Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 juillet 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

Chronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

N°3056 du 20 juillet 2012

Un chercheur a analysé les résultats du baccalauréat et étudié quels étaient les prénoms qui prédisposaient à l’obtention d’une mention TB. Il a travaillé sur un échantillon important de 340 000 élèves. 6 % des élèves décrochent la plus haute mention.

BAC : CES PRÉNOMS QUI PORTENT LA POISSE

Gremaine.jpg

Aucun élève parmi la centaine de Youssef et de Nabil n’a obtenu la mention, et très peu de Mohamed (5 sur 400), de Christopher (4 sur 300), de Cassandra ou de Sabrina. Ne parlons pas des malheureuses qui se prénomment Sandy ou Alison qui ne sont qu’une ou deux à l’avoir obtenue. Pire, plus d’un tiers des 140 Yacine et Linda ont dû passer les épreuves de rattrapage ainsi que 30 % des Youssef et des Nabil. Les Madeleine, par contre, sont 97 % à avoir évité l’oral de rattrapage, ce qui n’est pas le cas des Linda, dont plus du tiers échouent au premier tour. Le sociologue, Baptiste Coulmont, qui publie les résultats complets sur son blog Coulmont.com, prend soin de préciser que le prénom n’a évidemment aucun effet direct sur le résultat des élèves. Il traduit par contre l’appartenance sociale et culturelle de l’enfant. Il est peu probable que des Cindy ou des Kevin soient issus de catégories à fort capital culturel. Des prénoms gravissent les échelons de la réussite. C’est le cas, entre 2008 et 2011, des Aliénor, Augustin ou Eléonore. D’autres, tels Victoria, Margaux ou Victor chutent, s’étant démocratisés et ne restant plus l’apanage des seules classes culturelles bien dotées. La mode des prénoms est assez amusante à analyser. Les séries télévisées, les vedettes de la chanson ou les acteurs influencent bien entendu le choix des parents. Mais il y a des modes qui semblent tout à fait déconnectées de l’environnement médiatique. Des prénoms apparaissent, puis disparaissent quelques années plus tard, pour réapparaitre 50 ans après, sans qu’on ne sache vraiment pourquoi. En attendant, notre sociologue se contente de considérations culturelles et sociales, évitant soigneusement de se poser la question du lien qui pourrait exister entre ethnie et intelligence. Un terrain bien trop sulfureux et dangereux, par les temps qui courent… Au fait, connaissez-vous le taux de réussite au bac 2012 parmi les 14 joueurs de football du centre de formation de l’Olympique de Marseille ? Réponse : 0 %... Est-ce la faute au football qui n’a pas la réputation d’être une discipline particulièrement intellectuelle ? On ne sait pas… Mais nos lecteurs ont peut-être une explication…

“L’IMMIGRATION SERA NÉCESSAIRE POUR L’EUROPE”

« L’immigration sera nécessaire pour l’Europe ». Ce sont les propos tenus par Cecilia Malmström, commissaire européen aux affaires intérieures, qui a rencontré, mardi 10 juillet, à Paris, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur. Dans une interview qui vaut son pesant de cacahuètes et son régime de bananes, elle estime que l’Europe a raté « une opportunité historique », suite aux événements du « printemps arabe », regrettant que l’Europe ait eu peur de « vagues bibliques » d’immigrés, et estimant qu’il fallait en accueillir plus, beaucoup plus… Car, pour cette dangereuse idéologue, l’immigration n’est « pas une menace mais une chance » et même « un facteur de croissance. » Lisez son argument : « L’immigration sera nécessaire, étant donné notamment l’évolution de la démographie dans la plupart de nos pays. On estime qu’en 2030, sans nouvelle immigration, la population européenne en âge de travailler aura diminué de 12 %. » Il ne viendrait évidemment pas à l’idée de cette épouvantable herse que c’est la natalité européenne qu’il faut faire puissamment progresser, et non l’immigration. La suite de ses propos est hallucinante : « Des chefs d’entreprise me confient régulièrement leur difficulté à recruter des gens qualifiés alors même que le chômage est au plus haut. » En d’autres termes, elle assène cette énormité : comme nous ne trouvons pas de gens qualifiés chez nous, allons les chercher au Mali. Cette dangereuse irresponsable ne s’arrête cependant pas en si bon chemin. Elle est inquiète. Parce que l’Europe va être submergée, parce que l’Europe européenne va disparaître ? Vous n’avez rien compris au film… Non, elle s’inquiète des conclusions d’un rapport de l’OCDE qui montre que beaucoup de personnes susceptibles d’émigrer sont moins tentés par l’Europe et davantage par le Brésil, le Canada ou l’Australie, voire l’Angola ou le Mozambique. Et cela pourrait, « à terme, nous causer de grosses difficultés ». Et, attention, elle poursuit ses délires : « Le rôle de la Commission de Bruxelles est […] de s’élever au-dessus des contingences nationales » (on avait compris, et c’est bien pour cela que nous ne voulons pas de cette Europe-là). Elle souhaite « faciliter une nouvelle immigration légale », ce qui serait, tenez-vous bien, « une manière de lutter contre l’immigration illégale ». En d’autres termes, rendons l’immigration légale ; ainsi elle ne sera plus illégale. La harpie balance, en plus. Elle dénonce ses petits collègues ministres (d’accord, elle ne cite pas leurs noms) qui lui « confient qu’ils sont d’accord (avec elle) mais ne peuvent pas le dire trop haut » Cela aussi, on le savait. Et puis, pour conclure, cette considération qui démontre à quel point elle comprend le peuple : « L’immigration est souvent un thème plus important pour les milieux politiques que pour les électeurs. » Amen. Il est assez rare, reconnaissons-le, de rencontrer un tel concentré de bêtise crasse, d’imbécillité divagante, de fureur hystérique, de haine de soi et de l’identité de son peuple. Cette pauvre frustrée mérite … (la loi m’interdit d’écrire ce que je pense).

EN ATTENDANT, EN ISRAËL, ON LES EXPULSE

En Israël, on ne plaisante pas avec les délires humanistes. Israël a lancé depuis deux semaines une opération de rapatriement de clandestins du Soudan du Sud. Deux avions transportant environ 240 Sud-Soudanais les ont déjà déposés dans leur pays. Israël érige actuellement une clôture de 250 km le long de la frontière égyptienne pour empêcher les infiltrations d’immigrés passant par le Sinaï égyptien. Quelques 170 km sont déjà construits et l’ouvrage devrait être achevé d’ici à la fin de l’année. Quant aux immigrés clandestins originaires de la Côte d’Ivoire, ils ont jusqu’au 16 juillet pour quitter le pays volontairement, auquel cas ils toucheront un petit pécule de 500 dollars par adulte et 100 par enfant, faute de quoi ils seront expulsés manu militari, avec leurs yeux pour pleurer. Le ministre de l’Intérieur israélien, Elie Yishaï, dirigeant du parti religieux Shass, a expliqué qu’il s’agit « d’une étape importante pour le rapatriement des clandestins et le retour d’un sentiment de sécurité pour les habitants de localités israéliennes. » Apparemment, Elie Yishaï lie insécurité et immigration, ce qui n’est évidemment pas le cas des lobbys israéliens en France, tels le CRIF ou la LICRA, qui ne cessent de poursuivre de leur haine les patriotes français qui s’opposent à l’invasion de leur terre. En attendant, Israël défend férocement son identité. Le ministre israélien de la Justice vient de proposer un amendement à une loi qui permettrait d’interdire aux immigrants africains de transférer de l’argent à leur famille à l’étranger. Si la loi est votée, les immigrants africains pourraient être condamnés à 6 mois de prison après un tel virement. Quant à celui qui aurait l’idée farfelue d’aider l’immigrant à transférer ces fonds, pas de problème, on a prévu la solution : un an de prison, une énorme amende, et le remboursement du double du montant que la personne a transféré ou s’apprêtait à transférer. Un communiqué du ministère de la Justice déclame, tranquillement : « La loi proposée est faite pour aider à lutter contre l’immigration illégale en criminalisant le transfert d’argent à l’étranger et […] veut aussi encourager les immigrants africains à partir d’eux-mêmes. »

L’AFFREUX ABBÉ DE LA MORANDAIS

Il est issu, paraît-il de l’ancienne noblesse bretonne ou peut-être de l’ancienne bourgeoisie bretonne, on ne sait pas bien, et cela n’a au demeurant aucune importance. Son père a été déporté pour faits de résistance et est mort à Dora. Particulièrement médiatique, invité dans de nombreux débats télévisés, il fut en quelque sorte « l’aumônier du monde politique français » avant de devenir l’« aumônier des artistes ». Il donna notamment les derniers sacrements à l’acteur Michel Serrault. Voici les déclarations de cet affreux cafard conciliaire en soutane, quant au mariage des homosexuels et à l’adoption par les gays. C’est un chef-d’œuvre : « En tant que représentant de l’Eglise, je suis opposé au mariage homosexuel, il faut le masculin et le féminin, mais à titre personnel, je me dis qu’un gamin qui est adopté par deux femmes ou deux hommes, c’est peut-être moins pire que de devenir un misérable dans les rues de Rio. » Et l’abbé de La Morandais de conclure sa puissante démonstration par cette chute vertigineuse : « Pour le mariage, j’ai mon point de vue officiel ; je dis non, et à titre personnel, je dis carrément oui ! ». Voilà qui est d’une cohérence et d’une logique inouïes. J’en connais qui ont, pour moins que ça, fini par divaguer à l’Hôpital de Charenton.

LES DEUX BRILLANTS DÉPUTÉS FN PARLENT

Marion Le Pen avoue avoir été « séduite par le personnage Sarkozy » et avoue « avoir commencé à fréquenter certains milieux de jeunes UMP ». Elle « voulait en connaître plus », elle était « intriguée ». Puis, « comme beaucoup de déçus du sarkozysme, (elle a) réfléchi. » Peu probable qu’elle ait lu Barrès, Brasillach, Drieu, Céline, Maurras, sinon elle n’aurait pas vraiment eu besoin de réfléchir… Gilbert Collard s’en prend, quant à lui, à Jean-Marie Le Pen, suite à ses déclarations où il qualifiait sa fille de “petite-bourgeoise” et évoquait « ces courageux et dynamiques militants qui se sont fait remarquer parce qu’ils avaient le crâne rasé ». Voici les propos de Me Collard : « Les Yul Brynner du Front, c’est une excellente nouvelle qu’ils ne soient plus là. Marine a très bien fait de faire en sorte que les crânes rasés ne soient plus là. » Mais pourquoi tant de haine à l’encontre de ceux qui n’ont pas, tel Gilbert Collard, la chance de disposer d’une capillarité des plus extravagantes ? Certes, je comprendrais un chauve qui jalouserait un chevelu. Mais l’inverse ? Cela martyrise profondément mon esprit rationnel et j’en souffre terriblement.

ALLEMAGNE : UN GUIDE POUR RECONNAITRE LES CLIENTS NÉO-NAZIS

nazis.jpg

Il paraît que les groupes nationalistes, donc d’extrême- droite, donc nazis, donc néo-nazis, essaient souvent de se faire passer pour des clients ordinaires auprès des hôteliers et des restaurateurs allemands. Ce sont apparemment de vrais sournois. Dieu merci, une brochure vient d’être éditée par les autorités pour aider les restaurateurs à les identifier et à les expulser de leurs établissements. On leur explique ainsi ce qu’est le triangle de Gau, interdit en Allemagne depuis 2002. Ils en ont mis du temps pour l’interdire, mais mieux vaut tard que jamais. Idem pour le Triskel. Qu’est-ce que le Triskel ? Tous les lecteurs de RIVAROL, Bretons ou s’intéressant à la culture celte le connaissent le Triskel est le symbole celte par définition. Son nom vient du grec “triskelês” qui veut dire à trois jambes. Oui mais, attention ! Le Triskel fut aussi l’insigne de la 27e division SS ! Et puis, il y a aussi la « Swartze Sonne », le Soleil noir, un autre symbole de la SS. On explique dans cette brochure, aux restaurateurs et aux hôteliers, les dates sensibles où les nationalistes sont susceptibles de se rassembler : le 18 janvier, date de la fondation du Reich allemand en 1871 ; le 25 février, date du bombardement de la ville de Cottbus par les alliés, etc. Le ministre de l’Éducation nationale du Brandebourg, Martina Münch, appelle les hôteliers et les restaurateurs à faire preuve d’un « vrai courage civique » afin d’interdire aux nationalistes allemands de se rassembler. Quand je vous disais que la terreur en Allemagne était pire que celle que nous vivons en France…

ROBERT MÉNARD VIRÉ D’ITÉLÉ

Ca lui pendait au nez. Aucune raison qu’Eric Zemmour soit viré de RTL et pas Robert Ménard d’iTélé. Explication de la direction de la chaîne d’information de Canal+ : « Le rendez-vous de Robert Ménard constituait le moment où on ne savait pas où on était. On ne savait plus si c’était un journaliste ou s’il exprimait une opinion. » Car, bien sûr, les journalistes du système, qui représentent 95 % de la profession, n’expriment pas des opinions, mais des vérités intangibles. Robert Ménard se déclare évidemment « en colère » : « Que voulez-vous, le manque de courage, la peur de déplaire, les pressions, tout cela fait beaucoup pour certains… » Et il conclut, fort justement, par ces propos : « L’ère du temps est au conformisme, pas à l’impertinence. Ils veulent des débats, mais sans les risques du débat, de l’impertinence, mais sans les risques de l’impertinence, de la liberté, mais sans les risques de la liberté. »

12:09 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

mardi, 17 juillet 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

2812160005.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

N°3055 du 13 juillet 2012

C’EST vraiment trop drôle, cette petite recension des haines, cuites et recuites, dans le camp du système.

DIEU, QU’ILS SE HAÏSSENT !

C’est Le Point qui le raconte : le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, déteste Arnaud Montebourg, dont il a pourtant fait un ministre. Evoquant les qualités du concubin d’Audrey Pulvar, il avait dit au journal Le Monde : « Des convictions, je ne sais pas ; ce qui est sûr, c’est qu’il joue perso. » Cette gentille réflexion datait de 2001. Ayrault dira de Montebourg, en 2008 : « C’est un homme de coups ». Le futur Premier ministre ajoutera en 2011 cette gracieuseté : « Ce qu’il propose, c’est une coquille vide. » On ne saurait être plus aimable… Et puis, un autre ministre, Pierre Moscovici, qui, fou de rage, avait qualifié Fabius de « passager clandestin ». C’était en 2008, et aujourd’hui, ils siègent ensemble au conseil des ministres. Hollande avait dit de Montebourg, en 2011 : « Montebourg est peut-être brillant, mais il n’est pas fiable. » Ce dernier s’était lâché à propos d’Emmanuel Valls : « Il n’a qu’un pas à faire pour aller à l’UMP ». Valls avait eu cette formule humaniste, en 2009, au sujet de Hollande : « A part les lunettes, il n’a pas changé grand-chose. » Evoquons les surnoms et les qualificatifs qui ont honoré François Hollande (avant qu’il ne devienne Président et que leurs auteurs ne deviennent ministres). Arnaud Montebourg : « Un dirigeant fermé aux idées nouvelles » ; et puis du même auteur : « Le pire défaut de Ségolène Royal ? Son compagnon » ou encore cette définition : “Flanby” ; Laurent Fabius : « Fraise des bois » ou encore « Opposition caoutchouc » : aimable… Mais Fabius s’était aussi autorisé cet Himalaya de mépris en qualifiant Hollande de « Monsieur Petites Blagues ». Hollande se fâche parfois, disant de Montebourg : « Un paon qui fait la roue et qui s’admire ». Et puis, au sujet de Peillon : « Il faut se méfier de lui. Il est sournois comme un serpent. » Ce dernier réplique méchamment : « François ne travaille pas, il ne lit rien. Il n’y a que les dépêches AFP qui l’intéressent. » On n’a pas fini de rire avec des cocos pareils…

DIEU, QU’ILS SE HAÏSSENT ! (BIS)

Henri Guaino, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, n’a apparemment rien d’un boute-en-train. Mais il sait, l’air de rien, assassiner ceux qu’il méprise. A propos du livre de l’ancienne ministre, Roselyne Bachelot, A feu et à sang. Carnets secrets d’une présidentielle de tous les dangers, où elle s’en prend à tous les conseillers “droitistes” de Sarkozy, dont Patrick Buisson, voici ce qu’il déclare : « Je ne commente pas un livre d’une telle vulgarité de pensée, d’attitude, de comportement ; les auteurs ressemblent souvent à leur livre. C’est d’une profonde vulgarité. » Il a ajouté : « Quand on a fait des pieds et des mains pendant cinq ans pour être ministre et rester ministre, on a un peu de dignité. » Nous ne pouvons pas donner tort à Guaino. Ce livre, paru un mois après l’échec de Sarkozy, n’aurait jamais paru si le président sortant avait été réélu et si Roselyne Bachelot avait été reconduite comme ministre. La trahison est méprisable mais aussi fascinante. Des femmes (mais aussi des hommes), fussent-elles anciens ministres, ont cette extraordinaire capacité de trahir en toute bonne foi. Henri Guaino, invité de la séquence du Grand Journal, diffusé sur Canal+, a répondu à la question suivante : « Vous êtes Roselyne Bachelot pour 24 heures, que faites-vous ? » « Je me suicide »… Rien que pour cette réponse, Henri Guaino mérite d’être pardonné de ses turpitudes politiques passées…

DIEU, QU’ILS SE HAÏSSENT ! (TER)

L’ex-ministre, Nathalie Koscisko-Morizet qui, dans son livre paru récemment, avait qualifié le FN de parti antirépublicain, s’était autorisée il y a deux semaines, à s’en prendre à Patrick Buisson, affirmant qu’il n’avait pas eu pour objectif de faire gagner Sarkozy, mais de faire gagner Charles Maurras ! Rien de moins. Buisson n’est évidemment pas très content, et s’était refusé, jusque-là, à répliquer, considérant gentiment que « c’est précisément ce qu’elle cherche pour exister. » Mais cette « grande bourgeoise caricaturale qui fait fuir l’électorat populaire » commence à le chauffer d’importance. Sarkozy, qui l’aimait bien, l’avait traitée de “déjantée”, susceptible cependant de séduire les bobos. Bref, Buisson a fini par s’énerver. Et il balance… Il raconte qu’ils se sont retrouvés à table, le 23 mars. Il raconte que la campagne (pseudo-) droitière de Sarkozy ne la choquait nullement. Pire, à l’heure du café, la ministre de l’Ecologie évoque sa possible candidature à la présidentielle de 2017. Elle sollicite même les services de Buisson, déclarant : « Je serais ravie que vous puissiez me prodiguer vos conseils. On pourrait peut-être se voir une fois par mois ? » NKM mérite décidément de faire partie de ces étonnantes “emmerdeuses” et imposteuses (admettons que c’est le pluriel féminin d’imposteurs) que Patrick Gofman a évoquées dans son livre. Elle a, avec un culot sidéral, demandé publiquement à François Copé de dire si oui ou non, Buisson travaillait toujours pour lui, aujourd’hui, enjoignant à Copé de mettre fin à cette relation nauséabonde. Celle qui, interrogée sur le prix d’un ticket de métro, répondait « 4 euros et quelques » va retourner aux oubliettes de la petite, très petite Histoire. Tant mieux…

RENÉ BALME, MAIRE DE GRIGNY, VIRÉ DU FRONT DE GAUCHE

Le CRIF avait mis en cause le jeudi 31 mai, par le site Internet de Rue89, dans un article intitulé « Une tâche rouge-brune dans la campagne du Front de gauche », suivi d’un autre de Street Press, le maire PG de Grigny (Rhône) qui s’était vu reprocher d’héberger sur son site Oulala.net « nombre d’écrits dignes de l’extrême droite la plus crasse » et de nombreux articles conspirationnistes de Franci Fracassi à Thierry Meyssan. Horreur absolue : le site avait aussi évoqué l’enquête d’Eric Blanrue « Sarkozy, Israël et les Juifs. » Mais tout va bien, merci. Le CRIF, qui « s’est à plusieurs reprises opposé au Parti Communiste, notamment, en raison de ses attaques répétées contre Israël », n’en est que plus à l’aise pour saluer la déclaration du Front de Gauche. On apprendra avec intérêt que « la lutte contre le racisme et l’antisémitisme est évidemment au cœur de nos valeurs et de l’identité de notre parti », selon une puissante déclaration d’un des dirigeants du PCF qui précise : « il importe de condamner avec la plus grande fermeté ceux qui diffusent des idées racistes, antisémites ou négationnistes. A ce titre, des individus comme Dieudonné, Alain Soral ou Paul-Eric Blanrue sont connus pour multiplier publiquement depuis longtemps les déclarations antisémites ou promouvoir des historiens négationnistes comme Robert Faurisson. » Le CRIF est, quant à lui, content de cette déclaration et ravi que René Balme ait été amené à se retirer du Front de Gauche. Une victoire de plus…

SUSPENSION EN ALLEMAGNE DES CIRCONCISIONS (ET BIENTÔT EN NORVÈGE)

Plusieurs fédérations allemandes de médecins ont recommandé le report sine die des circoncisions d’enfants pour motifs religieux après le jugement du tribunal mettant cette pratique barbare hors la loi, selon la Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. Le président de la Chambre des médecins allemands, Frank Ulrich Montgomery, a fait part de son intention « d’alerter dorénavant ses membres des risques qu’ils encourent » si ceux-ci décident de braver la loi en menant ce type d’opération. L’hôpital juif de Berlin (JKB) procédait chaque année à 300 circoncisions, dont une centaine pour des motifs religieux. Il est probable que ce soit prochainement au tour de la Norvège de bannir ces mutilations. La porte-parole du Parti Centriste Norvégien, Jenny Klinge, membre du gouvernement de coalition, arguant du fait que l’excision des filles est déjà interdite, pense qu’il est grand temps d’étendre cette mesure aux garçons. Nul doute que cela va se mettre à couiner d’importance…

ILS VEULENT “NEUTRALISER” TROIS JOURS FÉRIÉS CHRÉTIENS

L’association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH) a proposé vendredi 29 juin d’ouvrir un débat (ils aiment ce terme magique) afin de “neutraliser” trois jours fériés « d’origine chrétienne » (forcément chrétienne) en les transformant en trois jours non travaillés ouverts aux salariés désirant célébrer des fêtes non chrétiennes. Les DRH, qui péroraient en présence du ministre du travail, Michel Sapin, ont exprimé le désir que « la Pentecôte, l’Ascension et le 15 août, jour de l’assomption » soient transformés en jours banalisés. Pour l’instant, ils n’envisagent cependant pas de toucher à Noël, au lundi de Pâques et à la Toussaint qui constituent, selon ces abrutis cosmoplanétaires « un facteur de cohésion sociale. » Il fallait oser un tel argument… Mais, abrutis ou non, ils découvrent une réalité qui les interpelle (ça aussi, un verbe magique qu’ils adorent) : Damned, les dates de certaines fêtes musulmanes, comme le début et la fin du ramadan, ne sont fixées que quelques jours seulement avant leur célébration. Pas facile, à établir, le calendrier, dans ces conditions… Les responsables des ressources humaines notent « une indéniable montée du fait religieux » et « une augmentation des demandes d’autorisations d’absences pour pratiquer des croyances religieuses (ils se croient obligés de préciser : autres que chrétiennes), et la montée du sentiment de discrimination (houlà ! Pas bon !) lorsque l’entreprise refuse aux salariés de pratiquer leurs convictions » et aussi « l’apparition d’un sentiment d’inégalité de traitement de la part de salariés non p r a t i q u a n t s lorsque ces autorisations d’absence sont accordées ». Le porte-parole de la conférence des évêques de France, Mgr Bernard Podvin, ose cependant se montrer sceptique. Il vient de déclarer que « le vivre-ensemble (autre terme super-magique) ce n’est pas que les religions se partagent un gâteau. » On se souvient peut-être qu’Eva Joly avait fait fort durant la campagne présidentielle. Elle avait suggéré deux nouveaux jours fériés, bénéficiant à tous, dont les Juifs pour leur permettre de fêter Yom Kippour, et les musulmans pour l’Aïd-el-Adha. Même ses amis avaient considéré qu’elle poussait le bouchon un peu loin…

MARIO MONTI NE CONNAÎT PAS L’HYMNE NATIONAL

Au début de la rencontre Italie/Espagne, à Kiev, l’hymne national italien (Fratelli d’Italia, le grand chant du Risorgimento) s’élève. Les joueurs et supporters chantent à pleins poumons. Le Premier ministre, présent dans la tribune officielle, bredouille le début de l’hymne, puis s’interrompt très vite. Il n’en connait pas les paroles… Sur Twitter, l’indignation le dispute à l’ironie. Certains prétendent que Monti a porté la poisse à son équipe, écrabouillée 4 à 0 par l’Espagne. D’autres écrivent : « Il sait seulement l’hymne de la Goldman Sachs (dont il fut l’un des collaborateurs). » D’aucuns se proposent d’offrir gracieusement le texte de l’hymne à Monti… La Chambre des députés avait pourtant adopté, il y a un mois, une loi pour faire enseigner l’hymne dans les écoles. Il s’agissait, il est vrai, d’une manœuvre politique contre la Ligue du Nord, qui avait refusé de voter cette loi, arguant du fait que « tant que nos langues, comme le piémontais et le vénitien, ne seront pas respectées et reconnues par l’Etat central, il ne pourra pas y avoir de respect pour ceux qui oppriment la liberté de peuples qui ont des millénaires d’histoire ».

LA TERRIBLE SOLITUDE DE GILBERT COLLARD

L’avocat Gilbert Collard, qui vient d’être élu député sous l’étiquette du Rassemblement bleu Marine, a évoqué sur LCI sa terrible “solitude” au sujet d’un changement de nom pour le Front national. Faut-il changer le nom du FN ? Il répond : « Je pense que oui mais tout le Front national pense que non. » Et il a ajouté, quelque peu dépité : « Alors une fois de plus, c’est la solitude contre la collectivité » (ce qui peut se décrypter par : j’ai raison contre tous ces crétins qui n’ont rien compris). En fait Jean-Marie Le Pen est totalement hostile à un changement de nom et il a très certainement raison de l’être. L’expérience montre que ceux qui se sont aventurés dans ce genre de fantaisies ont presque toujours échoué sauf à disposer de considérables moyens de communication leur permettant de faire connaître rapidement le nouveau sigle. Ce fut le cas du RPR, transformé en UMP. En attendant, les paris restent ouverts. Combien de temps Collard restera-t-il encore au Rassemblement Bleu Marine ?

LA FUREUR DE JEAN-MARIE LE PEN

Incroyables propos de JMLP dans une interview publiée il y a une semaine dans le quotidien britannique The Times. Jugez-en : « Je suis un homme du peuple. Je viens d’une famille de paysans et de pêcheurs […] J’ai été officier dans un régiment de parachutistes, j’ai eu une vie virile, c’est le moins que l’on puisse dire. Ma fille, quoi qu’elle puisse en dire, est une petite bourgeoise », affirme l’ancien président du Front National âgé de 84 ans. « Une petite bourgeoise », qu’en termes élégants ceci est dit… Selon lui, l’élite parisienne le considère comme un être “grossier” et “inquiétant” mais accepte sa fille en raison de sa bonne éducation (Bof, admettons…). « Mon image de diable s’est méthodiquement et avec ténacité imposée dans le monde politique français. Ma réputation d’antisémite a été créée artificiellement », déclare Le Pen au Times. « Mais ce n’est pas Jean-Marie Le Pen qui est le diable à leurs yeux, c’est le défenseur de la Nation », ajoute-t-il. Et le chef historique du Front national d’expliquer le succès de sa fille dans la dédiabolisation du parti par le fait que « c’est une femme ». Et il conclut son interview par cette phrase qui exprime sa rage face à la stratégie de dédiabolisation menée par Marine Le Pen : « La stratégie de Marine est de fournir à nos adversaires le moins d’angles d’attaque possibles. Par exemple, tous ces courageux et dynamiques militants qui se sont fait remarquer parce qu’ils avaient le crâne rasé ont été écartés ». En fait, JMLP ne supporte absolument plus la cour de Marine, qui ne manque pas une occasion pour laisser entendre qu’il est temps que le Menhir prenne une retraite tout à fait définitive. Les Collard, Philippot et autres méprisent ouvertement le vieux chef, ce qui a le don de le mettre en fureur, on le comprend. Ceci dit, JMLP est atteint de ce que j’appelle le « syndrome de Jean Mantelet », qui fut le talentueux fondateur de Moulinex. Ce dernier dirigeait toujours sa boutique à l’âge de 85 ans après avoir usé et viré cinq successeurs désignés. L’entreprise finit par disparaître. Nombreux sont ceux qui ne supportent pas la perspective de voir leur œuvre leur survivre. C’est ainsi. Humain, trop humain…

14:40 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

samedi, 14 juillet 2012

Parution du n°28 de la revue Synthèse nationale...

Couv Synth. Nat. - 28.jpg

Au sommaire :

- Editorial de Roland Hélie : Après les élections, le combat continue...

- Retour sur les législatives...

- Patrick Parment : Défaite d'une droite sans valeurs...

- Arnaud Raffard de Brienne : Honneur à l'oeuvre de la France en Algérie...

- Bernard Bres : Agriculture, de l'autosuffisance alimentaire aux dégats du productivisme...

- Georges Dillinger  : La dénatalité ou le suicide d'une race...

- Luc Pécharman : Les municipales, pour quoi faire ?

- Jean-Claude Rolinat : Syrie, redoutons l'"effet papillon"...

- Lionel Baland : Dossier Jörg Haider, l'homme qui ébranla l'Europe... A l'occasion de la sortie de sa biographie.

- Francis Bergeron : Histoire des fascismes de François Duprat...

- La sortie du Dictionnaire des polémistes de Robert Spieler aux Editions Les Bouquins de Synthèse nationale.

Les rubriques de Philippe Randa, du Marquis Jean-Paul Chayrigues de Olmetta, d'Yves Darchicourt, de Luc Barbulesco et de Pieter Kerstens... 

N°28, Juillet Août 2012, 124 pages, 12 €.

Abonnement : 6 numéros 50 €, soutien : 100 €

Chèque à l'ordre de Synthèse nationale à retourner à

Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris

Bulletin d'abonnement cliquez ici 

11:33 Publié dans Livre | Lien permanent | |  Facebook

Dans Rivarol de cette semaine : un entretien avec Robert Spieler sur la publication de son Dictionnaire des polémistes...

2277121978.jpgRIVAROL : Vous avez écrit un dictionnaire des polémistes, d’Antoine de Rivarol à François Brigneau. Pourquoi ? 

Robert SPIELER : « La polémique est un combat et le pamphlet est une arme ». C’est par cette phrase que débute l’ouvrage de Pierre Dominique Les Polémistes français depuis 1789, paru en 1962 aux éditions du Vieux Colombier. Pierre Dominique, qui fut directeur de Rivarol mais aussi un romancier et un essayiste reconnu, a évoqué dans son livre ces polémistes français, de gauche ou de droite qui marquèrent leur époque, par leur fureur et leur talent. « Comme le soldat, le polémiste est détesté par les âmes sensibles ». De Mirabeau à Céline, de Rivarol à Henri Béraud, en passant par Proudhon, Rochefort, Edouard Drumont, Léon Daudet et Bernanos, sans oublier bien sûr Charles Maurras, la liste de ces combattants, qui mirent souvent leur peau au bout de leurs idées, est longue. Le livre de Pierre Dominique m’a servi de fil conducteur dans la rédaction de cette recension de rebelles. Je me suis bien sûr aussi inspiré d’autres ouvrages et aussi des informations recueillies sur internet. Ce petit ouvrage reprend les articles qui avaient paru, un an durant, dans RIVAROL. J’ai ajouté à ma recension Lucien Rebatet et François Brigneau, qui n’étaient pas évoqués dans le livre de Pierre Dominique.

 

J’évoque dans ce petit dictionnaire ces figures dont nous ne sommes évidemment pas obligés de partager les idées et la fureur, mais qui sont des fanaux de l’esprit français rebelle. En cette période effroyablement aseptisée où le politiquement correct règne en maître, il est salutaire de se plonger dans la lecture des polémistes, une lecture qui rend libre.

 

R. : De quand datent la polémique et le pamphlet ?

 

R. S. : La polémique et le pamphlet ne débutèrent certes pas avec Mirabeau et Rivarol. A défaut de vouloir tuer l’ennemi avec leurs épées, certains choisirent d’utiliser le langage, et ce depuis la plus haute Antiquité. Songeons aux injures proférées par les héros d’Homère. Dès que les hommes maîtrisèrent l’écriture, naquit le pamphlet. Le graffito, injurieux et ordurier, fleurit dans la Rome antique. Sur un plan plus littéraire, les Philippiques de Démosthène, les Chevaliers d’Aristophane sont des pamphlets, de même que, selon Pierre Dominique, les Provinciales de Pascal. Et puis, les mazarinades, tous ces libelles destinés à ridiculiser les maîtresses et l’entourage des Rois de France… Et Voltaire qui pour agonir son ennemi Fréron l’imagine piqué par une vipère ; la chute du pamphlet, écrit sous forme de poème : « Devinez ce qui se passa, ce fut la vipère qui creva »… Les plus grands prosateurs des trois derniers siècles sont des polémistes : Rabelais, Pascal, Saint-Simon, Voltaire que nous avons évoqué, Diderot, Beaumarchais et même Molière, que le Roi Louis XIV appréciait tant. N’a-t-on pas dit que ce fut le Roi qui lui souffla l’idée de son Tartuffe ? Le pamphlet peut se présenter sous forme de périodique : La Lanterne de Rochefort, le Crapouillot de Galtier-Boissière, un article de Daudet dans L’Action française, de Brasillach dans Je Suis Partout, de Béraud dans Gringoire. Béraud fut condamné à mort en 1944, pour « intelligence avec l’ennemi » et vécut de longs mois dans l’attente d’être fusillé. Béraud ne fut jamais pronazi. Pourquoi cette haine à son encontre ? Deux raisons : les socialistes l’exécraient. Ils le considéraient comme responsable du suicide de Roger Salengro, qui fut ministre de Léon Blum. Henri Béraud avait mené une campagne terrible contre lui, dans l’hebdomadaire Gringoire, dont il était l’éditorialiste, l’accusant d’avoir déserté durant la Première Guerre mondiale. Il avait aussi écrit un livre, avant la guerre, violemment orienté contre la Grande-Bretagne, Faut-il réduire l’Angleterre en esclavage ? Le Roi d’Angleterre demanda à DeGaulle la grâce de Henri Béraud et l’obtint. « On retrouve la polémique, vive et drue, furieuse, fielleuse, injurieuse, effrénée, cruelle avec de ces éclats de joie qui sont la philosophie des polémistes, en latin et en français, tout au long de l’Histoire de France », nous dit Pierre Dominique. Les années précédant la Révolution amènent une explosion de libelles, spirituels, orduriers, agressifs, violents. Ils n’ont pas peu contribué à la chute de la monarchie.

 

R. : Quelles sont les motivations du polémiste ?

 

R. S. : « Le polémiste, le plus souvent, n’est pas mené par le souci de nuire, mais par le besoin du combat, de l’action. Le lion, le chat griffent les écorces, le cheval, dans le pré, rue vers le ciel. Ecrire, c’est toujours se libérer. D’une fureur, d’un désespoir, d’une haine, parfois d’un amour, qui pourraient vous étouffer. Le polémiste repère une gouape, un marlou, un usurier, un arriviste, un vendu, et il siffle, il hue. Mais parfois, c’est une équipe d’hommes de main ou d’hommes d’Etat[…] qui, eux aussi, ont droit au sifflet et à la huée. Ou bien une nation, une religion, toute une époque, car le polémiste a droit de regarder de loin et de haut ». Et Pierre Dominique de conclure : « Ce coup de sifflet, c’est un article, et cette huée, c’est un pamphlet. Puis, le polémiste, satisfait, rentre chez lui, où, peut-être, les gendarmes vont venir le chercher, parce que celui qu’il a sifflé, hué, est puissant, ou que la nation, la religion, l’époque par lui méprisées, bafouées, sont sacro-saintes. Mais peu importe : les gendarmes qui, sans doute, ont les menottes en poche, rencontrent un homme délivré ». Pierre Dominique écrivait ces lignes il y a cinquante ans. Depuis la loi Gayssot, depuis la mainmise de la police de la pensée sur la France et l’Europe, tant de femmes et d’hommes libres ont croupi ou croupissent en prison… Honneur à eux.

 

Propos recueillis par Jérôme BOURBON.

   

Pour commander le livre : règlement à la commande par chèque à l’ordre de Synthèse nationale à retourner à : Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris 18, 00 € l’exemplaire (+ 3 € de port).


Bulletin de commande : cliquez ici


Notons aussi un article fort élogieux sur ce Dictionnaire des polémistes dans l'Action française de cette quinzaine (en vente en kiosques).

11:27 | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 12 juillet 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

2924130059.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

N°3054 du 6 juillet 2012

CHAQUE année, les sessions du baccalauréat, et notamment l’épreuve de philosophie, offrent leurs séries de perles. La Charente libre a publié samedi 23 juin quelques phrases choc, qui remettent les idées en place, relevées par un correcteur de l’académie de Poitiers, parmi des copies de la section ES (Economie et social). La question était : « Peut-il exister des désirs naturels ? » Réponse d’une grande profondeur d’un futur bachelier : « Les désirs naturels varient. Par exemple, pour une famille vivant en Afrique, les désirs naturels seront de dormir et de manger car l’Afrique vit encore de manière sauvage. Mais pour un Français bien plus évolué, ce sera d’avoir une voiture, une machine à laver et une très grande garde-robe. » En voici un courageux qui fait tout pour décrocher son bac…

LES ÉTONNANTES PERLES DU BAC

Un autre génie, philosophe à ses heures, a écrit ceci : « Les hommes utilisent des mots pour exprimer leur désir et les animaux utilisent des cris. Sauf lorsque des êtres ont des relations sexuelles dans le but d’avoir du plaisir et non dans le but de faire des enfants, ils utilisent des cris car l’homme est considéré alors comme un animal. » C’est un peu compliqué à comprendre, mais tout le monde n’est pas un philosophe ayant des prétentions à devenir bachelier. Un second sujet était proposé, sur le thème de l’utilité du travail. Un lycéen, qui a tout compris, a écrit, tranquille : « On constate que tous dans la société ne travaillent pas pour être utiles. Certains travaillent aussi pour leur plaisir. Les prostituées par exemple joignent l’utile à l’agréable. » Mais le travail ne fait pas tout, rappelle un autre, qui se réfère à Jésus-Christ : « La preuve que le travail n’est pas utile, c’est que Jésus-Christ n’a jamais travaillé. Il a voyagé de pays en pays pour répandre l’amour mais n’a jamais travaillé. Or personne n’a été plus utile que lui, personne ne le contestera. » Au fait, vous l’ignoriez peut-être, mais les Français sont pour la plupart catholiques, déclare un candidat qui, visiblement, a des lettres. Il précise : « Un ordre religieux important est la Bénédictine. La Bénédictine dirige les consciences. Ses moines ont des règles douloureuses… » Surtout, sans doute, s’ils ont abusé de la Bénédictine, cet alcool produit par les Bénédictins, dont la consommation excessive mène au délire.

“LA FOIRE AUX CANCRES”

Les plus anciens lecteurs de RIVAROL se souviennent sans doute des livres de Jean-Charles, dont La foire aux cancres, qui recensaient les perles du baccalauréat, parus dans les années 1963/1970. « Victor Hugo est né à l’âge de 2 ans » (Il aurait, certes, pu naitre cinq ans plus tôt, ce qui eût été fâcheux…). « Néron, célèbre empereur romain, organisait des combats de radiateurs. » (terrifiant…) ; « Clovis est mort à la fin de sa vie » (Pas de chance…) ; « Au Moyen-âge, les mauvais élèves étaient souvent décapités » (Bien fait…) ; « Même si le blessé n’a rien, vaut mieux lui faire une autopsie » (en effet, c’est plus prudent…) ; « La France compte plus de 60 millions de Français, dont beaucoup d’animaux » (ça, on le savait) ; « L’exemple du Titanic sert à démontrer l’agressivité des icebergs » (A RIVAROL, nous nous sommes toujours méfiés des icebergs) ; « Pendant la bataille de Stalingrad, les soldats étaient tués et retués pour être bien sûr qu’ils soient morts (ensuite, ils étaient écartelés, coupés en morceaux, décapités, brûlés, mais curieusement quelques-uns ont survécu) ; « En 1945, les Américains déclarent la guerre aux Etats- Unis » (Il paraît cependant que c’est l’Europe qui perdra la guerre) ; les plus malins de tous étaient cependant les Egyptiens : « Quand ils voyaient la mort arriver, les Egyptiens se déguisaient en momie pour ne pas se faire repérer… » Nos lecteurs apprendront aussi cette information de la plus haute importance : « C’est Hitler qui provoqua la guerre. Il était l’auteur de My Kamp (sic…). Il s’allia avec l’Italie dont la population était très faible ; quelques années plus tard, elle avait doublé grâce à un effort personnel de Mussolini ». Il est vrai que les fascistes, lecteurs de RIVAROL, n’ignorent pas que Mussolini fût un chaud lapin… Au fait, savez-vous pourquoi les Romains on construit des viaducs ? : « Pour faire passer les trains » ! Pour (presque) conclure, à propos de Jésus qui fut baptisé par saint Jean- Baptiste : « Celui-ci (Jean-Baptiste) se nourrissait de criquets : c’était le plus grand insecticide du désert… » Un futur bachelier, qui, visiblement en avait aussi contre les insectes, avait écrit : « Pour tuer les insectes nuisibles, on répand de la poudre de P.T.T. » et puis cette haute considération qui touche à l’écologie : « Il y a deux insectes utiles à l’homme : l’abeille et la vache… » L’abeille, on n’en est pas sûr, mais la vache, sans aucun doute…

ET POUR CONCLURE…

« Le sucre est une matière blanche qui donne mauvais goût au café quand on oublie d’en mettre » ; et puis cette considération plus politique : « Pour lutter contre la tuberculose, on injecte au sujet la C.G.T. On trempe le malade dans un bain d’eau de javel et on le fait bouillir à 120° » ; A propos d’un naufrage : « Le ciel était couleur d’encre. Les vagues déferlaient sur le pont du navire… On ne peut pas en dire plus long, car il n’y a pas eu de rescapés. » Quant au naufrage du Titanic, nous avons droit à cette émouvante description : « Alors les requins arrivèrent et mangèrent les femmes et les enfants d’abord… » Ce n’est que justice, après tout…

HITLER, PHÉNOMÈNE DE MODE

Hitler en bisounours, Hitler en Ronald McDonald, le gentil clown. C’est à Bangkok que cela se passe, où la mode nazi chic et sympa fait rage. Les tee-shirts à l’effigie rigolote du Führer sont partout. Ça ne choque absolument pas au pays des éléphants. Il paraît que c’est un simple phénomène de mode « plutôt cool ». En septembre dernier, un groupe de lycéens de Chiang Mai est arrivé en cours de sport habillé en officiers SS. Ça ne choque personne, sauf l’ambassadeur d’Israël, Itzhzak Shoham, qui parle d’un « véritable scandale », d’autant qu’il passe tous les jours devant des commerces croulant sous les uniformes de la Wehrmacht. Le « nazi fun » a aussi, paraît-il un succès fou en Corée du Sud et au Japon. En attendant qu’il débarque en France ?

ELECTION DE MISS SURVIVANTE DE LA SHOAH

On croyait avoir tout vu. Que nenni. C’est le site israélien francophone JJS News qui le raconte. Une association israélienne, Yad Ezer L’Haver, vient d’organiser un concours de beauté qui vise à couronner la survivante de la Shoah la plus belle d’Israël. Curieusement, cette association de bienfaisance, qui fournit des biens alimentaires aux nécessiteux d’Israël, déclenche la polémique, on se demande pourquoi. 65 femmes étaient inscrites à cette compétition. 51 ont hélas été éliminées dès le premier tour. Restaient 14 concurrentes, toutes survivantes de l’“Holocauste”, âgées entre 78 et 92 ans, qui ont défilé, une à une, sur la scène dans des tenues de soirée, et non en bikini. Shimon Sebag, organisateur de l’événement, explique : « L’organisation a décidé de maintenir la compétition malgré la polémique, pour montrer que les survivantes de l’Holocauste, avec toute l’histoire qu’elles portent, sont encore les femmes qui veulent célébrer, s’amuser et vivre. » Les gagnantes seront couronnées par Miss Israël 79, Héli Ben David. Il paraît que certains envisagent d’organiser quelque part en Europe le concours du plus beau survivant du Front de l’Est. Mais ceci n’est peut-être qu’une rumeur…

HONGRIE : UN ANTISÉMITE JUIF

L’eurodéputé Csanad Szegedi, un dirigeant du parti nationaliste Jobbik, connu pour ses propos antisémites, n’en revient pas d’avoir appris « cette grande nouvelle » : l’une de ses grand-mères, Magoldna Klein, est une survivante de l’“Holocauste”. « Je ne dis pas que je n’ai pas été étonné par ces nouvelles informations », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il lui faudrait un « certain temps » pour “digérer” la nouvelle. Personne ne croit évidemment qu’il ignorait cette ascendance, et on imagine l’hilarité qui se propage sur les réseaux sociaux. Rétropédalant d’importance, il explique : « Je pense que ce qui compte, ce n’est pas de savoir qui est hongrois de race pure, mais l’important est la façon dont on se comporte en tant que hongrois. » On espère pour Szegedi qu’il ne finira pas comme Daniel Burros. Ancien secrétaire national du parti nazi américain, dans les années 1960, il était un des chefs du Ku Klux Klan, Grand Dragon de New-York, Grand Aigle et organisateur en chef du Klan pour l’Amérique. Daniel Burros écrivait dans son journal « The free American » : « Israël est une des cavernes d’où la pieuvre de la juiverie internationale lance ses tentacules mortelles. Israël doit périr ! » Un journal découvrit ses origines juives et les relata : deux jours plus tard, Daniel Burros se suicidait…

RAFFARIN ET SES RAFFARINADES

Jean-Pierre Raffarin a la prétention d’incarner la sensibilité humaniste (traduisez, franc-maçonne) au sein de l’UMP. Au cours du bureau politique, réuni le 20 juin, il n’a pas hésité à citer en exemple François Hollande, pour des supposées qualités de rassembleur. Mais lisez cette grandiose évocation du mariage homosexuel, à la sauce Raffarin : « Il faut que notre parti sache rassembler ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. » C’est pas beau, çà ? Le titre de l’articulet paru dans Le Point, qui relate cette raffarinade est très amusant : « The Yin needs the Yang » (Le Yin a besoin du Yang). Dans la philosophie chinoise, le Yin représente le principe féminin, le Yang, le masculin. Le titre, subtil en diable, fait évidemment référence à cette extraordinaire raffarinade que nous avions évoquée à plusieurs reprises dans RIVAROL : « Le oui a besoin du non pour l’emporter contre le non », qu’il avait commise lors du référendum européen.

SARKOZY PRÉDIT L’APOCALYPSE

Sarkozy recevait quelques amis à dîner, il y a une dizaine de jours. Il leur a déclaré au sujet du nouveau président : « Je prédis l’apocalypse avant la fin de l’année. Tous les signaux envoyés depuis un mois sont mauvais, très mauvais. Le meilleur de son quinquennat est derrière lui. » Evoquant les relations de la France avec l’Allemagne, il a déclaré : « Hollande a détricoté ce que nous avons tissé avec Merkel. Un désastre ! »

SOLLERS VIRÉ DU JDD

L’écrivain Philippe Sollers chroniquait depuis 13 ans pour le Journal Du Dimanche. Il venait d’envoyer sa chronique quand on lui apprit « par téléphone » que c’était la dernière. Que lit-on dans cette chronique qui, visiblement, dérange certains, et notamment Valérie Trierweiler, et qui serait, selon Le Point, perçue comme « un sommet de persiflage » ? : « Ce n’est plus du vaudeville, mais du Shakespeare. Une seule solution pour sortir de ce cauchemar : une nouvelle prétendante au rôle de première dame de France, un mariage à tout casser, et, vite, un bébé. Espérons que cette nouvelle aventurière courageuse nous préviendra par tweet. » Il conseille dans son article la lecture d’un excellent livre paru il y a 30 ans, Femmes, décrivant la psychologie des femmes, où tous les cas de figures de fêlées, et Dieu sait qu’ils sont nombreux, sont répertoriés. Il précise, qu’à son avis, le livre n’a pas pris une ride, ajoutant qu’on le trouve dans la collection Folio, numéro 1620. Il oublie, car il est très modeste, de dire que c’est lui l’auteur… Le fait que le JDD, c’est Arnaud Lagardère et qu’Arnaud Lagardère, c’est aussi Paris- Match auquel collabore la mégère, n’a évidemment absolument rien à voir. L’éviction de Sollers était prévue avant même qu’il ne commence à écrire ses chroniques, il y 13 ans, et peut-être même avant sa naissance. Car, précise le directeur-adjoint de la rédaction, le journal aurait simplement voulu renouveler son équipe de chroniqueurs… Sollers rejoint ainsi le martyrologe de l’ère Trierweiler : Pierre Salviac qui s’était autorisé quelques privautés sur RTL et qui s’est fait remercier pour avoir déclaré avec une colossale finesse, il est vrai : « À toutes mes consoeurs je dis: ‘Baisez utile’ vous avez une chance de vous retrouver première Dame de France ». Mais il ne sera pas seul au cimetière des esprits quelque peu libres. Il y rejoindra les “martyrs” du sarkozysme ; Stéphane Guillon, Didier Porte, Gérald Dahan… et récemment, Eric Zemmour, viré de son émission sur RTL pour cause de considérations politiquement (un peu) incorrectes.

LES TUNISIENS VEULENT VIRER LE PEN ! SOIT, VIRONS LES TUNISIENS DE FRANCE !

Le parti dit “centriste” tunisien Al-Maid s’est indigné de la présence sur son sol de Jean-Marie Le Pen et de son épouse Jany, en vacances dans la cité balnéaire de Hammamet. Leurs commentaires, sur leur site, sont éloquents : « Monsieur Le Pen, les Tunisiens on les aime partout, ou on les quitte ! » (sic…) Le parti Al-Maid, supposé être centriste, rappelons-le, dénonce « l’arrivée sur notre sol d’un leader raciste aux multiples prédications anti-maghrébines, accusé d’actions xénophobes souvent violentes et assumées. » Le parti en appelle donc « à l’extradition pure et simple » de Jean-Marie Le Pen, « partisan de l’immigration zéro, et chef de file d’une France blanche, chrétienne et gauloise », et cela « conformément au principe de réciprocité », déclare le communiqué. En voilà une bonne idée ! Expulsez Le Pen de Tunisie, et en vertu du principe de réciprocité, on rapatrie les centaines de milliers de Tunisiens qui occupent la France !

OBAMA POUR RÉSISTER À UNE INVASION EXTRA-TERRESTRE

Un tiers des Américains croient que les extraterrestres existent et près de deux tiers pensent que Barack Obama est le plus à même… de contrer une invasion d’aliens, selon un sondage publié mercredi 27 juin. D’après cette étude pour la chaîne de télévision National Geographic, effectué à l’occasion de la sortie vendredi d’une série de documentaires sur les ovnis, 36 % des Américains (soit 80 millions de personnes) croient à l’existence des extraterrestres. Plus d’un sur dix pense en avoir repéré un et un sur cinq connaît quelqu’un qui dit en avoir vu. Si ces aliens venaient à attaquer la Terre, 65 % des Américains, surtout les femmes (68 %) et les jeunes (68 %), pensent que le président Barack Obama s’y prendrait mieux que Mitt Romney, son adversaire républicain, pour les contrer. Ces Américains sont tout de même amusants.

01:42 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

dimanche, 08 juillet 2012

Polémique inattendue : Le "Dictionnaire des polémiste" de Robert Spieler provoque l'ire de la direction du journal Présent...

2277121978.jpgSource Synthèse nationale (cliquez là)

 

Robert Spieler avait été invité, sans l’avoir nullement sollicité, à donner une interview au quotidien Présent (*) suite à la parution de son livre Le Dictionnaire des polémistes (cliquez ici). La journaliste de Présent qui avait réalisée l’interview avait fort aimablement qualifié Robert Spieler de « remarquable polémiste chez notre confrère Rivarol ».

 

Or, la parution de cette interview a suscité une fureur folle du fondateur de Présent, Jean Madiran, et de Jeanne Smits, la directrice du journal. Madiran évoque « un accident lamentable », évoquant la « bassesse des insultes à Maurras et aux maurassiens » et se plaint de se « faire insulter à domicile, chez moi, à Présent par un provocateur invité (le supposé provocateur étant Robert Spieler). Jeanne Smits, écrit qu’elle n’aurait jamais laissé paraître cette interview si elle l’avait lue. Bref, Le Dictionnaire des polémiste engendre déjà des polémiques inattendues...

 

Notons que le journal l'Action française, dans sa livraison de cette semaine, se montre beaucoup moins rancunier que Présent puisqu'il consacre un article fort élogieux au livre de Robert Spieler.

 

Robert Spieler nous communique sa réponse à ces "accusations" :

 

J’ai notamment évoqué dans cette interview un polémiste de très grand talent, Lucien Rebatet, qui fut, comme Jean Madiran, et comme je m’honore de l’être aujourd’hui, un chroniqueur de Rivarol. Il avait eu, il est vrai, la dent un peu cruelle à l’encontre de Charles Maurras et de l’« Inaction Française». Je raconte ce que Rebatet évoque dans ses Décombres. Pendant que Paris était à feu et à sang, au lendemain des émeutes du 6 février 1934, Maurras écoutait « trop galamment le caquetage d’une pécore du monde. » Interrompu par un partisan qui lui demandait d’agir, il « se cambra, très froid et très sec, et frappant du pied » déclara : « Je n’aime pas que l’on perde son sang-froid ». Puis, raconte Rebatet, « incontinent, il se retourna vers la perruche, pour lui faire à n’en plus finir l’honneur immérité de son esprit. »

 

Dans mon interview, j’évoque aussi la diatribe de Rebatet à l’encontre de Maurras : « Sa confiance allait infailliblement aux personnages les plus nuisibles, les plus falots, une bande de ratés, de plats flatteurs, voire de vrais gredins à scapulaires. » Damned, Jean Madiran, qui connut quelque peu Maurras, s’est senti visé, on se demande pourquoi, par ces propos de Rebatet. Du coup, il fulmine. Il expectore, il argumente, il couine, m’accusant de venir « l’insulter dans son journal» et écrivant : « Non, l’entourage de Maurras n’était pas composé d’imbéciles et de gredins ; non, sa confiance n’allait pas infailliblement aux plats flatteurs. » Je n’avais certes jamais affirmé que Madiran était un imbécile, un gredin ou un plat flatteur. Pourquoi s’est-il senti visé par des propos tenus, il y a 70 ans, par Lucien Rebatet, à qui il voue apparemment une haine antédiluvienne, parlant de la « bassesse de ses insultes» et le qualifiant de « triste inventeur ». ? Mystère.

 

Madiran, me dit-on, est un homme profondément méchant. Il parait cependant qu’il se bonifie avec l’âge. Dans quelle direction, je l’ignore à vrai dire. Pour ma part, je trouve cela plutôt amusant quand cette méchanceté s’exerce au détriment de ses ennemis et en même temps rigolo que nonobstant ses supposées convictions, il ne sache pas pratiquer le pardon de supposées offenses, fût-ce 70 ans plus tard. Jeanne Smits, la directrice de Présent, explique quant à elle héroïquement que si elle avait lu l’interview, elle ne l’aurait pas publiée pour « les raisons évoquées par notre directeur émérite » et… pour « quelques autres encore. » Lesquelles ? Mystère et boule de gomme. Ils sont vraiment trop mignons… Je les adore…

 

(*) Entretien avec Catherine Robinson publié dans le numéro de Présent daté du samedi 30 juin dernier.

13:43 Publié dans Livre | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 02 juillet 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 010.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3053 du 29 juin 2012)

UN VOYAGE en Israël, avant la présidentielle, de Louis Aliot et du juif ultra sioniste Michel Thooris, membre du FN et ancien syndicaliste de la police, laissait supposer que Marine Le Pen préparait activement son alya. Thooris avait même été présenté comme candidat dans la circonscription des Français de l’étranger, incluant Israël, avant que ses propos tonitruants en faveur des colons les plus extrémistes et du Grand Israël n’amènent Marine Le Pen à l’exfiltrer discrètement. Cela ne l’a pas empêché de se pavaner aux côtés de Me Collard le jour de son élection.

MARINE LE PEN IRA EN ISRAËL EN SEPTEMBRE

Le voyage a été préparé dans la plus grande discrétion et Marine Le Pen souhaitait que l’information ne fuite pas. Raté… Nous pouvons révéler à nos lecteurs que la visite à Vad Yashem figure au programme, ainsi que son accueil à la Knesset, le Parlement israélien. Sur place, ce sont quelques députés du Likoud, le parti du Premier ministre Netanyahu, et surtout des députés proches de Liebermann, ministre des Affaires étrangères et leader de la branche la plus extrémiste, la plus sioniste et la plus raciste de la politique israélienne, qui pilotent l’opération.

PAS QUESTION POUR COLLARD D’ADHÉRER AU FRONT NATIONAL

Marine Le Pen avait suggéré, le 19 juin, à Gilbert Collard, élu député du Rassemblement bleu marine, de prendre sa carte au FN avant de faire ses premiers pas à l’Assemblée. Refus de Collard, qui explique : « Je suis contre la peine de mort et pour la loi Veil. » L’avocat franc-maçon désigne le chemin qui sera le sien : « tendre la main aux gaullistes comme aux chevènementistes. » Il prend déjà ses distances avec Jean-Marie Le Pen, qu’il déteste, et le Front national « canal historique » qu’il exècre. Voici ce qu’il vient de déclarer au micro de RMC : « Je veux faire du patriotisme législatif. Si un texte présenté par la gauche rend service au pays, je voterai pour. » Inutile de relever que le “Menhir” est fou de rage. Il a décidé de cornaquer sa petite fille Marion Maréchal-Le Pen, la seconde élue mariniste, pour faire contrepoids à l’encombrant et peu fiable Collard. JMLP, dont les relations se sont singulièrement rafraîchies avec sa fille Marine, était d’ailleurs présent le soir des élections aux côtés de sa petite-fille et non pas aux côtés de Marine, à Hénin-Beaumont. JMLP a d’ores et déjà annoncé que si “son” parti devait changer de nom, ce que souhaitent Gilbert Collard et Marine Le Pen, « il s’y opposerait de toutes ses forces. » Gageons que tout cela finira mal. Trois mois, six mois, un an, deux ans avant que Collard ne claque la porte ? Les paris sont ouverts…

FN.jpg

LE BIDE DE BHL

Le Serment de Tobrouk, tout à la gloire du pseudo-philosophe qui a libéré, à lui tout seul, la Libye connait un bide retentissant. Le documentaire, présenté dans 15 salles en France, a fait 1475 entrées, la première semaine, soit 98 entrées par écran, ce qui est un chiffre ridiculement bas. BHL est décidément un spécialiste des bides. Son film sur la libération de la Bosnie (on oublie trop souvent qu’il avait aussi libéré la Bosnie à lui tout seul) avait fait un flop similaire…

LA COUPE DE FRANCE DES DROMADAIRES

La première Coupe de France des dromadaires aura lieu le dimanche 12 août, à l’hippodrome des Glerches, à La Chartre-sur- Loir, dans la Sarthe. L’hippodrome célèbre cet été son 125e anniversaire. Il s’agira de dromadaires de nationalité française, et non pas de clandestins, rassurons-nous. Dix dromadaires, deux mâles et huit femelles sont nés et ont été élevés dans notre pays. Leur âge moyen est de 6 ans. Leur vitesse de pointe sera de 40 km/h, inférieure aux 70 km/h atteint dans les pays arabes où les courses de dromadaires sont très populaires. Pourquoi cette vitesse plus réduite en France ? On ne sait pas. L’environnement culturel qui n’est pas encore suffisamment favorable ? Mais ça viendra. L’organisateur de cette importante manifestation explique son objectif, d’une grande profondeur : « On va casser l’image nonchalante qui colle à la peau de cet animal, dont les Français ont une vision touristique. » Et puis, et puis, il explique : « Les hippodromes ont besoin de s’ouvrir à d’autres clientèles. » Ah, en voici une bonne raison ! Bientôt nous aurons la joie d’assister à ces réunions exotiques où les blatèrements (le cri du camélidé) se mêleront aux youyous des femmes. Que du bonheur…

RAFFARIN ET SES RAFFARINADES

Raffarin est un grand spécialiste des phrases à double sens et des considérations qui flirtent avec l’absurde. On se souvient de cette réflexion extraordinaire à propos du référendum sur l’Europe, que nous avons déjà citée mais que nous ne nous lassons pas de rappeler : « The yes needs the no, to win against the no (le oui a besoin du non pour gagner contre le non). » Le grand démocrate franc-maçon vient d’en remettre une couche ; « Les Etats autoritaires sont plus performants que les démocraties. Voyez l’exemple de la Chine, mais aussi de la Tunisie : son économie se portait mieux sous Ben Ali. La seule force de la démocratie, c’est l’alternance pacifique. Félicitons-nous d’en être capables. » Au risque, si l’on suit son raisonnement, d’avoir une économie non performante ? Raffarin de la Raffarinade a aussi cette puissante réflexion à propos de l’arrivée de la gauche au pouvoir : « C’est une génération qui a du talent et nous, nous aurons du temps pour reconstruire. » Encore faut-il avoir du talent et un minimum de cohérence pour espérer pouvoir reconstruire, fût-ce avec du temps…

VOULEZ-VOUS APPRENDRE À “TUER” DES TERRORISTES ? ÇA SE PASSE EN ISRAËL

Avis aux touristes pour qui la visite des lieux saints en Israël ne procure pas suffisamment de décharges d’adrénaline. Ils ont la possibilité d’apprendre à devenir des militaires israéliens pendant leurs vacances et à suivre des cours d’antiterrorisme. Ça se passe à Gush Etzion, au sud de Jérusalem, en Cisjordanie. Des anciens membres des unités d’élite de l’armée israélienne apprennent aux touristes à tirer avec une arme, à gérer une attaque terroriste et une prise d’otages. Un des organisateurs de ces étranges agapes explique sur le site Internet du camp d’entraînement : « Nous combinons ainsi les valeurs du sionisme avec l’excitation et la jouissance du tir, qui rend l’activité plus significative. » Le Times d’Israël qualifie cette aimable activité, ludique en diable, de « tourisme sioniste extrême ». Il paraît que les participants jouissent d’importance quand ils apprennent que cette activité se situe au-delà de la Ligne verte, qui sépare Israël de la Cisjordanie. Les touristes pratiquent le tir sur des cibles en carton, et non, curieusement, et ce sont sans doute les limites de l’exercice, sur des cibles vivantes. Le Monde raconte que des enfants, venus avec leurs parents des Etats- Unis, sont invités à tuer du terroriste. Un adolescent, venu de Miami, s’est entendu dire : « Ta maman ne sera pas là pour te protéger, donc conduis-toi comme un homme. Es-tu prêt à attraper un terroriste ? » « Oui, je suis prêt » a, paraît-il répondu Brian qui, en fin de journée, a obtenu un diplôme indiquant qu’il avait « complété un cours de tir dans une base en Israël. »

EVA JOLY FUSILLE NICOLAS HULOT

Eva Joly ne donne pas forcément l’apparence d’une femme d’humour. Mais il faut reconnaître que sa réaction à la déclaration de Nicolas Hulot qui a avoué avoir voté pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle, n’en manque pas. Elle a déclaré : « Je suis heureuse de voir qu’il n’a pas voté Sarkozy », ajoutant « Cela en dit plus long sur lui que sur moi. On a bien vu qu’il avait abandonné la lutte. Il n’a rien fait pendant la campagne ; c’est quelqu’un qui a été très proche des hommes de pouvoir de droite. » Et de conclure par cette considération meurtrière : « Il vote pour Mélenchon, je suis heureuse que grâce à moi il ait découvert la gauche ». Nicolas Hulot, qui avait perdu contre toute attente la primaire organisée par les Verts, et qui en a gardé une vive amertume, se retrouve habillé pour l’hiver…

MÉFIONS-NOUS DE LA DÉMOCRATIE !

Un très grand humaniste, un très grand démocrate, un très grand donneur de leçons le dit. Et s’il le dit, c’est qu’il a forcément raison. Dominique Gerbaud, président de Reporters sans Frontières s’émeut de l’attitude trop complaisante de l’UMP par rapport au FN. Et il le dit avec force : « Ce qui était intéressant dans la politique française, c’est qu’on avait de grands leaders, des gens intelligents qui étaient souvent contre leurs électeurs. Ce qui est inquiétant, c’est qu’on voit aujourd’hui que les politiques suivent les électeurs. » Salauds d’électeurs, en effet ! Salauds de suivistes ! Il est décidément temps de changer de peuple ou de changer le peuple, fût-ce par la force.

DES BASKETS RACISTES

Adidas, la marque de sport allemande (ça commence mal) dévoilait, il y a quelques jours, un nouveau modèle de basket pour la saison automne-hiver 2012. Dessiné par le styliste Jeremy Scott, il provoque immédiatement un scandale planétaire. La raison ? Tenez-vous bien : le modèle comporte une chaîne et un bracelet en caoutchouc orange qui s’attache à la cheville. Houlà ! Mais c’est une évidente référence à l’esclavage, ont décrété de nombreux internautes ! Devinez ce qui se passa ? Adidas (marque allemande, rappelons-le : pas bon du tout…) a fait marche arrière en publiant un communiqué dans lequel elle présente aux personnes “offensées” ses excuses et annonce que le modèle ne sera finalement pas commercialisé…

RACKET : LE “RADAR TRONÇON” DÉBARQUE

Le premier radar tronçon vient d’être mis en place sur nos routes, pour la plus grande joie des automobilistes. De quoi s’agit-il ? A la différence des radars flashant, le radar tronçon permet de contrôler la vitesse moyenne de votre véhicule entre deux points d’un tronçon routier. Même si aucun radar flashant ne vous aura surpris en pleine turpitude, le radar tronçon sera là pour vous massacrer. Ces radars seront installés « dans des endroits particulièrement sensibles en terme de sécurité. » En d’autres termes, dans des endroits qui constituent des pièges à automobilistes : les ponts, les tunnels, les chantiers, les zones à 30km/h. C’est sur la RN57 contournant Besançon que le premier radar a été installé. D’ici à la fin de l’année, ce sont 40 équipements racketteurs supplémentaires qui seront mis en place, partout en France…

AFGHANISTAN : L’AVIATION CLOUÉE AU SOL

15 avions de transport C-27A avaient été offerts l’année dernière à l’aviation afghane par les Etats-Unis. Il s’agit évidemment d’un moyen de transport indispensable dans un pays au réseau routier peu sûr, c’est le moins que l’on puisse dire. Problème : les militaires afghans sont totalement incompétents. La flotte, qui a coûté 287 millions de dollars au Pentagone est inutilisable : pas de pièces de rechange, ni de personnel d’entretien compétent, pas de maintenance adaptée, et même le système de remplissage des bouteilles d’oxygène de bord ne fonctionne pas. Du coup, les cinq derniers appareils que Washington projetait de livrer ne le seront pas. Il est décidément temps pour les soldats français de quitter ce guêpier.

WINSTON CHURCHILL PARLE DE L’ISLAM

« Combien effrayantes sont les malédictions que le mahométanisme fait reposer sur ses fidèles ! Outre la frénésie fanatique, qui est aussi dangereuse pour l’homme que la peur de l’eau pour le chien, on y trouve une terrible apathie fataliste. Les effets sont patents dans certains pays. Habitudes imprévoyantes, systèmes agricoles aberrants, lenteur des méthodes commerciales, et insécurité de la propriété se retrouvent partout où les adeptes du Prophète gouvernent ou vivent. Un sensualisme avilissant dépouille la vie de sa grâce et de sa distinction, ensuite de sa dignité et de sa sainteté. Le fait que dans la loi mahométane toute femme, qu’elle soit enfant, épouse ou concubine, doive appartenir à un homme comme son entière propriété, ne fait que repousser l’extinction totale de l’esclavage au jour où l’Islam aura cessé d’être un pouvoir important parmi les hommes. Certains musulmans peuvent montrer de splendides qualités, mais l’influence de la religion paralyse le développement social de ceux qui la suivent. Aucune force aussi rétrograde n’existe dans le monde. » Source : Sir Winston Churchill, The River War, first edition, Vol. II, London : Longmans, Green & Co., 1899, pages 248-50

NADINE MORANO, BÊTE ET LÂCHE

Nadine Morano, ex-ministre UMP, Dieu merci écrabouillée par le suffrage universel, s’est défendue, sur France 5, il y a quelques jours, d’être raciste, citant à l’appui ses amis « qui sont arabes » et, notamment, sa « meilleure amie qui est Tchadienne, donc plus noire qu’une Arabe ». En voici un argument et une précision intéressante : on savait pas qu’une Tchadienne était plus noire qu’une Arabe ! Chacun sait que tout antisémite a son bon juif et que tout raciste a son bon noir. Nous avions déjà repéré Morano comme digne de participer avec succès à une émission de téléréalité qui porterait comme titre : « Plus bête que moi, tu meurs. » Ecoutez- la, ça vaut le coup. La pauvre trouve ces attaques contre elle, qui fut piégée récemment par un humoriste à qui elle confia que « Marine Le Pen avait beaucoup de talent », et qu’elle accuse de lui avoir fait perdre l’élection et sa sinécure, “choquantes”. Et la pauvre chérie de poser la question : « C’est choquant, vous savez pour qui ? Pour ma famille, que je dois protéger. Moi aussi, j’ai des enfants. Dans quelques jours, je vais avoir un petit-fils. Je n’ai pas envie qu’on laisse croire que Nadine Morano est raciste, parce qu’ils savent très bien que ce n’est pas vrai. Tout ça fait du dégât. Ça fait mal au coeur », a déploré l’ex-ministre de l’Apprentissage. Commentaire fort pertinent de Roland Hélie sur le site Synthèse nationale : ça n’a pas l’air de la gêner, en revanche, de passer pour une imbécile…

18:37 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook