Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 juin 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

Chronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3050 du 8 juin 2012)

« Qu’est-ce que vous faites encore là, sale espion ! Ça fait trois jours que vous m’espionnez, rentrez à Paris écrire vos saloperies dans votre journal fasciste. Fichez-moi le camp, dégagez ». Cette diatribe de Jean-Luc Mélenchon n’était pas destinée à un journaliste de RIVAROL mais à un journaliste de L’Express. Constatant que « Mélenchon a le verbe fleuri mais l’insulte pauvre », le rédacteur en chef du site de L’Express, Eric Mettout, s’est fendu d’un billet sur son blog intitulé « Mélenchon etses oripeaux de petit procureur stalinien » — pour répondre aux accusations du tribun de la gauche radicale.

MÉLENCHON PÈTE LES PLOMBS

Il s’en était déjà pris, dans le passé, à des étudiants en journalisme, déclarant notamment : « Je ne réponds plus aux étudiants en journalisme, seulement aux taliban professionnels. » Et cette profonde réflexion s’adressant à un étudiant en journalisme de Sciences-Po Paris qu’il accusait d’avoir une « petite cervelle » et d’appartenir à une « sale corporation voyeuriste » qui doit « fermer sa petite bouche. » Mélenchon, candidat contre Marine Le Pen s’en prend aux journaux supposés proches du FN, dont… Le Parisien et L’Express, qu’il accuse d’« inventer la moitié de leurs informations en vue de recueillir l’autre moitié ».

Mélenchon est en fait fou de rage. Ces journaux avaient relevé qu’il s’était caché dans une voiture ou dans un bistrot (les versions varient) pour éviter de croiser Marine Le Pen sur le marché d’Hénin-Beaumont. Fou de rage car le Front national vient de distribuer un tract où on voit le leader du Front de gauche en photo, sur un fond vert et blanc.

Sur ce tract, non signé mais revendiqué par le FN, figure une phrase tirée de son discours de Marseille du 14 avril : « Il n’y a pas d’avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères. » Juste en dessous, un slogan : « Votons Mélenchon », et aussi une phrase écrite en caractères arabes, écrite à l’envers avec certes des fautes, traduisant cet appel.

Fou de rage, il s’en prend dans un récent discours aux « trois salopards » qui ont distribué des « tracts secrets ». Et affirme que « cette fausse propagande peut coûter l’inéligibilité dans tous ses mandats. C’est une escroquerie. » Le FN ne se laisse nullement impressionner et attend avec confiance un éventuel procès. Tout ce qui figure dans ce tract est en effet vrai… Le secrétaire général du FN, Steeve Briois, déclare : « La vérité, c’est que Mélenchon, par ses positions ouvertement immigrationnistes et antifrançaises, est l’ennemi du peuple ouvrier », cherchant ainsi à semer le trouble dans l’électorat potentiel de Mélenchon, composé d’une part de “prolétaires” qui restent fidèles à la ligne de Georges Marchais, hostile à l’immigration de masse, et d’un peuple de bobos évanescents pour qui « l’immigration est une chance pour la France ».

 

mélenchon.jpg

 

MÉLENCHON ET SES ROUGES-BRUNS

René Balme est le candidat du Front de Gauche, aux législatives, dans la 11e circonscription du Rhône. Maire de Grigny, très implanté localement, il fut militant du PCF (qu’il a quitté en 1997) et de la CGT. Il a rallié le Front de Gauche en 2009. Pour l’instant, tout va bien… Mais lisez la suite.

René Balme est en effet, sous le pseudonyme de Gilles Lestrade, le fondateur et l’animateur depuis 2001 du site oulala.net, un site, déclare Rue 89, marqué par « sa ligne éditoriale complotiste, sur lequel on retrouve nombre d’écrits dignes de l’extrême droite la plus crasse et pour lequel Balme revendique de 8 000 à 10 000 visiteurs par jour. » On y trouve par exemple des textes comme « Dire aux juifs leurs quatre vérités » écrits par l’auteur britannique Paul Eisen, accusé bien sûr d’avoir tenu des propos “négationnistes”. On y trouve aussi des textes d’auteurs antisionistes tels Israel Shamir ou Gilad Atzmon.

Horreur absolue, il paraît qu’on y lit aussi des textes homophobes, la promotion du dernier livre d’Alain Soral et du film de Dieudonné L’antisémite. Mais ce n’est pas fini. Les thèses conspirationnistes sont accusées d’être à l’honneur sur oulala.net.

Thierry Meyssan a ainsi été longuement interviewé par le maire de Grigny qui conseillait, le 3 mai 2011, la lecture d’un « excellent article » de Meyssan paru sur le site Voltaire expliquant que l’affaire du Sofitel de New-York était un complot américain contre DSK.

Le “complot” du Club Bilderberg y est dénoncé, la thèse suggérant que l’épouse d’Obama serait une “illuminati” relayée, et l’on y trouve des articles complaisants pour divers dictateurs, définis du moins comme tels par la bienpensance (Milosevic, Gbagbo, Kadhafi, Ahmadinejad, El- Assad). L’Algérien Chems Eddine Chitour, y a droit à la parole. Il est l’auteur d’un article intitulé « Le développement technologique de l’Iran, un résistant contre le nouvel ordre mondial. »

Le même avait dénoncé sur le site VoxNR « les puissants lobbys juifs dont le pouvoir repose sur l’argent. » Bref, René Balme est sommé de s’expliquer. Il déclare : « Tout peut être publié à condition que ça puisse être débattu. » et rajoute « Oulala.net est un site qui n’a rien à voir avec le candidat René Balme, je n’en suis que l’administrateur. » Le Front de Gauche et Mélenchon, interrogés par le Mrap, sont légèrement gênés aux entournures et déclarent qu’ils ne connaissent ni René Balme, ni son site, et vont se pencher sur son cas dans les semaines à venir. Après les résultats des législatives, bien sûr…

PAUVRE BAYROU !

pauvre bayrou.jpg

Il est vrai que la situation des traîtres qui échouent n’est jamais simple. En annonçant, trois jours avant le deuxième tour de l’élection présidentielle, qu’il votait Hollande, Bayrou pouvait espérer que le coup de poignard dans le dos de Sarkozy lui apporterait au moins une certaine sérénité dans sa circonscription, avec le retrait espéré de la candidate socialiste. Pas du tout. Le Parti socialiste a décidé de maintenir sa candidate, l’UMP annonçant à titre de représailles qu’il présentait le sien. Autant dire que Bayrou est très mal parti. Tous les sondages, quelle qu’en soit la configuration, annoncent sa défaite.

Mais pourquoi une telle ingratitude de la part du PS ? En fait Bayrou est victime d’un bras de fer entre Martine Aubry et François Hollande. La première, qui est première secrétaire du PS, s’est vengée de ne pas avoir été choisie comme Premier ministre. Bayrou le dit lui-même : « Le parti a gagné. » Il avait pourtant, le pauvre, lancé un appel désespéré, déclarant que « c’était la première fois qu’un responsable politique du centre » sautait « le mur infranchissable » entre la droite et la gauche, appelant au refus du « sectarisme » et des « intérêts d’appareil ». Peine perdue. Martine Aubry voulait se venger, non de Bayrou, mais d’Hollande. C’est aussi çà la politique… Bayrou se souvient douloureusement des raisons qui avaient poussé le père de Martine Aubry, Jacques Delors, dont il s’est toujours défini comme proche, à renoncer à être candidat à l’élection présidentielle de 1995. Le premier secrétaire du PS de l’époque, Henri Emmanuelli, refusait toute perspective d’alliance avec les centristes, parmi lesquels on notait déjà la présence de François Bayrou. Il est d’autant plus meurtri que la fille de Delors n’ait pas rompu avec ces méchants comportements. Pauvre Bayrou. Trahir sans bénéfice… Quelle injustice !

ALERTE ! UNE NOUVELLE GUERRE S’ANNONCE ! BHL EST DANS LE COUP !

On se souvient que Bernard-Henri Lévy occupait les fonctions de vice-ministre des Affaires étrangères dans un récent passé, et qu’il avait largement contribué au déclenchement de cette guerre imbécile en Libye, dont nous mesurons aujourd’hui les conséquences.

Le voici qui commence à se prendre pour le vice-président. Il donne des leçons à François Hollande dans une lettre qui paraît dans plusieurs media européens.

Il y écrit : « Je sais, Monsieur le Président, que vous avez d’autres urgences. Mais qu’est-ce qui était le plus urgent : aller en Afghanistan préparer le retrait anticipé de nos troupes ou prendre l’initiative en Syrie ? Sauver l’euro, ce sont des obligations impérieuses mais sauver un peuple ? En quoi le drame grec empêche-t-il de décrocher le téléphone pour, comme le fit votre prédécesseur, convaincre vos homologues russe et chinois que leur soutien aveugle au terrorisme d’État syrien les déshonore et les affaiblit ? » S’adresser ainsi au Président de la République traduit une incroyable arrogance, une houtspah (culot monstre en hébreu) dont BHL est certes familier…

CARCASSONNE : AGRESSION CONTRE UNE ÉGLISE. PAS GRAVE…

Il y a quelques jours, quatre “Jeunes” sont entrés dans l’église Saint-Joseph située dans un quartier multiethnique de la ville et ont caillassé en plein milieu de l’office des fidèles, majoritairement âgés. Ces derniers ont été sérieusement choqués. Mais pas grave : La hiérarchie catholique a cherché à minimiser les faits, les qualifiant « d’agaçants mais peu graves » et s’est surtout inquiétée d’éviter « toute récupération ou amalgame lié à l’origine ethnique apparente des trublions. » Merci à elle de dévoiler ainsi l’appartenance allogène des agresseurs, comme on peut le lire sur le site NOVOpress.

Que se serait-il passé si des individus avaient pénétré dans une mosquée ou une synagogue pour y caillasser les fidèles ? Vous imaginez le hourvari ? Vous imaginez l’indignation générale et les manifestations auxquelles les autorités religieuses n’auraient pas manqué de s’associer, exprimant leur douleur, leur indignation quant à ces actes d’inspiration nazie, forcément nazie…

POUR LA LICRA, DIEUDONNÉ EST UN PRIMITIF D’IL Y A 4000 ANS

Le 12 juin Dieudonné doit donner un spectacle au Zénith de Strasbourg. Les antiracistes et les organisations juives dont l’Union des Etudiants Juifs de France glapissent d’importance, exigeant son interdiction.

Les candidats aux législatives PS et UMP se pressent du coude pour écrire, tempêter et demander l’interdiction de ce spectacle, ce qui en dit long sur la collusion d’intérêts de ces partis avec une communauté juive, il est vrai, importante à Strasbourg. Philémon Lequeux est le président de la Licra du Bas-Rhin. Il se prononce bien sûr, sur la chaîne Alsace 20, pour l’interdiction du spectacle. Une interview grandiose, dont Dieudonné s’inspirera sans nul doute dans un de ses spectacles. M. Lequeux explique tranquillement que Dieudonné M’bala M’Bala est resté un primitif et qu’il n’est pas civilisé. Voici ses propos exacts : il prétend intervenir pour « dénoncer les propos surtout antisémites de ce monsieur qui a 4 000 ans, c’est un vieillard de 4 000 ans, qui n’a pas évolué dans aucune civilisation et qui prétend partager les hommes pour en faire on ne sait quoi ». Mais, Monsieur Lequeux, la réponse est facile : pour les faire redevenir des singes, car chacun sait que les singes sont antisémites !

GRÈCE : DEVINEZ QUI A ÉCRIT CELA

« La Grèce est le seul exemple connu d’un pays vivant en pleine banqueroute depuis le jour de sa naissance. Tous les budgets, depuis le premier jusqu’au dernier, sont en déficit. Il a fallu que les puissances protectrices garantissent sa solvabilité pour qu’elle négociât un emprunt à l’extérieur. Les ressources fournies par cet emprunt ont été gaspillées par le gouvernement sans aucun fruit pour le pays. Et une fois l’argent dépensé, il a fallu que les garants, par pure bienveillance, en servissent les intérêts : la Grèce ne pouvait point les payer. » « (Les Grecs) ne connaissent guère cet être abstrait que l’on appelle l’Etat, et ils ne l’aiment point. Enfin, le percepteur est prudent : il sait qu’il ne faut exaspérer personne, qu’il a de mauvais passages à traverser pour retourner chez lui, et qu’un accident est bientôt arrivé. » On croirait entendre Christine Lagarde, patronne du FMI, qui déclarait récemment, déclenchant un tollé, que les Grecs devaient s’aider eux-mêmes et « commencer par payer leurs impôts. »

Non ; l’auteur de ce texte est l’académicien Edmond About, auteur notamment de l’Homme à l’oreille cassée. C’était en 1854…

ESPAGNE : L’EXTRÊME DROITE EMPORTE UNE MAIRIE

L’histoire, amusante, mérite d’être racontée. Il s’agit de la bourgade de Garinoain, une cité dortoir de 500 habitants, en Navarre. La Droite navarraise et espagnole (DNE), présentée par Libé comme un groupuscule ultracatholique et xénophobe, l’a emporté aux récentes élections municipales, en récoltant… 18 voix, soit 5,6 % des suffrages. Explication : en mai 2011, aucun candidat ne s’était déclaré et les élections municipales n’avaient pas pu avoir lieu. Ce qu’ignoraient les habitants, c’est que la loi impose que dans les six mois apparaisse une candidature quelconque. Javier Echarri Cabodevilla, 51 ans, totalement inconnu, ne l’ignorait pas et a déposé subrepticement sa candidature. Il fut élu, certes par défaut, 305 personnes votant blanc. Ces derniers, furieux, ont créé une association ayant la prétention d’expulser leur maire, en toute légalité. Sauf que celui-ci, malin et prudent, respecte scrupuleusement toutes ses obligations et, du coup, ses adversaires n’ont plus que leurs yeux pour pleurer.

23:29 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.