Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 avril 2012

La chronique de la France asservie et résistante...

La chronique de Robert Spileler

RIVAROL - N° 3039 — 23 MARS 2012

Chronique de la France asservie et... résistante

 

SYLVAIN Semhoun, élu de l’Assemblée des Français de l’étranger sur la circonscription d’Israël, est un ancien délégué UMP en Israël.

 

Le 500e “parrain” de Marine Le Pen est ce Français d’Israël. Ce consultant natif de Oujda (Maroc), résidant à Jérusalem, profitant d’un passage à Paris, a tenu à remettre lui-même son formulaire de parrainage à Marine Le Pen. Il se pose en sauveur de la candidate. Sa motivation affichée ? La démocratie, l’esprit civique. Grandiloquent, il affirme : « La bataille, je la préfère dans les urnes, plutôt que dans la rue. »

 

LE 500e PARRAIN DE MARINE LE PEN EST UN ÉLU... FRANCO-ISRA

 

Qu’est-ce qui l’a donc conduit à donner son paraphe au FN et à se poser en ultime sauveur de Marine Le Pen ?

 

Jusqu’à récemment, il était délégué de l’UMP en Israël. Il fut, dans les années 1990, le fondateur d’une antenne du RPR à Jérusalem, puis de l’UMP. En 2007, il mena activement campagne en faveur de Nicolas Sarkozy. Depuis, confie-t-il, « c’est la déception. Le président n’a pas tenu toutes ses promesses. Le ministère des Affaires étrangères n’a pas du tout rééquilibré sa position s’agissant du conflit israélo-arabe. Le président se dit à l’écoute du peuple ? Les Franco-Israéliens attendaient beaucoup plus de lui. »

 

Il n’exclut pas de voter Marine Le Pen à la présidentielle : « J’attends de voir l’intégralité de ses propositions. » Il dénonce les “préjugés” dont est “victime” la candidate du FN, qui jouirait, selon lui, d’une popularité grandissante en Israël.

 

Explication : Sylvain Semhoun est en fait fou de rage car il n’a pas obtenu l’investiture UMP aux élections législatives sur la circonscription des Français à l’étranger, qui comprend Israël. A quoi tiennent les grandes décisions...

 

« L’avis d’un crétin célèbre... » : à méditer. Cette phrase figure dans l’ouvrage récent de Jean-Michel Espitallier De la célébrité : théorie et pratique (10/18, 2012) : « L’avis d’un crétin célèbre (qui n’est pas forcément un célèbre crétin) deviendra un avis célèbre mais restera l’avis d’un crétin. » A méditer par les clowns du show business qui ont la prétention de penser, de s’indigner, et de donner des leçons urbi et orbi...

 

DANTE, ANTISÉMITE, RACISTE ET ISLAMOPHOBE

 

Gherush signifie exode en hébreu et fait référence à l’expulsion des juifs d’Espagne en 1492. C’est le nom d’une association non-gouvernementale de lutte contre le racisme qui sévit notamment en Italie. Elle a le statut de « consultant auprès du Conseil économique et social des Nations Unies » et milite en faveur de la viande casher et halal, qui est, excusez du peu, ni plus, ni moins qu’« un droit de l’homme. » Gherush a très activement participé à « une vaste protestation nationale et internationale » visant à empêcher le Sénat des Pays-Bas d’adopter une loi interdisant l’abattage rituel. Mission accomplie...

 

La nouvelle cible de l’association est Dante, auteur de la Divine Comédie. Normal, puisque Judas y est qualifié de “traître” et que Caïphe y est crucifié parmi les hypocrites. Mais ce n’est pas tout. Dante ose décrire, dans le chant XXVII de l’Enfer, les horribles peines que souffrent ceux qui ont semé la discorde. Parmi ceux-ci, Mahomet. Gherush s’indigne : « Au prophète est réservée une peine atroce. Son corps est ouvert de la gorge à la ceinture, de telle sorte que ses intestins lui pendent sur les genoux, images qui insultent la culture islamique. » Pire, Dante serait aussi “homophobe” puisque les sodomites reçoivent une pluie de feu dans la chant XV de l’Enfer. Gherush couine d’importance : « C’est un scandale que les enfants, particulièrement juifs et musulmans, soient contraints d’étudier des œuvres racistes comme La Divine Comédie, qui cache toutes les abominations sous l’invocation de l’art. L’antisémitisme, l’islamophobie, la haine anti-Roms, le racisme doivent être combattus en recherchant une alliance entre les victimes historiques du racisme. » Il fallait oser... Mais ce n’est pas fini. Voici la suite : « La poursuite d’enseignements de ce genre constitue une violation des droits de l’homme et met en évidence la nature raciste et antisémite de l’Italie. » Et la conclusion ? Allons-y. Attachez vos ceintures : « Certainement, La Divine Comédie a inspiré Les Protocoles des sages de Sion, les lois raciales et la solution finale. » Il fallait oser, n’est-ce pas ? Eh bien, ils osent !

BOURRAGE DE CRÂNE, TOUJOURS, TOUJOURS PLUS

Depuis 2004, le conseil général des AlpesMaritimes finance le voyage des élèves de 3e au camp d’Auschwitz-Birkenau. Commentaire d’un responsable de ce pèlerinage : « Par la visite in situ, on peut vraiment comprendre ce qui s’est passé. En plus les voyages ont lieu en hiver, il fait -20°C. Il faut plusieurs jours, y compris aux adultes, pour s’en remettre. C’est en tout cas, un voyage absolument nécessaire. » De purs sadiques... Mme Ouaknine, responsable du CRIF, ajoute : « Les jeunes doivent comprendre qu’ils sont responsables de leur comportement. Ils ont des droits, mais également des devoirs les uns envers les autres. Ces voyages font partie des comportements pédagogiques que nous devons leur donner. » Et Eric Ciofi d’enfoncer le clou : « Avec ces voyages, nous voulons que les ados deviennent des ambassadeurs de paix et de tolérance (en Palestine ?). Sur place, on voit bien qu’ils subissent un choc psychologique. Ils ne reviennent pas tels qu’ils étaient partis. » : Mission accomplie.

 

CHIRAC VOTE HOLLANDE

 

Bernadette Chirac était certes présente au meeting de Sarkozy à Villepinte. Mais Jacques Chirac ne cesse, d’après le Canard Enchaîné, de vanter les qualités de François Hollande à ses invités lorsqu’il reçoit. Sa fille Claude fonctionnerait dans le même registre. Elle appellerait à voter Hollande dès le premier tour. Thierry Rey, le père de son fils, a déjà apporté officiellement son soutien au candidat du PS. Son mari officiel, Frédéric Saint-Barroux, qui fut secrétaire général de l’Élysée entre 2005 et 2007 s’est, quant à lui, héroïquement prononcé pour Bayrou. Drôle de famille...

Nicolas Sarkozy vient de proposer de renégocier les accords de Schengen qui suppriment les contrôles aux frontières. C’est en Suisse, et particulièrement du côté de l’UDC, la droite nationaliste, que cette proposition a eu le plus d’échos. Elle renforce l’initiative de l’UDC « contre l’immigration massive », déposée en février, signée par 130 000 Suisses. Le vote de cette initiative introduirait des contingents pour toutes les catégories, requérants d’asile, européens bénéficiant de la libre circulation, frontaliers. Les adversaires de l’UDC arguaient du fait que jamais l’Europe n’accepterait une renégociation. L’intervention de Sarkozy constitue un coup de pouce (parfaitement involontaire) à l’initiative de l’UDC.

Jean-Marie Le Pen a lui même téléphoné, sans grand succès, à des maires afin de décrocher des signatures en faveur de sa fille. Il a téléphoné à un ancien légionnaire, qui fut officier parachutiste, lui disant : « Écoute, pense à nos camarades qui ont été tués ou blessés... » Commentaire de JeanMarie Le Pen : « C’est une usine à couilles dont nous avons besoin en France. Il faut en fabriquer d’urgence. » Bien vu !

JACQUES CHEMINADE, UN MYSTÉRIEUX CANDIDAT...

Aucun observateur n’y croyait. Et pourtant Jacques Cheminade, 70 ans, HEC et énarque, a obtenu ses 500 parrainages. Il avait déjà été candidat en 1995 et n’avait guère dépassé les 0,2 % des suffrages. Ce disciple de l’Américain Lyndon Larouche, septuple candidat à la Maison-Blanche, à la réputation sulfureuse (antisémitisme et “homophobie”), se présente comme un candidat anti-système. On attend avec impatience son programme et notamment des précisions quant à sa proposition de mettre en place « un corridor thermonucléaire entre la Terre et Mars, via la Lune. » Comme quoi, la barre des 500 signatures peut empêcher des candidats à peu près sérieux d’être présents, mais n’interdit pas à un candidat quelque peu bizarre de l’être. Même si sa critique depuis des décennies du rôle néfaste de la finance de Wall Steeet et de la City est quand même intéressante. Le « cancer financier » qu’il avait dénoncé lors de sa campagne présidentielle en 1995 existe bel et bien comme la crise actuelle le démontre amplement. Ce candidat très mal vu des media ne dit donc pas que des bêtises.

« Mort à DSK ! »

Ce sont des graffitis qui sont apparus sur les murs de Cambridge (Angleterre), où se situe une prestigieuse université où Dominique Strauss-Kahn était invité à parler d’économie. Sa venue a mobilisé des manifestants, et des heurts ont opposé étudiants et policiers. Il y a eu des arrestations. Des féministes se sont déclarées “écœurées” qu’un homme accusé de violences sexuelles puisse disposer d’une telle tribune, qui, dans le passé a accueilli des personnalités, telles que Winston Churchill et, en 2003... Jean-Marie Le Pen.

LA PILULE ANTIRACISME

 

Ça devait arriver. Des chercheurs de l’université d’Oxford ont découvert qu’un médicament couramment utilisé pour abaisser le rythme cardiaque réduit le racisme inconscient. Le propanolol, un médicament connu en France sous le nom Avlocardyl a fait un résultat « significativement moins élevé » à un test sur les préjugés racistes inconscients, par rapport au groupe témoin qui avait pris un placebo. Utilisé pour lutter contre l’hypertension, il réduit le rythme cardiaque et les effets physiques de l’anxiété. L’étude a été réalisée sur un panel restreint de « 36 hommes d’origine blanche », les seuls, comme nul ne l’ignore, à être racistes. On ignore pour l’instant si l’antisémitisme et le racisme anti blancs sont susceptibles d’être soignés avec ce médicament. Nul doute que les recherches vont continuer. En Union soviétique, les dissidents étaient enfermés dans des asiles psychiatriques et soumis à des camisoles chimiques. Si cela continue, ce sera aussi le régime des dissidents dans l’ Europe des droits de l’homme...

 

« Il faut vitrifier l’Iran »

 

Ce sont les propos tenus dans Israël17 par Jacques Kupfer, coprésident du Likoud mondial et membre de l’exécutif de l’organisation sioniste mondiale. Il explique : « L’Adolf de Téhéran (Ahmadinedjad) est en train de se doter de l’arme nucléaire » et il avoue ce que beaucoup d’observateurs soupçonnaient, évoquant « un virus venu à point nommé et le taux de mortalité curieusement élevé parmi les ingénieurs iraniens. » Il fait référence à un nombre important de morts, dans des “accidents” ou par “maladie” dans la communauté scientifique iranienne. Mais il ne saurait être question d’en rester là. Selon l’ auteur, un bombardement classique par l’aviation israélienne des infrastructures nucléaires iraniennes ne saurait être la solution finale au problème iranien. Il a la solution (finale, bien entendu) : l’utilisation massive de l’arme atomique contre la république islamique. Il a des arguments humanistes qui plongent dans l’histoire européenne quand il déclare : « Après tout, vitrifier l’Iran serait dans la lignée de la destruction justifiée de Hambourg et de Dresde aux mains des nazis, de la destruction d’Hiroshima et Nagasaki aux mains des alliés japonais du Reich. » : Pour ne prendre que cet exemple, 150 000 morts, sous les bombes au phosphore, dans la ville-hôpital de Dresde, où n’existait aucune activité militaire, ce n’est rien d’important pour Kupfer...

 

Mais lisez la conclusion de son article. Elle vaut son pesant de cacahuètes made in Israël. Le co-président du Likoud mondial déclare « faire un rêve » : « Si seulement Israël avait la bombe atomique. ». J’ai une sorte d’intuition. Je me demande s’il ne nous prend pas pour des imbéciles...

 

SALAUDS DE FRANÇAIS !

 

Nous avons eu droit, il y a quelques jours, à une émission de télévision destinée à évoquer une énième fois les heures et plus sombres de l’histoire et à stigmatiser (ils adorent ce verbe, alors, allons-y) les salauds qui ont dénoncé sous l’Occupation. Il y avait même des témoins de l’époque. Ces faits se sont déroulés il y a 72 ans pour les plus anciens. Anne Kling commente sur son excellent blog La France Licratisée : « Parions que le réalisateur David KornBrzoza, (40 ans) et son acolyte, l’historien spécialiste de l’antisémitisme Laurent Joly, ne nous parleront pas d’un personnage qui a pourtant beaucoup délationné, et pire encore à l’encontre de ses coreligionnaires, pendant cette période noire : un certain Joseph Joinovici, dont le portrait (à ne pas rater) figure dans les archives du blog (26/11/10). Un beau salaud aussi, pourtant. Mais c’était un salaud juif, donc ça ne compte pas... »

 

LES GÈNES DES BASQUES

 

La langue basque (l’euskara) est la seule langue européenne qui n’appartient pas au groupe des langues indo-européennes et ne s’apparente à aucun langage connu. C’était le cas aussi des Pictes qui occupaient jusqu’au XIe siècle le nord des îles britanniques. Leur population, ainsi que leur langue, disparurent. Ils furent remplacés par les Scots, d’où vient le nom d’Ecosse. Mais revenons aux Basques. A la particularité linguistique se superpose un particularisme génétique. Les analyses ADN « suggèrent une continuité entre les basques actuels et les populations paléo-mésolithiques ». En d’autres termes, les Basques étaient installés sur leur terre avant l’arrivée des peuples néolithiques et avant, si je puis m ‘autoriser cette facilité, l’ invasion que nous subissons aujourd’hui...

 

17:01 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.