Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 février 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

2812160005.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3031 du 27 janvier 2012)

 

 

Le rabbin Daniel Fahri est l’un des fondateurs du Mouvement juif libéral de France. Agé de 70 ans, décoré de la Légion d’honneur, et très influent au sein de la communauté juive, c’est lui qui avait institué la lecture de tous les noms de déportés juifs de France, chaque année.

 

De drôles de rabbins

 

Il est accusé d’avoir sexuellement agressé, en 1990, une enfant de 11 ans, qui, âgée aujourd’hui de 33 ans, s’est résolue à porter plainte contre lui. Ces faits ne sont pas prescrits

 

C’est la consternation au sein de la Communauté. Le rabbin Michel Serfaty a réagi : « Ce serait une catastrophe si les charges qui pèsent sur le rabbin étaient confirmées », ajoutant : « Je plains sa communauté. Le rabbin Fahri est emblématique par ses publications. » Le directeur général du CRIF, Haïm Musicant a déclaré être « tombé à la renverse » et s’émeut : « Le rabbin Fahri est très connu pour son ouverture, sa tolérance, pour le dialogue qu’il mène avec les musulmans et les catholiques. ». Il insiste sur la nécessité d’ « être très prudent, de respecter la présomption d’innocence ». Comme à Carpentras, sans doute…

 

Le fils du rabbin Daniel Fahri, Gabriel, est lui aussi rabbin et avait fait la une de l’actualité en janvier 2003, lorsqu’il avait affirmé avoir été agressé au couteau par un inconnu alors qu’il se trouvait seul dans sa synagogue. Celui-ci portait un casque et aurait crié « Allahu Akbar », avec « un accent français », déclara le rabbin. Une précision de la plus haute importance… Quelques jours plus tard, plusieurs responsables politiques, dont Balladur et Sarkozy, participèrent à une cérémonie, dans la synagogue, pour dénoncer « l’intolérable agression ».

 

Problème, la police ne tarde pas à avoir de sérieux doutes quant à la réalité de l’agression. Elle découvre que le couteau utilisé provient de la cuisine de la synagogue. Plusieurs expertises, menées sur la chemise déchirée du rabbin et sur sa voiture incendiée quelques jours plus tard donnent des résultats qui amènent la police à se poser de sérieuses questions, et à soupçonner le rabbin d’automutilation et de mise en scène. Il apparaît notamment que le coup de couteau avait été clairement retenu et n’avait pas pour objectif d’infliger de sérieuses blessures. Bizarre… Le Nouvel Obs, dans son numéro du 3 juin 2004, notera que « le rabbin est passé insidieusement du statut de victime à celui du suspect. » Mais tout est bien, qui finit bien. Il paraît que l’affaire était « sensible », on se demande pourquoi. Une ordonnance de non-lieu sera donc rendue le 4 septembre 2008.

 

Depuis ces pénibles épreuves, le rabbin va bien, merci. Il est, depuis septembre 2007, le rabbin fondateur de l’Alliance pour un judaïsme traditionnel et moderne –tout un programme-,membre du comité de parrainage de l’association La paix maintenant, qui prône le dialogue israélo-palestinien, il tient le poste d’aumônier israélite de l’hôpital européen Georges-Pompidou, il intervient dans diverses facultés de médecine parisiennes sur l’éthique médicale, il a participé à plusieurs films en tant que consultant et a même joué son propre rôle de rabbin. Enfin, cerise sur le gâteau, si l’on peut dire, c’est lui qui a guidé Dany Boon dans sa démarche de conversion au judaïsme, et l’a marié à Yaël. Quel homme !

 

Le député socialiste et le banditisme corse

 

François Pupponi est député socialiste, maire de Sarcelles et ami de Dominique Strauss-Kahn, qui fut son mentor et auquel il succéda. Bref un « Monsieur », comme on dit dans le Milieu. Il a quelques ennuis. Il semble entretenir des relations très, très étroites avec le grand banditisme corse et des repris de justice de la banlieue parisienne. Il est soupçonné d’être impliqué dans l’affaire du cercle de jeux Wagram, où gravitent quelques personnages soupçonnés de « blanchiment » et « extorsion de fonds ». François Pupponi est-il un homme « pris en main », comme le disent les voyous de ceux qui sont sous leur influence? C’est la question que les policiers se posent très sérieusement. Il y a trois mois, interrogé dans Le Monde sur ses liens avec Farouk Achaoui, un modeste employé municipal qui venait d’être mis en examen et incarcéré pour « tentative d’extorsion en bande organisée » dans une affaire de racket dans le milieu du football professionnel, il avait répondu : « Je ne peux pas connaître les 1500 employés communaux ». Problème : les écoutes téléphoniques montrent que le maire de Sarcelles connaissait très bien Farouk Achaoui et «ses « amis ». Le député se faisait offrir depuis plusieurs années une carte pour jouer à l’établissement de jeux de l’avenue Wagram. Mais il se défend : « Ce n’était pas pour jouer, mais pour voir des copains corses. » Ben, voyons… Un étrange appel d’offres intrigue aussi les enquêteurs. La mairie de Sarcelles cherchait à recruter une société de sécurité « pour filtrer les entrées au cabinet du maire. » Quatre devis d’entreprises domiciliées dans le Val d’Oise sont rejetés. Retenue par le maire : une société de Haute-Corse, située à plus de mille kilomètres de Sarcelles… Avec des tarifs vertigineux : 8.500 euros pour un seul vigile en décembre 2006. La société était « dirigée de fait » par un des dirigeants du Cercle Wagram…

 

Les jeunes homos de l’UMP

 

Un livre de Neila Latrous et Jean-Baptiste Marteau vient de paraître le 18 janvier chez Flammarion. Son titre : UMP, ton univers impitoyable. Un membre de l’équipe des Jeunes Populaires, les jeunes de l’UMP, déclare : « Vous vous rendez compte : sur seize mecs au Bureau national, treize sont homos. Qu’il y ait des homos à l’UMP, soit. Que ce soit le monopole des homos, ça suffit ! » Amusant… Des homos, il n’y en a au demeurant pas qu’à l’UMP…

 

Tel Aviv, la meilleure ville gay du monde

 

Tel-Aviv est en passe de devenir la meilleure destination gay du monde, ce qui réjouira nombre de nos lecteurs. Par une écrasante majorité, le sondage sur le site de voyages gaycities.com a désigné Tel-Aviv la meilleure ville gay de l’année 2011. Pour fêter cette désignation, le maire de Tel-Aviv, Ron Houldaï, s’est fait photographier entouré de flamboyantes drag queens. Cette ville gay est, parait-il accueillante grâce au comportement très méditerranéen de sa population. Tel-Aviv a recueilli 43% des voix, loin devant New-York, Madrid, Londres ou Mexico. Curieusement, Paris n’est même pas cité. Mais que fait Delanoë ? Que fait Notre Dame de Paris ? En attendant, savez-vous où l’association alQaws pour la diversité sexuelle dans la société palestinienne a célébré sa fête le 21 octobre 2011 ?

 

Dans un club de Tel-Aviv !

 

Le FN belge est interdit

 

Depuis 1985 existait un Front national belge. Soutenu par le FN français. C’est terminé. Ce, ou plutôt ces FN, qui s’étaient réunifiés, dont l’histoire est assez compliquée, viennent de se voir interdire par Marine Le Pen l’utilisation du sigle FN et de la flamme tricolore, dans les campagnes électorales. Autant dire qu’ils sont morts. Ils avaient pourtant tenté d’exprimer leur indéfectible soutien au lepénisme. Peine perdue. Il est vrai que Marine Le Pen avait noté, au sein de cette confédération, la présence d’éléments hautement sulfureux, puisque ouvertement nationalistes. Trop étant trop, ils ont tous été virés. Raus ! (dehors !)

 

Damned, encore raté

 

C’est vraiment trop injuste. Pourquoi tant de haine ? Et pourtant, il y eut le voyage à New York pour y croiser l’ambassadeur d’Israël à l’ONU. Pour y rencontrer un important dirigeant de l’AIPAC, le lobby juif américain. Et pourtant il y eut ces épurations des militants les plus déterminés au sein de son mouvement. Et pourtant, il y en eu des repentances, et l’espérance proclamée de pouvoir se rendre en Israël. Et pourtant, et pourtant… Rien n’y fait…

 

Le Grand rabbin de France, Gilles Bernheim, interrogé sur les tentatives de Marine Le Pen de « draguer » l’électorat juif dans la perspective de la prochaine élection présidentielle, a affirmé il y a quelques jours, dans un entretien au quotidien Sud Ouest que les « valeurs du judaïsme » étaient « incompatibles avec celles du FN ». Et le Grand rabbin de conclure : « Et quel que soit le positionnement de Marine Le Pen aux côtés d’Israël, cela ne changera rien. » Il venait à Bordeaux commémorer la rafle de près de 400 juifs, le 10 janvier 1944.

 

Alors, compris ? Ou vous faut-il un dessin ?

 

En attendant, la création d'une association baptisée Union des français juifs, destinée à soutenir la candidature de Marine Le Pen devrait être annoncée dans les prochains jours. Bon courage...

 

Ils se couchent, toujours et encore…

 

Mme Barèges est député dans la 1ère circonscription de Tarn-et-Garonne et maire de Montauban. Elle s’est autorisée quelques facéties, évoquant notamment la nécessaire « préférence nationale ». Elle n’en est pas à la première puisqu’ elle avait provoqué, en mai 2011, un tollé en déclarant à propos d’un texte visant à autoriser le mariage homosexuel : « Et pourquoi pas des unions avec des animaux ? » Elle s’était, à vrai dire, piteusement rétractée. Ces gens qui demandent pardon sont vraiment insupportables… Bref… Mme Barèges n’a pas tardé, bien entendu de se coucher. A propos de la préférence nationale, elle se reprend en déclarant : « Peut-être que c’est (un mot) malheureux, oui ». Et puis, elle insiste, elle se corrige, elle précise, elle ratiocine. Comment ? Une alliance avec le Front national ? « Comment voulez-vous qu’il y ait des alliances ? Pas du tout ! Jamais ! Je n’ai jamais eu d’alliance (avec le FN). »

 

Que voulez-vous que je vous dise ?…

 

Guerre d’Algérie : toujours la censure

 

L’universitaire Guy Pervillé avait été chargé par le directeur des Archives de France de rédiger un article, aussi objectif que possible sur la fin de la guerre d’Algérie. L’article était destiné à paraître dans la publication annuelle du Ministère de la culture et de la communication. Stupeur de l’intéressé quand il constata que les quatre cinquièmes de son texte avaient été censurés. En plus de quarante ans de carrière, c’était le premier acte de censure qu’il subissait. Citons quelques passages censurés : « A partir du 17 avril 1962, le FLN déclencha une vague d’enlèvements contre la population française » ; « Des enlèvements et des massacres avaient été commis après le 18 mars contre d’anciens harkis, en violation flagrante des clauses d’amnistie des accords d’Evian » ; « Les accords d’Evian, voulus par le gouvernement français comme la ‘solutiondu bon sens’, se révélèrent donc une utopie, qui échoua à ramener une vraie paix en Algérie ». Sans commentaire…

 

La gabegie française

 

Comparons le nombre de grands élus, députés et sénateurs, en France et aux Etats-Unis. Les Etats-Unis : 300 millions d’habitants, 100 sénateurs et 435 représentants. La France : 60 millions d’habitants, 350 sénateurs et 577 députés. Si les Etats-Unis avaient la même proportion de grands élus que la France, ils auraient 2100 sénateurs et 3462 députés. A l’inverse, si la France adoptait les proportions des Etats-Unis, nous n’aurions que 17 sénateurs et 73 députés ! Chiche !

 

Qui veut investir dans la « Tanière du Loup » ?

 

La Pologne cherche un investisseur pour ouvrir au tourisme la « Tanière du Loup », nom donné au quartier général d’Adolf Hitler. Ce vaste complexe ultra-protégé est situé dans l’ancienne Prusse orientale. Construit en 1940 et 1941 en prévision de l’attaque allemande contre l’Union soviétique, il possédait sa propre gare et sa centrale électrique. Hitler y a passé plus de 800 jours. C’est là qu’eut lieu l’attentat manqué du colonel Claus von Stauffenberg contre le Führer. Si cet investissement vous intéresse, veuillez contacter l’administration polonaise des eaux et forêts, propriétaire des lieux.

 

Mélenchon, franc-maçon

 

Nous avions déjà évoqué l’appartenance de Jean-Luc Mélenchon au Grand Orient de France dans un récent numéro de Rivarol. Mélenchon le confirme lui-même dans une biographie qui vient de paraître il y a quelques jours. Il affirme avoir été initié en 1983, « après le tournant de la rigueur » qui l’avait « mis KO debout ». Il explique : « Quand tout s’est cassé la figure, que reste-t-il ? La République » souligne l’ex-trotskyste, dont le père était également maçon. Trotskyste et maçon : voilà qui est curieux. Les trotskystes considèrent en effet que la franc-maçonnerie est « une machine à corrompre la classe ouvrière. »

20:02 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.