Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 janvier 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

 

Photo 001.jpgChronique de Robert Spieler

pubiée dans Rivarol

(n°3029 du 13 janvier 2012)

 

Monsieur (Monseigneur) Aubertin confiait récemment à la Nouvelle République qu’il souhaitait que les Tourangeaux ouvrent leurs portes aux migrants, annonçant la diffusion d’un tract imprimé à 3000 exemplaires, « dans lequel on explique leurs difficultés, l’immigration en Indre-et-Loire, comment on peut les aider… »

 

Un archevêque collabo, un de plus…

 

Il poursuit en déclarant : « Il faut avoir confiance… Certains s’affolent, disant que l’on va vers un islamisme dur. Le pire n’arrive pas toujours. » Monsieur Aubertin était bien entendu présent aux côtés de ses amis musulmans lors de la pose de la première pierre de la mosquée de Tours. Comme l’écrit excellemment le site Vox populi, « Quasiment à chaque fois qu’une soutane se mêle de politique, on fonce droit dans le mur. Chacun son travail, on ne demande pas à un maçon de plaider au tribunal, pas plus qu’on ne demande à un avocat de construire une maison. Profiter de sa posture d’évêque pour diffuser un message politique est à la frontière de l’abus de pouvoir. » Ce clergé dévoyé évoque évidemment immanquablement celui qui est décrit dans Le Camp des Saints de Jean Raspail. Ces idiots utiles de l’islamisme seront au demeurant les premiers à être massacrés par les envahisseurs. Qu’ils aillent au diable !

 

Albi : un double calendrier

 

Un groupe de chrétiens et de musulmans d’Albi publie un calendrier à la fois grégorien (2012) et de l’Hégire (1433). Le calendrier est réalisé par un groupe d’échanges (les modernistes adorent ‘échanger’) entre fidèles des deux religions, qui se réunit chaque mois, une fois à la mosquée, une fois à la paroisse. Un prêtre, le père Jean-Marc Vigroux, est évidemment dans le coup, aux côtés de Salah Mehamdia, président de l’association Lueurs de l’islam. Il a été huit ans missionnaire au Pérou, et se montre tout ému de cette initiative dont le but est : mieux se connaître entre pratiquants des deux grands monothéismes. Certes, déclare-t-il, « ce que nous faisons est une goutte d’eau dans un océan de méconnaissance sur le sujet sensible des rapports entre musulmans et catholiques. » Salah Mehamdia en a la larme à l’œil : « On nous contacte de Poitiers pour nous en demander (des calendriers). Une dame de Graulhet en a amenés à Paris. » C’est vraiment trop émouvant… Rappelons, en conclusion, ces propos tenus par Antoine Sfeir, directeur des Cahiers de l’Orient dans l’émissionC’est dans l’air, sur France 5, en novembre 2008 : « Le dialogue islamo-chrétien, c’est de l’imposture. »

 

Franck Ribéry ouvre son bar hallal

 

Le joueur de football Franck Ribéry, actuellement au Bayern de Munich, renommé Bilal depuis sa conversion à l’islam vient d’ouvrir, avec son épouse Wahiba, un bar à Boulogne. Mais attention ! Pas n’importe quel bar : un bar hallal. Généreux, il souhaite, déclare-t-il faire profiter sa ville natale de sa fortune. Après de gros travaux, un ancien commerce est devenu « O’Shahiz », la contraction des prénoms de ses deux filles Shahinez et Hizya. L’alcool y est bien entendu banni, même pour les non musulmans, et l’on y fume la chicha. Bilal / Ribéry explique son projet : « Je souhaite un concept différent de ce que l’on trouve habituellement. »

 

Question : les femmes seront-elles autorisées à fréquenter ce bar ? Devront-elles être voilées ?

 

Serge Dassault finance la mosquée de Corbeil

 

L’avionneur Serge Dassault, ancien maire de Corbeil, sénateur UMP et propriétaire du Figaro, va financer sur ses deniers personnels l’agrandissement de la mosquée radicale inaugurée en 2004. A l’époque il avait déjà financé une bonne partie des 2 millions d’euros nécessaires à sa construction, en complément de collectes et du don d’un « bienfaiteur d’Arabie saoudite. » Ce n’est évidemment pas l’Arabie saoudite qui a financé en partie la mosquée, qu’allez-vous chercher là. Il s’agit d’un « bienfaiteur ». Compris ? Cette mosquée a aussi une dimension culturelle importante. Hani Ramadan, petit-fils du fondateur du mouvement islamiste des Frères musulmans, un génie du double discours qui lui ouvre toutes les plateaux de télévision y a donné une conférence. Un grand humaniste. Il avait déclaré au Monde que « la condamnation à la lapidation avait un but avant tout dissuasif. »

 

Merci qui ? Merci, Serge Dassault !

 

Mais de quoi se mêle ce rabbin israélien ?

 

Le rabbin israélien Gabriel Hagaï soutient la construction de la cinquième mosquée du Mans. Ses arguments sont puissants : « Donner à la religion et à la culture musulmane une place de qualité dans la société française mérite tout notre soutien (lequel ? Celui d’Israël ?) L’islam n’est pas présenté en Occident selon ses véritables valeurs. La France a besoin de digérer son islam (et Israël, et les Palestiniens ?) afin d’en faire une facette de sa culture propre, comme elle l’a fait pour le christianisme (mais de quoi se mêle-t-il ?) Et le rabbin de poursuivre, avec un incroyable culot : « Que Dieu bénisse cette sainte initiative, et que le futur centre porté par l’association Lumières d’Islam soit au Mans le phare de ce nouvel islam français, spirituel, intelligent, riche, profond et ouvert. » Il fallait oser…

 

Cet oiseau là, dès que nous serons au pouvoir, nous le renvoyons par le premier avion en Israël !

 

La France africanisée

 

Un journaliste a demandé à Eva Joly, la candidate d’Europe Ecologie-Les Verts de qualifier la présidence de Nicolas Sarkozy. Elle n’y va pas par quatre chemins : « C’est un très mauvais président. J’ai détesté sa présidence. Il a accentué les défauts de la démocratie française. » Et elle rajoute cette phrase époustouflante de vérité : « Sarkozy ? C’est l’africanisation de la France ! » Elle fait cependant sans doute davantage référence à la corruption qui règne dans cette république bananière qu’à la dimension ethnique de son propos que les lecteurs de Rivarol se feront cependant un plaisir de retenir en priorité.

 

La France africanisée (bis)

 

La militante noire Rokhaya Diallo, française par la grâce du droit du sol, parle de l’africanisation de la France, dans une émission diffusée sur France Ô et intitulée ‘Noirs de France’ : « Si en face (en face, c’est nous), les gens sont aussi énervés, c’est parce qu’on est à l’aube d’un changement qui va être important. Ils s’accrochent au peu qu’il leur reste, mais quelque part il y a quelque chose qui est en train de se terminer (…) Un pays qui s’interroge autant sur ce qu’il a été, c’est parce qu’il sent qu’il est en train de changer et en tout cas que le rapport de force est en train de s’infléchir.

 

Je fais quand même partie des premières générations d’enfants d’Africains qui sont nés sur le sol français. Un certain nombre de jeunes vont arriver en politique, dans les médias, etc… A un moment donné, il ne sera plus possible de les cacher et je suis convaincue que les gens qui protestent là (c’est nous…), non seulement vont vieillir mais n’auront plus la capacité de répondre à des gens qui seront là et en capacité de répondre. »

Nous voilà prévenus…

 

La vie sexuelle de DSK

 

La brigade de répression du proxénétisme a réclamé la fermeture administrative du club des Chandelles sis 1 rue Thérèse dans le 1er arrondissement de Paris. La police soupçonne la patronne, Valérie Hervé, 44 ans, de « tolérance » à l’égard de la présence de prostituées. Elle ne risque a priori pas grand-chose. Peut-être un mois de fermeture. Car les Chandelles, ce n’est pas n’importe quel club échangiste. C’est un établissement « très bien fréquenté ». Et même, très, très bien. Un enquêteur déclare ironiquement: « Ce n’est pas une boîte de voyous, c’est le club de DSK, de la jet set et du show-biz, d’avocats et de magistrats, de patrons et d’hommes d’affaires, mais aussi de russes qui viennent avec des escort girls ». Tout le monde savait que Thierry Ardisson et Frédéric Beigbeder, qui ne s’en cachaient pas, participaient aux soirées libertines aux Chandelles. Dominique Strauss-Kahn, qui fréquentait assidument les Chandelles, essayait de se faire discret. Mais l’affaire de New-York l’a rattrapé et le voici persona non grata. On en apprend plus, à cette occasion, sur les mœurs sexuelles de DSK et de Berlusconi. Je sais les lecteurs de Rivarol friands de ce type d’information. Interrogée par le fanzine pour noctambules Bonbon nuit, sur les mœurs sexuelles de DSK et de Berlusconi, la tenancière, Valérie Hervé, stigmatise « le recours à la violence pour assouvir leurs pulsions » et la « drague pressante » qu’elle qualifie de « harcèlement ». On comprend mieux pourquoi Sarkozy, évidemment bien informé, souhaitait vivement que Strauss-Kahn soit désigné par le PS comme candidat socialiste à l’élection présidentielle, tout en déclarant à son proche entourage : « Il ne PEUT PAS être candidat. »

 

Confusion à l’extrême droite

 

Le Bloc identitaire est en pleine confusion idéologique et politique. On se souvient de ses étranges diatribes contre le « nationalisme », de sa réunion anti-islam organisée conjointement avec l’association très maçonne, Riposte laïque, de la présence de membres de la Ligue de Défense Juive dans leur service d’ordre, de la décision de présenter un candidat à l’élection présidentielle, avant de le retirer, de sa volonté affichée de « rompre avec l’extrême droite », vœu quelque peu audacieux pour des dirigeants, tel Fabrice Robert, issu du mouvement Unité radicale, dissous suite à une petite tentative d’un de ses militants de tirer sur Jacques Chirac avec une 22 long rifle. On se souvient aussi de cette incroyable consigne donnée aux militants du Bloc d’aller voter Montebourg aux primaires socialistes.

 

Les voici qui en remettent une couche. Le leader niçois de Nizza rebella, qui s’est rapproché de l’ancien maire de Nice, Peyrat, ancien député du FN, souhaite soutenir Marine Le Pen à l’élection présidentielle. Certains dirigeants du Bloc, qui avaient la prétention de faire de la politique « autrement », n’apprécient guère. Du coup, le Bloc a eu une idée géniale : Organiser une consultation auprès de ses militants afin de désigner le candidat qu’ils soutiendront. Le Bloc Identitaire propose le choix suivant : Pas de consigne de vote ; François Bayrou ; Marine Le Pen ; Frédéric Nihous. Curieusement ils ne citent pas, ce qui me navre, ma Christine (Boutin). Un oubli, sans doute… En attendant, certains dirigeants du Bloc, dont Philippe Millau et Jacques Cordonnier s’éloignent de ces fantaisies. Ils ont fondé une revue ‘Orientations identitaires’, dont le numéro 1 est consacré au thème ‘Vers un post-nationalisme : entretiens sur la question européenne’, avec des contributions tout à fait intéressantes.

 

Hélie de Saint Marc

 

Hélie de Saint Marc vient d’être promu par le Président de la République à la plus haute distinction française, la grand croix de la Légion d’honneur. Déporté à Buchenwald, héros de l’Indochine, de l’Algérie française, participant au putsch d’Alger, il mit non seulement sa peau, mais aussi son honneur au bout de ses idées. Un article assez étrange, paru dans Valeurs Actuelles, signé par un haut fonctionnaire, Christophe Eoche-Duval, met le feu aux poudres dans un lectorat assez droitier et suscite de vives réactions. Mais cet article pose de vraies questions. Que dit-il ? L’auteur exprime tout d’abord son désaccord sur le plan des symboles. Il estime que Nicolas Sarkozy a eu tort d’honorer un homme qui a su désobéir et d’entrer en rébellion armée. Eh bien, pour une fois, même si nous ne sommes pas dupes, nous approuvons Nicolas Sarkozy… La suite du raisonnement d’Eoche-Duval est malheureusement pertinente. Il pratique, ce qu’en mathématiques, on qualifie de démonstration par l’absurde. Si le putsch avait réussi, si l’Algérie française avait triomphé, nous serions aujourd’hui un pays de plus de 98 millions d’habitants, dont 42 millions de musulmans. Alger serait la deuxième ville de France. Il est intéressant, bien que l’uchronie (refaire l’Histoire avec des si…) soit une tentation absurde, d’imaginer ce que serait le résultat de la prochaine élection présidentielle.

 

Parmi les partisans de l’Algérie française et de l’OAS, il y avait ceux qui prônaient l’intégration, et ceux qui, comme Pierre Sidos prônaient ainsi que de jeunes militants, tels Pierre Vial et Dominique Venner, la partition. Les zones « européennes » étant rattachées à la métropole, les autres libérées de la présence française. Cette solution était-elle viable ? Rien n’est moins sûr, dans la durée. En tout cas, cet article permet de réfléchir sur le thème de ce qu’est notre identité française et européenne.

 

Il refuse la Légion d’honneur

 

L’ancien ministre de Pierre Messmer, Henri Torre, ex-sénateur UMP de l’Ardèche, promu au grade de chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur, vient d’indiquer qu’il refusait cette distinction, comme il l’avait refusée en 2008. Il déclare : « Je la rejette. On a nommé trop de gens qui ne méritaient pas d’être nommés… On a bafoué cette haute distinction en nommant n’importe qui. » Et il ajoute : « Je la rejette car je n’ai plus confiance dans ceux qui nous dirigent actuellement. » Bravo !

 

Rivarol : le vendredi, chez votre marchand de journaux (3.50 €)...

13:12 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.