Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 14 juin 2012

Les conséquences possibles des morsures du Rottweiler...

hjuy.jpg

 

Par Robert Spieler

 

L’incroyable saga que nous vivons, et sur laquelle nous ne reviendrons pas, puisque tout le monde la connait, risque d’avoir plusieurs conséquences : d’une part le discrédit durable d’un Président de la République qui ne sait même pas être maître en sa chaumière. Comment pourrait-il prétendre gérer la France ? D’autre part, un terrible effet de sympathie pour Ségolène Royal, candidate à La Rochelle, certes quelque peu parachutée, encore qu’elle soit présidente de la Région… Gageons que si Ségolène Royal devait être élue, dans une situation certes improbable, elle le serait paradoxalement grâce à Trierweiler qui a dépassé toutes les bornes du bon sens. Le twitt de la mégère de l’Elysée est proprement désastreux. Il revient, de façon incroyable, à traiter Hollande, qui soutient officiellement Ségolène Royal, de benêt, qui n’a rien compris et qui ne sait pas être fidèle à ses amis. Cette hystérie, où elle fait preuve d’une jalousie et d’une haine irrationnelles à l’encontre de la mère des quatre enfants de son compagnon, qui est tout de même le Président de la République, est effrayante. De multiples signaux avaient montré récemment la dangerosité de son comportement, dont seul ce brave Hollande semblait inconscient. Ne citons qu’un exemple : le soir de son élection, François Hollande, heureux, embrasse Ségolène sur les joues. Fureur de la mégère qui exige qu’il l’embrasse sur la bouche… Les conséquences de ce vaudeville risquent d’être redoutables, tant pour François Hollande que pour le PS. François Hollande risque d’être très durablement discrédité et la position de la France affaiblie sur la scène internationale. Quant au PS qui était parti pour l’emporter largement, dimanche, aux élections législatives, il a du souci à se faire. Les électeurs risquent de se poser sérieusement la question si, avec un zozo pareil et une excitée pareille à l’Elysée, il ne faudrait pas malgré tout un contrepoids à l’Assemblée nationale.

01:15 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.