Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 26 mars 2013

Chronique de la France asservie et résistante...

P1020980.JPGRobert SPIELER

RIVAROL

N° 3086 du 22 mars 2013

PÉPÈRE s’en était allé sur les routes de France et de Bourgogne. Histoire de redorer quelque peu son blason fort défraîchi, ces derniers temps. Il prétendait vouloir prendre le pouls des Français. Il a été servi...

 

PÉPÈRE FAIT UN FLOP

 

Comme nous le savons, “Pépère” est le surnom qui lui est donné par certains de ses collaborateurs élyséens. Dans un discours en Côte-d’Or, il a pris le costume de Monsieur « petites blagues » en évoquant l’éradication de la tuberculose bovine. Dans la salle, un participant lui avait suggéré d’éradiquer aussi les “blaireaux”. Le “blaireau” est, selon le dictionnaire un « individu conformiste, borné, niais. » Hollande a réagi avec cette réplique qui se voulait pleine d’humour : « Oui les blaireaux aussi, mais ça, il n’y a pas qu’ici, c’est une charge nationale ». Hollande ne croit pas si bien dire. Des blaireaux, il y en a même au sommet de l’État... En visite à Dijon, il a eu droit à un bain de foule entaché par plusieurs incidents. L’une des personnes présentes s’est montrée virulente, l’apostrophant : « Elles sont où vos promesses, monsieur Hollande. Elles sont où ? », avant d’être expulsé sans ménagement par le service d’ordre. Une femme, à qui Hollande proposait de poser à ses côtés lui a dit : « Non, pas de photo, On vous voit assez à la télé. » Un peu plus tard, une femme l’a apostrophé pour lui expliquer qu’elle n’appréciait pas Valérie Trierweiler, ajoutant : « Ne vous mariez pas, on ne l’aime pas en France ! » Hollande était paraît-il

quelque peu gêné…

 

PÉPÈRE ET SA NOUVELLE MAÎTRESSE

 

Selon des informations qui semblent sérieuses, Hollande aurait une nouvelle maîtresse. Elle s’appelle Julie Gayet et est une actrice de cinéma et de télévision, de 18 ans sa cadette. C’est le conseiller, chargé de la communication, de la stratégie et de la coordination avec Matignon, le journaliste Claude Sérillon qui bavarde quelque peu inconsidérément dans les dîners parisiens, qui le raconte : « C’est Valérie Trierweiler qui va être contente. Julie et François se sont connus pendant sa campagne électorale, mais hélas, ils ne peuvent pas se voir beaucoup parce que Valérie Trierweiler est très jalouse. » Pas sûr que Sérillon fasse de vieux os dans sa fonction… Paul Valéry disait qu’il y a trois sortes de femmes : les emmerdantes, les emmerdeuses et les emmerderesses. Tout le monde sait à quelles catégories appartiennent Ségolène Royal et le rottweiler. Pour ce qui est de Julie Gayet, attendons un peu.

 

VICTORIN LUREL, UN SACRÉ OISEAU

 

Personne ne connaissait Victorin Lurel, ministre de l’Outre-mer, ancien président du conseil régional de Guadeloupe et député de la Guadeloupe depuis 2002. Tout le monde le connaît aujourd’hui, du moins dans les milieux politiques et dans les media. Chargé de représenter la France aux obsèques d’Hugo Chavez, il a fait fort, très fort. Il a tout d’abord osé une comparaison politique des plus audacieuses : « Toute choses égales par ailleurs, Chavez, c’est De Gaulle plus Léon Blum », ajoutant : « Moi, je dis, et ça pourra m’être reproché, que le monde gagnerait à avoir beaucoup de dictateurs comme Hugo Chavez […] Il a pendant ces 14 ans respecté les droits de l’homme. » Rien que cela... Cette puissante pensée a fait bondir les associations de défense des droits de l’homme qui n’ont jamais reconnu Chavez comme un modèle de démocrate. Qu’à cela ne tienne. Lurel ne s’arrête pas en si bon chemin. Il a aussi des compétences en thanatopraxie (embaumement des corps). Impressionné par la préparation du corps, il a déclaré : « On avait l’impression qu’il y avait là une sorte d’opération, je pèse mes mots, de sanctification. » Pris dans son élan, il a ajouté : « Il était tout mignon, frais, apaisé comme peuvent l’être les traits de quelqu’un de mort, on avait un Hugo Chavez pas joufflu comme on le voyait après sa maladie. » L’opposition toussote, mais assez discrètement. Curieusement, c’est Mélenchon qui a dégainé et sulfaté à tout-va le pauvre Lurel. Quoi ? Oser dire du Conducator bolivariste qu’il est “mignon” ? Dit-on de Lénine ou de Fidel Castro qu’ils sont “mignons” ? Quel crime de lèse-révolution ! Du coup Mélenchon dénonce un « solférinien (sic) arrogant et méprisant ». Rien que çà. Le pauvre Lurel, qui se fait fusiller par la droite mais aussi par l’extrême-gauche aura-t-il droit à un cercueil de verre et sera-t-il lui aussi embaumé ? L’avenir nous le dira. On peut cependant prévoir qu’en cas de remaniement, il pourra prendre un vol direct en direction de la Guadeloupe…

 

DSK DIT “BONNES FÊTES À TOUTES

 

C’était au lendemain de la journée des femmes, lors du match de rugby Toulon-Biarritz. Le président du club toulonnais avait décidé de faire, en début de match, un petit clin d’œil sympathique aux femmes. Un écran géant a projeté dans le stade une image de DSK, souriant, accompagné de la phrase : « Bonne fête à toutes ». Cela n’a pas fait rire tout le monde. Le président du club assume totalement, évoquant DSK, « devenu un personnage humoristique et authentique ». Quant aux hommes politiques, il semble les avoir en haute considération, affirmant au quotidien La Provence : « Des tas d’hommes politiques nous ont fait croire qu’ils étaient axés sur leur travail, alors que ce qui intéresse 99% d’entre eux, quand ils ont fini leurs discours, c’est le cul, picoler et le pouvoir. » Face aux grincements de dents, il poursuit dans la provocation : « Quand j’arrive à choquer les cons, j’ai réussi ce que je voulais faire. » Le même, qui ne manque pas d’humour, avait fait projeter récemment l’image de Gérard Depardieu avec cette phrase : « Bons baisers de Russie »…

 

HOURIA BOUTELJAH MISE EN EXAMEN POUR RACISME ANTI-FRANÇAIS !

 

Sur plainte de l’AGRIF devant le tribunal de Toulouse, Houria Bouteljah, la très excitée présidente de l’association « Indigènes de la République » vient d’être mise en examen pour injure raciale à l’égard des Français. Elle avait évoqué en toute humanité les “souchiens” pour qualifier les Français de souche. Elle sera jugée prochainement par le tribunal correctionnel de Toulouse. La pasionaria anti-française hérite par ailleurs d’une autre procédure contre le livre « Nique la France » édité par son association. Le NPA d’Olivier Besancenot lui a, bien entendu, apporté son soutien. Lisons, pour la bonne bouche, ce que Charles Aznavour vient de déclarer le 23 février 2013 au micro de RTL : « Je suis devenu Français d’abord dans ma tête, dans mon cœur, dans ma manière d’être. Je suis devenu Français. C’est à dire que j’ai abandonné une grande partie de mon arménité pour être Français. » Et Aznavour de conclure : « Il faut le faire ou il faut partir ». Bravo !

 

SOCIALISME ET ANTISÉMITISME

 

L’affaire fait scandale en Belgique. La section PS de Molenbeck (banlieue de Bruxelles) avait organisé une réunion publique sur le thème : « Et si on parlait librement et sereinement du sionisme ? » L’illustration de l’affiche a suscité quelques remous. On y voit la caricature d’un juif orthodoxe, digne des outrances du journal antisémite nazi Der Stürmer. A la suite des protestations, la réunion a été annulée et reportée à une autre date. Comment un tel dessin a-t-il pu être choisi ? Le président de la section PS de Molenbeck est dans ses petits souliers. Il a des explications quelque peu alambiquées : il y aurait eu « une erreur avant validation »… Il paraît, si l’on en croit le site du CRIF, que « ce dessin est signé par un caricaturiste connu en Belgique pour ses opinions ouvertement fascistes, antisémites et négationnistes ». Les socialistes belges fonctionnent décidément dans la mesure et dans la modération. Il y a quelques jours, le député socialiste bruxellois Jamal Ikazkan, issu de la même section de Molenbeck, avait traité sur un tweet d’« ordure sioniste » le journaliste français Claude Moniquet, dont il n’avait pas apprécié l’analyse de la situation en Égypte, qu’il avait exposée sur RTL. Pourquoi cette série d’incidents antisémites ? Certains ont leur petite idée. Ils seraient la conséquence du « silence coupable » du PS belge face à la montée de l’islamisme… d’autant que le PS a fait élire un certain nombre de candidats issus de l’immigration musulmane. On s’en doutait un peu.

Spieler 1.jpg

VALLS ET L’“ANTISÉMITISME NOUVEAU, NÉ DANS NOS BANLIEUES”

 

Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, invité le dimanche 10 mars de la radio communautaire Radio J, semble découvrir cet « antisémitisme nouveau ». Voilà ses déclarations : « Il y a dans nos quartiers des jeunes et des moins jeunes qui, au nom d’une identité qui se sentirait attaquée (par qui ?), décident de la manière la plus imbécile, la plus dangereuse pour nos valeurs, de s’attaquer aux Juifs. Ils considèrent le Juif comme l’ennemi. » . Evoquant l’affaire Merah, il poursuit : « Sans doute malheureusement, chez les esprits faibles et qui revendiquent cette haine, ce qui s’est passé a pu peut-être libérer la parole ». Oui, mais attention, pas d’amalgame ! Valls appelle à « être prudent dans les termes. Il ne s’agit pas de stigmatiser d’autres Français, de jeter l’opprobre sur nos concitoyens notamment de confession musulmane. » Nous voici rassurés...

Spieler 2.jpg

CONCLAVE : LIBÉRATION RACONTE N’IMPORTE QUOI

 

Si le conclave avait duré plus de trois jours, les cardinaux n’auraient eu droit qu’à un repas par jour. Au-delà de huit jours, ils étaient au pain, à l’eau avec un peu de vin. C’est la quotidien de la gauche bobo, Libération, qui raconte cette fable. En fait, en 1268, le conclave avait duré 33 mois. Les habitants de Viterbe, commune du nord de l’Italie, excédés, avaient imposé aux prélats un régime de pain et d’eau et Grégoire X avait décrété en 1272 les mesures coercitives évoquées par Libé. Sauf que ces mesures ont été depuis longtemps abandonnées.

 

LA PSEUDO-MÈRE PORTEUSE TOTALEMENT MYTHOMANE

 

Tous les journaux, toutes les radios, toutes les télévisions en avaient abondamment parlé. Cette jeune habitante de Calais de 24 ans affirmait avoir été mère porteuse en 2011 pour aider un couple de Français ne pouvant plus avoir d’enfant. Or il s’avère que Raphaela a totalement inventé cette histoire. A noter que ses trois enfants lui avaient été retirés avant d’être confiés en 2011 aux services à l’enfance. Elle est totalement mythomane et, comme l’explique sa mère, « elle croit en ses mensonges ». Avec l’aide d’Internet, Raphaela avait concocté un faux témoignage comportant beaucoup de détails tout à fait crédibles, a priori. Sa mère raconte : « Ma fille ment tellement qu’elle cause énormément de dégâts autour d’elle, sans le vouloir. » Étonnants mythomanes... Toujours est-il que rares sont les media, qui s’étaient engouffrés dans cette affaire à scandale, à avoir poussé le professionnalisme jusqu’à rétablir la vérité. Silence radio. A l’exception d’Aujourd’hui qui y a consacré un vrai article informant avec exactitude ses lecteurs de cette tromperie à laquelle le quotidien avait participé, bien involontairement.

 

DES ŒUVRES QUI FONT FÜHRER

 

Charles Krafft, 65 ans, est un artiste céramiste renommé de Seattle, dont les œuvres sont très présentes chez les galeristes et les collectionneurs. Il « détournait les codes du nazisme et créait des œuvres à la fois dérangeantes et audacieuses » à découvrir sur le site Brain Magazine. Il a semé des swastikas sur du savon, des parfums, avec la mention “pardon” et même réalisé certaines céramiques avec des cendres humaines. En 2003, il avait créé une théière représentant la tête d’Hitler. Elle fut exposée en 2007 au musée de San Francisco, avec cette notice « l’œuvre ressuscite l’image d’Adolf Hitler pour critiquer le fascisme et le rôle du kitsch. Le bec et la poignée de la théière ressemblent aux cornes du Diable, suggérant que Hitler était un être démoniaque et mauvais.(...) le couvercle de la théière sert aussi de kippa, une référence aux révélations selon lesquelles plusieurs suprémacistes blancs étaient de descendance juive. » Ses œuvres sont (ont été ?) exposées partout y compris à la Halle Saint-Pierre (Paris XVIIIème) dans le cadre de l’exposition « Hey ! », dont le site de l’ex-trotskiste Edwy Plenel, Rue 89, est partenaire. Amusant... Krafft a eu droit à des articles dans des revues prestigieuses tel Harper’s Magazine. Bref, il était la coqueluche des bobos... Patatras ! Voici que l’on découvre que Charles Krafft est en réalité authentiquement raciste, suprémaciste de la race blanche, et négationniste.

 

Il a déclaré en juillet 2012 sur un site appelé The White Network (le réseau blanc) : « Je crois que l’Holocauste est un mythe ». A la question « Croyez-vous que le régime d’Hitler a systématiquement tué des millions de juifs ? », il vient de répondre : « Je ne doute pas que le régime d’Hitler a tué beaucoup de juifs, mais je ne crois pas qu’ils aient été amenés de force dans des chambres à gaz et tués. » Il paraît que quelques collectionneurs et galeristes l’ont saumâtre. Très calme, il les rassure : « J’aimerais préciser que je n’ai jamais essayé de duper les collectionneurs d’art et les commissaires d’expositions (...) Mon opinion sur les races et l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale n’a changé que récemment. » Après tout, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis...

23:30 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.