Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 février 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 012.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3034 du 17 février 2012)

 

« Le peuple juif ne se définit pas par la haine des autres. Il se définit par ses valeurs. Nous sommes le peuple qui a apporté au monde deux choses : l’idée de Dieu et l’idée de l’argent. »

 

Si c’est Attali qui le dit…

 

L’ancien conseiller de François Mitterrand poursuit de façon grandiose: « L’antisémitisme, c’est l’ingratitude.  La grandeur du peuple juif, c’est d’avoir apporté aux autres, même à ceux qui ne veulent pas entendre. C’est un altruisme, non pas intéressé (apparemment il y a des altruismes intéressés… Passons…) mais désintéressé… C’est cette mission qui fait que l’apport de la Loi, de cette générosité, créera une humanité qui survivra, dont le peuple juif sera toujours l’avant-garde. » Atchoum !

 

Dieu merci, Soljenitsyne est mort

 

Il est mort, sinon il aurait fini comme Dieudonné. « Il était clairement antisémite et nostalgique de la monarchie tsariste », déclare Alain Corbière, maire adjoint (PG) du XIIème arrondissement, durant la délibération du Conseil de Paris qui vient de décider d’attribuer le nom d’Alexandre Soljenitsyne à une place du XVIème arrondissement. Crime abominable, il est vrai, Soljenitsyne avait écrit un livre « Deux siècles ensemble », qui narre la difficile cohabitation entre le peuple russe et la communauté juive. A lire en Pdf sur le site www.barruel.com. Curieusement, ce livre n’a jamais paru aux Etats-Unis.

 

Une bonne nouvelle : Mel Gibson bientôt lavé des soupçons d’antisémitisme ?

 

Son film « La passion du Christ » avait suscité l’émoi de l’organisation américaine Anti-Defamation Leage qui y voyait de l’antisémitisme. Le film retraçait fidèlement les Evangiles. Mel Gibson est, ce qui n’est pas forcément une qualité pour certains, père de huit enfants, catholique fervent (on l’a rencontré au Barroux), et partisan de la peine de mort. Son film obtint, malgré les glapissements, trois oscars. Il s’apprête à tourner un nouveau film, consacré à Judas Maccabée, dont il incarnerait le père.  La Révolte des Maccabées a été à la fois une révolte juive contre la dynastie helléniste des Séleucides, et un conflit interne au peuple juif opposant des traditionalistes hostiles à l’évolution de la tradition juive au contact de la culture grecque et des Juifs hellénisants plus favorables au métissage culturel. Cet épisode se situe au iie siècle av. J.‑C.

 

Bon, mais l’épisode actuel se situe actuellement… Une synagogue californienne endettée, menacée de fermeture, lui propose un deal : « Notre proposition, monsieur Gibson, vise à vous laver de tous soupçons d’antisémitisme qui circulent sur vitre compte (houlà !). Quel meilleur moyen pour prouver à vos fans et aux médisants que vous n’êtes pas antisémite que de rejoindre notre cause et de nous aider à réunir des fonds pour notre association ‘sauvez notre synagogue’ ? » La congrégation Beth Shalom a chiffré la somme demandée à un modeste pactole de 1,6 millions de dollars. Pour l’instant, Mel Gibson n’a pas répondu…

 

Un nouveau Strauss-Kahn ?

 

Claude Lanzmann, le réalisateur des exceptionnels films « Shoah » et « Tsahal » vient d’être arrêté et interrogé à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv pour harcèlement sexuel sur une employée de sécurité. Selon le Figaro, quotidien sérieux s’il en est, il aurait saisi par surprise et embrassé de force une employée de l’aéroport, alors qu’il venait de passer les contrôles de sécurité avant d’embarquer dans un avion pour la France.

 

Dieu merci, ça s’est bien terminé. Il a été entendu par la sécurité de l’aéroport avant d’être relâché et autorisé à prendre son avion.

 

Emouvant discours de Sarkozy au dîner du Crif

 

C’était mercredi 8 février au pavillon d’Armenonville. Sarkozy en était l’invité d’honneur. Simone Veil en était, ainsi que Manuel Valls et Nadine Morano, sans oublier François Hollande qui serra la main au Président. Le père de Gilad Shalit, le soldat franco-israélien prisonnier durant cinq ans des Palestiniens et reçu à l’Elysée, était présent. Le discours de Sarkozy fut très émouvant et déterminé, comme il se doit. «  C’est une grande émotion pour tous les Français que Gilad Shalit soit sur le territoire de la France. On a enlevé (à ses parents) un enfant de 20 ans, on leur a rendu un héros » Rien que çà… Mais ce n’est pas fini… Le Président poursuit : « Honte à ceux qui ont eu ce comportement barbare. Israël est une démocratie parce que dans une démocratie, on attache de l’importance à une vie, pas à mille. » Sarkozy n’a pas tort. Selon sa définition, Israël, qui a allègrement massacré des centaines de Palestiniens, est en effet une démocratie. Puis Sarkozy nous a fait une petite leçon d’histoire, qui intéressera nos lecteurs pas bien informés. Il pose la question : « Où s’est passée la Shoah ? » Personne dans l’auditoire ne connaissant la réponse, il fait cette révélation époustouflante : « En Europe ! »

 

Et il enfonce le clou : « Les Européens ont eu l’idée folle de la Shoah » rajoutant « Israël est un miracle. La disparition d’Israël serait un drame. » Sarkozy vise évidemment l’Iran déclarant que « l’acquisition de l’arme atomique par l’Iran est inacceptable et que la France avait décidé de ne plus acheter une goutte de pétrole à l’Iran. » La Chine et l’Inde, qui sont impatients de remplacer la France comme acheteurs du pétrole iranien ont du sabler le champagne en entendant cette déclaration… Sarkozy, en conclusion, s’est fait affectif : « Et si la vraie victoire pour Israël, c’est que si Israël était aimé et non pas craint. » (on retrouve là la syntaxe quelque peu approximative du Président).  Pour ceux qui n’auraient pas compris, il enfonce le clou : « Toute mon histoire, c’est d’avoir été proche d’Israël. Chaque fois qu’un juif, sur le territoire de notre république, est insulté, c’est l’affaire de 65 millions de Français qui sont insultés. » Ils en ont de la chance, eux…

 

La famille de Lee Zitouni pas invitée au dîner du Crif

 

Lee Zitouni est cette jeune femme de 25 ans, tuée le 18 septembre dernier, en Israël, par deux chauffards franco-israéliens, Eric Roubi et Claude Khayat,  qui ont immédiatement pris la fuite et regagné Paris, suscitant une vive émotion. Les autorités israéliennes souhaiteraient pouvoir les juger sur place. Or la France n’extrade pas ses ressortissants, eussent-ils la double nationalité. La famille de Lee Zitouni voulait participer au dîner du Crif. Le président du Crif, Richard Prasquier craignait qu’ils ne tentent d’approcher le président de la République et qu’il y ait une polarisation autour de cette affaire. D’où son refus de les voir invités. Mais les Zitouni ne sont pas rancuniers. Ils lui ont écrit : « Nous éprouvons le plus grand respect pour le Crif et les organisations le composant, pour sa contribution aux relations franco-israéliennes et au peuple juif. »

 

Un débat sur l’extrême droite saboté par les islamistes

 

Cela s’est passé mardi 7 février dans l’auditoire de l’Université libre de Bruxelles, et c’est au fond assez amusant. Caroline Fourest, auteur d’une biographie de Marine Le Pen et antiraciste compulsive, était l’invitée d’un débat sur le thème « l’extrême droite est-elle devenue fréquentable ? » La réponse de Caroline Fourest, proche de l’extrême gauche est évidemment négative. Marine Le Pen avait qualifié l'ouvrage de Caroline Fourest de « succession de mensonges, d'amalgames ignobles, de calomnies, de diffamations et d'injures ». Qui est Caroline Fourest ? Durant l'adolescence, elle découvre son homosexualité, ainsi qu'une conscience politique qui l'amène « à militer pour les droits des minorités ». Elle est un temps responsable du Centre gay et lesbien de Paris. En 1997, elle fonde la revue ProChoix avec Fiammetta Venner (sa compagne, qui a cosigné avec elle de nombreux textes).Éditée par une association du même nom, cette revue s'est donné pour objet de « défendre les libertés individuelles contre toute idéologie dogmatique, liberticide, essentialiste, raciste ou intégriste ». Ses thèmes de prédilection sont la protection de la laïcité, les droits des femmes et des homosexuels.

 

Après avoir dénoncé presque exclusivement l’extrême droite et l’intégrisme chrétien pendant plus de dix ans, Caroline Fourest dénonce en 2006 dans ses livres – Frère Tariq et La tentation obscurantiste – ce qu'elle désigne comme les rapprochements entre une partie de la gauche et les mouvements islamistes. Elle dénonce vivement, dans son livre, le double langage de Tarik Ramadan.

 

Mais revenons à cette réunion. L’auditorium était comble. Dès le début de la conférence, des téléphones portables se mirent à sonner, des hurlements « Burka-bla-bla » retentirent et des personnes affublées de keffieh et de burqas scandèrent des vociférations haineuses à son encontre. Selon le quotidien Le Soir, ce mouvement de contestation serait le fruit d’un assistant de recherche de l’Université, Souhail Chichah, connu pour ses idées extrémistes. Le thème du débat n’était évidemment pour rien dans cette fureur, mais c’est la personnalité même de Caroline Fourest et ses prises de position contre l’obscurantisme islamiste qui étaient visées. Toujours est-il que la réunion fut interrompue et Caroline Fourest dut être raccompagnée vers la sortie par le service de sécurité. Et devinez quel fut son commentaire quand la presse l’interrogea ? Elle mit en cause « l’extrême droite » ! Ahurissant…

 

La beauté des femmes noires

 

Le magazine mensuel « Egaux mais pas trop » se penche sur les critères de beauté de la femme. Les magazines féminins mettraient en avant des canons des plus suspects. La femme idéale serait grande, jeune, mince et… blanche. Ces représentations ignorent ainsi celles qui ont la peau noire et les cheveux crépus. Le magazine se rend donc à la rencontre de ces femmes sous-représentées, donc discriminées. Il interroge Jean-Paul Goude, acteur et témoin privilégié du monde de la mode et de la publicité, pour tenter de répondre à cette douloureuse question . Jean-Paul Goude exprime son amour pour l’Afrique et les Africains : « Enfant, je regardais l’Africain comme un héros. Ca me faisait rêver. » Quant à la militante noire Rokhaya Diallo, elle dit : « Les annonceurs persistent à valoriser une conception marketée de la beauté, plutôt blonde aux yeux bleus. Si les rédactions étaient moins homogènes sur le plan social et culturel elles songeraient à diversifier les modèles mis en avant. » Nous y voilà. Bientôt des quotas dans les rédactions des journaux et des revues.

 

Imaginons Rivarol avec son quota de noirs, de juifs, d’homosexuels et de francs-maçons… Ce serait amusant…Enfin, peut-être pas pour Jérôme Bourbon ni pour les lecteurs…

 

« La société multiculturelle, multiethnique, ce n’est pas tenable »

 

C’était, d’après le très cosmopolite député socialiste PS, fondateur de SOS racisme et grand collectionneur de montres des plus coûteuses, la conviction de ses parents. Lui-même est né à Oran et ses parents ont vécu sur le sol de l’Algérie française. Il raconte au Figaro Magazine : « Nous sommes arrivés en 1965. J’avais dix ans. Mon père était directeur d’école et ma mère institutrice. C’étaient des gens de gauche qui avaient cru dans la révolution algérienne, dans une société multiculturelle, multiethnique… Ils se sont vite rendus compte que ce n’était pas tenable. »  Quant à l’anthropologue Claude Lévi-Strauss, qui n’a pas la réputation d’être un homme d’extrême droite, voilà ce qu’il déclarait : « Que les peuples ne vivent pas trop près les uns des autres, sinon c’est la guerre, mais pas trop loin non plus, sinon, ils ne se connaissent plus, et alors, c’est la guerre ! »

 

L’horrible bourgeoisisme

 

Voilà un extrait de la définition qu’Hermann Hesse donne, dans Le Loup des Steppes, de l’esprit bourgeois. On la lira dans le Petit Lexique du partisan européen, modeste mais intéressante brochure à laquelle avait contribué Guillaume Faye en 1985,  qui vient d’être rééditée, et disponible sur Librad (6 euros) : « L’homme a la possibilité de s’abandonner entièrement à l’esprit, à la tentative de pénétration du divin, à l’idéal de la sainteté. Il a également la possibilité inverse de s’abandonner entièrement à la vie de l’instinct, aux convoitises de ses sens, et de concentrer tout son désir sur le gain de la jouissance immédiate. La première voie mène à la sainteté, au martyre de l’esprit (…). La seconde mène à la débauche, au martyre des sens (…). Le bourgeois, lui, cherche à garder le milieu modéré entre ces extrêmes (…) Il n’aspire ni à la sainteté, ni à son contraire, il ne supporte pas l’absolu, il veut bien servir Dieu, mais aussi le plaisir. (…) Le bourgeois, de par sa nature, est un être doué d’une faible vitalité, craintif, effrayé de tout abandon, facile à gouverner. C’est pourquoi, à la place de la puissance, il a mis la majorité. A la place de la force, la loi. A la place de la responsabilité, le droit de vote. (…) Il est clair que cet être pusillanime, en quelque grande quantité qu’il existe, est incapable de se maintenir, qu’en raison de ses facultés il ne peut jouer dans le monde un autre rôle que celui d’un troupeau de brebis entre des loups errants. » A méditer…

18:37 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

TOUS A PARIS SAMEDI 3 MARS AVEC CARL LANG, ROBERT SPIELER, ROGER HOLLEINDRE, FERNAND LE RACHINEL, YANN PHELIPPEAU ET L'UNION DE LA DROITE NATIONALE !

RS Carl 3 mars 2012.jpg

14:19 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

mardi, 14 février 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 010.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3033 du 10 février 2012)

« Je conçois qu’on puisse avoir un avis divergent du mien, je suis pour la démocratie de dialogue », déclarait Marine Le Pen au magazine homosexuel Têtu, en décembre 2011. Problème : cette « démocratie de dialogue » s’arrête très vite, dès que commence le nationalisme. Laura Lussaud, plus jeune membre du comité central du FN, adhérente depuis l’âge de 13 ans : virée. Elle avait, il est vrai, participé à la manifestation du 14 janvier à Lyon, organisée par les Jeunesses nationalistes en hommage à nos soldats morts en Afghanistan. Elle portait une des 78 croix symbolisant les 78 sacrifiés (82 aujourd’hui) à l’ordre nouveau américain. Raus ! (dehors !)

FN : La descente aux abîmes…

Stéphane Poncet est (enfin, probablement était) candidat du Front national aux législatives dans le Rhône. Accusé d’avoir publié des caricatures à « caractère raciste » sur son blog, il sera traduit devant le conseil de discipline du parti. Rien de bien méchant pourtant dans ces caricatures. On y voit un « Père Noël roumain » dérobant un écran plat, et la caricature d’un noir, façon publicité pour Banania, qui moque le film Intouchables interprété par Omar Sy. Marine Le Pen a dit qu’elle « regrettait profondément » ces dessins. Le secrétaire général, Steeve Briois, souligne que ce genre de comportement est « complètement contraire à la stratégie de dédiabolisation » voulue par la dirigeante du mouvement. Bref, commission de discipline, et ensuite, déclare Louis Alliot « Marine Le Pen tranchera ». Question : A force de trancher, que restera-t-il du FN ?

Patrick Bassot a été, quant à lui, élu conseiller général FN, avec 54% des suffrages, en mars 2011 dans le canton de Carpentras-Nord. Il est poursuivi par le MRAP pour « provocation à la discrimination raciale » pour avoir évoqué dans la revue municipale de Carpentras « l’implantation imposée d’immigrés qui, quotidiennement, nous empoisonnent la vie par leurs exactions »  Le procès avait lieu le jeudi 26 janvier : aucun dirigeant du FN, ni national ni local n’était présent pour le soutenir. Aucun… Que voulez-vous que je vous dise…

Certains malins avaient pensé pouvoir « finassieren » (expression allemande qui a plus de force et de signification que ‘finasser’). C’est le cas de Philippe Vardon, leader de Nissa Rebella, la branche niçoise du Bloc Identitaire. Le Bloc Identitaire avait entrepris une consultation interne au près de ses militants. Question : quelle position prendre à l’élection présidentielle ? Réponse des militants : aucun soutien à quiconque. Mais les militants niçois, cornaqués par Vardon, qui a, disons quelques ambitions, ont voté majoritairement en faveur du soutien à Marine Le Pen. Vardon espérait ainsi obtenir l’investiture du FN aux prochaines législatives. Et devinez ce qui se passa ? Marine Le Pen et Louis Alliot s’y opposèrent : un passé trop sulfureux, une vision trop européenne. Raus ! (Dehors).

Gollnisch se plaint

Bruno Gollnisch n’est pas très content. « Je ne demande qu’une chose, c’est d’être davantage engagé, y compris publiquement », a-t-il déclaré dans une interview à la télévision. « Si Marine Le Pen ne souhaite pas que je m’exprime, je ne vais pas me livrer à des reptations pour avoir une émission. Il suffirait que j’exprime le moindre dissentiment et je serais invité dans les 20h. Je sais comment le système marche. » Et il ajoute qu’il trouve cela « regrettable », estimant qu’il « pourrait avoir des choses à dire dans des domaines de (sa) compétence », comme le droit international ou la renégociation des traités. Ben oui, c’est ainsi que cela se passe…

Et tout çà, ça fait d’excellents Français…

On se souvient de la chanson que Maurice Chevalier chantait dans les années 1940 : « Et tout çà, ça fait d’excellents Français, d’excellents soldats qui marchent au pas… et pensent que la république, c’est encore le meilleur régime ici-bas… » Me Gilbert Collard vient de présenter, sur la péniche Maxim’s à Paris, aux côtés de Marine Le Pen, le comité de soutien à la candidature à l’élection présidentielle de MLP. Que du beau monde… Le Nouvel Observateur relève : « On savait la gamme chromatique de Marine Le Pen assez portée sur le bleu blanc rouge. Jeudi, elle a inauguré sa période black blanc beur ».  Sur scène, que du lourd, tendance congrès pour la diversité : une femme noire d’origine africaine, un homme noir guadeloupéen, un membre de l’Union des Juifs de France (association récemment créée par Marine Le Pen), un syndicaliste policier d’origine maghrébine, entouraient Gilbert Collard et Marine Le Pen. « Non, Marine Le Pen n’est pas raciste, pas antisémite, pas contre l’outre-mer », déclare un des intervenants, et Collard d’en remettre une louche : « Nous sommes soudés dans cet amour qui paraît con, celui de la France. Noir, blanc, jaune, juif, mais qu’est-ce qu’on s’en tape ! » Trop émouvant…

La bête immonde était juive

Pendant des mois, les résidents juifs de Manhattan et de Brooklyn ont vécu dans la peur des « attentats antisémites ». Des croix gammées peintes sur les murs, des écoles juives et des yeshivas vandalisées, des habitants juifs qui recevaient des menaces de mort sur leurs répondeurs. En décembre, lors d’une réunion de quartier, les habitants ont exigé des mesures violentes contre le « militantisme musulman grandissant. » déclarant notamment : « Il faut chasser ces gens de nos rues, fermer leurs mosquées qui sont des centres de prédication de la haine ». Parmi les plus virulents, il y avait un certain David Haddad, 56 ans, dont les idées sionistes étaient bien connues dans le quartier. A plusieurs reprises, lui et son groupe avaient déclaré qu’il fallait « réveiller la communauté et entretenir la pression, pour rester vigilant face aux menaces qui pèsent sur Israël. » La police vient de l’arrêter. Les croix gammées, les slogans antisémites, les menaces, c’était lui… Ca vous rappelle quelque chose ?

Profaner des cimetières chrétiens ou musulmans et juifs, ce n’est pas pareil

C’est Sarkozy qui, lors de ses vœux aux autorités religieuses, qui le déclare : « Les cimetières chrétiens et les petites chapelles isolées de nos campagnes sont l’objet d’agressions revendiquées par des ‘satanistes’, ce qui dénote une imbécillité profonde. Les cimetières juifs, les cimetières musulmans sont, eux, victimes d’actes authentiquement racistes et xénophobes. » Les catholiques apprécieront la pertinence du propos de Sarkozy…

« Il faut leur couper les mains et les crucifier »

Sadok Chourou est un élu influent du parti tunisien islamiste Ennadha. L’ancien régime, obscurantiste, l’avait mis au frais dans une geôle pendant 18 ans. Le mouvement islamiste était considéré comme terroriste, mais Dieu merci, Bernard-Henri Lévy s’en est occupé. Grâce à lui, les islamistes tiennent le haut du pavé. Sadok Chourou fait aujourd’hui partie des élus de la Constituante tunisienne et propose sa méthode pour ramener le calme dans le pays : il cite, dans un discours, le verset suivant du Coran : « Le paiement de ceux qui font la guerre contre Allah et son messager et qui s’efforcent au désordre sur la terre, c’est qu’ils soient exécutés ou crucifiés, ou que leur soit coupée la main et la jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés de la terre : voilà pour eux l’ignominie d’ici-bas ; et dans l’au-delà il y a pour eux un énorme châtiment ». De grands humanistes. Merci qui ?

L’Imam Khomeini revient en carton

L’anniversaire de l’arrivée de l’Imam Khomeini à Téhéran en 1979 vient d’être commémoré à l’aéroport de Téhéran. D’une façon des plus originales et amusantes. On voit l’avion atterrir. La porte s’ouvre et deux militaires en sortent, portant un portrait en carton de l’Imam, qui n’a pas de pieds. Ils descendent solennellement les marches, accueillis par des soldats au garde à vous. L’imam en carton poursuit sa route jusqu’à l’école d’enseignement Refah où il tint un discours, 33 ans plus tôt. On installe son carton autour d’une table. Commentaire d’un internaute iranien : « Alors que tout le monde est servi, il est vraiment scandaleux que l’Imam n’ait pas de tasse de thé devant lui ! »

La Grande loge nationale française en voie d’explosion

Le Grand Maître François Stifani est violemment contesté. Son opposition, réunie autour de l’Union les Loges Régulières Française (ULRF) regroupe environ 17.000 frères sur 43.500. La révolte est menée par Alain Juillet, fils de l’ancien conseiller de Jacques Chirac, Pierre Juillet et alter ego de Marie-France Garaud. D’après un communiqué de l’URLF, « François Stifani présente tous les symptômes de la pathologie des dictateurs et est prêt, comme eux, à faire sombrer le navire et à couler avec lui. » Ces coléoptères sont vraiment amusants…

Non, Hans-Christian Strache n’est pas nazi

Hans-Christian Strache est le leader du mouvement nationaliste autrichien, le FPÖ, actuellement crédité de 28% des suffrages. Il avait invité Marine Le Pen à un bal identitaire, à Vienne, le 27 janvier. Cela a suscité quelque scandale dans la presse de gauche et d’extrême gauche qui présente volontiers Strache comme un néo-nazi. Dieu merci, l’Union des Français juifs, créée récemment par Marine Le Pen, est arrivée à la rescousse. Ils ont analysé le programme do FPÖ. « Dans son chapitre 2, page 5, le judaïsme est explicitement mentionné comme faisant partie de l’identité autrichienne et européenne ». « H.C. Strache s’est rendu en Israël et au mémorial du Yad Vashem à Jérusalem. » Et Jacques Rosen, porte parole de l’Union des Français juifs, et bien informé, de citer le rabbin israélien Yeshayahu Hollander : «  Les membres des partis de droite qui sont venus en Israël ont déclaré et ont donné des raisons de croire qu’ils ne sont pas antisémites. » Si cela peut les rassurer…

Pépy pépie

Le président de la SNCF Guillaume Pépy et le maire de Bobigny viennent d’inaugurer une exposition à l’ancienne gare de cette ville, d’où sont partis en 1943 et 1944 plus de 20.000 juifs en direction de l’Allemagne. Cette exposition est porteuse d’émotions. Intitulée « Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz », elle transforme, selon Pépy, « ce site ferroviaire en un lieu de mémoire et d’éducation ». « Ce lieu est porteur d’émotion », a-t-il déclaré lors de son inauguration qui a eu lieu pour la Journée en mémoire de la Shoah. Il y a un an, alors qu’il cédait le terrain de la gare à la ville de Bobigny, il avait exprimé « la profonde douleur et les regrets de la SNCF pour les conséquences de la SNCF de l’époque. » Et puis cette remarque remarquable, qui constitue une violente charge contre le train : « Dans toute l’Europe, le train fut un rouage de la machine de destruction nazie. Cela nous donne une responsabilité particulière dans le devoir de mémoire ». Salauds de trains…

Parmi les 150 personnes présentes à l’inauguration, se trouvait Serge Klarsfeld, fondateur de l’Association des fils et filles de déportés juifs de France.

Pépy pépia : « Un peu de moi est parti aussi d’ici. » Un peu de lui… Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre…

Il y a des femmes qui en ont…

Julia Gillard, la première ministre d’Australie n’y va pas de main morte. Florilège : « Les immigrants non australiens doivent s’adapter. C’est à prendre ou à laisser » ; « Je suis fatiguée que cette Nation s’inquiète de savoir si nous offensons certains individus ou leur culture » ; « Nous parlons l’anglais et non pas l’espagnol, l’arabe, le chinois, le japonais, le russe ou autre langage. Donc, si vous voulez faire partie de notre société, apprenez notre langue » ; « Si Dieu vous offense, je vous suggère alors d’envisager une autre partie du monde pour y vivre » ; « Ceci est notre pays, notre terre, notre style de vie… Mais à partir du moment où vous vous mettez à vous plaindre, à gémir à propos de notre drapeau, notre engagement, nos croyances chrétiennes ou notre style de vie, je vous engage fortement à profiter d’une autre grande liberté australienne : le droit de partir. » El Julia Gillard, premier ministre d’Australie, de conclure, pour ceux qui n’auraient pas compris : « Si vous n’êtes pas heureux ici, et bien partez !! Nous ne vous avons pas forcés à venir ! » Eh bien, dites donc…

Ma Christine raconte encore des bêtises…

Ma Christine (Boutin) est bien à la peine. Difficile de recueillir ses 500 parrainages qui lui permettraient d’être présente à l’élection présidentielle. Elle a cependant un sens aigu de la responsabilité politique… La voici qui déclare, l’air grave, dans une interview du Grand Journal de Canal + : « Si j’ai mes 500 signatures et qu’il y a un risque de voir Marine Le Pen au second tour, je me retirerai. » Quel courage, quel héroïsme ! Sûr qu’elle sera invitée au prochain dîner du CRIF…


Le vendredi : lisez

 

250112_182435_PEEL_ZN6ds7.jpg

3,50 € - chez votre marchand de journaux...

Abonnez-vous : cliquez ici

16:27 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 13 février 2012

Conférence de Synthèse nationale à Paris samedi 11 février : vers la reconstruction du mouvement national..

Samedi 11 février, tout au long de l’après midi, Synthèse nationaleorganisait à l’Espace Dubail à Paris une conférence sur l’évolution de la droite nationale entre 1968 et 2012. Sujet qui tombe en plein dans l’actualité à quelques mois de la présidentielle et des législatives. Plus de 150 personnes ont assisté à cette conférence.

Pourquoi avoir décidé de prendre 1968 comme année de départ de cette conférence ? Tout simplement parce que, en 1968, la Droite nationaliste était au fond du gouffre, sans structures ni mouvements capables de récupérer « les évènements » qui marquèrent les mois de mai et juin de cette année là.

IMG_8494.JPG

Thomas Joly, Robert Spieler, Roland Hélie et Jérôme Bourbon

(Photo Altermedia)

Tout d’abord, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, a fait un historique du mouvement national depuis cette date. Il expliqua comment la Droite nationale, après bien des péripéties, a fini, au début des années 80 à sortir de la marginalité. Cette sortie de la marginalité étant l’aboutissement d’années de travail des militants des différentes organisations qui avaient maintenu le flambeau pendants cette période

Deuxième intervenants, Jérôme Bourbon, le directeur de Rivarol, se livra à une brillante analyse de la situation politique actuelle. Mettant en garde les nationaux sur l’éventualité de l’arrivée de François Hollande à l’Elysée, arrivée au pouvoir qui se traduirait par l’attribution du droit de vote aux étrangers, la légalisation des mariages homos, l’augmentation de la fiscalité… Notre refus de Sarkozy ne doit pas nous conduire à une admiration subite pour Hollande a indiqué l’éditorialiste de l’hebdomadaire de l’opposition nationale et européenne. Pour lui, la Droite nationale ne doit pas non plus se laisser abuser par les problèmes que rencontre la candidate Marine Le Pen pour rassembler ses signatures. La situation dans laquelle se trouve le FN n’est que la résultante de l’incapacité et des erreurs accumulées de sa direction actuelle. Celle-ci porte une large part de responsabilité en ayant cru que la dédiabolisation et la quête effrénée de la respectabilité auraient suffit pour faire de Mme Le Pen une candidate crédible. A la trahison du FN, il est temps de proposer aux nationaux, aux nationalistes et aux identitaires, une alternative. Celle-ci est en train de s’organiser autour de l’Union de la Droite Nationale. S’il y a un exemple à suivre en Europe aujourd’hui, c’est vers la Hongrie qu’il faut tourner les yeux : Jobbik, le parti nationaliste magyar, qui refuse toutes compromissions avec le Système et la dictature de la pensée unique, nous montre la voie à suivre…

Cette nouvelle espérance que représente désormais l’Union de la Droite Nationale, c’est Thomas Joly, le jeune et dynamique secrétaire général du Parti de la France, qui l’incarnait à la tribune. Au cours de son discours chargé d’espoirs, il enflamma l’assistance en annonçant que Carl Lang venait de passer la barre des 250 promesses de signatures. Il faut redoubler notre effort et bientôt nous pourrons peut être ainsi relever le défis. Et, quoiqu’il en soit, au-delà de la Présidentielle, c’est sur le long terme que nous devons inscrire notre action. Le combat électoral, indispensable certes, ne peut être victorieux que s’il est accompagné par le combat culturel et le combat social. Tout est à refaire, c’est à cette tâche indispensable, si l’on veut que la France et l’Europe continuent à exister en tant que telles, que nous allons nous atteler. Après la partie historique de cette conférence de Synthèse nationalefaite par Roland Hélie et après l’analyse politique de Jérôme Bourbon, Thomas Joly a démontré pourquoi le combat pour rendre la France aux Français était plus nécessaire que jamais.

Une pose d’une demi-heure au cours de laquelle les participants purent visiter les stands présents (celui de Synthèse nationale et la Nouvelle Droite Populaire, efficacement tenu par Phillip Graf, bien sûr, mais aussi Terre et peuple, Troisième voie qui présentait son nouveau mensuel Salut public, les journaux Rivarol et  Militant), acheter et se faire dédicacer le nouveau livre de Jean-Claude Rolinat, Salazar le regretté… consacré à la vie du chef du Portugal nationaliste (Les Bouquins de Synthèse nationale, 156 pages, 18,00 €) ainsi que le livre que vient de consacrer Anne Kling à la curieuse évolution du Front national (FN : tout ça pour ça… Editions Mithra, 250 pages, 18,00 €). Parmi le public, notons la présence de Pierre Sidos, fondateur de l’Œuvre française, Gabriele Adinolfi, directeur de l’institut romain Polaris, François Ferrier, membre de la direction nationale de la NDP, de Pierre Descaves, ancien député, de Jean-Paul Chayrigues de Olmetta, le Marquis écrivain et journaliste…

IMG_8496.JPG

Pierre Vial, Robert Spieler, Anne Kling et Roland Hélie.

(Photo Altermedia)

La seconde partie de la conférence débuta par l’intervention de Pierre Vial, Président de Terre et peuple. Celui-ci rappela le rôle déterminant joué, au cours des années 70 et 80, dans la reconquête culturelle par ce qui fut alors appelé la Nouvelle Droite. Pierre Vial sait de quoi il parle puisqu’il était secrétaire général du GRECE, la formation centrale de cette Nouvelle Droite. Il insista, non sans raisons, sur la nécessité de doter l’Union de la droite nationale d’un laboratoire d’idées digne de ce nom qui regrouperait toutes les compétences issues des différentes composantes de l’UDN, ainsi que, éventuellement, des spécialistes venus d’ailleurs afin de constituer le socle idéologique de ce que sera la Droite nationale de demain. Cette idée suscita l’enthousiasme de l’auditoire et  Pierre Vial s’est proposé de la présenter, dans les semaines qui viennent, aux dirigeants des différents mouvements membres de l’Union. Voilà un projet concret qui mérite d’être réalisé. Cela évitera peut être dans l’avenir toutes les dérives du type de celles auxquelles on assiste actuellement au FN.

Le FN justement… Il était difficile d’envisager une telle réunion sans en parler. Pour cela, nous avons invité Anne Kling, écrivain qui a déjà écrit plusieurs ouvrages qui font références, en particulier sa remarquable France licratisée, publiée en 2007 (Editions Mithra, 251 pages, 18 €), qui démonte complètement le système de l’officine antiraciste à la solde du communisme international. Lors de la sortie de ce livre, Synthèse nationale avait organisé une conférence à paris et Anne Kling est intervenue à plusieurs de nos journées nationales et identitaires annuelles. Interrogée par Robert Spieler, chroniqueur à Rivarol et Délégué national de la NDP, Anne Kling démontra point par point comment les différentes étapes de la dédiabolisation orchestrée par Marine Le Pen depuis 2002 ont conduit le FN à rompre avec ce qui était sa raison d’être : incarner politiquement la Droite nationale française. Aujourd’hui, n’en déplaise à certains, le FN n’a plus aucune légitimité au sein de notre famille politique. Son discours et ses mœurs le place aux antipodes de notre conception des choses. La lecture du livre d’Anne Kling est indispensable à quiconque veut comprendre cette funeste évolution...

Plus que jamais l’émergence d’une force nouvelle capable de redonner sa place et toute sa place à la Droite nationale est indispensable pour notre pays. C’est dans cette perspective que, depuis sa création en 2006, Synthèse nationale œuvre quotidiennement.

Pour vous procurer le livre d'Anne Kling, ou celui de Jean-Claude Rolinat, cliquez ici

10:56 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

samedi, 11 février 2012

Aujourd'hui, samedi 11 février, 2 évènements à Paris : la conférence de Synthèse nationale sur l'évolution de la Droite nationale entre 1968 et 2012 et la sortie du premier Bouquin de Synthèse nationale...

SN 11 02 2012 Flyer.jpg


Tract cliquez ici


 

1111151646.jpg


 

Anne Kling dédicacera son dernier livre

FN, tout ça pour ça...

 

 UNE AUTRE BONNE NOUVELLE :

A cette occasion, Synthèse nationale vous annonce le lancement d'une nouvelle activité : l'édition de livres destinés à renforcer la formation, à la fois historique, idéologique et culturelle de notre peuple.

Le premier "Bouquin de Synthèse nationale", rédigé par notre camarade et ami Jean-Claude Rolinat sortira donc samedi. Il est consacré à un homme peu connu dans les milieux nationalistes : Antonio de Oliveira Salazar, chef du Portugal de 1926 à 1968.

Vous pourrez acheter ce livre (164 pages, 18 €), tout comme bien entendu celui d'Anne Kling, samedi prochain lors de la conférence de Synthèse nationale.

 SN 26 Salazar.jpg


 

SALAZAR le regretté…

 

Jean-Claude Rolinat                                                                  Parution le 9 février 2012

 

Salazar, chef du Portugal nationaliste, l’Etat nouveau, de 1926 à 1968. Peu connu des nationalistes français il transforma ce petit pays, fort d’un empire gigantesque que beaucoup trouvaient anachronique et que certains convoitaient, en une nation moderne. Et, 40 ans après sa mort, 41% des Portugais le considère comme le plus grand de leurs compatriotes, devant le navigateur Vasco de Gama… Loin des clichés véhiculés par les tenants de la pensée unique, cette biographie que nous propose Jean-Claude Rolinat remet les choses à leur place.

 

SALAZAR le regretté… Jean-Claude Rolinat, Les Bouquins de Synthèse nationale, 164 p., 18,00 €

 

Jean-Claude Rolinat sera présent et dédicacera

son nouveau livre SALAZAR le regretté...

 

Bulletin de commande cliquez ici

09:25 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 001.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3032 du 3 février 2012)

Ca s’est passé le 20 décembre, lors d’un conseil des ministres réuni autour de Nicolas Sarkozy. Le Président, qui n’est pas vraiment un intellectuel, mais qui prétend le devenir, prend la parole : « J’espère que tout le monde a lu Le soldat oublié. C’est mieux pour la compréhension des choses, de la dureté de la guerre, que toutes les explications du moment. »

Il paraît que c’est Carla Bruni qui lui avait recommandé la lecture du livre…

Sarkozy, néo-nazi ?

Le Soldat oublié, de Guy Sajer, est un livre magnifique, le meilleur de tous les livres racontant les combats de la deuxième guerre mondiale, qui évoque son expérience sur le front de l’Est et sa lutte, ainsi que celle de ses camarades, contre le bolchevisme, dans les rangs de la grande armée européenne qui tenta de sauver l’Europe.

Guy Sajer avait un père alsacien et une mère allemande. En plus de ces qualités, il était un remarquable dessinateur, qui publia de multiples albums de bandes dessinées. Il évoqua notamment le goulag, sur le mode de l’humour, en inventant un personnage des plus pittoresques, Eugène Krampon. Mais son chef d’œuvre estKaleunt (contraction de Kapitän Leutnant, le grade des commandants de sous-marins allemands). Il met en scène un sous-marin allemand et son équipage qui chassent dans l’Atlantique et coulent de nombreux navires de l’ennemi. On retrouve l’ambiance de ce film extraordinaire, das Boot (le bateau), que je vous recommande vivement de voir. Le sous-marin finit par être gravement avarié par les grenades de l’ennemi. Il coule. Impossible de le redresser. La mort est certaine, dans d’atroces douleurs, dues aux émanations de chlore. Le Kaleunt sort son revolver et le tend à son second qui lui dit : « J’aurais tant aimé vivre ». Le commandant lui répond : « Vivre dans ces démocraties ? L’essentiel n’est-il pas d’imposer sa volonté à un certain moment du temps ? »Deux éclairs, et puis c’est la fin…

Ce livre culte, que tous les nostalgiques de l’Europe nouvelle connaissent est honoré par Sarkozy. Mais l’a-t-il vraiment lu, et a-t-il vraiment compris ?

Guy Sajer a, quant à lui, toujours considéré que son honneur s’appelait fidélité…

Hervé Morin, révisionniste

Le candidat du Nouveau Centre, qui fut un exceptionnel ministre de la Défense, dans le registre nuls de chez nuls, a commis un discours tout à fait remarquable lors d’un récent déplacement à Nice. Il s’adresse à son auditoire : « Vous qui, pour certains d’entre vous, avez des cheveux blancs, vous avez vu tout près d’ici le débarquement de Provence ». Et il rajoute : « Moi qui ai vu en Normandie le débarquement des alliés, nous avons vécu des épreuves drôlement plus difficiles que celles que nous avons à vivre aujourd’hui. » Bon, Hervé Morin est né en 1961. Mais soyons révisionnistes. Il n’est pas totalement impossible que le débarquement en Normandie, contrairement à ce que disent les livres d’histoire, ait eu lieu dans les années 1968…

Ca ne marche toujours pas…

Louis Aliot, vice-président du Front national, et d’ascendance juive, a porté plainte contre Edward Amiach, candidat de l’UPJF (Union des Patrons Juifs de France) dans la 8ème circonscription des Français à l’étranger, la circonscription qui inclut Israël, et où Aliot est lui-même candidat. Motif : Injure publique, après qu’Amiach ait qualifié Aliot « d’antisémite notoire ». Un comble pour un dirigeant du FN qui s’est rendu récemment en Israël pour y exprimer tout son soutien au combat que mène l’Etat hébreu…

Cette Union des Patrons et Professionnels juifs de France a été créée en 1997. Examinons ses propositions : « Notre judaïsme est une composante déterminante de notre identité » ;« Nous pouvons être à la fois des citoyens français attachés à notre pays et afficher notre soutien à l’Etat d’Israël » ; « Il est du devoir de la communauté juive de France de devenir une véritable force de proposition auprès des pouvoirs publics ». Les objectifs affichés sont les suivants : « La lutte contre l’antisémitisme » ; « La défense de l’image d’Israël en France » ; «  Favoriser le développement des relations économiques entre les PME françaises et israéliennes ». L’UPJF, qui se veut être un interlocuteur permanent des dirigeants de la France, et qui rêve de jouer l’équivalent du rôle du très puissant lobby juif américain, l’AIPAC, organise régulièrement des voyages en Israël à destination des responsables politiques français. Le programme de L’UPJF le déclare, tout net : « L’UPJF est active au niveau international, essentiellement avec Israël et les Etats-Unis.»On s’en serait doutés…

L’UPJF organise aussi des colloques, qu’elle décrit comme « des évènements incontournables de la communauté juive », où elle remet des Prix aux plus méritants. C’est ainsi que Claude Goasgen, député-maire de Paris et ancien du mouvement Occident, obtint le Prix de l’amitié France-Israël : remis par son Excellence, Yossi Gal,himself, Ambassadeur de l’Etat d’Israël en France. Frédéric Lefèvre, ministre des PME, eut droit au « Prix de la lutte contre l’antisémitisme et l’antisionisme ». Quant à François d’Orcival, Rédacteur en chef de Valeurs Actuelles, on le voit en photo tenant un magnifique chandelier à sept branches, tout fier d’avoir obtenu le Prix des médias. François d’Orcival… Un ancien d’Europe Action… On voit, dans le livre « Génération Occident » une photo le représentant aux côtés d’Alain Robert et d’Alain de Benoist, à un camp de la Fédération des Etudiants Nationalistes. François d’Orcival… Membre de Jeune Nation, mouvement dirigé par Pierre Sidos, et dissous en 1958, militant pour l’Algérie française, il fut interné dans un camp en 1962. Depuis, il a, disons, changé de camp. Il déclare : « Tout ce que je peux dire, c’est que De Gaulle avait raison ». Il appelle à voter Sarkozy en 2007.

Et hop, élu le 23/06/08 au fauteuil d’Henri Amouroux à l’Académie des sciences morales et politiques. Ah, j’oubliais : chevalier de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du mérite.

Les très étranges dérives du Front national

Une très étrange recrue venue de l’extrême gauche vient d’être investie par Marine Le Pen aux élections législatives en Moselle. Comme le relève Minute, « A 62 ans, Elisabeth Barget a un parcours qui ferait passer Eva Joly pour une bigote et une mère la vertu. » Elle sera candidate aux prochaines élections législatives dans la 9ème circonscription de la Moselle, celle de Thionville-Est. Elle fut de tous les combats en faveur de l’avortement et participa à tous les combats gauchistes depuis 1968, prônant le « droit de disposer de son corps » et « luttant contre le péril fasciste » représenté par le Front national. A l’occasion de la venue en France, en 1996, de Jean Paul II pour célébrer le 1500ème anniversaire du baptême de Clovis, elle exige d’être débaptisée. Membre de la CGT, puis trotskyste, elle manifesta devant l’Assemblée nationale en brandissant une banderole : « Députés, vos femmes avortent » et milita au MLAC (Mouvement de libération de l’avortement et de la contraception). Elle s’activera particulièrement au sein de « l’observatoire de l’extrême droite » mis en place par Ras l’Front. Elle le reconnaît :« Je fliquais Radio Courtoisie ». Elle milite parallèlement à Act Up et à Initiative républicaine, quelle présente elle-même, selon Minute, comme une « émanation du Grand Orient de France ». En 1996, Elisabeth Barget dénonce, dans Libération, l’Eglise catholique comme « une secte réactionnaire et totalitaire ». Elle fonde l’association « Rendez-nous nos âmes », appelant les athées baptisés à écrire à l’évêché pour se faire rayer des registres de baptêmes. Bref, que du lourd…

Mais notre amie, ou plutôt celle de Marine Le Pen, est allée à résipiscence. Elle a tout d’abord rejoint l’UMP et posé sa candidature pour être secrétaire d’Etat (interdit de rire). Damned, raté : « Ils ont pris Fadela Amara », déclare-t-elle. Pas grave. Elle vient de prendre sa carte au Front national car elle s’est aperçue que Marine Le Pen pensait comme elle. Elle se sent rassurée. Le discours qu’elle a entendu à un meeting de Marine Le Pen l’a comblé : « Le Front national a subi une mutation. J’ai vraiment entendu un discours de gauche. »

Bref, la voici investie…

Permettez-moi cette réflexion tout à fait personnelle, qui n’engage pas Rivarol : quand je vois des catholiques proches de la Tradition défiler lors de la marche pour la vie, et qui s’apprêtent à voter Marine Le Pen, je ne peux pas m’empêcher de me marrer doucement…

Le vote homosexuel

Le vote homosexuel, qui représenterait près de 6,5% des électeurs, penche fortement à gauche. « Leur poids électoral est supérieur à celui du noyau dur de la population catholique pratiquante », révèle François Kraus, de l’IFOP. D’après un récent sondage, 49,5% des homosexuels affirment qu’ils voteront pour un candidat de gauche, 22,5% pour un candidat de droite, et 19,5% pour Marine Le Pen. Marine Le Pen s’était émue, en décembre 2010, à Lyon, du sort des homosexuels vivant dans les quartiers, victimes de « lois religieuses qui se substituent aux lois de la République ». L’abrogation du pacs ne figure pas dans le programme de la candidate, mais le FN reste cependant hostile au mariage entre personnes du même sexe.

Où en sont les parrainages de Marine Le Pen ?

C’est difficile, très difficile. Elle dispose de 116 signatures des conseillers régionaux du FN et de celle de l’unique conseiller général du mouvement. Pour l’instant, le nombre de promesses de parrainage de maires est de 220. Problème,  et Carl Lang, qui avait sauvé Jean-Marie Le Pen à deux reprises, est bien placé pour le savoir, la moitié de ces promesses ne se concrétisent pas. En d’autres termes, Marine Le Pen est probablement à 230 signatures potentiellement sûres. Très loin des 500 nécessaires pour concourir à l’élection présidentielle.

Recrutements de la Marine nationale

La Marine nationale lance une campagne de recrutement, à coups de spots TV, tout à fait misérable. Elle met évidemment en avant la richesse que représente la diversité ethnique. Les officiers se souviendront cependant de la mutinerie qui eut lieu en 1999 à bord du porte-avions Foch. Une soixantaine de jeunes engagés volontaires, tous maghrébins, avaient pris en otage leur officier d’armes. Ils s’étaient retranchés deux jours dans la cafétéria avant que des commandos ne viennent mettre bon ordre. Ces JFOM (jeunes français d’origine maghrébine, dans le jargon militaire) n’avaient pas apprécié une punition collective infligée suite à une rébellion survenue lors d’une mission au large de la Yougoslavie au cours de laquelle des frappes avaient été effectuées sur le Kossovo, considéré par ceux-ci comme un sanctuaire musulman.

« Le rugby français est raciste »

C’est le président du Racing Club de Toulon qui l’affirme. Il s’appelle Mourad Boudjellal. Que dit-il ? « Si le rugby veut se développer, il sera obligé de prendre en compte la nouvelle typologie de la France et celle-ci est black-blanc-beur. Aujourd’hui, si une partie du pays ne s’intéresse pas du tout au rugby, c’est parce qu’il (…) correspond à un côté franchouillard dans lequel beaucoup ne se reconnaissent pas. » Et Boudjellal d’insister : « Oui, le rugby français, il est raciste. Il est à l’image de la France franchouillarde et conservatrice. Je me souviens qu’un jour, le public s’est mis à chanter ‘La Marseillaise’ quand notre équipe (mélangée) est entrée. Cela voulait dire quelque chose. »

Eh oui, coco, cela veut dire quelque chose… Cela veut dire Raus !(dehors !)

Vu de 1900. A quoi devait ressembler le monde en 2000 ?

Il est toujours fascinant de se projeter dans l’avenir. Jules Verne avait écrit un livre, Paris au XXème siècle, jamais paru de son vivant, découvert par un de ses descendants en 1989. Il y décrit Paris en 1960 : une ville dédiée au commerce, à l’industrie et au matérialisme. Il imagine des trains à grande vitesse, les calculatrices, les automobiles à essence et les gratte-ciels de verre.

Jules Verne ne fut pas le seul à avoir cet étonnant don de prophétie. Un américain, John Elfreth Watkins, avait, en 1900, fait une série de prédictions sur le visage du monde en l’an 2000. Il avait prédit l’avènement de la photographie couleur et numérique, écrivant même: « Les photographies pourront être transmises depuis n’importe quel coin du globe. S’il y a une bataille en Chine, les photos de l’évènement pourront être publiées dans le journal une heure plus tard. » Il a aussi annoncé la naissance de la télévision. Et puis : « Il y aura des téléphones sans fil partout dans le monde ». Il prévoit aussi des éléments de la vie pratique : les plats tout faits « qui pourront être achetés dans des boutiques similaires à nos boulangeries ». Et l’air climatisé, le chauffage central…, les trains express (il prévoit 240 km/h), et le métro.

Il commet quand même quelques erreurs… Il prédit ainsi l’adhésion du Mexique et du Panama aux Etats-Unis d’Amérique, la disparition des lettres C, X et Q de notre alphabet « en raison de leur inutilité » et, allez savoir pourquoi, « l’extermination des rats, des souris et des moustiques »…

09:20 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 02 février 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

2812160005.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3031 du 27 janvier 2012)

 

 

Le rabbin Daniel Fahri est l’un des fondateurs du Mouvement juif libéral de France. Agé de 70 ans, décoré de la Légion d’honneur, et très influent au sein de la communauté juive, c’est lui qui avait institué la lecture de tous les noms de déportés juifs de France, chaque année.

 

De drôles de rabbins

 

Il est accusé d’avoir sexuellement agressé, en 1990, une enfant de 11 ans, qui, âgée aujourd’hui de 33 ans, s’est résolue à porter plainte contre lui. Ces faits ne sont pas prescrits

 

C’est la consternation au sein de la Communauté. Le rabbin Michel Serfaty a réagi : « Ce serait une catastrophe si les charges qui pèsent sur le rabbin étaient confirmées », ajoutant : « Je plains sa communauté. Le rabbin Fahri est emblématique par ses publications. » Le directeur général du CRIF, Haïm Musicant a déclaré être « tombé à la renverse » et s’émeut : « Le rabbin Fahri est très connu pour son ouverture, sa tolérance, pour le dialogue qu’il mène avec les musulmans et les catholiques. ». Il insiste sur la nécessité d’ « être très prudent, de respecter la présomption d’innocence ». Comme à Carpentras, sans doute…

 

Le fils du rabbin Daniel Fahri, Gabriel, est lui aussi rabbin et avait fait la une de l’actualité en janvier 2003, lorsqu’il avait affirmé avoir été agressé au couteau par un inconnu alors qu’il se trouvait seul dans sa synagogue. Celui-ci portait un casque et aurait crié « Allahu Akbar », avec « un accent français », déclara le rabbin. Une précision de la plus haute importance… Quelques jours plus tard, plusieurs responsables politiques, dont Balladur et Sarkozy, participèrent à une cérémonie, dans la synagogue, pour dénoncer « l’intolérable agression ».

 

Problème, la police ne tarde pas à avoir de sérieux doutes quant à la réalité de l’agression. Elle découvre que le couteau utilisé provient de la cuisine de la synagogue. Plusieurs expertises, menées sur la chemise déchirée du rabbin et sur sa voiture incendiée quelques jours plus tard donnent des résultats qui amènent la police à se poser de sérieuses questions, et à soupçonner le rabbin d’automutilation et de mise en scène. Il apparaît notamment que le coup de couteau avait été clairement retenu et n’avait pas pour objectif d’infliger de sérieuses blessures. Bizarre… Le Nouvel Obs, dans son numéro du 3 juin 2004, notera que « le rabbin est passé insidieusement du statut de victime à celui du suspect. » Mais tout est bien, qui finit bien. Il paraît que l’affaire était « sensible », on se demande pourquoi. Une ordonnance de non-lieu sera donc rendue le 4 septembre 2008.

 

Depuis ces pénibles épreuves, le rabbin va bien, merci. Il est, depuis septembre 2007, le rabbin fondateur de l’Alliance pour un judaïsme traditionnel et moderne –tout un programme-,membre du comité de parrainage de l’association La paix maintenant, qui prône le dialogue israélo-palestinien, il tient le poste d’aumônier israélite de l’hôpital européen Georges-Pompidou, il intervient dans diverses facultés de médecine parisiennes sur l’éthique médicale, il a participé à plusieurs films en tant que consultant et a même joué son propre rôle de rabbin. Enfin, cerise sur le gâteau, si l’on peut dire, c’est lui qui a guidé Dany Boon dans sa démarche de conversion au judaïsme, et l’a marié à Yaël. Quel homme !

 

Le député socialiste et le banditisme corse

 

François Pupponi est député socialiste, maire de Sarcelles et ami de Dominique Strauss-Kahn, qui fut son mentor et auquel il succéda. Bref un « Monsieur », comme on dit dans le Milieu. Il a quelques ennuis. Il semble entretenir des relations très, très étroites avec le grand banditisme corse et des repris de justice de la banlieue parisienne. Il est soupçonné d’être impliqué dans l’affaire du cercle de jeux Wagram, où gravitent quelques personnages soupçonnés de « blanchiment » et « extorsion de fonds ». François Pupponi est-il un homme « pris en main », comme le disent les voyous de ceux qui sont sous leur influence? C’est la question que les policiers se posent très sérieusement. Il y a trois mois, interrogé dans Le Monde sur ses liens avec Farouk Achaoui, un modeste employé municipal qui venait d’être mis en examen et incarcéré pour « tentative d’extorsion en bande organisée » dans une affaire de racket dans le milieu du football professionnel, il avait répondu : « Je ne peux pas connaître les 1500 employés communaux ». Problème : les écoutes téléphoniques montrent que le maire de Sarcelles connaissait très bien Farouk Achaoui et «ses « amis ». Le député se faisait offrir depuis plusieurs années une carte pour jouer à l’établissement de jeux de l’avenue Wagram. Mais il se défend : « Ce n’était pas pour jouer, mais pour voir des copains corses. » Ben, voyons… Un étrange appel d’offres intrigue aussi les enquêteurs. La mairie de Sarcelles cherchait à recruter une société de sécurité « pour filtrer les entrées au cabinet du maire. » Quatre devis d’entreprises domiciliées dans le Val d’Oise sont rejetés. Retenue par le maire : une société de Haute-Corse, située à plus de mille kilomètres de Sarcelles… Avec des tarifs vertigineux : 8.500 euros pour un seul vigile en décembre 2006. La société était « dirigée de fait » par un des dirigeants du Cercle Wagram…

 

Les jeunes homos de l’UMP

 

Un livre de Neila Latrous et Jean-Baptiste Marteau vient de paraître le 18 janvier chez Flammarion. Son titre : UMP, ton univers impitoyable. Un membre de l’équipe des Jeunes Populaires, les jeunes de l’UMP, déclare : « Vous vous rendez compte : sur seize mecs au Bureau national, treize sont homos. Qu’il y ait des homos à l’UMP, soit. Que ce soit le monopole des homos, ça suffit ! » Amusant… Des homos, il n’y en a au demeurant pas qu’à l’UMP…

 

Tel Aviv, la meilleure ville gay du monde

 

Tel-Aviv est en passe de devenir la meilleure destination gay du monde, ce qui réjouira nombre de nos lecteurs. Par une écrasante majorité, le sondage sur le site de voyages gaycities.com a désigné Tel-Aviv la meilleure ville gay de l’année 2011. Pour fêter cette désignation, le maire de Tel-Aviv, Ron Houldaï, s’est fait photographier entouré de flamboyantes drag queens. Cette ville gay est, parait-il accueillante grâce au comportement très méditerranéen de sa population. Tel-Aviv a recueilli 43% des voix, loin devant New-York, Madrid, Londres ou Mexico. Curieusement, Paris n’est même pas cité. Mais que fait Delanoë ? Que fait Notre Dame de Paris ? En attendant, savez-vous où l’association alQaws pour la diversité sexuelle dans la société palestinienne a célébré sa fête le 21 octobre 2011 ?

 

Dans un club de Tel-Aviv !

 

Le FN belge est interdit

 

Depuis 1985 existait un Front national belge. Soutenu par le FN français. C’est terminé. Ce, ou plutôt ces FN, qui s’étaient réunifiés, dont l’histoire est assez compliquée, viennent de se voir interdire par Marine Le Pen l’utilisation du sigle FN et de la flamme tricolore, dans les campagnes électorales. Autant dire qu’ils sont morts. Ils avaient pourtant tenté d’exprimer leur indéfectible soutien au lepénisme. Peine perdue. Il est vrai que Marine Le Pen avait noté, au sein de cette confédération, la présence d’éléments hautement sulfureux, puisque ouvertement nationalistes. Trop étant trop, ils ont tous été virés. Raus ! (dehors !)

 

Damned, encore raté

 

C’est vraiment trop injuste. Pourquoi tant de haine ? Et pourtant, il y eut le voyage à New York pour y croiser l’ambassadeur d’Israël à l’ONU. Pour y rencontrer un important dirigeant de l’AIPAC, le lobby juif américain. Et pourtant il y eut ces épurations des militants les plus déterminés au sein de son mouvement. Et pourtant, il y en eu des repentances, et l’espérance proclamée de pouvoir se rendre en Israël. Et pourtant, et pourtant… Rien n’y fait…

 

Le Grand rabbin de France, Gilles Bernheim, interrogé sur les tentatives de Marine Le Pen de « draguer » l’électorat juif dans la perspective de la prochaine élection présidentielle, a affirmé il y a quelques jours, dans un entretien au quotidien Sud Ouest que les « valeurs du judaïsme » étaient « incompatibles avec celles du FN ». Et le Grand rabbin de conclure : « Et quel que soit le positionnement de Marine Le Pen aux côtés d’Israël, cela ne changera rien. » Il venait à Bordeaux commémorer la rafle de près de 400 juifs, le 10 janvier 1944.

 

Alors, compris ? Ou vous faut-il un dessin ?

 

En attendant, la création d'une association baptisée Union des français juifs, destinée à soutenir la candidature de Marine Le Pen devrait être annoncée dans les prochains jours. Bon courage...

 

Ils se couchent, toujours et encore…

 

Mme Barèges est député dans la 1ère circonscription de Tarn-et-Garonne et maire de Montauban. Elle s’est autorisée quelques facéties, évoquant notamment la nécessaire « préférence nationale ». Elle n’en est pas à la première puisqu’ elle avait provoqué, en mai 2011, un tollé en déclarant à propos d’un texte visant à autoriser le mariage homosexuel : « Et pourquoi pas des unions avec des animaux ? » Elle s’était, à vrai dire, piteusement rétractée. Ces gens qui demandent pardon sont vraiment insupportables… Bref… Mme Barèges n’a pas tardé, bien entendu de se coucher. A propos de la préférence nationale, elle se reprend en déclarant : « Peut-être que c’est (un mot) malheureux, oui ». Et puis, elle insiste, elle se corrige, elle précise, elle ratiocine. Comment ? Une alliance avec le Front national ? « Comment voulez-vous qu’il y ait des alliances ? Pas du tout ! Jamais ! Je n’ai jamais eu d’alliance (avec le FN). »

 

Que voulez-vous que je vous dise ?…

 

Guerre d’Algérie : toujours la censure

 

L’universitaire Guy Pervillé avait été chargé par le directeur des Archives de France de rédiger un article, aussi objectif que possible sur la fin de la guerre d’Algérie. L’article était destiné à paraître dans la publication annuelle du Ministère de la culture et de la communication. Stupeur de l’intéressé quand il constata que les quatre cinquièmes de son texte avaient été censurés. En plus de quarante ans de carrière, c’était le premier acte de censure qu’il subissait. Citons quelques passages censurés : « A partir du 17 avril 1962, le FLN déclencha une vague d’enlèvements contre la population française » ; « Des enlèvements et des massacres avaient été commis après le 18 mars contre d’anciens harkis, en violation flagrante des clauses d’amnistie des accords d’Evian » ; « Les accords d’Evian, voulus par le gouvernement français comme la ‘solutiondu bon sens’, se révélèrent donc une utopie, qui échoua à ramener une vraie paix en Algérie ». Sans commentaire…

 

La gabegie française

 

Comparons le nombre de grands élus, députés et sénateurs, en France et aux Etats-Unis. Les Etats-Unis : 300 millions d’habitants, 100 sénateurs et 435 représentants. La France : 60 millions d’habitants, 350 sénateurs et 577 députés. Si les Etats-Unis avaient la même proportion de grands élus que la France, ils auraient 2100 sénateurs et 3462 députés. A l’inverse, si la France adoptait les proportions des Etats-Unis, nous n’aurions que 17 sénateurs et 73 députés ! Chiche !

 

Qui veut investir dans la « Tanière du Loup » ?

 

La Pologne cherche un investisseur pour ouvrir au tourisme la « Tanière du Loup », nom donné au quartier général d’Adolf Hitler. Ce vaste complexe ultra-protégé est situé dans l’ancienne Prusse orientale. Construit en 1940 et 1941 en prévision de l’attaque allemande contre l’Union soviétique, il possédait sa propre gare et sa centrale électrique. Hitler y a passé plus de 800 jours. C’est là qu’eut lieu l’attentat manqué du colonel Claus von Stauffenberg contre le Führer. Si cet investissement vous intéresse, veuillez contacter l’administration polonaise des eaux et forêts, propriétaire des lieux.

 

Mélenchon, franc-maçon

 

Nous avions déjà évoqué l’appartenance de Jean-Luc Mélenchon au Grand Orient de France dans un récent numéro de Rivarol. Mélenchon le confirme lui-même dans une biographie qui vient de paraître il y a quelques jours. Il affirme avoir été initié en 1983, « après le tournant de la rigueur » qui l’avait « mis KO debout ». Il explique : « Quand tout s’est cassé la figure, que reste-t-il ? La République » souligne l’ex-trotskyste, dont le père était également maçon. Trotskyste et maçon : voilà qui est curieux. Les trotskystes considèrent en effet que la franc-maçonnerie est « une machine à corrompre la classe ouvrière. »

20:02 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook