Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 septembre 2013

Chronique de la France asservie et résistante...

Robert SPIELER

RIVAROL N° 3107

du 13 septembre 2013

 

LA JOURNALISTE Laurence Ferrari recevait Frigide Barjot sur i-Télé, le 29 août, dans l’émission « Tirs croisés ». Elle l’a proprement massacrée, avec un incontestable talent.

 

FRIGIDE BARJOT A ÉTÉ MASSACRÉE

 

La journaliste avait le visage avenant mais n’exprimait aucune empathie, pratiquant une politesse froide et distante. Frigide Barjot n’a rien trouvé de plus intelligent que de pénétrer sur le plateau en exprimant son amour pour Laurence Ferrari, dans le registre « on est femmes, donc copines » lançant de sirupeux et tendres « Bonsoir, Laurence ! » en précisant qu’elle « ne pleurerait pas ce soir », référence à l’émission de télé, avec Audrey Pulvar, où la pauvre chérie, émue en diable, avait fondu en larmes. Laurence Ferrari, très professionnelle, évoqua la façon musclée dont Frigide avait été expulsée de la « Manif pour tous ». Elle releva cruellement qu’ « elle n’a plus de troupes ». La Barjot expliqua très péniblement qu’elle a été victime des « réseaux cathos ». Ferrari, sans pitié, lui demande : « Que représentez-vous aujourd’hui, à part vous-même ? » Et elle obligea Barjot à reconnaître que, contrairement à ses affirmations, elle ne présentera aucun candidat aux élections municipales. La pauvre, tombée dans les oubliettes de l’Histoire, va devoir préparer l’audience du 18 septembre, qui doit décider son expulsion probable du somptueux appartement social qu’elle occupe, avec son mari, Basile de Koch, de manière illégale selon la Régie immobilière de la ville de Paris. Certains s’étaient demandés si elle était « proche de l’extrême-onction ou de la résurrection ». La réponse semble claire…

 

LE RETOUR DE JEAN-PIERRE CHEVÈNEMENT !

 

Jean-Pierre Chevènement fut ministre de François Mitterrand et préféra démissionner plutôt que de cautionner la guerre du Golfe. Il attaque aujourd’hui sévèrement, dans une interview au quotidien Aujourd’hui, la politique syrienne de François Hollande. Ses propos méritent d’être relayés. Que dit-il ? Il prône la négociation, plutôt que les gesticulations militaires. Evoquant les rivalités entre sunnites et chiites en Syrie, il estime que la France n’a pas intérêt à entrer dans une guerre de religion qui ne la concerne pas. Il estime qu’il ne peut y avoir de solution militaire et affirme que seules des négociations politiques peuvent contribuer à régler le problème. Il exige évidemment le respect de la légalité internationale, que les Américains et leurs vassaux français sont prêts à piétiner. Mais Bachar al-Assad n’a-t-il pas franchi la ligne rouge en employant des armes chimiques ? Réponse : « C’est possible, mais ce n’est pas sûr ». Chevènement se réfère aux propos de Colin Powell, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, avant le déclenchement de la guerre en Irak. Ce dernier, brandissant des fioles bidons, avait déclaré : « We’ve got the evidence ! » (Nous avons les preuves). Intoxiqué par la CIA, il avait tout simplement menti. Oui, mais ces milliers de morts dans les massacres en Syrie ? Réponse : « Au Caire aussi, il y a un millier de personnes qui ont été tuées, mais on n’a guère entendu les professeurs de morale ». Et Chevènement de rajouter : « Autrefois, il y avait le droit. Aujourd’hui, on a remplacé le droit par la morale. Et de la morale, on passe à la punition. C’est plus facile, mais c’est très dangereux, car le fameux droit d’ingérence, c’est toujours le droit du plus fort. On n’a jamais vu les faibles intervenir dans les affaires des forts. » Jean-Pierre Chevènement évoque ensuite les multiples manipulations de l’opinion publique dans l’histoire et dénonce la dictature de l’émotion. Il ose affirmer : « Le droit-de-l’hommisme ignore ou, de manière plus perverse, occulte les choix politiques ». Il constate que la France sera, si une frappe intervient, « le seul allié européen de M. Obama, soutenu par l’ancien président Bush » et il ajoute : « L’indépendance de la France suppose que nous ne soyons pas ralliés à la ligne occidentaliste, celle qu’on appelait autrefois néoconservatrice ». Et Chevènement de conclure : « Quand on fait le bilan de toutes les ingérences, ce n’est pas très brillant : au Kossovo, nous avons récolté un Etat maffieux ; en Irak, il n’y a plus d’Etat ; en Libye, les milices islamistes sont maîtresses du terrain…»

 

HORRIBLE ÉPREUVE POUR BHL :

IL SE DIT “FOUDROYÉ”

 

BHL se dit “foudroyé”, C’est l’horreur. Sa jeune sœur, prénommée Véronique, s’est récemment convertie au christianisme. Interrogé par son ami Elkabach, le 3 juin sur Europe 1, on avait vu, filmé par une caméra, deux êtres totalement accablés par l’horreur de la situation. La vidéo a été visionnée par 40 000 internautes et suscite évidemment des commentaires peu amènes, dénonçant l’intolérance du tandem vis-à-vis de cette conversion. Le 21 juin, rebelote. Jean-Pierre Elkabach recevait à nouveau Bernard-Henri Lévy pour un nouvel entretien. Le thème était les rapports entre peinture et philosophie, ainsi que sur la spécificité du judaïsme dans la représentation des images. Elkabach, que cela travaillait visiblement, on se demande pourquoi, est revenu sur la conversion de Véronique Lévy, en posant cette incroyable question à BHL : « Vous ne pouvez rien faire contre son choix ? » BHL devait conclure cet entretien en avouant avoir appris la nouvelle « comme si la foudre » lui était tombé dessus…

 

Spieler 1.jpg

 

ABOMINABLE ATTAQUE ANTISÉMITE

 

Le président PS du Conseil général de l’Essonne, le député Jérôme Guedj, a eu une rentrée épouvantable. Pensez, il avait reçu dans sa boîte aux lettres de l’Assemblée une lettre aux relents antisémites. Certains se seraient contentés de la déchirer et de la jeter à la poubelle. Pas lui… « Plutôt qu’un haussement d’épaules oscillant entre la résignation et la blessure intime, j’ai préféré donner à voir et à connaître », écrit-il sur son blog. Le courrier, écrit à la main, disait : « Dis donc Guedj, on recrute des députés à la Knesseth (le parlement israélien), tu ne crois pas que ça serait ta place ? Un Paris-Tel Aviv sans retour ? ». Guedj s’indigne, tout en relevant qu’il n’avait eu à subir que 3 expressions « franchement ou allusivement antisémites » dans sa vie politique. Ce n’est pas beaucoup, mais cela n’empêche pas notre oiseau de couiner d’importance. Ses propos sont, reconnaissons-le, émouvants : « A chaque fois qu’un citoyen est stigmatisé, notamment à raison de son origine, il importe de ne pas le laisser seul face à l’insupportable mise en cause, qu’elle soit antisémite, raciste, islamophobe ou homophobe. Ne pas se taire donc. Ne pas laisser les digues de nos valeurs être fragilisées… » Je ne sais pas si vous réagissez comme moi. Mais ces clowns me font mourir de rire…

 

ANTI-ISRAÉLIEN ? ET HOP, EXCLU DU FN !

 

François Chatelain est un militant FN du nord de la France. L’inconscient avait posté sur sa page Facebook l’image d’un drapeau israélien en train de brûler. Il était prévu qu’il soit candidat aux municipales de 2014 à Neuville-en-Ferrain. Il sera convoqué devant la commission de discipline du Front National, en vue de son éventuelle exclusion. Steeve Briois, secrétaire général du FN, écrit dans un communiqué : « Les images et les propos publiés par François Chatelain sur sa page Facebook sont en totale contradiction avec la ligne politique du Front National ». En attendant la décision de la commission de discipline, François Chatelain est déjà suspendu du Front National et son investiture aux élections municipales lui est retirée, ajoute Steeve Briois. En voici un qui n’avait rien compris à la musique jouée par Marine Le Pen : adhésion au Système, et donc allégeance au sionisme et au lobby gay !

 

L’ODIEUX RACISME DU CHOCOLAT

BLANC ALLEMAND

 

La marque de chocolats Ferrero Rocher s’est autorisé une campagne de pub en Allemagne, mettant en valeur sa nouvelle praline au chocolat blanc. Son slogan ? “Weissnussbleiben” (Rester blanc aux noisettes) et une conclusion : “Deutschland wählt weiss” (l’Allemagne vote blanc). Les chiens de garde du système se sont immédiatement déchaînés. « Rester blanc », fût-ce aux noisettes, ne renvoie-t-il pas aux heures les plus sombres de l’Histoire ? Un fou furieux, Wulf Hund, professeur émérite à l’université de Hambourg, ose déclarer que la pub Ferrero est un « hymne au suprémacisme blanc », le message que l’on peut y décrypter étant “l’Allemagne aux Allemands”… Rien de moins… Du côté de Tahir Della, porte-parole de l’association « Initiative Personnes noires en Allemagne », on fricote aussi avec le grandiose. Il dénonce ce spot où « tout tourne autour de la couleur blanche. » Et il ajoute : « Les Noirs sont indirectement exclus »… Le militant antifa Jean-Alexander Ntivyihabwa s’indigne quant à lui du fait qu’ « une compagnie blanche mette en scène un spot dans lequel des personnes presque exclusivement blanches valorisent du chocolat blanc avec le slogan “Rester blanc aux noisettes” » Et qu’a fait, à votre avis, Ferrero ? Pardi, la célèbre marque a fait marche arrière et a retiré immédiatement son spot pour le “retravailler”. Voilà où en est cette pauvre Allemagne…

 

L’ALLEMAGNE, UN ETAT-VOYOU

AU COEUR DE L’EUROPE

 

J’avais déjà évoqué dans ces colonnes le climat de répression, voire de terreur qui sévit en Allemagne. Jeanne Smits raconte sur son blog que quatre enfants ont été enlevés de force à leurs parents. Leur crime : avoir organisé leur scolarisation à la maison, ce qui est interdit en Allemagne (mixité sociale oblige). Une armée de vingt personnes, travailleurs sociaux, policiers et agents spéciaux armés, a déferlé sur la maison de la famille Wunderlich, kidnappant leurs quatre enfants âgés de 7 à 14 ans. Leur maman n’a même pas pu les embrasser. « C’est maintenant trop tard » a déclaré un de ces fous furieux, l’écartant violemment. L’ordonnance du juge qui avait autorisé l’emploi de la force pour “saisir” les enfants relève que les enfants avaient « adopté les opinions de leurs parents » en ce qui concerne l’école à la maison et que l’on pouvait s’attendre à ce qu’il n’y ait « aucune coopération » de la part des parents comme des enfants. L’Allemagne ? Un Etat voyou au cœur de l’Europe. Ni plus, ni moins…

 

 

Spieler 2.jpg

Rivarol.JPG

 

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complête de Robert Spieler cliquez ici.

12:55 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.