Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 janvier 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 011.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3030 du 20 janvier 2012)

 

C’est Fred Guilledoux, journaliste au quotidien La Provence qui raconte cette incroyable escroquerie : 5 milliards d’euros détournés. Ils sont aujourd’hui installés avec leurs familles à Herziliya, dans la quartier de Pituach, le « Neuilly » israélien. Une station balnéaire huppée, à proximité de Tel-Aviv. Des yachts, des déplacements en hélicoptère, des villas à 2 millions de shekels (5 millions de dollars), des escapades en jet en Floride. Heureux de vivre dans le luxe, mais inquiets quand même… « Ils » ? Une bande d’escrocs juifs, la plupart originaires de Marseille.

 

Des escrocs juifs détournent 5 milliards de dollars

 

L’affaire remonte au 1er janvier 2008, lorsque le protocole de Kyoto a instauré un système de droit à émettre des quantités limitées de dioxyde de carbone (CO2) en vue de lutter contre le réchauffement climatique. « Des droits à émettre » que les bons élèves peuvent revendre aux cancres. Des escrocs ont compris qu’ils pouvaient intervenir sur ce marché en facturant une TVA qu’ils ne rembourseraient pas. Conséquence : de colossaux profits réalisés au détriment des Etats. « Les mecs du CO2 », comme on les appelle dans le Milieu ont pour ancêtres ces pieds-noirs de la jewish connection qui « tenaient » Paris dans les années 1970 et ont été portés à l’écran dans « Le Grand Pardon ». Après avoir touché le jackpot, ils ont utilisé « la loi du retour » pour se mettre à l’abri en Israël. La« loi du retour » avait été votée en 1950 par la Knesset et garantit à tout juif, escroc ou non, le droit d’immigrer en Israël et d’éviter toute extradition. Mais l’affaire n’est pas terminée. Le Milieu, qui s’était fait gruger au passage, et les voyous qui avaient pris tous les risques en jouant les hommes de paille sans voir la couleur des sommes vertigineuses détournées, n’apprécient pas franchement et cherchent à se venger. Fin 2010, le cerveau parisien du CO2 était assassiné. La maffia russe, puissante en Israël tente de les racketter. Du coup, ils prennent des mesures de sécurité incroyables, avec notamment des gardes du corps qui accompagnent leurs enfants à l’école. Et ils cherchent à se faire très discrets. Mais ils poursuivent leurs petites affaires. Ils agissent aujourd’hui sur les marchés du gaz et de l’électricité…

 

Le CRIF s’indigne

 

Il ne s’indigne pas du montant de l’escroquerie. Non, non, mais du contenu de l’article du 4 janvier de La Provence dans lequel on pouvait lire : « l’arnaque à la TVA est devenue une spécialité du milieu juif ». Michèle Teboul, présidente du CRIF Marseille-Provence suffoque et écrit au journal : « De quel milieu parle-t-on ici ? S’agit-il de milieu dans le sens mafia ou bien d’un milieu ethnico-religieux ? L’ambiguïté de cette phrase nous interpelle par la stigmatisation qu’elle peut entraîner. » Et elle rajoute : « Stigmatisation que d’autres avant les Juifs ont eu à subir ces derniers temps. » Il fallait oser. Remarquez qu’elle aurait aussi pu évoquer la Shoah. Mais ce sera pour une prochaine fois…

 

L’archevêque annule une messe en l’honneur de Jeanne d’Arc

 

Comme tous les ans, une messe était annoncée le vendredi 6 janvier, dans la crypte de la cathédrale de Strasbourg. L’office devait être célébré par le curé de la cathédrale, le chanoine Michel Wackenheim, dans le rite romain traditionnel. Une cinquantaine de personnes étaient présentes. Elles ont appris sur place que Mgr Grallet avait interdit la célébration sans fournir la moindre explication. Pas très étonnant, à vrai dire, quand on connaît l’oiseau. Il avait pris l’initiative, il y a quelques semaines, de rassembler à Strasbourg les représentants d’une dizaine de religions : orthodoxes russes, roumains, grecs, arméniens, anglicans, hindouistes, et même des baha’is (religion ‘inventée’ au 19ème siècle en Iran). Les représentants des quatre principales religions d’Alsace, dont l’islam en étaient évidemment. L’objectif était de signer un « décalogue pour la paix » où figure notamment cette phrase : « Que soit édifié et consolidé un monde de solidarité et de paix fondé sur la justice. » Le mensuel édité par la ville de Strasbourg nous précise que cet acte se situe dans la lignée de l’ « Appel pour le respect mutuel et le dialogue », initié par le maire socialiste Roland Ries. Ce dernier avait déclaré, à propos des menus servis dans les cantines scolaires de Strasbourg : « Nous servons de la viande hallal par respect pour la diversité mais pas de poisson le vendredi, par respect pour la laïcité. » En attendant, Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris, vient de déclarer sur BFM TV : « L’islam n’est plus à considérer comme une simple religion, mais comme un fait politique majeur de notre temps. C’est un phénomène absolument socio-politique, c’est une idéologie de lutte, c’est une idéologie d’agression. » Si c’est lui qui le dit…

 

BHL, la tête de turc

 

Bernard-Henri Lévy est une de nos têtes de turc préférées, mais nous ne sommes plus les seuls sur le créneau. Les Guignols de l’info, sur Canal+, l’ont proprement ridiculisé dans une séquence dont le titre est : BHL Charia express, en référence à DHL, société spécialisée dans le transport ultra rapide de colis. On entend ceci dans cette pseudo publicité : « Envie d’instaurer les islamistes dans votre pays ? Ayez le reflexe BHL Charia express. Sur simple demande, BHL met en œuvre un réseau logistique ultra performant capable d’intervenir dans n’importe quel pays au monde (on voit à l’écran des avions militaires français), pour renverser le pouvoir en place et le remplacer par un régime islamique. Avec Charia express, la loi islamique est livrée chez vous en moins de 9 mois… Appelez Charia express, parce que l’envie de lapidation, ça n’attend pas… » Excellent, n’est-ce pas ?

 

Le pauvre BHL a quelques soucis. Il est en effet mis en examen, suite à un article paru dans Le Point, au lendemain des ‘Assises internationales sur l’islamisation de nos pays’. S’étant mis en tête de « défendre l’honneur des musulmans », il n’avait rien trouvé de plus malin que de qualifier le Bloc Identitaire de groupuscule « néo-nazi ». Ces derniers n’ont apprécié que modérément et ont porté plainte. Mais ce n’est pas tout. Un des organisateurs de ces Assises était Pierre Cassen, responsable de Riposte laïque. BHL, ni une, ni deux, a attaqué violemment, avec des mots tels « racisme », « extrême droite », « rouge-brun »…Bernard Cassen qu’il confond avec Pierre Cassen. Problème : Bernard Cassen n’est pas n’importe qui. Il est le fondateur d’ATTAC et journaliste au Monde Diplomatique. Il ne goûte absolument pas la plaisanterie et traîne, lui aussi, notre BHL préféré devant les tribunaux…

 

Jean-Marie Le Pen déconseille à Marine Le Pen de se rendre en Israël

 

JMLP était interrogé, il y a quelques jours, sur la chaîne i télé. La journaliste le questionne : « Votre fille Marine rencontre l’ambassadeur d’Israël à l’ONU et souhaite être invitée en Israël. » Il paraît stupéfait : « Elle a dit cela ? ». Réponse : « Elle a dit cela sur notre plateau. Elle a dit qu’elle attendait, qu’elle espérait l’invitation. Est-ce que vous la soutenez ? » JMLP : « Personnellement je lui déconseillerai de se rendre en Israël, parce que rien ne le justifie et qu’elle n’a pas une situation politique en France telle qu’elle puisse se permettre de faire ce genre de démarche. » Et JMLP de rajouter : « Je n’accepte pas les oukases de la société dominante, je n’entre pas dans le jeu du politiquement correct. » Il est probable que certaines initiatives ou propos tenus dans l’entourage de Marine Le Pen agacent prodigieusement son père. On a ainsi pu voir dans une vidéo d’une visite guidée du siège de campagne de MLP, sis au 64 boulevard Malesherbes à Paris, un portrait de Charles De Gaulle dans le bureau de Florian Philippot, directeur stratégique de la campagne de MLP, et ancien soutien de Jean-Pierre Chevènement. Philippot déclare : « De Gaulle c’est pour moi la référence absolue ». Et le journaliste Jacques Demarthon précise : « Florian Philippot n’a jamais voté pour Jean-Marie Le Pen à une présidentielle et n’aurait pu travailler pour le fondateur du FN. » Pas sûr que le Menhir goûte ce genre de propos.

 

 

« Le califat est notre but ultime »

 

C’est la déclaration faite par Mohamed Badie, guide des Frères musulmans égyptiens, grands vainqueurs des élections législatives, dans le journal égyptien Al-Masy Al-Youm, qui rapporte ses propos : la Tunisie, la Libye, l’Egypte pourraient fusionner dans un califat dans les décennies prochaines. Son prédécesseur, Muhammed Mahdi Akef, avait déjà déclaré que « l’Etat islamique mondial » et « la conquête de l’Europe » étaient un objectif. Il avait précisé : « Nous immigrons partout et il y aura encore un long chemin avant de prendre le contrôle de l’Europe. » Mohamed Badie explique : « Le projet (de califat) commence avec la création d’un gouvernement solide et se terminera par l’établissement d’un califat juste. » Rappelons qu’Alain Juppé collabore avec les frères musulmans à Bordeaux, en vue de leur mettre à disposition un terrain pour la construction d’une grande mosquée…

 

Pendant ce temps, le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, se promène, façon de parler, en Tunisie libérée et en Turquie. Il a promis, à Tunis, de ne pas céder « un seul bout de la Palestine. Nous n’allons pas céder Al Qods (Jérusalem), nous allons continuer le combat et nous n’allons pas lâcher nos armes », appelant « les peuples de la Révolution à bâtir l’armée d’Al Qods. » « Nous n’allons pas reconnaître Israël », a-t-il scandé, la foule reprenant en chœur : « Mort à Israël ; la révolution tunisienne soutient la Palestine ; l’armée de Mahomet est de retour. » A l’entrée du lieu où se tenait le meeting, la foule s’essuyait les pieds sur une étoile de David…

 

Bravo, Bernard-Henri Lévy, pour cette brillante réussite…

 

Délinquance étrangère : les chiffres

 

Des statistiques très précises existent. Elles sont tout à fait officielles et paraissent dans le bilan annuel du ministère de la Justice. Elles sont basées sur les condamnations par la justice et non sur les infractions constatées par la police, et prennent en compte les ‘étrangers’, et non ‘les personnes d’origine étrangère’, ces dernières statistiques étant au demeurant interdites. Ces statistiques ne retiennent que les condamnations relevant de la justice pénale, et excluent les infractions concernant par exemple les sans-papiers qui relèvent de la justice administrative. Voilà les chiffres : En 2010, 12,64% des condamnés pour crimes (punissables de plus de 10 ans de prison) étaient des étrangers, cette proportion étant de 12,58% pour les délits. Pour information, on comptait officiellement 6% d’étrangers dans la population active totale. On constate donc une large surreprésentation des étrangers dans la délinquance. Inutile de relever que si l’on prenait en compte les personnes d’origine étrangère, mais bénéficiant de la nationalité française, les résultats seraient considérablement plus impressionnants. Il suffit de voir ce qu’est la population carcérale, aujourd’hui en France. On ne trouve évidemment aucune information officielle en France. C’est le Washington Post qui l’écrit : « En France, 60 à 70% des détenus sont de religion musulmane…

 

Mais l’Allemagne n’est pas mieux lotie. La chancelière Merckel est obligée de le reconnaître : « Près de la moitié des actes violents des moins de 21 ans sont commis par des personnes issues de l’immigration. Nous ne pouvons pas nous taire. »

 

En Norvège, 100% des viols qui ont donné lieu à une plainte en 2008à à Oslo, l’ont été par des immigrés « non-européens », en majorité africains et kurdes.

 

En Suisse, plus de 60% des détenus sont des étrangers, en grande majorité musulmans, d’après les chiffres livrés par les statistiques fédérales suisses.

 

En Espagne, 70% des détenus sont musulmans, d’après le ‘Département des Affaires islamiques ‘ de Dubaï.

 

En Italie, près de 40% des détenus sont des étrangers.

 

Voilà où les collabos nous ont menés…

 

En Israël, ça ne rigole pas

 

La Knesset, le Parlement israélien, vient d’adopter une loi permettant de placer les immigrants clandestins africains en détention, jusqu’à trois ans, sans jugement. L’objectif est de tenter de dissuader un nombre croissant de clandestins, originaires principalement du Soudan et d’Erythrée, de rejoindre l’Etat hébreu en passant par la frontière poreuse entre Israël et l’Egypte. La loi prévoit aussi jusqu’à 15 ans de prison pour les personnes organisant le passage de clandestins. Une barrière va être construite tout le long de la frontière israélo-égyptienne, ainsi qu’un ‘centre de rétention’ (qu’en termes élégants ces choses sont formulées !) dans le désert du Néguev. Il est vrai, selon des statistiques officielles, qu’il y avait 52.487 immigrants illégaux en Israël, fin 2011, et que rien qu’en 2011, près de 17.000 Africains sont entrés clandestinement, dont 3 000 pour le seul mois de décembre.

 

Chaque vendredi, retrouvez la chronique de Robert Spieler dans Rivarol. En vente chez votre marchand de journaux: 3,50 €.

 

Lisez le blog de Robert Spieler cliquez ici

 

18:34 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.