Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 25 septembre 2012

Chronique de la France asservie et résistante

3350149693.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

de cette semaine


LE RICHISSIME Bernard Arnault a annoncé, lundi 10 septembre, qu’il portait plainte pour injures publiques contre le quotidien Libération qui l’avait présenté en “une” avec une valise et ce titre : « Casse-toi, riche con ! »

 

“CASSE-TOI, RICHE CON !”

 

Ce titre, inspiré du fameux « casse-toi, pauvre con » jeté par Sarkozy à un individu qui refusait de lui serrer la main, faisait suite à la polémique enclenchée par Bernard Arnault, qui avait annoncé qu’il pourrait s’installer en Belgique et demander la nationalité belge (voir éditorial de la semaine dernière). On a beaucoup glosé sur les raisons de cette démarche. Des raisons fiscales ? Bernard Arnault a annoncé qu’il continuerait à payer ses impôts en France. Alors ? En réalité, il prépare sa retraite et s’apprête à faire des donations à ses enfants. Celles-ci ne sont pas taxées en Belgique, contrairement à la France… La “une” de Libé a fait grand bruit et suscité maintes indignations. Un certain nombre de grands annonceurs, ulcérés par ses prises de position, ont décidé de lui couper derechef les vivres. La conséquence directe de cette couverture au vitriol serait, d’aprèsL’Express, une perte sèche de 500 000 euros, un certain nombre d’annonceurs ayant décidé d’annuler purement et simplement leurs campagnes de publicité, prévues dans ce média. L’actionnaire principal deLibération, le baron Edouard de Rothschild a volé à la rescousse de son journal, déclarant : « C’est tout à fait dans le style provoquant de Libération. Ça me paraît dans la droite ligne de ce que Libération doit faire et doit être.» Et il ajoute, suite à la plainte de Bernard Arnault : « Tant mieux pourLibération, cela alimente le buzz. » Ce mot anglais, “buzz”, signifie qu’on en parle intensément dans la presse et sur la Toile. Toute personne normalement constituée prononce ce terme anglais “beuz”. Mais comme le baron revendique de la distinction, il le prononce “baz”. Sans doute beaucoup plus chic, dans son esprit… Ah, au fait, de mauvais esprits se sont souvenus que le baron avait acquis la nationalité israélienne en 2010. Sa fortune l’avait suivi dans ce pays qui pratique une fiscalité bien plus avantageuse qu’en France. Etait-ce cela la raison de son exil ? Bon, il a certes conservé la nationalité française, on ne sait jamais. Avec un culot de tous les diables, faisant preuve d’une houtspa d’enfer, il explique : non, non, ce ne sont pas des raisons fiscales qui l’ont amené à exiler sa fortune. Il précise : « Je pratique le concours hippique à haut niveau et j’étais vraiment pas assez bon pour faire partie de l’équipe de France. » Il fallait oser. Il a osé…

 

MONTÉE DE L’ANTISÉMITISME ET DE L’ISLAMOPHOBIE

 

Un symposium européen des leaders musulmans et juifs vient de se tenir à Paris. Cela a couiné sec. Les agressions islamophobes auraient augmenté de plus de 14 % au premier trimestre 2012, les juifs revendiquant la médaille d’or, avec une progression de 37 %. Selon le président du consistoire, Joël Mergui, « On aurait pu penser que cela (l’affaire Merah)créerait un frein, mais au contraire, cela a libéré un certain nombre d’esprits fragiles. » « D’esprits fragiles », qu’en termes élégants les choses sont dites… Michel Serfati, président de l’amitié judéo-musulmane nous livre un scoop : « Beaucoup de musulmans entretiennent la haine du juif. » Mais Abdallah Zekri minimise : « Il y a de temps en temps des bagarres entre jeunes, mais ce n’est pas de l’antisémitisme. » Il conclut par ces puissantes paroles : « On peut en discuter entre nous, mais en faire un tintamarre risque d’attiser l’islamophobie. » Qu’est-ce qu’ils sont drôles !

 

ILS SE MOQUENT DE NOUS…

 

Quarante ans après l’adoption de la loi Pleven qui réprime l’injure et la diffamation à caractère racial, un sondage vient d’être publié, il y a quelques jours. Plus de 8 Français sur dix (85 %) se disent favorables à la loi Pleven, selon une étude Opinion Way, commandée par la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA).

Certes, 50 % des personnes interrogées disent ne pas la connaître, et 39 % la connaissent sans savoir de quoi il s’agit. Mais 85 % y sont favorables. Cherchez l’erreur ou la manipulation. Les personnes interrogées estiment à 69 % que les citoyens sont les plus à même de faire progresser la lutte contre le racisme, et 61 % citent l’école. De deux choses l’une. Soit une majorité de Français est composée d’imbéciles inconséquents, soit la LICRA se moque de nous.

 

DASSAULT AIME MANUEL VALLS

 

Une scène tout à fait amusante est consultable sur Internet. Lors de l’inauguration de la foire de Corbeil-Essonnes, le 5 septembre, le sénateur UMP Serge Dassault, qui fut maire de cette ville, accueillit chaleureusement le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. Dassault déclara être « très heureux » de l’action menée par Valls en matière de sécurité et vis-à-vis des Roms. Débordant d’affection, le milliardaire en vint même à affirmer que le ministre disposait en la matière de « l’appui d’un journal bien connu », faisant bien sûr référence au Figaro dont il est le propriétaire. L’hilarité fut générale, sauf chez Manuel Valls et ses amis socialistes, qui ne savaient plus où se cacher…

Spieler.jpg

 

CECILIA, EX-SARKOZY, RACONTE…

 

Cecilia Attias (ex-Sarkozy) l’a raconté dans une émission de télévision sur la chaîne américaine ABC. L’objet du débat était « sexe et politique » et elle intervenait au nom de sa fondation consacrée à la cause des femmes. Cecilia, interrogée sur son expérience d’épouse d’homme de pouvoir, a répondu, évoquant les femmes qui en voulaient à la vertu de son ex-mari : « Elles sont très attirées par le pouvoir. J’ai vu des femmes lui donner leur numéro de téléphone même quand j’étais à côté de lui », ajoutant : « Vous ne pensez pas que c’est un problème, ça ? » Elle n’a, certes, pas tout à fait tort.

 

LA MOITIÉ DES MÉDICAMENTS NE SERVENT À RIEN

 

Il va paraître : c’est un livre qui fera du bruit, écrit par Philippe Even (plutôt de gauche) et Bernard Debré (médecin et député UMP). Il dénonce la vétusté, voire la dangerosité de notre pharmacopée. La France est un des plus gros consommateurs de médicaments de la planète. D’après leur enquête des plus sérieuses, la moitié des médicaments mis en vente dans les pharmacies ne servent à rien et 5 % seraient même très dangereux. Leur déremboursement permettrait d’atteindre le chiffre astronomique de 10 milliards d’économies pour l’assurance maladie. Les deux auteurs attaquent sans pitié les autorités sanitaires, inertes au possible, les laboratoires pharmaceutiques, prêts à tout pour vendre leur camelote, et les médecins, incapables de faire des ordonnances courtes. La France est décidément un curieux pays. Elle détient le record du monde du recours à l’homéopathie (36 % des médicaments prescrits contre 2 % au Royaume-Uni). Or, même si je vais me faire incendier par des lecteurs et des rédacteurs de RIVAROL qui croient aux vertus de cette médecine, je considère comme la majorité de la communauté scientifique et médicale que l’homéopathie est une pseudo-science entrant en contradiction avec nos connaissances en chimie et en biologie. Aucune étude publiée n’a fait la preuve de son efficacité, au-delà de l’effet placebo. On sait qu’un malade à qui on administre un faux médicament, mais qu’il croit être vrai, se sentira beaucoup mieux et guérira éventuellement plus vite : c’est l’effet placebo. L’homéopathie a été “inventée” en 1796 par un médecin saxon, Samuel Hahnemann, sur des principes très fantaisistes, que je ne développerai pas dans ces colonnes. Un des principes consiste à diluer un pseudo-principe actif de telle façon que la teinture ne représentera que l’équivalent d’une goutte d’eau dans tous les océans de la planète. Autant dire qu’il n’y a plus la moindre molécule active dans le médicament homéopathique. Cela pose évidemment question. Mais les laboratoires homéopathiques avaient cru trouver la solution. Ils avaient confié en 1987 au Professeur Benveniste, une mission, largement rétribuée : prouver que l’eau conservait les propriétés de substances précédemment diluées, sous une forme d’empreinte électromagnétique de la molécule. Benveniste prétendit avoir prouvé la fameuse « mémoire de l’eau ». Las, sa démonstration fut réfutée, du fait de multiples erreurs méthodologiques et Benveniste perdit tout crédit et tous financements avec cette affaire. En France, en 2004, l’Académie nationale de médecine avait demandé le déremboursement des préparations homéopathiques en présentant l’homéopathie comme une «méthode obsolète » fondée « à partir d’a priori conceptuels dénués de fondement scientifique » et « comme une doctrine à l’écart de tout progrès». Et pourtant le ministère de la Santé maintint le remboursement. Pourquoi ? En fait le déremboursement de l’homéopathie aurait amené les médecins à prescrire des médicaments classiques, bien plus coûteux, qui auraient grevé encore davantage les comptes de la Sécurité sociale… Mais pourquoi, diable, des médecins généralistes continuent-ils de croire ou de faire semblant de croire à l’homéopathie ? Il y a bien sûr ceux qui savent qu’ils prescrivent un placebo.

Mais les autres ? Un de mes amis, professeur de chirurgie, m’a donné la réponse. Le médecin généraliste, qui développe souvent une sorte de complexe d’infériorité face au spécialiste voit dans l’homéopathie un moyen d’impressionner le patient, en utilisant notamment des termes mystérieux et de prendre ainsi de l’importance. Bref, il se la joue quelque peu “sorcier” et beaucoup de patients adorent cela…

 

DES ALLEMANDS ZOOPHILES

 

Promis, juré ; ceci n’est pas un poisson d’avril. Marius Tünte, le porte-parole de la Fédération allemande de protection des animaux, s’énerve : «En Allemagne, on peut avoir des relations sexuelles avec un animal sans être inquiété par la justice ! » Il existe cependant une condition qui enlève une partie du sel à l’acte : interdiction de le filmer. Selon le quotidien suisseLe Matin, il existerait même des « bordels d’animaux » outre-Rhin et des éleveurs prostitueraient leurs bêtes pour le compte de réseaux zoophiles. Claudia Lotz, la responsable d’une antenne locale de la Fédération contre le viol des animaux, raconte ces faits terrifiants : « Du hamster jusqu’aux serpents en passant par les chevaux et les chiens, toutes les espèces sont violées. » On se demande comment il est possible de violer un hamster ou un serpent, mais passons… Elle évoque même un chihuahua, violé par son propriétaire et recueilli dans le refuge, l’Arche de Noé,

qu’elle anime. Un livre, Souffrance des animaux : le silence, comptabilise les violences sexuelles dont sont victimes les bêtes depuis 2000. Il évoque par exemple un homme de 45 ans qui s’est fait surprendre par la police en train de violer un cochon au zoo Wilhelma à Stuttgart. Apparemment ni les araignées, ni les coccinelles, ni les hérissons, ni les tigres ne semblent cependant subir les assauts amoureux de ces grands malades. Suite à la mobilisation des amis des animaux, le problème a fini par être inscrit à l’ordre du jour du conseil des ministres et une loi devrait être votée. Du coup, les partisans de la zoophilie, comme l’association Zeta, crient au déni de démocratie sur leur forum et jurent que leurs amants et amantes sont consentants …

 

DES ALLEMANDS NAZIS

 

L’office criminel du Land de Bade-Wurtemberg vient de créer un site Internet qui invite à dénoncer l’« extrémisme de droite ». Voici des extraits de ce qu’on peut lire sur ce site : « Aidez-nous dans le combat contre l’extrême-droite ! L’extrémisme de droite, sous ses nombreuses formes, est dirigé contre les principes constitutionnels de la République Fédérale Allemande. Cette plateforme de communication sécurisée vous permettra de nous informer de manière anonyme. Grâce à votre aide, les activités d’extrême-droite peuvent être connues à temps, des enquêtes sur les auteurs et les organisations conduites… » A titre personnel, je suis persuadé, sans pouvoir le prouver cependant, que les auteurs de ce site sont les zoophiles que j’évoquais dans l’article précédent.

 

L’ALLEMAGNE DÉGÉNÉRÉE

 

La Zugspitze est le plus haut sommet d’Allemagne. Il est en Bavière. Il est surmonté d’une croix. Un endroit magnifique qui attire nombre de touristes. L’exploitant, collabo de chez collabos, a non seulement gommé la croix sur les dépliants publicitaires mais a fait installer des toilettes musulmanes pour les visiteurs. La raison ? Après l’utilisation des toilettes, un musulman n’utilise pas de papier toilette mais se nettoie avec de l’eau courante et la main gauche. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la main gauche est considérée comme impure et n’est pas utilisée pour manger ou se saluer. L’exploitant mérite-t-il une baffe de la main gauche ou de la droite ?

 

LES DÉLIRES DE BHL ET DE CAROLINE FOUREST

 

Robert Ménard, journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières, qui a subi nombre de déboires ces derniers mois, pour avoir dit la vérité, récidive dans une tribune libre où il s’en prend à Bernard-Henry Lévy qui a affirmé sur son site : « Des tueurs d’Assad ont lancé dans la région d’Al Rastan, non loin de la ville rebelle de Homs, des opérations aériennes avec utilisation de gaz toxiques. » Un pur délire, bien entendu, dans le registre des « armes de destruction massive » inventées de toute pièce par l’administration américaine pour justifier l’invasion de l’Irak. Mais Caroline Fourest, figure de l’intelligentsia dégénérée française, fait encore plus fort. Et là, nous sommes carrément dans le grandiose. C’est dans Le Mondequ’on peut lire sous sa plume : « D’après Al-Arabiya, des opposants au régime iranien affirment que leur gouvernement a fourni un four crématoire à son allié syrien. Installé dans la zone industrielle d’Alep, il tournerait à plein régime… » Elle pose cette question d’ordre métaphysique : « Pour brûler les cadavres des opposants ? » Bon, pour l’instant, il semblerait qu’aucune chambre à gaz n’ait encore été livrée à Assad, mais ça viendra, ça viendra… Et Assad n’aurait pas encore fait couper les mains des bébés opposants. Mais ça viendra, ça viendra aussi.

09:54 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 19 septembre 2012

Dimanche 11 novembre, à Paris, 6e Journée nationale et identitaire de Synthèse nationale...

SN 6 JNI 1ere annonce.jpg

12:04 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 17 septembre 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

Photo 012.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

(n°3060 du 14 septembre 2012)

« L’UMP se situe un peu plus à gauche que le Parti démocrate américain ». C’est la puissante réflexion d’un député UMP, Axel Poniatowski, qui explique les raisons pour lesquelles l’UMP n’a pas envoyé de délégation ni même le moindre représentant à la convention républicaine qui s’est tenue récemment à Tampa (Floride).

DIEU, QU’IL EST NUL !

 

L’UMP ne goûte que modérément la rhétorique des Républicains américains qui considèrent que « l’Europe est un continent en déclin. » Incroyable, nous nous en étions aperçus. Le Grand Old Party assimile la France au socialisme et à l’assistanat. Pas possible ! Axel Poniatowski, un de ces génies qui a permis à la droite de verser à gauche alors que la gauche française restait de gauche déclare, l’air pénétré : « Les valeurs de la droite américaine et de la droite française se sont considérablement éloignées depuis 15 ans. » Il ajoute : « On a plus de relations avec les démocrates et les think tanks d’obédience démocrate. On l’occulte toujours, mais l’UMP se situe parfaitement en concordance avec le Parti Démocrate. Et encore, on serait plutôt un peu plus à gauche. » Il conclut par cette considération : « La connotation religieuse est tellement prégnante au sein du Parti républicain qu’on se demande un peu où on est. » Soutenir de facto Obama, qui est aussi soutenu par Hollande et le Parti socialiste, est-ce intelligent et courageux de la part d’un responsable de la “droite” française ? C’est bien la preuve que la droite et la gauche du Système, c’est bonnet rose et rose bonnet.

 

DIEU, QU’ELLE EST NULLE !

 

Il y a deux semaines, Laurence Parisot, patronne du MEDEF, a introduit Bernard-Henri Lévy à son université d’été en ces termes : « Vous êtes l’incarnation de l’intelligentsia française telle que nous l’aimons. » « L’intelligence française » à propos de BHL, il fallait oser… La majorité des patrons a applaudi, ce qui qualifie leur niveau. Pour avoir beaucoup fréquenté ce milieu, je puis témoigner de la médiocrité culturelle et idéologique de la plupart d’entre eux. Ceci dit, ne soyons pas injustes. Un patron d’entreprise qui se consacre comme un forcené à la réussite de sa boîte n’a guère de temps pour se passionner pour Véronèse, Caspar David Friedrich, Arcimboldo, Nietzsche, Montherlant, Michel Déon ou Couperin. Il y a bien sûr des exceptions tout à fait remarquables. Mais la plupart choisissent des domaines d’intérêt faciles d’accès, où l’apparence est maîtresse. Quoi de plus facile que de briller dans une confrérie du cigare ? Il suffit de prendre un air pénétré en inhalant le tabac et en se planquant derrière les volutes de fumée. Idem pour le vin. Très facile de se la jouer super expert en prenant des airs mystérieux et ultra-concernés, autour d’une table, en commentant, avec des termes compliqués, des vins parfois sans intérêt. Les autres convives, qui n’y connaissent pas davantage en vins, se sentent obligés de prendre les mêmes airs graves, qui n’autorisent aucun ricanement. Mais la cuistrerie la plus considérable est atteinte dans le domaine de l’“art”. Beaucoup se revendiquent collectionneurs. J’ai connu un chef d’entreprise qui m’avait confié, avec un air quelque peu mystérieux, qu’il collectionnait des peintures. Lesquelles ? Il me répondit, très fier de lui : « Les peintures que j’achète à la butte Montmartre ». J’ai failli exploser de rire… Ceci dit, à un tout autre niveau, il y a le super-cuistre richissime François Pinault qui collectionne des œuvres contemporaines et les expose dans un magnifique palais de Venise, le palais Gritti. J’y avais vu un gigantesque Mickey, qui trônait devant le canal, réalisé par un gigantesque zozo, Jeff Koons, ancien mari de l’actrice porno la Cicciolina, et qui est l’artiste adoré de la Jetset et du monde de l’art branchouille et institutionnel. Bref, du monde dégénéré.

 

Mais revenons à l’université d’été du MEDEF. L’homélie de BHL a eu lieu après l’intervention du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Que d’émotions ! BHL a des choses à dire, notamment au sujet de la Syrie. Pas de problème : il est venu les dire à Nicolas Sarkozy, cet été, qui passait ses vacances au Cap Nègre. En attendant sans doute qu’il vienne les dire à François Hollande et qu’il entraîne la France dans une nouvelle guerre imbécile.

 

Spieler.jpg

 

DIEU, QU’ILS SE HAÏSSENT !

 

L’élection du futur Président de l’UMP suscite d’étranges manœuvres. On sait que celle-ci se joue entre Copé et Fillon. Fillon est le favori des sondages (si l’on interroge l’ensemble des Français) mais est très, très loin d’avoir emporté la partie. Car ce sont les militants et cadres de l’UMP qui votent, non les électeurs. Nicolas Sarkozy ne dira pas officiellement sa préférence. Pour autant, elle est limpide. Une petite sauterie a eu lieu, il y a quelques jours, dans un bistrot peu prolo, à vrai dire, de Neuilly : le Winston, ancienne adresse préférée de Nicolas Sarkozy pour ses rencontres politiques. Les figures de la droite locale étaient présentes pour soutenir Copé : Jean Sarkozy, fils de Nicolas, et même Charles Pasqua, venu « en ami ». Certes Fillon a fait une belle « prise de guerre » en obtenant le ralliement de Christian Estrosi. Pour autant, la partie semble mal engagée pour l’ancien Premier ministre. Le ralliement du fils de Sarkozy à Copé est, pour le moins, un signe fort de la préférence de l’ancien président de la République. Par ailleurs, une étrange annonce a eu lieu, il y a quelques jours. Henri Guaino, l’ancien conseiller très influent de Sarkozy, a annoncé sa candidature à la présidence de l’UMP. A deux semaines du dépôt des 8 000 signatures requises. Autant dire qu’il n’a a priori aucune chance de les recueillir. Alors pourquoi cette annonce ? Guaino, fidèle parmi les fidèles de Sarkozy, est tout sauf un imbécile et un inconséquent. S’il le fait, c’est sans doute sur ordre. L’objectif est de lancer un missile furtif sur le vaisseau de Fillon. Il est possible que Guaino, constatant qu’il n’a pas pu réunir en deux semaines les 8 000 signatures, choisisse d’appeler à voter Copé. Et gageons que Copé sera élu. C’est ainsi que cela se passe en démocratie…

 

ALERTE ! L’ANTISÉMITISME EST TOUJOURS PRÉSENT !

 

C’était le soir du Shabbat. Un touriste belge de confession juive, Jack Field, 35 ans, « juif pratiquant » selon ses termes, logeait dans un hôtel des Arcs. Or, il convient de ne pas ignorer que pendant le Shabbat, on ne doit pas allumer les lumières directement ou indirectement. Or, damned, déclare-t-il, « dans le couloir de l’hôtel, il y avait une lumière qui s’allumait automatiquement à mon passage. » Emoi, scandale, couinements. Le touriste, extrêmement arrogant, exigea la condamnation du système d’éclairage, quitte à payer un petit peu (un petit peu !) plus. L’hôtelier, connu pour avoir une forte personnalité, l’envoya derechef promener. Devant la houtspa (culot monstre en hébreu) de notre ami Field, l’hôtelier, ni une, ni deux, récupéra les affaires de celui-ci dans sa chambre, les déposa devant l’hôtel, et l’invita à se faire voir ailleurs. Houlà ! Le Bureau de vigilance contre l’antisémitisme, dirigé par Sammy Ghoslan a été saisi illico.

 

Sammy a fait savoir son intention de déposer plainte pour « refus de vente » et « injure à caractère antisémite ». Rien de moins… L’hôtelier, qui vient d’être auditionné par les gendarmes, a déclaré : « Qu’est-ce que je fais ? Je lui facture deux jours d’électricité et puis il porte plainte parce que c’est trop cher ? » Ils sont vraiment rigolos…

 

PORTONS LA KIPPA EN SIGNE DE SOLIDARITÉ

 

Emotion : des Berlinois chrétiens, juifs et même, paraît-il musulmans, sont sortis dans les rues de la capitale allemande, portant la kippa (on a du mal à le croire pour les musulmans), samedi 1er septembre, afin de manifester contre la haine religieuse. L’agression d’un rabbin par « quatre jeunes apparemment d’origine arabe » (houlà ! en voici une stigmatisation !) a suscité une vive émotion en Allemagne. Le rabbin berlinois Andreas Nachama explique : « Il y a depuis quelques années une forme d’hostilité à l’égard des juifs liée au conflit au Proche-Orient ». « On subit des attaques verbales », ajoute celui qui est aussi directeur de la Topographie de la terreur, un centre de documentation de plein air consacré à la politique de persécution du régime nazi. En attendant, le leader islamophobe néerlandais Geert Wilders, ultra-sioniste parmi les ultra-sionistes, vient de se faire sévèrement remonter les bretelles par le Grand rabbin d’Israël. Wilders prône l’interdiction de l’abattage rituel. Du coup, le Grand rabbin, qui se sent concerné, on se demande pourquoi, menace les Pays-Bas d’un exil massif des Juifs néerlandais. Tout en nuances, ces gens-là…

 

CEUX QUI REFUSENT LA LÉGION D’HONNEUR

 

Cela arrive. Il y a quelques insolents, quelques courageux ou quelques hérétiques à refuser la Légion d’honneur. C’est le cas d’Annie Thébaud-Mony, spécialiste des cancers professionnels, qui vient de dédaigner la plus haute décoration honorifique française afin de dénoncer l’impunité des « crimes industriels ». Philippe Randa le raconte dans sa chronique. Thébaud-Mony dénonce « l’accumulation des masses environnementales, en matière d’amiante, de pesticides, de déchets nucléaires et chimiques. » Pourquoi pas… Bon, il y a certes d’autres déchets, mais passons. C’était l’écologiste Cécile Duflot qui avait décidé de la lui décerner, chaque ministre ayant droit à son lot de breloques. D’autres avaient refusé cette sublime vanité. George Sand la refusa pour « ne pas avoir l’air d’une vieille cantinière », comme Berlioz qui attendait que l’Etat lui règle une facture de 3 000 francs pour un requiem et qui s’écria : « Je me fous de votre croix, donnez-moi mon argent. » Ou encore Marcel Aymé qui entendait, en 1949, dénoncer l’épuration toujours en vigueur. Il déclara « Pour ne plus me trouver dans le cas d’avoir à refuser d’aussi désirables faveurs, je les prierais qu’ils voulussent bien, leur Légion d’honneur, se la carrer dans le train, comme aussi leurs plaisirs élyséens. » L’écrivain communiste Aragon l’avait lui aussi refusée. Commentaire du poète Jacques Prévert : « C’est très bien de l’avoir refusée, mais encore faudrait-il ne pas l’avoir méritée. » Citons aussi Edmond Maire, ancien secrétaire général de la CFDT, qui la refusa en déclarant : « Ce n’est pas à l’Etat de décider ce qui est honorable ou pas. » A côté de ceux qui refusent la Légion d’honneur, il y a ceux qui en rêvent et ceux qui en usent comme d’un colifichet destiné à récompenser quelques menus services. Je passerai rapidement sur le cas de ce député centriste alsacien, que j’ai déjà évoqué dans ces colonnes, qui quémandait depuis trois législatures la divine médaille, qui ne lui fut jamais accordée. Le pauvre était en ces années noires de l’histoire le chef des jeunesses hitlériennes de Colmar. Pas grave en soi. D’autres avaient fait pire, mais la police connaissait l’existence d’une photo qui menaçait d’être rendue publique… A propos de menus services, je me souviens d’une réception avec les élus alsaciens, il y a quinze ans, en présence de Jacques Chirac, président de la République. Ce dernier s’approcha d’un de mes collègues du RPR, syndicaliste agricole, et, visant sa boutonnière, lui dit : « Mais, tu ne l’as pas ? Je vais te la donner. » Voilà comment ça se passe en République…

 

ZEMMOUR ET LE “BÉTON SOCIAL”

 

Le durcissement de la loi SRU prévu par Cécile Duflot, ministre verte de l’Egalité des Territoires et du Logement, visant à bétonner la France d’HLM, dont on devine qui seront les bénéficiaires prioritaires, énerve Eric Zemmour. Que dit-il ? « Il fut un temps pas si lointain où être écologiste signifiait qu’on aimait et défendait la nature, les petites fleurs, les gazouillis des oiseaux, la petite maison dans la prairie. Désormais leurs héritiers ne jurent que par le béton, encore le béton, toujours le béton, mais du béton social, bien sûr ! » Bien vu…

 

ON AURA TOUT VU : UN ENSEIGNANT TRANSSEXUEL DANS UNE ÉCOLE “CATHOLIQUE”

 

Il était homme, et le voici femme. Enfin, presque car l’opération n’aura lieu que dans quelques mois. Il était homme et enseignant au lycée Saint-Stanislas à Nantes. Voici ce professeur de Technologie et sciences industrielles toujours professeur, mais avec un prénom féminin et une apparence féminine, en cette rentrée de septembre, dans le même lycée. Ce changement s’est fait en plein accord et en concertation avec la direction diocésaine de l’enseignement “catholique” à Nantes, ce qu’a confirmé Didier Groleau, adjoint au directeur diocésain de l’enseignement “catholique” de Loire- Atlantique. J’éprouve une immense fascination pour cet improbable oiseau (je parle de l’adjoint au directeur diocésain) pour cette justification qui sent un mélange de cafard et de blette et qui déclare : « Nous avons été prévenus de son choix l’année dernière. Nous l’avons invité à prévenir le rectorat qui est son employeur (on se défausse, mine de rien, comme ça, en passant…). Nous avons ensuite organisé, avec son accord (très important, son accord, ça fait démocrate), l’information auprès des autres enseignants et des parents d’élèves et élèves concernés, qui ne sont qu’une petite vingtaine (une petite vingtaine, mais c’est rien…). » Information hyper importante : des courriers ont été envoyés aux familles et le service psychologique de l’enseignement “catholique” a été avisé. Sans commentaires…

21:00 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 10 septembre 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

3350149693.jpgChronique de Robert Spieler

publiée dans Rivarol

N° 3059 du 7 septembre 2012

TABASSÉ à Bizerte (Tunisie) sous les yeux de sa famille. Ce touriste était accompagné de son épouse qui portait un débardeur et un pantacourt, et de sa fille de douze ans qui portait un short et un tee-shirt. Une cinquantaine de salafistes, rendus fous furieux par cette insulte à l’islam l’ont sauvagement tabassé, aux cris de « Le pays est islamique ». Il raconte : « Ils se sont jetés sur moi, m’ont frappé avec un bâton à la nuque, sur l’arcade, la joue et le dos. Si j’avais posé un genou à terre, je pense qu’ils m’achevaient. »

UN ÉLU SOCIALISTE FRANÇAIS TABASSÉ PAR LES ISLAMISTES EN TUNISIE

La police, qui était présente n’est pas intervenue. Les gens qui étaient là n’ont pas eu de réaction pour l’aider. Ce Sarthois de 62 ans a écourté son séjour et est rentré avec sa famille en France. Son épouse ne veut plus retourner en Tunisie. Au fait, ce Sarthois s’appelle Jamel Gharbiet. Et ce n’est pas n’importe qui. Il est conseiller régional socialiste des Pays de la Loire. Il pleurniche, se désolant de la montée des islamistes radicaux dans son pays d’origine. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, condamne vivement cette agression. Mais les salafistes sont comme des poissons dans l’eau dans la nouvelle société tunisienne suscitée par Bernard-Henri Lévy et ses porte-serviettes. Il y a dix jours, des centaines de militants fanatisés ont attaqué un quartier de Sidi Bouzid, faisant au moins sept blessés. Les islamistes voulaient se venger de jeunes les ayant empêchés d’enlever un homme ivre qu’ils souhaitaient punir selon les règles de la charia. Les militants tunisiens de la Ligue des droits de l’Homme sont inquiets. Halima Jouini a déclaré : « Cette année, nous avons vu beaucoup de choses graves et menaçantes pour la liberté. » Elle rapporte que plusieurs femmes ont été récemment agressées pour avoir porté des tenues jugées “indécentes”. Mais, pas de soucis. Le ministre tunisien du Tourisme déclare : « Il s’agit d’actes isolés. » Il n’y a que les imbéciles pour le croire. En attendant la suite des événements, merci qui ?

EN LIBYE, LES ISLAMISTES DÉTRUISENT AUSSI LES MAUSOLÉES

Des islamistes ont détruit le mausolée d’un “saint” musulman à Tripoli à coup de pelleteuse et ont profané sa tombe. Le mausolée d’Al Chaab al-Dahmani, situé près du centre de la capitale libyenne, était un lieu de pèlerinage pour les musulmans, notamment soufis. Dans l’ouest du pays, le plus important mausolée libyen vient aussi d’être détruit. Après les destructions des mausolées de Tombouctou, au Mali, et celles des bouddhas d’Afghanistan… Merci qui ?

EN EGYPTE, UN MONDE DE FOUS

Selon le site El Abad, des Coptes chrétiens, qui représentent 10 % de la population, auraient été victimes de viols et de crucifixions. Les Coptes avaient été contraints à fuir les persécutions après de violents affrontements, début août, dans la région de Dachour. La place Al-Tahrir, lieu emblématique du « printemps arabe » au Caire, a vu des dizaines de femmes violées. Dont plusieurs journalistes. Le dernier viol est celui d’une jeune Anglaise, Natasha Smith, présente au Caire pour un documentaire sur le droit des femmes en Egypte. Elle a été servie, question droit des femmes. Elle raconte : « Des centaines d’hommes m’ont entraînée plus loin. Je criais, me débattais. Ils ont commencé à m’arracher mes vêtements. J’ai été mise à nu. Leur appétit insatiable de me faire mal s’est accru. Ces hommes étaient devenus des animaux. J’ai été ballottée comme de la viande fraîche au milieu de lions affamés. » Autre témoignage, celui de Caroline Sinz, journaliste à France 3 : « J’ai été tabassée par une meute de jeunes et d’adultes qui m’ont arraché mes vêtements et procédé à des attouchements. J’étais lynchée. Cela a duré environ trois quarts d’heure. J’ai cru que j’allais mourir. » La présence de la police n’a évidemment pas fait diminuer ces violences, puisque les militaires s’autorisent dans certains cas à se joindre à ces joyeuses agapes… Merci qui ? En attendant, le site des Fraternités monastiques de Jérusalem, hébergé sur le site de la Conférence des évêques de France, a été piraté le 18 août par des islamistes qui ont fait paraître la photo de La Mecque à la page d’accueil.

JOURNALISTE LIBRE EN EGYPTE ? EN PRISON !

Le rédacteur en chef du quotidien indépendant Al-Dostour, Islam Afifi, pourrait incarner, selon Libération, l’agonie de la liberté de la presse en Egypte. Il est poursuivi pour incitation au “chaos” et « diffusion de fausses nouvelles de nature à déstabiliser l’ordre public. » En attendant son audience le 16 septembre, il dormira en prison tandis que Bernard-Henri Lévy et Sarkozy trinqueront au Mumm Cordon Rouge.

Spieler.jpg

DES DÉTECTEURS D’EXPLOSIFS BIDONS EN IRAK

Et pendant ce temps, les petites affaires continuent à prospérer. Nos lecteurs se souviennent des avions renifleurs qui, sous l’ère Giscard d’Estaing, étaient censés détecter des champs de pétrole. Il s’agissait en fait d’une gigantesque escroquerie dont Giscard et d’autres brillants politiciens furent les dupes. Les Anglais sont aussi assez forts dans le domaine de l’illusionnisme. C’est ainsi qu’une société britannique a vendu une sorte de pistolet à antenne, le ADE 651, aux Irakiens. Il avait la prétention de détecter tous types d’explosifs à plus de 1 km au sol, et jusqu’à 3 km une fois pointé vers le ciel, empêchant les attentats terroristes. Le gouvernement irakien a investi 119,5 millions de dollars dans ce dispositif, chaque appareil étant vendu plus de dix fois son prix initial. De mauvaises langues prétendent que la corruption serait massive en Irak. En attendant, des études américaines, britanniques et irakiennes démontrent que ces pseudo-détecteurs ne servent rigoureusement à rien. Le directeur de la société les produisant a été arrêté pour fraude.

CHEVÈNEMENT S’ÉNERVE

Au moment où le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, entamait une tournée en Jordanie, Jean-Pierre Chevènement a mis les pieds dans le plat, déclarant que « la Syrie n’est ni la Tunisie ni l’Egypte. C’est un pays plongé dans une guerre civile inspirée et alimentée de l’extérieur. » Histoire de mettre les points sur les i, il ajoute : « des professionnels de l’ingérence poussent aujourd’hui la France à intervenir militairement, fusse par la seule voie aérienne, en violation de la légalité internationale et au côté de pays dont les ambitions et les intérêts ne sont pas les nôtres. » Parmi ces professionnels de l’ingérence, citons Sarkozy, qui s’était autorisé à sortir de sa retraite cet été pour exiger une réaction beaucoup plus déterminée du gouvernement français quant à la Syrie. Et pourquoi pas l’envoi d’une bombe thermonucléaire sur Damas ? Ce Sarkozy, qui avait reçu avec les honneurs le président syrien Assad à l’Elysée, comme il avait accueilli Kadhafi dans ses jardins fait décidément preuve, sans doute cornaqué par BHL, d’une incroyable houtspah (culot monstre en hébreu).

“LES ROMS NOUS POLLUENT”

« Les Roms nous polluent et je n’ai pas honte de le dire : ces gens ne sont que vermine. Ils ont le teint crasseux. Les femmes ont des robes en velours avec des chaussettes montantes et des sabots. » Cette puissante réflexion a été twittée la semaine dernière, non par Trierweiler mais par un militant UMP. Il proposait aussi, dans un élan d’humanisme, d’envoyer Anders Breivik à l’université d’été du PS. Bizarrement, il a été exclu illico du parti. Ah, au fait. Ce grand intellectuel s’appelle Mehdi Mikkiche. Bon, ceci dit, il n’a pas tout à fait tort. Les femmes en robes de velours avec des chaussettes montantes et des sabots, c’est d’un ringard…

LA DÉLINQUANCE ROM EXPLOSE

C’est le constat d’une note de 7 pages rédigée par la Direction centrale de la police judiciaire, dont nous nous sommes déjà fait l’écho. Voici ce qu’on peut y lire : « Entre 2009 et 2011, le nombre de mis en cause de nationalité roumaine a progressé de 69,35 %, avec plus de 20 000 mis en cause en 2011 contre à peine plus de 12 000 en 2009. » Et la suite : « En 2011, un étranger mis en cause sur dix est roumain. » La liste des infractions les plus fréquentes : le vol à l’étalage, les cambriolages, les escroqueries. Des grappes d’enfants chapeautés par des réseaux criminels volent des portables, attaquent les victimes près des distributeurs de billets, ou jouent les pickpockets dans le métro. Quand ils sont arrêtés, ils n’ont pas de papiers d’identité et sont placés dans des foyers dont ils s’échappent quelques heures plus tard. Il n’est pas rare que les mêmes soient arrêtés deux fois dans la même journée…

ET MAINTENANT DES FAUX RABBINS BRAQUEURS

Comment se faire ouvrir les portes d’une bijouterie ? Déguisé en imam ? Bof, ça n’a pas l’air très crédible. Habillé en soutane ? Un prêtre qui veut acheter une alliance à sa future épouse, ce n’est pas davantage crédible. Par contre, un rabbin qui sonne à la porte d’une bijouterie, c’est beaucoup, beaucoup plus crédible. C’est ainsi que quatre bijouteries ont été braquées dans le Val-de-Marne en quatre mois. L’avant-dernier braquage s’est mal passé pour le clone de rabbin, car le vigile avait repéré une barbe fâcheusement postiche, et avait quelque peu étrillé le faux rabbin, juif cependant, sous les caméras de vidéosurveillance. Ce dernier parvint cependant à se dégager et à s’enfuir. Pas découragé pour un sou, le trio de braqueurs tendance rabbinique recommençait l’opération l’après-midi même à Saint-Maur-des-Fossés. Las, les policiers, bien renseignés, les attendaient. Une bonne nouvelle cependant, qui devrait leur valoir l’indulgence des tribunaux : Selon une source policière, « il n’y a pas d’élément permettant de dire qu’ils ciblaient des bijoutiers de confession juive ».

HOLLANDE, QUEL HOMME !

Bon, d’accord, les esprits chagrins relèveront que Hollande s’effondre dans les sondages de popularité. Onze points perdus en un mois, avec 44 % d’opinions positives selon Ipsos. Jamais un Président de la République n’a connu une chute aussi vertigineuse et aussi rapide. François Mitterrand avait débuté avec 74 % d’opinions favorables en juin 1981 et n’avait chuté sous les 50 % que 18 mois plus tard. La perte de popularité de Hollande est particulièrement forte dans les classes populaires. Elle chute lourdement chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (-9 %) et surtout chez les Verts (-18 %). Mais qu’à cela ne tienne. Hollande est droit dans ses bottes et sait faire montre d’autorité. Claquant le bec à ceux qui s’autorisent à le décrire comme mou et indécis, il vient de prendre une décision héroïque : un décret du président de la République publié il y a une quinzaine de jours au Journal officiel prive John Galliano de la Légion d’honneur qui lui avait été attribuée. Motif : Galliano, l’ancien directeur artistique de la maison Dior, avait proféré, manifestement ivre, des insultes antisémites à l’encontre d’une consommatrice attablée à la terrasse d’un café du Marais. On ne plaisante pas avec ces choses-là…

BONUM VINUM

Il n’y a pas de limite à l’imagination dans le domaine du marketing (que les puristes nomment “mercatique”). A l’instigation d’un restaurateur de l’Hérault, des producteurs du Languedoc ont eu l’idée géniale de donner le nom de Vin de Merde à leur production. L’étiquette, avec sa mouche bleue et sa devise — « le pire peut cacher le meilleur » — défie toutes les lois du marketing. Le succès fut derechef au rendez-vous. Du coup l’idée assez délirante a fait des petits. On trouve désormais le Fat Bastard (gros bâtard) qui remporte un beau succès commercial aux Etats-Unis avec 3 millions de bouteilles vendues en 2011. Ou le rouge Sois beau et tais-toi. Ou encore la cuvée Cochon sans oublier Félicie aussi, qui reprend le titre d’une chanson de Fernandel. Comme nous sommes dans le lourd, autant poursuivre. Il y a eu le Zébu qui proposait sur l’étiquette ce titre d’une drôlerie qui aurait mené son auteur devant le peloton d’exécution durant les heures les plus sombres de notre histoire : « QuandZébuzéplussoif ». Ce fut, Dieu merci, un échec. Il est vrai que le Zébu était vraiment un mauvais vin, ce qui n’est pas le cas des vins susmentionnés.

ILS OSENT TOUT… ET C’EST À ÇA QU’ON LES RECONNAÎT !

« Une honte pour notre ville et tous les enfants issus de l’immigration » a écrit Serge Fiori, représentant du PCF et du Front de Gauche à Bollène, dans le quotidien La Provence. La cause de son ire ? Une petite fille en photo sur le plan de la ville édité par la mairie. Mais encore ? La petite fille est blonde. Or comme chacun le sait, la blondeur rappelle l’indicible. Chacun sait que la blondeur est une insulte à tous les enfants d’immigrés qui, nul ne devrait l’ignorer, ont construit la France. Or l’immigré n’est jamais blond. Les blonds, ce sont les envahisseurs, nuance… Et Dieu sait où mène la blondeur.

16:56 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook