff à son public, Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale et secrétaire national de l'Union de la Droite Nationale, retraça les activités du mouvement depuis la rentrée de septembre Le point culminant de cet automne militant fut incontestablement la belle réussite de la 5e journée de Synthèse nationale le 11 novembre dernier à Paris. Mais, sur le plan politique, l'annonce de la candidature de Carl Lang à la présidentielle de 2012 et la création de l'Union de la droite nationale (UDN), le 8 novembre, furent des moments essentiels.

Robert Spieler, délégué général de la Nouvelle Droite Populaire et chroniqueur à Rivarol, se livra, pour sa part à une habile dénonciation de la dédiabolisation engagée par le FN mariniste. Il faut dire que le récent voyage du secrétaire général de ce mouvement en Israël tombe à pic pour donner des arguments à Robert Spieler : "Si j'étais juif, je serais probablement sioniste, si j'étais Palestinien, je serais certainement dans la résistance palestinienne, mais il se trouve que je suis français et européen alors je n'ai pas à choisir entre ces deux camps étrangers à ma culture et à mon identité. Je me bats, nous nous battons pour la France et pour l'Europe" s'exclama sous les applaudissements d'une salle conquise le dirigeant de la NDP.

Puis ce fut au tour de Carl Lang de prendre la parole pour exposer le sens profond de sa candidature à la présidentielle. Avec talent et détermination le président du Parti de la France présenta aux militants de la NDP les grandes lignes de son projet pour la France. Carl Lang, qui a été pendant quinze ans député européen, sait de quoi il parle lorsqu'il évoque la crise qui traverse notre continent. Les solutions qu'il préconise sont sérieuses et élaborées. Cela change des discours simplistes à l'emporte pièce et sans fondement idéologique trop souvent entendu dans le clan mariniste.

Après son discours, un débat d'une très haute tenue s'instaura entre Carl Lang, Robert Spieler et la salle. Il fut question de l'Euro, de la colonisation de notre continent, de la recherche des signatures, du droit de vote aux étrangers, de la Grèce, de la nécessité de rétablir un protectionnisme européen... Autant de sujets qui passionnent l'assistance et auxquels Carl Lang apporta des réponses qui enthousiasmèrent la salle.

La soirée se termina par un pot amical au cours duquel les militants purent échanger leurs impressions. De nombreuses nouvelles adhésions furent enregistrées.

 

SDC11992.JPG

 

SDC11984.JPG

 

17:47 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 12 décembre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

2924130059.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

N°3025, du 9 décembre 2011

 

Très intéressante émission de France 3, mercredi 30 novembre, à 20h 35 (vous la retrouverez sur internet). Son titre : « Le diable de la République ». Elle raconte de façon fort objective l’histoire du Front national. Beaucoup croient, y compris au FN, que c’est Jean-Marie Le Pen qui a fondé son mouvement. Rien de plus faux. Ce sont les dirigeants d’Ordre Nouveau, dont son chef charismatique Alain Robert (qui finira mal : conseiller général du RPR), François Brigneau et Roland Gaucher qui eurent l’idée de créer un Front national qui permettrait de fédérer les énergies nationalistes et d’élargir le socle d’Ordre Nouveau, qui restait une organisation regroupant essentiellement des jeunes. Mais il fallait trouver une « potiche » présentable qui acceptât d’en assurer la présidence. Et on alla chercher Le Pen qui ne représentait plus rien, politiquement, mais qui avait une certaine notoriété, liée au poujadisme et à la campagne présidentielle de Tixier Vignancour. La composante des amis de Le Pen ne pesait pas lourd au FN, alors qu’Ordre Nouveau dominait totalement la nouvelle organisation. Catastrophe : suite à un gigantesque meeting d’Ordre Nouveau, le 21 juin 1973, à la Mutualité, destiné à montrer la force de cette composante au sein du FN, de violents affrontements eurent lieu avec la Ligue communiste dirigée par Alain Krivine, entraînant la dissolution des deux organisations. Le Pen en profita pour prendre la main, entraînant le d épart de la plupart des fidèles d’O.N., dont votre serviteur, qui créèrent le Parti des Forces Nouvelles (PFN), qui fut durant près de 10 ans le rival (bien plus dynamique) du FN.

 

L’histoire du Front national

 

On connaît la suite de l’aventure. On pourra voir des interviews de François Brigneau, Carl Lang, Bruno Mégret, Pierre Vial et bien d’autres. Relevons cette perle, signée Michel Rocard : « Hitler fut un élu du suffrage universel. » Des propos similaires valurent à Le Pen d’être traîné devant les tribunaux et condamné. Le Pen déclare : « Depuis de nombreuses années, je vois qu’on nous affublés de la tunique du diable. » Roger Holeindre lui réplique : « Je ne veux pas être dédiabolisé ». On reverra avec grand intérêt un extrait du discours de Le Pen sur la dalle d’Argenteuil, où il déclarait, s’adressant aux « Jeunes » : « Si certains veulent vous karchériser pour vous exclure, nous voulons, nous, vous exclure de ces ghettos de banlieue, où les politiciens vous ont parqués pour vous traiter de racaille par la suite. » Cris de quelques « Jeunes » présents : « Cochon ! » Commentaire des plus pertinents du journaliste présentant l’émission : « Déboussolés par la stratégie de Nicolas Sarkozy et par les divagations de Le Pen, qui s’égare dans la conquête du vote arabe des cités, que Sarkozy voulait karchériser, les électeurs votent Sarkozy. Le Pen est battu sur son propre terrain… »

 

Relevons ce propos de Roger Holeindre : « Je pense que Jean-Marie Le Pen a favorisé sa fille parce qu’elle s’appelle Le Pen, c’est tout » ; et puis Carl Lang : « Dans sa psychologie, le FN, c’est lui. On n’est plus dans le domaine du Front national, on est dans le domaine du Front familial ». Et puis, pour la bonne bouche, cette phrase d’une grande profondeur de Marine Le Pen : « Que nous soyons homosexuels, juifs, musulmans, noirs, blancs, nous sommes tous français. » Amen.

 

FN : les dérives continuent

 

L’avocat franc-maçon Gilbert Collard est le président du comité de soutien de Marine Le Pen à l’election présidentielle. Lisez ses propos, tenus il y a quelques jours sur France 2. Il déclare que l’on pouvait rejoindre Marine Le Pen « sans épouser les idées du Front national ». « J’ai pour rôle d’amener le maximum d’hommes et de femmes à Marine, pas forcément au Front, parce qu’on peut rejoindre Marine Le Pen sans pour autant épouser les idées du Front national. » Il prend pour exemple la peine de mort : « Je suis contre, je suis tout à fait opposé (…), donc je me sens plus à l’aise au comité qu’au parti. » Selon Gilbert Collard, « il n’y a pas d’incompatibilité entre le fait de rejoindre Marine et le fait de défendre les Droits de l’Homme. » Et Jean-Marie Le Pen, dans tout ce salmigondis ? « Il est comme mon père, Jean-Marie Le Pen (…) parfois on se querelle avec beaucoup de respect, parce que je vois en lui l’image d’un père avec lequel je ne me suis jamais entendu. » Et ses petites phrases ? « Je l’ai toujours dit, je ne suis jamais arrivé à comprendre… Ces petites phrases, moi je les condamne », a-t-il conclu. Si vous voulez mieux faire connaissance de Gilbert Collard, rendez vous sur son site gilbertcollard-leblog.com. Dans la rubrique « les liens », pas de renvoi vers le site de Marine Le Pen, mais un renvoi vers le parti radical de Jean-Louis Borloo… A votre avis, ce cirque va-t-il encore durer longtemps avant que Jean-Marie Le Pen ne commence à s’énerver ?

 

Marine Le Pen a du souci à se faire

 

Malgré sa médiatisation, le fait est, relevé par tous les observateurs, que sa campagne ne décolle pas. Son discours et la présentation de son programme, lors de la récente convention organisée par Marine Le Pen, où son père brillait par son absence, ont semé la consternation chez un grand nombre de participants. C’était, à les écouter, « nul ». La recherche de signatures se révèle plus que difficile. La faute, bien sûr, au fait que les maires qui signeront verront leurs noms étalés sur la place publique. La faute aussi à l’affaiblissement considérable du mouvement, suite au départ de nombre de ses meilleurs cadres et à une démobilisation générale. La faute aux purges successives qui ont fini par purger le potentiel de signatures et de relais locaux. Sans véritables relais locaux talentueux, comment faire ? C’est l’énergie et le talent d’organisateur de Carl Lang qui avaient sauvés Le Pen lors des précédentes Présidentielles. Carl Lang est parti et sera le candidat de l’Union de la Droite Nationale. Plus rien à espérer non plus de l’UMP qui avait apporté un nombre conséquent de signatures, notamment corses, à Le Pen. Cette fois-ci, Sarkozy n’a aucun intérêt à une candidature de MLP. Son absence, qui serait au demeurant scandaleuse, apporterait à Sarkozy, au premier tour, de précieux pourcentages qui lui permettraient de creuser le fossé avec le résultat de François Hollande, créant ainsi la possibilité d’une dynamique victorieuse au second tour. Sarkozy sait que les sondages concernant Marine Le Pen, en baisse au demeurant, sont probablement surévalués. La faute, non pas vraiment à des manipulations volontaires, mais aux fameux « redressements » qu’effectuent les instituts de sondage par rapport aux données brutes. Les électeurs du FN, comme ceux du PC, « mentent » en effet aux sondeurs et ne livrent pas tous leurs intentions de vote. Les sondeurs le savent évidemment et « redressent » les résultats bruts en fonction d’élections précédentes. JMLP ayant été bien plus diabolisé que sa fille, il est fort à parier que les redressements effectués en fonction des élections précédentes surévaluent le résultat de Marine Le Pen.

 

Par ailleurs, il n’est pas exclu que des remous sérieux se produisent dans les prochaines semaines au sein du FN et de l’équipe de MLP. Plusieurs cadres de la campagne présidentielle, dont Paul-Marie Coûteaux, qui avait été présenté comme une prise de choix, viennent déjà de se retirer du dispositif. D’autres vont suivre.

 

La remontée de Nicolas Sarkozy, que l’on donnait pour mort il y a deux mois, risque d’être redoutable pour Marine Le Pen. Dès lors que celui-ci apparaîtra comme pouvant l’emporter sur François Hollande, le cauchemar du vote utile se profilera. Le vote utile est un tsunami contre lequel ni le talent, ni la détermination, ni l’argent ne peuvent rien. La probabilité est donc grande que le résultat de Marine Le Pen, au premier tour de l’élection présidentielle, soit inférieur à 15%, ce qui apparaîtrait comme une défaite majeure, avec les conséquences que l’on imagine au sein du Front national. Nous aurons droit à un remake du film « Règlements de comptes à Ok Corral », avec une différence cependant : les acteurs seront tous français et le tournage sera réalisé à Nanterre, au siège du FN, avec probablement quelques prises de vue à Montretout, au domicile de JMLP.…

 

Arno Klarsfeld commence à s’inquiéter

 

Le président franco-israélien en rollers de l’Office français de l’immigration et de l’intégration, grand ami de Nicolas Sarkozy et surtout de Carla Bruni, commence sérieusement à s’inquiéter. Lui qui fut un pourfendeur émérite du racisme, enfin surtout de l’antisémitisme, et favorable à l’intégration des allogènes découvre qu’ « une vague fondamentaliste touche la France » car « une grande partie des Tunisiens de France a voté pour des listes fondamentalistes » lors des dernières élections tunisiennes. Du coup, il se déclare « hostile au droit de vote des étrangers », relevant très justement que le vote des étrangers non-communautaires est reconnu dans beaucoup moins de pays européens que la presse française et les socialistes ne veulent bien le dire. Cette possibilité n’est offerte que dans des petits pays, tels l’Irlande, les pays baltes ou scandinaves où n’existe pas une immigration aussi importante qu’en France. Au Royaume-Uni, seuls les membres du Commonwealth peuvent voter. En Allemagne ou en Italie, les non-communautaires ne le peuvent pas. L’ancien soldat de Tsahal, interrogé par le site Atlantico, relève que le vote islamiste de Tunisiens installés depuis de nombreuses années en France est la preuve que leur intégration n’a pas été une réussite. Rappelons que le même déclarait récemment au sujet du voile islamique : « C’est peut-être un signe de tradition. Moi, je trouve çà charmant et très joli. »

 

Soit. J’aimerais poser quelques questions à Arno Klarsfeld. A qui la faute ? Qu’il lise les livres d’Anne Kling, consacrés au CRIF et à la Licra, deux officines qui ont puissamment contribué à l’invasion de la France. Cela ne l’empêche pas, tous les ans de se rendre au dîner du CRIF. Deuxième question : qui a puissamment contribué au renversement du régime laïc de Ben Ali, pour le remplacer par un régime où les islamistes occupent une position majeure. Qui a installé les islamistes aux commandes de la Lybie. Qui, sinon Sarkozy ?

 

Mais n’attendons pas d’Arno Klarsfeld qu’il critique Sarkozy. Il déclare, ému : « J’ai une grande affection pour Nicolas Sarkozy. Je crois qu’il m’aime bien car il sait que je suis rationnel, gentil et raisonnable. » Quelle argument !

 

« Islamiste modéré », un mot vide de sens

 

Andrea Massari, chercheur à la Fondation Polemia (voir l’excellent site Polemia), a consacré un article fort intéressant à la novlangue actuellement pratiquée par les médias. Parmi ces mots : « Islamiste modéré » : une aberration pour qui connaît la réalité de l’islam et les préceptes du Coran. « Modérés » ou non, les islamistes ont tous, sans exception, pour objectif de rapprocher le droit de la charia, de minorer les femmes et de marginaliser, sinon d’éliminer les minorités chrétiennes.

 

Autre terme très à la mode dans l’hyper classe politico-médiatique : le « populisme » qui ne saurait être qu’extrémiste. Les médias de la superclasse mondiale ne cherchent pas à éclairer l’opinion. Ils cherchent à la formater. Cee ne sont pas des médias d’information, mais des médias de manipulation qui appliquent les commandements du discours dominant. Mais je n’apprends rien de neuf aux lecteurs de Rivarol…

 

DSK et Anne Sinclair s’installent-ils en Israël ?

 

Selon le site JSSNews qui est le premier média israélien francophone en termes d’audience, « depuis plusieurs jours les rumeurs de l’installation de Dominique Strauss-Kahn et d’Anne Sinclair en Israël se propagent. Certains le voyaient déjà à la tête de la Banque d’Israël. » Leur récent séjour en Israël chez leur ami Jean Frydmann, présenté comme un voyage de détente, aurait comme but de préparer l’installation définitive du couple en Israël. Il va nous manquer…

18:41 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

samedi, 10 décembre 2011

Mercredi prochain, 14 décembre, à Paris, réunion de la Nouvelle Droite Populaire avec comme invité Carl Lang...

287900830.jpg

14:58 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 07 décembre 2011

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 011.jpgPar Robert Spieler

Publié dans Rivarol

N°3024 du 2 décembre 2011

 

« C’est en tant que juif que j’ai participé à l’aventure politique en Libye, que j’ai participé à cette aventure politique, que j’ai contribué à définir des fronts militants, que j’ai contribué à élaborer pour mon pays et pour un autre pays (lequel, on sait pas. Silence dans les rangs !). » « Je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas été juif. », déclare Bernard-Henri Lévy lors de la première convention nationale organisée par le Crif, le Conseil représentatif des organisations juives de France.

 

Incroyable : On apprend que Bernard-Henri Lévy serait juif

 

On ignorait qu’il fût juif. Le Crif tenait, dimanche 20 novembre, sa convention nationale, sur le thème « Demain les Juifs de France », devant 800 personnes et de nombreux intellectuels, politologues, sociologues et chercheurs, déclare le site du Crif. Chercheurs en quoi ? On ne sait pas, et puis, aucune importance… BHL était présent, déclarant « Ce que je vous dis là, je l’ai dit à Tripoli, à Benghazi, devant des foules arabes. Je l’ai dit lors d’une allocution prononcée le 13 avril dernier sur la grand place de Benghazi devant 30.000 jeunes combattants représentatifs de toutes les tribus de Libye : « c’est en tant que juif que j’ai participé à l’aventure politique en Libye » . Merci de l’info…

 

Le général Cosgrove rentre dans la gueule des pétasses…

 

Le Major Général australien Peter Coscrovevient d’être interviewé par une radio au sujet d’un camp scout accueilli par l’armée australienne. La pétasse de service l’interroge. « Qu’allez-vous enseigner aux scouts sur votre base ? » Réponse : « Entre autres choses, le tir à l’arc, le tir à la carabine, le canoë et l’escalade » La pétasse insiste : « Le tir, vous ne trouvez pas ça irresponsable ? Admettez ; quand même, que le tir est une activité très dangereuse à enseigner aux enfants ! » Réponse calme du général : « Je ne vois pas pourquoi ; d’ailleurs il s’agit de scouts, donc d’adolescents. Nous leur enseignerons la discipline nécessaire au maniement d’armes à feu, avant qu’ils n’en touchent une. » La journaliste : « Admettons, mais vous les équipez pour en faire des tueurs violents ! »

 

Exceptionnelle réplique du Général : « Mais… Madame, en vous regardant, je constate que vous êtes parfaitement équipée pour faire de la prostitution… En faites-vous ? »

 

DSK et Mitterrand

 

DSK et Mitterrand se seraient partagés de jeunes prostituées en Indonésie., C’est en tous cas ce que révèle le Nouvel Observateur. Suit un épisode amusant. Laurent Joffrin, patron du Nouvel Obs, est l’invité du « Petit Journal de Canal+ ».Son hebdo vient de consacrer un dossieraux affaires DSK avec un titre : « La vie cachée de DSK ». Apparemment, il ne le sait pas. Il ne lit pas le journal qu’il dirige … Yann Barthès lui dit : « Vous balancez sur François Mitterrand, qui se serait envoyé de jeunes prostituées, en Indonésie, en voyage officiel avec DSK ? » Réponse de Joffrin : « Pas du tout ». Suit un échange surréaliste. Joffrin croit, visiblement, à une blague de l’animateur. « François Mitterrand ? » ; « C’est dans l’article ! », dit le journaliste. « Mais non, ce n’est pas dans l’article. Vous l’avez lu dans l’article ? Vous avez une drôle de manière de lire ! », rétorque Joffrin. Et Joffrin d’oser : « On peut vérifier ». Vérification faite, en direct, Barthès, sans doute quelque peu sadique, lit le passage en question, concluant : « Vous l’avez lu, votre article ? »

 

Bravo Rachida Dati !

 

C’est Clara Halter, la femme de Marek, qui l’avait conçu. Inauguré au Champ-de-Mars, le 30 mars 2000 par Jacques Chirac, cet affreux « Mur de la paix », long de 16 mètres, est inspiré du Mur des lamentations de Jérusalem et compte douze panneaux de verre sur lesquels sont inscrits le mot « paix » en 32 langues, dont l’hébreu, le chinois, l’arabe et l’hindi. Ce Mur de la Paix est aussi une association dont le président est Pierre Bergé, fondateur et bailleur de fonds de SOS-Racisme. A l’origine, ce « monument » devait être installé pendant trois mois. Mais le provisoire a duré… Beaucoup de parisiens considèrent que cette « œuvre » est un chancre monstrueux dans ce magnifique environnement. Des touristes la confondent avec une pissotière et viennent y graver leur nom et leur date de passage… Rachida Dati, maire du VIIème arrondissement de Paris s’était énervée et avait lancé une pétition sur le site de sa mairie, où elle « invitait ses administrés à se mobiliser pour obtenir le démontage immédiat du Mur de la Paix, qui obstrue la perspective classée de l’Ecole Militaire à la Tour Eiffel, en violation de la loi. » Elle allait même plus loin, se disant « choquée par les méthodes et les déclarations mensongères de M. et Mme Halter, en vue d’obtenir la pérennisation de leur création sur le Champs-de-Mars (…), occultant systématiquement le caractère illégal de ce mur. »Fureur du couple Halter qui attaque Rachida Dati en justice, pour « diffamation ». En octobre, le procureur juge que les propos tenus sont « désagréables, pas diffamatoires. »

 

Rachida Dati n’est certes pas de nos amies. Mais saluons son courage. S’attaquer à une icône du Système, qui plus est grand ami de Sarkozy, qui lui a remis en juin 2008 les insignes d’officier de la Légion d’honneur, il fallait oser. Rappelons-nous ce que le journaliste français Piotr Smolar écrivait au sujet de Marek Halter dans la revue XXI, en octobre 2008 : « C’est un personnage fascinant, un bonimenteur faisant un usage esthétique du mensonge ». Et il pointait ses amitiés sulfureuses, politiques et financières, et ses trous de mémoire. Il rappelait aussi qu’il fut soupçonné par la DST d’être « un agent des services israéliens ». La DST s’opposa, sans succès, à son obtention de la nationalité française. Lionel Stoléru et Simone Veil durent peser de tout leur poids pour qu’il l’obtienne. En attendant, les Halter invitent les parisiens et les touristes à glisser dans les interstices du mur, comme dans celui de Jérusalem, leurs missives et leurs vœux. Mazel Tov !

 

Rachida Dati : Quel malheur d’avoir un frère…

 

Rachida Dati a un frère cadet, Djamal. Ce sont des choses qui arrivent. En juin, le tribunal correctionnel de Verdun avait condamné le frère de l’ex ministre de la Justice à une peine de prison de deux ans, dont un ferme, pour des violences aggravées sur son ex-compagne. Une longue liste de délits, où trônent notamment des affaires de trafic de drogue en France et en Belgique, agrémente son curriculum vitae. Le plus amusant est qu’en 2007, il avait été jugé à Nancy dans une affaire de trafic de stupéfiants (une de plus), au moment même où sa sœur présentait devant l’Assemblée un projet de loi sur la récidive. Il paraît que Rachida Dati n’est pas contente et ne lui adresse plus la parole. Curieux… Toujours est-il que notre ami Djamal s’est fait cueillir, il y a dix jours, à l’aéroport d’Orly, alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion pour Oran et l’Algérie, son pays d’origine…

 

Un curieux dinosaure : Le CNIP

 

Le CNIP est le Centre National des Indépendants et Paysans, qui connut son heure de gloire avec Antoine Pinay. Cela remonte, certes, à quelques siècles. Mais le CNIP survit. Avec, à sa tête, Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet, qui a décidé d’être présent à l’élection présidentielle. Disons, qu’il tente d’être présent… Son objectif ? « Redonner la fierté de la France aux Français pour un respect vigilant des principes de la République et des valeurs de la Nation. » C’est pas mal, non ? Bon, d’accord, n’allez pas chipoter. Il est favorable à l’avortement, au Pacs, et a brillé par son absence lors de la défense du repos dominical. Mais que ne ferait-on pas pour être porte-serviette d’un sous-ministre ?

 

L’Elysée ne sait pas écrire le français

 

Le palais présidentiel vient de faire paraître un court communiqué saluant la mémoire de la veuve de François Mitterrand. Problème : il est truffé de fautes. Six en dix lignes. Ca fait beaucoup. Ainsi, « elle n’abdiqua jamais ses valeurs et poursuivi (sic) jusqu’au bout de ses forces les combats qu’elle jugeait justes. » « Ni la victoire, ni l’épreuve ne la firent dévier du chemin qu’elle s’était tracée (re-sic) » « Elle su (re-re sic) faire preuve d’une indépendance d’esprit » ; etc…, etc…. Au nom de la solidarité républicaine, à laquelle Rivarol est, comme chacun le sait, très attaché, je me suis autorisé à écrire à l’Elysée, pour proposer que Jérôme Bourbon et Anne Kling, qui, comme nul ne l’ignore, ne font jamais de fautes, corrigent les communiqués de l’Elysée, avant diffusion. Pas de réponse pour l’instant…

 

Une crèche sur les Champs-Elysées

 

La paroisse Saint-Pierre de Chaillot a demandé à la Mairie de Paris l’autorisation d’installer une crèche sur les Champs-Elysées, dans l’un des chalets du marché de Noël, qui vient d’ouvrir ses portes. La mairie de Paris n’a pas vu « de difficulté » à la présence de santons à quelques mètres de la Concorde, « mais à condition que cette crèche n’ait pas une connotation religieuse trop prononcée. » Les santons font un mètre de haut (ce qui fait, aux yeux de Delanoë, un mètre de trop) et ont été fabriqués par des religieuses de la congrégation de Bethléem. Les visiteurs du marché pourront voir les santons, certes, mais la mairie a demandé à la paroisse de s’engager à ce qu’il n’y ait ni animations, ni présence humaine à côté du chalet ! Si le diable se niche dans les détails, la connerie, elle, s’étale à la Mairie de Paris… Cela me rappelle cette phrase de Gide : « J’aurai commencé ma vieillesse, le jour où j’aurai cessé de m’indigner. » Les lecteurs de Rivarol, eux, resteront éternellement jeunes !

 

Ségrégation hommes / femmes en Israël

 

Entre 2007 et 2011, l’Etat hébreu est passé de la 36ème à la 55ème position du Global Gender Gap Index, publié par le Forum économique mondial, qui mesure les différentiels hommes-femmes dans 135 pays. Cette année, Israël se classe derrière la Mongolie, le Kirghizistan et la Namibie. La faute aux juifs ultra-orthodoxes qui représentent un quart des habitants de Jérusalem et un dixième des habitants d’Israël. Ils ne sont pas franchement des modèles de tolérance… Les femmes sont ainsi littéralement expulsées des affiches publicitaires de Jérusalem.Les affiches représentant des femmes sont souvent systématiquement arrachées, poussant les annonceurs à l’autocensure. En octobre, pendant les fêtes juives, une rue du quartier religieux de Mea Shearim, à Jérusalem, a pour la première fois été divisée en deux : un trottoir pour les hommes, un autre pour les femmes. L’armée connaît aussi des problèmes. Les israéliennes effectuent deux ans de service militaire. En raison du nombre croissant d’officiers religieux, les incidents se multiplient. Des cadets ont quitté un séminaire, car des soldates y chantaient, ce qui est considéré comme impur par certains religieux radicaux. Les femmes ont été séparées des hommes lors de plusieurs cérémonies militaires et des officiers fondamentalistes ont exigé qu’elles ne soient plus intégrées dans des unités de combat mixtes.

 

Vous remplacez « juifs » par « catholiques ». Vous imaginez le tollé ?

23:55 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook