Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 27 novembre 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

P1020999.JPGRobert Spieler

RIVAROL N° 3070 du 23/11/2012

ROSELYNE Bachelot est un de ces oiseaux que nous tenons à l’œil. Aujourd’hui chroniqueuse dans l’émission « Le Grand 8 » et soutien de François Fillon, elle a eu cette fulgurance dans l’émission « Tous politiques » de France Inter : « François Fillon tient le discours d’Obama et Jean-François Copé tient le discours de Romney ».

 

L’ex-député UMP a dénoncé le « discours clivant » de l’actuel secrétaire général de l’UMP. Clivant… Comme si le rôle d’un responsable politique d’opposition n’était pas de « cliver »… On notera que cet affreux verbe est aujourd’hui très à la mode. En général, il s’assène avec un air grave pour désigner ceux qui ne sont pas totalement soumis au politiquement correct. Salauds de cliveurs… Jean-François Copé n’a apprécié que modérément les propos de Bachelot, assurant qu’elle était « de gauche » et que le rapport Jospin sur la modernisation de la vie politique avait été écrit « sous la dictée de François Hollande ». Elle s’en étrangle d’indignation : « Quel mépris pour douze professeurs et magistrats, Lionel Jospin et moi-même ! » a tonné l’ancien ministre de la Santé, universellement connue pour sa brillante gestion de l’affaire de la grippe. Elle a cependant déclaré qu’elle revoterait pour Nicolas Sarkozy, mais attention !, pas n’importe lequel des Nicolas Sarkozy ! D’accord pour voter pour le premier Nicolas, celui du début de son mandat, avec l’ouverture à gauche, la suppression de la double peine, etc. Pas question pour elle de voter pour le second Nicolas, beaucoup, beaucoup trop clivant. Quant aux élections américaines, on a compris pour qui Roselyne Bachelot aurait voté. Cette « droite » française est décidément brillantissime. La gauche n’a guère de soucis à se faire avec des oiseaux pareils…

 

Copé est un “con”, une « vieille tique désespérée », un « rongeur homophobe ». Ce n’est pas Roselyne Bachelot qui a tenu ces propos, même si on peut supposer qu’elle brûle d’envie de les tenir. Ce ne sont pas non plus les militants du parti national-socialiste français (clandestin natürlich). On connaît en effet l’appétence des nazis pour les noms d’oiseaux et de rongeurs. On retrouve ces amabilités sur Têtu.com, le site du journal homosexuel, dont Pierre Bergé est le propriétaire. La brève qui a suscité ce torrent d’amabilités était intitulée : « Jean-François Copé est favorable aux manifs contre le mariage pour tous. » On comprend que les petits chéris soient indignés. Un des intervenants s’étrangle : « Ce qu’ils aimeraient c’est nous voir brûler sur un bûcher ! » Un autre, sans doute un modéré, tempère cette fureur en répliquant : « Mais non, pas le bûcher, quelques bastonnades anti-pédés suffiront pour l’instant… et sont en plus encouragées à demi-mots par Copé. » Fillon ne trouve, au demeurant, pas grâce à leurs yeux : « Copé/Fillon ce sont les mêmes : haine de l’autre, du différent, du marginal selon leur norme étriquée de petits bourgeois… » Eh bien, dites donc…

 

ISRAËL ET MARINE LE PEN

 

Une bonne nouvelle : Marine Le Pen a déjeuné il y a deux semaines avec Alexandre Zanzer, directeur de la principale institution sociale juive d’Anvers et de Belgique, « Koninklijke Centrale », dans un restaurant casher de Bruxelles. Alexandre Zanzer se met en valeur : « Je ne suis pas seulement directeur à la Centrale et membre du Parlement juif européen mais je suis aussi fondateur et membre d’honneur de la station de télévision juive Jewish News One. » Il paraît que le déjeuner s’est magnifiquement bien déroulé. Il est vrai que Marine Le Pen n’a rien pour effaroucher les amis d’Israël. Ne déclarait-elle pas : « Nos compatriotes juifs n’ont rien à craindre du FN, bien au contraire (Israël Magazine, mai 2010) » et « Si l’intérêt de la France va dans le sens de l’intérêt d’Israël, c’est très bien (radio israélienne, 30 mars 2011) » ?

 

LE RABBIN EFFRATI : VIVE L’ISLAMISATION DE L’EUROPE

 

Voilà ce qu’a déclaré le rabbin de la colonie d’Efrat, en Cisjordanie. L’échange a eu lieu en hébreu et vient d’être traduit sur Ynetnews, le site anglophone du plus important quotidien d’Israël. Ces propos ont évidemment été repris par The Muslim Times. « Les Juifs devraient se réjouir que l’Europe chrétienne soit en train de perdre son identité, à titre de punition pour ce qu’elle nous a fait pendant des siècles quand nous étions en exil […] Nous ne pardonnerons jamais aux chrétiens d’Europe d’avoir égorgé des millions de nos enfants, de nos femmes et de nos vieillards… Pas seulement lors de l’Holocauste récent, mais à travers les générations, d’une manière systématique qui caractérise toutes les factions du christianisme hypocrite. » Il ne s’arrête pas en si bon chemin, et poursuit : « A présent, l’Europe est en train de perdre son identité au profit d’un autre peuple et d’une autre religion, et il n’y aura pas de vestiges et pas de survivants de l’impureté du christianisme, qui a versé une quantité de sang qu’il sera incapable d’expier. » Le fou furieux développe ensuite un point de vue théologique : « Le Christianisme est une “idolâtrie” », alors que l’Islam n’est qu’une « religion qui se trompe dans ses jugements sur ses prophètes, mais qui est relativement honnête. » Mais le rabbin reste quand même prudent, très prudent…

 

Il conclut en ajoutant que les Juifs devaient « prier pour que l’islamisation de la plus grande partie de l’Europe ne fasse pas tort au peuple d’Israël. » Quel farceur, ce rabbin !

 

BLOC IDENTITAIRE… SUITE

 

J’avais évoqué dans ces colonnes les appels du Bloc Identitaire en direction du Front National, en vue de constituer des listes communes aux municipales, à Nice et dans les Alpes-Maritimes. Marine Le Pen avait exclu toute collaboration, estimant qu’il ne s’agissait que d’un « parti d’agit-prop ». On apprend que Philippe Vardon, chef de file de Nissa Rebela, mouvement lié au Bloc, vient d’être convoqué devant le tribunal de police de Nice pour répondre du chef de violence contre un responsable du FNJ, alors que celui-ci distribuait des tracts lors de la campagne des cantonales en 2011. L’altercation avait entraîné une ITT d’un jour pour le militant du FNJ qui, dit-il, avait reçu « une droite en pleine poire ». On s’explique mieux les raisons qui poussent Marine Le Pen et le FN à refuser toute alliance avec le Bloc…

 

LES MALHEURS DU PRÉFET DE LA SOMME

 

Le préfet de la Somme, Jean-François Cordet, avait, on s’en souvient, interdit par arrêté préfectoral, pour des motifs parfaitement fallacieux, à Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France, Yvan Benedetti, président de l’Œuvre française et Alexandre Gabriac, leader des Jeunesses nationalistes, de se rendre à Amiens-Nord le 6 octobre pour dialoguer avec ces Français abandonnés dans cette zone de non-droit. On vient d’assister à un assez savoureux fiasco où le préfet, qui avait la prétention d’aller faire une « visite traditionnelle » dans cet agréable quartier, n’a eu d’autre choix que de fuir sous les insultes et les jets de pierre des allochtones. Auparavant, il s’était retrouvé devant une salle parfaitement vide, où il était supposé rencontrer les riverains. La raison ? La société chargée de distribuer les invitations dans les boîtes à lettre du quartier ne l’avait pas fait. Probablement n’avait-elle pas trouvé de collaborateur suicidaire pour procéder à la distribution.

 

LE HALAL ENTRE DANS LES MOEURS

 

Robert Ménard, journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières, se révèle de plus en plus sulfureux. Il révèle des informations intéressantes sur le portail qu’il vient de créer, Boulevard Voltaire. Qu’écrit-il ? 90 % des jeunes Français de 18 à 25 ans issus du Maghreb, du Sahel et de Turquie respectent les prescriptions alimentaires de l’islam ainsi que le Ramadan. Il relaie l’analyse d’un sociologue, Hughes Lagrange, directeur de recherche au CNRS, dans une étude à paraître en 2013. La présence régulière à la prière atteint 30% chez les 21-25 ans, alors qu’elle est inférieure à 20 % chez les musulmans de plus de 40 ans. Comparons avec les baptisés catholiques. Seuls 5 % vont régulièrement à l’office dominical. Et la plupart sont des personnes âgées. Chez les musulmans, ce sont les jeunes qui pratiquent le plus, 28 % voyant même un conflit entre leur religion et les lois de la République. Une minorité, pas si minoritaire que cela, prône une « rupture islamique rigide ». Quant à l’antisémitisme, 39 % déclarent que « les Juifs ont trop de pouvoir en France », contre un modeste 20 % chez les autres jeunes. Enfin, pas si modeste que cela…

 

Spieler.jpg

 

HOMMAGE AU MARÉCHAL

 

Lundi 12 novembre, plusieurs dizaines de personnes s’étaient déplacées à Verdun, à l’appel de l’ADMP (Association de Défense de la Mémoire du Maréchal Pétain). Leur objectif était d’honorer le sacrifice des Poilus et de rendre hommage au vainqueur de Verdun. La première pierre de l’Ossuaire de Douaumont avait été posée le 22 août 1920, en présence du Maréchal qui avait déclaré : « Simple et sobre comme l’âme du soldat ; vaste et noble comme la grandeur du sacrifice ; durable, impérissable, comme le souvenir des Héros de Verdun. » Le Maréchal avait formulé le vœu, avant de mourir, d’être enterré à Douaumont au milieu de ses soldats. Il n’en fut évidemment rien. Michel Berton, “curé” officiant à Verdun, tint une sorte de meeting lors de la récente cérémonie supposée religieuse, à Verdun. Un fou-furieux dans son genre. Incroyable : un charabia de militant droit-de-l’hommiste, d’antiracisme, de “tolérance”, d’antinationalisme, d’anti fanatisme politique et religieux. Beaucoup de femmes et d’hommes qui étaient venus honorer la mémoire du Maréchal sont partis. Le Maréchal soulignait, lors de l’inauguration de l’Ossuaire de Douaumont, le 6 août 1932 : « L’exemple de Verdun est là pour témoigner de la capacité d’abnégation, de ténacité et de persévérance de notre race ». Certains, de notre race, ne méritent

décidément pas d’être de notre race.

 

ALLEMAGNE : DES JOURS FÉRIÉS MUSULMANS À HAMBOURG

 

Le maire dégénéré de Hambourg (Allemagne) vient de signer un accord avec les principales organisations islamiques locales. Les musulmans auront droit à des jours fériés, une première en Allemagne. La deuxième ville musulmane d’Allemagne compte 130 000 mahométans. Du coup, le maire ultra-islamophile s’enthousiasme : « Nous sommes tous Hambourg. » Le dirigeant turc de la plus importante organisation islamique d’Allemagne (neuf mosquées à Hambourg) n’en peut plus : « C’est un jour historique pour Hambourg mais aussi pour toute l’Allemagne. » Et il ajoute : ce contrat est « un signe de reconnaissance » des musulmans. Voilà où nous en sommes. Il y a 60 ans, le grand Mufti de Jérusalem, le chef de l’Islam, se prosternait aux pieds d’Adolf Hitler. Aujourd’hui…

 

DU CÔTÉ DES DÉGÉNÉRÉS

 

A 72 ans, elle souhaite avoir un bébé. Emouvante, cette histoire. Elle déclare : « Nous nageons dans l’amour, bientôt je tiendrai dans mes bras mon fils ou ma fille et Phil sera un père fier. » Ça se passe en Australie. Au fait, la femme a dépensé 40 500 euros pour trouver une mère de substitution qui offrira un bébé à ce couple improbable. La femme dégénérée est âgée de 72 ans. Son amant est âgé de 26 ans. Et c’est... son petit-fils !

 

TRANQUILLE, LE QATAR INVESTIT EN FRANCE

 

Mohhamed Jaham Al-Kuwari, ambassadeur du Qatar en France, vient d’annoncer que son pays allait investir dix milliards d’euros dans de grandes entreprises françaises. Après avoir acheté le club de foot Paris-Saint-Germain, entre autre babioles. En fait, le Qatar cherche à diversifier ses revenus, aujourd’hui très dépendants des hydrocarbures, destinés à se tarir, comme on le sait. Son objectif ? « Prendre des parts dans de grands groupes français, monter des projets ensemble ou faire des partenariats dans des pays tiers. » Et aussi financer des projets dans les banlieues françaises. Dans les banlieues françaises ? L’ancien chef de la DST (Direction de la Surveillance du Territoire) évoque le financement de réseaux islamistes. Mais sans doute est-il paranoïaque…

 

QUE DU BONHEUR : UN FROMAGE SANS LAIT

 

Vous trouverez cette étrange mixture si vous achetez vos pizzas dans certaines chaînes spécialisées. Il semblerait que « Pizza Hut » s’en serve, à la place de la mozzarella. Elle porte le beau nom de Lygomme ACH Optimum. C’est un “fromage” sans lait. Inventé par le géant américain Cargill (160 000 salariés dans cinquante pays), spécialiste des céréales, des huiles et des ingrédients alimentaires. Cargill y introduit trois sortes d’amidons, de l’épaississant, un gélifiant. Il paraît que ce machin a un goût qui se rapproche de celui de la mozzarella. Cargill argumente : c’est bon pour la santé, moins de calories, de matières grasses. Et suprême avantage pour la multinationale, ce Frankenstein du fromage échappe « à la volatilité » des prix du lait. Voilà où nous en sommes…

10:49 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 19 novembre 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

P1020934.JPGRobert Spieler

RIVAROL N° 3069 du 16/11/2012

 

APRÈS la polémique sur « Un bon juif » sur internet, laissant, paraît-il, les pires dérives s’exprimer, voici « Un bon antisémite » qui tient la corde : avec des centaines de commentaires supposés être plus drôles les uns que les autres. Dieu merci, Hollande et Netanyahu, Premier ministre d’Israël, étaient là, récemment à Toulouse, pour clarifier les choses. François Hollande en a profité pour reconnaître que l’antisémitisme existait en France, ce que nous ignorions, et a assuré sa détermination à « pourchasser, poursuivre, éradiquer ce fléau. » La présidente en Midi-Pyrénées du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Nicole Yardeni, a eu des propos forts, saluant « un message d’unité contre cette menace qui pèse sur toute l’humanité. » Toute l’humanité, faut quand même pas exagérer… Elle a déclaré : « Le pire cauchemar, pour un Juif, c’est qu’il n’y ait plus Israël pour l’accueillir. » Mais combien de Juifs français veulent-ils s’installer en Israël ? En attendant, le Grand rabbin de France, Gilles Bernheim, a rappelé la promesse du président de la République d’assurer la sécurité de la communauté juive de France en la déclarant « cause nationale ». « Cause nationale »… Les petits blancs des banlieues, qui subissent les agressions des allogènes aimeraient eux aussi être une « cause nationale ». Passons…

 

ÇA NE FINIRA JAMAIS…

 

Le Grand rabbin, disert en diable, appelle les autorités religieuses musulmanes à « s’ouvrir à la communauté juive et à rejeter les courants fanatiques. » Y croit-il ou se moque-t-il du monde ? On ne sait pas… Mais lisez quelques extraits de l’éditorial de Xavier Panon, à propos de la cérémonie souvenir de Toulouse, parus dans le journal L’Yonne. C’est vraiment trop émouvant : « Une émotion rare. Des gestes libérés du protocole. Des discours forts. Il reviendra comme toujours aux historiens d’en saisir le sens profond et d’en mesurer l’importance avec le recul nécessaire ». Ce n’est absolument pas fini, car chez ces gens-là, ça ne finit jamais : « Il saute aux yeux que la cérémonie de Toulouse en hommage aux victimes de Mohamed Merah marquera une page singulière de la relation souvent tumultueuse entre la France et Israël (Mais où est-il allé chercher cela ?) ». Et le journaliste de conclure, des trémolos dans son stylo : « Et peut-être aussi entre la France et les Juifs de France ». Mais ce n’est toujours pas fini… Accrochez-vous. Le Président de l’Assemblée nationale recevait lors d’une brillante soirée à l’Hôtel de Lassay, pour son premier dîner de gala, le « Projet Aladin ». L’objet de cette jeune institution qui œuvre en partenariat étroit avec la Fondation pour la Mémoire de la Shoah ? Un dialogue entre Juifs et Musulmans, afin de mener ensemble le combat contre le négationnisme, l’islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination. Trop fort… Ils osent tout, et c’est à ça qu’on les reconnaît.

 

UN NOUVEL ATTENTAT ANTISÉMITE “LA VICTIME ÉTAIT DE DOS”

 

Quelques semaines après l’agression d’une boutique casher dans la ville de Sarcelles (95), un homme de confession juive a été agressé, il y a dix jours, par sept inconnus alors qu’il se rendait à la synagogue. Selon le site du Crif, les “inconnus”, on ne saura pas qui sont ces « inconnus », ont « lancé des œufs sur son manteau avant de lui porter un coup au niveau des jambes, alors que la victime était de dos ». « La victime était de dos » : voici une précision d’une extrême importance qui méritait d’être portée à la connaissance des lecteurs de RIVAROL.

 

ROSELYNE BACHELOT, C’EST LA CASTAFIORE

 

Roselyne Bachelot, ancienne ministre et désormais animatrice de l’émission archinulle, tendance hystérique et piapiateuse de D8, qu’elle présente aux côtés de Laurence Ferrari, raconte sa passion pour l’opéra. Elle adore, ce qui est tout à fait à son honneur, cette phrase de Nietzsche, qu’elle cite : « La vie sans musique est une erreur. » Elle se souvient avec fierté d’avoir su jouer J’ai du bon tabac à l’âge de 4 ans. Amusant pour la future ministre de la Santé… Elle explique qu’elle a toujours rêvé être Maria Callas, « la plus grande, le fantasme absolu » (qu’Hergé avait représentée, dans Tintin, sous les traits de la Castafiore). Et elle conclut par ces puissants propos : « En écoutant “La Walkyrie”, je me sens “moi” ». Houlà ! Attention, terrain glissant ! Adolf Hitler aimait aussi Wagner… Mais Roselyne Bachelot se rattrape, en précisant : « Mais je vous rassure, j’aime aussi écouter Brel et Amy Winehouse. Je ne suis pas une intégriste. » Nous voici soulagés… Gott sei dank (Dieu merci). Patrick Balkany, le maire de Levallois ; s’autorise quant à lui ce petit commentaire légèrement misogyne : « Bachelot n’est pas à son avantage dans des robes qui la boudinent. Pour le reste », dit-il « c’est du babillage de petites snobinardes. Son émission n’a aucun intérêt. » Celle qui disait « J’ai l’air d’une pute », perchée sur de hauts talons, alors qu’elle choisissait son déguisement dans la perspective de l’émission appréciera le compliment de Balkany à sa juste valeur…

 

LES LE PEN, SANS PITIÉ POUR LE BLOC IDENTITAIRE

 

Le Bloc Identitaire, qui a pourtant tenté de multiples entreprises de séduction en direction du FN mariniste est Grosjean comme devant. Pour Marine Le Pen, le Bloc « est un parti d’agit-prop. » Elle s’autorise cette considération d’une haute humanité : « Je ne crois pas qu’ils désirent la violence, mais s’ils la désiraient, ils me trouveraient sur leur route pour les en empêcher. » En voici de fortes paroles ! Marine Le Pen défend une démocratie au demeurant nullement menacée par le Bloc Identitaire. Si le Bloc était fasciste, ça se saurait… Les sites ultra-sionistes disent le plus grand bien de ses actions. Alors ? Marine Le Pen enfonce cependant le clou : « Il n’y aura pas d’accord avec le Bloc Identitaire, nous avons trop de différences de fond. » Elle ajoute : « Si certains considèrent qu’ils sont plus proches de nos options, ils peuvent nous rejoindre. » Elle exclut évidemment toute double appartenance. Concrètement, elle dit que la condition sine qua non de l’adhésion de Philippe Vardon au FN est l’abandon de ses engagements à Nissa Rebela, dont il est président, et du Bloc Identitaire, qu’il dirige. Le vice-président du FN, Louis Aliot, fait mine de s’interroger gravement : « Philippe Vardon partage-t-il notre idéal national ? » Houlà, pas bon, voici de très, très lourds sous-entendus… Jean-Marie Le Pen, connu pour être un très grand humaniste, déclare, quant à lui : « Si M. Vardon a envie d’aller à Canossa et de nous rejoindre, pourquoi pas ? » Quelle cruauté ! Quel mépris abyssal ! Le pauvre Vardon avait pourtant déclaré, il y a quelques jours : « Je prendrai aussi sur moi d’aller taper aux portes, et même une seconde et même une troisième fois si on me les referme au nez, et même de les enfoncer ces portes s’il le faut, les portes de nos partenaires éventuels. » C’est vraiment trop mignon. Traduction : « Je suis prêt à me coucher, je me couche, je demande pardon, pardon pour je ne sais quoi, mais pardon quand même. Mea culpa, mea maxima culpa. J’ai tant péché, tant péché. Je ne suis qu’un misérable vermisseau qui va à résipiscence… » Allez, passons à autre chose…

Spieler.jpg

 

 

MARCHÉ DE NOËL ? NON ! MARCHÉ D’HIVER !

 

Le marché de Noël d’Amiens est, ou plutôt était le plus grand de France, attirant plus d’un million de personnes. Il avait été rebaptisé « Parfums d’Hiver » en 2008. La raison poussive exprimée par la mairie ? C’était pour « se démarquer de tous les marchés de Noël qui foisonnent désormais dans nos villes et nos villages. » Désormais la mairie socialiste a trouvé une autre dénomination, d’une beauté fulgurante : « Marché d’hiver ». Sans commentaires...

 

ERSTEIN (ALSACE) : LE MAIRE N’AURA PAS SA BELLE MOSQUÉE

 

Le maire d’Erstein, Jean-Marc Willer, conseiller régional socialiste, est malheureux. Il n’aura pas sa belle mosquée. Et pourtant, il n’avait pas ménagé sa peine, ni lésiné sur les manœuvres dilatoires et les mesures autoritaires pour imposer aux habitants de ce quartier résidentiel l’installation d’une mosquée et d’un centre culturel turcs. Contre l’opinion quasi unanime de ses administrés, le maire a voulu passer en force et avait délivré en octobre 2010 un permis de construire des plus hasardeux. Mal lui en a pris. L’énergumène socialiste et islamophile n’avait respecté ni les règles des Etablissements recevant du public (ERP), ni le Plan d’occupation du sol. Du coup, la Cour administrative d’appel de Nancy vient d’annuler le permis de construire, arguant notamment d’un manque manifeste de places de parking. Mais qu’à cela ne tienne. Le maire a accordé un nouveau permis à l’association turque qui avait déposé la demande. Par quel tour de passe-passe les parkings qui se révélaient insuffisants pour le premier permis seraient-ils suffisants pour le second ? La réponse, comme le note Jacques Cordonnier sur le blog Alsace d’Abord, relève du gag. Les Turcs ont découvert, un peu tardivement, qu’il y aura en fait moins de fidèles qu’ils ne l’avaient déclaré deux ans plus tôt. Il apparaît en effet qu’un musulman qui prie à genoux occupe plus de place qu’un fidèle qui prie debout. On divise la superficie de la pièce par la surface d’un tapis de prière, et hop, le nombre de personnes fréquentant la mosquée diminue d’un coup. Et le tour est joué… Sauf que l’avocat des indigènes, Me Bonneau, a déposé un nouveau recours, et qu’il n’est absolument pas certain que les magistrats acceptent d’être pris pour des imbéciles. En attendant, le maire (qui ne le restera pas longtemps, rassurez-vous), avait fait voter une subvention de 65 000 euros en faveur de l’association turque et le Conseil général du Bas-Rhin (supposé être de droite) avait accordé une misérable aumône de 30 000 euros. Raus ! (Dehors !)

 

SALAUDS D’ENFANTS !

 

Le Dictionnaire numérique des écoliers, qui comprend 17.000 définitions écrites et illustrées par des enfants de la grande section de maternelle au CM2, avait été lancé en septembre 2010 par la Direction générale de l’enseignement scolaire, dans le cadre du plan national contre l’illettrisme. Ce site sera « provisoirement fermé » dans l’attente d’une « révision » et de la « relecture et réécriture » de certaines définitions. Il est vrai que les crétins cosmoplanétaires du ministère avaient de quoi être choqués, d’autant que la vérité sort de la bouche des enfants. Exemples : « Une femme est une maman, une mamie ou une jeune fille. Elle peut porter des bijoux, des jupes ou des robes. Elle a de la poitrine. » Ou encore : « Le père est le mari de la maman. Sans lui la maman ne pourrait pas avoir d’enfants. C’est le chef de famille parce qu’il protège ses enfants et sa femme. » Quant au mot “mère”, un épouvantable enfant provocateur n’a pas hésité à écrire : « Ma mère repasse les affaires de toute la famille. »

 

SOCIALISTE ET NATIONAL-SOCIALISTE

 

Nisrine Zaïbi, 24 ans, est vice-présidente du conseil régional de Bourgogne. Elle est, paraît-il, issue de la “diversité” et est brillamment intervenue au congrès du parti national-socialiste, pardon, du parti socialiste, à Toulouse. Quelques minutes après le début de son intervention, elle a exprimé sa joie de « pouvoir s’exprimer au congrès du parti national-socialiste ». La pauvrette a tenté de se rattraper en disant combien elle avait « pleuré en voyant arriver Jean-Marie Le Pen en finale en 2002. » Dans la foulée, sans doute émue aux larmes par l’impeccable agencement des cohortes de SA et de SS, elle a commis un second lapsus, évoquant « notre président de la République, François Patriat ». Mais qui est François Patriat ? Eh bien, il s’agit du président de la région Bourgogne, où elle siège. Remarquez qu’elle aurait pu évoquer « notre président de la République, Adolf Hitler. » Nul doute que les ovations eussent été interminables…

 

HOLLANDE EST RIGOLO

 

Hollande n’a pas manqué d’adresser un mot de félicitations à Obama pour sa réélection. Histoire de témoigner de son intense amitié pour le président réélu, il a écrit au stylo le mot “friendly” à côté de sa signature. Problème : “Friendly” ne signifie pas, en anglais “amicalement” mais, accolé à la signature de Hollande, « sympathique François Hollande ». Du moment qu’il se trouve lui-même sympathique, pourquoi pas, après tout… En attendant, ça ironise sec sur Internet.

 

LA ROTTWEILER MORD

 

La première concubine de France a attaqué le livre La Frondeuse, qui a révélé sa relation supposée avec l’ex-ministre UMP Patrick Devedjian. Le procès devrait se tenir le 10 décembre devant la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris. La concubine réclame 85 000 euros de dommages et intérêts aux deux auteurs, Alix Bouilhaguet et Christophe Jakubyszyn : 40 000 euros pour atteinte à la vie privée, 40 000 euros pour diffamation (à la place de Devedjian, je n’apprécierai que modérément), et 5 000 euros pour frais de justice. Valérie Trierweiler a déjà fait savoir qu’en cas de victoire, elle reverserait les sommes à des associations. Lesquelles ? On l’ignore. Peut-être à l’Association de concubines de France ? Madame est vraiment trop bonne…

16:15 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

mardi, 13 novembre 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

P1020934.JPGRobert Spieler

RIVAROL N° 3068 du 09/11/2012

ABDELAZZIZ Al-cheik est le fort sympathique grand mufti d’Arabie Séoudite, pays que notre ami Yves Darchicourt appelle le « royaume chamelier ». Enfin, sympathique, c’est une façon de parler… Dans un prêche vomi il y a deux semaines sur le mont Arafat près de La Mecque à l’occasion du pèlerinage, il a vigoureusement appelé à la destruction de ce qui restait d’édifices religieux chrétiens dans toute la péninsule arabique.

 

APPEL À LA DESTRUCTION DES DERNIERS ÉDIFICES CHRÉTIENS EN ARABIE

 

Abdelaziz a rappelé ce que nous savions déjà : « La charia doit être la source unique de toute législation et elle s’applique à tous les aspects de la vie, en tout lieu et en tout temps. » Ces paroles, prononcées devant 2,5 millions de pèlerins n’ont évidemment pas été répercutées par les media français, d’autant que le prédicateur avait insisté sur la nécessité pour la « nation islamique » de s’ancrer dans son identité. Et en Egypte, quelles sont les dernières nouvelles ? « Nous imposerons la charia, que les chrétiens le veuillent ou non ». Ce sont les propos tenus sur la chaîne de télévision égyptienne Al-Rahma par le cheikh Alaa Said, qui au passage s’est allègrement moqué du Christ et a prévenu que l’islam allait s’imposer en Egypte envers et contre tous, ciblant notamment les journalistes laïcs égyptiens. « Il est temps que les Français apprennent l’arabe ». C’est le puissant conseil asséné aux Français par Montcef Marzouki, le président de la Tunisie islamiste, en marge du Sommet de la francophonie qui se tenait à Kinshasa (Congo). Interrogé par un journaliste de TV5Monde qui évoquait une Tunisie métamorphosée par l’arrivée des islamistes au pouvoir, et privilégiant l’emploi de la langue arabe à celle du français, il a dit : « Moi aussi je préfère la langue arabe », invitant les Français à l’apprendre…

 

DISPARITION D’UN RÉSISTANT

 

Luc Bellanger était un très cher ami. Il avait été un des piliers de l’organisation de la soupe au cochon de Strasbourg qui fit beaucoup de bruit et suscita des articles dans la presse internationale, russe, iranienne, japonaise, etc… Cet ancien officier du Corps franco-allemand, qui fit plusieurs séjours en Bosnie fut, à mes côtés, avec son épouse Judith, un des combattants déterminés de la résistance nationale et européenne en Alsace. Il était d’un formidable courage. Il y a quelques années, alors qu’il faisait ses courses dans un hypermarché, il assiste à un hold-up commis par deux “Jeunes” dans le bureau de poste de la galerie marchande. Il s’élance à leur poursuite, en rattrape un sur le parking et l’immobilise. Les vigiles interviennent et ramènent le “Jeune” dans le Centre. Une foule hostile, dont on devine l’origine ethnique, les entoure. Les vigiles le relâchent et il s’enfuit à nouveau. Luc Bellanger se lance à nouveau à sa poursuite, le maîtrise sur le parking et lui fait passer toute espérance de se relever de sitôt. Sur ces entrefaites, la police arrive enfin. Luc Bellanger sera décoré par le Préfet de la médaille du courage national. Il vient de nous quitter à l’âge de 59 ans. Il marche désormais en esprit dans nos rangs.

 

LE PEUPLE SE RÉVOLTE DANS LE NORD

 

C’est à Hellemmes, dans la banlieue de Lille, que la population a fini par se révolter contre l’implantation prochaine d’un « village d’insertion » pour des familles Rroms. Ce projet est bien entendu soutenu par le maire collabo, Frédéric Marchand. Deux cents manifestants ont marché sur la mairie, où ils ont fini par trouver le maire, planqué dans une salle communale. Ce dernier eut droit à un nombre assez considérable de noms d’oiseaux et fut invité à accueillir les Rroms dans son jardin et à aider les « vrais Hellemmois. » Le peu courageux petit bonhomme a hoqueté face aux caméras de France 3 : « J’ai failli me faire lapider ». Il a certes été lapidé de mots. Aucune pierre n’a encore volé. Pour l’instant, camarade Marchand, pour l’instant…

 

Spieler.jpg

REJET DE LA COLONISATION MUSULMANE

 

Un sondage IFOP réalisé pour Le Figaro montre une augmentation considérable du rejet de la colonisation musulmane dans l’opinion. 43 % des sondés considèrent que l’islam est une « menace ». 60 % pensent que cette religion a désormais « trop d’importance ». Il n’y a plus que 18 % des sondés qui se déclarent favorables à la construction de mosquées, alors qu’ils étaient 33 % en 1989. Pour le voile dans la rue, 63 % d’opposants (contre 31 % en 1989). Quant au voile à l’école, 89 % des sondés se déclarent clairement contre… Un début de prise de conscience ?

 

M6 PROMEUT LE “MARIAGE” HOMOSEXUEL

 

Une nouvelle série débute sur M6. Son titre : Modern Family. Elle fait la promotion d’un couple très sympathique ayant adopté une petite Vietnamienne. Un couple gay, of course. La présentation des personnages sur le site de M6 est des plus émouvantes : « Mitchell et Cameron sont ensemble depuis cinq ans. Ils viennent juste de sauter le pas en adoptant une petite fille de nationalité vietnamienne, Lily. Cameron a une sacrée personnalité et s’emballe très vite alors que Mitchell, lui, est le plus sérieux des deux. Chacun apporte quelque chose à l’autre et ils sont déjà des pères très doués… » C’est pas beau, çà ?

 

LE GRAND RABBIN HOMOPHOBE ?

 

C’est l’effrayante question que se pose le site du Monde. Question d’autant plus traumatisante que le grand rabbin de France avait été, avec son homologue bouddhiste, un des rares hauts dignitaires religieux à signer la déclaration contre l’homophobie à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie en 2011. Il avait même diffusé cette déclaration auprès de tous les rabbins consistoriaux. Cette déclaration solennelle condamnait notamment tout acte de violence verbale et physique à l’encontre des homosexuels. Bref, le rabbin avait tout fait pour complaire au système dominant. Patatras ! On se demande quelle mouche l’a piqué. Voici que le grand rabbin publie un essai violemment “homophobe”, usant de l’expression « cheval de Troie »à propos de l’homosexualité, accusant les militants homosexuels d’avoir pour objectif de « réaliser un ambitieux projet », la destruction pure et simple de la famille et du mariage, et de vouloir dynamiter les fondements hétérosexuels de notre société. A quoi tient ce changement radical de position ? On l’ignore, mais Le Monde fronce les sourcils, évoquant la “terreur” du rabbin face aux homosexuels.

 

SACRÉ CHIRAC…

 

Le grand athlète britannique Sebastian Coe, qui fut à la tête du comité d’organisation des JO de Londres, vient d’écrire sa biographie. Il raconte que Chirac avait commis une déclaration quelque peu hasardeuse sur la nourriture anglaise et avait sérieusement contribué à l’échec de la candidature de Paris. En 2005, quelques jours avant de se rendre à Singapour pour y défendre la candidature de Paris, il avait rencontré Vladimir Poutine et Gerhard Schroeder. Il leur avait déclaré en toute simplicité : « Vous ne pouvez pas vous fier à un peuple qui cuisine aussi mal que ça. » Fureur de Cherie Blair, l’épouse du Premier ministre britannique. Selon Sebastian Coe, elle se dirigea, lors d’une réception à Singapour, « comme la tête chercheuse d’un missile » vers la délégation française et se mit à hurler « comme un putois » à l’encontre de Chirac. Il paraît que ce dernier, très gêné, se retira avant même de tenter de convaincre des responsables du CIO de voter en faveur de la candidature de Paris…

 

LA CONVENTION IDENTITAIRE BOUDÉE PAR LES PARTIS EUROPÉENS

 

Le Bloc Identitaire organisait sa IVe Convention identitaire les samedi 3 et dimanche 4 novembre à Orange. Ils avaient annoncé la présence d’une délégation du Vlaams Belang flamand, du Fpoe autrichien et de Plataforma Catalunya. En fait aucun représentant de ces partis ne fut présent. La raison ? Marine Le Pen avait pris contact avec les Flamands et les Autrichiens, leur demandant instamment de ne pas s’y rendre. Elle mène aussi, par l’intermédiaire de son concubin Louis Aliot, une vigoureuse campagne contre le mouvement catalan Plataforma Catalunya accusé de vouloir s’implanter en Catalogne du nord, dans les Pyrénées-Orientales, et encore plus grave à ses yeux, d’abriter des “extrémistes” voire des “néo-nazis” en son sein. Le Bloc Identitaire, qui avait tenté de multiples approches auprès du FN et qui ne doute de rien, avait aussi invité Marion Le Pen, l’unique députée encartée au FN. Celle-ci a décliné l’invitation, affirmant ne pas avoir « de grandes affinités avec les Identitaires » supposés être « européistes et régionalistes. » Philippe Vardon, le numéro deux des Identitaires, mais sans doute le vrai “patron”, geint et se plaint de tant d’injustice, soutenant que si Marion Le Pen n’apprécie pas les Identitaires, ces derniers ont « plutôt de la sympathie pour elle et méritent certainement un peu mieux que ce commentaire tranchant. » Les dirigeants du Bloc adoreraient pouvoir coopérer avec le Rassemblement Bleu Marine dans la perspective des élections municipales de 2014. Mais Marine Le Pen a répondu, sans pitié, qu’à ses yeux « une telle hypothèse n’était pas d’actualité ». Il est, certes, très difficile de tenir un double langage : la radicalité d’un côté, la respectabilité de l’autre. Exemple : le bouillant Mario Borghezio, député de la Ligue du Nord (que Marine Le Pen n’aime pas, au demeurant), était présent, lui. Les participants se souviendront de son discours : « Il faut être avec les livres, les idées mais aussi avec le baston. Il faut bastonner quand il faut ! […] Un peuple c’est le sang, une ethnie, des traditions et nos ancêtres ! […] Vive les blancs en Europe ! Vive notre ethnie ! Vive notre race ! », a-t-il ainsi harangué sous les hourras de la salle. Par la suite il s’est référé à son « maître Julius Evola » et a indiqué qu’il faudrait aujourd’hui « un poète comme Brasillach » pour « s’enthousiasmer ». Gêne chez les dirigeants du Bloc. L’AFP a évidemment relayé l’information. Fureur de Fabrice Robert qui a interdit le lendemain l’entrée de la Convention au journaliste incriminé. Du coup, les autres journalistes se sont retirés. Brillant résultat… Le Bloc Identitaire, qui cherche désespérément à entrer dans le système, a cependant l’immense satisfaction de recueillir des commentaires des plus élogieux sur le site ultra-sioniste Dreuz.info. Mais en attendant, le député-maire d’Orange, Jacques Bompard, a lui aussi fait faux bond, alors que sa présence avait été tonitruée (pardon pour le néologisme) par le Bloc. Le président du Bloc Identitaire, Fabrice Robert qui fut un des dirigeants d’Unité Radicale, mouvement dissous suite à l’“attentat” contre Chirac, apprendra à ses dépens que les reptations ne servent à rien. Facho un jour, facho toujours…

 

LES COUACS À RÉPÉTITION D’AYRAULT

 

Ayrault commence sérieusement à acquérir, lentement mais sûrement, la réputation de Premier ministre le plus calamiteux et le plus gaffeur de la Vème République. Pire qu’Edith Cresson, ce qui n’est pas peu dire. Ayrault avait décidé de recadrer ses ministres qui se lançaient dans une joyeuse cacophonie, leur demandant de se maîtriser. Il déclarait martialement, mardi 30 octobre : « Je vous le dis, des fois que ça ne serait pas compris, mais maintenant ça l’est : c’est quelque chose qui ne peut pas se reproduire. Vous jugerez sur pièce. Je pense que ce temps-là, il est terminé (celui des couacs). » Les ministres tremblaient devant un ton aussi viril. Et boum, dans les heures qui suivent, voici Ayrault qui se prend les pieds dans le tapis. A un lecteur du Parisien qui l’interroge sur un possible retour aux 39 heures, et, bien sûr sur la remise en cause des sacro-saintes 35 heures, il répond candidement : « Il n’y a pas de sujet tabou ». Inutile de dire que certains ministres qui avaient été recadrés pour des déclarations jugées intempestives rient sous cape, que la gauche est très gênée aux entournures et que la droite parlementaire exulte. Un député socialiste ose même cette cruelle comparaison : « Ayrault, c’est Human Bomb. Il se fait sauter une fois par semaine. » Un autre soupire : « Il a été maladroit, et on se retrouve avec une nouvelle polémique, tout le monde en a un peu marre. » Le pauvre Ayrault n’a certainement pas fini de souffrir…

 

HOLLANDE ET AYRAULT : LA DESCENTE AUX ENFERS

 

Les cotes de confiance de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault tombent respectivement à 36 % et 34 %, selon un sondage TNS Sofres réalisé pour le compte du Figaro Magazine. Le Premier ministre s’approche dangereusement des 30 % d’opinions favorables, atteints par Edith Cresson, alors calamiteux Premier ministre de François Mitterrand en 1991, qui la remercia dix mois à peine après son entrée en fonctions. Problème de Hollande : Il est quasiment aussi impopulaire qu’Ayrault. Il n’y a que 5 % des Français à lui faire « tout à fait confiance ». Du coup la cohérence voudrait qu’il démissionnât lui-même en même temps que son Premier ministre. Est-ce raisonnable de l’espérer ? Certainement pas…

 

SÉGOLÈNE ROYAL LES MARTYRISE

 

Les photographes accrédités pour suivre le couple présidentiel l’ont noté avec amusement. Ségolène Royal ne manque pas une occasion de croiser François Hollande et Valérie Trierweiler lors de leurs déplacements. J’avais évoqué dans ces colonnes la pantalonnade de New-York, à l’ONU, où François Hollande avait rebroussé chemin au moment de pénétrer dans le hall où Ségolène accordait une interview à la presse. Cette dernière, sadique en diable, était aussi récemment sur le chemin de Hollande et du Rottweiler, lors de leur visite de l’exposition Edward Hopper au Grand Palais. Certains, forcément paranoïaques, évoquent l’hypothèse que Ségolène Royal pourrait être renseignée sur les déplacements du couple présidentiel…

 

Chaque vendredi, retrouvez la chronique de Robert Spieler dans Rivarol...

22:57 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

vendredi, 09 novembre 2012

Tous à la 6e Journée de Synthèse nationale dimanche 11 novembre à Paris !

6 JNI Spieler Robert.jpg

 

SN 6 JNI Programme Flyer.jpg

15:45 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

A l'occasion de la 6e Journée de Synthèse nationale : EDITION D'UN OUVRAGE COLLECTIF CONSACRE A LA CRISE ET A "L'AUTRE EUROPE"...

Autre Europe.jpg

Depuis septembre 2008 une crise, sans doute aussi grave que celle de 1929, asphyxie l’Europe. La France n’échappe pas à cette situation de plus en plus préoccupante. Aucun gouvernement, ni aucun parti du Système, ne semble capable d’apporter des solutions efficaces pour sortir de ce marasme. Les peuples européens ne croient plus en leurs dirigeants, pire encore, ils ne croient plus dans leur avenir…

En réalité, cette crise remonte à beaucoup plus longtemps. Depuis une soixantaine d’années, l’Europe que l’on nous propose, ou plutôt que l’on nous impose, n’est qu’un ersatz imaginé et réalisé par des technocrates serviles, dénués de toutes conscience nationale ou identitaire, dont la seule raison d’être est de servir, sur notre continent, les intérêts de l’hyper-classe mondialiste. Ils ont livré l’Europe, et les nations qui la composent, au bon vouloir des prédateurs de la Goldman & Sachs et autres banques apatrides…

Alors, un autre destin pour l’Europe est-il possible ? Certainement, mais celle-ci devra vite rompre avec les carcans qui lui sont jusqu’à présent imposés. Tout est une question de volonté.

Ce livre n’a pas, loin s’en faut, la prétention d’être ni un programme ni un quelconque manifeste. Nous avons interrogé une trentaine de personnalités (politiques, écrivains, journalistes, responsables associatifs…) françaises ou européennes qui ont toutes un point commun : l’amour de la civilisation européenne. Chacune d’entre elles, avec ses références et sa sensibilité, a répondu à nos questions. Ces réponses peuvent sembler parfois paradoxales.Il en découle cependant une certitude : la fin de notre civilisation et de notre identité ne sont pas une fatalité.

Cette enquête pour une autre Europe a la volonté d’ouvrir des pistes nouvelles, des pistes aussi éloignées les unes que les autres du libéralisme et du socialisme…

Liste des contributeurs :

Franck Abed, écrivain, Gabriele Adinolfi, écrivain (Rome), Serge Ayoub, Président de Troisième voie, Lionel Baland, journaliste (Liège), Francis Bergeron, écrivain, Thibaut de Chassey, Président du Renouveau français, Pierre Descaves, ancien député, Georges Feltin-Tracol, écrivain, André Gandillon, rédacteur en chef de Militant, Nicolas Gauthier, journaliste, Olivier Grimaldi, Président du Cercle franco-hispanique, Pieter Kerstens, chef d’entreprise (Bruxelles), Pierre Le Vigan, écrivain, Patrick Parment, journaliste, Luc Pécharman, membre du Bureau de la Nouvelle Droite Populaire, Martin Peltier, journaliste, Dr Bernard Plouvier, écrivain, essayiste, Philippe Randa, écrivain, Enrique Ravello, responsable de Plataforme pour la Catalogne (Barcelone), Alain Renault, ancien secrétaire général du Front national, Jean-Claude Rolinat, écrivain, Marc Rousset, économiste, Gilbert Sincyr, ancien président du GRECE, Robert Spieler, ancien député, Hervé Van Laethem, membre de la direction de Nation (Bruxelles), Pierre Vial, Président de Terre et peuple, Gabor Vona, Président de Jobbik (Budapest) et un texte en annexe de Bruno Mégret, fondateur du MNR...

Face à la crise : une autre Europe, enquête, Editions Les Bouquins de Synthèse nationale, 18 € (+ 3€ de port), 166 pages, novembre 2012.

Bulletin de commande cliquez ici

15:44 Publié dans Livre | Lien permanent | |  Facebook

mardi, 06 novembre 2012

Chronique de la France asservie et résistante...

3350149693.jpgRobert Spieler

RIVAROL N° 3067 du 02/11/2012

 

NICOLAS Sarkozy a raconté, lors de sa récente conférence à New-York qu’il « aspirait à une nouvelle vie ». Ce Pinocchio national n’a pas hésité à prendre des airs graves, lors de son intervention, financée par une banque brésilienne.

 

QUEL PINOCCHIO, CE SARKOZY !

 

Sarkozy, lors de son intervention de cinquante minutes, consacrée à la crise européenne, a dit des choses importantes. Il a déclaré, à jeun (important de le préciser) : « Je vais vous dire quelque chose qui est une confidence. La politique, c’est très dur parce qu’on est attaqué à chaque instant et en même temps, c’est un grand honneur ». Viel Feind, viel Ehre (Beaucoup d’ennemis, beaucoup d’honneur) : Georg von Frunsberg, le « père des lansquenets », prononça ces mots lors de la Bataille de Vicence (1513). Mais Sarkozy ne connaît sans doute pas Georg von Frunsberg, pas davantage qu’il ne connaît La princesse de Clèves. Très en verve, normal, puisqu’il a perçu près de 100.000 euros pour son intervention de 45 minutes, il a dit : « Je m’appelle Sarkozy (important de le préciser), un nom pas très français (ça va, on le savait…). Je n’ai jamais bu une goutte d’alcool de ma vie, en France ! Et les Français m’ont élu président ! (quel intérêt, ce genre de propos. Pour complaire au mormon Mitt Romney ?) » Il fait cependant bien de préciser qu’il n’a jamais bu une goutte d’alcool en France (si tant est que cela soit vrai), car on se souvient de cette scène hilarante qui avait fait le tour d’internet. Il y a cinq ans, Sarkozy avait rencontré Poutine, en Russie. Poutine, qui tient le choc, question vodka, avait fait boire Sarkozy, plus que de raison. Ce dernier tint absolument à s’adresser aux journalistes, ce qui donna lieu à une scène d’anthologie dans le registre éthylique. Mais revenons à son intervention à New-York. Sarkozy y a asséné ces puissantes paroles : « Vous savez, moi, ce que j’aime, ce n’est pas la politique. Ce que j’aime, c’est faire. Faire dans la politique ou faire ailleurs. » Quand tout le monde sait que Sarkozy ne rêve que de revenir sur le devant de la scène politique, on se dit que ce personnage est vraiment un Pinocchio d’anthologie.

 

SARKOZY EN TÊTE D’AFFICHE

 

Pour lancer son site de rencontres extraconjugales en France, une société américaine, Ashley Madison, lance une campagne publicitaire où l’on voit les photos de François Mitterrand, de Jacques Chirac, de François Hollande et de Nicolas Sarkozy. Tous estampillés d’une marque posée par un baiser rouge, très rouge à lèvre… Il n’est pas certain qu’ils apprécient. L’affiche a, certes, été refusée par tous les afficheurs de France, mais elle trône en divers endroits de Paris, où de grandes bâches de 3m sur 6 sont tendues. Noël Biderman, 41 ans, le créateur d’Ashley Madison, avait déjà mené quelques campagnes tonitruantes et irrévérencieuses, mettant en scène Silvio Berlusconi en Italie ou Mitt Romney aux Etats-Unis. La responsable de la campagne, en France, se montre sereine, face à d’éventuelles poursuites. Elle estime qu’il y a « une véritable culture de l’infidélité en France ». Elle s’attend cependant à avoir quelques problèmes en Belgique où une affiche similaire présentera une photo du roi Albert II. Il paraît qu’en Belgique, le crime de lèse-majesté existe toujours. Avec un peu de chance, elle sera guillotinée…

 

L’ASSISTANTE DE JULIEN DRAY BRAQUE UNE BIJOUTERIE

 

La police a révélé qu’une attachée parlementaire socialiste, Samira Zaoui, assistante du socialiste Julien Dray, avait braqué à main armée une bijouterie de Lorient, le 11 février dernier. En 17 minutes, entre deux sessions parlementaires, après avoir ligoté les employés de la bijouterie De Thoury-Le Bec de Lorient, Samira Zaoui et ses complices, des repris de justice multirécidivistes, dont son concubin, trafiquant de drogue, ont dérobé plusieurs centaines de milliers d’euros de montres et bijoux. On connaît l’appétence de Julien Dray pour les montres de luxe. Y a-t-il un lien de cause à effet ? Nous l’ignorons…

 

POUR LE FOLL, LES FEMMES SONT DES DÉBILES

 

Le brillant ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, que personne ne connaît, on se demandait pourquoi, participait à un séminaire de sensibilisation au sexisme, que doivent suivre tous les membres du gouvernement (authentique !). Ils ont droit à des formations individuelles de 45 minutes menées par Catherine De Haas, ancienne de l’association Osez le Féminisme, aujourd’hui conseillère de la ministre des Droits des femmes. On y montre des publicités et des campagnes gouvernementales passées qui véhiculent des stéréotypes sexistes. Le Foll a plus que brillamment assimilé la leçon. Il vient de déclarer, au sortir de sa formation : « J’ai tenté de promouvoir les femmes au maximum, bien que nos dossiers soient très techniques. » En d’autres termes, les femmes ne sont pas très futées pour suivre des dossiers un peu complexes. Hurlements de rire, comme on l’imagine (surtout chez ses amis socialistes, car ils s’adorent entre eux). Le Foll s’est mis derechef à geindre et à prendre des airs malheureux devant tant de méchanceté. Il pleurniche : « J’ai pris le temps de faire cette formation et j’ai fait en sorte d’avoir lemaximum de femmes dans mon cabinet. » Il explique que malheureusement, pour la production animale, c’est un homme qui a été recruté dans son cabinet. Il n’avait pas trouvé de femme. Le pauvre devrait pourtant savoir ce que nul n’ignore depuis la plus haute Antiquité : les femmes n’ont aucune compétence dans le domaine de la production animale…

 

ÇA CAFOUILLE SÉVÈREMENT AU PARLEMENT

 

Les « textes fondateurs » du « changement » n’attendaient que la victoire de François Hollande pour être votés. C’est ce que déclarait, avant l’élection, Jean-Marc Ayrault. En fait, cinq mois après l’arrivée de la gauche au pouvoir, quasiment aucun texte n’a été voté. La loi Duflot, concernant la construction de 500.000 logements par an ? Annulée par le Conseil constitutionnel.

La régulation des tarifs de gaz et d’électricité ? Bloquée au Sénat où le groupe communiste a déposé une motion d’irrecevabilité. On pourrait multiplier les exemples d’amateurisme qui caractérisent la gouvernance socialiste. L’exemple de la loi Duflot est particulièrement significatif.

Le délai entre l’adoption du texte en Conseil des ministres n’a pas été respecté. Pire, le texte est arrivé en séance au Sénat avant que la commission ait pu se pencher sur ses articles. Conséquence : la droite a déposé un recours devant le Conseil constitutionnel, et avait la certitude d’aboutir à l’annulation du texte, pour non-respect de la procédure parlementaire. En attendant, Jean-Marc Ayrault a tenté de prendre les devants, annonçant lui-même l’annulation de la loi Duflot par le Conseil constitutionnel, avant même que celui-ci ne se soit réuni. Le président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, n’a apprécié que modérément. Ce n’était évidemment pas à l’exécutif d’annoncer une décision qui n’avait pas encore été prise. La séparation des pouvoirs reste encore une réalité en France. Roger Karoutchi, sénateur UMP à l’origine du recours s’est empressé d’ironiser : « J’ignorais que le Conseil constitutionnel avait désigné le Premier ministre comme porte-parole. » Les commentaires, au sein même du camp majoritaire, sont cruels. Un ministre l’exprime : « Il y a une légèreté qui va laisser une impression d’amateurisme. » Ayrault, qui a été amené à mettre la pression sur certains de ses ministres, auteurs de bourdes à répétition, s’attire les lazzis : « S’est-il appelé lui-même pour s’engueuler ? », se demande un membre d’un cabinet ministériel. Pas bon, pas bon du tout quand on en vient à entrer en dissension avec soi-même… En général, ça finit mal, aux urgences à Charenton…

 

Spieler.jpg

 

 

DIEUDONNÉ EST INSOLENT, EN PRISON !

 

20 jours de prison ferme requis contre Dieudonné, qui était traduit devant la 17e chambre correctionnelle. Son crime : sa chanson Shoananas (voir RIVAROL de la semaine dernière). Les plaignants : la LICRA, SOS-Racisme et l’UEJF (Union des étudiants juifs de France). Il est vrai que sa chanson a pu heurter des âmes sensibles, en proie à des souffrances éternelles. La salle, comble, était, paraît-il, acquise à la cause de l’ananas. Dieudonné, jamais avare d’une provocation, avait cité Illich Ramirez Sanchez, alias Carlos, comme témoin de moralité.

Il prétend que Carlos a écrit les paroles de la chanson. Nul n’est évidemment forcé de le croire. La salle, paraît-il, était hilare. Elle explosa de rire, de quintes de toux, de ronflements, de pets, durant la plaidoirie de la partie civile, larmoyante au possible, ce qui amena le juge à menacer Dieudo et ses amis de la solution finale, c’est-à-dire l’évacuation de la salle et la poursuite du procès à huis-clos. Dieu merci, il n’en fut rien. Les avocats de la partie civile, traumatisés par tant de haine, quittèrent cependant la salle, quand l’avocat de Dieudonné affirma qu’il existait bien des escrocs juifs, tels Madoff, Lehman Brothers, Goldman Sachs, etc… Incroyable, nous l’ignorions…

 

UNE NOUVELLE MODE EN ISRAËL

 

Il y a une nouvelle mode en Israël, et nulle part ailleurs, qui consiste chez certains jeunes Israéliens à reproduire sur leur peau les tatouages de leurs grands-parents qui avaient été déportés en Allemagne. Que du bon goût… Imaginons une seconde les couinements qu’engendrerait en France la mode du tatouage des groupes sanguins. Car il n’y avait, en ces heures sombres de l’Histoire, pas que les déportés qui étaient tatoués. Les Waffen SS, et notamment ceux de la division française Charlemagne l’étaient aussi.

 

UN MITRÉ “SCANDALISÉ”

 

L’évêque de Bourges, Monsieur Armand Maillard, se déclare « scandalisé » par les nombreux courriers de fidèles, s’inquiétant de la transformation d’une église de son diocèse, celle de Vierzon, en mosquée. Monsieur Maillard a de vraies raisons de s’inquiéter. Et comme il est héroïque, tendance collabo, il monte au créneau. Sa grande inquiétude du moment est l’ouvertured’un lycée technique par les traditionalistes de la Fraternité-Saint-Pie X, dont les lycées obtiennent 99 % de réussite au bac. Inquiétant, en effet…

 

DARWIN ÉTAIT JUIF. EINSTEIN MANGEAIT DU SAVON

 

Ce qui est formidable avec les déments, c’est qu’ils n’ont aucune limite. Des Turcs font fort, très fort, dans le délire. Dans des manuels scolaires, on apprend ainsi que le père de l’évolutionnisme « avait deux problèmes : premièrement, il était juif ; deuxièmement, il haïssait son front proéminent, son grand nez et ses dents difformes. » Albert Einstein, quant à lui, était « sale et négligé et il mangeait du savon » (???). Les auteurs du livre savent trouver les arguments qui portent. Imaginez-vous, écrivent-ils, qu’il mangeait du savon alors que « pendant cette même période, la Gestapo mettait des juifs dans des fours et les transformait en savon. » Terrifiant, en effet…

 

UNE ÉLUE UMP DISCRÈTEMENT CONDAMNÉE

 

Un partout. La balle au centre. On connaissait déjà l’affaire Lamblin, cette adjointe au maire écologiste du XIIIe arrondissement de Paris, lourdement soupçonnée de blanchiment d’argent et de trafic de drogue. La “droite” avait exigé sa démission immédiate, ce qui fut fait. La gauche parisienne faisait profil bas, très bas. Pas longtemps. On apprend, avec plus d’un an de retard, qu’une conseillère UMP de Paris, Roxane Decorte, a été condamnée en 2011 à 4 mois de prison avec sursis pour avoir détourné des fonds d’une association d’aide aux personnes âgées dont elle était présidente à titre bénévole. L’affaire, qui était restée parfaitement planquée, grâce à la procédure du « plaider coupable », qui assure la plus grande discrétion, vient d’être révélée par le Canard enchaîné. Du coup, le groupe PCF-PG du Conseil de Paris s’en donne à cœur joie, exigeant la démission de Roxane Decorte, à l’instar de celle de Florence Lamblin. Curieusement le groupe socialiste et les Verts, qui se sentent sans doute quelque peu bréneux, se murent dans un silence d’une dignité presque émouvante.

 

“ARNAUD MONTEBOURG, CET ABRUTI MENTAL, CE DÉBILE”

 

Jean-Claude Debart est le président de Mitsubishi France. Il y a quelques jours, lors de la présentation d’un nouveau modèle, à des journalistes, il s’est lâché à propos d’Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, concubin d’Audrey Pulvar, qu’il accuse de ne pas connaître ses dossiers dans le domaine de l’industrie automobile. Il l’a derechef traité d’ « abruti mental » et de « débile ». La vérité sort, paraît-il de la bouche des enfants, mais peut-être aussi de ce grand enfant qu’est sans doute Jean-Claude Debart…

 

LANCE ARMSTRONG, UN ESCROC

 

Le coureur cycliste américain, Lance Armstrong, vient d’être déchu de ses sept titres sur le Tour de France (voir article de Léon Camus page 6). Il avait organisé le système de dopage le plus sophistiqué jamais mis à jour. J’avais dénoncé dans RIVAROL l’absolue impossibilité, sur le plan physique, d’atteindre, sans dopage massif, les performances atteintes par certains coureurs, notamment dans les épreuves de montagne. Lance Armstrong a en fait été balancé par ses comparses. Christian Prudhomme, directeur du Tour, n’hésite pas à dire : « On est dans un système mafieux, au-delà du dopage et même du sport. » Lâché par tous ses sponsors, l’Américain, dont la fortune personnelle est estimée à 96 millions d’euros, va sans doute devoir rembourser les modestes 2,95 millions gagnés lors de ses Tours de France. Par ailleurs, il pourrait aussi devoir rembourser les 5,8 millions gagnés dans des paris en 1996, où il avait parié sur ses victoires dans le Tour. Quant au Sunday Times, qui avait déjà accusé Lance Armstrong de dopage en 2006, et avait été condamné à lui verser 740.000 euros, il a annoncé qu’il poursuivait Lance Armstrong pour fraude. Ses sponsors, tels Nike, Trek, Anheuser-Busch se retirent les uns après les autres. Le coureur dopé risque-t-il la prison ? Oui, car le parjure est très sévèrement réprimé par la justice américaine. Or Lance Armstrong a menti, durant une décennie, comme un arracheur de dents…


Retrouvez la chronique de Robert Spieler chaque vendredi dans Rivarol (3,50 E, chez votre marchand de journaux).

11:47 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook