Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 01 août 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

3057.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

n°3057 du 27 juillet 2012

C’EST notre ami rivarolien Yves Darchicourt qui le raconte sur son site, photo à l’appui. Une photo qui avait été peu diffusée et que nous ne connaissions pas. On y voit, le soir de l’élection de François Hollande à la présidence de la République, Valérie Trierweiler embrasser Hollande sur la bouche tout en commettant, le bras levé, dans un geste de triomphe, un magistral doigt d’honneur avec son majeur gauche.

LA JALOUSIE LES REND FOLLES

A qui s’adressait ce digitus impudicus ? On croit le deviner… Incontestablement, dans le Traité du Divorce rédigé par Hincmar, archevêque de Reims au IXe siècle, le rottweiler aurait été classé iracunda (mégère insupportable), ce qui l’éloignait cependant de la catégorie de malis mortibus (dévergondée) et de celle du luxuriosa ou gulosa (gourmande des plaisirs du monde.) Il serait peut-être prudent que la première mégère de France portât à l’avenir des moufles avant de sortir dans le monde. En attendant d’autres frasques, Trierweiler, sans doute dûment chapitrée par son Roudoudou (enfin, on n’est pas sûr qu’il ait osé), s’est engagée à tourner sept fois son pouce avant de tweeter. Pour autant, elle n’a pas pris d’engagement quant au comportement erratique de son majeur. Wait and see (attendons la suite).

ETONNANTES JALOUSES

On se souvient de cette scène tout à fait hilarante où Jacques Chirac, assis au premier rang, draguait ouvertement la socialiste corrézienne Sophie Dessus, en juin 2011. Pendant le discours de Bernadette Chirac, conseillère générale. Fureur de la mémé qui se retourna et asséna un regard tellement assassin que Chirac, penaud, se calma derechef. Bernadette Chirac avait dit à Patrick de Carolis, en 2001, dans “Conversations” (livre paru chez Plon) : « Jalouse de son succès, non. Jalouse tout court ! Il y avait de quoi. Mon mari n’était pas un homme ordinaire. Bel homme, et puis très enjôleur, très gai. Alors les filles, ça galopait. Heureusement qu’il y a la philosophie de l’âge » (en langage décodé : plus on avance en âge, moins ça fonctionne). Elle ajoute : « Mais, bien sûr, j’ai été jalouse. Il y avait de quoi, écoutez ! La chance de mon mari, c’est que j’ai été une fille très raisonnable, je crois. » D’après Bernadette Chirac, certaines femmes sont « comme des papillons attirés par la lumière ». Chirac a eu de la chance avec Bernadette, mais pas Hollande avec Valérie. Hollande s’est retrouvé fragilisé, et en chute importante dans les sondages, du fait d’une fille absolument pas raisonnable. Il paraît que le chef de l’Etat doit, selon ses proches, se contraindre à des trésors d’inventivité pour s’entretenir en paix avec la rivale de Trierweiler, Ségolène Royal. Le rottweiler menace, en effet, de le mordre à tout instant… On peut aussi comprendre la jalousie de Cécilia, l’ex-épouse de Sarkozy. Celle-ci a découvert, après 18 ans d’aveuglement, que son mari était « un sauteur ». Elle en fut folle de rage. Elle finit par quitter Sarkozy, sans faire cependant de scandale majeur. Que pensait Anne-Aymone Giscard d’Estaing quand son mari rentrait à l’heure du laitier ? On se souvient d’un accident de voiture à cinq heures du matin. Giscard conduisait le véhicule. Les mauvaises langues bien informées prétendent qu’il sortait d’une nuit passée avec l’actrice aux taches de rousseur, Marlène Jobert. Nous passerons rapidement sur le double foyer de François Mitterrand. Reconnaissons que Danielle Mitterrand sut se montrer digne face à la double vie que menait son mari. Elle s’expliqua : « Il fallut beaucoup, beaucoup d’amour. Nous n’avions pas envie de divorcer ! Jamais on n’a même eu l’idée de se séparer. » Mais il n’y a pas que les femmes à être jalouses. Les hommes aussi. Ainsi, le mari de Carla Bruni, qui fut président de la République, et qui, paraît-il s’appelle Sarkozy, refusa d’acheter un appartement, le jugeant trop près du pied-à-terre de Mick Jagger, le leader des Rolling Stones, qui fut longtemps l’amant de Carla Bruni… C’est ainsi que cela se passe, dans ce monde de fous et de folles.

LE NAZI INCONNU ENFIN ARRÊTÉ

Laslo Csatary a 97 ans, ce qui est sans doute une circonstance aggravante, et il est, paraît-il, le nazi le plus recherché du monde. Personne ne le connaît, pas même Serge Klarsfeld, le chasseur de nazis le plus connu. Il n’en a jamais entendu parler, affirmant que le supposé nazi était, peut-être, il y a trente ans le « 3 500e sur la liste », ce qui reste dans son esprit à démontrer. Arno Klarsfeld, lui-même, déclare : « Il a un siècle, un rôle de subalterne, et nous n’avons pas de document sur lui. On ne peut juger un homme sans témoin ni document. Il y a une justice quand même. » C’est Ephraïm Zuroff, du Centre Simon Wiesenthal d’Israël, qui harcèle la Hongrie depuis 10 mois. C’est là que « l’un des plus impitoyables chefs de la police du ghetto de Kosice (Slovaquie) » était supposé s’être réfugié. « Rien ne s’est passé », déclare-t-il, « et je suis très déçu », ajoutant : « A l’âge de Csatary, il faut agir rapidement. » En d’autres termes, il faut l’écarteler, le tuer et le brûler avant qu’il ne meure de mort naturelle, ce qui serait affreux, question Mémoire et tiroir-caisse. Des journaux du monde entier se sont mobilisés pour exprimer leur intense émotion et exiger que la Hongrie agisse avec détermination, relevant que le gouvernement de Viktor Orban était soupçonné de complaisances antisémites, ce qui n’est jamais bon, par les temps qui courent. Le Point, un de ces journaux cafards, ne manque pas de donner des noms et des infos sur les derniers nazis survivants. Il cite tout d’abord Aloïs Brunner, qui serait « caché en Syrie et probablement mort ». « Caché et probablement mort »…Dès que son cadavre sera retrouvé, on le tuera à nouveau, histoire d’être sûr qu’il n’est pas vivant. En attendant, Laslo Csatarty « a été arrêté » à Budapest, a annoncé mercredi 18 juillet le Parquet de la capitale hongroise. A ce propos, il serait bon, question Mémoire, que les derniers nazis français fussent arrêtés. Même s’il n’en reste plus de vivants. Selon un sondage CSA terrifiant, 42 % des Français n’ont jamais entendu parler de la rafle du Vel’d’Hiv. Cette proportion s’élève à 57 % chez les 25-34 ans et à 67 % chez les 15-17 ans. Et sans doute à plus de 90 % chez les nouveau-nés. Effrayant… Mais, rassurez-vous, François Hollande œuvre à l’entretien de la Grande Mémoire. Il a prononcé un discours profond sur les lieux de l’ancien vélodrome d’Hiver, le 22 juillet (voir l’éditorial), singeant ainsi Chirac qui fut, en 1995, le premier président de la République à dénoncer solennellement la responsabilité de la France dans la déportation des juifs, ce que François Mitterrand avait, quant à lui, toujours refusé de faire. Mitterrand faisait déposer, tous les ans, une gerbe sur la tombe du Maréchal, à l’île d’Yeu. Il fut soumis à des pressions terribles qui l’amenèrent, en février 1993, à signer un décret instaurant le 16 juillet, date anniversaire de la rafle du Vélodrome d’Hiver à Paris en 1942, « Journée nationale commémorative des persécutions racistes et antisémites », Mais il ne reconnut jamais la responsabilité de la France dans les persécutions antisémites. J’ai déjà eu l’occasion, dans RIVAROL, de raconter cette anecdote : je fus invité en 1993 sur la radio juive de Strasbourg. Le journaliste, qui espérait me mettre en difficulté, me demanda : « Que pensez-vous de la décision du président Mitterrand de faire du 16 juillet une journée commémorative des persécutions antisémites ? » Je lui répondis : « C’est une décision courageuse, venant d’un homme qui fut décoré de la Francisque par le Maréchal Pétain et qui fut proche du mouvement d’extrême droite La Cagoule. » Ils étaient, je ne vous mens pas, fous de rage. A telle enseigne qu’ils urinèrent de fureur sur la belle voiture, garée devant la Grande Synagogue de Strasbourg, où se trouvaient les locaux de radio Judaïca, de l’ami qui m’avait accompagné dans leurs studios.

NE PLUS DIRE : “C’EST UNE ABRUTIE”, DIRE “C’EST UNE FAIBLARDE DE LA COMPRENETTE”

Michèle Dalaunay est paraît-il ministre aux personnes âgées et à l’autonomie. Elle vient d’avoir une richissime idée qu’elle a exprimée sur son blog. Elle propose de ne plus dire “vieillir”, mais “avancer en âge”. Cette proposition, d’une audace inouïe, elle l’avait faite récemment lors du premier conseil des ministres européens, où le thème examiné était : comment être actif et en bonne santé, l’âge venant. Elle a eu cette réflexion fondamentale : « Le mot vieillissement ne convient pas car il comporte obligatoirement une connotation négative. » Fièrement, elle annonce : « J’ai donc proposé “avancer en âge”. » Mais elle ne s’arrête pas en si bon chemin, car, comme dans le film Les Tontons flingueurs, elle ose tout, et c’est bien à ça qu’on la reconnait. Elle suggère que l’on ne dise plus « tomber amoureux », mais « monter en amour », qui, selon elle, « convient mieux à l’esprit de légèreté et à l’énergie de cette circonstance favorable. » Elle part aussi en guerre contre l’affreuse expression « tomber enceinte », qu’elle estime beaucoup trop proche de l’idée de “fille-mère” et de « femme abusée ». Elle n’offre cependant pas d’alternative. Suggérons à cette faiblarde de la comprenette, de très, très haut vol, l’expression beaucoup plus valorisante : « monter enceinte ».

UN DÉPUTÉ ISRAÉLIEN DÉCHIRE PUBLIQUEMENT LE NOUVEAU TESTAMENT

Le député israélien Michael Ben-Ari, membre de la coalition ultra-nationaliste Ihoud Leoumi, s’est fait photographier dans son bureau en train de déchirer les pages du Nouveau Testament que le directeur de la Société biblique israélienne lui avait fait parvenir, ainsi qu’à chacun des 120 députés de la Knesset. Ben-Ari a eu ce commentaire empreint d’humanisme : « Ce livre méprisable a promu le meurtre de millions de juifs durant l’Inquisition et les autodafés. » Combien de millions ? Cinq, six, sept, il ne le précise pas. Bon, il est resté cependant relativement modéré dans ses propos, car il aurait pu évoquer quelques milliards. Ceci dit, l’Inquisition a fait infiniment moins de morts en plusieurs siècles que la Révolution française en quelques années. On estime que la répression, qui ne s’en prit qu’aux juifs et musulmans supposés faussement convertis (appelés marranes et morisques), causa la mort sur le bûcher de 2 000 personnes. Au fait, pour l’information de Michael Ben-Ari : Torquemada, le grand Inquisiteur, responsable de la plupart de ces morts, était lui-même d’origine juive…

DUR, DUR, DE PERDRE AINSI SA BELLE MONTRE

Thierry Gaubert est l’ex-collaborateur de Nicolas Sarkozy à la mairie de Neuilly. Il est aussi le frère de Patrick Gaubert qui, après avoir été membre du cabinet de Charles Pasqua, de 1993 à 1995, avait été élu en 1999, président de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA). Le pauvre Thierry Gaubert a été mis en examen dans l’affaire Karachi (l’histoire des rétrocommissions sur la vente de frégates au Pakistan, supposées avoir arrosé la campagne de Balladur), mais aussi pour détournements des fonds du 1 % logement dans les Hauts-de-Seine, dans les années 1980 et 1990. Du coup, il a vu ses sources de revenus se tarir. Du coup, comment faire pour payer ses arriérés d’impôt ? Pas de problème. Il avait une petite montre qu’il s’est empressé d’aller gager au Crédit municipal de Paris (que l’on appelle aussi « Ma Tante »). Bof, trois fois rien. Une petite montre Patek Philippe, dont la valeur est de 77 500 euros. Ma Tante lui avait octroyé un prêt de 37 800 euros, la montre restant gagée jusqu’au remboursement du prêt. Début avril, son prêt arrive à terme, et il se présente au guichet afin de récupérer son bien. Hélas le juge Renaud Van Ruymbeke, chargé du dossier Karachi, était passé par là et avait bloqué la restitution de la belle montre. Car les magistrats, non contents de soupçonner le financement de la campagne de Balladur, se demandent si certains protagonistes ne se seraient pas enrichis illégalement et s’ils n’auraient pas acheté avec l’argent détourné des montres Patek par exemple…

“L’ALLEMAGNE, UNE NATION DE GUIGNOLS” ?

Imagine-t-on une seule seconde le tollé qu’auraient suscité Sarkozy ou Hollande s’ils avaient osé qualifier les juges de la République de “guignols” ? C’est pourtant ce qui vient d’arriver en Allemagne, où la chancelière Merckel a exprimé sa crainte de voir l’Allemagne passer pour une « nation de guignols » à la suite de la décision du tribunal de Cologne d’assimiler la circoncision à des « coups et blessures volontaires », passibles de poursuites pénales. Elle a considéré que cette décision était « un désastre pour l’image du pays » qui compte 4 millions de musulmans et 200 000 juifs. Soit : suggérons alors à Angela Merckel de défendre aussi l’excision : au nom du respect des cultures, des religions, et de ces absurdes superstitions… Mais quand donc l’Allemagne et l’Europe se réveilleront-elles ?

LE REGRETTÉ SERVICE MILITAIRE

Nostalgie : 62 % des personnes interrogées dans un sondage de l’Ifop pour Atlantico.fr regrettent le service militaire obligatoire, 16 ans après sa suppression par Jacques Chirac. A noter que cette nostalgie est majoritaire quelle que soit la sympathie politique : 54 % chez les sympathisants de gauche, 68 % chez les UMP et 75 % chez les partisans du Front national. Les plus nostalgiques sont les plus de 65 ans (77 %), et les 35-49 ans (69 %). Quant aux moins de 35 ans, 54 % ne regrettent absolument pas sa suppression.

11:27 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.