Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 mars 2013

Chronique de la France asservie et résistante...

4257590052.jpgRobert Spieler

RIVAROL

N° 3083 du 1er mars 2013

IL EXISTE, Dieu merci, des secteurs qui ne connaissent pas la crise. Des associations se portent bien, merci pour elles. C’est Nicolas Gauthier, qui relaie les chiffres  époustouflants du site Le cri du contribuable, qui nous le raconte sournoisement. 

LE LOBBY HOMOSEXUEL SE GOINFRE


Ainsi Act-Up, qui dispose d’une force assez considérable de 150 adhérents, perçoit en moyenne plus de 200 000 euros par an. Soit 1 500 euros par membre. L’association SOS-Homophobie ne touche qu’une misère : 12 000 euros par an, avec, il est vrai, quelques petites facilités logistiques. Elle a certes perdu l’agrément du ministère de l’Education nationale, mais continue, comme si de rien n’était, à mener sa propagande dans les écoles : 533 établissements scolaires visités de 2011 à 2012. Le Réseau d’assistance aux victimes d’agressions et de discriminations, très centré sur “l’homophobie” court aussi les estrades. La Mairie de Paris, quant à elle, est d’une folle générosité de folle : le Paris football gay empoche 40 000 euros annuels… Mais Bertrand Delanoë ne s’intéresse pas qu’aux garçons. Les filles, enfin certaines, ont aussi droit à ses largesses. Ainsi Caroline Fourest a pompé 12 000 euros pour aider sa revue Prochoix, dont la dernière édition remonte à novembre 2011. Ces gens-là s’intéressent au cinéma. C’est leur droit, sauf que le contribuable en est de 23 000 euros pour subventionner le Festival du film gay, lesbien, bi et trans. Quant au festival du Film lesbien Cinnefable, le machin a droit à une aide de 4 000 euros. Oui, mais que se passe-t-il si Delanoë se trouve pris d’un petit prurit de pingrerie ? Pas grave. Le Conseil régional d’Île-de-France met la main à la poche du contribuable. Un collectif destiné à améliorer la « visibilité des transsexuels », a perçu quelque 25 000 euros. Que du bonheur !

Spieler 1.jpg

FONCTIONNAIRE À L’ASSEMBLÉE NATIONALE ? 7 800 EUROS PAR MOIS !

Les 1250 fonctionnaires de l’Assemblée nationale sont des gens heureux. Ils perçoivent en moyenne 7 800 euros brut mensuels, grâce aux primes de nuit. Ceux qui ne travaillent qu’en journée, les malheureux, bénéficient aussi des primes de nuit, allez savoir pourquoi. Leur rémunération est trois fois supérieure à celle de la fonction publique… Les 24 plus hauts revenus atteignent une moyenne mensuelle de 17 500 euros. Deux dépassent même 20 000 euros, davantage que le Président de la République (15 000) ou un ministre (10 000). Mais y-a-t-il le moindre contrôle ? La dernière fois que la Cour des comptes  s’était penchée sur le sujet (en 2008), ça s’était mal fini. Les auditeurs de la Cour avaient été littéralement virés de l’Assemblée…

LE FN, ENFIN UN PARTI NORMAL


Alain Friederich, militant frontiste mosellan, qui fut suppléant de Florian Philippot aux élections législatives en Moselle, vient d’annoncer sa démission du parti à qui il reproche une ligne « trop molle ». Florian Philippot, qui est vice-président du FN, a sobrement commenté : « En le perdant hier, j’ai fait deux adhésions. Parce que ça débloque, ça fait sauter les verrous. C’est ça qui est intéressant. » Mais à force de faire sauter les verrous, le navire ne finira-t-il pas par prendre l’eau et s’échouer ? Philippot, disert en diable, explique, l’air grave : « Tous ceux qui veulent pousser le parti vers je ne sais quel extrême, ils savent maintenant — le signal est très clair — qu’ils n’ont plus de place dans ce parti. » Et il ajoute : « Et ça c’est une grande chance parce que nous, on veut des vrais amoureux de la France, des vrais patriotes ». Des vrais amoureux ou… de vraies amoureuses.  

L’ANTIRACISME ? QUELLE PLAISANTERIE !


Toutes les limites du ridicule semblaient avoir été atteintes. Eh bien, pas du tout. Nos lecteurs qui s’intéressent à l’astronomie et à la physique connaissent les termes « matière noire » et « énergie noire », utilisées depuis des années dans le domaine scientifique. En astrophysique, la matière noire (ou matière sombre), traduction de l’anglais dark matter, désigne une catégorie de matière hypothétique jusqu’à présent non détectée, invoquée pour rendre compte d’observations, notamment les estimations de masse des galaxies, des amas de galaxies et les propriétés des fluctuations du fond cosmologique. La sixième chambre du tribunal de Paris va devoir, à la demande d’organisations antiracistes, se pencher sur le problème. Pensez… Ces termes « prolongent (douloureusement) une stigmatisation qui ne dit pas son nom… » Le propos du porte-parole des associations antiracistes est à mourir de rire : « L’astronomie doit faire son mea-culpa. On ne sait quasiment rien de ces énergies ou matières, on leur attribue une couleur, sans même penser aux conséquences que cela implique. » Et puis, lisez cette chute grandiose : « Cette dénomination porte en elle un jugement de valeur discriminant qui nous renvoie aux heures les plus sombres de l’histoire. » C’est pas beau, ça ?


LE SANG COULE, À PARIS, À L’UMP


Excellente formule de Nicolas Gauthier : « Nathalie Kosciusko-Morizet, dinde de droite se voulant branchée, n’a d’autre idéal que celui consistant à se faire adouber par des buses de gauche, aux yeux desquels elle sera toujours assez tartignole, mais jamais assez de gauche ». Un déjeuner récent, en présence d’élus parisiens, dont Rachida Dati et Claude Goasguen, s’est très mal passé. Rachida Dati, maire du VIIe arrondissement, et Nathalie Kosciusko-Morizet sont toutes les deux candidates aux primaires à droite, à Paris. NKM bénéficie du soutien de Goasguen, de Hortefeux et de Bernard Debré qui sulfatent Dati d’importance, avec des arguments pas toujours très élégants. Lors d’un récent déjeuner, Goasguen, maire du XVIe arrondissement, accessoirement ancien d’Occident et ultra-sioniste, lui a asséné : « Ne ramène pas dans la capitale tes moeurs du 9-3 ». On ne saurait être plus ignominieusement méprisant. Rachida Dati, qui a certes des défauts, mais « qui en a », lui a répliqué du tac au tac : « Tu te prends pour quoi pour me parler sur ce ton ? Tu t’y crois autorisé parce que j’ai refusé de coucher avec toi ? » Ambiance… Depuis, Goasguen s’est excusé auprès du département de Seine-Saint Denis, qui paraît-il, est un “beau” département. Brice Hortefeux a droit quant à lui au surnom de « Papa Sarkozy m’a dit », allusion au surnom donné au fils de François Mitterrand (Papamadit), Jean-Christophe, quand il s’occupait de l’Afrique sous la présidence de son père. Une Afrique qui lui valut de multiples déboires judiciaires… Quant à Bernard Debré, il a droit aussi à son petit recadrage : « Il m’insulte matin, midi et soir. Lui, ça le gêne que je puisse avoir transgressé (sic !), être partie d’une condition sociale et avoir accédé à une autre… » La droite n’a aucune chance de l’emporter, dans ces conditions, à Paris. Et alors ? On s’en fiche. Quelle différence ? Quelle différence entre ces zozos de gauche ou de droite ?

Spieler 2.jpg

IL FRAPPE UN PROCUREUR AVEC UN CORAN, PUIS MORD “SÉVÈREMENT” UN POLICIER

Il s’en passe de drôles au tribunal de grande instance de Cusset (Allier). Le 19 février, au petit matin, un homme qui se présente comme avocat, insiste pour entrer dans l’enceinte du tribunal. Malgré le refus raciste des gardiens, il arrive à pénétrer dans la salle des pas perdus. Le procureur, tout nimbé de son autorité, arrive enfin sur place, intimant l’ordre à l’individu de partir. On imagine la scène… Oui, mais l’intrus n’a aucune intention d’obtempérer. Il sort un Coran de son sac et tente d’assommer le magistrat. Il prend ensuite la fuite. Arrêté par des employés du tribunal, il trouve encore le moyen de mordre “sévèrement” un policier avant d’être placé en garde à vue et hospitalisé d’office en psychiatrie.

DU CÔTÉ DE L’AMÉRIQUE DÉGÉNÉRÉE

Il s’appelait John Alleman. Il était âgé de 52 ans. Il était la mascotte d’un célèbre fast-food de Las Vegas, le HeartAttack Grill. Le restaurant se targue de vendre les burgers les plus caloriques du monde, dont un quadruple sandwich de 9928 calories. Son slogan ? : « Leur goût vaut le coup d’en mourir ». John Alleman venait y manger chaque jour, même à Noël. Le patron du restaurant explique : « Il vivait, mangeait et respirait le HeartAttack Grill ». John Alleman était devenu en quelque sorte le « porte-parole officieux » de ce temple de la mal-bouffe. Il en est mort, il y a quelques jours. Le premier “porte-parole” de cet antre, Blair River, 29 ans, avait lui, trépassé d’une pneumonie, il y a deux ans. Il ne pesait, il est vrai, que 261 kilos. En 2011, à deux mois d’intervalle, deux clients avaient été victimes de « problèmes cardiaques » alors qu’ils se bâfraient de hamburgers.

DES HOSTIES BIENTÔT EN PROMOTION ?

Les braves soeurs de la Visitation n’en peuvent plus. Leurs hosties sont victimes de la concurrence internationale et du mondialisme. La concurrence des Italiens, des Espagnols et même des Américains, est féroce. La mère supérieure s’est confiée à La Dépêche du midi : « Pendant longtemps, cela nous suffisait pour vivre, mais aujourd’hui le compte n’y est plus. » Il est vrai que la flambée du cours de la farine (+30 %) n’a pas facilité les choses. En cinq ans, le prix du sachet de mille hosties est passé de 11,30 euros à 20,59. Du coup, les hosties ne sont plus concurrentielles. Pour l’instant, on n’évoque pas d’hosties made in China, mais ça viendra forcément. Les petites soeurs tentent de résister en faisant appel à la qualité. Pour une fournée, 20 kg de farine de blé et 21 litres d’eau. Le contrôle qualité est intransigeant : « On ne garde que celles qui sont bien rondes. Le rebut est donné à des éleveurs pour nourrir leurs bêtes »…

“L’ARABE EST UNE LANGUE COMMUNE POUR LES FRANÇAIS”

Jean-Luc Mélenchon pense et voyage. Il revient de Tunisie et s’enthousiasme pour l’« écosocialisme méditerranéen ». On ne sait fichtrement rien de ce qu’est l’écosocialisme méditerranéen, mais cela n’a aucune importance. C’est à priori beau comme de l’Antique. Plutôt que l’axe franco-allemand, Mélenchon préfère l’axe franco-arabe qui, paraît-il, véhicule « deux langues communes, un usage commun ». D’abord la langue française, on s’en doutait. Et puis, la langue arabe, on s’en doutait aussi. « C’est la vie aujourd’hui en France », conclut-il. Un de ces jours, on lui fera une explication de texte quant à la France et à son identité et on le renverra juché sur un camélidé, goudron et plumes et tutti quanti, vers ces terres qu’il semble tant aimer…

TANZANIE : ENCORE UN ENFANT ALBINOS AMPUTÉ

Les attaques contre des albinos, en vue de pratiques de sorcellerie, se poursuivent en Tanzanie. En l’espace de quelques jours, deux attaques de ce type viennent d’avoir lieu. Un petit garçon de sept ans, Mwigulu Magessa, s’est vu amputé d’une main. Une mère de famille, Maria Chambanenge, 39 ans, y a perdu un bras.

DSK ET LA PETITE-FILLE DU RABBIN

Marcela Yacub, juriste, philosophe et accessoirement petite-fille de rabbin raconte dans un livre torride qui vient de paraître (« Belle et bête », Ed. Stock) sa relation amoureuse de sept mois avec DSK, au lendemain de l’affaire du Sofitel. Elle qualifie l’ancien directeur du FMI d’« être double, mi-homme, mi-cochon. » A l’extrême fureur de DSK et d’Anne Sainclair, le phare de la pensée intellectuelle française, le Nouvel Observateur, a publié plusieurs extraits du livre (voir l’article de Léon Camus et la chronique d’Hannibal). Certes non pour surfer sur le scandale. Pas du tout. Il paraît, si l’on en croit le patron du Nouvel Obs, qu’il s’agit d’un livre de grande qualité. Il n’y a évidemment que les imbéciles pour se sentir obligés de le croire… Marcela Yacub, qui semble s’y connaître en hommes et en cochons, a cette réflexion profonde : « Ce qu’il y a de créatif, d’artistique chez Dominique Strauss-Kahn appartient au cochon et non pas à l’homme. L’homme est affreux, le cochon est merveilleux. » Les lecteurs de RIVAROL sauront apprécier la puissance littéraire du texte en lisant ces quelques lignes consacrées par Yacub à l’affaire du Sofitel : « C’est un cochon qui prend une femme de chambre pour Catherine Deneuve dans Belle de jour. » Evoquant les personnes mises en examen, elle écrit : « Tu aimes bien ces pauvres diables qui cherchent à te contenter. Tu aimais bien qu’ils paient tout… » DSK, qui est, comme nul ne l’ignore, un être profondément sensible, s’est dit « saisi de dégoût à l’égard d’une publication commerciale et crapoteuse. » Dans une lettre (de dénonciation) envoyée au fondateur du Nouvel Obs, Jean Daniel, il couine, se disant « saisi par le dégoût », d’abord par « celui que provoque le comportement d’une femme qui séduit pour écrire un livre, se prévalant de sentiments amoureux pour les exploiter financièrement. » Anne Sinclair vient, quant à elle, à la rescousse de son cochon, évoquant « la manoeuvre d’une femme perverse et malhonnête ». Ces gens-là sont vraiment trop drôles…

00:00 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.