Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 février 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 010.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3033 du 10 février 2012)

« Je conçois qu’on puisse avoir un avis divergent du mien, je suis pour la démocratie de dialogue », déclarait Marine Le Pen au magazine homosexuel Têtu, en décembre 2011. Problème : cette « démocratie de dialogue » s’arrête très vite, dès que commence le nationalisme. Laura Lussaud, plus jeune membre du comité central du FN, adhérente depuis l’âge de 13 ans : virée. Elle avait, il est vrai, participé à la manifestation du 14 janvier à Lyon, organisée par les Jeunesses nationalistes en hommage à nos soldats morts en Afghanistan. Elle portait une des 78 croix symbolisant les 78 sacrifiés (82 aujourd’hui) à l’ordre nouveau américain. Raus ! (dehors !)

FN : La descente aux abîmes…

Stéphane Poncet est (enfin, probablement était) candidat du Front national aux législatives dans le Rhône. Accusé d’avoir publié des caricatures à « caractère raciste » sur son blog, il sera traduit devant le conseil de discipline du parti. Rien de bien méchant pourtant dans ces caricatures. On y voit un « Père Noël roumain » dérobant un écran plat, et la caricature d’un noir, façon publicité pour Banania, qui moque le film Intouchables interprété par Omar Sy. Marine Le Pen a dit qu’elle « regrettait profondément » ces dessins. Le secrétaire général, Steeve Briois, souligne que ce genre de comportement est « complètement contraire à la stratégie de dédiabolisation » voulue par la dirigeante du mouvement. Bref, commission de discipline, et ensuite, déclare Louis Alliot « Marine Le Pen tranchera ». Question : A force de trancher, que restera-t-il du FN ?

Patrick Bassot a été, quant à lui, élu conseiller général FN, avec 54% des suffrages, en mars 2011 dans le canton de Carpentras-Nord. Il est poursuivi par le MRAP pour « provocation à la discrimination raciale » pour avoir évoqué dans la revue municipale de Carpentras « l’implantation imposée d’immigrés qui, quotidiennement, nous empoisonnent la vie par leurs exactions »  Le procès avait lieu le jeudi 26 janvier : aucun dirigeant du FN, ni national ni local n’était présent pour le soutenir. Aucun… Que voulez-vous que je vous dise…

Certains malins avaient pensé pouvoir « finassieren » (expression allemande qui a plus de force et de signification que ‘finasser’). C’est le cas de Philippe Vardon, leader de Nissa Rebella, la branche niçoise du Bloc Identitaire. Le Bloc Identitaire avait entrepris une consultation interne au près de ses militants. Question : quelle position prendre à l’élection présidentielle ? Réponse des militants : aucun soutien à quiconque. Mais les militants niçois, cornaqués par Vardon, qui a, disons quelques ambitions, ont voté majoritairement en faveur du soutien à Marine Le Pen. Vardon espérait ainsi obtenir l’investiture du FN aux prochaines législatives. Et devinez ce qui se passa ? Marine Le Pen et Louis Alliot s’y opposèrent : un passé trop sulfureux, une vision trop européenne. Raus ! (Dehors).

Gollnisch se plaint

Bruno Gollnisch n’est pas très content. « Je ne demande qu’une chose, c’est d’être davantage engagé, y compris publiquement », a-t-il déclaré dans une interview à la télévision. « Si Marine Le Pen ne souhaite pas que je m’exprime, je ne vais pas me livrer à des reptations pour avoir une émission. Il suffirait que j’exprime le moindre dissentiment et je serais invité dans les 20h. Je sais comment le système marche. » Et il ajoute qu’il trouve cela « regrettable », estimant qu’il « pourrait avoir des choses à dire dans des domaines de (sa) compétence », comme le droit international ou la renégociation des traités. Ben oui, c’est ainsi que cela se passe…

Et tout çà, ça fait d’excellents Français…

On se souvient de la chanson que Maurice Chevalier chantait dans les années 1940 : « Et tout çà, ça fait d’excellents Français, d’excellents soldats qui marchent au pas… et pensent que la république, c’est encore le meilleur régime ici-bas… » Me Gilbert Collard vient de présenter, sur la péniche Maxim’s à Paris, aux côtés de Marine Le Pen, le comité de soutien à la candidature à l’élection présidentielle de MLP. Que du beau monde… Le Nouvel Observateur relève : « On savait la gamme chromatique de Marine Le Pen assez portée sur le bleu blanc rouge. Jeudi, elle a inauguré sa période black blanc beur ».  Sur scène, que du lourd, tendance congrès pour la diversité : une femme noire d’origine africaine, un homme noir guadeloupéen, un membre de l’Union des Juifs de France (association récemment créée par Marine Le Pen), un syndicaliste policier d’origine maghrébine, entouraient Gilbert Collard et Marine Le Pen. « Non, Marine Le Pen n’est pas raciste, pas antisémite, pas contre l’outre-mer », déclare un des intervenants, et Collard d’en remettre une louche : « Nous sommes soudés dans cet amour qui paraît con, celui de la France. Noir, blanc, jaune, juif, mais qu’est-ce qu’on s’en tape ! » Trop émouvant…

La bête immonde était juive

Pendant des mois, les résidents juifs de Manhattan et de Brooklyn ont vécu dans la peur des « attentats antisémites ». Des croix gammées peintes sur les murs, des écoles juives et des yeshivas vandalisées, des habitants juifs qui recevaient des menaces de mort sur leurs répondeurs. En décembre, lors d’une réunion de quartier, les habitants ont exigé des mesures violentes contre le « militantisme musulman grandissant. » déclarant notamment : « Il faut chasser ces gens de nos rues, fermer leurs mosquées qui sont des centres de prédication de la haine ». Parmi les plus virulents, il y avait un certain David Haddad, 56 ans, dont les idées sionistes étaient bien connues dans le quartier. A plusieurs reprises, lui et son groupe avaient déclaré qu’il fallait « réveiller la communauté et entretenir la pression, pour rester vigilant face aux menaces qui pèsent sur Israël. » La police vient de l’arrêter. Les croix gammées, les slogans antisémites, les menaces, c’était lui… Ca vous rappelle quelque chose ?

Profaner des cimetières chrétiens ou musulmans et juifs, ce n’est pas pareil

C’est Sarkozy qui, lors de ses vœux aux autorités religieuses, qui le déclare : « Les cimetières chrétiens et les petites chapelles isolées de nos campagnes sont l’objet d’agressions revendiquées par des ‘satanistes’, ce qui dénote une imbécillité profonde. Les cimetières juifs, les cimetières musulmans sont, eux, victimes d’actes authentiquement racistes et xénophobes. » Les catholiques apprécieront la pertinence du propos de Sarkozy…

« Il faut leur couper les mains et les crucifier »

Sadok Chourou est un élu influent du parti tunisien islamiste Ennadha. L’ancien régime, obscurantiste, l’avait mis au frais dans une geôle pendant 18 ans. Le mouvement islamiste était considéré comme terroriste, mais Dieu merci, Bernard-Henri Lévy s’en est occupé. Grâce à lui, les islamistes tiennent le haut du pavé. Sadok Chourou fait aujourd’hui partie des élus de la Constituante tunisienne et propose sa méthode pour ramener le calme dans le pays : il cite, dans un discours, le verset suivant du Coran : « Le paiement de ceux qui font la guerre contre Allah et son messager et qui s’efforcent au désordre sur la terre, c’est qu’ils soient exécutés ou crucifiés, ou que leur soit coupée la main et la jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés de la terre : voilà pour eux l’ignominie d’ici-bas ; et dans l’au-delà il y a pour eux un énorme châtiment ». De grands humanistes. Merci qui ?

L’Imam Khomeini revient en carton

L’anniversaire de l’arrivée de l’Imam Khomeini à Téhéran en 1979 vient d’être commémoré à l’aéroport de Téhéran. D’une façon des plus originales et amusantes. On voit l’avion atterrir. La porte s’ouvre et deux militaires en sortent, portant un portrait en carton de l’Imam, qui n’a pas de pieds. Ils descendent solennellement les marches, accueillis par des soldats au garde à vous. L’imam en carton poursuit sa route jusqu’à l’école d’enseignement Refah où il tint un discours, 33 ans plus tôt. On installe son carton autour d’une table. Commentaire d’un internaute iranien : « Alors que tout le monde est servi, il est vraiment scandaleux que l’Imam n’ait pas de tasse de thé devant lui ! »

La Grande loge nationale française en voie d’explosion

Le Grand Maître François Stifani est violemment contesté. Son opposition, réunie autour de l’Union les Loges Régulières Française (ULRF) regroupe environ 17.000 frères sur 43.500. La révolte est menée par Alain Juillet, fils de l’ancien conseiller de Jacques Chirac, Pierre Juillet et alter ego de Marie-France Garaud. D’après un communiqué de l’URLF, « François Stifani présente tous les symptômes de la pathologie des dictateurs et est prêt, comme eux, à faire sombrer le navire et à couler avec lui. » Ces coléoptères sont vraiment amusants…

Non, Hans-Christian Strache n’est pas nazi

Hans-Christian Strache est le leader du mouvement nationaliste autrichien, le FPÖ, actuellement crédité de 28% des suffrages. Il avait invité Marine Le Pen à un bal identitaire, à Vienne, le 27 janvier. Cela a suscité quelque scandale dans la presse de gauche et d’extrême gauche qui présente volontiers Strache comme un néo-nazi. Dieu merci, l’Union des Français juifs, créée récemment par Marine Le Pen, est arrivée à la rescousse. Ils ont analysé le programme do FPÖ. « Dans son chapitre 2, page 5, le judaïsme est explicitement mentionné comme faisant partie de l’identité autrichienne et européenne ». « H.C. Strache s’est rendu en Israël et au mémorial du Yad Vashem à Jérusalem. » Et Jacques Rosen, porte parole de l’Union des Français juifs, et bien informé, de citer le rabbin israélien Yeshayahu Hollander : «  Les membres des partis de droite qui sont venus en Israël ont déclaré et ont donné des raisons de croire qu’ils ne sont pas antisémites. » Si cela peut les rassurer…

Pépy pépie

Le président de la SNCF Guillaume Pépy et le maire de Bobigny viennent d’inaugurer une exposition à l’ancienne gare de cette ville, d’où sont partis en 1943 et 1944 plus de 20.000 juifs en direction de l’Allemagne. Cette exposition est porteuse d’émotions. Intitulée « Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz », elle transforme, selon Pépy, « ce site ferroviaire en un lieu de mémoire et d’éducation ». « Ce lieu est porteur d’émotion », a-t-il déclaré lors de son inauguration qui a eu lieu pour la Journée en mémoire de la Shoah. Il y a un an, alors qu’il cédait le terrain de la gare à la ville de Bobigny, il avait exprimé « la profonde douleur et les regrets de la SNCF pour les conséquences de la SNCF de l’époque. » Et puis cette remarque remarquable, qui constitue une violente charge contre le train : « Dans toute l’Europe, le train fut un rouage de la machine de destruction nazie. Cela nous donne une responsabilité particulière dans le devoir de mémoire ». Salauds de trains…

Parmi les 150 personnes présentes à l’inauguration, se trouvait Serge Klarsfeld, fondateur de l’Association des fils et filles de déportés juifs de France.

Pépy pépia : « Un peu de moi est parti aussi d’ici. » Un peu de lui… Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre…

Il y a des femmes qui en ont…

Julia Gillard, la première ministre d’Australie n’y va pas de main morte. Florilège : « Les immigrants non australiens doivent s’adapter. C’est à prendre ou à laisser » ; « Je suis fatiguée que cette Nation s’inquiète de savoir si nous offensons certains individus ou leur culture » ; « Nous parlons l’anglais et non pas l’espagnol, l’arabe, le chinois, le japonais, le russe ou autre langage. Donc, si vous voulez faire partie de notre société, apprenez notre langue » ; « Si Dieu vous offense, je vous suggère alors d’envisager une autre partie du monde pour y vivre » ; « Ceci est notre pays, notre terre, notre style de vie… Mais à partir du moment où vous vous mettez à vous plaindre, à gémir à propos de notre drapeau, notre engagement, nos croyances chrétiennes ou notre style de vie, je vous engage fortement à profiter d’une autre grande liberté australienne : le droit de partir. » El Julia Gillard, premier ministre d’Australie, de conclure, pour ceux qui n’auraient pas compris : « Si vous n’êtes pas heureux ici, et bien partez !! Nous ne vous avons pas forcés à venir ! » Eh bien, dites donc…

Ma Christine raconte encore des bêtises…

Ma Christine (Boutin) est bien à la peine. Difficile de recueillir ses 500 parrainages qui lui permettraient d’être présente à l’élection présidentielle. Elle a cependant un sens aigu de la responsabilité politique… La voici qui déclare, l’air grave, dans une interview du Grand Journal de Canal + : « Si j’ai mes 500 signatures et qu’il y a un risque de voir Marine Le Pen au second tour, je me retirerai. » Quel courage, quel héroïsme ! Sûr qu’elle sera invitée au prochain dîner du CRIF…


Le vendredi : lisez

 

250112_182435_PEEL_ZN6ds7.jpg

3,50 € - chez votre marchand de journaux...

Abonnez-vous : cliquez ici

16:27 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.