Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 juillet 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

2812160005.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

N°3055 du 13 juillet 2012

C’EST vraiment trop drôle, cette petite recension des haines, cuites et recuites, dans le camp du système.

DIEU, QU’ILS SE HAÏSSENT !

C’est Le Point qui le raconte : le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, déteste Arnaud Montebourg, dont il a pourtant fait un ministre. Evoquant les qualités du concubin d’Audrey Pulvar, il avait dit au journal Le Monde : « Des convictions, je ne sais pas ; ce qui est sûr, c’est qu’il joue perso. » Cette gentille réflexion datait de 2001. Ayrault dira de Montebourg, en 2008 : « C’est un homme de coups ». Le futur Premier ministre ajoutera en 2011 cette gracieuseté : « Ce qu’il propose, c’est une coquille vide. » On ne saurait être plus aimable… Et puis, un autre ministre, Pierre Moscovici, qui, fou de rage, avait qualifié Fabius de « passager clandestin ». C’était en 2008, et aujourd’hui, ils siègent ensemble au conseil des ministres. Hollande avait dit de Montebourg, en 2011 : « Montebourg est peut-être brillant, mais il n’est pas fiable. » Ce dernier s’était lâché à propos d’Emmanuel Valls : « Il n’a qu’un pas à faire pour aller à l’UMP ». Valls avait eu cette formule humaniste, en 2009, au sujet de Hollande : « A part les lunettes, il n’a pas changé grand-chose. » Evoquons les surnoms et les qualificatifs qui ont honoré François Hollande (avant qu’il ne devienne Président et que leurs auteurs ne deviennent ministres). Arnaud Montebourg : « Un dirigeant fermé aux idées nouvelles » ; et puis du même auteur : « Le pire défaut de Ségolène Royal ? Son compagnon » ou encore cette définition : “Flanby” ; Laurent Fabius : « Fraise des bois » ou encore « Opposition caoutchouc » : aimable… Mais Fabius s’était aussi autorisé cet Himalaya de mépris en qualifiant Hollande de « Monsieur Petites Blagues ». Hollande se fâche parfois, disant de Montebourg : « Un paon qui fait la roue et qui s’admire ». Et puis, au sujet de Peillon : « Il faut se méfier de lui. Il est sournois comme un serpent. » Ce dernier réplique méchamment : « François ne travaille pas, il ne lit rien. Il n’y a que les dépêches AFP qui l’intéressent. » On n’a pas fini de rire avec des cocos pareils…

DIEU, QU’ILS SE HAÏSSENT ! (BIS)

Henri Guaino, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, n’a apparemment rien d’un boute-en-train. Mais il sait, l’air de rien, assassiner ceux qu’il méprise. A propos du livre de l’ancienne ministre, Roselyne Bachelot, A feu et à sang. Carnets secrets d’une présidentielle de tous les dangers, où elle s’en prend à tous les conseillers “droitistes” de Sarkozy, dont Patrick Buisson, voici ce qu’il déclare : « Je ne commente pas un livre d’une telle vulgarité de pensée, d’attitude, de comportement ; les auteurs ressemblent souvent à leur livre. C’est d’une profonde vulgarité. » Il a ajouté : « Quand on a fait des pieds et des mains pendant cinq ans pour être ministre et rester ministre, on a un peu de dignité. » Nous ne pouvons pas donner tort à Guaino. Ce livre, paru un mois après l’échec de Sarkozy, n’aurait jamais paru si le président sortant avait été réélu et si Roselyne Bachelot avait été reconduite comme ministre. La trahison est méprisable mais aussi fascinante. Des femmes (mais aussi des hommes), fussent-elles anciens ministres, ont cette extraordinaire capacité de trahir en toute bonne foi. Henri Guaino, invité de la séquence du Grand Journal, diffusé sur Canal+, a répondu à la question suivante : « Vous êtes Roselyne Bachelot pour 24 heures, que faites-vous ? » « Je me suicide »… Rien que pour cette réponse, Henri Guaino mérite d’être pardonné de ses turpitudes politiques passées…

DIEU, QU’ILS SE HAÏSSENT ! (TER)

L’ex-ministre, Nathalie Koscisko-Morizet qui, dans son livre paru récemment, avait qualifié le FN de parti antirépublicain, s’était autorisée il y a deux semaines, à s’en prendre à Patrick Buisson, affirmant qu’il n’avait pas eu pour objectif de faire gagner Sarkozy, mais de faire gagner Charles Maurras ! Rien de moins. Buisson n’est évidemment pas très content, et s’était refusé, jusque-là, à répliquer, considérant gentiment que « c’est précisément ce qu’elle cherche pour exister. » Mais cette « grande bourgeoise caricaturale qui fait fuir l’électorat populaire » commence à le chauffer d’importance. Sarkozy, qui l’aimait bien, l’avait traitée de “déjantée”, susceptible cependant de séduire les bobos. Bref, Buisson a fini par s’énerver. Et il balance… Il raconte qu’ils se sont retrouvés à table, le 23 mars. Il raconte que la campagne (pseudo-) droitière de Sarkozy ne la choquait nullement. Pire, à l’heure du café, la ministre de l’Ecologie évoque sa possible candidature à la présidentielle de 2017. Elle sollicite même les services de Buisson, déclarant : « Je serais ravie que vous puissiez me prodiguer vos conseils. On pourrait peut-être se voir une fois par mois ? » NKM mérite décidément de faire partie de ces étonnantes “emmerdeuses” et imposteuses (admettons que c’est le pluriel féminin d’imposteurs) que Patrick Gofman a évoquées dans son livre. Elle a, avec un culot sidéral, demandé publiquement à François Copé de dire si oui ou non, Buisson travaillait toujours pour lui, aujourd’hui, enjoignant à Copé de mettre fin à cette relation nauséabonde. Celle qui, interrogée sur le prix d’un ticket de métro, répondait « 4 euros et quelques » va retourner aux oubliettes de la petite, très petite Histoire. Tant mieux…

RENÉ BALME, MAIRE DE GRIGNY, VIRÉ DU FRONT DE GAUCHE

Le CRIF avait mis en cause le jeudi 31 mai, par le site Internet de Rue89, dans un article intitulé « Une tâche rouge-brune dans la campagne du Front de gauche », suivi d’un autre de Street Press, le maire PG de Grigny (Rhône) qui s’était vu reprocher d’héberger sur son site Oulala.net « nombre d’écrits dignes de l’extrême droite la plus crasse » et de nombreux articles conspirationnistes de Franci Fracassi à Thierry Meyssan. Horreur absolue : le site avait aussi évoqué l’enquête d’Eric Blanrue « Sarkozy, Israël et les Juifs. » Mais tout va bien, merci. Le CRIF, qui « s’est à plusieurs reprises opposé au Parti Communiste, notamment, en raison de ses attaques répétées contre Israël », n’en est que plus à l’aise pour saluer la déclaration du Front de Gauche. On apprendra avec intérêt que « la lutte contre le racisme et l’antisémitisme est évidemment au cœur de nos valeurs et de l’identité de notre parti », selon une puissante déclaration d’un des dirigeants du PCF qui précise : « il importe de condamner avec la plus grande fermeté ceux qui diffusent des idées racistes, antisémites ou négationnistes. A ce titre, des individus comme Dieudonné, Alain Soral ou Paul-Eric Blanrue sont connus pour multiplier publiquement depuis longtemps les déclarations antisémites ou promouvoir des historiens négationnistes comme Robert Faurisson. » Le CRIF est, quant à lui, content de cette déclaration et ravi que René Balme ait été amené à se retirer du Front de Gauche. Une victoire de plus…

SUSPENSION EN ALLEMAGNE DES CIRCONCISIONS (ET BIENTÔT EN NORVÈGE)

Plusieurs fédérations allemandes de médecins ont recommandé le report sine die des circoncisions d’enfants pour motifs religieux après le jugement du tribunal mettant cette pratique barbare hors la loi, selon la Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. Le président de la Chambre des médecins allemands, Frank Ulrich Montgomery, a fait part de son intention « d’alerter dorénavant ses membres des risques qu’ils encourent » si ceux-ci décident de braver la loi en menant ce type d’opération. L’hôpital juif de Berlin (JKB) procédait chaque année à 300 circoncisions, dont une centaine pour des motifs religieux. Il est probable que ce soit prochainement au tour de la Norvège de bannir ces mutilations. La porte-parole du Parti Centriste Norvégien, Jenny Klinge, membre du gouvernement de coalition, arguant du fait que l’excision des filles est déjà interdite, pense qu’il est grand temps d’étendre cette mesure aux garçons. Nul doute que cela va se mettre à couiner d’importance…

ILS VEULENT “NEUTRALISER” TROIS JOURS FÉRIÉS CHRÉTIENS

L’association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH) a proposé vendredi 29 juin d’ouvrir un débat (ils aiment ce terme magique) afin de “neutraliser” trois jours fériés « d’origine chrétienne » (forcément chrétienne) en les transformant en trois jours non travaillés ouverts aux salariés désirant célébrer des fêtes non chrétiennes. Les DRH, qui péroraient en présence du ministre du travail, Michel Sapin, ont exprimé le désir que « la Pentecôte, l’Ascension et le 15 août, jour de l’assomption » soient transformés en jours banalisés. Pour l’instant, ils n’envisagent cependant pas de toucher à Noël, au lundi de Pâques et à la Toussaint qui constituent, selon ces abrutis cosmoplanétaires « un facteur de cohésion sociale. » Il fallait oser un tel argument… Mais, abrutis ou non, ils découvrent une réalité qui les interpelle (ça aussi, un verbe magique qu’ils adorent) : Damned, les dates de certaines fêtes musulmanes, comme le début et la fin du ramadan, ne sont fixées que quelques jours seulement avant leur célébration. Pas facile, à établir, le calendrier, dans ces conditions… Les responsables des ressources humaines notent « une indéniable montée du fait religieux » et « une augmentation des demandes d’autorisations d’absences pour pratiquer des croyances religieuses (ils se croient obligés de préciser : autres que chrétiennes), et la montée du sentiment de discrimination (houlà ! Pas bon !) lorsque l’entreprise refuse aux salariés de pratiquer leurs convictions » et aussi « l’apparition d’un sentiment d’inégalité de traitement de la part de salariés non p r a t i q u a n t s lorsque ces autorisations d’absence sont accordées ». Le porte-parole de la conférence des évêques de France, Mgr Bernard Podvin, ose cependant se montrer sceptique. Il vient de déclarer que « le vivre-ensemble (autre terme super-magique) ce n’est pas que les religions se partagent un gâteau. » On se souvient peut-être qu’Eva Joly avait fait fort durant la campagne présidentielle. Elle avait suggéré deux nouveaux jours fériés, bénéficiant à tous, dont les Juifs pour leur permettre de fêter Yom Kippour, et les musulmans pour l’Aïd-el-Adha. Même ses amis avaient considéré qu’elle poussait le bouchon un peu loin…

MARIO MONTI NE CONNAÎT PAS L’HYMNE NATIONAL

Au début de la rencontre Italie/Espagne, à Kiev, l’hymne national italien (Fratelli d’Italia, le grand chant du Risorgimento) s’élève. Les joueurs et supporters chantent à pleins poumons. Le Premier ministre, présent dans la tribune officielle, bredouille le début de l’hymne, puis s’interrompt très vite. Il n’en connait pas les paroles… Sur Twitter, l’indignation le dispute à l’ironie. Certains prétendent que Monti a porté la poisse à son équipe, écrabouillée 4 à 0 par l’Espagne. D’autres écrivent : « Il sait seulement l’hymne de la Goldman Sachs (dont il fut l’un des collaborateurs). » D’aucuns se proposent d’offrir gracieusement le texte de l’hymne à Monti… La Chambre des députés avait pourtant adopté, il y a un mois, une loi pour faire enseigner l’hymne dans les écoles. Il s’agissait, il est vrai, d’une manœuvre politique contre la Ligue du Nord, qui avait refusé de voter cette loi, arguant du fait que « tant que nos langues, comme le piémontais et le vénitien, ne seront pas respectées et reconnues par l’Etat central, il ne pourra pas y avoir de respect pour ceux qui oppriment la liberté de peuples qui ont des millénaires d’histoire ».

LA TERRIBLE SOLITUDE DE GILBERT COLLARD

L’avocat Gilbert Collard, qui vient d’être élu député sous l’étiquette du Rassemblement bleu Marine, a évoqué sur LCI sa terrible “solitude” au sujet d’un changement de nom pour le Front national. Faut-il changer le nom du FN ? Il répond : « Je pense que oui mais tout le Front national pense que non. » Et il a ajouté, quelque peu dépité : « Alors une fois de plus, c’est la solitude contre la collectivité » (ce qui peut se décrypter par : j’ai raison contre tous ces crétins qui n’ont rien compris). En fait Jean-Marie Le Pen est totalement hostile à un changement de nom et il a très certainement raison de l’être. L’expérience montre que ceux qui se sont aventurés dans ce genre de fantaisies ont presque toujours échoué sauf à disposer de considérables moyens de communication leur permettant de faire connaître rapidement le nouveau sigle. Ce fut le cas du RPR, transformé en UMP. En attendant, les paris restent ouverts. Combien de temps Collard restera-t-il encore au Rassemblement Bleu Marine ?

LA FUREUR DE JEAN-MARIE LE PEN

Incroyables propos de JMLP dans une interview publiée il y a une semaine dans le quotidien britannique The Times. Jugez-en : « Je suis un homme du peuple. Je viens d’une famille de paysans et de pêcheurs […] J’ai été officier dans un régiment de parachutistes, j’ai eu une vie virile, c’est le moins que l’on puisse dire. Ma fille, quoi qu’elle puisse en dire, est une petite bourgeoise », affirme l’ancien président du Front National âgé de 84 ans. « Une petite bourgeoise », qu’en termes élégants ceci est dit… Selon lui, l’élite parisienne le considère comme un être “grossier” et “inquiétant” mais accepte sa fille en raison de sa bonne éducation (Bof, admettons…). « Mon image de diable s’est méthodiquement et avec ténacité imposée dans le monde politique français. Ma réputation d’antisémite a été créée artificiellement », déclare Le Pen au Times. « Mais ce n’est pas Jean-Marie Le Pen qui est le diable à leurs yeux, c’est le défenseur de la Nation », ajoute-t-il. Et le chef historique du Front national d’expliquer le succès de sa fille dans la dédiabolisation du parti par le fait que « c’est une femme ». Et il conclut son interview par cette phrase qui exprime sa rage face à la stratégie de dédiabolisation menée par Marine Le Pen : « La stratégie de Marine est de fournir à nos adversaires le moins d’angles d’attaque possibles. Par exemple, tous ces courageux et dynamiques militants qui se sont fait remarquer parce qu’ils avaient le crâne rasé ont été écartés ». En fait, JMLP ne supporte absolument plus la cour de Marine, qui ne manque pas une occasion pour laisser entendre qu’il est temps que le Menhir prenne une retraite tout à fait définitive. Les Collard, Philippot et autres méprisent ouvertement le vieux chef, ce qui a le don de le mettre en fureur, on le comprend. Ceci dit, JMLP est atteint de ce que j’appelle le « syndrome de Jean Mantelet », qui fut le talentueux fondateur de Moulinex. Ce dernier dirigeait toujours sa boutique à l’âge de 85 ans après avoir usé et viré cinq successeurs désignés. L’entreprise finit par disparaître. Nombreux sont ceux qui ne supportent pas la perspective de voir leur œuvre leur survivre. C’est ainsi. Humain, trop humain…

14:40 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.